(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Exercices orthographiques mis en rapport avec la grammaire française à l'usage des écoles chrétiennes [microforme]"

IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




1.0 



1.1 



11.25 






lis 

lu 



lAO 



U |L6 




FholDgFaidiic 

ScMioes 
Corpœation 




23 WIST MAIN STRHT 

«VIISTM,N.Y. MSM 

(71é) 173^503 






CIHM/ICMH 

Microfiche 

Séries. 



CIHJVI/ICIVIH 
Collection de 




Canadian Instituta for Historical Microraproductions / Institut canadian da microraproductions historiquas 



C 





T«chnio«l and Bibliographie NotM/NotM taclinIquM «t bibiiographiquM 



TIm institut* has attamptad to obtain tha bast 
original copy avaiiabia for filming. Faaturas of thia 
eopy wliich may ba bibliographically uniqua, 
wtiicli may aitar any of tha imagaa in tha 
raproduetion, or which may significantiy changa 
tha uaual mathod of filming, ara chacicad balow. 



D 



Colourad covara/ 
Couvartura da coulaur 



r~n Covara damagad/ 



Couvartura endommagea 

Covara rastorad and/or iaminatad/ 
Couvartura raatauréa at/ou palliculéa 

Covar titta misaing/ 

La titra da couvartura manqua 

Colourad mapa/ 

Cartas géographiquaa an couleur 

Colourad ink (i.e. other than blue or black)/ 
Encra da couleur (i.e. autre que bleue ou noire) 



I I .Coloured platée end/or illustrationa/ 



a 



Planchée et/ou iiiuatrations en couleur 

Bound with other matériel/ 
Relié avec d'autree documenta 



FT] Tight binding may cauae shadowa or diatortion 

i^ along interior margin/ 

La reliure serrée peut cauaer de l'ombre ou de la 
diatortion le long de la marge intérieure 



D 



Biank leaves addad during reetoretion may 
appear within tha text. Whenever poeeible, theee 
heve been omitted from filming/ 
Il se peut que certainee pagee blanchee ajoutéee 
lors d'une reetauration apparaiaaent dana le texte, 
maia, lorsque cela était possible, cee peges n'ont 
paa été filméee. 



HAdditionai commenta:/ 
Commantairea suppiémantairee: 



Variout pagingi. 



L'inatitut a microfilmé la m#!!iaur exemplaire 
qu'il lui a été poMlble d« sa procurer. Lee dételle 
de cet exemplaire qui aont peut-être uniquee du 
point de vue bibliographique, qui peuvent modifier 
une Imege reproduite, ou qui peuvent exiger une 
modlficetion dana la méthode normale de filmege 
sont indiqués ci-dessous. 



T 
t( 



I — I Coloured pagee/ 



Pagee de couleur 

Pagee damagad/ 
Pagea endommegéee 

Pegea reetored end/oi 

Pagee reatauréee et/ou pelliculéea 

Pagee diecoloured, atainad or foxei 
Pagee décoloréee, tachetéea ou piquéee 

Peges detached/ 
Peges détachéee 



Pagee damagad/ 
Pagea 

I — I Pagea reetored end/or iaminated/ 

Q Pagee diecoloured, atainad or foxad/ 
Pagee 

I — I Peges detached/ 



T 

a 
fl 



D 



Showthrough/ 
Tranaparance 

Quality of print variée/ 
Quelité inéîiele de l'impreeaion 

Inoludee aupplementary meterial/ 
Comprend du matériel aupplémentaire 

Only édition avaiiabia/ 
Seule édition dieponible 



Pagee wholly or partially obacured by errata 
aiiiM, tieeuee, etc.. heve been rofilmed to 
eneure the beet poeaible image/ 
Lea pagee totalement ou partiellement 
obecurdea par un feuillet d'errata, une pelure, 
etc., ont été filméee è nouveau de feçon à 
obtenir la meilleure image poeaible. 



Thia item la filmed et the réduction ratio checked below/ 

Ce document eet filmé eu taux de réductton indiqué ci-deeaoua. 

10X 14X 18X 22X 



30X 





• 














n/ 































12X 



ItX 



20X 



2«X 



32X 



Th« eopy film«d h«r« hM bMin raproduead thanka 
to th« o«n«ro«ity of : 

Stmirary of QiMbM 
Library 



L'«x«mplair« filmé fut reproduit grica à ia 
généroaité da: 

Séminsir* à» Québec 
BiMiotMqui 



Tha imagaa appaaring hara ara tha baat quailty 
poaaibla eonaidaring tha condition and iagibility 
of tha original eopy and in kaaping with tha 
fiiming eontract tpacif icationa. 



Original eoplaa in printad papar oovara ara fllmad 
baginning with tha frortt'dovar and anding on 
tha laat paga with a printad or illuatratad impraa- 
•ion, or tfia back covar wtian appropriata. AN 
othar original copiaa ara fllmad baginning on tha 
firat paga wNh a printad or illuatratad impraa- 
aion. and anding on tha laat paga with a printad 
or illuatratad impraaaion. 



Tha laat racordad frama on aach miorofieha 
•hall eontain tha aymbol — ^ (maaning "CON< 
TINUED"). or tha aymbol ▼ (maaning "END"), 
whichavar appHaa. 



Laa imagaa suivantaa ont été raproduitaa avac la 
plua grand soin, compta tanu da la condition at 
da la nattaté da l'axamplaira filmé, at «n 
conformité avac las conditions du contrat da 
filmaga. 

Laa axamplairaa originaux dont la couvartura an 
papiar ast imprimés sont filmés sn commençant 
par la premier plat et en terminant soit par la 
dernière page qui comporte une empreinte 
d'impreeeion ou d'illustrotion. soit par le second 
plat, aalon la cae. Tous les outres exemplaires 
originaux sont filmés en commençant par la 
première pege qui comporte une empreinte 
d'impreeeion ou d'illustration et en terminant par 
la dernière paga qui comporte une telle 
empreinte. 

\tn dae symbolee suivants apperettra sur la 
dernière Image de chaque microfiche, selon le 
cm: le aymbola -^ signifie "A SUIVRE", le 
symbole ▼ aignifla "FIN". 



Mapa. plataa. charte, etc.. may ba fllmad at 
différent réduction ratlœ. Thoeo too large to be 
entirely ineluded In one axpoaura ara fHmad 
baginning in tha uppar left hand coMer, left to 
right and top to bottom. aa many tramée aa 
raquired. Tha following diagrama illuatrata tha 
method: 



Laa cartes, planchas, tableaux, etc.. peuvent être 
filmée é dea taux de réduction différents. 
Loreque le document eet trop grand pour être 
reproduit en un aaul cliché, il est filmé é pertir 
de l'angle supérieur geuche. de geuche è droite, 
et de heut en baa. en prenant le nombre 
d'imagée néceasalra. Les diegremmes suivants 
illustrant la méthode. 



1 2 3 




1 


2 


3 


4 


5 


6 



V./:^ 



v*<^ 



/«f 



/■ 



"I ,: l 



/ 



r^^.Av. 



J: 



■»iî" 



'*■".:' '^' 



^ 



'M 



**■ 



"^é 



A 




EXERCICES 



P 



ORTHOGRAPHIQUES 



éù 



■> •■ ». 



MIS EN RAPPORT AVEC 



LA GRAMMAI 



A'i 



DES ECOLES 




■;^s*^ 



f et SS. ^. et ^. ^. m:'^ 



\m 









PREMIERE édition; DU CAl^ADA; 



r^'^^l:.'-^-^ 







MONTRÉAL: 

«£ VEND EN GROS ET EN DETAIL A L'lMPaiM£R|£ 
DE LOITIS FERRAULT, RUE ST. VINCENT, 



1846. 



AVERTISSEMENT. 

L'orthographe estime des connaissances les plius 
essentielles dans les divers états de la vie ; presque 
tous les jours on, se trouve obligé de donner des 
preuves de son savoir en ce genre, ayant à écrire 
une lettre, un billet, etc. 

Aussi combien ne voit-on pas chaque jour de 
jeunes gens regretter de n'avoir pas profité de leur 
jeunesse pour acquérir une connaissance dont ils 
sentent, mais trop tard, toute l'importance ! C'est 
pour en faciliter l'acquisition que nous offrons à la 
jeunesse ce Cours d'Çxercices, qui leur seront 
d'autant plus utiles qu'ils sont tous en harmonie 
avec les dictées que leur feront journellement les 
maîtres qui adopteront notre Grammaire et nos 
Dictées, 

Avant d'exécuter l'avis donné en tête de chaque 
exercice, les élèves doivent lire les numéros de la 
Grammaire qui y sont indiqués, afin de rappeler à 
leur souvenir les règles dont le dit exercice, pour 
être écrit correctement, requiert l'application. 

Le petit vocabulaire, contenant les mots les plus 
usités dans le langage ordinaire, que nous avons 
placé à la suite des exercices, leur sera d'une grande 
utilité pour l'acquisition de l'orthographe absolue ; 
ils devront le lire souvent, afin de se préparer à 
écrire les mots isolés que le maître leur dictera à 
la suite des dictées et de^ compositioij^s. 



EXERCICES 

OIITIIOORAPHI<»ITES 

SUR LA GRAMMAmE FRANÇAISE. 



EfeBStS 



^ 



PREMIÈRE PARTIE. 



Premier Exercice, (grammaire, n. 24.) 

Lea élèves copierojit les phrases ci-dessoua, et désigneront le» 
substantifs en tirant un trait déplume stms chacun d'yeux. 

Dieu est le créateur du ciel et de la terre J des angea^t des hofa- 
iné|^3&s anincLaux.et de)i plantes, en un mot de toutes les créatures. 
"C^çtjjirqui nous donne le^^flpugguJu printemp^^ les fruits de l'été 
#f:fês récoltes de l'automne pour nous nourrir pendant l'hiver. 
Offrons donc à ce roi puissant, à ce père tendre, les pensées de 
notre esprit, les affections de notre cœur, les actes de notre volonté, 
et tous les sentiments de'notre âme. 

Jlla suite de cet exercice les élèves copieront, dans le vàcalu- 
laire, quelques-uns des substantifs qui commencent par la lettre A. 

2me. Exercice, (grammaire, n. 24r.) 

Les élèves, en écrivant les phrases ci-dessous, désigneront les 
substantifs en tirant un trait déplume sous chacun d^eux, 

Chariemagne est le premier roi de France ^ui att établi des 
écoles publiques ; on enseignai^ dans ces écoles, la th^éologie, 
le chant et le droit divin aux ecclésiasticiuçs ; la grammaire, la 
jurisprudence et plusieurs arts auxTalqués ; la lecture, l'écriture et 
les premiers principes de la religion auic enfants ; àtous, leajM 
devoirs envers Dieu, envers les supérieurs et envers le procfaaiii ; 
on y faisait connaître la différence entre le corps et Tâme, entre le 
temps et l'éternité... \ . 

Les élèves copieront quelques-uns des substantifs qui cotAmtn^ 
cent par B« 

3me. Exercice, (grammaire, m 25-27.) 

LéS^ élèves, en copiant les phrases ci-dessous, distiftgueroni lés 
noâiS' propres e/es noms communs en tirant deux traits de phtme' 
«ou» /é^ premiers efitn $otei? /ef Eeconds* 



— 4 — 



La Géographie divise le Globe en cinq parties, savoir : l'Europe, 
TAsie, l'Afrique, l'Afflél^e et llQçéanie, elle subdivise ceï"gfâr»- 
cles régions, en empires, en royaumes, en république8,en comtés,etc. 
etc^. ; elle examine les produits, les richesses et les propriétés de 
ces contrées ; elle parle du caractère des peuples qui les habitent, 
de leurs mœurs, de leurs usages ; des diverses branches de leur 
commerce, etc. etc. La connaissance de la Géographie est utile aux 
voyageurs, aux commerçants, aux historiens et presque à tous les 
hommes. 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, quelques-uns des 
st^stantif s qui commencent par 0, ' 

4me. Exercice, (grammaire, n. 25-27.) 

Les élèves distingueront les noms propres des noms communs 
en tirant deux traits déplume sous les premiers et un sous Us 
seconds. 

L'Écriture nous vient des Phéniciens par Cadm.ua, l'Arithméti- 
que, la Gépmétrie et la Géograpliie des Eg}^)?!^!^; mais les chif- 
fres nous viennent des Arabes» L'inventiofrdcr Dessin est due aux 
Grecs i celle do l'Imprimerie à Guttembefg de Mayence, qui en fit 
les premiers sssais à Strasbouri; soîis'fô rSgne de Louis XI ; celle 
des lunettes à Sylyio de Florence ; celle de la poudre â Berthold 
de Frihourg ; celle du télégraphe à Chappe ; celle des aérostats 
à Montgoltier d'Annonay ; celle du Mromètre à Torricelli do 
Florè'ncc ; celle du thermomètre à Dréblje!, "paysan flôflanJais j 
Rëaumur, Delisle, Leroi, etc. l'ont perfectionné. La soie fut intro- 
duite en Fràti'éô sous Louis Xf, les premiers essais s'en firent à 
Tours par (fêf 'ouvriers vertus de Gênea, 

Les élèves copieront, dans te vocabulaire, quelques-uns des 
substantifs qui commencent par D. 

Exercice correspondant a la première composition. 

Lei élèves distingueront les noms propres des noms communs 
en tirant deux traits de plume sous les premiers et un sous les 
seconds. . 

On estime les blés d e l a Beauç e, lesvîjig rouges de Boixle^^x, 
les jrïjTs blancs deXïmoux, lës"caux-de;jjie de Pézejjgis, Tes yiniai- 
gres d'Qrléans, les BWCSlts de ]|heis9, les draeéeT 3è Jaçte»» ï© 
ïnTel de Kàf]&'ojTOe, îaTHêre d u^îTord, le s artichauts de Laooj^ les 
haricots "Je boissons, fé beurre deiirètagne, les naarrons de Itryon, les 



m 



5 — 



jambons de fia}'onne, les arpf s d* Abbey'il le,les fui§iU de St.Etifinne) 
les toile» de TYo;^, les indiennes dÇWSçfen, les pépiera d'Annonay, 
la denteUe d'^^^n, les draps d'Elbéti^ les couteaux de Langre» . 
les soieries ^êrVo^ les savons de xanserlie, les fruits du Midt de 
la France. 
— -cji-r ' gj^ç^ ExERCiciî (grammaire, n. 28.) 

Le3 élèves, en copiant les phrases ci-dessom, placeront les 
majuscules selon les régies orthographiques* 

Louis-le-Grand sut récompen^r les grands hommes par la 
confiance qirll'leur accordait ^^ren ne et Apndé commandaient 
SCS armées ;^quesne;|Wbin et^urviUe conduisaient ses escadres ; 

^^Ibert administrait ses fimmces ; '^uvois, p^olé, /j^guegseau, 
étaient de son conseil \ )^ubail fortifiait ses citauelled ujnquet 
creusait ses canaux j^ansarLconstruisait ses palais ; ^ J^ssin 
etifôbrun les embellissaient pKnôtre dessinait sesjardins ;pPorneIle 
et%fontaine ^usaient^ses loisirs^ijracine et l^ileau écrivaient 
consistoire u^ossuetjijMiâ^ intruisaient ses enfants; 

J^urdaloue^p^ssillon et mchier mi prêchaient ses devoirs. ^1^'^. 

Les élèves copieront, dans, le vocabulaire, quelques-uns des 
substantifs qui commencent par E. 

6me. Exercice, (grammaire, n. 28.) 
Les élèves placeront les majuscules ^on les règles, 
Lorsque%Dvis monta su[|k trône, les ^ules étaient partagées 



entre les l^urguignons, les y^igoths et jes i^m^s : les premiers 
ient " - j* - - 

îheJ 

>^s possédaient tout 



entre les ppurguignons, les ifisigotns et les ipvm^s 
oc&upaient «p qu'on (mpela depmi le^ché ^elgo 
la^^nche-fj^mté, la Povence,la4ionnDi^e|PÉl!p}] 



les^seco; 



quçaps 

le^n 



xuvrénées venfin l&^i 
'MaJ^etlKé 



^ nrgogne, ^us la 

phiné et hLj||Svoie; 

des Mules, depuis la^re jus- 

îftB timir,; jmes s'étendait'depuis 



maine des troi 
j usqu'à la f^fQ et K9béan . ' ^ 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, quelques-uwt des 
substantifs qui commencent par F. 

7me. EXERCICE, (grammaire, n. 9-1], note page 6.) 

Les élèves écriront les mots ci-dessous avec les majuscules et les 
accents convenables. ' / . / 

J\^ légèreté e^t Ije pcppre à^ l'enfance.-4a sévérité doii/toujoui^ 
être tres-n^oderee.-^^p;i âge çst le/lou^ du vo|re.-^ai gagne 
dix privilèges.— ^rnvee des députes a été annoncée pwleô jour- 

l • 



naux.Til0i>pr^everance eeul^iseï^ coi^ronnce.— ^os succès sont 
adnûroa.-M^res I^ d^parl.—^i) ^te-metier.-f^ gel^é decerisea. — 

p^wancho de pate.-^s de|)ec|ie^ sont arrivees.—pn Bietre 
a^etofle.-a^eriprit a la,g;pne.-î^geneaIogie de nos aieux.-|^coj^ 
tege^o siego, tes tenebred.-^ftt enfant a un bon caractère.—^ 
faut accélérer la marche.— -u dégénère, il rever^ il appielle, il 
renouvelle, il jette^-^l faut obéjf .— î|l bêche.— Jéa pèches mures. — 

Ja creche.-|[Us poètes. --ies poemeSé>;3le^ propnetcs. 

Les élèves copieront^ans le vocabulaire, quelques-uns des 
substantifs qui commencent par G, - - ,_ 

8me. Exercice, (grammaire, n. 9 et 12 et note page 6.) 

Les élèves, en copiant les phrases ci-dessous, placeront les 
majuscules et les accents. / 

Ja terre est devenuejpèche.— n^ a célèbre des Igtea.-^ légion 
m^ discipline^. ;-j(e8 cotQ^ d*afriqu&.-^S douze apôtres prêchèrent 
l^vangile.-^'^leve^piQiatre, dpt^obeissant, lâche et paresseux.— 
les progrès et Je^ succeç des ,eleves.—jU lumière éplptantc^es 
jn'océ4es modères et ^cjaire9.--Ja (feleK^ritp du gercerai experi- 
mente.-^sjiommesdepedes.— i^-^cessiteÇj^rouvees.j^W^ 
ceSflca su^c^s, les regrets et les acpes.-j^le. rôle le plus eleve.-;i^ 
C9te^BSca^pee.-r(ies recompenses m(^ritees et distribuées. — la mon- 
tée est déjà sècneT^le soldat blesse. 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, quelques-uns des 
substantifs qui commencent par H. 

EXERCICE CORRESPONDANT A LA II* COMPOSITION. 

Les élèves copieront les phrases suivantes, et placeront les 
majuscules et les accents suivant les règles, 

l?âbîme est ouvert.-— l^brege est termine.— 'On n'a pas ose blâmer 
Icsclêmarches de cet fvomme célèbre. — voila une belle tabatière 
d'ebene. — les fêtes de paques, de la pentecote et de noel ont ete 
célébrées. — les prophètes et les apôtres ont annonce des vérités 
sublimes, et les ont scellées par l'effusion de leur sang. — voici des 
journées mémorables. — cette (nethode est exacte. — les eveches de 
paris, de lyon, de bordeaux et He reims, sont fort anciens, 

9me. Exercice, (grammaire, n. 29-35.) 

jûLes élèms écriront les mots ci-dessous et er^ésignpont /egenre. 

blonde, ciel^ firmament, soleil/Iune, étoile,flanète^omète,saiel< 



il 




bourbe/ 

Lea élève» copieront, dun» le vocabulairef guelguet-uns des 
tubatantifs qui commencent par I. 

lOme Exercice, (grammaire, n. 36-39.) 

Les élèves mettront au pluriel les mots ci-4essous. 

Bâtiment, mui^murtiillef' baie^uisseriei, porte^ chambranle, 
fenêtre, croisée, vitr^ chambre, salon, cabinet, cuisine, foyer, 
cheminée, fourneau^nmiioire, table, buffet, ustensile, casserole, 
cuiller, fourchette, spatule, marmite, chaudron, gril, poëlè, carafe, 
pot, assiette, plat, soupière, pelle, pincette, ohenet, soufflet, broche, 
«handélier, quinquet, lampe, balance, bouteille,verre, escalier, cave, 
grenier, toit, ardoise, tuile, plancher, plafond, meuble, (kuteuil, sdfa, 
canapé, tabouret, cadre, pupitre, -commode, bibliothèque, lit, ooii" 
chatte, paillasse, matelas, traversin, oreiller, drap, couverture. 

Les élèves copieront^ dans le vocabulairef quelques-uns des 
substantifs qui commencent par J. 

lime Exercice, (grammaire, n. 40-4)2.) 

Les élèves mttront au pluriel les ntôts ci-dessous. 

Agneau, berceau, carreau,^€lmtea^^seau^i8eau^vea^^er- 
dreau^apereajl^tableaf^^mbeaQi mamëau^hapeau,ri3eau^^ 
beau, aîlsaveu,jeUf neveu, essieu/chou, genou,écrou, filou, licou, 
trou, verrou, sou, bail, joyau, tuyau, boyau, boyau. 

Les élèves copieront^ dans le vocabulcnre, quelques-uns des 
substantifs qui comritencent par L. 

12me Exercice, (grammaire, n. 43-47.) 
Les élèves mettront au pluriel les mois ci-dessou^w 

Arsenal, caporal, diurnal, hôpital, signal, journal, cardinal, tri- 
bunal, original, rival, pinceau, détail, éventail, travail, (machine) 
travail, (ouvrage) pal ; Vœil de la soupe, Vœil du fromage, le ôlou 
de la porte, le verrou de la porte, le jeu de l'enfant, lefMmfieau de 
la chemiaée, le yoti/dtt de Teafant, le /ana/ de la cour. 



/ 



— 8 — 

Lu élèvet copieronff dans le vocabulairtf gueigues-uns det 
suMantifi gui commencent par M, 

Exercice correspondant a la me composition. 

Les iliven meitroni au pluriel les mois ci-dessous : 

Ail| émail, carnaval, brutal, détail, soupirail, lieu, fuseau, neveu, 
régal, enjeu, sarrau, étau, gluau, diurnal, arsenal, carreau, poteau, 
pieu, portail, genou, chou, milieu, cordial, pénitentiel, chevreau, 
loi, voix, l*œil de bœuf^ le joujou de l'enfant, le chiffre décimal, le 
bocal en verre. 

SUR L'ARTICLE. 



13me ExECiCE. (grammaire, n. 58-62.) 

Les élèves transcriront les phrases ci-dessous, et désigneront les 
articles en les soulignant. 

Les vacances des classes.^-Les vendanges du midi. — Il va au 
iniirché pour y vendre \& vin. le blé,X^avoine et l^s fruits qu'il a 
recueillis. — Il arrive des vignes et retourne aux vendanges. — Les 
eofants que j'ai vus étaient attentifs aux paroles du maître, et 
très-soumis aux volontés du surveillant des études. — Des troupes 
prises psrmi les plus vaillants guerriers ont été envoyées aux 
frontières. — L'enfant docile est la joie de sa mère. 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, guelgues-vns des 
substantifs gui commencent par N. ^_^ 

]4me Exercice, (grammaire, n. 58-62.) v 

Les élèves placeront les articles, le, la, les, l', des, devant les 
mois d'après, suivant le genre, le nombre et les initiales. 

(^liiommes, ly^ parent, .^voisin, i^ hameau, 4^tatue, A^vree, 
j^espérance,^^fécompenses,^ parti oppopé^W^urs, ^tpombats, 
4Qt/. abondancev^SJi umiliations,*^^. mépru; ^ épr^ ves, neL doivent 
pas abattre <'jJ^ourage d^n sage.---Qr. esprit, de cffiur,éi^mœurs, 
..ril^ractère, tout gagne à c£culture.--<QhCorruption4Bn)œurs, perte 
de^^oi,-</irréligion sont^isource de ^plupart^f^rroaux qui affli- 
genl^iumains. 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, guelçues-uns des 
substantifs gui commencent par la lettre 0, et analyseront les 
mots ci-après, 

analyse. L'amour du prochain, La fuite du vice. 



— 9 — 



ISme Exercice, (graromaire, n. 58-62.) 

Les élèves placeront les ariicles, le, la, Ici, 1', du, dei, au, aux, 
selon le sens des phrases ci-dessous. 

J'ai vadonnerjRpri:c^^^nrant9'iS?Villnge. — Il va^^nnarché.— 
Il vend ^/f i^i ta ^ijardi nylTî a loué. — Le Ralut^lf^^oromes. — 

^^S^ui8BanJp^rai9>i8.— La nécessité {fSalut. — Le respect dû . *pui»; 
san^d^fiierre.-n-Dieu donne à to^^w^oyens Jle ■alut^'.v^ (Urtti 
Gommejj^wandSj^iMgnorents couimeMl savants, '1^.j9fetuvre8CCJn^^le 

'Tanches, vrflibrétiques commes{^d^les,i^jÉrbare cominef%om- 
me civilisé, ({|^uvage comme «^abitant vTtl^s. 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, guelçues-tinâ des 
substantifs gui commencent par V, et feront P analyse ci-opris» 

•analyse. Ia créateur du monde. 

16me Exercice, (grammaire, n. 58-62.) 

Les élèves placeront les articles V, le, la, au, etc. suivant le 
sens deê phrases ci-dessous, ^ 

Xe livre de v. élève. — La pénitence vtcoupable^^Ze fruit de 
.'(arbre. — La misère ^Vpauvro. — La vengea ncc^^?tyraiu — L'ha- 
bitude do'-i^ homme •—<. usage permis. — La douleur et «"^chagrin 
épient à leurj comble. — Les hommes doivent servir v^ Seigneur 
Otctpiel et de^i^erre. — Les astres ..cieux. — Donner ..prix.. en- 
fants. — Lever . .yeux . .ciel. — Le monarque, . .plus grand empire 
..monde est sujet.. douleurs, ..peines, ..afflictions, comme 
. .dernier de ses sujets ; comme lui il subira . .mort et sera cité 

• .tribunal . .souverain juge . .vivants et . .morts. 

Les élèves copieront, dans le voccdmlaire, quelques-uns des 
substantifs qui commencent par les lettres Q \t R, et ferotU 
Vanalyse ci-après* 

•analyse. Les Jours du combat. 

Exercice correspondant a la ive composition. 

Les élèves mettront les articles convenables devant les mct^ en 
italique. « ^^ f^ 

Je viens. v^^7m;9 ; ie va\a\^venSange ; Je li8..//tTe ,* tu vois 

rcours i nous louons 
, .maison i nous recevons . ^nouvelle ; nous prenons . ,avis ,* vous 
comprenez ..txplication f vous êtes aimés ». maître ^ Us vont 

• • école j ils parcourent *. promenade j ils vont.. cat«. 



yrrtnfant ; tu venddâ^rui/5 ; tu reçoiiA^site ; il apprend 
. . leçon } il achète . . raisin ; il commence . icouf 



\ 



— 10 — 



/■ > 



Les élèves copieront, dans le voeabulaîref çuelgttes-uns des 
substantifs gui commencent fur S, et analyseront les mots ci*dessous, 

analyse. Les hommes. Les femmes. Bu pain, 

SUR UADJECTIF. 

17ine ExsRCiCE. (grammaire, n. 6d-67.) 

Les élèves désigneront Us ^à\QCûht[m\\îk(i^i\h en les^souUgntmt. 

Voycz^ ces plages d éserte s, ces tnsîes contrées couvertes d'une 
mousse épaisse ou héïTâsées de bois piourri^j ces arbres couverts 
de plantes' parasites, cÏÏaî^s de fruits impurs et d'un goût amer. 
Dans les parties basses de ces tristes régions se trouvent des éaûST'^ 
croupissantes, des torrents fangeux, des marécages fétides. Des 
animaùx^carnassiers, des serpents venimeux, des reptiles hideux 
spnt les seuls habitants de ces malheureux pays où l'homme 
intelligent n*babita jamais. 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, quelques-uns dis 
adjectifs qui commencent par A, et feront V analyse ci-après, 

.analyse. Le maître instruit. :.. 

. ISme Exercice, (grammaire, n. 69-70.) 

Les élèves écriront les adjectifs ci-dessous, suivant le genre des 
substantifs qùHls qualifient, ^-^ 

Un mal accablant . ., une nouvelle accabIani.6.«s5sUn homme 
changeant.' . , urïelemme changeant<Mcs-Un fait certain, une vérité 
certain^, — Un bâton droit.., une canne droit^w— Une femme 
honnête, un homme honnêtev. — Un chapeau gris, une casquette 
grl.,j2^Un mot plaisant.., une nouvelle plaisânotT'— Une leçon 
facile. ;r)un état faciU*— Une campagne agréable. .,des campagnes 
agréablX^Une voie direct^l, un chemin direct — Une raison 
inverse, un sens invfrff..-^., — 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, quelques-uns jdes 
adjectifs qui contmencent par B, et feront V analyse ci-après. ,^ 

f^- »' * i-^ ^^.^nalyscj f^^^bçnjJasteur du village. 

19me Exercice, (grammaire, n. 71.) 

Les élèves écriront les adjectifs ci-dessoUs suivant le genre des 
substarMfs qu^ils qualifient. 

Un homme las, une femme la<i^Un mal temporel, une peine 
lempore.^A-Un bien pareil, une maison pareitfC — Un religieux 



11 — 



profès, une religieuse furoCetif^'Un profit net, une somme net.^^ 
Un journal quotidien, une Dublication quotidie^^ar-Un hom me 
bouffon, une femme bouffon .-v — Un discours sot, une^ison ao^SZ^ 
—Un effort nul, une -démarche nu.é^Un nombgre concret, une 
somme concr jftfiS^Un air inquiet,une figure inqui^f|p^n ayis secret, 
une loi secriki^l-Le poil ras, la barbe ra 4>C / 

Les élèves copieront, dans le vodabulaire, quelques-uns des ad-/ 
jectifs qui commencent par C, et feront V analyse ci-après. ^ 

^analyse. Les glorieuses entreprises. Les soldats courageux-^ ), 
2Qe. Exercice, (grammaire, n. 72<81.) . 

Les fUves écriront les adjectifs ci-dessous suivant le genre des t 
substantifs qu^ils qualifient, •■ ^ ^» ' 

Un nouvel ordre, une nouve*. preuve.^^^^n i^^^iguit, une 
pâte mo. . — ^Un vice honteux. . , une passion ' "~ '""'' 

[ prit doux ., une parole dou. . — ^Un drap rbi 
— Un discours bref, une réponse br. . — Un^ 
forme oblong. • — Un air bénin, une figure bf 
de l'eau frai.. — Le mot favori, la maison] 
tiers.., une personne tier.. — Un homi 
fran.. — Un usage turc, une coutume lui 
une allées.. — ^Un homme tyran, une femi 
me pécheur, la femme pèche. . — Un usage 
gre.. 

Les élèves copieront, dans le vocabulaire, quelques-uns des ad" 
ijeetifs qui commencent par D, et feront Vanalyse ci-après, 

,j3nalyse. Le nouvel ordre de choses, 

£XERCICB8 CORRE8PONDAT7T A LA ve. COMFOSITfON. 

Les élèves écriront les adjectifs ci-dessous suivant les substantifs 
quHls qualifient, . 

La créature corporelle. ., le mal corpore. . — ^La rose fraîche, le 
bouquet frai . . — -La peine remise . . , le pédhé remi . . ^ — La faute 
absoute.., le péché absou.. — La muraille «èche* — Un homme 
auteur, une femme auteu.. — Une vigne stérile.., un jardin été- 
ril. . — Cet homme s'est déclaré mon protecteur, cette femme s'eitt 
déclarée ma protect.. — Cet homme inventeur, cette femme in- 
vent.. — Cette femme est une persécut. ., un tyran. — Un champ 
productif, une terre producti. . 

Les élèves feroni Vanalyse ci-après. 




— 12 — 



analyse. Le père tendre, Vami chariiable, 
21e. Exercice, (grammaire, n. 82-85.) 

Lei élèves mettront au pluriel les substantifs ci-dessous, d feront 
accorder les adjectifs qui s'y i apportent, 

La peine copiïa/.. — La couleur 6/eu.. — Le principe gêner.. 
— Le joli,, enfant. — La joli,, personne. — La ionwe... âme — La 
dépense continuel,, — La peine éternel,, — La bel,, histoire.-V 
L'habit neu,, — L'homme gai,,, la femme gai, , — L'autorité su- 
périeur,, — L'affaire J9u6/i.., le travail j»«W«. . — La prière men- 
tal, , — Le nouvel emploi, , — Le bel, , oiseau. — La vie modéré, , 
—L'enfant heureu . ,. — L'habit bleu , , —L'homme brvn . . — Le 
caractère fr«n.. — ^Le couteau tranchan,, — Le jour serein,, — 
Le \&ma froid,, — La plume bien exercé, , 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 

par.^f et feront Pimalyse ci-après, ^mtn> si^i^{ 

,^/' ^analyse, La lecture amusante. Les livres dangereux, -^^ 

^ ♦/; 22e. Exercice, (grammaire, n. 86-88.) 

1 " -L^fi é/^ves/cronf accorder les adjectifs c2-cfewow5. ^^.^.y^- 

Des entrées g/aaa/.., des vents glacia,, — L'amitié conju- 
gM,,f les liens conjug, , — Les louanges banalf,,, les fours ban, , 
— La collation jfrtegaZ. ., les repas/rwg-a. . — Les règles gramma- 
tical,,, les principes grammati,, — Les histoires immoral,,, les 
discours tmmor. . — La communion /^a^caZ.., les cierges /^a^e-a.. 
Le droit /)n»iorrfia/, les droits j3rmor</i.. — Le riche et le* pauvre 
sont éga, , après la mort. — Ma mère et mon père 8ont^égaîement 
bon, , — L'officier et le soldat sont subordonné , au colonel. — Celle 
toile et ce drap sont bon,, — La maison et le jardin sont fort 
grand, , 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 
par F, et feront l'analyse ci-après, 

,^alyse. Les vaillants soldats des armées françaises, 

23e. Exercice, (grammaire, n. 92-98.) 

Les élèves mettront, ce, cet, cette, ces devant les mots ci-dessous,\ 
selon le genre et le nombre. 

Cet accord, . . anges, . . arrosoir, . . borne, • . bonnet, . . calom- 1 
nie, . . conscience, . . dépenses, • . dessin, . . épitre, . . évangile, | 
• . espace, • • fermeté, . . génie^ . . glace, . . grêle, . . bâillon, . . 



— 13 — 



a«iï;^.>j.iJ'fJi^- 



)t8 d-dessousA 



lommage, . .idolâtrie, . .index, . .jambon, . .joie, . .luttes, . .mai- 

)n, . . morale. . . nœud, . . opinion, . . odeur, . . os, • . passion, . . 

:ier8onne, « Vice, ..quantité, ..racine;, ..sable, ..scrupule, .. 

sciences,* sternes, ..taille, ..tasses, ..troupeau, ..usage, -.. 

[vèhémenco, o. vengeance. 

Les élévea copieront quelques-uns des adjectifs qui commnceni 
ir H, et feront l'analyse ci-après, 

Analyse, Cepèrey cette mère^ ces evfants aimables, rc^x^VV 

24me. Exercice, (grammaire, n. 99-105.) 

Les élèves copieront les phrases ci-dessous en mettant les nom- 
3reâ en toutes lettres et compléteront les mots. 

Sous Charles V il n'y avait que 1000 volumes à la bibliothèque 
royale, présentement elle en possède plus de 700,000, sans comp- 
iler près de 80,000 manuscrits. — Le froid fut très-grand en 1709. 
-L'an 5900 de la création. — Mercier a fait un livre intitulé l'an 
i4)4i0, — Les mil . . d'Angleterre sont un peu plus forts que les 
itl.. d'Italie ; ils valent un tiers de nos lieues. — Savez-vods ce 
jue c'est que 500 écus? Oui, nous savons que c'est 1,500 livres. — 
)n m'a livré 200 de paille. — Voici une terre qui vaut 4,280 francs. 
—Quel . . vil . . habitez-vous ? — Quel . . leçon apprenez-vous ] — 
iuel. . richesses possédez-vous ? — Quel. . est votre avis î 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 
I, et feront Vanalyse ci-après, 
^analyse. Mille hommes courageux, soumis au chef habile. 

Exercice correspondant a la vie. Composition. 

Les élèves compléteront les mois ci-dessous et mettront les 
hres en lettres. 

Les terres sablonneu. .; ce. . homme a fondé des hôpitaux ;les 
couleurs \i\e\i,,', les principes génér..; les en/an/s rebel..; lés 
)jambes et \es pieds enflé. . ; \e9p0ts et les sceauv plein. . ; les yeux 
mver. .,; les habitudes modéré . . , réglé . . , laborieu . . , — Les Aoî»- 
vain. . , orgueilleu. . et léger. . . — Les lions cruel. ..; les Hon- 
tes cruel . . . — Les hommes vindicatif. . , lea femmes vindicati. . — 
M&A bsBn,» ouvrages', les henu ,, oiseaux ; lesnouv.. états. — 
■C. est venu l'an du monde 4004. — Une armée comj^ée de 
î,290 soldats. L'hiver fut très froid en 1709. 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 
tr J etfeJ'ont Vanal^fse ci-après, 

Analyse, La récompense du plus courageux. 



— 14 — 



i 



EXERCICES DE RÉCAPITULATION SUR 
L'ACCORD DES ADJECTIFS. 

2dei Exercice (grammaire, n« 68'-S2.) 

Les élèves comploteront le» adjectifs à-desiùUê. 

Cet fitnmne s'est rendu acctwa/.., cette femme 6*e8t rendue 
accusât»», — On a mis un centime addition» »t une somme arft/t- 
iion» , » — ^Expression adverbial.,.— Yénèloa était d'un caractère 
dou.»et affabl»». — Le» serpents ailé». aonl (ottdangereu»»» — 
Les. vieille» écriture» ne sont pas /ac»7..à lire. — Ces biens sont 
aliénabl,», — Cette liqueur est amer»» y ce vin est ame^.t-^ha 
géographie et l'histoire sont deux sciences inséparabl . , .-^Lea fa- 
cultes anfma/,« ., les esprits- anm... — Une rente annueL,fdea 
revenus annuel. . , — I^s peines actuel. . , le péché ocfiz«. •.—La 
France est atZ/ocen.. à l'Espagne. — La simplicité des mœurs an<i- 
gues est admirabl, , . 

Les élèves copieront quelguts-vns des adjectifs qui commen* 
cent par ht et feront V analyse ci-après. 

.finalise. Le bon précepteur des enfants, 

26o. Exercice, (grammaire 94»-9S.) 

Les élives com\AHe)VOTii les adjectifs ci-dessous. 

Il est dou^ .de jouir dans la solitude des pl«isrrs tnnoccn* .que 
rien ne peut ôter à l'homme sag... — L'homme monc/a?.. prend 
les biens appttr«n..[iom les véritabl.,,-'—Vn buste adhértn,,^ 
son piédestal) dés statuer ctdhéren,,k leurs piédestaux. — Voilà des 
àom applicabl . . à l'PIÔtel-Dieu. — Ce fruit est âpr,,^ ceanèûea 
Boni âpr.», — Des plantes açua/^^.., des oiseaux a^ua/t... — 
Cette sentence est ardiVro/.., ce jugement est ar^tïm... — Celte 
cloche a un son argentin, une couleur argenti»*, — Ce sont des 
pensées ^tt&/}7.. y des esprits substiL,, — L'homme est plus sou** 
veni encli», à blâmer que «avon.. à bien faire, cette personne est 
encli» » à un défaut bien dangereu» , , — Ce père est laborieu, , et 
extt,^ à remplir ses devoirs ; cette mère est laborieux » et exa, » ^ 
remplir ses devoirs» ' ' 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 
par M f et feront V analyse d'oprès, 

»/Inaly 9e, Le dernier jour du monde. 



— 15 — 



uin^'-^,^Q 



27e. Exercice, (grammaire, n. 93-9S.) 
Le» ^/^v<« compléteront lés mois ci-dUssousi 

Ces enfants sont assidu, » à l'école. — Cette mèro est' a5«t(/ii*. 
à^ son travail.— Un enfant qui a l'humeui^ bizar*». — L'esprit 
bizar. . eBtJétêêtabl»*. — Les couleurs ^/t«. ., les yeux bleu,,»'-^ 
Les aurores boréal. . son fréquen» . dans le«régions sepientriona, . 
-'-Un homme captif t des femmes capii, . — La fausseté des plaisirs 
présen,» et l'ignorance des plaisirs^ absen** causent Pinconstanee. 
— Dans la plupart des roman?, on ne trouve que conversations 
tendre.,, que sentiments /7a«£^n^.., q^e peintures séduuan».^ 
que situations a/arOTan .. pour la vertu. — Celui' qui n'a jamais vu** 
la lumière ;7ur. . est pins aveugle qu'un aveugl..'né. — Nous 
sommes a vm^/. . sur nos défauts ei clairvoyan.. sur ceux des 
outres. — Voilà des fleura méridional. . , des fruits méridiona . . . — 
Une pièce théâtral.. ^ des concerts ihtâtra... 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 
\par Nrft feront V analyse ci-après. 

.analyse. Le commerce des. pays éir^angerSé 
Les élèves compléteront les mots ci-dessous. 

28e. Exercice» (grammaire^ 69*81.) 

Les contrées glacial. . sont de irist. . habitations, les vents gla» 
cia. . y font sentir leur viv. . ardeur. — Dés louanges banal, ., des 
fourd bana... — L'amitié conjugal.., les liens cor^tga,.. — Le 
riche et le pauvre sont éga.. après la mort. — Mon père et ma 
mère sont également bon. . . — L'oflicier et le soldat sont «t/^orcfon. . 
au colonel. — Le vice est ingénieu.. à se déguiser. — Le feu et 
l'eau sont oppos. . . — Cet enfant et sa sœur sont vindicati... — Ces 
hommes pécAei/r. . , ces femmes pécher. . . — Notre coHir et notre 
âme sont bien inconstan . . . 

Les élèves copieront quelques-vns des adjectifs qui commmcent 
par Oî et feront l'analyse ci-après. 

Jtnaly se. Le tendre ami des enfants, 

EXEBCIGE CORRESPONDANT A LA Vll^. COMPOSITION» 

Les élèves compléteront les mots ci-dessous,^ 

Les règles grammatical.., les principes grammaiica,,, — Lés 
histoires immoral,. ,\eQ livres immora, . — Les coIlations/rt<^a/* *, 



;-.;i*^. 



r 



,, ,, .,■:'.-; ^ u ^ 

lerepaafruga,,. — Une qualité social»*. des rapports «ocza... — 
Uue parole moL», un discours mo.., — Une bon», nouvelle, un 
nouo- . accord. — Le chemin aeCt les routes sec. . . — L'air frais* . , 
la matinée fraî... — L'ironie était la ûgure favori., de Socrate, 
c'était son amusement /avor. . . C'est une nouvelle /au. ., c'est un 
jugement/cru. . . — Le lait, le miel, le sucre sont dotu . . — Les hui- 
les d'amande dou.. , — Des cheveux roux.,, des couleurs rou, , , 

Les élèves copieront quelques-uns d^s adjectifs qui commencent 
par P, et feront V analyse ci-après, >> = - 

Analyse. Les ennemis du repos public. 
SUR LE PRONOM. 



f?>f 



29e Exercice, (grammaire, n. 110-115.) 



Les élèveSf en copiant les phrases ci-dessous, désigneront les 
pronoms personnels par un trait tiré sous chacun d'eux. 

Tu te trompes si tu crois que nous t'attendrons jusqu'à ce que 
tu aies fini toutes tes affaires. — Il se trompe lui-même. — Il veut, 
elle veut, ils, elles, eux, veulent. — Les méchants osent se promet- 
tre qu'ils seront heureux en ce monde et en l'autre, ils se trompent 
et bientôt ils s'en apercevront, mais il sera trop tard. — Pour con- 
naître les hommes il faut les fréquenter, les étudier, les éprouver. 

Lêè élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commenceni 
par Q, et feront P analyse ci-après. 

Analyse. Les travaux immenses des champs, des vignes. 

30e. Exercice, (grammaire, n. 116-120.) 

Les élèves distingutront les pronoms possessifs des pronoms ad- 
jectifs possessifs, en tirant deux traits de plumes sous chacun des 
premiers et un sous chacun des seconds. 

Voilà un excellent livre, le mien, le tien, le sien, le nôtre, le 
vôtre ne sont pas aussi estimés. — Mes livres, vos images, les leurs, 
coûtent le même prix. — Mes occupations sont utiles, les vôtres te 
sont encore davantage. — ^Vos habits et les leurs ont été fàils le 
même jour que les miens.- — Ces enfanta aiment leur père, ceg pa- 
rents aiment leurs enfants. — L'amour de Dieu, la connaissance do 
sa bonté, de sa sagesse et (\e sa providence sont no3 premiers be- 
soins.— 4VIa tâche est finie, la tienne, la sienne, la lisur le sont- 
elles î 



— 17 — 

Les élèves copieront guelgues-uns des adjectifs gui commencent 
par K, et feront V analyse ci-après. 

analyse» La peine des coupables* 

PRONOMS DÉMONSTRATIFS, CONJONCTIFS ET INDÉFINIS. 

31e Exercice, (grammaire, n. 121-128.) 

Les élèves distingueront les pronoms démonstratifs, conjonctifs 
et indéfinis ci-deasous, en tirant Un irait sous les premiers^ deux 
sous les seconds et trois sous les troisièmes. 

Ces personnes dont je vous avais parlé et qui m'avaient promis 
une visite sont arrivées, ce sont celles-là même que vous avez 
rencontrées. 

Ce ne sont ni les arts ni les métiers qui dégradent l'homme, ce 
sont les vices honteux auxquels il se livre et dont il ne veut pas se 
corriger. 

Ces tableaux ont chacun leur mérite ; on les estime beaucoup. 
— Si l'on remarque les défauts d'autrui, ce doit être pour n'y pas 
tomber soi-même. — ^Un auteur qui est sensé, qui sait bien sa lan- 
gue, qui médite bien son sujet, qui travaille à loisir, qui consulte 
ses anus, est presque sûr de réussir. 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs gui commencent 
\par S, et feront Panalyse ci-après, ? « 



"■ffVlvf0 ■ 



analyse. Cette lionne mère des pauvres, 
RécaUtulation sur les pronoms. 

3âe. Exercice, (grammaire, n. 105-128.) 

Les élèves distingueront les pronoms ci-dessoust en les écrivant 
Ipar colonnes et séparément, selon leur nature. 

Mes frères et mes sœurs sont plus instruits que tes frères et tes 
[sœurs. — Nos contrées sont plus fertiles que les vôtres. — La vertu 
ii le vice ont des fins bien différentes, celui*ci conduit à la mort, 
:elle-là à la vie.-— Les hommes dont je vous ai parlé, les lettres 
]ue je vous ai écrites, les amis qui sont venus me voir, tout cela 
l'a singulièrement occupé.—'Tes occupations sont utiles, les 
lionnes le sont bien davantage. Les élèves dont vous m'avez 
>arlé et que vous m'avez recommandés se comportent de manière 
mériter la continuation de vos bontés et de vos attentions. 



■ / 



— 18 — 

Lea élèves copieront guelgues-uns des adjectifs qui commencent 
par Tf et feront Vanalyae ci-après. 

Analyse, Les bonnes habitudes ^s élèves. 

Exercice correspondant a la viue composition. 

Les élèves désigneront la nature des pronoms ci-dessous. 

Chacun songe à soi. — Nul élève n'aura congé ; aucun ne sortira 
sans avoir récité sa leçon. — Quiconque veut arriver au ciel doit en 

{)rendre le chemin. — Louis et François se sont battus l'un l'autre ; 
equel avait raison, on n'en sait rien ; celui-ci accusait son cama- 
rade, celui-là se défendait avec force. — Mes amis sont arrivés, 
avez-vous des nouvelles des vôtres. — Nous leur avons écrit, mais 
nos lettres ne sont pas parvenues, ainsi qu'ils nous l'ont fait dire 
par quelques-uns de leurs amis. 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 
par U, et feront V analyse ci-ap'ès. 

Analyse. Mes livres f les nôtres, les vôtres. /^ '' 

33e Exercice, (grammaire, 117-121.) 

Les élèves placeront ce, se, c' ou s' selon le sens des phrases 
ddessêus. 

Ce ne sont pas ceux qui . . louent, qui . • vantent, qui . . flat- 
tent, qui . . estiment eux-mêmes qui sont véritablement estima- 
bles ; mais . . sont ceux qui . . appliquent à . • rendre vertueux, 
qui travaillent à • . rendre bons, à • « corriger chaque jour de quel- 
que défaut. — ..est de votre négligence que vos amis., sont 
plaints. — . . est moi, . . est toi, . . est- lui, . . sont tous les hommes 
qui paraîtront devant Dieu. 

Les élèves copieront quelques-uns des adjectifs qui commencent 
par V, et feront Vanalyse ci-après. 

Analyse. Les prix des vacances, 
34e Exercice, (grammaire, 117-121.) 

Les élèves placeront ce, c', se, s', son, ces, ses suivant le sens 
des phrases ci-dessous. 

L'homme vertueux .. applique à régler •. désirs, .. goûts, 
• . travaux, .. plaisirs, .. affections, en un mot, toute .. conduite^ 
•ur la loi de Dieu.— Malgré les persécutions Téglise . . est établie, 



— 19 — 



elle • . est soutenue et . • est même affermie ; . . est une preuve 
de la divinité de . • morale et de * . préceptes. — Qu'est • . qui 
affligera l'homme au moment de. . mort sinon . . fautes qu'il aura 
commises, • . habitudes qu'il aura contractées, « • plaisirs défendus 
qu'il aura aimés. — • • est une grande erreur, • . est même une 
folie d'offenser Dieu, et . . est . . que ne comprennent pas . . jeu- 
nes libertins, . . homme sans foi, sans mœurs, sans religion. 

Les élèves feront Vanaîyse ci-aprês, 

' analyse. Vos amis, les nôtres, ^ ' ? 'f ; 

35e Exercice, (grammaire, n. 121.) 

Les élèves placeront les mots cïlui-ci, cislui-la, ceux-ci, 
CEUX-LA, etc., suivant le sens des phrases, 

Démocrite riait toujours, Heraclite pleurait sans cesse : . .était 
triste, .. était gai. — Nous devons préférer la vertu au plaisir,., 
passe en un moment, . .donne iine jouissance réelle, — Les riches- 
ses et le savoir peuvent devenir funestes, ..en inspirant de l'or- 
gueil, . . en satisfaisant les passions.— Un homme esclave de ses 
passions est infiniment plus à plaindre que celui qui gémit dans 
les fers, . . n'a qu'un seul maitre . . a autant de tyrans que de désirs. 

Les élèves feront Vanaîyse ci-dessotis, 

^analyse. Les leçons utiles. 

^i'r d6e Exercice, (grammaire, n. 123 ) 

' ' Les élèves placeront les mots <iui, que, dont, le<iuil, la- 
quelle suivant l« sens des phrases ci-ckssous. 

Dieu . . nous devons admirer les œuvres, et • . nous devons 
servir avec fidélité, nous prépare des récompenses. — Voici des 
arbres, .j'ai plantés et • . j'ai vu grandir. — ^Voici des arbres • • le 
fruit est excellent.— Procurez-vous les choses . . vous avez besoin. 
—Achetez les choses, «vous sont nécessaires, spécialement celles 
. • vous m'avez parlé, et . . me paraissent les meilleures. — Les 
enfants . • j'instruis et le jardin . . je donne mes soins m'occu- 
pent continuellement. — Il n'y a rien de bien. .Dieu £ie soit l'auteur. 

Les élèves feront Vanaîyse ci-dessous, 

Arudyse. Les savants élèves d«s classes. 

Exercice correspondant a la ixe composition. 

Les élèves désigneront la nature des personnes ci-dessous,. 

L'homme qui veut *se perfectionner doit s'étudier i connattre 



't, 'i^î 




— 20 — 

Bes obligations, se faire un devoir de bV rendre fidèle, malgré les 
obstacles qui se rencontrent. — Cet enfant s'est instruit et 3*est 
acquis l'amitié de ses parents et de ses maîtres. — Ces hommes doi- 
vent se faire un plaisir singulier de s'entr'aider. — Ce qui me plaît 
dans ces enfants, c'est leur modestie. — ^De toutes les vertus celle 
qui se fait le plus admirer c'est la force d'âme ; le plus respecter, 
c'est la justice ; le plus chérir, c'est l'humilité. — Ce n'est pas être 
grand que de se louer et de se vanter soi-même, c'est, au contraire, 
s'avilir et se rendre méprisable aux yeux de ses semblables. 

Les élèves feront V analyse ci-dessotts, 

analyse, La valeur des Français, 



SUR LE VERBE. 



/jj'tjiîi 



i 



i 



37e Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 

Les élèves souligneront les verbes ci-dessous» 

Il faut éviter le mal et faire le bien. — Il faut haïr le vice, et 
aimer la vertu. — Nous devons croire en Dieu, espérer en lui, et 
l'aimer de tout notre cœur. — ^Nous devons aussi aimer notre pro« 
chain, le secourir dans ses besoins et le consoler dans ses peines. — 
Il faut savoir dissimuler si l'on veut vivre en paix avec tout le 
monde.— -Aimons à connaître nos défauts si nous voulons nous en 
corriger. — ^Nous recevons, vous pardonnez, ils demandent. 



Les élèves feront Panalyse ci-dessous. 

Analyse, Il fait lire, 

38e Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 



16 



Je donne mon bien aux pauvres, tu donnes ton bien aux pau- 
vres, il donne son bien ^ux pauvres, etc. Jusqu^au futur, 

. il 
Les élèves feront Panalyse ci-dessous, 

^analyse, La vertu est aimable, le vice est odieux, 

39e Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 

J'avertis mes amis, tu avertis tes amis, il avertit ses amis, etc. 
eiG, Imparfait, conditionnel et futur, ' 



il 



— si- 
llet ilives feront P analyse ei'deisout, 
Analyte, Celui qui donne bon exemple sera réeùmpensS, 

40e Exercice, (grammairei conjugaisons.) 

Je dois une somme, tu dois une somme, Il doit une somme) etc. 
etc. Imparfait, passé déterminé et passé indéterminé» 

Les élèves feront P analyse ci-dessous, 

analyse. Dieu punira les méchants, il récompensera les bons* 

Exercice correspondant a la xe composition. 

Les élèves mettront nous au lieu (fe je etjeront les accords» 

Si dans ce moment /e respire, je pense, Reparle, je marche, cW 
Dieu qui me soutient. Je ne puis rien de moi-même et /e tombe- 
rais à l'instant dans le néant si le Seigneur se retirait, .fe dépends 
do Dieu en toutes choses ; Je viens de lui ; je ne puis trouver mon 
bonheur qu'en lui ; je retourne à lui et bientôt je paraîtrai en sa 
présence. ^ 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. 

Analyse, C^est le seigneur gui opère les merveilhs dont nous 

sommes témoins* 

- 41e Exercice, (gra mmaire, conjugaisons.) 

Je vends une maison, tu vends une maison, il vend une maiecn 
etc. etc. Futur, conditionnel et impératif. 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous, 
•analyse. Vous recevrez du ciel une récompense imm ortelle, 

42e Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 

Je plie du papier, tu plies du papier, il plie du papier, etc. Les 
temps du subjonctif. Que je plie.... 

Les élèves feront Vanalyse ci'dessous, 
Analyse, L^homme bienfaisant entend les gémissement sdu pauvre 

43. Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 
Le futur, le conditionnel et le subjonctif du verbe rendre. 

Les élèves feront Vanalyse ci'dessous, 
^analyse, J^ous sommes arrivés au temps convenable. 



— 22 — 

44e ExiRcici. (grammiire, conjugtiioni.) 

Le mode indicatif du verbe conjuguer, 

Lei élèves feront Vanalyse ci'dawut* 

tânalyte» Étudions nos leçons, nous gagnerons un prix* 

EXKROICB CORRESPONDANT A LA XIO COMPOSITION. 

Les élèves compléteront les mots en italique ci-dessous* 

Voyez ces animaux libres fiers, de leur indépendance ; ils /ut.... 
la présence de l'homme ; ils dédaigne., ses soins ; ils cherche., et 
trouve., eux-mômes leur nourriture ; ils erre.., ils bondisse., et 
cueille.,,, les productions de chaque nouveau printemps. Souh un 
ciel serein ils respire., le bon air, ils devien., forts, nerveux, agiles, 
n n'en est pas de même de ceux que nous avons à notre disposi- 
tion ; ils languisse.., perde., une partie de leurs qualités et se dé' 
nisture.* en quelque sorte, ils maigrisse* .et meure. .avant le temps. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous* 

•analyse* Les deux publient la gloire du Seigneur et annoncent 

sa grandeur* 

45e Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 

Les élèves compléteront les mots en italique* 

Maintenant nous voulons, vous vou/. *, ils veule,* servir le 
Seigneur. — Hier yachtt * * , ia acheta**, il acheta, nous achet**, 
vouB achet**, ils achet** un livre. — i>ematn nous ^crt. .,vou8 
écri**, ils écri* * une lettre. — Il /au< que nous appren**, que vous 
appren**, qu'ils appren. . les leçons. — 1\ fallait que nous parla*,, 
(fod voiuparl, , qu'ils pari, , bon français pour plaire aux profes- 
eeurs qui le veule. , absolument. — 1\ faudrait que nous eus* * fini, 
que vous eus* * fini, qu'ils eusse* * fini les devoirs pour mériter les 
récompenses promises. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 

.analyse, V abondance des fruits réjouit le cultivateur, ' < 

46e Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 

Les élèves compléteront les mots en italique ci-dessous* 

S'il était jour, je lirais, tu lira,,, il lira**, nous /«>.., vous 
lir* *, ils lir* ,— Autrefois Cachet**, tu achet**, il ache**, nous 
ache* • , vous ache*,, ils ache, • des plumes. — Demain je mesure» • 



— 23 — 

tu meêur*»f il m«iir. ., noui meaur» . , voui meêur,,f ili mesur» • 




£f« éUvtsJeronl Vanalyst ci-deaêou$* 
Analyse. Le Seigneur proUf^t et défend ses serviteurs',' 

47o EXERCICE, (grammaire, conjugaisons.) 
Les élèves compléteront les mots en italique ci-dessous» 

Nous aimons l'étude et nous la regar, . comme un principe 
d'aisance et de fortune — Nous recevrons avec reconnaissance iea 
récompenses qu'on voudr, . bien nous donn,» — Nous écrivons à 
noire père pour lui apprendre que nou» joui» . d'une bonne santé» 
et que nous eapi»,\9 voir bientôt. 

Vous auriez raison cTe^j?^)*. . le premier prix si vous irava»» 
bien, mais vous nég . . vos devoirs, tout le monde en conv , . voua 
eonven (1) de vos torts, mais vous ne vous cor, . pas. 

Ils aiment les récompenses et s'^efforc» . de les mériter ; ils rSc^ 
(1) bien parce qu'ils étudi, . sérieusement ; ils compren (i) leur» 
leçons parce qu'ils réfléchi* . beaucoup. 

Les élèves Jeront l'analyse ci-dessous, 

Analyse, Le» grandes actions excitent Vadmuraiinn puhliqw, 

48. Exercice, (grammaire, conjugaisons.) 

Les élèves compléteront les mots en italique. 
Je serai heureux si }ejai,, le bien.- -Je dois fuir le péché 
comme }efuir (2) à la vue d'un serpent. — ^Jesais que je comparai 
• . un jour devant le tribunal du souverain juge.~--Je possèd (3) 
la couronne céleste àifobs,, les commandements. 

Tu dois donner ton cœur à Dieu tous les matins dès que tu 
f éveil (1) — Tu prendrais bien plus de précautions si tu connai, •- 
les dangers de la vie.— Tu jouis du plaisir qui passe et iu per (1) 
le bonheur éternel. 

Cet enfant peut s'instruire et il s*inst.,en effet par l'application 
qu'il don,, AUX leçons qui lui sont expliquées. — Dès qu'il est dans 
la peine, il appel, .le Seigneur à son secours, et il a raison, lui seul 
pouvant le soula . . ; il pri ( 1 ), il espèr . . , il demand, , avec instancer 

(1) Présent. (2) Conditionnel. (3) Futur. 



^ 



— 24 — , 

Les élèves Jeront V analyse ci-dessous, 

Analyse» V espoir adoucit la peine présente, 

Exercice correspondant a la xiie composition. 

Les élèves compléteront les mois ci-dessous en italique. 

Les hommes jetant les yeux sur les misères de la vie ; gémis-' 
sentfS''afflig..fBeplaig..y déplor,, leur mallieureux sort, ils ^Tre- 
tend,, que les maux surpa,, les biens dont ils ^om'.., que les 
«fflictions en rempli, . le cours de la vie, et que le bonheur n'y 
appar, , que rarement ; mais s'ils réfléchi (1) ils ver* . que tout y 
est réglé pour le bien général des différents peuples qui habi, • 
le globe. — Et en effet, ce qui nui (2) aux uns est nécessaire aux 
autres, et réciproquement, nous dev (2) donc ador, , les desseins 
de Dieu et nous soumet., à ses ordres. 

Les élèves feront^p analyse ci-dc^sovs, 

analyse, LHngraiitude indispose le bienfaiteur et éloigne les 

bienfaits, 

SUR LE PARTICIPE. H 

é9e Exercice, (grammaire, n. 212-216.) ' 

Les élèves distingueront la nature des participes ci-dessous. 

En aimant le seigneur et observant ses commandements on tra- 
vaille pour soi-même. — J'ai reçu, tu as fini, il a rendu, nous avons 
vu, vous avez lu, ils ont entendu, nous sommes arrivés, vous êtes 
venus, ils sont repartis. — Levant les yeux au ciel et se souvenant 
que Dieu le voit, cet enfant marche constamment dans la voie de 
la justice. — Ces hommes se /zurn»/ à leurs passions, se sontjaré- 
sipités dans le malheur. 

Les élèves feront Panalyse ci- dessous. 

Analyse, Vhomme vertueux est indulgent envers tout le monde, 

50e Exercice, (grammaire, n. 217.) 

Les élèves compléteront les participes ci-dessous. 

Le fruit acheté,,, les fruits achet,,, la toile achet,,, les'toiles, 
achel,, — Le raisin vend. ., les raisins vend,,, la maison vend, ., 
les maisons vend,,, — L'ouvrage fini, les ouvrages /ni. ., la 
journée j^m.. les journées /ni. . — Le prix reçu, les prix reçu, ., 

(1) Imparfait. (2) Présent. 



— 25 — 

la somme ri^»»^ les sommes reçu. • — Le compte rend,»^ les 
comptes rendu, . , la somme rendu, . , les sommes rendu, « — L'en- 
fant aimét les enfants aim,,, la mère aim,*, les mères aimé, «-— 
Le père respecté , les pères respect, .—Le père crain,,, les pères 

Les élèves feront P analyse ci-dessous, 

^analyse, Vhomme sage jouit avec modération des plaisirs de ce 
, monde, - 

51e Exercice, (grammaire, n. 217.) 

Les élèves complèttront les participes ci-dessous. 

Qu'elle est belle cette nature cultivé,, ^ qu'elle est brillante et 
pompeusement paré,,! L'homme en fait le principal ornement, 
son bras laborieux en multiplie les richesses ; les ûems propagé ,, f 
les fruits multiplié,., les plantes perfection,,; l'or et l'argent 
tiré.,, du centre de la terre ; les rivières et les fleuves dirigé,, ^ 
resser , , y uiilis , , , les torrents contenu,.; \a mer exploré,,; les 
vallées cnncAi. .; les collines c/mrg-c. . de vignes, et leurs som- 
mets couronn,, d'arbres fruitiers ; des déserts changé,, en habi- 
tations commodes ; des routes ouvert, ., des chemins fréquenté,, 
et tout cela est l'ouvrage de l'homme. 

%i la Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. \,i. 

Analyse, La politesse est la bonne grâce ajoutée au bon cœur, 
, 62e Exercice, (grammaire n. 217.) 
Les élèves compléteront les participes ci- dessous. 

Un jour on verra la grandeur humilié ,,, abaissé ,, , foulé, , aux 
pieds ; le vice condam, , repous,,, pun,.; les pécheurs atterré,, ^ 
épouvanté.,, foudroy,,\\^ \ertu préconisé,,, exalté,,, récom- 
pensé..; l'humanité 5ow/agé. . relevé,, t divinifé,,] la pauvreté 
béatifié, . ; les richesses dédaigné, . ; la perfidie déjoué, , ; le pardon 
généreusement accord, , ; la nïiséricorde et la justice amplement 
exercé, • • 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. 

Analyse. Une imagination égarée perd la raison. 

Exercice correspomdant a la xiiie composition. 

Des marais desséché..^ des fleuves contenu. . dans leurs lits, des 
forêts défriché,.', des landes cultivé,, ^ des déserts rendu,, habi- 



— 26 — 



tables; des animaux sauvages apprivoisé», et utiUêé»», ne sont 
que les moindres travaux de l'homme.— Les mouvements des corps 
célestes reconnu . . , combiné , . , calculé et exactement représenté» . ; 
des espaces inaccessibles mesuré,, et apprécié,, avec la plus 
grande exactitude, ont prouvé l'étendue de son imagination. — 
Comparez les peuples non policé., aux nations civilisé,, et ins» 
irui,, et vous reconnaîtrez ce que peut l'éducation bien suivit . et 
hien dirigé,. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 

,Analyse, La vertu récompensée^ le vice puni, 

53e Exercice, (grammaire n. 218.) ' 

Les élèves compléteront les participes ci-dessous. 

Que sont devenu ces hommes si vanté,,! Les gens de mérite 
étaient, connu,, et estim,, parmi les anciens. — Les anciens 
étaient généralement persuad, , de l'immortalité de l'âme. — La 
vertu timide est souvent opprim,, ou mépris,, — Que de grands 
personnages sont ^om&é.. par suite de l'orgueil, sans s'être jamais 
relevé,, — C'est au tribunal divin que seront cité,, tous les 
humains et que leurs œuvres seront pesé, , , examiné, , , et TécorH' 
pensé,, ovL puni,, i selon leur mérite. — L'histoire ancienne et la 
moderne sont également étudié,, dâus les écoles. j; :. 

Les élèves feront Vanshse ci-dessous. 

^analyse. Les impies seront punis au Jour du jugement, 

54e Exercice, (grammaire n. 218.) 

' \' ' Les élèves compléteront les participes ci-dessons, "" 

Les langues ont été /orme., avant que les grammaires fussen 
connu. ., de même l'éloquence est né. .avant que les règles de la 
rhétorique eussent été imaginé, , et établi. . — Que sont devenu, , 
ces tyrans, ces oppresseurs des peuples ? Hs sont mort,, et leur 
mémoire est ejfac«.., leurs crimes seuls sont rc*fé.. — Presque 
toutes les découvertes sont cfu.. au hasard. — Il est amv.. de 
grands malheurs, de grands malheurs sont arrivé,, — De quelle 
horreur n'avons-nous pas été saisi, , en voyant les cachots où 
étaient re»/€r;né.. nos meilleurs amis. 



— 27 — 

Lei élèves feront l* analyse ci-dessous, 
•analyse. Les actions du sage sont ignorées du vulgaire, 

- PARTICIPE ACCOMPAGNÉ SE l'aUXILIAIRE AVOIR. 

55e Exercice, (grammaire n. 219.) 

Les élèves compléteront les participes ci-dessous. 

Les préceptes que j'ai donné*, aux autres me seront utiles à 
moi- même, si je les suis, , pair de bons motifs.-!— Les aits que j'ai 
appri, , sont agréables et utiles, et les travaux que j'ai enirepri, , 
auront d'heureux résultats, je l'espère. — Les délits que cet homme 
a commi, , le rendent coupable aux yeux de Dieu et des hommes» 
— Les draps que j'ai acheté,,, et que j'ai ensuite revendu,, sont 
de bonne qualité. — Elevé,, à des places honorables et parvenu, » 
au comble de leurs désirs, les ingrats oublient bientôt ceux qui les 
oni/avorisé. 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. 

.analyse. Ces mauvais exemples ont perdu ceux qui les ont suivis, 

66e Exercice, (grammaire n. 220.) 

Les élèves compléteront les participes ci-dessous. 

Que d'hommes se sont repent.. de ne s'être pas appliqué., 
dans la jeunesse. — Les personnes qui se sont donn. . la peine de 
nous venir voir s'en sont retourné. . sans nous avoir rencontré, • 
— Nos amis se sont écri. . des lettres, ils se sont donn, . des ren- 
dez-vous. — Cette personne s'est rene/u. . à son devoir. . — Ces en- 
fants se sont blessé. . dangereusement, ils se sont crev. . les yeux. 
— Ces mères se sont propos. . de donner une bonne éducation à 
leurs enfants ; elles se sont proposé. . pour modèle à leurs filles. 

Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

.analyse. Les vertus qu^on a pratiquées ont édifié, 

. Exercice correspondant a la xive composition. 

Les élèves compléteront les participes ci-dessous. 

.ânirn,, par l'exemple des autres et ca?aïc..par l'espoir de la 
récompense, ces enfants n'ont néglig. . aucun de leurs devoirs.— 
Les hommes livré., aux passions et abandonné., aux mauvais 
penchants seront bientôt haï, * et méprisé, , de ceux qui les con- 



— 2S — 



nattront. — Ces hommes qu'on avait d'abord regardé, . comme sé- 
vères, ont été par la suite aimé,,, estimé» • et recherché» » — Ces 
campagnes sont enncJ^t.* d'abondantes moissons dû»» aux tra- 
vaux du laboureur et à la bénédiction divine. — Ces arbres sont 
chargé»» de fruits. — Ces chemins sont très uni»» — Ces maisons 
sont bien bâti» » — Ces enfants ont été grondé» » puni» » et traité» , 
comme ils le méritaient. — Ils se sont repenti» » de leurs fautes et 
se sont corrigé»» 

Les élèves feront V analyse ci-dessous, . * ^ 

Analyse, Vos devoirs sontfaitsi vous serez rêcompensù» 

,--w..«.. ,:-'n.= ..v : V •■ EXERCICES •-■-■i---.^' :..- ,.--^^.- 
': SUR LES QUATRE RÈGLES DES PARTICIPES. ■ 

67e Exercice, (grammaire, n. 217-220.) * ■ - 

Les élèves compléteront les participes ci-dessous. {\) 

Les conseils que je vous ai donné», en vous invitant à étudier 
les diverses parties de l'enseignement auxquelles vous êtes étranger 
ne peuvent qu'être approuv» » de tout le monde, vous ne vous re- 
pentirez jamais de les avoir suivi» » Ces personnes ont toujours été 
fort attaché, » aux bons principes qu'on leur a donn», — La justice 
qui vous avait été refusé, » vous a enfin été rendu» » — Nous avons 
rend»,\ea visites que nous avons reç.., mais nous n'avons pas 
rencontré»» les personnes qui étaient venu. • nous voir. 5-^ ,, ...... ^. 

Les élèvesferontV analyse ci- dessous» ' — ^'- ' 

-.\ -y *.. 

•analyse. J^ous avons partagé les dangers quHl a courus, ? ,' 

58e Exercice, (grammaire, n. 217-220.) 

On ne profite des lumières d'autrui qu'à proportion qu'on se les 
est rendu,, familières. — Ces étrangers se sont p7'ésenié,, avec 
tant d'art qu'ils en ont imposé, , à toute l'assemblée. — Les années 
que ces ouvrages ont duré,, — Les livres que j'avais prêté,, on 
mêles ar«zrf. . après les avoir lu,, avec attention. — Les mal- 
heurs ont rent/. . ces hommes savants et éclair,, dans les voies 
du salut. Jîccoutum,, à vaincre les difficultés qui se soni présent, » 
nous les avons toujours surmonté» » à mesure qu'elles se sont ren- 
contré. », 



i 



(1) Même observation pour les exercices suivants. 



— 29 — "'jV;^-'. 

Les élèves feront V analyse ci'dessouSi* 

Analyse* Les leçons que nous avons refues ont accéléré nos progrès, 

59e Exercice, (grammaire, 217-220.) 

Comparez les peuples non ^o/tc^.. aux nations civilisé» ») et 
vous reconnaîtrez ce que peut l'éducation h'ien dirigé,» » — Les 
hommes justes ont toujours été admiré, , et estimé, , par les peii« 
pies mêmes que l'on a regardé, , comme les plus sauvages. — Les 
malheureux que vous avez reçu,,, accueilli, , et secouru, , en ont 
été fort reconnaissants. — Nous nous sommes accoutum,, à sur- 
monter les penchants de la nature.. .Vous ignorez les règles que 
j'ai enseigné, . parce que vous n'avez pas écout. . • les explica- 
tions que j'en ai t^onne.. 

' j; , Les élèves feront Panalyse ci-dessous, 

Analyse. Le vain discoureur a un caractère de folie, 

■■• * 60e Exercice, (grammaire, n. 217-220.) 

Je vous enjoins, écrivait un roi de Chine au gouverneur de Roy- 
onan, de prendre les renseignements les plus exacts sur les pertes 
qu'ont éprouvé, , les habitants dont la vie a été épargn, , par le 
désastre des tempêtes qui ont eu. , , lieu. Je veux que les maisons 
détruit, , ou endommagé, , ^axenirebâti, , ou réparé, , à mes frais. 
Les malheureux habitants recevront, j}a^e. . de ma bourse, tous 
les vivres dont ils ont été privé, , : j'entends que ces secours soient 
administré,, avec célérité et donné., gratuitement à tous indis- 
tinctement, et je serais affiig, . si j'apprenais qu'on eût oubli, , un 
seul homme. Qu'ils sachent que je les aime tous comme mes en- 
fants. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. 

Analyse. Les louanges qu'on leur a données étaient méritées. 

Exercice corresfondamt a la xve composition. 

Lorsque mes frères sont arrivé, , j'avais fini mon travail.— 
Quand nos amis viendront, ils seront reç,. avec honneur.-^Tan- 
dis qa^levé, , au comble de la gloire les justes recevront la ré- 
compense du, , à leurs travaux, les méchants tnépris,, , repouss, . 
et rejet,, loin du Seigneur, seront rédîii,,9MX pleurs et aux lar- 
mes. 

Les mauvais livres que cet enfant a acheté, , qu'il a lu,, et re- 
lu,, lui ont corromp,, le cœur, et malheureusement il les a 



— 30 — . , 

prêt' • à d'autres qui les ont reç, . avec empressement et les ont 
*u»» avec avidité, ne sachjint pas qu'ils fussent capables de leur 
nuire. 

Les élèves Jeront Panalyse ci-dessous, 

analyse» Les soins que la providence nous a prodigués sont 

admirables. 






SUR L'ADVERBE. ^ ^^ 
61e ExEP.ciCE. (grammaire, n. 221 et 224.) - 

Les élèves souligneronl les adverbes ci-dessous* 

J'ai déjà fini. — Mon ami oublie facilemeni le mal. — J'aime 
mieux me taire que de parler mal-à-propos. — L'égolsme et la cha- 
rité ne se rencontrent jamais. — Il ne faut pas s'impatienter. — ^Je 
partirai aujourd'hui et vous partirez demain. — Pendant que je 
traversais la forêt, tout-à-coup un bruit confus se fit entendre au 
loin. — ^Je vous écrirai après demain au plus tard. — Où vous trou- 
verai-je ? — Depuis peu j'ai appris cette nouvelle. — Il s'est tout-à 
fait mépris. — On doit toujours parler prudemment. — Il bo trouve 
très-bien ici. 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous» 
•analyse, L^ esprit chagrin n^est Jamais content, v v ^ 
SUR LA PRÉPOSITION. 



,..^. . 



62e Exercice, (grammaire, n. 225-229.) 

Les élèves souligneront les prépositions ci-dessous. 

Semblable à son père. — Utile à son ami. — Les fruits de cet ar- 
bre. — Veillez sur vous-même. — Conduisez-vous avec prudence. — 
Comment être heureux sans amis. — Nous ne serons jamais sans 
défauts. — L'intempérance est opposée à la sanié. — Combattre 
pour la patrie. — Travailler pour soi-même. — Vaincre ées enne- 
mis l'un par l'autre. — Monter sur sa chaise. — Gémir dans les 
fers. — Regarder vers le ciel.. .Les pluies qu'il a fait ont nui à la 
récolte. — ^Je partirai après vous et je reviendrai avant vous. — 
Aller derrière lui. — Mettre sens-dessus-dessous. — Pendant la 
guerre. — Parmi les amis. 



— 31 — 



\ 



Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

\Analyse, Les injustices gu^ils se sont reprochées ont été réparées, 

SUR LA CONJONCTION. 

63e Exercice, (grammaire, n. 230-232.) 

Les élèves souligneront les conjonctions ci-dessous. 

Je ne veux ni ne dois ni ne peux obéir. — Lorsque je vous ai 
Idit, et que je vous ai assuré que votre ennemi vous surprendrait, je 
■ne me suis pas trompé, ainsi que le prouve l'expérience. — A 
moins que vous ne soyez utile et même nécessaire, vous ne serez 
pas recherciié. — Je crois que vous pouvez compter sur sa parole, 
du reste je n'en réponds pas. — Il faut aimer la vertu parce que 
Dieu l'ordonne et qu'il récompensera ceux qui lui auront.obéi.— -Je 
le veux bien puisque vous le voulez, néanmoins je pense que vous 
vous en repenlirez.--J'irai vous voir si toutefois j'en ai le temps. 

Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

I Analyse, Les vertus humaines trouvent ordinairement leur tom- 

beau dans l^orgueil, 

64e Exercice, (grammaire, n. 230-232.) 

Les élèves souligneront les conjonctions ci-dessous. 

Comme l'ambition n'a pas de frein et que la soif des richesses 
nous consume, il s'en suit que le bonheur nous fuit à mesure que 
nous le cherchons. — Dieu a établi des récompenses et des châti- 
ments afin que les bons soient encouragés et que les méchants soient 
retenus. — Qui devons-nous plus craindre ou l'animal qui dévore le 
corps, ou l'impie qui blasphème, ou l'athée qui nie, ou le scanda- 
leux qui entraine. — L'amitié disparaît dès que l'estime est dé- 
truite. Dieu permet que nous soufirions afin que nous méritions 
sa grâce en ce monde et sa gloire en l'autre. 

*"■'- Les élèves feront r analyse ci-dessous, 

Analyse* La vanité ébranle les vertus quand elle ne les renverse 

pas. 

Exercice correspondant a la xvie composition. 

Les élèves mettront aupluriel les mois en italique et feront Vaccord, 

Dans la^2an/e...la racine... étant presque toujours dérobée 
aux regards, \e feuillage,,, seul donne le caractère ; il croit avec 



( 



— 32 

elle, la dirige dans les airn où il protège de son abri les tendres ra- 
meaux ; chargé de fonctions importantes, il est à la fois le pour- 
voyeur et Tornement des tiges auxquelles il communique son ba- 
lancement onduleux ; varié dans ses rapports comme dans ses 
teintes, il se groupe, se divise et étale avec grâce ses agréables 
guirlandes. 

Les élèves feront l"^ analyse ci-dessous, - "' ' 

Analyse. Les méchants ne sont pas heureux quoiqu'ils prospèrent 

quelquefois, 

t DÉRIVATION DES MOTS. ^ J, i 

65e Exercice, (grammaire n. 261.) 

Les élèves écriront les mots ci-dessous avec celui duquel ils dérivent. 
Exemple. Abricotier, abricot, — Accorder,. . . . — Acquitter, 
• • • • — Apprêter,. . • . — Appuyer,. . • . — Aptitude,. . . .—Arpen- 
ter,. . . .—Arrêter,. . • . — Artiste,. . • . — Arcade,. . . . — Assigna- 
tion,. . . . — Aviser. . . . — Argenter,. . . .—Amasser,. . . . —Attri- 
bution,.... — Abriter,.... *v . • * 4 '.viu 
Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 

Analyse, La science est un trésor si précieux ! vous V acquerrez 

si vous aimez V étude, .^,^ 

66e. Exercice, (grammaire n. 261.) 

Les élèves écriront les mots ci-dessous avec celui duquel ils déri- 
vent. 

Cabaretier, cabaret, — Canarder,. • .. — Cadenasser,. . . . — Cam- 
per,. . . . — Caqueter,. . . . — Compasser,. . . • — Colorier,. . • . — 
Créditer, .... — Crocheter, .... — Débiter, .... — Débonder, 
, , , , — Dégoûter,. . • . — Draper,. . . .—Damasser,. . . . — Darder, , 
• . . .—Doigter,. . . . — Écarter,. • • . — Débarrasser,. . . . -^ Dédi- 
re, ... . — Éclater, .... — Cacheter, »... — Engraisser, . • • . Excès* 
sif,. . . .—Expertise,. . . . — Extraire,. . . . — Exactitude,. . . . 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 'v t -i f. „r 

Analyse, Quels que soient les attraits delapar^se quelques-uns 
de nos élèves ont su Péviter, 

67e Exercice, (grammaire, n. 261.) 

Les élèves écriront les mots ci-dessous avec leurs dérivés. 

Hiverner, hiver, — Horizontal,. . • . — Impunité,. . • • — Indigo- 



Lei 
Les 



— 33 — 



.^^vV 



quel ils déri- 

r,....— Cam- 

olorier,.«»»"^| 
^Débonder, 
...—Darder,^ 
;....-Dédi. 

itude,»»»' 



se 



quelques- 



A 



eurs dérivés. 
.... —Indigo- 



teriO) . . • • — InduUaire, * • • . — Jeter, • • • • •— Joncheri . • • • — Lani- 
tudO)* • — Liarder,* • . • — Lamentationi* • • .— Maror,uinery. • . • — 
Muscler,. • • . — Oublier,. • . . — Paysage,. . • . — Plier,. . . . — • 
Plomber,. . . • — Poignanier, .... — Policer.* • • . — Polir,. . • .-~ 
Portier, .... — Préciser, .... — Pré voter, .... — Pr' Uial, . . . — i- 
Profitable,. . . . — Professer,. . . . — Profondeur,. . . . — Progrès- 

811, .... "~~ 

Lea élèves feront P analyse ci'dessous, 
Analyse» Quant aux victoires que ce prince a remportées^ files 

ont immortalisé son régne, 

68e Exercice, (grammaire, n. 261.) 

Les élèves écriront les mots ci-dessous avec les dérivés. 

Secoiider, second. — Salutation,. . • . — Sanglotter,* • • • — Sensa- 
tion,* • • • — Serpenter,. . . . — Sourcilleux,. . . > — Sourdement. . • 
-Subitement,. . . . — Surpiise,. . . . — Souricière,. . . . — ^Tamiser, 
... — Tarder, .... — torse, .... — trafiquer, . • • • —tricoter, .... 
-tripoter, • • • • — -Vacciner, . • . . 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. 

Inalyse. Pourrait-on croire qu^il se soit fait tant (PennemiSf 

tout homme de bien quHl est ! 

Exercice correspondant a la xviie composition. 

Les élèves écriront les mots ci-dessous avec leurs dérivés» 

Bondir, bond, — ^Bâter,. . • . — Créditer, . . . . — ^Draperle,. . • .— 
exploiter,. . . • — Fusiller,. . . . — Galoper,. . • . — Hasarder,. . . . 

-Bizarrerie,. • . . — Magistrature,. . . . '— Marchandise,. . • . — - 
[ortel,* . . . — ^Poterie,. • . . — Reposer,. . . . — Tapisser,. . . . — . 
universel — Flanquer,. . . . — 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous. 

^nalySe, Les fruits de la vertu sont doux, ceux du vice sont 

amers. 

REDOUBLEMENT DES LETTRES. 

69e Exercice, (grammaire, n. 262.) - 
Les élèves remplaceront Pastérigue lo par un ou deux bb« 

Les fonctions a^atiales. — L'année 8a»atique*^La tour do 

3 ^ 



# — 34 — 

Batel. — Le cerf aux a«oi8. — Le ca*e8tan. ^i..:. 

2o. par un ou deux ce. 

L'a>adëmie française.— L'o«éan pacifique. — L'a«ent plaintif.— 
L'a*ueil gracieux. 

3o. par un ou deux dd. 

La re*ition des comptes. — Il a fait ses a*ieux. — Le ré«ac- 
teur du journal. ...^.. ..:ii». 

4o. par une ou deux n. 

Le crime a«reux. — Le mauvais e<et. — L'etusion du eang. — 
La juste dépense. — La grande ditérence. — L'o«ense crainte. — 
Le pro«esseur habile. — La bou^onnerie ridicule. y-- 

Les élèves feront F analyse ci-dessous, 

^analyse. J^ous partirons quand vous voudrez, 

''• 70e Exercice, (grammaire, n. 262.) . _.. 

Les élèves remplaceront Paslérique lo. par une ou par 

• - ' deux 11. ': • • 

Les aviments sains. — L'a«ée du jardin. — Lis bonnes a^u mettes. 
— La règle d'a«iage. — L'a*égation du juge. 

2u.jDar une ou </evr mm. 

L'habib co*erçant. — Les bons co^'estibles. — Voici un fait coi- 
ique. — Le co«i8 de magasin. — Le comité cantonnai. — Ce meuble 
est co«ode. — La co*ète paraît. 

30 par une ou deux nn. 

Le cô«e tronqué.— Les méchants sont de co*ivence. — Les co*' 
aissances utiles. — L'i«ocence originelle. 

4t° par un ou deuj! ppr ^1.,». 

L'o«inion publique. — Les leçons bien a*rise8. — L'o.*ulence des 
riches. — Le service mal a*récié. — Le danger a«erçu. — Les côtés 
ovosés. 

5° par une ou deux rr. 

Lete«ain a*idc. — L'a*ivée d'un ami. — L'a<osoir neufl — Le bon 
cha*iot. — La bonne cha*ette. — Le large co*idor. — L'e«eur recon- 
nue. — L'homme débouté. — La zone to«ide. — Le bon pa*oissien.— | 
La manufactu«e de ve«e«ie. 

Les élèves feront Panàlyse ci-dessous, 
Jlnalyse, Le prodigue sera réduit à frapper à la porte du richti 



— 35 — 

TERMINAISON DES MOI h 

71e ExBRCicK. (grammaire n. ''!.) 

Les il ive» placeront les lettres a ou e enplact Jt t\ai4' <■</!<£. 

L'*ntidote du poison.— Il est «ntiché dans son 8*ntiment« — L«t 
il*nrées sont chères.— L*«mbra8ement de Sodome. — L'^mbarrM 
des affaires. — Les terres ensemtncées. — La bonne «mpeigne.— 
L'«mbassadeur de France. — L*.mbition est un vice dttigereux. — 
L*ambul*nce. — L'animal amphibie. — L'habit «niple. — Les •ngoî- 
ses de la douleur. — LV ntichsnibre. — Les «ntennes du limaçon. — 
L'^'mbonpoidt. — L'«mbellis8ement. — La vente à l'*ncan.— Le 
jeune f.nfaron. — La f"nge des rues. — Le v«nt est grand. — Cet 
homme se v«nte. — La f.nte de la gluce. — La fr-nge de la robe. — 
L'incid*nt survenu. — Le tribunal incompétent. — L'enfant vigi)*nt. 
Le négligent. — L'inf*nteiie légère. — Les j«mbon8 de Bayonne. — 
La l*nce du soldat. 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous, ^a»*v.- 

Analyse. LHmpunité autorise les méchants. 

72 ! Exercice, (grammaire, n. 272.) 

'■: J 'Les élèves compléteront les mots ci-dessous, 

L'appaM . . , l'assasina . . , l'attenta . . , le repa . . , l'avoca • » , le 
rama.., le candida.., le novicia.., l'échala.., l'odora..) le 
caneVa... le pla.., le pontifica.., le potenta.., le prima..9le 
lila.., le raba.., l'embarra.., le résulta.., le scéléra..,te 
fatra.., le solda.., le plâtra.., le vicaria.., le frima.., le viva*., 
le trépa.., le matela.., la rai.., la bai.., la crai.., la plai*., 
l'extrai . . , le forfai . . , l'ivrai . . j la pai . . , du solda • . , la perdi . . , 
la bergeri.., la brebi.., la fourmi.., l'épi.., la pédanter**., 
l'ennui.., la nui.., la vu.., la vertu.., la tribu.., la lieu. •, la 
joi . . , la poi . . , la foi . . , la loi . . , le paroi . . , l'idé . . , la ciié • . , la 
poigne ..,1a dicté . . , la capacité . . , la vérité . . , la charreté • . , Ta 
jeté . . , la pelleté . . , la porté . . , la fixité ..,1a fierté . . , la poté . . , 
la stérilité.., la perse.., la fusé.., tarisé.., le boudoir.., l'es- 
poir. ., le soir. ., le réfectoir. ., le dortoir. ., 

Les élèves feront V analyse ci- dessous. 
Analyse. Vutile est préférable à Vagréable, 



— 36 — 



ÉXfiRCICI OORRlIPOllDAlfT À LA XVnie COMPOSITIOIT. 

Les Slèoet placeront les Uttrêa a outen place de Vaeii' ' 

rioue, 
La vigilance, la confid«nre, r*nticlote, l'oblig«nce, l'exig nce, 
rexisUnce, l*épouv«ntail, compétent, po8tul«nt, l'iijdép«nd nce, 
la venfl;«nce, l'excelhnce, l'éloqu«nce| innoc«niinent, la r*nçon, 
l'ambition, la vend*nge, fréqu»ininent, langui88*ninient, la com- 
plaisance, le j*mbage, la Urope, prudemment, le l»ndemain, la 
prud«nce, fa tendance, le mtnaataire, la m«mbrane, le p*mphlet, 
il réptnd,^ il ép«nche, la confitnce, la médistnce, le r«ng, le 
,t«mbour. ' 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, ^ 

analyse. Le souvenir d^un bienfait est doux à la mémoire. 

73e Exercice, (grammaire, n. 278.) 

Les élèves écriront en place de Vastêrique, les syllabes sui- 
vantes: SION, 8SI0N, TION, CTION, ZION, etC. 

Atper«, abstrac*, absolu*, admi«, agitât, commi», commo*, 
comple*, componc», conce*, conçu*, condamna», confe», confec», 
congréga», contor*, convul», correo*, conne», dimen», discu*, 
dispensa*, disper*, expre*, expul*, extor*, expen», exalta*, 
exten*. 

Les Jlèves feront Panalyse ci-dessous, 

analyse, La religion agrandit Pâme gui la pratique» 

74e Exercice, (grammaire, n. 278.) 

Les élèees écriront^ en place de Pastiriguef les syllabes: sion, 
saioN, TioN, xioN, etc. 

Fonda*, forma*, flu*, fonc», génufle*, immer*, impre*, impui*, 
indiscre*, interce», interver*, interven», opposi*, oppre», permi», 
popula», posse», proce*, profe», répul*, réputa*, réimpre*, loumi*, 
subordina*, succe*, suppre*, tribula», traduc*, transgre*. usurpa*. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 
Jinalyse, V homme de bienfait le bonheur de ses semblables, 
' 75e ExxRciCE. (grammaire, n. 274.) 

Les élèves écriront en place de Pastérique les lettres c, s, ssi 
ou z. 



Bra*ej 
bro*e, c€ 
cxcur*ioi 
vora*e, d 
fen.e, bal 
tfei*e, hoi 



<■! 



— 37 — 



-m 



Bra*e, beM*e, boiia«e, (calme), bonate» (trop bon), brunuoir» 
bro«e, censeur* cuira«ei filate» grima «ejeiAcaae, exce«if| exclu«ion| 
excur«ion, expuUion, popula«e| préfate, roia*ei 8urra«ei terra««f 
vora«e, diBgrâ«o, impa«e) na«e> récompen«e, dépen*e| régen«e, dé- 
fen«e, balan«oire, hame*on| régU«e| blou«e| fouraai«e} niai«e| féi«e, 
troi*ei horiton. 

Les élèves feront V analyse ci- dessous» 

Analyse, J^ous estimons toujours Vhomme vertueux» 'i, 

76e ExERoiCEt (grammaire n. 278.) 

Les élèves écriront, en place de Vastérique, les lettres Cy 9, «•« 
ou se. 

Allégre*e, e8pè«e fortere4e» hardie*e, ju8te*e, pid^e, piè«e»no- 
ble«et pare«e, prince«e, cali«e, cicatrive, complice, coulUe, édifite» 
frontispiie, hospi», mali«e, nourri«e, novuei office, poIi«e, précipite» 
préjudi«e, suppli«e, 8acerdo«e, cndote, bote* faute, for*e, dépen«e« 
lambri«er, esqui*er, acquie«er, bro*er, négotier, verter* 

Les élèves feront Ptmalyn ci-dessous, 

ȉnaly8e. Jfous devons craindre la justice d'un Dieu justement 

irrité. 
Exercice correspondant a la xize composition. 

Les élèves remplaceront Vastérisgue par b, sa, se, x, c, etc. 

La juste appréhentioii} — L'omi*ion des devoirs.— L'iiiver«ion 
Ide la phrate. — La profe«ion de foi. — La progretion des nombres. — 
[La réiropre^ion d'un ouvrage. — La récréation des élèves. — La re- 
|créa*ion d'une rente. — La collection des ou\Tages. — La génu- 

letion respectueuse. — La completion délicate. — L'expiation des 
fautes. — ^La flu«ion dangereuse. — La malédic«ion du ciel. — L'op- 

)re*ion du pauvre. — La succétion du pére^ — L'exten»ion de l'or 

98t prodigieuse. 

Les élèves feront P analyse ci-dessous» 

Analyse. Vous obtiendrez une récompense si vous êtes dociles, 

HOMONYMES. 

77e Exercice, (grammaire, n. 292.) 

Les élèves désigneront la signification des homonymes suivants 
''après leur orthographe. 
Exemple. Acre, piquant, acre, mesure de terre. — Acre, , .encre. — 



'4^-: 



— 38 



Avant* • Moerii' • *»AUne* . baleine, . • . . — Bonace» . .bonaise* . . . 
— Bon. . . bond. . . . — 'Chair. . .cher, . .chairs. . ., — Clair. . . clerc 

Cor, . .corps. . . . — Cour. . .cours. ... — Craint, . .crin 

. . . . — Cuire, , .cuir. , , , — Dessin, . .destein.. , . — Doit, , . doigt 
.... — Don,,tdont.. .. — Ecot...écho.. .. — Envie,, ,, envi 
Faite , , .faite ,,,, — Faix . . .fait .... — Forêt . . .foret ,,,, 

Les élèves feront V analyse ci- dessous. 

Analyse. L'homme communique sa pensée par la parole, 

78e Exercice, (grammaire, n. 292.) 

Les élèves désigneront la signification des homonymes ci- des- 
sous diaprés leur orthographe. 

Exemple. Grâce, faveur, secours ; crasse adj. féminin. — Goûte 
• . .goutte. . .goutte à goutte. . , . — Hûle. . .halle. . . . — Hôte. . . 
hotte . , , — Geai . . . .jet. . , . — Jeune. . .jeune — . . — L«t7. . .laid 
. , . — Legs ...lé,, . — Leur, leurs . . .leurre .... — Lent . . .Laon .... 
— Maître . . .mètre .... — Mâtin . . .matin .... — Mois, . .moi. . . . 
— M* ont. . .mont. , . . — Mûr, . .mur. , , • — Mal, ,.mâle, . .malle 
• • .— -JVoif » • • .né. t.net, . • • .n^■p^ etAÀi:kA. ^.-ki'i''/,, .'st^v**^^; 

Les élèves feront V analyse ci'dessous. 

Analyse. Vous rencontrez des difficultés^ il faut les vaincre, 

» t^ 70e Exercice, (grammaire, n. 292.) ^**^* *>** 

Les élèves désigneront la signification des homonymes ci-def- 

Exemple. Scène, événement ; cène^ repas, acte. — Seitie. . .saine 
.... — Statues .. Matuts ... . — Tâche... tache.... — Très... 
traits.... — Tante .. .tente ... , '—Tend... tan.. Aemps.... — 
Vain . . .vint . . .vin . . .vingt ... — Vaine . . .veine .... •— Vert . . . 
ver. , .vtrre, . .vers, ... — Voix , , .voie, , .vois. . .voit, ,,. — Vice 
...vis,, ,, ' '"' '•''■ '■'"'""' 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. 

Analyse, Ces personnes sont vertueuses, je les estime, 

SYNONYMES. 

80e Exercice, (grammaire, n. 293. 

Les élèves écriront les synonymes des mots ci-dessous. 

Exemple, Adroit^ habile. — Affliction, — Affront, — An, ^An- 



\ 



/ . — 39 — V ■ 

cêtreu* — Assurer. — Banqueroute. — Beau* — Cabale — Cabaret, — 
Casser, — Courage. — Felitilé. — Fureur. — Génie. — Insolent.-^ 
Près. — Reconnaissance. — Remêdt. — Rendre. — Respect. — Rttenue, 
"•Rive. — Réussite. — Satisfaction . — Savant. — Sommet. — Sot, — 
Superbe. — Magnifique. — Surface, — Vaste. — Traité, — Vice,— 
Oscillation, 

Les élèves feront Vanalyse ci-éessous, 

Analyse. De la générosité annonce une belle âme. 

Exercice correspokdant a la xxe composition. 

Les élèves désigneront la signification des homonymes d'àes- 
sous. 

Ancre, , .encre, , , • — Cor, , .corps, , . ,—Ecot, , écho, . . , Geai 
,,.jet,,,. — M'*ont,,,mont,, ,,Grâce,,.grasse*, ,, — Lait,», 
legs, ,,lé,, ,, — Cent, , .cens, , ,sang, , .sans, . . . — Ver, , .verre 
, , ,, — Voix,, .voie, , .vaitt vois, , , , — Vice, , .vis, . . 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. 

Analyse, Des biens périssables ne firent jamais le bonheur de 
Vhomme. 

RÉCAPITULATION GÉNÉRALE. 

NOM. , 

81e Exercice, (grammaire, n. 40-47.) • " **" 

Les élèves mettront au singulier les mois en italique, 

hespuits du hameau. — Les lambris bronzés. — Les poids de 
deux livres. — -Les encens du Levant. — Les legs pieux. — Les 
entrepôts de vin. — Les remords de la conscience. — Les mors du 
cheval. — Les adjoints au maire. — Les bords de la rivière. — Les 
cours d'histoire. — Les héros victorieux. — Les enclos du jardin. — 
Les forts de la place. — Le» jeux de l'enfance. — Les lois de Pétat. 
— Les avis du père. — Les châssis de la croisée. — Les commis du 
magasin. — Len croquis du plan. — Les mets de la table. 

Les élèves Jeront f analyse ci-dessous. 

Analyse. Du goût et de V application forment le bon élèiee, 

82e exercice, (grammaire, n. 40-47.) 

Les élèves mettront au singulier les noms en italique. 

Les matelas en laine.^— Les galetas de la maison. — Les embat' 



'..JT'i,! 



'' 



^ 40 — 

ras des affaires. — Les compa» du géomètre. — Les cadenas de la 
malle. — Les religieux profès. — Les panaris douloureux. — Les 
soupiraux de la cave. — Les verroux de la porte. — Les pilotis du 
pont. — Les vernis gras.— Les parois du verre. — Les soutiens du 
pauvre* — Lea poids de l'horloge. — Lgb poix de Bourgogne. — Les 
charois de corvée. — Les villageois du hameau. — Les bourgeois 
de la ville. — Les convois pompeux. — Les engrais précieux. — Les 
rabais du pain. — Les relais de trois lieues. — Les svccès des atfai- 
tes,— 'h&a progrès de l'enfant. — Les regrets Aes fautes. — Les décès 
douloureux. 

Les élèves feront Panalyse ci-dessouS. 

Jînalyse. Etudier constamment, c^est prendre le chemin de ta 

science. 

83e Exercice, (grammaire, n. 40--47.) 

Les élèves mettront 1', le ou la devant les noms en italique ci-des» 

sous et feront Paccord, 

• •.frimes et. ., verglas de. . . hiver. — .. . coutelas du boucher. 
— ... bocal en verre. — ...amas de grains. — ... canevas du dis- 
cours.— ... . logis de l'étranger. — .. . parvis du temple. — .. . clou 
de la porte — .. . précis de l'histoire. — .. . récit de l'aventure. — .. . 
tapis des Gobelios. — .• . renvoi des ouvriers. — .. .parfum du Le- 
vant. — ...placard de la chambre. — ... mention des prix. — ... 
choix de bons livres. — ...désarroi des affaires. — ... octroi des 
comestibles. — . . . marais fangeux. — . . . palais du roi. — . • . balai 
de crin. ...... 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous. 

)^i^: .analyse. Vaincre ses passions est la preuve du courage. #t i 

84e Exercice, (grammaire, n. 243.) 

Lm élèves écriront les mots ci-dessous et souligneront ceux dent 

l'h est aspirée, -^"' 

Hasard, bâter, hatif, hecto, hégire, hernie, hétérogène, heureux, 
heurtoir, herse, hache, hiatus, histoire, hommage, homologues, 
homonymes, hoquet, hortolage, hotte (panier), hôte (qui reçoit ou 
est reçu), huit, huppe, hydrogène, hydropique, hutte, honte, hie, 
hérisson, hymne, habile, haine, hamac, hameçon, hanneton, har- 
angue, bardes, hareng, harnais, hiver, hier, horlogei horreur, hv(i\e, 



— 41 — 

hygiène, hypocrisie, houssine, houille, haricots, haquet, haie, 
hors, hospice. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 

Analyse» Prier et veiller est le moyen d*éviter la tentation, 

Exercice correspondant a la xxie composition. 

Les élèves remplaceront Vasiériquepar les lettres convenables. 

Non content d'excuser ses défauts à ses propres yeux, l'imp* 
I parvient au funeste excès de s'en applaudir, il appel* l'avarice 
économ*, la prodigalit*, générosit», la niédis«nce zèle, la pare*e 
Itranquillit* d'âme, la colère noble«e de sentiment, le relâchement 
|indulg«nce, la rigueur exactitude, l'orgueil dignit*, la témèrit* cou- 
rage; comment alors peuvent être contenu* les intrigu* de l'ambi- 
tion, les usures de l'avàricot les vioKnces de la colère, les veng«n- 
ses du re8S*ntim*nt, les mené* de la jalous*, les perfidi* de la 
iaU«e, les e«ès de l'intempér«nce, en un mot, les vi«es de l'hu- 
lanité abandonne à elle-même î 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 

Jlnalyse, Trop penser à ses peines les multiplie, 

<1 - ARTICLE. - 



<ii<.t''-i<i 



85e Exercice, (grammaire, n. 67-62.) .^, , j 

Les élèves mettront au pluriel les mots en italique et feront àC' 
trder les (articles qui s'y rapportent. 

Donner un pria: à Venfant ; une leçon à Vécolier ; accorder pro- 
kction à Vorphelin ; secours à ^indigent ; appui bu faible ; conso- 
[tion à Vaffligé, — Venir de la province» — Sortir de la chambre, — 
lller à la vendange. — Acheter Au fruit. — ^Vendre le vin. — Louer 
1 înaison. — Parcourir la rue, — Parler à Vélève. — Fuir le travail. — 

>urir au danger, — ^Prendre le livre le plus beau. — La vérité doit 
[ujours être dans la bouche de l' enfant. — La jalousie produit la 
|(m«, la dissension et les autres passions qui causent le malheur 

Vhomme, 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 
laîyse. Se glorifier d?une bonne action c'est enperdre le mérite. 



;** 



— 42 — 



Ê!i^-n- 






86e Exercice, (grammaîre, n. 67t62.) 

Les élèves mettront au pluriel les mots en italique et feront 
r accord. 

J'ai vu un oiseau. Je vois une maison. Tu possèdes une 
terre. Tu as fini ton cahier. Il a acheté un château ; il a payé 
une maison. Nous avon» pris un vaisseau. Nous avons fini le 
travail. Vous avez arraché un arbre. Vous avez également 
oublié la promesse ei la menace. Ils ont su leur le^on. Il a ré- 
cité un verbe. Ils ont gagné le prix. J'ai lu un journal. J'ai 
vendu un cheval. Tu passes un canal. Tu manges un fruit. 
Il travaille pour Parsenal. 11 a gagné une somme. Nous enten- 
dons une voix. Nous voyons un vaisseau. Vous êtes sous le 
le drapeau. Vous allez au champ. Ils connaissent le détail de 
cette affaire. ,„,,j^ , ^. 

Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

^j « Jlnalyse, Se venger d^une offense tient de la bassesse. 

87e Exercice, (grammaire, n. 57-62.) 

Les élèves mettront au singulier les mots en italique et feront 

Vaccord. 

J*ai vu arriver les enfants ; tu as vu récompenser les écoliers, 
\\dkîii\\\Q^ pages. Nous avons gagné les récompenses. Nous' 
avons appris les levons. Ils ont fini les travaux. J'ai écrit des 
lettres à mon ami. Tu as reçu les gazettes. Nous avons pris 
les livres. Vous avez vaincu les ennemis. Ils ont vendu les mai- 
sons. Tu as évité les dangers. Nous avons couvert les cahiers. 
Vous avez mangé les pommes. Ils ont fini les règles. Ils ont; 
acheté \eB fermes. On n'aime pas les menteurs et on déteste lei'l 
trompeurs. 

Les élèves feront l'analyse ci-dessovs. 

Analyse, Mourir pour la vertu est une gloiie^ \ ^ 

88e Exercice, (grammaire, n. 57-62.) 

Les élèves mettront au pluriel les mois en italique et feront rfic| 

COrd, mnitii ''-rAh ?i">*fR..: 

' Je vais à la vendange, — Je viens du champ, — J'ai vendu \ 
fruit du verger. — Il faut donner l'aumône à Pindigent. — Or 
donnera des livres à Venfant le plus studieuse. — Le courage er| 
excité par l'œil du professeur. — Ce malfaiteur est au tribunal.r-^ 
Donner ces objets ilapersonne qui les demande. La vérité doi^ 



YîH^ «t^^j- 



m' 



w 



— 43 — 



toujours être dans la bouche de Venfant. La jalouâie produit la 
haine, la dissension et les uufres passions qui causent le malheur 
de ['homme. Une rapidité que rien ne peut arrêter entraine tout 
dans VaHme de Téternité. 

. Les élèves feront V analyse ci-dessous. 

Analyse, Les exemples de Jésris- Christ nous apprennent à par- 
donner. 

Exercice correspondant a la xxiie composition. 
Les élèves compléteront les mots ci- dessous, 

La passion est si aveugle qu'elle ne cherche pas même de pré- 
I texte.. pour se âatisfaire. — L^s leçons qui plaisent sont toujours 
/..mieux suivies. — Les choses qui étaient /..plus agréables aux 
jsaintâ étaient celtes qui /..conduisaient à Dieu. — 11 s'est lavé à 
[l'endroit où les eaux sont /..moins rapides. — Les arts des pre- 
imiers besoins ne sont pas /..plus considérés. — Le meilleur 
jmaitre est celui dont les leçons sont /. .mieux comprises. — Cet 
[auteur embrasse trop (/..faits, (/..détails, (/..matières diffé- 
rentes. 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. 

Vânalyse, La religion nous défend de conserver le souvenir des 
,_,,^> K- injures. -^^il.il}^' 



i V , 



'e.V- "Xi ï" 



"{..«.■.+%>■;> 'w-ii 



SUR L'ADJECTIF. 
89e Exercice, (grammaire, n. 63-88.) 

Les élèves copieront les phrases suivantes, mettant fruit au lieu 
te pomme, conte au lieu d'histoire, fleuve au lieu de rivière, 
lont au lieu de montagne, femme au lieu (/'homme, écolière 
tu lieu d'écoWer, 

J'ai mangé une j9om7ne bien mûre, douce, fraîche, excellente, 
lélicieuse, et très savoureuse. 

Ij histoire, quoiqu'un peu effrayante, que je connais, est ce- 
)endant bel|e, intéressante, agréable, instructive, édifiante, et 
ligne d'être connue. 

La rivière qui arrose ces contrées, quoique mpide, profonde et 
jlangereuse, est cependant poissonneuse et fort fréquentée. 

Cette montagne^, élevée, escarpée, rocailleut^e, sèche, stérile, 
jléserte, toute nue et infectée de serpents et de bêtes venimeue'es, 

)âsède cependant du gibier en abondance. 



* iA -p^ ■■■"«<*'*»«, Jf-y^-, • ■fur.f-'^ : 



— 44 — . 



>•■ 



Vhomtne adroit, instruit, gai, vif et pétulant que je connaii, 
est cependant bon, doux, patient, prudent, discret, humble, to- 
lérant et plein d'affabilité. 

Cet écolier a été puni et privé de ses amusements après avoir 
été inutilement menacé, encouragé, excité, animé, et ex- 
horté. ,,^ ^,,«^^ . 
Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

Analyse, Les enfants gue fai entendus réciter savaient bien 

, leurs leçons, 

90e Exercice, (grammaire, n. 63-88.) 

Les élèves compléteront les mots ct-dessous. 

Que/.. personnes avez — vous reçues? quel,,^na sont venus 
vous voir? ^ueZ. .sont vos talents? guel,, sont vos connaissances î 
^ueZ. .sont les marchandises que vous avez p^ayées le plus cher, , 1 
^ue/^ti.. personnes sont venus vous voir. — ^t/e/^tf.. élèves sont 
fort instruits. — nu/., pleurs ne sauraient exprimer ma douleur. — 
JVu/.. occupation ne convient à cet enfant — JVu/*. troupes ne 
sont aussi courageu,,q\ïe les nôtres. 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous, 

^" Analyse, J^ous devons aimer à reconnaître les bienfaits, 

91e Exercice, (g^rammaire, n. 63-88.) 

Les élèves mettront au pluriel les substantifs ci-dessous et feront 
accorder les adjectifs gui les qualifient. 

Le droit abbatial. — Le four banal. — Le signe austral. — Le 
ferment baptismal. — V article capital. — Le point collatéral. — Le 
jeune commensal. — Le droit électoral. — Le point équinoxial. — 
Le point final. — Le vent glacial. — Uêtre idéal. — Le rapport 
grammatical . -rr Le j9rma)9e immoral. — Le «on final. — Le combat 
naval. — Le cierge pascal. — Le rapport social. — Uair théâtral. — 
Le détail trivial. — L'ordre exprés. — Le repos fatal. — JJusage 
local. — he fruit colonial. 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous, 

Analyse, Beaucoup de gens préfèrent le temps à V éternité, 
92e Exercice, (grammaire, n. 92-103.) 
Les élèves compléteront les mots en italigue ci- dessous, 
La vérité seul,,\e fait parler, nu?.. mensonge ne sort de sa 



— 45 — 



connaïf) 
nble, to- 

près avoir 
t, et ex- 

mient bien 



-1 i»f^ 

sont venus 
naissances 1 
tus chcr.^l 
élèves sont 
i douleur. — 
•troupes ne 



ienfaits, 
its et feront 

tustral. — Le 
latéral.— Le 
quinoxial. — 
Le rapport 
—Le combut 
théâtral.— 
1. — Uvsage 



Xntemitê. 

essous, 
Ine sort de ea 



bouche. — 9ue/..8ont vos occupations? ^ti«/.. emplois exercez- 
vous t — çueL.esi votre patrie? — gueL.eat votre opinion? — £n 
qwL*éXai sont vos affaires? — Que/.. que soient vos desseins, 
^ue/. .que soit votre emploi ; quel» .que soient vos idées ; quel» . 
que soit votre résolution. — Cet homme ne possède que guelqu» • 
arpents de terre et ^t<«/^u.. pauvres maisons. — Le remède est 
quelquefois jE>i.. que le mal ; ce malade se portait un peu mieux, 
mais maintenant il est je>2.. que jamais. — Si vous vous trompez 
tant j9t. .pour vous, votre sort en deviendra j:>t. . 

Analyse, Peu d^enfants profitent des leçons gu^on leur donne. 

Exercice correspondant a la xxiiie composition. 

Les élèves compléteront les mots ci-dessous. 

La veste et le chapeau noir, , — La blouse et l'habit bleu,,— 
Cet habit me coûte cent francs, non compris la veste donné,, en 
retour. — Voilà des bas de soie noir,. — Voilà des bas en soie 
noir.. — Nous devons éviter les impies comme des pestes 

\publi., — Ces plantes sont bien séc. — Cette pluie est dévas* 
tatri. . — Ces personnes sont nos bienfaitri,. Nous étudions l'his- 

Itoire tur..et la gre, . — Cet homme est le favor..du roi ; cette 
femme est le favori, .de la reine. — Cette personne est admiratri, . 
de vos ouvrages. — Arrivé, .au pied de cette montagne escarpé,, 

[mes sœurs furent inquiet, .et même troublé, • 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. 
Analyse, Assez de personnes sacrifient Vhonneur à Pintérêi» 

SUR LE PRONOM. 
93e Exercice, (grammaire, n. 107-127.) 

Les élèves mettront ce, c', se ou s', au lieu de Pastérique, 
ielon le sens des phrases ci-dessous, 

La plupart des hommes au lieu de «'aimer dé*, .soulager de«. • 
sonsoler, de*.. supporter, de «'aider mutuellement,*.. sont près- 
)ue toujours hais, et persécutés les uns les autres ; «est le péché 
|ui est la cause de «• .mal. — «. .qui fait le bonheur des peuples 
^*est la religion pratiquée dans son étendue. — Craignez un Dieu 
rengAur et tout*, .qui le blesse, «est là le premier pas qui mène à 
la sagesse. — «est une chose louable de*.. rendre utile à son pro- 






— 46 — 

chain. — L'homme qui «estime trop lui-même* •.fait mépriser des 
autres et*.. prépare des regrets: «est le sort ordinaire de Tor- 

gueilleux. 

Les élèves feront P analyse ci-dessous. 

Analyse, Vous aurez suffisamment, si vous êtes modérés dans 

'nyi, * VOS désirs, 

94«e. Exercice, (grammaire, n. 107-127.) 

Les élèves mettront CE, c' s, s', ses, ces, tic, en place de Pasté- 

rtgue. 

L'homme de bien*, .reconnaît h la grâce de*, .discours, à la no- 
blesse de*, .sentiments, à la tendresse de*. . cœur ; «est un plai- 
sir d'écouter* . . paroles et de suivre* . . leçons. — «'étaient vos amis 
qui*'étaient fait annoncer par*.. enfants que vous avez vus. — 
•'en est fait*, .hommes*' en vont. — Que deviendront*, .riches ava- 
res,*., savants orgueilleux, «..hommes de plaisir, «..tyrans de 
leurs frères, quand il faudra paraître devant Dieu. — ''étaient des 
étrangers qui*.. racontaient les uns aux autres^.. qui s'est 
passé*.. jours derniers entre quelques uns de*.. hommes qui*., 
font gloire de ne rien croire et qui par la*'attirent le mépris de ; 
tous les gens de bien. 

Les élèves feront P analyse ci-dessous. *- *' 

Analyse, Je demande beaucoup d'application pendant Pétude, 

»•** 95e Exercice (grammaire, n. 107-127.) " *- 

Les élèves placeront les mots celui-ci, celui-là, voici, voila | 
suivant le sens des phrases ci-dessous, #<«"■§-* y^eA*» iïwi 

La nature est plus encline aux plaisirs qu'à la pénitence, cepen- 
dant... lui est utile tandis que... lui deviendront funestes. — L'éj 
tofie vaut mieux que le cadis, cependant on préfère quelquefois, 
à... — Les bons comme les méchants sont exposés aux épreuvesl 
' • . .en abusent souvent tandis que., .en profitent pour leur sanctifil 
cation. — Les infidèles comme les cathotiques ont les grâces nécesl 
saires pour se sanctifier, mais... en ont beaucoup plus que...—! 
L'envie et le repos sont à une si grande distance l'un de l'autre- 
-que plus oh approche de... plus on s'éloigne de... — L^exercicr 
modéré, la gatté, la frugalité, v. . .les trois choses capables de conj 



-> 



— 47 — 



défis dans m 



server la santé du corps, et v.. .les moyens de conserver celle de 
l'âme : foi vive, espérance ferme, charité ardente. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. 

Analyse. Je ne peux que blâmer votre peu. de vigilance, 

96e Exercice. 

Les élèves placeront '' .mois qui, que, dont, dequel etc., 
suivant le sens des phrases ci-dessous, ..r,«. .- .^. .-, «» . , .,,. 

Tout ce que Dieu a fait a son utilité. C'est une vérité à. ..il 
n'est pas permis de se refuser. — De deux hommes, .l'un croit l'iro- 
mortalité.. l'autre nie,.. est le plus heureux?. Sans doute que 
c'est celui . .le sort futur est assuré. — La religion de. . on méprise- 
les maximes peut seule nous rendre heureux. — Les moutons à la 
dépouille.. l'homme doit le!< vêtements.. il se couvre, sont deti 
animaux bien utiles. — La lecture, .je fais mon amusement et les 
visites, .je reçois ou. .je rends font une de mes occupations. 

Les élèves feront Vanalyse ci- dessous. 

Analyse, Ptolémée pensait que le soleil tournait autour de la 

terre. 

Exercice correspondant a la xxive composition. ^ 
Les élèves placeront ce, se, ces, ses, celui-ci, etc. * 

Cet enfant.. est brisé les jambeB ea tombant de.. mur. — Cha- 
Icun a. .défauts. — Cet homme, .flatte et. .loue continuellement au 
lieu de. .mortifier et de. .humilier. !Ne pourrait-il pas. .faire que 
[..jeune homme.. rendit utile à.. parents en.. appliquant plus se- 
[rieuâement à. .devoirs, d'acquérir, .connaissances sans, .il ne se- 
Ira propre à aucun emploi. — La géographie et la chronologie sont 
Iles deux yeux de l'histoire, pour bien étudier cel.., il faut être 

Iguidéparcel.. ^.^ . ^ ,, , .. mm^im ... 

Les élèves feront Vanalyse ct-dessous, 

Inalyse, Le Dieu des chrétiens est gi'andy disaient les payent!^ il 

protège les siens, 

SUR LE VERBE. • 

97e Exercice, (grammaire, n. 156.) % 

Les élèves compléteront les mots ci- dessous, h 

II est difficile iVapprécL* , le mérite sans Vapproch,,» de près. — 



^■> bJ'î'! : f. . -i^'peftiifmi^f 









-18- 

Ce n'est qu'après avoir examin,,. la conduite d'une personne 
qu'on peut se Jïae. . . sur l'idée qu'on doiten avoir et se dUertnin, . . 
i la fréquen.»» ou à {'abandonne, *, — Un enfant ne doit jamais 
trouve. • . du plaisir à chante. . . des chansons profanes non plus 
qu'à les entendre chante... — Quand une fois on a commence,,.ii 
levé,» . le masque, qu'on a mépris... la grâce, qu'on a dédaign... 
les bons conseils, on ne peut que B*égar.., et t'enfonc... de plus 
en plus dans l'abîme. ,.,..> 

^ , . Les élèves feront Panalyse ci-deasous, ,. 

analyse, La foi nous apprend gu^unjour chacun recevra selon 

ses œuvres, -. 

98o ExERCiCfi. (grammaire, n. 156.) 

Les élèves compléteront les mots ci-dessous. 

J'ai étudi. . vous devriez aussi étudi,. . le discours qu'on noua 
a donn... à copi,,. — Cherche (1) i ifélev.,* au dessus des au« 
très, critiqu (1; leur conduite, concUimn (1) même leurs intentions, 
c'est le fait d'un trés-méchant homme. — Déjà on avait /ev... les 
ancres, on entendait les vents «ou^.... on voyait les voiles s'en/2... 
et les vaisseaux traversai) les vagues avec une vitesse extraordi- 
naire, lorsqu'un ouragan épouvantable vint, non seulement troubl. . 
la joie de l'équipage, mais encore épouvant, . les plus intrépides. 

' JjCS élèves feront V analyse ci'dessous, 

^analyse, Titus disait quHl avait perdu sa journée quand il avait 

passé un jour sans faire une bonne action, 

99e Exercice, (grammaire, n. 166.) 

<4:î#. iv - Lef élèves compléteront les mots ci-dessous ^ "** i 

Qui vous a donn,, • cette parole dont vous av,, • l'usage, vous 
n'ave,., pu vous la donn,,. Tous*mèmes ; vous dev (2) donc 
veill, , sur vous pour Pemploy, , d'une manière digne de celui qui 
vous l'a donn, ., afin (Pévit, • les reproches bien mêrit, , que le 
Seigneur aurait à vous adress.. .— -> Nous devons iravaill, , avec 
soin à cultiv, , le champ que le seigneur nous a confi,., c'est-à- 
dire qu'après avoir déracin,, les mauvaises herbes qui croissent 
dans notre âme, nous devons y en sem, . de bonnes, les arros,., 
et veill, , , à leur conservation, cela veut dire que nous devons ira- 

. (1) Infinitif. (2) Présent. ■ , ,. „.-.■-•- 



— 49 — 



cevra selon 

If- "S* '■ 
,. ir hi.v''.'.''( 



vaill» • à nous corrig» * de nos défauts et ne néglig» . aucun des 
moyens qui nous sont donn*, pour nous 5a/}c/t/î.., nous per/èo- 
tionn.»f nousavanc. dans la vertu, coopér,. à la grâce, en uo 
mot) pour assur, . notre salut. 

Les élèves feront V analyse ci dessous. 
Analyse. La grammaire est Vart d'^exprimer correctement set 

pensées, , v h 
lOOo Exercice, (grammaire, n. 156.) ;(;\, 

Nous devrions nous souvenir sans cesse que nous avons un 
Dieu à aim, , , Qt à gloriji, , , les saint à pri,,ei à.imit., deapas- 
sions à dompt„,idGa fautes h expi,,,y des vertus hpraliqu.,,^ des 
grâces à demand,,,, un temps à ménag,„y le prochain à édiji .., le 
monde à mépris„,j une éternité à médit,, ,f un corps à mortifier, 
notre âme à sauv,„y et un paradis à mérit,». 

Les élèves feront PanalifC ci-dessous, 
Analyse, Les méchants s'imaginent qu£ tous les hommes leur 

ressemblent. 

Exercice correspondant a la xxve composition. 

Les élèves compléteront les- mots ci-dessous. 

Dès le bas âge il faut a^accoutum ...à surmont„,9ea inclina- 
itio. s, à triomph..,de ses penchants, à support. „Rvec patience 
les adversités!, à /)cir(/onn... à ses ennemis et à pratiqu.„[e bien 
jselon son état et sa condition. — Pour plaire à Dieu il faut évit.,, 
[le péché, pratigu„,\a. vertu, pardonn»;\eè oûènses, aim,„ees en- 
|nemisetj9rt...pour eux. 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. 

Analyse, Je dois vous apprendre que la vertu seule rend 

Phomme heureux, 

101e Exercice, (grammaire, n. 168-162.) 
Les élèves mettront les lettres l ou ll, t ou tt, en place de 

Vastérique, ,^ 

Il faut quejV/>«/* quetu^ei*, quMI ipeU que nous tpeUf que 

[eus ^j9e/«.qu'il8 épeU, — Autrefois je morcelai demain jfs mor- 

el', — Hier iW/i»ce/«, demain il étincel», — Il geU trè«-foi4.-— 

4t i'i 



50 — 



L'eau se gèle. — Ces fruits ge*eront si on ne les couvre. — Autre- 
fois cet enfant c^/*la vérité, aujourd'hui il ne la ce/* plus. — £n 
vain célerions-nous la vérité, le Seigneur la révélera à tout Puni- 
vers. — ^Je ne»oie et je ne*oxerai encore la chambre.-r-J'emploie 
beaucoup d'ouvriers, mais j'en emploir* bien davantage à l'ave- 
nir. — J'empiéterai, tu empi^t il empi*^ nous empi*^ vous empi», 
ils empi; 

Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

Analyse» On blâme justement le peu (Papplicaiion. 

102e Exercice, (grammaire, n. 163-J64.) 

Les élèves compléteront les verbes ci-dessous. 

Du temps de Moise, on montrait encore les tombeaux où repo- 
saient les cendres &^nt... d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. — Des 
princes qui ne se croient sur le trône que pour faire du bien sont 
6^ni....de Dieu et des hommes. — Des armes qui ont été béni,,, 
par l'Eglise, ne sont pas toujours 6én«... du ciel. — Le roi qui le 
hait veut que je le ka, , — Il désirait que chacun le ka,,, — comme 
il le Aa...lui même. — La lecture |}o/t.».(l) les esprits, les bonnes 
conversations j9o/t... (2) les mœurs. — Les lois justes et Mgds poli... 
les peuples. — Le royaume de France JZ*rmatf sous Charlemagne.- 
Les sciences ont toujours ,/2*rt... sous les bons rois. — Il faudrait 
que je ftn«...que nous ^inj*... toutes les promesses données. 

Les élèves Jeront V analyse ci-detsous. 

analyse. Louer le méchantf c'est V encourager, 
«M^'ï {!...- I03e Exercice, (conjugaisons.) . < q 

Les élèves compléteront les verbes ci-dessous, ' -'*• 

Nous con..,umes un projet utile ; mais nous nous aper...mes que 
nous ne pourrions l'effectuer.-— J'ai àùm^assur,„de la vérité avant 
que de me jE>rononc... 

Subjonctif du verbe s^ asseoir. Que je m'as,, y que tu fas, , 
qu'il fas,,, qu'il s^as,,y que nous nous as,,, que vous vous e». . 
qu'ils «'os. . 

Imparfait, Que je m'as,,, que tu f as,,, qu'il s* as,,, qw 
nous nous as, , que vous vous as, , qu'ils s'ils, , 

Les élèves feront V analyse ci-dessous. ;>^!, 

Jhiàlyse, Perdre h temps, c'est oublier son devoir, 

(1) Du verbre polir. (2) Du verbe policer. 



■r ,T, 



— 51 — 



^utre- 
.— En 

Tuni- 

mploie 

Tave- 



où repo- 

jïen sont 
,é béni— 
oi qui lo 
, — comme 
les bonneit 

r\emagne.- 
11 faudrait 

ièes. 



ir. - -r^ 

ier...w»€»que 
Ivéritè avant 

jue tu *'«»•• 
Lg vous as*' 

Il «'««..» q"® 



Icfevoif* 



^ 104e EXERCICE} (grammaire, n. 202. 

Le$ élèves compléteront les verbes ci'dessous. 

Maintenant Je crain..,je pein..,tu crai..,il pei.*,noui 

craig . . , vous peign . . , ils craigne . . , iis peigne . . Hier je craign . . , 

je peign. ., tu craign*., tu peign..) il craign.., il pcign..,nous 

craign . . , vous peign . . , ils craign . . , ils peign . . Demain je peind . • 

tu peind . . , il peind . . , nous peind . . , vous peind . . , ils peind. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 

Analyse. De ce temple sacré tout raconte la gloire. 

Exercice correspondant a la xxvie composition. 

Les élèves compléteront les verbes ci-dessous. 

Demain je paierai, tu pai . . — Autrefois je courais» tu cou. ., 
il cour. . — Demain je courrai, tu cou. ., il cour. ., nous cour*., 
vous cour. ., ils cour. . — Si je voulais, je courrais, tu cour. ., il 
cour. . — Maintenant ]e conquier. ., tu conquier. ., il conquier. ., 
nous conqu..,vous conqu..,ils conqui.. — Autrefois )iq con- 
vainquais, tu convainqu.*, il convainqu.., nous convainqu.., 
vous convainqu . . , ils convainqu . . — Demain je restreindr ... tu 
restreind. . , il restreind.. — Maintenant \à médit, tu médis, il 
médit, nous méd . . , vous méd . . , ils méd . . 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. 

Analyse. Henri des novateurs abjura les erreurs, 

105e Exercice, (grammaire, n. 202.) 

Maintenant J'avance, tu avan. . , il avan . . , nous avan > . , vous 
avan . . , ils avan . . — Autrefois J'avan . . , tu avan . . , il avan . . , 
nous avan . . , vous avan . . , ils avan . ,-^Maintenant Je supp/t . . , 
tu supp/t. ., il supp/. ., noussnpp. ., vous supp/. ., ils supp/i. . — 
Autrefois Je pliât», tu pli • . f il pli * . , nous pli . . , vous pli . . , ils 
pli.. — Demain 3q pli., tu pli. ., il pli.., nous pli.., vous pli.., 
ils \iX\,, Autrefois Je mangeât», tu mang. ., il mang. . — Je négli- 
geais,,, tu néglig. . , il néglig. . 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. 

Analyse. On doit, des malheureux, soulager la misère, 

I06e Exercice, (grammaire, n. 202.) 

Jlfat/t/enan^ j'achei.., tu achet..,il achet.., nousachet.., 
vous achet. . , ils achet. . — Si je pouvais, j'achet. . , tu achet. . , 



— 52 — 

il achet..) nousachet.. vous achet.., ils achet.. — // aurait 
fallu que j'achet. ., que tu achet. ., que nous achet. ., que vous 
achet.., qu'ils achet.. — Maintenant je neiioi,»^ lu net/oi.., il 
il Det/ot.., nous net^.., vous net^.., ilsnet^.. — Demain je 
net^ot. ., tu net/ot. ., il net^. .— // faut que je net^oi. ., que tu 
net. ., qu'il net/o. ., que nous nextoy,,^ que vous net^oy. ., qu'ils 
net/. . — Maintenant je planchai. ., tu planchez. . , il planch. ., 
nous plartch . . , vous planch . . , ils planche . . — Autrefois je plan- 
che. . , tu planche. . , etc. etc. 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous. 

:■ .. ^analyse. Tel est de la vertu V empire admirable, 'vC 

107e Exercice, (grammaire, n. 2Q2.) 

Maintenant je cours, tu cour.., il cour.., nous cou.., vous 
cour.., ils cour... — Autrefois }Q cour.., tu cour,.., il cour.., 
nous cour.., vous cour.., ils cour...j^2er je cou.., tu cou.., il 
cou.., nous cour. ., vous cou, ils cour.. . — Demain yà cour. ., tu 
cour. ., il cour» ., nous cour. ., vous cour. ., ils cour.. . — Main- 
tenant j'accour.., tu accou.., il accour... Si je pouvais j'ac- 
cour.., tu accour. ., il accour.., nous accour.., vous «ccour.., 
ils accour.. . — Il faut que j'accour. ., que tu accour.., qu'il ac« 
cour. ., que nous accour. ., que vous accour. ., qu'ils accou. . 

Analyse. Celui qui met un frein à la fureur des fiots^ 
Sait aussi des méchants arrêter les complots. 



iii>>Aà' 



108e Exercice, (grammaire, n. 202.) 



Cueillir, Hier je cueil ... tu cueil . . , il cueil . . , nous cueil . . , 
vous cueil . . , ils cueil. . . — Demain je cnsil . . , tu cueil . . , il cueil . . , 
nous cueil . . , vous cueil . . , ils cueil . . . — Fuir. Hier je fu . . , tu 
fu . . , i) fu . . , nous fu . . , vous fu . . , ils fu. . . ^ — Si je voulais je fui . . , 
tn fui.., il fui.., nous fui.., vous fui.., ils fui... — Supplier. 
^Autrefois je sup . . , tu sup . . , il sup . . , nous sup . . , vous sup . . , 
ils sup. . . — Gratifier. Autrefois je gratif. . , tu gratif. . , il gratif. . , 
nous gratif. . , vous gratif. . , ils gratif. . . 

'""''"" Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

,ân<dyH, JemeiSf à former txs enfants, mon^udeet mes soins. 



— 53 — 

Exercice correspondant à ll xxviie composition. 

Les temps dit subjonctif des verbes s'asseoir et tenir. 

Présent, il faut que je m'as. ., que tu t'as. ., qu'il s'as. .» que 
nous nous ass. ., que vous vous ass. •} qu'its s'asi.. .///ou^ que 
je tien . . , que tu tien . . , ou'il tien . . , qne nous ten . . , que vous 
ten.. qu'ils tien.. — Imparfait, que je in'a88..,que tu t'asi.., 
qu'il s'ass«.,que nous nous ass.., que vous vous ass..,qu1la 
s'ass... — Imparfait que je tin.., que ta tin.., qu'il tin.., que 
nous tin,,f que vous tin. . , qu'ils tin. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous, 

^analyse. Vois de ce temple saint les pierres di^ftertées* 

Et du Dieu des chrétiens les fêtes prof anées» 

109e Exercice, (grammaire, n. 202.) 

Verbeff se mouvoir, et résoudre. 

Maintenant, Je memeu.*, tu te mea..,il se meu..;noitft 
nous m. . , vous vous m. ., ils se meu. • •—'Hier Je me m. ., tu te 
m.., il se m..; nous nous m.., vous vous m* ., ils se m... — De- 
main. Je me mou. ., tu te mou. ., il se mou. .; nous nous mou. ., 
vous vous mou. ., ils i» mou.. é-^-^Maintenant je ré«. .,tu réf. ., 
il ïès.., nous ré«..,vousré«..,iisré«. ••— «^uirc/oir jerè«*.. tu 
ré« . . , il ïés.., nous tés . . , vous rév, • . , ils ré«. . • -^—Hier je réf. • | 
tu xbs,., il ré«. ., noua tés. . , vous tés.,, ils tés,, ."-^Demainj/è 
ré«. ., tu ré«. • , il ré«. ., nous réj* ., etc. 

Les élèves feront Vanalyse ci-dessous. 

Analyse, Les principales vertus chrétiennes sont la Foi, PÊqti' 

. 4^^ ronce et la Charité, 

< llOe Exercice, (grammaire, n.202.) 

^Verbes bouillir, courir, et combattre. 

Maintenant je bou . . , tu bou . . , il bou . . . nous bou . . , vous 
bou . . ^ ils bou. . . — Hier je bou. . , tu bou. . , il bou. . , nous bou. . , 
vous bou . . , ils bou. . . -^Demain je bou . . , tu bou . . , il bou. . « 
nous bou . . , vous bou • . , ils bou. . . — Maintenant je cour. . , tu 
cour.., il cour..; nous cour.., vous cour.., ils cour... — JDf* 
main je cour. . , tu cour. ., il cour. .; nous cour. ., vous cour. ., 
ils cour... — Maintenant je comba.''.,tu comba..,il comba..; 
nouscomba.., voua coraba,.,ils comba... — Hier^e comba.., 
tu comba. ., il comba.. . 



;--;^.;-- —54— ■.- 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous, 

Jlnalyse, La paix d'une bonne conscience est la plus douce sa- 

tisfaction, 

111e Exercice, (grammaire, n. 202.) 

Verbes cfeVe, redire^ interdire, contredire, et joindre, 

Maintenant je di « . , tu di. . , il di . . , nous di . . , vous di . . , ils 
di... — ^Je redi.., tu redi*.,ii redi*.,nous redi*.,vous redi.., 
ils redi . . , — ^J'interdi . . , tu interdi • . , il interdi . . , nous interdi . . , 
^^8 interdi . . , ils interdi . «,-^— Je contredi . . , tu contredz. . , il con- 
Xredi,,f nous coniretft. ., vous contreeft. ., ils conitedi,.. — Main- 
tenant je join . . , tu join . . , il join . . ; nous joi . . , vous joi . . , ils joi 

• .. — Demain }e join.., tu join.., il join.., nous join.., vous 
join.., ils join... 

Les élèves feront V analyse ci-dessous, 

Analyse, Vorigine des connaissances de Phomme est la compa^ 

raison, 

112e Exercice, (grammaire, n. 202.) 

Verbes assortir et venir. 

Maintenant j'asfortis, tu assor . . , il assor. . , nous assor. . , vous 
assor . . , ils assor. . . — Autrefois j'assor . . , tu assor . . , il assor . . , 
nous assor. . , vous assor. . , ils assor.. . — Hier j'assor. . , tu assor 

• •,il assor.. .nous assor.., vous assor.., ils assor..; — Hier je 
vins, tu vin.., il vin.. » nous vîn..,vous vtn..,i!s vin... — // 
faut que je vien . . , que tu vien . . , qu'il vien . . , que nous ven . . , 
que vous ven. ., qu'ils vien.. . — Il faudrait que je vin. ., que tu 
vin. ., qu'il v!n. ., que nous vin. ., que vous vin. ., qu'ils vin. . . 

Les élèves Jeront P analyse ci-dessous, 

Analyse. Du bonheur pur et vrai P Évangile est la porte. 
Exercice correspondant a la xxvuie composition. 

Je voudrais bien vous obliger, mais il faudrait que je le pu. • . — 
Il feint de te chérir, mais il faudrait que tu fus. ..bien aveugle pour 
t'en laisser impose. • . — Tu ne juges pas des choses'comme tu en 
jug... autrefois. — MaintenaM je vaincs, tu vain.., il vain..; 
nous vain.., vous vain.., ils vain.... — Hier je vain.., tu vain.., 
il vain. .; nous vain* «^ tous vain. ., ils vain.. . — Demain, je vain 



av< 



■^ 



;*■■ 



.'V 



— 55 — 

.., ta vain* «y il vain..; nous vain.., vous vain*., ils vain... — 
Je me dédis, tu te déd . . , il se déd * . ; nous nous déd. * , vous vous 
déd . . , ils se déd . . .-—Je me dédie (se dévouer)^ tu te déd • * , il se 
déd* . ; nous nous déd. ., vous vous déd. ., ils se déd.... 

Jlnalyse, De not vœux innocents les anges sont iimotns. 

113e Exercice, (grammaire, n. 160-161.) 

Les élèves compléteront les mots ci-dessous. 

Cet enfant a toujours rete<. . . .les conseils qu'on lui a donn. . 
et il les rejet/«. .(]) toujours. — Quoique ce cultivateur ait jef . .sa 
semence en terre, il en jette» . (1) encore. — Ce coupable amoncel 
..(2) crime sur crime et il en amoncel.. (1) encore jusqu'à ce 
que le Seigneur l'appel. . (2) à son tribunal ainsi qu'il en a appe/. . 
tant d'autres.<— ^Pourquoi ont-ils appe/. .et pourquoi appel. .(2) ils 
à leurs secours ?-»Il a renouve/. .ses promesses, il les renou- 
vel.. (1) encore. 

Les élèves feront P analyse ci-ékssous. 

Analyse, Docile à la voix de son Dieu, le chrétien sait réprimer 

ses passions. 

114e Exercice, (grammaire, n* 160-161.) 

Verbes cordelery déceler, démêler, écarteler* 

' Maintenant je cord . . , tu cord . . , il cord . . ; nous cord . . , vous 
eord . . , ils cord* . . — Autrefois je déc . . , tu- déc . • , il déc . . • — 
Demain je déc, tu déc, il déc; nous déc**, vous déc*.; 
ils déc... — Il faut que je dém..,que tu dém.., qu'il dém.., 
que nous dém. . , que vous dém. ., qu'ils âèm.-^Maintenant j'é- 
cart**, tu écart*., il écart..; nous écart.., vous j'écart.., ils 
écart. . . — Autrefois j'écart . . , tu écart . . , il écart . . ; Demain 
j'écart.., tu écart.., il écart..; nous écart**, vous écart**, ils 
écart* 

Les élèves feront Vanalyse ci'dessous. 

Analyse, Partout les effets de la providence éclatent avec ma» 

gnificence, 

115e Exercice* (grammaire, n. 160-161*) 

Ces personnes achet**(l) les mêmes marchandises que vous 
avez achet* * et que nous achet* . nous-mêmes avant-hier. — Voici 



(1) Futur. (2) Présent. 



— 56 — 

le terrain que vous avez nivel. •} que nous nivel. • (2) et que nos 
employés nivel . . demain, — Les promesses que nous avons renou- 
veJ. .) que vous renouvel. . (3), qu'ils renouvel. ., (3) sont justes 
et convenables. — Il Jaudrait rappeler les ouvriers ; on les a rap- 
pel. ., on les rappel. . (4) quand vous êtes arrivé, et on les rap- 
pel. . (1) encore en ce monaent. — Je vaisje^er. ., si je pouvais, je 
jet. ., demain je jet. .; il faut que je jet. ., que tu jet. ..qu'il jet.. . 
—IX faudrait que nous senti. • les maux d'autrui comme les nôtres 
propres. 

Les élèves feront Panalyae ci-deasous, . ; r'> 

Amtyie, Jamais P homme orgueilleux ne goûtera le vrai bonhéw, 
116e Exercice, (grammaire, n. leO-^ 161.) 

Jlduéllement nous projet. ., demain nous projet. ., il faut que je 
projet. . , il faudrait que je projet.. . — Nous regrettons et nos amis 
regret. . (1) aussi de vous avoir déplu. — Nous reviendrons à la 
ville quand ilgèl... — Si ces enfants osaient, ils cèl.. la vérité 
comme ils l'ont déjà ce/.. . — Quand je suiii arrivé, ce malade jetait 
les hauts cris, il jet. . (1) encore les hauts cris. — ^J'appel. .(l)mes 
amis. — Cet enfant furet . . (2) partout, il furettera toujours, il furet . • 
(3) de même chez 1 ui. , , , ^ ^ ,_ _ 

Lts élèves feront Panalyse ci'dessous. 

•ântdysê» Qtà veut la fin doit vouloir les moyens. 

Exercice, correspondait a la xxixe composition. 

Cet enfant s'/ippel.. (1) Charles, il feuillet.. (1) ses livres, il les 
atpujours feuillet... — ^11 jet.. (1) ses livres. — Les oiseaux ont 
becquet. . les fruits. — Il a cél . . son dessein, maintenant je ne vous 
cèl.. pas mes projets ; jamais je ne vous cèle.. (2) mes inten- 
tions. — Les yeux lui étincel. . (1) ils lui étincel. . (3) décolère. — 
Ces paquets ne sont pas bien ficel..; 2e commis les ficelle. . (2) 
mieux. — Il chancel — (1) comme un homme ivre.— Les vignes 
ont gel. . — Les doigts et les pieds lui ont gel. . — Cet homme est 
d'un froid qui gèl. . (1) ceux qui l'abordent. — Tout le corps lui a 
pe/.. à la suite de Cette maladie. — Le phénix se renouvel.. (1) 
kii-môme. — Les douleurs de ce malade se renouvel. . (1) chaque 
jour. 



(1) Présent. (2) Passé déterminé. (3) Futur. (4) Imparfait. 



_ • _-. 57 — ■ 

Les élèves Jeroni Panalyse d-dessoui* ' ' 

Jlnalyse, La charité est lapltu excellente des vertus, 

117e Exercice, (grammaire, n. 217-220.) 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Les conseils que je vous ai donn» • en vous invitant à étudi, . ne 
peuvent qu'être approuv,. de tout le monde ; vous ne vous repen- 
tir., pas de les avoir suivi... — Une des maisons que j'avais 
achet.. a été loué., fort avantageusement. — On ne peut quW- 
mir. , les talents que ce juge a déploy. . dans la discussion d'une 
afiàire reconnu., aussi difficile. — La patrie peut être regard.. 
comme la mère commune que le seigneur a donn. . à ces grandes 
familles appel. , nations. — Ces livres nous ont bien «ère* •; ces do- 
mestiques nous ont bien serv., . 

Les élèves feront Panalyse ci-dessous» 

Analyse, Qui ne sait pas obéirne saura jamais commander, 
î^^i SUR LE PARTICIPE. 

118e Exercice, (grammaire n. 217-220.) 

Une multitude d'hommes que j'ai r<ncon/r. . étaient réuni.. 
>our assist. . à la fête. — ^La somme de huit cents francs que j'a- 
rais payé. .m'a été redemandé.., heureusement que j'ai pu pro- 
luire les reçtt.. qui m'avaient été délivré. . — Les enfants dont 
^ous m'aviez par/.., que vous m'aviez tant recommandé.. ^eont 
7enu,.me voir ; mais ils n'ont pas vott/. .profiter de mes avis. — 
lieu nous tiendra compte des travaux que nous aurons entrepr. . 
>our lui, des peines que nous aurons endur.., des sacrifices que 
kous aurons tait, . pour lui plaire. — Si nous avions bien employ. , 
îs heures qtie nous avons perdu,. nou% serions plus in^/rtit». 
iue nous ne le sommes. 

Les élèves feront P analyse ci-dessous. 

Analyse, Les mêmes passions régnent d^un pôle à Vautre, 

119e.ExBRCicE, (grammaire, n. 217-220.) 

Ne faites rien qui ne soit digne des maximes de vertu que j'ai 

ich..âe voua inspir.. .- -Les grands hommes appartiennent rioins 

[u siècle qui les a vu., naître, qu'à celui qui les a form'. .. — 

ivez-vous reçu la lettre que j'avais /ire^m. . que vous recevriez ? 

S (1) Présent, (2) Futur. (3) Imparfait. 



'■m 



— 58 — 



.Vi 



•—Les réflexions que ce grammoirien vl fat», el qu'il nous a corn- 
muniçu,. nous ont /7ari/.. très-judicieuses. — Les hommes qui ont 
le plus vécu,» ne sont pas ceux qui ont compté, , le plus d'années, 
mais ceux qui ont le mieux employ,, celles que le ciel leur avait 
départi,,, 

rr Les élèves feront V analyse ci'dessow, 

Analyse, Vn seul se loue de son sort, cent autres se plaignent du 

leur, s ^ , . 

120e Exercice, (grammaire, n. 217-220.) 

Nous avons /rottv.. judicieuses les notes que vous nous avez 
envoy.,, — Plusieurs peuples ont encore à rougir des victoires que 
nous avons rempart,, sur eux. — Les mauvaises nouvelles que 
nous avons entendu,, racont, , se sont irouv, , fausses.* .Les ser- 
vices que ces jeunes gens ont reçu, , de l'autorité les ont pénétr, , 
de reconnaissance. — Chérissez vos parents qui vous ont prodigu, , 
leurs soins et vous ont combl, , de bienfaits, et aimez votre patrie, 
vous souvenant que les bons citoyens l'ont toujours «em..avec 
zèle. 

> Les élèves feront l'analyse ct-dessowi, 

Jlnalyse, Le ciel, la terre, tout Punivers publie la gloire de Dieu, 

Exercice correspondant a la xxxe composition. 

On a contraint les soldats de marcher au combat ; ceux qui ont 
refus,, d'obéir ont éié enferm,, et puni,, selon qu'ils l'avaient 
justement m^t<... — Les soldats qu'on a contrain,, de marcher 
sont arn'v , , à leur destination. — Quelques savants se sont imagin,. 
qu'ils surpassaient les anciens, ne faisant pas attention que les 
sciences qu'ils ont /)er/ec/tonn.. ont été tnren/. . par ceux qu'ils, 
ont l'air de mépris.,, — La règle que j'ai commenc, à expliquer 
sera compri,,,je l'espère, vu la grande attention que les élèves lui 
ont prêt,. 

Les élèves feront P analyse ci-dessous. 

Analyse, La vertu rend heureux, et le vice malheureux, 

■'■■r^A SUR L'ADVERBE. S H 

I2le Exercice, (grammaire, n. 222.) 

Les élèves compléteront les mois surtout, sur tout, plutôt, plus tôti 

Il est s,, t,, utile de méditer, mais il ne l'est pas d9 méditerl 



^ 



— 59 — 

s», t,»i\\ est nécessaire d'être bien dirigé. — Tù connu votre des- 
sein j9.. f.. que vous ne pensez, et je sais que vous partirez j9.. 
t, . que vous ne le pensiez. — P. . /. . la mort que l'infidélité, 
disaient les martyrs. — C'eut la gloire qu'il a ambitionné p.. i,» 
que le bonheur. 

Les élèves feront V analyse ci-après, 

•analyse. Les hommes doivent s*aimer les uns les autres, 

122e Exercice, (grammaire, n. 222.) 

Les élèves souligneront les adverbes ci-dessous, 

Henri IV regardait la bonne éducation de la jeunesse comme 

une chose d'où dépend la félicité des peuples. — Il n'y a pas un 

honnête homme qui voulut faire usage du moyen par où IMntri- 

gant est arr»" à Ttune. — Je ne coi . ''""'als pas le péril où je 

I m'engageaib.- Où it la vertu, là coi...aence le vice. — Où de- 

I meurez-vous ? — La peur ou la misère vous a conduit là. — ^Voilà le 

piège où vous avez été pris. — Sont-ce là vos livres? — C'est là 

Imon opinion. — Terminons là cette affaire, terminons là notre 

ipromenade. — On nous demande cette livraison, terminons-la 

jpromptement 

Les élèves feront Panalyse ci-après. 

•analyse. Consultez votre bourse avant votre fantaisie, 

SUR LA PRÉPOSITION. 

123e Exercice, (grammaire n. 226.) 

Les élèves souligneront les propositions. 

Des talents précoces mûrissent rarement. — L'homme dès sa 
laîssance a le sentiment du plaisir; la plupart des gens ne jugent 
les hommes que par la vogue qu'ils ont, ou par la fortune qu'ils 
)Ossèdent. — Nous partirons quand il aura vu les personnes qu'il a 
voir. — Dès que j'arriverai, vous partirez. — Depuis quand étes- 
^ous décidé à partir î quant à moi j'attendrai encore. — Quant à 
loi j'écrirai quand j'aurai le temps. — Le soleil est près de se 
Boucher. — Ces hommes sont près de la tombe, mais ils ne pa- 
lissent pas prêts à rendre leurs comptes. 

Les élèves feront Panalyse ci-après, 
ïnalyse» Le savoir est pour Phomme studieux, comme les ri- 
chesses pour P homme vigilant. 



— 60 — 



124e. Exercice, (grammaire n. 230.) 

Le» élivês compléteront les mots ci-dessoua, parce que, parce 
que, quoique, quoi que. 

Par. »c»» que répond un élève on voit sMl a compris les le- 
çons qu'on lui a données. — Par,, c. que voua n'avez pas réussi 
une fois, faut-il vous désespérer? — Comprenez /}ar..c.. ^t/e je 
vous dis que j'ai rai8on.--Je ne me décourage pas qui,gue mon 
coup d'essai n'ait pas réussi. — Qu,,çue vous fassiez, vous ne le 
contenterez pas. — ^Voici un homme généreux çu, ,que peu riche.— 
Qu,,que possède l'avare, il ne dit jamais c'est assez. — Par,,c, , 
çu^on vient de dire je vois qu'on m'avait induit en erreur, ^.^ 
^'on m'eût assuré le contraire. 

Les élèves feront l'analyse ci-apris. 

Analyse, Tout homme a ses bonnes et ses mauvaises guaKiés. 

Exercice correspondant a la xxxie composition. 

C'est votre père et dès-l..youB lui devez le respect. — Si vous 
avez la plume que nous cherchons rendez-/. .— Qu. .^e dise le 
menteur on ne,le croit plus jvar . . c, . ^u'on le connaît. — Par, , c.que 
je lui ai dit, il est revenu à de bons «entiments çu, .que de faux 
amis l'eussent induit en erreur. — Vous auriez dû venir />/../.. à 
mon secours, pi- .f. .que de perdre le temps. 

Les élèves feront l'analyse cùaprès, 

Analyse, Quelle sera la récompense des bons? La vie étemelle, 

FIN. 



-\--^^ • 



!-j. r 



l ^<•^\y)i^i 



S'^'»^?..-"'*.» Kn».<;,"-- 



•f^t'-'j:'.- 



.v.*-f.r - 



j/nvm^}; .-"r 






-x, 



EXERCICES 

ORTHOGRAPHIQUES 

SUR LA GRAMMAIRE FRANÇAISE. 



DEUXIÈME PARTIE. 



125e Exercice, (n. 336-342). '-'''^ 

Les élèves compléteront les mois en italique. 

Les aigles romain.» étaient peint* . sur les drapeaux des Césars. 
— L'uigle devient /umt^.. qirand on lui prend ses aiglons. — lia 
déjeûné d*.. couple d'œufs frais. — U», couple de pigeons n'est 
pas suffisan,» pour le dîner de six personnes. — Les aides de ces 
ouvriers paraissent/a/i^^. .. — L'homme vertueux sait fouler aux 
pieds les délices />a5sagër.. que le monde lui offre. — Les délices 
du cœur sont plus touchant. . que ce. . de l'esprit. — Mes amis sont 
les meilleur. . gens qu'on puisse voir. —Quelques bon* * gens sont 
ven. . ce matin. — Ces exemples d'écriture sont (rés-bien fait,.*-— 
Cet homme donne de grand* * exemples de vertus. — Il faut donc 
expirer sous les foudres venge *.!.. Quel , . foudre., d'éloquence 
[n'ont pas été les Bossuet, les Bourdaloue ! 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

La plupart des gens ne font réflexion à rien; (n. 449.) 

126e Exercice, (n. 342-34.6.) 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Pour accélérer le mouvement cTt/n.. pendule il faut raccourcir 
. ipenôule régulai. . . — A la mort de Jésus-Christ /. • voile du 
împle se déchira en deux parts, du haut en bas. — Les voiles de 
lotre vaisseau ayant été déchiré. . par les vents, nous ne savions 
]uels moyens prendre pour nous sauver du danger. — Personne n'est 
issez peu instrui. . pour ignorer que la religion catholique est 
îiabl* * sur des fondemens divins, et que les personnes mal inten^ 
ïionné*,, qui cherchent à la détruire, n'agissent ordinairement de 
la sorte que parce que leurs mœurs sont corrompu*, . — Voilà deujc 



— 62 — 



parallèles bien mené,. — Faites I. .parallèle de César et d' Alexan- 
dre et \ous verrez que Tambition fut toujours le mobile de ces 
deux grand, . foudres de guerre. — L. . vretnie, , œuvre de cet au- 
teur est inférieu,, a,, secon,,, — Lorge perl,, s'emploie en 
pharnnacie, ainsi que l'orge mond. ,, — Ce,, orge est bien levé.,, — 
Quelque chose que vous nyez Jai,. pour votre instruction) vous 
devez continuer d'étudier. 

Le8 élèves analyseront laphrast suivante. 

Vinjinité des perfections de Dieu m'étonne, (n. 450.) > 

127e Exercice, (n. 347). . -j. . 

Les élèvti^ supprimeront la marque du pluriel à ceux des mois 

ci-dessous qui sont usités au singulier. 

Agrès, ancêtres, années, anses, bestiaux, besicles, blessures, 
dépens, catacombes, confins, calendes, concr^dats, funérailles, 
bardes, étangs, immondices, maximes, matériaux, nœud?, ob- 
sèques, ports, pincettes, prémices, sacrifices, rameaux, tru- 
meaux, ténèbres, vitraux, métiers, décombres, broussailles, 
mouchettes, pleurs, aqueducs, parfums, cadeaux, panneaux, lau- 
des, vêpres, doléances, annales, mœurs, entrailles, fiançailles, 
soupirs, archives, antennes, ancres. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 
La multitude d'obstacles que nous avions surmontée, sUst pré- 
sentée de nouveau. 

128e Exercice, (n. 352). 
Les élèves compléteront les mots en italique. 

Les agenda .., les impromptu .., les quolibet . . les récépissé , . , 
les qu^en dira-t-on. , , les car, ,, lessi,,, les bravo. . les alléluia..,, 
les duplicata.. i les opéra.. , les alinéa.,, les libéra,,, les com-l 
ment ,,tles pourquoi , . —Deux quatr . , , suivi , , de trois zér , . fontl 
quarante-quatre mille.. .Je vous félicite des solo,,^ des duo,,,, des! 
/no.., et des quatuor ,, ^ (\\xt vous avez exécut,, — Vous fere]| 
ce matin les pensum, .que vous avez ménï. .-— NVubliez pas dej 
lire les poit-scriptu, .f\\x\ sont au bas de la lettre que je vous ail 
envoy., — Si vous réussissez dans cette affaire, nous chanteron» 
des Te Deu,, — Le rosaire comprend seize |7afe.. et cent cia{ 
quante av. . 



Lest 

^oprei 



— 63 — 

Lei ilèvei analyseront la phrase suivanie. 

Se venger est d'un lâche, pardonner est cTtin sage, 

(n. 699, 2a.) 

Le maître a lu plusieurs fois le trait d'histoire, dont le som- 
maire est ci' après : Les élèves devront écrire les détails qu'ils en 
auront retenus, pour s'exercer à la composition française* 

Sommaire de Vhistoire, 

Denya, tyran de Syracuse, se venge de Dion, «on ennemi, en 
laissant le fils de ce prince, abandonné à lui-même, se livrer à 
tous ses penchants et le lui rend après que le jeune homme est 
entièrement perverti. En vain ce père infortuné se hâte de ré- 
parer le vice d'une telle éducation, H est trop tard : le jeune 
insensé, au lieu de se corriger, se donne la mort.^ 

129e Exercice, (n. 355-356). 

Les élève» donneront la marque du pluriel aux mots qui dot' 
vent la prendre. 

Donnez-moi des David, .et des JPAaraon. .amis des peuples, et 
ils pourront avoir des J^atàan» .et des Joseph, . pour ministres. — 
Tous ceux qui ont écrit l'histoire n'étuient ni des Tacite,, m des 
Jf^rocfofe.. L'Espagne se glorifie d'avoir produit lesàevmSéni' 
que, , — On a vu peu dP Auguste, r, de âidpton. «, de Richelieu, , , 
jde Conc^.., vivre familièrement avec les hommes de génie, à 
I Texemple des Auguste , , ,de8 Scipion , , , des Richelieu . . , et des 
Condé,,, dont l'histoire nous a dépeint les habitudes. — Les ver- 
tus pouvaient-elles fieurrr sous les JV(l7 on.. les Ca/xgu/a..et les 
Domitien,',? — Qui n'admire le zèle des FranqoiS'Xavier,.,de9 
Vincent,, -de-Paul,, àe^ Paulin,,, des Jean,, de J^atha,,f\m 
ont traversé les mers, affronté mille périls et la mort même, pour 
gagner des âmes à Dieu. ' ■ ^ 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Il est des nôtres, (n. 699.) ^yr x^^ 

130e Exercice, (n. 355-356). 

Les élèves donneront la marque du pluriel aux mots qui doivent 
la prendre, ,3,^, . 



— 64 — 

Si Kome te glorifie d'avoir donné le jour aux Cicéron,,^ aux 
Virgile, »i oux 7act7«..,aux TiU-Live»*t la France peut citer 
aussi les Molière. »t les Boileau»*^ les Corneille», , — Si nous en 
croyons les historiens espagnols qui ont parlé des peuples qui ha- 
bitaient ^Amérique avant ea découverte, ils avaient eu aussi leurs 
. Mexandre,, et leurs César,,, — Les Paul,, et les ,ânioine,, ont 
fleuri dans l'£gypte. — Le temps me manquerait, disait saint Paul, 
si je vous parlais en détail de la foi des Gédéon,,^ des Barac,,^ 
des Samson,,,den Jepàté,,fdeê David ,,t den Samuel,, et des 
autres prophètes. — On estime généralement les ouvrageo des Bvf- 
Jon,.etdea Cumr..: ces deux grands peintres delà nature ont 
. fait des découvertes immenses dans les sciences naturelles. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Le mont Vésuve est en Italie, le mont Etna en Hicilef et le mont 

Hécla en Islande, (n. 699,3o.) 

1 31e Exercice (n. 365-356). 

Les élèves donneront la marque du pluriel aux mois gui doivent 
laprendre. 

Parmi les savants du 1er siècle, on voyait les Athénodore,,dei 
Tharse, philosophe ; les Socion,,, philosophe et maître de Sinèque; 
les Ovide , , , poète ; les Strabon , , ,géographe, les Pline , , -le- Grand, 
naturaliste ; et les Plutargue,,, auteur des vies des hommes illus- 
tres. — Ne voit-on pas encore aujourd'hui des Caton . . et des Dé- 
mocrite,,,de9 hommes qui attaquent gravement une religion qu'ils 
ne connaissent pas, des contempteurs des choses les plus sacrées ? 
— On remarquait parmi les savants des derniers siècles, dans les 
sciences physiques et dans les sciences intellectuelles, les Pascal,,, 
les Copernic, , , les J\/'eu,ton, , et les Descarte, , , — Qui n'a entendu 
parler des Thalè, , , des Solon, • et des Pittacu, , si connus sous le 
nom da sages de la Grèce 1 Les Chilon,,, les J?ta«. .,les Périan- 
dre, . étaient aussi désigné, , sous le même nom. 

Les élèves am ly seront la phrase suivante, 

La vertu, dans le malheur, pinrait aveu éclat, (n. 699, 3o.) 

132e Exercice (n. 355-356). 

Les élèves donneront la marque dupluriel fOfx mots qui doivent 

laprendre. 



— 65 — 



» 



La lègi-Iotlon et le bnrreoii ont onooro ùen Montesquieu.,, et 
«les de Harliiy.,. — La médecine a Ognlemeiit >>e8 Hyppocrute,,,^ 
e( se» Gitlien... — On voit rarement tie» ordiitectes du mérite des 
Palladio,,. % de^4 jMansnrt, ..y de» Vignole,,,^ tous leurs ou- 
vrnged potiont IViripreiiite d'une haute conception. Les troia 
Scipion,,. 8'illiJi«trôreiit don» les nrmée>4 romuincH. — Qufis exem- 
ples de piété, d'ntinchement à In loi do Dieu, do ré^«ignalion à 
na divino volonté n*ont pns donnés les /o&..., les David., .^ les 
Tobie.,. — Donnez-moi des Mécène,,., Qinoi cumpagnea don- 
neront encore des ^îV^iVc. .. 1 «JVV 

/ ■ ■ 

Les élèves amily seront h. phrase suivante, 

■■'< ' . '; . • . 

Je suis debout.'-' Je suis dehors, (n. 699, 2e ) 

, '\*y' Sommaire de V histoire. ~ . .' 

Un jeune élève <le l'École militaire se prive L-bituelk nent de 
la partie la plus délicate de sa nourriture, pnr un sen' 'ent do 
piété filiale ; interrogé par les chefs ei n)enacé de Tes^^uision, s'il 
no fait comme les autres, il découvre l'indigence de ses parente, t 
xet aveu leur obtient une pension qui les tire de la i'étresse. 

• 133e. Exercice (n. 357-358). 

Les élèves compléteront les mots ci-u<ssous. 

Des aba...-vent..., des appui-maln. .., des blan.. -seing..,, 
des coup.. -gorge..., des couvr....feu. .., des gripp...-sou..., 
des pass... -droit..., i\es pass...-por. .., des 8err...-têt..., des 
tôt... -à... -têt..., des terr.. .-plein. .., des tir...-bull..., des 
tir...-lir..., des chef. ..-d'œuvr. . . r-ia crêv...-cœur..., des 
gât.... métier..., des plain...-chan. .., des pas8...-parfou..., 

des pass... -poil..., des tir... -bouchon , des tir... -ligne..,, 

des cure... -oreille... .des entre. ..-côie. .., des avant.. ..cour. ., 
m bec. 3 .-de-cane . . ., des pied ... .-de-bich... . 



— 66 — 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 
Le jeune homme sans vertu est un être dangereux, (n. 699, 3e.) 



■(■■ tfc *'r' 



,-n^.' 



ELLIPSE DU SUJET (G98, 4o). 

134e Exercice (n. 357-358), », 

7 Les élèves compléteront les mots ci-dessovs, ^- >" 

Des aprè . . .-midi . . ., des arc* •••en... •ciel..., des bout*..- 
leu..., des arrièr...-bouiiq..., des a van... -coureur..., des 
avan...-mur..., des bass... tail/..., des brêch...-den..., des 
entr. ..-sol. .., des brise.. '-tou..., des brûl. ..-tou..., des pot.. .- 
pourri..., des gard...>manger..., des eau... -de- vie..., des 
vcl...-au-ven..., des den...-de-Iou..., des crin... -crin..., des 
gard...-ma)ed..., des gard...-boutiq..., des cinq...-i>ixièin..., 
des coq...-à-Pâne, de^ vice ...-roi..., des prêt. ..•nom..., det 
perc*».-oreiIl.^<.'' \ ; ^ . 

Les élèves analyseront la phrase suivante, i! * ^' ■ 
Craignons un Dieu vengeur^ et tout ce gui le blesse, (n. 699, 4e.) 

135e Exercice (n. 357-358). 

Les élèves compléteront les mots en italique et mettront au plu- 
riel les mois qui en sont susceptibles, 

La France a été divisé,,, en quatre-vingt-six départements, 
qui ont été subdivisé,,, en arrondissements; les villes où les pré* 
fets font leur résidence, se nomment chef ,, .-lieu ,, . de départe- 
ments, et celles où résident les soir, , .-préfet ,. ., chef ,,. -lieu,,. 
d'arrondissements. — Les pass , , .-por , „ sont nécesi^aires pour 
Voyager en France... Si vous désirez acheter des cur,,.-den,,,.f 
j*en ai de jolis qui ne coûtent pas cher. — Les rez-de-chaussè,,. 



n; 



. — ^'^ — ■ ■ ^--. . '■'■;.- 

sont ordinairement malsains, à moins qu'ils ne Roient plancMié»» • 
— Vos bell. , ,-sœur» . . sont arrivé. . . ce malin, je ne \e» attendii^ 
pas. — Ces hommes ont déjà eu plusieurs j90ur/>ar/er. .. 

Les élèves analyseront la phrase tuivante. 

Les hommes changent ainsi que les saisons» ^ .: > 

ELLIPSE DU VERBE (n. 699, 5e). ' ^ "■' 

136e Exercice (n. 357-358). v" 

Les élèves compléteront les mots en italique et donneront la 
marque du pluriel aux mots qui doivent la prendre. 

Fermez les contreven» * . à cause de la chaleur. — Ces escalieri* 
n*ont pas de gard, . .'fou. . .) ce sont de vrais cass, • ,-cou» • . — Les 
manières libres et tranchantes sont le propre des fats et ùcb petit. . .• 
maître» », — La plupart des sauvages sont armé,,» de massues 
qu'ils appellent cass»».-1ête»»» — Les scandaleux 6ont plus dange- 
reux pour la société que les coupe»», -gorge»,» — Noua étions 
résolu»»» d'aller passer le printemps chez vous: mais les fâcheux 
contre »» .'temp »» . qui sont survenu. .., nous en ont empêchés, — 
Ces porte, , .-manteau, , . sont tout neufs, ainsi que ces porte, , .- 
collet ,».f ces porte , , .-feuille ... 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

Laplus longue m, comparée à Péternitéf est comme un point, 
, , (n. 699, 5o.) 

Sommaire de Phistoir 

n 

Un enfant gâté, idole de sa mère, lui attire une grandi; 
confusion devant une nombreuse compagnie par la bizar 
rerie de ses caprices. Ses pare()tf changeant dés-loré le aystèmi 



— 68 — 

d'éducation qu'ils avaient adopté, ils parviennent à réformer ce petit 
être volontaire, et à le rendre aussi aimable qu'il était maussade 
auparavant. n, ' .. i. r - ; 

î r^i 137e Exercice (n. 359-360). ; 

Les élèves compléteront les mots en italique et donneront la 
marque du pluriel aux mots qui en sont susceptibles. 

La gelée de groseilL . . est très bonne pour les malades qui ont 
l'estomac faible. — Il faut donner à ce malade du bouillon de 
veau.** ou de poulet.». — Toutes les communes de France doi- 
vent avoir en propriété, des maisons d'éco/... — Les troncs d'ar- 
hre»*. ne sont pas toujours inutiles^. — Nous avons vu plusieurs 
troncs dW&r. . . arraché... sur la route. — Achetez-moi une 
douzaine à'œuf, . . de poul. .. pour mes déjeuners. — Les combats 
de coq,,, en Angleterre sont un amusement pour le peuple.— 
Quoique Paris soit une ville de plaisir,., il y a cependant beau- 
coup de personnes qui y meurent de chagrin,, . . 



SaiS'tu dans quels périls aujourd'hui tu t'engnges ! 
Cette mer où tu cours, est célèbre en naufrage , , . . 



< -i! yvi- 



^ t s * mJL :*- >>*■; >> i* 



i.* ^.■*--r 4'.J •■= i.J'FC' 



Les élèves analyseront la phrase suivante. 

L*enfert comme le cielj prouve également la puissance de Dieu. 

(n. 699, 5e.) 



■X fi^ .i}*vfiJR 



138e Exercice (n. 359-360). 



Les élèves compléteront les mots en italique tt mettront au pluriel 
les mois qui en sont susceptibles. 

Avec des crins de cheva,,, on fait des lacets pour prendre des 
lièvres» des perdrix et autres oiseaux. — Quel empressement dans 
les fidèles pour préparer des reposoirs à l'occasion de la Fête 



"■ ' ,f: 



__ 69 — . 

' - - -' * 

Dieu : les vases de fleur. . ., les tapis de pied. , ., les tapisseries de 
verdure. . ., les draperies de toute espèc. . ., etc., rien n'est épargné 
dans cette circonstance solennel. .. — Les marchands de musique. . . 
vendent aussi des cahiers iVécrUure. . . — Le médecin a permis que 
ce malade fit usage de gelée de groseill... et non de marmelade 
ôe pomme. . ., ni de compotes de poire... — Il y a cinq principaux 
genres ^''écriture,. ., la gothique, la ronde, la coulée, la bâtarde et 
1.1 cursive. — La purée de lentille... est sain... pour. les mala- 
des. — Les boui lions d'om//e... sont rafraîchissan... 



Les élèves analyseront la phrase suivante. 



:•> ..?.» 



:->4 



Les Français cultivent les sciences, ainsi que les arts. (n. 699, 5e.) 



139e Exercice (n. 359-360). 






Les élèves compléteront les mots en italique et mettront au pluriel 
hs mots gui en sont susceptibles. 



:;iv^»Vy;'4,>''-^;V-'i^ ; "i'^'ïtfW 



J'ai été obligé de faire un voyage de cent cinquante lieues à 
pied. . . — Ce jeune homme saute ce fossé à pied. . join. . , malgré 
sa largeur. — Ayant échappé au danger, nous nous mimes à genou. . 
pour remercier le Seigneur. — Ce malade, ne se nourrit que de 
lui... et de frui... à c^use dt? la faiblesse de son estomac. — ^Le 
vingt-huit juillet de l'anut-e mil huit cent trente-quatre, il tomba 
prés de Clermont, en Auvergne, une grêle qui fit beaucoup de 
for. . . dans ce ps.ys. — Cette personne, qui nous avait causé beau» 
coup de ma..., a reconnu ses tor.., et nous & satisfai . . . — On 
trouve souvent, môme dans les villes les plus rich. .., des gens qui 
.sont Bana paiîi, ..y sans argen,.., sans habi... et même sans 
soulier., , 



— 70 — 

Les élève» analyseront la phrase suivante, \ 

1. w ^ ELLIPSE DU PRONOM. 4 

Qui ne veut pas remplir les devoirs d^ttn étal ne doiipas Pcmbrasser. 
' (n. 699, 6e.) 

' 140e Exercice (n. 359-360). 

'' ' 

Les élèves compléteront les mots en itaUque et mellront au plu- 
riel les mots gui en sont susceptibles. * 

Cet enfant a présenté v.n bouquet de ros, . . à sa mère le jour do 
8a fête. — Voilà des tonneaux plein... iovin.». — Apportez-moi 
ce panier de jsomm. ..—J'ai acheté deux mesures de fromen.. ., 
trois mesures iX^orge..., six de AanVo... — Ces lentes sont cou- 
vert* ». de peau... iVagneau. . . — Les personnes qui se livrent à 
Pétude sont sujet..» aux maux de lête... — Ces gens là sont des 
valets de pied»,. — Des roulettes de H... — VouiS irez chez le 
libraire et vous m'apporterez ton.,, les recueil. . . de musique., . 
qu'il aura, — Des plantsc/e vigne»». — Un champ planté d'arbres à 
frui... — Notie famille a fait une acquisition de cinquante arpents 
de ierr .,, labourable ,, . 

;;;,V' Les élèves analyseront la phrase suivante. 

ELLIPSE DU COMPLÉMENT DIRECT. 
Vous pourrez prendre lésfruitsque vous voudrez, (n. 699, 7e.) 

Sommaire de P histoire. / > - 



. I .î i:.i ;. . .'\i,:s îf.-;v. i 



Au bombardement d'Alger, ordonné par Louis XIV, lorsque les 
habitants désespérés attachaient à la bouche de leurs canons les 
esclaves français, un algérien ne pouv^t fléchir le commandant 
en faveur de l'un d'eux qui avait ét( son bienfaiteur, se jette sur 



— 71 — 



lui quoiqu'il fût déjh attaché au canon, et, par ce dévouement, 
obtient la grâce de son ami et une glorieuse récompense pour lui- 
même* 



SUR L'ADJECTIF. 



!.:<" 



i' '-if' 



I4flle Exercice (n. 370-371). 



Les élèves compléteront les mots en italique et mettront au plth 
riel les mots qui en sont susceptibles» 

Le soupçon se répandit dans tout le camp, et j excita des 
plaintes et un mécontentement généra,,. — C'est en vain qu'on 
met la véritable gloire dans la réputation et la probité mondain,, . 
— Une servitude accad/an... demande un cour.ige et une patience 
vraiment héroïque .. — La défaite diminua l'estime et l'affection 
^MÔ/ï^Me...— Socrate, condamné à mort, vit la plupart des spec- 
tateurs solliciter en sa faveur : mais il s'y opposa avec son courage 
et sa fermeté ordinair,,. — Nous avons trouvé une noblesse, une 
grandeur d'âme ^/mm/zn/... dans ce jeune homme. — N'attendes 
pas, mes^sieurs, qu'en parlant de celle que la mori nous a enlevé.» ,, 
j'expo.se à vos yeux les tristes images de la religion et de la patrie 
éploré, . . : je dirai seu'emerit que cette princesse, né, , , sur le trône, 
avait l'esprit et le cœur plus hau., , que sa naissance. 



».»'\ M 



l»^^^.S^i 



Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Votre père nous a écrit à votre sujet, (n. 699, 7e.) 

142e Exercice (n. 370-371). 

Les élèves compléteront les mots en italique et mettront au plu- 
riel les mois qui en sont susceptibles, 

Auguste gouverna Rome avec une modération, une douceur qui 
lui mérita le pardon de ses ancienn, , cruautés. — Quoique tout le 



72 — 



taonde reconnut dans l'amiée, que cette descente éta'rt téiriéraipQ 
et funeste pour Iak Cretois, chacun travaillait à lu faire réussir, 
comme s'il y avait eu sa vie et son bonheur attaché., au succès. 
— Louis XIV honorn les lettres de cet attachement, de cette pro- 
tection capable. . de l«'s faire fleurir: aussi s«»n règne fut-ille règne 
delà poésie et de la VméTaUue porté. , au plus haut période. — 
L'autruche a la tête comme le cou, garni., de duvet. 



-x.y^ 



Les élêvj'i analyseront la phrase suivante, 
ELLIPSE DE LA PRÉPOSITION. 



%âllez réciter vos leçons au répétiteur, (n. 699,8e.) 
143e Exercice (n. 372). , : :; 






Les élèves compléteront les mots en italique et mettront au plu- 
riel les mots qui en sont susceptibles.. 

i 

L'Ecriture Sainte se divise en Jlncien. . et en JVovve. . Testa- 
ment — La haut., et la bas.. Normandie forment cinq départe- 
ments. — ha grand.. eWn petit.. Tarlaiie sont situé., en Asie. 
— Dansw».. distribution de j rix, la premier., et la deuxièm,. â 
couronne sont /.,. plus honorable... " ' ',' 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

La paresse est Vécueil où nos résolutions viennent échouer. 

(n. 699, Se.) 



■j'v". 



lAiii Exercice (n. 373). 



Les élèves compléteront les mots en italique et mettront au plu- 
riel les mots qui en sont susceptibles. • > -y. -, 



Ùir.f 



On peut prendre <i /e'mom.. les grands, les princes, les rois, 
Dieu même} mais on ne les pi end pas pour témoin,, — Celle 



: . . — 73 — :■ . 

période esl coupée trop cour» . — L'instruction que vous avez faite 
est trop cour... — O ciirétiens ! s'écrie Saint-Augustin, reconnais- 
siez votre dignité, et connbien vos àmeâ ont coûté cher, .-à Jésus- 
Christ. — Voilà de l'avoine trop clair.. -semée, — Il a gelé irés- 
for., — La gelée a été trèïi-/or/.. en 1829. . .«;:'*«f 

C'est un ordre des Dieux qui jamais ne se rompt, 

De nous vendre bien cher., les grands biens qu'ils nous font. 

Vous m'avez vendu cher. . vos secours inhumains^ 

D'un regard étonné, j'ai vu sur les remparts 

Ces géants cour..-vêiu, . automates de Mars. 

Les élèves analyseront la jthrase suivante. ' 



Venez admirer le juste qui combat contre V adversité, (n. 699, Se.) 



, .. 1'" 



Sommaire de Vhisioire. 






Caton l'Ancien, animé par l'exemple du fameux CuRius Den- 
TAïus, dont la métairie était voisine de la fcienne, s'exerçait 
comme lui aux travaux de la vie champêtre, et, contemplant avec 
admiration la simplicité et la pauvreté de la maison qu'habitait 
encore après tant de triomphes ce célèbre vainqueur de sSamuites'y 
il retranchait rhaque jour de U sienne quelque nouvelle superfluité 
et augmentait son ardeur pour le travail. Cette conduite lui- ac- 
quit l'estime publique dans un âge encore peu avancé. 

dgf.. / ù''''!^%':'^MViM.^,^:>t-'? ',v\:>.M.. .-.-■va -, ,•■. '.v^v: 

%. U5e Exercice (n. 374-377). ^ ; 

Les élèves compléteront les mots en italique. \ 

Ceux qui, après avoir vaincu les ennemis, ne savent pas vain- 
cre leurs passions, ne sont que des demi... héros. — Dans beau- 
coup de départements les horloges publiques sonnent les qumi.. . 
et les demie. . . — Lnjeu . . reine était très-charitable envers les pau- 
vres. — Si aucun des soldats n'avait su marcher ww.. -pieds, qui 
sait si Genève n'eut point été prise ?—Ma/eM. .. nièce me té- 
moignait le plus grand attachement : aussi l'ai-je beaucoup reg^'et' 






.: ■ -« 74 — .^ 

té* . . lorsqu'elle est mort, . . — Les enfants aiment i courir les pjeds 
nu...f c'est une mauvaise habitude. — Autrefois il fallait que les 
esclaves allassent tète nu»,, pour marque de servitude, et main- 
tenant ils sont encore obligé,,, dans certains pays, d'aller nu,,.' 
pieds. 



: i ' :• 



Les élève» analyseront la phrase suivante. 

Le devoir excepté^ on doit tout immoler à Vamitii, (n. 699, 8e.) ,] 

146e. Exercice (n. 378-380). 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Avez- vous vu co< petites filles tremblant,., de peur, voyant que 
la nuit approchait î — Ces chiens étaient écumant.,, de rage parce 
que vous les aviez agacé,,. — La grand. , , classe est tenue dans 
une grand .. salle. — Cet enfant a hérité de sa grand,,. -mère et 
de sa granc/. .. tante. — Il ne réussit qu'à grand,,, peine dans 
son nouvel emploi : vraiment son état de peine et de détresse me 
fait grand... pitié. — Croyez-voiis donc que les sollicitudes sans! 
nombre, les inquiétudes presque continuelles de cet emploi soient 
si attrayant.,.? — ^J'ai une grand,,, maison situé,,, grand,,, rue 
à Pari^. — Vos grand,,, mères sont a//^...* à la granc/... -messe I 
à Saint-Rocb. ■ . ^v^*^ ? :'s vho.t 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

// daigne venir à moi. (n. 699, 8e.) 

SUR LES ADJECTIFS DÊTERMINATIFS. 

^îvf K- 147e Exercice (n. 338-389). ^ - ^v>'^ 

Les élèves placeront les traits d'union et la conjonction ûw\ 
adjectifs numéraux qui V exigent. ' '= . - t"^ 

Il y a eu en France,jugqu'à ce jour, soijrûwfe... onze rois. — LcjI 
cinquxinte»., quatre premiers,», papes sont honorés d'un culte! 



— 75 — ■ '. - 

public; ils ont gouverné PÊglise durant \en cinq»,, premier,,. 
siècle)}. — En France les jeunes gens sont majeurs à l'âge de 
vingt. . . un,,, an, , . — L'évangile de suint Jean contient vingt., . 
un chapitre, et le dernier chapitre des Actes de.'* apr>treti>, trente.,, 
un verset. — La France a deux,,, cent.,, vingt lieues de l'est à 
l'ouest, et deux ,. cent . . . ti-ente du nord au sud. — Les tro' 
quart... àos ennemis de la religion ne la connnissenl pas.— 
Quarante. . .«n, plus quatre-vingt .. .un^ font cent.,,vin^t.,.deur. 
\ — Je remanie mes amis comme d'autres moi même, ,. — De vérita* 
[blés amis sont d'autres v.ous même.,, 

ELLIPSE D'UNE PROPOSITION ENTIÈRE. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 
Quand arrivera lejvgemcnt général ? A la fin du monde. 



, (n. 699,9e). 
14Se ExERCiCE(n. 389-390). 






•V \ W. 



Les élèves compléteront les mots en italique. 

Contentons-nous du nécessaire ; les trop grandes richesses ne 

îndent point l'homme hem eux : ceux mêm, . ^ui les possèdent 

pesant point satisf ai .. . — Combien n'est pas odieux à sa patrie 

;lui qui tourne contre elle les armes mêm., . qu'il avait juré., . 

ne faire servir qu'à sa défense ! — Des pays inconnu, , . mêm. , . 
[leurs habitants. — Messieurs, je vous considère comme d'autres 
^oi-mem. . . — Les bienfaits mêm. , , veulent être assaisonné , . . pur 
îs manières obligeantes. — Les grands, les petits, les savants, les 
[norants mêm. , , aiment la musique. — C'est dans les écrits mêm,. . 

plusieurs adversaires de la religion, dit La Luzerne, que nous 
pouvons les plus pompeux éloges de la religion. 

Les élèves analyseront la -phrase suivante, 
serais malheureux, moi qui suis né pour le bonheur /(n. 700, le.) 
V Sommaire de P histoire. 

[Un ecclésiastique, savant littérateur, M. Oudin, pressé d'entrer 



— 76 — 

en discussion à contre-tempR, 8ur des matières religieuses, par un 
jeune étourdi qui se piquait (rathcisme* le couvre de honte et de 
confusion en le regardiint fixement dans un profond silence, le nox 
aiTublé d'une paire do lunettes, comme a^il eût considéré un ani. 
mal extraordinaire. 

r-.,^'-: e*>.^' ■'- --: *('■■ •''-'- ' ■ •'■ .--■■■ ■■■. '- . ■, 

-; >. PLÉONASME DU SUJET. • < •• 

• 149e Exercice, (n. 389-395). ^ 



V :(' 



Le3 élèves compléteront les mots en italique. 

Employez iou.... votre pouvoir, iou, .votre crédit pour me fairey 
réussir dans mon tntreprise. — Les pauvres, les riches, les roiia 
mêm»»tou»* sont sujets à la mort. — Employer tau., ses talenUi 
tou,, ses richi.sses, tau., sa science pour faire hénir le Seigneurj 
, cVst là /ot<. .l'ambition d'un bon chrétien. — On est obligé 
contraindre l'enfant ; il est triste, mais nécessaire de le rendra 
malheureux pour quelques instants; puisque ces instants »ic?fl..| 
de malheur sont les germes de son boidieur futur. 



?V-' 



Tou. . était adoré dans le siècle païen ; , . 

Par un excès contraire, on n'adore plus rien. " - 
Tou. . au monde est niêlé d'ameriume et de charmes. 



.'t '. 



,. / Les élèves analyseront la phrase suivante. 

..Vous soutenons avec raison, nous, que Vinslruction est nécessm\ 

- ". '•' (n. 700, le.) ' ■- '^> >^- - ' 

'^ 150e Exercice (n. 389-395). 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Le nombre des productions de la nature, quoique prodigieux, 
'- fait que la plu:? petite partie de notre étonnemeot ; sa mécanid 



'. :-.'3 



î*:;;"' . 



— 77 — 

bon ntt, ses ressources, ses désordres mêm» . emportent iou» . no- 
(re admiration. — Lea Romoins iront pu. . vaincre les Grecs que 
inr les Grecs mêm,, — A lu mort tau,. l 'homme ne meurt pas ; il 
f a dans lui une subittunce spiritutlle qui est immortelle, c^est 
f'àme. — Ce sont des enfans /ou. . d'ejiprit, nulle difliculté ne les 
Miibarrasse. — L^âme demeure tou.. éionné.., tou., stupéfaite) à 
la vue des grandes scènes qu'oflre la nature. 



T')!!. .éloge imposteur blesse une âme sincère. 

Nos vaisseaux sont tou.. prôis, et le vent nous appelle. 



Les élèves analyseront la phrase suivante. 



vous apprendra^ lui, à méconnaître son autorité, (n. 700, 1.) 



151e Exercice (n. 389-395.) 



• vi« .' ' t. ,:j ) 



Les élèves compléteront tes mots en italique. 



[Ne me dites pas que vous êtes insensibles aux louanges ; car 
. lant que nous sommes, nous aimons à éUe flatté. . — Tou. . 
^chants que nous sommes, nous voulons cependant qu'on nous 
Bse du bien. — Les bons, /ou.. fermes qu'ils tont dans la vertu, 
Rivent éviter le commerce des méchants, si bientôt ils ne veulent 
re tou.. aussi méchants qu'eux. — Elle méritait une tou,. autre 
rtune. — Tou.. outre place qu'un trône eut été indigne d'elle. — 
^s enfants sont /ou. . feu, /ou. .zèle, /ou., yeux, /ou*, oreilles 
land il s'agit do s'instruire. 



;':•,» 



lu se soumet lui'mém.. oux caprices d'antrui, 
[Et ses écrits tou. . seuls doivent parler pour lui., ^>i ' 
[C'est \à ce qui fait peur aux esprits de ce temps, 
tui tou», blancs au dehors, sont tou,, noir$ au dedans. 



— 78 — . 

L9i élivea analyseront la phroie wivanie. 

Cti enfants voua miprUtnt, voua qui i^.c avez eombléa de bienfaiU. 
, (700,2e.) ; 

<■ .■.'..,» , 

152e Exercice (n. 3S9 -395). 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Cette personne enl tou. . en sueur. — Ces fleurs son iou» . «usai 
fraîches qu'hier.— Ces enfants sont ton, . ous^i grossiers que ceux 
qui liront pas niém. . reçu d'éducation. — La Grèce, iou, . sage et 
tou», éclairée qu'elle était, avait reçu les cérémonies des dienx 
des païens. — Je m'étais flatté que vous seriez iou. . dociles et tou\ 
. . laborieux sans en excepter un seul ; mais il en est tou.. au- 
trement, vous avez montré tou. . la légèreté et tou. . la ditisipationi 
dont votre âge peut être capable. — La liberté d'écrire a des borneil 
comme iou. . autre espèce de liberté. — Si nous avions été tou.., 
aussi imprudents que vous, nous nous serions tou.,fait,,b\kmet.\ 
— Tou.. raisonnables que sont ces personnes, elles ont cependant] 
fait une action digne de hlàme. — Tou.. bien ^/evé.. qu'ait été! 
cette jeune personne, elle ne laisse pas de paraître rustique. 

■ - ;.-■ Les élèves analyseront la phrase suivante. 
Celui gui veut se sauver doit se vaincre lui-même, (n. 709, 2e.ji 






Sommaire de Vhisioire, 



il.' + 



Un sauvage d'Anaguaga en Amérique, entrant dans la cabanj 
d'un colon, le trouve plongé dans la douleur sur la perte d'un en] 
fant chéri. Le sauvage le console, fait flairer à son chien quelque 
vêtements de l'enfant, et décrivant un cercle autour de la cabane; 
lut fait aus^i flairer la terre. Tout-à*coup le chien disparait. Uni 
demi-heure après, il revient et guide les deux hommes vers la foréj 
voisine, où ils trouvent le pauvre enfant à demi mort de faim et( 
besoin. 



— 79 — 

158e Exercice (n. 390-401.) 
Lfi iUv€» compléteront ht mots en italique. 



■' f 



TeL . nous aurons vécui tel* . nous mourrons : car ce proverbe 

est très-vrai, /e/. . vie tel», mort. — Quel,, peines, quel,, cha- 

Igrins ne voua seriez'vous pas épargné,, ^ si vous aviez suiv, , les 

iBagefl conseils qu*on voua a donné,, — Tremper ses mains dans le 

jeang innocent ! quel,, cruauté, ^ue/.. barbarie! Il n'a mnnquë 

|a certains auteurs, que d'éviter le jargon et le barbarisme, et d'é- 

srire purement ; quel, , feu, quel, , nuïveté, quel, , source de la 

)onne plaisanterie ; quel, , imitation des mœur.-*, quel. , images, 

Et que,, fléau du ridicule! — Si vous êtes laborieux, mes enfants, 

^t ennemis du jeu dans l'enfance, vous le serez aussi dans la vieil- 

998e : ca r fe/.. vous aurez été dans votre jeunesse, /«/.. vous 

»rez sur vos vieux ans. 



Les élèves analyseront la phrase suivante, 

)ui pourrait vous oublier^ vous à qui tout le monde est redevable, 

(n.700,2). ' ^ - ■ 



' ■*' ' » '" ■ Z''. 



154e Exercice (396-401). 

,.",•-. --I .' .■ 'i, • . ' 

Les élèves compléteront les mois en italique. 

Les peines de cette vie, quel, . qu^el. , soient, ne sont point en 
[pport avec la félicité de l'autre. — Quelqu., science et quelqu, , 
lents que vous possédiez, ne croye? jamais en savoir a^sez. — 

lelqu. . éclairé. . que vous soyez, mes amis, vous ne devez ja- 

lis vous fier à vos propres lumières. — Quelqu., savants, que 
[us soyons, nous ne devons pas en tirer vanité. — Quelqu,, cor- 
ipues que soient nos mœurs, le vice n'a pas encore perdu, 
|rmi nous, /ou., sa honte. — Quel., que soient les humains, il 

it vivre avec eux. ^ti;»v:. . 



— 80 — 

r' 

Mais ces ruines mém. . ont pour moi des attk-aitS) 
Là, si mon cœur rourrit qudqu,, profonds regrets» 
Si çuelqu.. souvenir vient rouvrir ma blessure, . 
J'aime à mêler mon deuil au deuil de la nature. 



,.1', \ 



' / ;|^ Les élèves analyseront la phrase suivante. /.ri j 

Que m'importe à moi Vapprobaiion des hommes ? (n. 700, 3e.) 

;^ ' 155e Exercice (396-401). • 



Les élèves compléteront les mois en italique. 



■f: 



Quelqu,. perverses que soien» les inclinations du cœui' humain, 
avec du courage on peut venir à bout de les changer et de les 
rendre bonnes. — A«lam avait quelqu. . neuf cent trente ans lors- 
qu'il mourut.— Il n'y a que quelqu.*, trois cent vingt ans que les 
actes publics s'écrivent en fiunçaii?, auparavant ils s'écrivaient en 
latin. — Quel., que fussent vos vue.*, vous n'en avez pas moins 
été regardé comme coupable. — Quel., que soit le mérite, quel., 
que soit la vertu apparente d'un homme, vous ne devez point voua 
y fier avant de savoir si ce. jntéiite et celte vertu sont réélis. — Tel 
. . vous êtes, mes amis, tel. . vous pensez que les autres sont. — 
Ces personnes ne s;)nt pas /«;/.. que voua le cro3'ez. — Ne jugez 
jamais per-onne, parce que tel., vous croyez méchants, qui sont 
bons, et tel.... vous croyez bons, qui peuvent êire méchants. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Ce sont mes prdecteurSf je leur dois ma fortune àVun et à Taw/rcj 

'' 156e Exercice (396-401). 
Les élèves complètei'ont les mots en italique. 









"Dequel., importance n*est-il pas pour voua de savoir quel. À 
sont les obligations que vous avez à remplir ! ^^^J^ ^ j/^ ^^y^^^ 



' —81 — 

Mais quelqu. . vains lauriers qne promettent la guerre, 
On peut être héros sans ravager la terre. .. ^*' 

Justes, ne craignons pas le vain pouvoir des honnmes, 
Quelqu *• élevés qu'ils soient, Ws sont ce que nous sommes. 
La loi, dans tout état, doit être universelle. > 

Les mortels, quel, . qu^iU soient, sont égaux devant elle. 
Un meurtre, y uc/.. qu'en «oit le prétexte ou l'objet, \ . . 
Pour les cœurs vertueux fut toujours un forfait. 
Quel,, que soient ses penchants, le sage les surmonte, 
C'est ile nous que dépend ou la gloire ou la honte. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Que Contfaity à toi, ces innocentes victimes, (n. 700, 3e.) 

Sommaire de Vhiatoire. \ 

Dans la cour de Denys, roi de Portugal, vivaient deux pages dont 
l'un très pieux était spécialement attaché au service de la reine. 
L'autre, jaloux de son collègue, l'accuse auprès du roi d'un ciime 
énorme ; le monarque irrité destine l'arcuté à périr dans un four 
à chaux, et prévient le chef de cette fabrication qu'il lui enverra le 
coupable pour être précipité i.'ans son four. Le page innocent, 
chargé d'une commission pour ce lieu-là, s'arrête dans une église 
qui se trouve sur son passage, il y entend plusieurs musses, et n'ar- 
rive au four à chaux qu'après son accusateur, dépêché par le roi 
qui était impatient d'apprendre l'exécution de ses ordres. Cet 
événement sauve le page innocent et cause la moit de son calom- 
niateur, qui est livré par lés ouvriers au supplice destiné à son 
rival. Le toi informé de ce quiproquo, admire la conduite de la 
providence, et rend ses bonnes grâces à celui qu'il avait voulu faire 
mourir. 

Les exercices suivants se rapportent aux règles de la gram- 
maire, comprises entre les numéros 44-3 et 453. 

SUR L'ACCORD DU VERBE, DONT LE SUJET EST COMPOSÉ. 

157e Exercice. 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

La prudence, la sagesse, la bonté, la justice du souverain />«tf.. 
seule faire le bonheur des sujets. — Le courage de Saint-Louis, roi 

6 



— 82 — 



},!-<<ifi 



lie France, dtait à l'épreuve de tous les dangers : sa valeur, son 
intrépidité êtonn.. les plu^ braves : sa bonté, son aménité, sa dou- 
ceur,., connu,, de tout le monde.— La naissance, ainsi que la 
mort, .. un mystère de la nature: car l'homme ne naît que pour 
mourir. — Charlemajine et Louis XIV, les deux plus grands rois que 
la France ait eu,,, honorai. , les lettres ; ni l'un ni Pautre ne lais- 
sai. , les savants sans récompense. — La vie de l'homme, ainsi 
qu'une vapeur légère, ne dur. , qu'un moment j cependant chacun 
s'y attache comme si elle devait durer plusieurs siècles. — L'hom- 
me le plus robuste, ainsi que le plus faibli*, ne doi, , point compter 
sur un moment assuré d'existence, une vapeur, un r'iensvffi.. 
pour la terminer. ^ 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

La passion la plus insupportable, c''esl V orgueil, (n. 700, 4e.) 

I58e Exercice. 

Le* élèves compléteront les mots en italique. 

Une infinité déjeunes gens sejoer.., et parce qu'ils lisent des 
livres impies, et parce <\\î'\\& fréquente, . des libertine. — On voit un 
grand nombre de personnes capables de faire une action sage ; on 
en voit encore un plus grand nombre capables de /aire une action 
d'esprit et d'adresse; mais bien peu .. caphbl,. de faire une 
action généreuse. — La plupart des jeunes impies qui veut., criti- 
quer les maximes, les cérémonies de l'église, disputer sur ses mys- 
tères, n'en connai., pas môme les premiers éléments. — C'est la 
justice et la charité qui doi, , nous engager à aimer notre prochain 
comme nous-mêmes. — Mon oncle ou ma tente viend. . ce soir : 
mon frère et ma sœur ir. , à sa rencontre. — Ni Loui.s, ni Charles 
nepourr.. arriver ce soir à cause du mauvais temps. — Beaucoup 
de gens voudr. , aller au ciel : mais ils ne veu,, pas se faire la moin- 
dre vi'lence pour le mériter, — L'enfant^ ainsi que les jeunes ar- 
bres,., besoin de support. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Le vrai secret d'hêtre heureux, c''est de borner ses désirs, (n. 700, ie.) 

159e Exercice. 

Les élèves compléteront les mois en italique. 

L'histoire, comme uu tableau, nous montr.. les bonnes et les 
mauvaises actions des grands hommes qui nuus oni dcvanc, — 



83 — 



valeur, son 
ilé, sa dou- 
linsi que la 
ît qwe pour 
mh rois que 
utre ne lais- 
mme, ainsi 
Jant chacun 
s. — L'hom- 
)int compter 
rien svffi,»» 



. 700, 4e.) 



e. 

ils lisent des 
—On voit un 
ion sage ; on 
•e une action 
lo faire une 
veul»» criii- 
sur ses mys- 
s.— C'est' la 
tre prochain 
d* . ce soir : 
s, ni Charles 
I — Beaucoup 
aire la moin- 
s jeunes ar- 



(n.700,4.e.) 



ion nés et Icà 
(kvanCf — 



Parce quM y a une multitude d'hommes qui se perd,, en transgres- 
sant la loi de Dieu, il n'en punira pas moins les coupables .in 
quelque nombre qu'il., «oi..— Il n'y a rien que la haine ou la 
jalousie ne fass. , dire contre ceL-i qui en est l'objet. — La religion, 
ainsi que la vertu, jdcm.. seule nous mettre au-dessus des revers. — 
Il y a peu d'hommes qui s'ame. .assez eux-mêmes pour préférer 
toujours le bien spirituel de leur âme aux biens temporels : 
il y en a bien moins encore qui soi, , dans la disposition de sacri- 
fier les seconds pour conserver les premiers. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Ce qui caractérise le chrétien, c'est la fuite du mal, (n. 700, 4e.) 

160e Exercice. , 

Les élèves compléteront les mots en italique, ' * , 

La joie, le contentement, la paix intérieure., le partage de 
l'homme de bien. — Il faut tout sacrifier plutôt que de sacrifier la 
vertu. Ce sacrifice, notre intérêt spirituel et temporel, notre hon- 
neur. Dieu nous le command,, — Les fausses religions, la corrup- 
tion des mœjrs, la démangeaison de vouloir disputer sur tout, de 
vouloir sonder les mystères les plus élevés, pervert, , une multitu- 
de de personnes. — L'éléphant, comme le castor, aim, , la société 
de ses semblables. — L'histoire, ainsi que la physique, n'.. rom- 
menc, , à se développer que vers le milieu du seizième siècle. — 
Ce ne fcera ni M. le duc, ni M. le comte qui ser, , nommé ambas- 
sadeur d'Angleterre. — Avouer avec franchise une faute que l'on a 
commise, c'. . un moyen sûr pour en effacer le souvenir: au con- 
traire la nier avec hardiesse et effronterie, c'. .dévoiler son mau- 
vais caractère et son orgueil. 

, Les élèves analyseront .'u phrase suivante. 

Ce qu'on admire le plus dans V Evangile, c^est la simplicité et la 
^. : naïre/'. (n. 700, 4e.) 

Sommaire de Vhistoirc. 

Henri, le plus jeune des trois fils de Guillaume-le-Conquérani 
prend les armes contre ses deu^^ frères ; ceux-ci le poursuivent jus- 
qu'au mont Saint-Michel et l'y assiègent. Bientôt le prince msîi- 



— 84 — 

que d^eau et en fait dcmantler à bcs rrére?. L\in d'eux lui en en- 
voie ausHtôt en y joignant du vin, malgré les murmures de l'autre, 
alléguant qu'il ne fallait pas laisser mourir leur frère de soif, 

161e Exercice, (n, 482-485.) 

',' ■ Les élèves compléteront les mots en italique. 

La nuit, tour-à-tour charman,* ou sinistre,., les rossignols ou 
les hibous ; les wnn chantan,. aux beaux jours noman.., dans 
denan.. bocages; les autres huan,, dans les vieilles forêts et 
fuyan. . la clarté du jour.— J'ai vu des Wons rttgissan, . couran.. 
après leur proie. — Là on voyait divers canaux roulait, . leura 
eaux claires et limpides entre des rangées d'arbres touffus et i*cr- 
doyan, . ; plus loin on apercevait des eaux tranquilles et dœ'.nan,,, 
dont la surface, réjléchissan » . les rayons du soleil et la: verdure des 
arbres cnviVonn on.., offrait au voyageur une perspective ravis- 
San»* — Ces personnes, prèvoyan»* le danger qui les menaçait, 
prirent incontinent la fuiie, et, se dirigean,* du côté de la Suisse, 
passèrent en Italie. — Votre maison est situé», dans une posiiion; 
charman* . ; les forêts environnant. . lui donnent une vue pittores- 
que. — C9 sont les neiges /cnû'an. . qui alimentent les fleuves et les 
sources de nos fontaines. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

CPest au jugement de Dieu que les droits seront rétablis, (n. 704.) | 

. , 162e ExERCiCB. (n. 824-485.) 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Avez-vous vu ces hommes, /ïaraman... et disparaissan . . . n 
tout moment? — Sur les débris /uOTcrn. .. de cette ancienne cit(', 
se sont élevés quelques chétives cabanes, indiquan... que lij 
existait autrefois une ville célèbre. — Les chiens sont caressan.., 
de leur nature. — Des esprits bas et rampan... ne s'élèvent jnmaiiij 
au sublime. — Ces hommes, /»r^i>oyfln... le danger, ont échappé 
au naufrage. 

Entendez-vous le bruit de ces puissans états, 
S'écroulan... l'un sur l'autre avec un long fracas? 
Voyez rire ces champs au laboureur rendus, 
Sur ces combles tremblan. . i ces chevreaux suspendus ; 



— 85 — 



Ces forêts d^arbris^eaux, de plantes, de buissons, 
Montan». ., tomban. . . en grappes, en touffes, en festons. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

C'eut de t)OM« que nous nous occupons, (n. 704.) 

163o Exercice, (n. 482-485.) 

^. Les élèves compTèieront les mots en italique. 

J'ai vu des feux dévoran. . . embrasan, . . cette maison et la ré- 
duisan. . . en cendres. — On voit des enfants conirarinn. .. par ca- 
ra<-tère, contredism.,. sans cesse leurs condisciples, par le seul 
plaisir de contrarier. — Voyez-vous ces forêts verdoyan. . cou- 
vian... le haut de ces inontagnesî elles sont aussi anciennes que 
le monde: jamais le fer destructeur n'y a passé. — Je vous rappor- 
terai une histoire amusqn..., récréan... bien les enfans. — Ma 
fœiir jouait,., avec rfiori frère, vient de tomber du haut de l'esca- 
lier, et en tomban. .. ele s'est cassé.. . la jambe. 

Ces personnes étaient acli ves, />/et;oya/i. .., arrangean... toutes 
choses à propos, ne s'embarrassan. .. de rien et n'embarrassan.. . 
point le.s autres j excusan. . . les fautes et réparan, . . les mécomp- 
tes ; prévenan. . . les diilicultés, et inspiian.. . à tous une entière 
confiance. — Des fontaines cou/on. .. avec un doux murmure sur 
des prés semés d'amaranthes et de violettes, formaient des bains 
au>si purs et aussi clairs que le cristal. — Mille Acurs naijissan . . , 
émaillaient les tapis verts dont la grotte était environnée. — On 
n'entendait jamais que le chant des oiseaux ou le bruit des ruis- 
seaux, qui, se précipilan.. du haut des rochers, tombaient à groâ 
bouillons. - 

J'ai vu de «ouïes parts. 

Vaincus et renversés, les Romains eLPharnace 

jPwy«/i. . vers leurs vaisseaux.. . . ^'^'''^^ 

Songe aux cris des vainqueurs, songe aiij^ris tJies mouran . , 

Dans la flamme étouffé?, sous le fer cxpiran. .. 



t'A 



Les élèves analyseront la phrase suivante. 
Cest en vain que le méchant chei'che h bonheur. — Cest cny'l.'^jaj^-t,:^ 




née 1444, que V imprimerie fut inventée, (n. 7C4.) 



]i\'■^v\ 



II 



^ —86 — 

♦ Î6i<e Exercice, (n. 482-485.) 

Les élèves compléteront les mots en italique, 

^ Des é^èesétincelan,,» brillaient à nos yeux et nous fuii^aient 
craindre de nous trouver parmi des ennemis. — Ces figures sont 
bien dessinées; elles sont ruviasan,,, de Iiesuié. — Voici une 
tisanne adoucissan.,. 'yen voilà une autre ûdoucissan»»*\e mal 
de gorge. — Conservait.», le souvenir de vos bontés, nous nous 
estimerons heureux de pouvoir vouu témoigner notre reconnais- 
casaCr en vcu» rtndtm^,, tous les services possibles. — La foudre 
TêtaUi M aan^ » à nos oreille», n& noua feTa^-eHe pas redouter In 
Justice du seigneur ? — Au pied du trOne était la mort pâte et dé- 
^)crfln..., avec sa faulx /r^rncAon... qu'elle aiguisait sans cesse. 
— -Deux Créîois demeurèrent tremblan,.. et à demi mortS;/at- 
san»». des vœux, et n'cspêran, .. plus de revoir Télémaque. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Cest nous qui faisons noire sort. — Ce sont les Égyptiens qui 
ont inventé la géométrie, (n. 704.) ^ 

Sommaire dé V histoire, 

^ Hormi^dns, seigîv^îur persa n, interrogé par l'empereur Constantin 
sur ce qui le frappait le plus;, de toutes les beautés de la ville de 
Rome, répondit que c'était de voir que les hommes y mouraient 
«omme ailleurs. 

165e Exercice, (n. 4S2-485.) 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Descendan.,. d'une race sainte, nous devons tendre k la sain- 
teté. — Mes tantes demeuran... à Lyon, pourront venir me voir 
au printemps prochain. — La nature est toujours agissan, .., 
varian.,. sans cesse ses production?. — Les lois humaines sont 
changean , . .y a'nsi que ceux nui les font; il n'y n que les l«)is de 
l'Eternel qui soient toujours les mêmes. — Les hommes chan- 
gean... à tout niomcnt, et de desseins et de conduite, sont mal- 
heureux '. il fa t s3 faire un rôgloment de vie qui soit selon la loi 
de Dieu ' l selon les de^'oirs de son élat, et le suivre constam- 
ment. 



> .-■••^■> 



— 87 — 



s fuietaient 
prures sont 
Voici lîne 
. . . le mal 
nous nous 
reconnais- 
-La foudre 
etfouter la 
)àle et dé' 
'ans cesse, 
morls./ai- 
naque. 



f tiens gui 

». 



l: 



onslantin 
a ville de 
mouraient 



i la sain* 
me voir 
';tssan . . . , 
nt>s sont 
es lois de 
es chmi' 
ont mal- 
Ion la loi 
conslam- 



1 ;'îi<i> 



S V/ançan > . . des hauteurs d'un roc inaccessible. "/ 

Comme une vaste mer, la cataracte horrible 

Tombe en poussan ... au loin d^effrayan, . . clameurs. 

Eifrappnn, . . les rochers qu'ébranlent ses fui-eurs, 

Eu tourbillons d'écumes, en vapeurs on.cloyan ... 

S'élôve et rejaillit 5ur ses lives drt/yan... 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 
C^esi la gloire et le. bonheur éternel que f ambitionne, (n. 701.) 

166e Exercice, (n. 482-485.) 
Les élèves compléteront les mots en italique. . v\ 

Ces vignes ff/ï/)ffr/fn«n... à votre famille, sont bien cultivées. 
— l'es bat(>aux de pécheurs paraissa... et disparaissa... 'fXous 
cherchaient leur palut sur le rivnge au risqu'^ d'y périr.-Avez-vouji 
vu ces enrjnt»<, trcmblan . . . (Iq peur d'être conij^^és parleurs pa- 
rents? — Ce«î jeunes gent» sont tout tremblan . . . i\Q froid. — La ro- 
tiioe, dco-on//(//t... des feiiilleâ le matin, rafraîchit les plantes qui 
se trouvent dessous». — Voyez ses ffuilles dégoiittan... de r<»- 
sée.— On voit quelque fois de grands génies rumptm. .. aux pieds 
d'un ignorant, parce qu'ils en attendent qui Iqucs faveurs. — Nos 
antiques murailles font coti vertes de beaux lierres rampun... — 
Les serpents rampan. .. sur les arbres, sont du nombre des insec- 
tes rampnn... - . v' ' 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Cest forgueil qui divise les hommes. — Ce sont eux quon accuse. 

(n.704.) , 

167e Exercice, (n. 482-4-85.) . .^sC i 

Les éîcves compléteront Its mots en italique. 

Je regardais cette grêle, r^f a o-cfln. .. nos campagnes, comme 
lin fléau de Dieu.— On ne voyait de tous côtés que des femmes 
Inviblnn. . ., des vieillards courbés, de petits enfants les larmes aux 
yeux, se retiran..: dans la ville.— La marée montnn... est pro- 
pre h mettre les vais^seaux à flot.— La marée, won /«»... jusqu'à 
Uouen, facilite le commerce de cette ville. — Les bœufs mugis- 
San... et les brebis bêlan.. . venaient enfouie, qvUtan,. . leursgra» 



.' 



— 88 — 



pâturage!», et t\c powan , . . trouver assez d'élablc/s pour étio mis à 
rouvert. — Tels que ties bi»rgers qui, voyan,.. le 1 on venir fondre 
sur leurs troupeaux et y porter le ravage et la mort, fuient trem- 
ôlan, .., ainsi il arrive tièa peuvent qu'au lieu île résister couiageu- 
sement à la tentation, nous jetons bas les nrmeï>, luùsnn. .. le dé- 
mon, notre ennemi, faire dans noire âme les plus aflVcux ravages. 
— Une voix mugissnn, .. sortit de la caverne, *ct me fit entendre 
CCS paroles : FiU d'Ulysse, il faut qix tu dcvicriretf giai.d par la 
patience. ' • ' " ' ' ' 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Il est vrai de dire que tout homme peut se tro.nper. (n. 704-.) 

. . 168e Exercice (n. 482-485.) 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Bernardin de Saint-Pierre décrivan... In variété de quelques 
mouchei), dit : (Quelques-unes avaient des ailes lon«:ue8et hriUnnt... 
comme des lames de nacre; celles-ci volaient en /oMr6î7/on«o/j... 
à la manière des papillons ; celles-là s'élevaient en l'air, en se «//- 
rigean... contre le vent, par un mécanisme à peu-prés semblable 
h celui des cQïh- volan . . . de papier, qui s'élèvent en forman. . . 
avec l'axe d i vent un angle de vingt-doux degrés et demi. 

Il sort et, balancé sur la bi arche j;lian... 
Il hésite, il essaie une aile enco e tremblan... 
Une femme coupable à tes pieds gémissnn... 
A ta dr<»ite un brigand, d'une voix expiran. .. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Il suffit d'avoir fait son possible pour n'^avoir rien à se reprocher. 
. . (n.704.) , 

Sommaire de Vhistoire. 

En 1805, un incendie réduisit en cendres la moitié d'un hnmeau 
près de Besançon. Une fille d'environ soixante ans contribua beau- 
coup, par sa présence d'es[)rit et s'^n exemple, à sauver une par- 
tie des habitans. N'ayant pu obtenir des plus braves tiavaillcJirs 
qu'ils allassent au secours d'une pauvre feu. me, nounice de dciix 
enfants, dont la chaumière était enveloppée par les flammes, elle 



— 89 — 



îtio mis à 
»ir fondre 
îiit trem- 
:ouiageu- 
.. le dé- 
c ravages. 
, entendre 
i.d for la 



. 704.) 



e quelques 
t bn'l/t'vt... 
illonnan... 
r, en se di- 
I semblable 
orman. . . 
ni. 



\7'eproc/ur. 



B^élance, nial^^ré son âge, au milieu de l'embrasement, et arrochc à 
la mort, la mC'reet les enfants. L'histoire de tous les &geâ n'offre 
point d'acte:^ aussi héroïques, ni dans le pogunisme ni parmi les 
philantropes. 

SUR LES REMARQUES RELATIVES AUX PARTICIPES 

PASSÉS. 

169e Exercice. ... 

L^s élèvs compUteronl les mois en italique. 

Les deux discours que j'ai entend» . . prononcer sur le jugcmei.t 
dernier, ont c/onn... l'auditoire, et l'ont j-cz/i/;. .. de frayeur: les 
objets étaient peint. . . d'une manière si vive, avec des expressions 
si bien appliqué .. . qu'il semblait que tous les peuples fussent déjà 
iraisport,,. dans la vallée de .losaphat, et que la sentence fût 
déjà prononc. par le souverain juge, sur les têtes coupables. 
Les a-t-on vu,,, marcher parmi vus ennemis^ 
Fut-il jamais au joug esclave» plus aoumi. ,. ' -r- 

Lui-même d'aussi loin qu'il nous a vu... paraître. 

La nuit je les ai vu,,, arriver en ces lieux. . . 

Allez, disjp, et sachez quel lieu les a vu, .. naître. 

Vous que j'ai vu... périr, vous, immortels courages. • 

Les exercices suivants se rapportent aux règles delà 

C:iAMMAlRE, COMPRISES ENTRE LES viitmêiBOS 4^0 ET 497. 

Les élève$ analyseront la phrase suivante, * -'l'V'iJ• 
7/ Ti'y a rien de plus choquant qwun discours inconsidéré, 

(n.704.) 

170- Exercice. 

Les élèves romp/êleront les mots en italique. 

Si le^ malheurs quî vous avez entend... raconter étaient vrais, 
c-.' serait w\q chose bien affligeante pour l'humanité. — Les orateuis 
qije vous avez entend.,, parier étaient plus éloquents que ceux 
qu3 vous avez entend.,, blâmer. — Les grands hommes appartien- 
nent moins au siècle qui les a vv,,. naîire ou qui jouit de leurs 



— 90 — 



talents, qu'au siècle qui les ^ formé, .. — A peine les eûmes nous 
entendu., . parler, qu'ils disparurent eurnme réclnir, san» que nou:» 
oyons fiu. .. savoir où iU H^étaient retiré,,, — Vos enfanfa que j'ni 
«n/enc/... (lécIomiT et que j'ai auHsi en/m^/. .. npplauiii*, ont été 
couronn,,. à la dlatribution des prix. Len , personnes qui les ont 
vu,,, figurer, nous ont assvr,,, que ces él(»ge8 et ces prix ttuient 
r/«... à rapplicalion constante^ à l'asslilnité et à la piété qn'iU 
ont montr,.. — Les amis que j*ai cr, ,. q>u> vous aviez, n'étaient 
rien moins que sincères. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Le vice en veut à la vertu. — L'hypocrite en impose même à ses 

amis. (n. 704i.) 

l7l« Exercice. 

Les élèves compléteront les mots en itnlir^ue. 

Les matelots que j'ai ru,,, nager, étaient fi'rt Imbiles dans cet 
art. — Les lapins que j'ai vu,,, chasser, étaient agiles. — Les niois- 
sony que vous avez t'M. .. couper, étaient abondantes. — Les moi<- 
sonn(*urs que nous avons vu.,, travailler, étaient accabl,,. de fnli- 
gue.«, brûl. . . par les ardeurs du soU'il, exténu,., de l'aim et do soif. 
— Les personnes souffrantes que nous avons» vu... supporter p«- 
liemment les douleurs a'guës dont elles étaient tourment,,.^ nous 
ont donn... de grands exemples de patience que nous nous 
sommes ^ro/70s. .. d'imiter. — Les histoirt's qtie nons vous avons 
enievd.,. raconter, nous ont singulièrement touch.,.; ausîri, 
av on v-nous admir, , , les personnes dont votia nous avez pnrl, , . 
— Celte mère u^est propos, . . d'envoyer ses enfants en pension. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Les J'ai sons mêmes que vous alléguez pour votre défense vous con- 
damnent, (n. 389.) 
' ^ 172e Exercice. 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Nos marins poussèrent des cris de joie en revoyant leurs com- 
pngnons qu'ds avaient cru .. .noyé ,. . — Les dépêches <,ue l'on 
avait espt'r.,. recevoir hier ne sontfl7-m'... qu'aujourd'hui. 
— Les néophilcs que nous avons /(.n., instiuire seront lojtis.,. 



— 91 — 



inou8 

rit été 
QA ont 

[itii'ipnt 

qu'iU 

étaient 



te à ses 



en niois- 
ics moi— 
. lie fali- 
itilosoif. 
rlcr p«- 

. ., I10U8 

lus nous 

s avons 

, ans^i, 

yK'r/ . . . 

ion. 



lovs con- 



irs com- 
i,ue IV>«' 
jurd'hui. 
Iflj iîs> . • 



dans quelques joiiK. — Des étrangers qu'on avait voti/... intimiiler 
turent rassur , , , \mr les procédés du gouverneur de Pile. — Les 
moyens rigoureux que nous avons vu... employer nou« avaient 
ejfray... Noa effpfs que l'on avait ordonn. . . d'enlever, furent ce- 
pendant laiss.» . à noire dispoiiition. — Lch papes se sont succéd, . . 
sans interruption depuis saint Pierre jusqu'à Grégoire XVI, au- 
jourd'hui régnant. 



.tM* 



Les ilèttr analyseront la phrase suivante, • ' ■""■ 

Sovs le régne de l'idolâtrie les créatures, les passions même étaient 

adorées. ij\, 390.) 

Sommai le V histoire,* 

L'empereur Alexandre r''''M?e les gens qu\ine reine de Carie lui 
avait envoyés pour lui [jrépîiiei 'ne mble splendide : il accompagne 
ce renvoi d'une réponse qui ' t l'éducation qu'il avait reçu 

tie Léonidas, son gouvern» ir. iieurt i .^ ce prince, s'il eût toujours 
mis en praiiqueis de èage» leçons ? 

173e Exercice. 

Les élèves compléteront les mots en italique» 

Les arbres que j'ai/a». .. planter, n'ont paapouss,.. — J'ai/a?.. . 
faire dans votre maison toutes les réparations que j'ai />ii... et 
que j'ai dû..» — Si vous saviez, mes enfanta, toutes les peines, les 
inquiétudes que vous avez coiitê, . à vos parents, lorsque vous étiez 
jeunes, l'amour et In tendresse qu'ils ont eu. .. et qu'ils ont encore 
pour vous, que ne feriez vous pas pour leur témoigner votre recon- 
naisance ! — Les précautions que j'avais ^réo. .. que vous pren- 
driez, vous les avez prise »•» ; les succès que j'avais espér,., que 
vous obtiendriez, vous les avez obten... ; les honneurs que j'avais 
désir... que Pon vous accordât, on vous les a accordé,,» , 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Le tout est plvs grand gu'' une de ses parties, (n. 391.) 

v; r:-^! 174e EXERCTCE. ^^ 

!i- Les élèves compléteront les mots en italique. 
Combien de peines et d'inquiétudes m'a coût,,, cette charge 



i<« 







IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 










1.0 



M 



1.25 



■^ ^ 12.2 

li£ 12.0 



111 

ut 



1 

I 







Hîotographic 

Sdences 

Corporation 




33 WiST MAIN STRIIT 

WIBSTn,N.Y. 14SI0 

(716)t72-4S03 






■^ 



4r 




— 92 — 



pour l'obtenir, et combien n'en fauJra-t-il pas encore éprouver 
pour la conserver ! — Les louanges que j'ai entend... donner à cet 
homme, n'étaient rien moins que véritables. — Que de rôles diffé- 
rents l'on a vu. .. jouer de tout temps sur la scène du monde ! — La 
mnchine que vous avez vw... construire, n'est pas celle qu'ont 
ac/ieté... les marchands que vous avez vu. . .passer. — Les maçons 
que nous avons vm... bâtir ces maisons, sont les mômes qui ont 
b.lt... lii nftlre. — Les sommes que tu as vu... compter^ sont celles qui 
me gont du. . — Si vous vouliez réussir dans vo're entreprise, il 
vous aurait fallu faire plus de démarches que vous n'en avez fui.., 
— Nous vous avons rend... tous les services que nous avons 
pu... — Pensez-vous que les effets que j'ai eavoy. . . acheter, me 
soient envoyé... 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Toute autre occupation conviendrait à cette personne, (n. 391.) 

175e Exercice, . 

Les élèces compléteront les mots en italique. 

Les mauvaises nouvelles que nous avons entend.», débiter 
étaient fausses : elles avaient été inventé... comme tant d'autres, 
|)our faire parler le monde. — L'histoire que vous avez entend. . . 
rapporier, s'est j^assé. .. il y a peu de temps. — La vertu, que quel- 
ques-uns ont iru.,.cppos... au bonheur, en est cependant la sour- 
ce. — La fête que vous avez o/*f/onn. .. qu'on préparât, ne sera point 
aussi brillante que vous l'eussiez désir.,., parce que plusieurs cho- 
ses qui avaient été demand... pour les préparatifs, n'ont point été 
envoy... Les nouvelles que nous avons crii..^ et ipie nous nvit.ns 
désir... être fausses, n'étaient que trop vraies. — Les science* et 
les arts que les anciens avaient cru ... posséder dans la perfection, 
en é. aient encore bien éloigné... — La chute que nous avons 
/)€/!*... faire dans notre vjyag , nous avait tellement effray.,., 
que nous a /ions reW... de le discontinuer. - .. , 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Le discours de cet orateur nowi a tous fort étonnés ^ nous 
étions tout transportés d\idmiration en Venfendant. (n. 392-393.) 






\r 



— 93 — 



I76e Exercice. 

Les élèves complèieront les mots en italique. 

Je compte ^lour rien toutes les peines et les fatigiies que ce voya- 
,ge m'a coût.»., pourvu qu'il vous soit utile. — Je rrgarJe comme 
le plus grand honneur qi:e je puii>Ee recevoir sur la terre les mépris et 
les railleries que m'a val.*, mon attaclicitienth la religion chéticn- 
ne. — Les douze mille francs que ce domaine m'a coût... n'égalent 
pas la ^omme qu'il aurait val. . . s'il eût été mieux cxtUiv, . . — Les 
riche:<ses que sa sngei^sc et ses vertus lui ont val, . . ne sont qu'une 
faible récompense des services signal» . . qu'il a rend. . . à ca pa- 
trie. — Les constructions que j'ai commenc. . . de faire, ne seront 
iermîn,.. que le printemps prochain. — La multitude des affaires que 
nous avons £nfr«7)m< •. ne nous a point empêch.,, de vaquer 
aux diiférejites occupations dont nous sommes charg, . . 

Les élèves analyseront la phrase suivante. ? : > 

La nature est toute changée depuis le déluge, (n. 394.) 

Sommaire de V histoire, ..-.•. ...-^ . ^.^^.^: 

M. de Turenne, arrêté par une troupe de voleurs, leur promet cent 
louis pour conserver une bague de moindre prix, et fait compter 
cette somme le lendemain à celui d'entre eux qui va la réclamer 
chez lui, dii^ant qu'il fallait être inviolable dans ses promesses, 
même à Tégard des fripons. 

177* Exercice. 
\ Les élèves compléteront les mots en italique. . ' 

Ces jeunes gens se sont accord. . . ensemble pour faire le bien. — 
Vous vous êtes accord.,, une confiance sans bornes. — Les pre- 
miers hommes se sontsw^. . . à eux-mêmes pour tous les besoins 
de la vie. — Ces personnes se sont salu, , . dès qu'elles Feront vu.,, 
— Nous nous sommes crp/'/tç'*** à l'étude dis sciences que nous 
avions néglig... jusqu'alors. — Vous vous êtes apph\,,. l'instruc- 
tion que vous avez entend, , . et vous en avez profit .. . — Les pas- 
teurs de l'église se sont toujours succéd,,. sans interruption depuis 
les apôtres jusqu'à nous, et il en sera ainsi jusqu'à la fin des siècles. 
— La demeure que nous nous sommes /»»e/7flr. . . est vaste et agré- 
able ; elle est situ.. , sur une petite éminence d'où l'on jouit d'un 
coup d'œil magnifique. — Vous vous êtes prépar,., à partir au- 
jourd'hui, quand à nous, nous ne serons prêts que demain. 



— 94 — 



QUELQUE, QUELLE QUE, QUEL. 

Les élèves anttlysercni la phrase suivante, 

Dana quehiue condition que vous soyez, vous aurez à souffrir, 
,, - ; ! (n. 397.) ^ 

■^ 17Se Exercice. . 

Les élèves ccwpUUrcnt les mets m iialique. 

Ces enfants se sont^/u. .. à se contrarier autant qu'ils ontjou.. . 
— Lesennennisse sont rapproch, . . de nous dans le dessein de nous 
surprendre ; ainsi il f>iut que tout les mesures soient pris.*, pour 
leur oppose... une vigoureuse résibtance. — Ces enfants se sont 
laiss. . . tromper. — J*ai vu... des aninnaux féroces que j'ai laiss. . . 
passer. — Vous vousêtes/ai... des ennemis par voire mauvaise 
langue. — Ces personnes se sont fat. . . au climat froid de ce pays, 
malgré les chaleurs auxquelles elles étaient accovtumé.,, dans le 
leur. — Les amis que je me swafai.,, me sont demeur... aita- 
cA..., malgré les revers dont j'ai étéaccabl... — Quoiqu'elle ait 
mille ibis cAercA... à l'étouffer, la pensée du crime s'est toujours 
fai. . . sentir à la conscience coupable. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Il y avait quelque quatre mille ans que le monde était créé quand 
Jésus- Christ parut sur la terre, (n. 400.) 

179o Exercice. 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Vos deux jeunes sœurs se sont repenti. . .de la faute qu'elles ont 
commis... à votre égard. — Le^ sciences que mes fils se sont 
^2u... à cultiver sont préférables aux richesses. — Les mauvai(:es 
nouvelles se sont toujours répand. . . plus promptement que les 
bonnes. — Il ne faut jamais passer d'une chose à la suivante, sans 
avoir bien compri... celle qui précède, et sans se Tètre rend... fami- 
lière. — La science de la religion à laquelle vous vous êtes appli- 
^tt^..., préférablementaux autres. 70U3 n'avez cependant pas 
néglig... fera votre bonheur en cetlt ; ^ et en l'autre. — Ceux qui ont 
toujours cAercA .. à contenter leurs passions se sont nui... beaucoup 
plus qu'ils ne se sont/at. .. du bien. — Nous nous sommes cru. . . 
en sûreté pendant que nous étions dans le plus grand péril. — Ces 



pu. 



Les 



Les gi 
et ont bej 
"i salutai 
ai pas/a 



95 — 



rir. 



vu,* » 
ê nous 
. pour 
le sont 
aiss» • • 
luvaise 
:e pays, 
ians le 
. . atta- 
'elle ait 
toujours 



\S quand 



Pelles ont 
se sont 
tauvaises 
|t que les 
[ite, sans 
.... fami- 
£8 appH' 
[dant pas 
hx qui ont 
Dcaucoup 

>8 cru.*- 
ril.— Ces 



enfants se sont disput, *. une pomme que chacun voulait avoir ; ils 
se sont ensuite disput»,. pour savoir celui qui parlerait le premier. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Quelles que soient les qualités (f une personne, elles sont toujours 
mélangées de que\i{uea défauts, (n. 401.) 

iSOe Exercice. 

Les éltves compléteront les mots tn italique. 

Nous nous sommes /a2... votre caution. — Nous nous sommes 
jai... attendre pendant plus de deux iveures. — Nos amis se sont en- 
voy.,. des présents. — Au milieu de la forêtnous avons été a///i(/t< ... 
par des voleurs qui se &ox\i jet.,, sur nous au moment où nous nous 
y attendions le moins ; mai^, étant bien arm,,,^ nous les avons 
repous, . . avec avantage*, et nous les avons oblig, . . de s'enfuir. — 
Comment s'est éclip,,. la gloire des Romains, cette gloire qui avait 
^n7/...par toute la terre! — Cette personne s'est refus.*, toute 
consolation, après les malheur-^ quVlle a éprouvé,,., elle est 
plong, . . dans une désolation effrayante j tout ce que nous avons 
pu,., lui dire a été entièrement inutile. 

S-: V V ; Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Les peines de cette vie, quelles qu'elles soient^ ne seront pas de Ion' 

gue durée, {n, 4.01,") , ^ 

Sommaire de V histoire, •. ;^ ?î v IS?-. - 



r'» 



Saint Louis, prisonnier des Sarrasins, ayant appris que Philippe 
de Montfort avait trompé les infidèles de dix mille livres pe-^ant, 
en leur payant la rançon du roi qui était de deux cent mille livres, 
loin de profiter de cette fourberie, la fait réparer à l'instant, pour ne 
pas donner lieu à ses ennemis de triompher, en voyant un roi chré* 
lien perfide ei parjure. 

ISle Exercice. ^ 

Les élèves compléteront les mois en italique. 

Les grandes pluies qu'il a/at . . . ont inond, . . beaucoup de pays 
et ont beaucoup nui.,, aux récoltes. — Ces remèdes ne sont pas aus- 
si salutaires que vous me l'aviez assur.,, ; c'est pour cela que je n'ea 
ai pas/at. .l'usage que vous aviez désir. , .— Les plantes que vous 



— 96 — 



m'avez apporté» . . sont plus belles que je ne Pavais ci'u, . . — Les 
emplettes'que vous avez/a*.. . ne vous ont pas coût. . . aussi cher 
qu'on me Pavail cli. .. — C'est d'une gloire éternelle que Difu a/?ro- 
mi*». «le récompenser les vertus que nous nous serons efforc, . . de 
pratiquer pendant quelques années. — Avez vous vu,., comment 
se sont comport*-, ces personnes, malgré loutfs les injures qu'on 
leur a dit.» . ; elles ont été plus patientes que nous ne Taurions cru... 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Quels que soient nos talents, nous ne devons pas nous enorgueillir. 

(n. 401.) 

•^ . ^ lS2e Exercice. 

Les Hèves compléteront les mots en italique. 

Les maladies épi Jémiques qu'il y a eu... dans quelques provinces 
se sont fai, , . sentir jusqu'ici. — Si nous avions prévu,. . toutes les 
difficultés que vous nous avez di,,. que nous aurions à souiTrir 
dans le voyage que nous allions entreprendr'*, assurément nous 
n'aurions pas tant souffer, . , et nous nous serions épargn,,. bien 
des peines et des fatigues que nous avons éprouvé, , ., nous aurions 
abandonn... notre projet, ou nous aurions employ... des précau- 
tions que nous avons négligé, , . de prendre.— Les travaux que 
vous avez /</i... commencer l'année dernière, ne sont pas aussi 
avanc. que nous l'aurions /^en^. .. Les matériaux que vous avez 
achet ... et que vous avez fai, , , amener, ne sont pas aussi bons 
qu'ils auraient dâ,., l'être, vu le prix que vous les avez pay,,.— 
Cette somme est plus forte que nous ne l'aurions pens, . . 

Les élèves analysèrent la phrase suivante. 

Quelles tempêtes n'ont pas essuyées nos marins ? — Quels hommes 
que les BossuetetUs Fénêlon .'(n,40L) ^ *• * .it^ 

183e Exercice. ■"' 

Les élèves compléteront les mots en italique, 

La misère que nous avions cru,., si grande dans la province du 
centre est bien moindre qu'on ne nous l'avait annonc. — Les pro- 
visions que nous avons or</(m?i. ..qu'on nous préparât sont mo-ns 
considérables que nous ne l'avions cru. . ., je ne pense pas qu'elles 
soient suffisante» pour le voyage que nous nous sommes propos. >. 



— 97 — 



, — Les 

si cher 
1 a pro» 

c ... de 
immcnt 
s qu'on 
ns cru .. . 






provinces 

toutes les 

à souffii»' 

menl nous 

>n9 aurions 
p9 précau- 
ivnux que 
i pas aussi 
vous avez 
aussi bons 



• ••■ 



• ^ 



lels Apww^* 



.'.>* - 



province d« 
.—Les pro- 
A Bonl mo'ns 
[pas qu'elles 
îsfrojpos* 



de faire. — Si les secours que vous aviez si longtemps attend.»., et 
que vous avez enfin reç. .. , ne sont pas aussi abondants que vous 
l'auriez désir, . ., c'est que les malheureux que nous avons eu,,, à 
secourir sont en si grand nombre que presque toutes nos ressources 
ont été absorb» . — Si les récompenses que vous avez pent, , . que 
vous recevriez n'ont point été aussi belles que vous l'auriez soU' 
hait,, . , c'est que vos efforts pour les mériter n'ont pqint étéjiro- 
portionn,,.^ ce que vous attendiez. "T;' .' * v-iV^^J^ |jj^ 

J Le» élèves analyseront la phrase suivante, ' "^ *" *"-'^ 



COMME, CONJONCTION. 



A 



Tout Punivers est devant Dieu comme un point, (n. 232.) 



184e Exercice. 



t 'vn s^ .r.xjïl 



Les élèves compléteront les mots en italique. 

Les vents qui ont souffi, . . et les pluies qu'il a foi, ,, ont entière- 
ment dérang, , , les travaux de la campagne. — Il y eut quelques 
escarmouches entre nos avant-postes et les ennemis ; l'affairo 
ayant été jug» • . plus grave qu'on ne l'avait cru, , d'abord, on en- 

J— A 1^~ ....4^_:_ T ^ „A - J_ T • I- 4-1 *. 




teurs ne l'ont avanc, . . — Les inquiétudes mortelles que j*ai eu,,,. 
pour vous ont été bien plus sérieuses que vous ne l'auriez soup^ 
çonn,,. — Ces jeunes étudiants ont reç. .. une récompense plus' 
précieuse qu'ils ne l'avaient espér,,^ — Ces enfants n'ont pas étéi' 
surpri,» • de l'arrivée de leur mère, ils l'avaient même annonc» •' 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

ip^;^i _ Voici le livre que fai lu avec intérêt, '-'^" 

Sommaire dePhistoire, 

Saint Ëlci, chaîné par Clotaire II, père de Dagobert I, de lui faire 
une chaise d'or enrichie de pierreries, lui en fait deux avec les ma- 
tières qu'on lui avait fournies ; le roi non moins surpris de l'habi- 
leté que de là probité du saint, ne put se convaincre de ce fait que 
par le poi4fl des deux objets. "* 

,• 7 



— 98 — 



1858 ExERCici. 

Les Slèvea eomplèieront les mott en Ualigue» 
Le peu de monnaie que vous m'avez donn» • . n'a pas tvffi,,, 
aux frais de mon voyage ;' mais le peu de monnaie que j'ai em- 
jprunt,»,2i 9uppli.,.k ce qui me manquait. — La multitude dfs 
ignorants a toujours surpass,., le petit nombre de ceux oui sept 
instrui.», — La foute des jeui^es gens qui se précipitent dans le 
mal a entrain, . . dans le même précipice le petit nombre de c^ux 
qui cherchaient à l'éviter.— Le peu de précautions que vous «vez 
pri» • . vous a fait échapper du danger qui vous menaçait. — Le peu 
de précautions que vous avez pri, • . pour vous mettre en sAreté 
vousa/atY... tomber dans le piège que vous avaient/re^par... 
Tos ennemis.— Le peu de maux que vous avez sovffer, • • vous a 
ùjipri» .. à être sensible à ceux des autres. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 
Non, je ne suis point fait pour posséder la terre. 

*«.\2 4 186e EXBRCICK. ^ 

Les élèves compléteront les mots en iialigue, »... . 

Je suis (rés-reconnaissant des services que vous m'avriB rend, • .; 
quant aux marchandiset que vous m'avez expédi*,., j'en ai déjà 
reCf une partie.— Un de vos enfants est venu... • n)é prier de 
lui prêter quelque argent pqur pouvoir subsister jusqu'pu rembour- 
sement de celui qui lui est dû, . .; je lui ai donn, • . le jpeu de mon* 
naie qui m'était resté,,, — Parmi les divers objds que vous 
m'avez présent, ,. j'en ai choisi, , , deux qui m'ont pfu,, .—Parmi 
le grand nombre de personnes qui se sont présent,,, ipour avoir 
des places, je n'en ai vu.,» que deux qui aient été feç„. — Un des 
jeunes gens que vous avez vu... l'année dernière, a été reç. • . 
docteur en médecine. — Si j'ai beaucoup écri,,, de lettres, j'en 
aVaussi beaucoup reç,,, — Vous avez apport,, • p)us de fruits que 
je n'en ai mang, , , 

INFINITIF PRÉCÉDÉ D'UNE PRÉPOSITION EUPHONIQUE. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 
Mentor conseilla à Télémaque de prendre de nouvelles précautions, 

- ' '^'*:•^' ;i *--■':: - (n. 675.) '-V 'Sl,,_. _:. 

187e ExERCICI. 

Les élèves compléteront les mots er^ itattçue. 
Le peu de santé que j'ai eu,,, jusqu'à présent ne m'a pas 



^ÔÔ — 



IL* .Kt .« tâ.i. 



!••• 



'ai cm- 
de d^B 
lui Bopt 
lans le 
lec^tïJC 
118 %vez 
Le peu 
1 sftreté 
'épar,»» 
, vous a 



Il ai déjà 
prier de 
cembour- 
de mon- 
|ue vous 
.—Parmi 
»ur avoir 
blindes 
té reç... 
très, j'en 
ruits que 

)N1Q.UB. 
^cautions* 



m'a pas 



permi»,,de me livrer au fravail. — La quantité des fruits qui se 
sont gâtS,,. à cause des pluies, est considérable. — Le peu de 
progrés que cet enfant a/at. .., m'a déiermin,,, à le retirer des 
écoles pour l'appliquer au travail. — Le peu de progrés qu'ont 
foi» , . ces enfants nous ont engag.,, à continuer de les appliquer 
à l'étude, malgré les services qu'ils pourraient nous rendre et le 
besoin que nous en aurions. — Oh ! la négligente jardinière ! je lui 
avais recommand, . ., en partan. . . pour la caropsgne, mon hor- 
tensia et diverses autres fleurs rassemblé,,, dans mon petit par* 
terre; je lui avais laiss,.. tout ce qu'il fallait pour cultiver les 
plantes rares que l'on m*a envoyé,,, de Marseille, et que j'ai 
fait, , , croître avec tant de peine ; eh bien ! cette paresseuse n'y a 
apport,,, nulle attention ; pendant les chaleurs excessives qu'il y a 
eu* • ., elles ne les a point arrosé, , ., elle n'y a pas même song, , , ; 
enfin elle les a laissé',, périr avec autant de sang* froid qu'elle me les 
avait vif. ..soigner avec vigilance, quand j'étais à la maison, que 
j'ai guitt, , • i mon grand regret. 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

•^ ANALYSES EN RÉCAPITULATION; 

LHgnorance est la nuit de Vesprity -et cette nuit n^a ni lune ni 

étoiles, 

■'■•\f '' '^'''■' -■' 18So ExERCicfi. '-**'- • ' * 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Tu ne saurais t*imaginer, cher ami, tous les maux qut? ]'ai sauf- 
fer,,, ici dans le peu de jours que j'y ai pass,,, : toci i» 'y était 
insupportable, jusqu'aux tendres caresses d'amitié qui m'y étaient 
prodigu,,,; les plaisirs les plus divertissants m'ennuyaient; le 
sommeil même, qui est un plaisir pour ceux qui font accabl,, , de 
tristesse, m^était devenu un sujet de peine, parce qu'il s'enfuyait 
loin de moi ; enfin le plaisir commence à renaître, parée que, dans 
peu de jours, je quitterai ce séjour de tristesse et d'amertume.— Le 
peu d'années que je dois encore passer sur la terre doi,,, être en- 
tièrement consacr,., au service du Seigneur. — Le peu d'instants 
que vous s^yez pass,,, ici ne vous a pas 9it^...poiir terminer 
toutes les affaires dont vous étiez charg,, , 



— 100 — 

Les élivet anaîjfnroni laphrate niivanie. 
Quel champ pour Voraieur que la crèche et la croix! 

' Sommaire de Vhistoire, ; "^ , *• ' •• 

Henri IV, plui grand encore par la bonté de ion cœur que par 
la magnanimité de son courage, ae signala surtout par la clémen- 
ce et par la bonté. II ne tira d'autre vengeance du duc de Mayenne, 
qui Pavait ai longtemps combattu, à la tète de la ligue, que de le 
laaser à la marche dans les allées de son château : le duc, entière- 
ment gagné, se dévoua à son souverain et le servit depuis uti- 
lement. 

RÉCAPITULATION GÉNÉRALE SUR LES 
,. . , , , PARTICIPES. , ,. ; 

189e Exercice. 

Le» iî^es compléteront leê mots en Haligue. 

Ces personnes, é/evan.. leur voix au-dessus du tumulte, firent 
entendre des cris de douleur à cause des injustices criantes qu'on 
avait commi. • . à leur égard : la foule, touché, . . de compassion et 
d'indignation, demanda hautement que les torts qu*on leur avait 
foi»», fussent ripar.,, — Quelle magnifique maison de campagne 
nous avons vu. .. ; elle est orn,,, de tout ce que l'art et la nature 
ont de plus beau ; sa position est charman, , ., dominan, . sur une 
étendue immense de pays ; une rivière assez considérable, cou- 
lan»», le long des murs, y entretient une délicieuse fraicheur ; les 
vastes bassins eonstrui, . . de distance en distance et om* . . de jets 
d'eau, y produisent un effet admirable. 

Let élèves analyseront la phrase suivante, 

La dépendance est le salaire des présents que nous font les cievx, 

190e Exercice. 

•••'1 .':,^-i::j..i^''-i 

Les élèves compléteront les mots en italique, ^^iy.nii^ 

Les merveilles que vous avez admir,,* dans le cours de notre 
voyage, vous ont semhl. . . d'autant plus belles que vos yeux n'y 
étaient point accoutum... — Les merveille» de la nature sont tout 
aptfemént beU^»»» que celles de l'art. — ^Les avis quo noua avons 



— 101 — 



f.-'^.. 



B par 

men- 
enne, 
idele 
itière- 
lis uti- 



», firent 
it qu'on 
isBÏon et 
ur avait 
mpagne 
Bi nature 
■ur une 
le, cou- 
[eur ; les 
dejelB 



Us ctevx» 



|de notre 
ffcux n'y 
hont tout 
luB avona 



reçu» • . étaient bons, nous aurions dû,,» les suivre ; nous ne nous 
serions pas pricipii,,. dans une foule de maux dont nous ne 
voyons pal la fin. — Les habitudes qu'on a conirad,,. dans sa jeu- 
nesse ne se perdent iamais entièrement ; il est donc important de 
n'en contracter que de bonnes. — Tous ne vous êtes pas occup, , ., 
mes amis, à exécuter les ordres qu'on vous avait donn,, — On 
voyait do loin ce mort rustique (le cadavre d'un laboureur,) voyager 
au milieu des blés Jatinman. .. qu'il avait peut- être /at. • . semer. 

Leë ilèvea analyseront la phrase suivante. 

L'homme élève un front noble et regarde les deux» 

191e Exercice. 

Les élèves compléteront les mois en italique. 

Cette personne était tremblan, , . dans la crainte où elle était 
que quelques malheurs ne fussent arriv,,, à ses enfants. — Ega- 
ré,,,e{ interdi, , ., ces personnes étaient rest, . , muettes, sans oser 
ouvrir la bouche pour défendre leur innocence, qu'on avait noire... 
par de fausses accusations. — Quant aux fautes que vous avez co»t- 
mis, , ., Dieules a oublié,, ., si vous les avez sincèrement ditest,, , , 
et si vous êtes résolu, . . de ne les plus commettre. — Telles person- 
nes étaient autrefois apprécié,,., aimé,,,^ recherché,,, y qui ne 
sont pas même r«gar</J. ..maintenant. — Vos malheuro sont d!f- 
ven, , , les miens, je les ai épous, , ., je ferai tous mes efforts pour 
vous soulager. — Les honneurs que les ambitieux se sont efforc* •'. 
d'acqtlérir ne les ont point satisfaits. 

Les élèves analyseront ta phrase suivante. 

Il y a peu de distance entre le berceau et la tombe. 



\ï:-/\<y\- 



192e Exercice* 



'.>7-V *' 



Les élèves compléteront les mots en italique. 

Nous avons vu,,, des lions rugissan, , ., ayant les yeux étin^ 
celan ... de rage, parce qu'ils avaient été agacé,,, — Il y a des ani- 
maux presque approchan,,, de l'homme, tel, , . sont les diflféren- 
tes espèces de singes. — Les ennemis approchan, . . nous nous som- 
mes tenu,,, sur nos gardes, afin de n'être point surpri,,, — C'est 
aux jours de l'affliction et de l'infortune que ses amis véritables ont 



— 102 — 



âù, • • lui prouver leur attfltheinent. — ^Youi devez suivre iei exem- 

Eles de vertu que votre père 8*e8t «jforc. .. de vous donner.— Les 
elles actions que nous nous sommes effùrc» •. d'imiter^ feront notre 
gloire dans la suite des temps. 



-- ;(î* 



Lei êlivea analyuroni la phrase suivante, 

Saini Louis rendait lui-même la justice à tous ceux ^ui la lui de- 
mandaient» (n. 391). ! 

•V Sommaire de V histoire* 

Dagobert I, avait donné à saint Êloi, sur sa demande, une petite 
place pour compléter un monastère de religieuses que celui-ci'faisait 
bâtir. — Le saint s'aperçut qu'il y avait erreur d*un pied dans le me- 
surage du terrain, et faisant auasitdt cesser l'ouvrage, alla deman- 
der pardon au roi. Dagobert, fort surpris de cette scrupuleuse déli- 
catesse, récompense la piété du saint par une donation double de 
la première, ^j.t .ii » ■,,„,,.....*/-.. 7 ; *■■ 

193e Exercice. \.r-'ii^v 

Les ilèvea compléteront les mots en italique. 

Le voyage que ces personnes se %onX propos, •, de faire sera des 
plus agréables. — Voilà une lettre que j'ai appri*,,k former. — Mes 
ennemis m'ont dress,,, des pièges que jVi cru... devoir éviteri 
malgré l'espèce de bassesse qu*il y a eu. .. à le faire. — Nous avons 
asstst,»» notre prochain, nous lui avons rend, . . tous les services 
que nous avons pu,», — Les affaires que nous n'avions pas/yr^- 
vu.,, nous ont empich, , , d'aller vous voir. — Cette personne n'est 
point aussi honnête que je me l'étais imagin,,, — Combien de fa- 
milles réduites i l'indigence cette vertueuse princesse n'a-tellepas 
foi,,, secourir. ..._.„. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Voici les deux grands commandements de la loi : Vamour de Dieu 

et Pamour du prochain, - 

.imVfâU.. 194e Exercice. ; ''^^''■^^. 
Les élèves compléteront les mots en italique, . / ' \ 

Les dangers que nous avons couru... ont été éminents, nous 
ne les avons évité. .. que por une grande prudence, et par une pro- 
tection spéciale de la providence. Les ennemis, après lesquels nous 



— 103 — 



em- 
•Les 
lotre 



Il de» 

j>elUe 
laisaii 
e me- 
iinan- 
> dèli- 
ble de 

t:< >.■'■ \ 



ira des. 
—Mes 
I éviter, 
I avons 
ervices 
wpri- 
ie n'est 
defa- 
elle pas 



tTons cour, • . fonte la journée, s'étaient enfui» », bien Ii in, nom 
n'avons pu. .. les atteindre, malgré toute la diligence que nousavons 
apforti,,, — Le peu de nourriture que nousavons prii»*» nous a 
extraordinsirement affaibli» » . — Les mille francs que cette terre a 
coùi,,,t n'ont pat encore étépoyi,,, par les fruits qu'on en a 
tir,,, ; mais lorsqu'elle aura été bien euliivi, , ., que tous tes mor- 
ceaux de terrain en friche auront été mi»,, en bon rapport, elle pro- 
duira beaucoup plus que l'intérêt de la somme qu'on a diàowê»»* 
•—Combien de peines nous avons coût» » . à nos parents ! 

Les éUveê analyseront la phrase suivante, * 

Aimex qui vous instruit^ aimez Vami sincère 
Dont Pœilsurvos défauts porte un regard sivére, 

195e Exercice. f 

Les élèves compléteront les mots en italique, 

La crainte de fajre des ingrats, ou le déplaisir d'en avoir 
trouv,»,^ ne doit jamais nous empêcher de faire du bien. — Nous 
nous étions imagi.,.. que votre frère nous avait oubli,,,; cependant 
les deux lettres que nous en avons reçu.,., nous ont prouv,.,. le 
contraire. — Cette personne es! très wligeant»»» nousavons été 
fort contents des démonstrations d'amitié que nous en avons 
reçu,,, — Cet auteur a plus icri.... de livres que vous n'en aves 
lu,», — La renommée que Virgile a décrit»», d'une manière si 
brillante,, est un morceau d'éloquence fort supérieur à toutes les 
imitations qu'on en a /at...— Combien de personnes se sont 
perdu.„f en ne voulant pas suivre les sages avis qui leur avaient été 
donn, » , — L'ennemi, étant venu,,, fondre sur nous à l'improviste, 
beaucoup de soldats se sont enfui, , , 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

, J Celui qui mettra sa vie *i; .,;.Nc 

", V Sow la garde du TrèS'Haut, 

, ' * ; ^ Repoussera de Venvie 

' ' ' Les plus dangereux assauts, 

196e Exercice./ ' '**' 

"^ "' Les élèves compléteront les mots en italique. 

Les biens mal acqui, , . doivent être restitu»», à ceux à qui oa 
les a pri» » , — La religion catholique est appuyé, » , sur des fonde- 



— 104 — 

ments inébranlables: l'enfer, arm,,, de toute sa puissance, ne 
viendra jamais à bout de la détruire. — Les amis que nous nous 
sommes altaché.., par nos libéralités, ne nous sont dtmeur.,.. fi- 
dèles que tant que la fortune nous a /avortf...: mais aussitôt 
qu'elle nous aman^u..., i?s nous ont abandonn.», — Les provi- 
sions que nous avons amass..*, pour noire long voyage, seront bien- 
tôt absorbé. •*i je ne sais où nous nous en procurerons de nou- 
velles. — Les étoffesi)ue j'ai achet, .. ne seront pas suffisantes pour 
faire les habits que je vous ïtSpromi.,. , ,. ^^ 

Le« élèves analyseront la phrase suivante, 

La ^éva, coule à pleins bords, au sein d'une cité magnifique, 
€lans toute V étendue de la ville, elle est contenue par deux quais 
de granit alignés à perte de vue. 

Sommaire de Vhistoire» 

Saladin, héros de l'Asie, digne rival de Philippe-Auguste et de 
Richard, Cœur-de-Lion, parvenu des derniers rangs de l'armée à 
la tète d'une monarchie puissante, ne peut se dissimuler la vanité 
de sa gloire : aussi, quelque temps avant de mourir, il fait porter 
son suaire, au haut d'une lanee, dans les rues de Damas, c^mme 
le seul objet qui lui resterait un jour de toutes ses conquêtes. 



. 



197e Exercice. V,. ,v,fn :>-:-.,, 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Ma dernière lettre, que vous auridz cC^. ..avoir le 3 du courant, 
et que vous n'avez reçu»», quele 20, vous a donc /^oru... bien 
courte, chers amis ! je n'en suis pas^ScÂ. . . : je n'y ai pas insér, . . 
plusieurs choses que j'ai cru... inconvenant de vous détailler à-la- 
îbis, et que j'ai dû,.» diviser en petits articles concernant les nou- 
velles études que vous avez adopté... Votre observation nous a 
paru.., h'ien fond.., t relativement aux études de notre langue. Il 
est vrai en efl^t, que son orthographe seule a toujours tenftrm... 
une foule de variations qui ont rebut.,, les étudiants, et qui même 
n'ont pas laiss. . . que d'embarrasser les écrivains qui en ont appro- 
fondi.., les principes} et surtout les étymologies, démenti.., à 
chaque instant par l'empire de l'usage. — Cette partie de la gram- 
maire (le participe,) était autrefois très néglig..,,eiméme compt.... 
presque pour rien. — Mais aujourd'hui, pour peu que les gens ins- 



— 105 — 

truits aperçoivent de fautes dans un simple billet, oh ! ils ont bien- 
tôt |>rononc. .. et très*sévèrement, à cet égard. — Vous seriez-vous 
Jigur,*,, chesr amis, une telle opinion? Par cinq ou six lignes 
tracé, . . à la hâte, on Lifère que les personnes qui ont trac, ces 
lignes n'ont eu,,, que peu ou point d'éducation, quand ce peu d'é- 
criture n'est pas orthographi, ,, eX pondu.... suivant les règles que 
les grammairiens ont jug.,, à propos d'établir dans leurs métho- 
des ; mais celles qui ont caus,,, le plus de contradictions et muUi' 
pli,.,\ea difficultés, concernent surtout les participes. , ^ ,„ 

Les élèves analyseront la phrase suivanie. .. . > ^ 

Les troupeaux dans les prés vont chercher leur pâture, 
L^ homme dans les sillons cueille sa nourtiiure. 



hy 



198e ExEROiCE. 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Parmi tant d'âmes basses qui ont (/e«Aonor. .; l'humanité, croi- 
rait-on qu'il y en a eu,,, qui ont pouss,., l'oubli de leurs devoirs 
jusqu'à dénigrer leurs bienfaiteurs ? elles ont même j90i*/. . • l'ingra- 
titude jusqu'à leur reprocher les bontés et les bienfaits dont ils les 
avaient combl,.. — Quels monstres que les ingrats ! se sont ces vipè- 
res qui souvent ont empêch,,, de soulager les malheureux qui 
avaient le plus besoin d'être secour, , — Il est ami;. . . que, crai- 
gnant d'être tromp.., dans l'emploi deleurd bienfaits, des âmes gé- 
néreuses et reconnu. • . pour telles, ont pass,,, quelquefois d'un ex- 
cès à l'autre, et n'ont rien donn, , . du tout ; elles ont même laiss,, , 
dans la détresse des peraonnes qui avaient bien mérit,,, par leur» 
services ; ces personnes estimables ont souvent mangu, . . du néces- 
saire le plus urgent ; et, malgré leur détresse, malgré leurs prières, 
elles n'ont rien oblen,,, ; elles ont langu,,, dans la misère, tandis 
que les méchants et les ingrats ont regorg,., du aupeiflu. — Nous 
les avons ^rouv. .. fort judicieuses, chers amis, les réflexions que 
votre maman afait, , ., et qu'elle nous a communiqu,,. Il est vrai 
en effet, que les hommes, de tous les temps, ont presque toujours 
perd., , la mémoire des bienfaits dont on les a combl,,. , comme 
celle des maux qu'on leur B.fai.,, souffrir : en sorte que, dans l'inr 
souciance où les uns ont t^^cu..., et dans la dissipation qui a en- 
traîn, , , les autres, la reconnaissance des services rend,,, est de- 
venue une espèce de servitude à leurs yeux. 



— 106 



'i'N 



Les élèves analysetoni la phrase suivante. 

Ce Dieu si grand, si terrible^ 
^ nos voix daigne accourir ^ 
. ' Sa bonté toujours visible 

Se plaît à nous secourir. 

■ - ., -^ 1 99e Exercice. .. ? - * ,i 

/ 'V Les élèves compléteront les mois en italique, ' 

Il semble que la \ouange fondé,,, sur le vrai mérite, ait toujours 
pes, . , aux hommes jaloux et envieux de leur nature. En effet, on 
les a vu..., pour la plupart, devenir muets, dès qu'il aét... ques- 
tion de donner leurs suffrages à des innovations consacré,., nu 
bien de l'humanité, à des chefs-d'œuvre dignes d'être admir, , , 
Quant i la médisance et aux satire s malignes, les envieux ne les 
ont point épargn,.,; elles ont coul... abondamment de leur bou- 
che ou de leur plume, dès que l'occasion s'en est présent. ., Les 
louanges que l'on a donné».., en général, aux personnes que l'on 
en a cru.., dignes ou non, sont des flatteries intéressé, , .; elles ont 
satisfai,., ceux qui les ont départi, , , et ceux qui les ont bonne- 
ment reçu.,, — Les personnes préconisé,, m les ont regardé,,, 
comme une récompense qui leur était dû.,,; pour des vertus 
qu'elles ont manifesté,,, rarement, et dont elles n'ont affich,,, 
que la trompeuse apparence. De leur côté les louangeurs ont 
prétend,,, faire voir leur discernement et leur justice ; ou bien, 
par un calcul adroit, ils ont tâch,,, de tirer parti de la vanité sotte 
qu'ils ont remargué, . . dans les héros />r^/en(/u. . . qu'ils ont com- 
blé,,, d'éloges, et que le vulgaire imbécile a encensé,*, stupide* 
dément. 



■n: 



\jÀ'.iV 



■u.u 



• f M'j:* 



i"»'?. 



y 



Les élèves analyseront la phrase suivante. 

Le pouvoir paternel^ P autorité suprême 
Sont des droits émanés du créateur lui-même, 

%'-.,mi^^:^ 200e Exercice. '"* 



Les élèves compléteront les mots en italique, ' 

La curiosité que l'on n'a point pouss,,, à l'excès, et qui n'a 

pas dégénér,,, en vice, nous a procur,,. diverses inventions 

dont nous nous eenonspass,,, difficilement ; elles nous auraient 

manqu, , , jusqu'à ce jour, sans la passion naturelle que d'ardents 






génies oi 
choses q 
—Il y a 
ticulièren 
tes ; la p 
térèt ; c< 
cm. ode 
i lafélif 
iromp, 
aveugle i 
braver in 
margu, 
tant influ 
Bonl prop 
qui a di 
sciences < 
gaire a i 
ciantes n' 
n'ont pas 
naissance 



Un hoi 
il fait pul 
priétaire 
mais un < 
bité du f 
d'or qu'il 



Lesoe 
ce, sont I 
perdu,,, 
wniprês 






:^n 



toujours 
effet, on 
.. ques- 
ré»,, au 
rdmir, . , 
IX ne ]es 
îur bou- 
>•. Les 
que Ton 
elles ont 
t bonne- 
arc/.^. . . 
s vertus 
tfficA,,, 
Lirs ont 
ou bien, 
ité sotte 
nt com- 
Btupide- 



n'a 



qui 
mentions 
luraient 
'ardents 



— 107 — 

génies ont manifest»». de s'instruire, et de savoir une foule de 
choses que le commun des hommes a néglig.». d'apprendre. 
—Il y a donc deux sorte" de curiosités que l'on a dïstingu»». par- 
ticulièrement, et auxqu a on a asstgn» . . deux causes différen- 
tes ; la première est ce ? que les gens cupides ont iir,,, de l'in- 
térêt j celle-là les a port» . . à apprendre les choses qu'ils ont 
crUf devoir connaître parfaitement, afin de parvenir à la fortune et 
à la félicité à laquelle ils ont aspir, . ., et qui, le plus souvent, a 
iromp»*. leur attente, par mille vicissitudes auxquelles la cupidité 
aveugle n'a pas même song,*,t ou qu'elle s'est imagin. • . pouvoir 
braver impunément. — La seconde sorte de curiosité que l'on a re- 
margu.,. à&na l'homme, lui a été svggér.*, par la vanité, qui a 
tant infiu, . . sur les entreprises extraordinaires que les ambitieux se 
ioiA propos,,, d'exécuter. — C'et^t précisément cette curiosité-ci 
qui adétertnin,,. nombre d'écrivains à approfondir plusieurs 
sciences que l'on a regard, , . comme très utiles, mais que le vul- 
gaire a ignor,,, faute de moyens, ou que les personnes insou- 
ciantes n'ont pas^ug-. . . à propos d'acquérir: négligence dont elles 
n'ont pas tard, .. à se repentir ; car, faute de lumières et de con- 
naissauces, les plus belles fortunes ont toujours dépér,,. 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

.'■'.■ ***' 

Heureux P homme que dans leurs pièges 

. . Les méchants n'ont point fait tomber, 

' . '■ ■'* 

f Sommaire de Vhistoire, 

Un homme fort pauvre trouve une bourse remplie d'or, aussitôt 
il fait publier que celui qui l'a perdue peut s'adresser à lui. Le pro- 
priétaire se présente, prouve que la bourse perdue lui appartient ; 
mais un combat s'engage quand celui-ci vent récompenser la pro- 
bité du pauvre, et pour y mettre fin, ce dernier accepte une pièce, 
d'or qu'il donne sur-le-cbamp à d'autres malheureux. 

" ■• '' 201e Exercice. - 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Les occasions favorables que l'on a épi, , . avec le plus de vigilan- 
ce, sont précisément celles qu'on a laiss,,. échapper et qu'on a 
perdu,,, le plus fréquemment. — En effet, au moment qu'elles se 
wnt présent, », p il s'est trouv,,, des obstacles que nous n'avions 






— 108 — 



point prêm»».t ou que nous avions cru.,, pouvoir surmonter. — 
C'est ainsi que notre mauvaise fortune s'est ri, , , de notre attente ; 
c'est ainsi qu'elle nous a ^cone/ut... et /a««s... gémir dans une 
foule de traverses dont nous ne nous étions point ^gur. . . les suites 
funestes. — Nos premiers aïeux ne vivaient pas si rapproché, ,, les 
uns des autres que nous le sommes actuellement. Répandu,,, ça 
et là dans !a profondeur des forêts, ils habitaient le creux des ca- 
vernes ou se construisaient des huttes. Il n'en est plus de 
même aujourd'hui, la plupart des hommes vivent rastembl,,. 
Ils ont partag,., entre eux les terres dont ils ont /ai... des 
prairies» des vignobles, des champs couver,,, de moissons. . . 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

/ Je meurs, le voile tombe, un nouveau jour m'éclaire. 

Je ne me suis connu qu'au bout de ma carriire, ^ 

" .- 202e Exercice. 

Les élèves compléteront les mots en italique. 

Les singulières mécaniques qu'ont imagin,., des esprits inven- 
tifs, et qu'ils ont ^g-ur... ensuite d'une manière ingénieuse, ont 
frapp.,, vivement des personnes peureuses de leur nature, et 
surtout peu instruit.,. Beaucoup d'esprits faibles se %or\yfigvr„, 
que des secrets de physique étaient autant de sorcelleries ; ils se 
sont imagin*,, mille fantômes ridicules ; ils se sont /or^.*.. mille 
chimères; la frayeur s'est empar... d'eux, et ils se sont /ff{£«... 
aller à mille idées funestes qui n'ont cess,,,Ae les tourmenter. 
— Vos sœurs n'ont donc pas examin ... les toiles qu'on leur a 
vendu,,, dernièrement? Elles ne se sont point dout,,.(\ne la 
marchande leur a donn , , . des indiennes communes, pour des 
perses qu'elles ont prétend,,, avoir. Vous les aviez cependant 
averti, , ,, et vous leur aviez répét,,,qvie la plupart des marchands 
ambulants en ont fréquemment impos,,, aux personnes confi- 
ant, , ,, qui ont rarement soupçonn,, , la fraude et que l'on a sou- 
vent trompé,,. Les friponVt de cette sorte ont toujours vend,,. 
bien cher, et même le double, des marchandises peu chères de leur 
nature, qui n'ont val,,, qu'un prix très-modique, ou qui ne leur 
ont coût, , . que la moitié du prix. — Ce qu'il y a de plus désagréa- 
ble pour les gens qui se sont ainsi Zazi^s^... duper, c'est qu'outre 
les pertes qu'ils ont fait,,, ils ont fin,,, par être regard,,. 



comme de 
ils en ont 



Ah ! lai 

belins ! 

contempl, 

rable. Noi 

iistingu,, 

blants ; n< 

étrangers 

cinquante, 

[ ces chefs-* 

I abond, . • d 

nous somn 

soient tant; 

iravaill,,, 

la prospérii 

flexion noi 

géante : c'< 

considéran 

au contrai 

sous le mê 

moire, au 

bien dign< 

vast.,, le 



Frères de 
hurmè 



Je ne 

cofif... si 



109 — 



de leur 
ne leur 
sagréa- 
u'outre 
rarrf, . . 



comme des dupes ; les mauvais plaisants se sont moqu, . • d'eux» 
ils en ont rif car on a toujours glos, .. sur tout. 

Les élèves analyseront la phrase suivante, ^'' 

Petits oiseauXf dans vos forêts: • / 

Dites, sous vos ombrages frais ; 
Dieu mérite q\û<m Paime. 

203e Exercice. 

Les élèves compléteront les mots en italigue, .^ 

Ah ! la superlie tapisserie que Ton nous a montré.., aux Gro- 
belins ! Nous n'avons jamais rien vu. .. de si beau ; nous l'avons 
comtempl. . . à loisir ; et la bordure surtout nous en a paru. , . admi- 
rable. Nons y avons compt. . , des milliers de fleurs; nous y avons 
distingu.», une foule de personnages connu,. , et trés-ressem- 
blants ; nousy^avonsremari^u..., en outre, beaucoup d'oiseaux 
étrangers que nous avons compté. . . au nombre de plus de cent 
cinquante, nuance. • . des plus vives couleurs. Mais, en admiran. . • 
ces chefs-d'œuvre de l'art dont nos grandes villes ont toujours 
abond, , . de tristes pensées se sont présent ... à notre esprit, et nous 
nous sommes di,,, avec douleur: ** Faut-il que les hommes se 
soient tant ingéni, . . pour tapisser des murailles ? faut-il qu'ils aient 
iravaill,., si peu pour perfectionner la politique et les mœurs, dont 
la prospérité des états a toujours dépend,..?^* Cette première ré* 
flexion nous a condui. . ., ensuite, à une seconde, non moins affli- 
geante : c'est qu*en pensant aux tristes suites de l'incrédulité, et en 
considéran.. . l'esprit de notre siècle, il semble que la morale ait 
au contraire rétrogr ad,,.; ou du moins qu'on l'ait considéré,,, 
sous le même point de vue que tous ces Romains, d'horrible mé- 
moire, au moment où la dictature fut abdiqu, , . par un monstre 
bien digne de ces perfides et barbares conquérants, qui ont cM- 
va8t, .. le monde et abâlard, , , l'humanité. 

Les élèves analyseront la phrase suivante. ----'^ 

Frères de la poésie, les beaux arts reconnvrent la religion pour 
leur mèref aussitôt qu^elle parut au monde, 

S04e Exercice. ,>> ; 

^ ..< ,, Les élèves compléteront les mots en italique, -y 

Je né regretterai ni le temps, ni les peines que vous m'avez 
coût,», si vous êtes vertueux. — Nous étant amtif..* sur la routo 



— 110 — 






â examiner les curiosités du pays, nous regagnâmes, par une cour- 
ee rapide, le peu de moments que nous By'tons perd, , » — ^De tous 
les spectacles que les hommes ont inveni.,, pour leurs plaisirs, il 
n'y en a point de plus propres h les corrompre que la représentation 
des différentes passions dont l'homme est le jouet. — Les circons- 
tances dont l'expédition command... par Néarque fut accompa^ 
gn. . ., fournissent des exemples /roppan. . . du peu de progrès que 
les Grecs avaient /otV. .. dans la navigation. — Combien de projets 
ti-X-W fait »*. ou riform. . . / Combien d'ouvertures a-t-il donn,, . / 
Combien de service a-t>il rend, ..dont il a dirob, . . la connaissance 
à ceux qui en ont ressent* « . les effets ! — Un enfant devient plus 
précieux en avançant en âge, au prix de sa personne se joint celui 
des peines qu'il a coù.t*»% 

*'^^"^ ; ; Les élèves analyseront la phrase suivante* 

^'^'';' ; ; FortwMj dont la main couronne 

'**" Les forfaits les plus inouiSf 

• J,*' ^^ Du faux éclat gui fenvironnef ' : . 

^J* Serons-nous toujours éblouis ? 

Sommaire de VAistoire, 

Un vieillard presque centenaire en 1775, avait douze fils au ser- 
vice. Ils obtiennent im congé pour venir voir leur père, ils le trou- 
vent sans pain, ce spectacle les frappe de douleur et ils prennent 
aussitôt les moyens d'as^^ister le malheureux vieillard ; n'ayant point 
d'objets & donner pour sûreté de l'emprunt qu'ils sollicitent, ils 
prennent le parti d'engager leur honneur, pour la somme de 60 
livres sterlings, à la direction du lombard, et, après y avoir remis 
leur engagement, ils vont eux-mêmes s'informer de l'issue de leur 
démarche ; le succès parae leurs espérances ; non-seulement leur 
père est tiré de la misère, maii il devient assez riche pour laisser 
après lui, un fonds capable de récompenser la piété filiale de ses 
douze fils. 

^ 'b:my •'-''- ■ 205e Exercice. • ■--■■ ^. ^ ; ■ > 

Les élèves compléteront les mots en italique, 
j L'ILE DE NORFOLK. 
En avançan^tfi^, le long d'un sentier taillé sur le flanc d'un roc 
que ^i^rnéi^Ules Ûots, on parvien<êft>é^au40»pied4»* de haute^^» 
montagnes dont les pentes tapissi4\* de verdure^» formtmfiL un 
vaste amphithéâtre, et dont les dernier^,» sommets se perden^0i^ 



dans I( 
sapini/, 
sol uni] 
serpeni 
etpetsi^ 
est omb 
tention i 
pents g 
le cheni 



— lu- 



ne cour- 
De tous 
laisirs, il 
sentation 
circons- 
tccompa" 
grès que 
e projets 
onn»»* ! 
aissance 
ent plus 
)int celui 



Is au ser- 
Is le trou- 
)rennent 
ant point 
itent, ils 
ne de 60 
Dir remis 
le de leur 
lent leur 
ur laisser 
e de ses 



d'un roc 
haute*ji» 



ma les nues.. . L^s bords des vallées sont cowatr^à» 3«at(«^j 
r|>tn^..,de ^c«r/..etde vig;M%<> »auvagt.^^\t\ t^Htnd^* un 



dans 

sol uni, couverte tParbrisseatu^^ des eopèces les plus rwei^, \ lA 
serpenJUSUatiB vallée profonde comine un abtme, qui s*êlargi^ , 
eipe&>C son aspect sauvage en approchant de la mer. Le sentier 
est ombragé par des arbres ^jUur/, . qui iejB^lt^ se disputer l'at- 
tention àe%pa^aniâi9 ; des plantes grimp<fn21(^ pareil^ k des ser- 
pents gianr?.^ s'élancent, s'entortillent comme pour leur barrer 
le chemin. 

Les élèves analyseront la phrase suivante, .,,^ .> !\. 

. O / que les œuvres sont belles, r, 

Grand Dieu ! quels sont tes bienfaits^ 
Que ceux qui te sontjidéles. 
Sous ton joug trouvent cTattraits! .> 

« ■ 206e Exercice. * " "' ' 

Les élèves compléteront les mots en italique. 



• I ')rifii 



; ''-■:■■; ^i 

■4 • -, ■ri-'V 



■»,,■ 
■!-J V,,. 



L'ILE DE NORFOLK (Suite j. 



7 *?■■:■ 



On aperçoit çà et là des troupeaux dont la toison est éblouiS" 
sant^» de blancheur, et des cabanes de bergers à moitié cachées 
sous le feuillage. Au fon^» de la vallée, dans l'endroit où le ruis- 
seau se replie tant de fois sur lui-même, ou passe à côté d'un grou- 
pe d*arbrej,, hfougèri^, dont les troncs s'élèvent à huit oa dix 
mètres, et sont presque cachés par des feuilles longueti, et /on- 
&anfA<f Les arbres bordanï^, le sentier qui conduit au mont Pitt, 
ont presque tous trente-six mètres de haui^,i}'^leur>/, tige^/, 
porte é^Mi des distances égales une couronne de rameau^ ver" 
doyan*ii\i^oni la circonférence diminue d"* étage.» en étage,.* 
Quan^-r». on a atteint le sommet du mont Pitt, on a sous les yeux 
la plus belle perspective : des montagnes, des vallées, des torrents, 
des rochers, de vastes forêts, et plus loin l'immense Océan où se 
réfiéchisst^y^s feux du soleil. 

Les élèves analyseront la phrase suivante, 

.astre brillant tles jours. 
Poursuis ton rapide cours. 
Fais voir P éclat de tes feux 
.aux climats les plus ténébreux. 



-•V -* ^"'V 



Ai^ 



! 



-^ 



'■f 



— 112 — 

■ * 207e Exercice. 

; i Les élèves compléteront les mots en italique, 

" \ , L'ILE DE NORFOLK (Fin). 

Tantôt la vue se prolong» . . sous des voûtes àefeuillage.,,^ tan« 
tôt elle est arrête... par des. massifs impénétrable,. Quelquefois 
les arbres sont enchaîné, , . les uns aux autres par des plantes grim- 
pant, .., montan,,.en colonnes ou forman,,, une muraille épais- 
se, ou bien retomban, . . comme une nappe de verdur.,, sur lar,ue!Ie 
sont e/^o^T)!'//^... les fleurs blanches des convoi vulus. Ici le 
guava et le citronnier marie, ,,leur, „ feuille, , . et leur, , , fruit, , ; 
là les fougères de la plus haute taille mêlent leu,,, ombr,,, à 
ce//. .. des palmiers k papier, , ., qui, ainsi que tous les arbres ori- 
ginaire,,, d'Orient, étale.,, à leur,,, sommet,,, leur,,, bran- 
che, • , unies et légères groupé. , , en é vantail ... On voit dans les 
jardins des liges de blé,,, pliant,,, soua le poids des épis, des 
bananiers inclinant,,, sur le cristal des eaux, leur,,, gousse,,, 
Itdteus, . ., des arbres à pain, , ,, des cannes à sucre, .., des cas- 
siers couvert, , , de leur, . . baie, , , rouges, des arbres à Mé. . ., des 
figuiers, et à leur,,, pied,,, une foule de plante,,, qui ne sont 
ailleurs que à*Aumble, . , légume, , , et qm parvienne, . . ici à une 
grosseur extraordinaire. 

Les élèves analyseront la phrase suivante, , 

Un avare idolâtre et fou de son argent. 
Rencontrant la disette au sein de Populencey 
JÊppelle sa folie une rare prudence. 



-T:.'ï 



. .V' 



K \' 



, , 20Se Exercice. >* ,">. 

Les élèves compléteront les mots en iialigue. 

Je vais vous donner une idée générale des dehors de Rome, c'est- 
à-dire, de ses campagnes et de ses ruines. Figurez-vous quelque 
chose de la désolation de Tyr et de Babylone, un silence aussi 
morne et une solitude aussi profonde, qu'^itaient éclatan, • . le 
bruit et le tumulte des hommes qui ae pressai, . . jadis sur son sol. 
Vous apercevez çà et là quelque,,, bout, ,, de voie, ,, romaine,,, 
dans les lieux où il ne passe plus personne ; quelque,,, trace., , 
desséché, , , des torrents de l'hiver. A peine découvrez-vous quel- 



If^. 



fe.,., !an- 
iielquefoia 
ites grim' 
llle épaia- 
ir lar,ue!le 
. Ici le 
.fruit. . ; 
ombr.,, à 
irbres ori- 
>... bran- 
it dans les 
épis , des 
gousse. • . 
., des cas- 
'Aé...) des 
ui ne sont 
. ici à une 



>ine, c'est- 
s quelque 
nce aussi 
tan... le 
lursonsol. 
omatnê. . • 
. trace... 
(TOUS guel' 




— 113- 

■^ê. . . ; OMiif vont ?ojrè»iMtrtoiit d^l ruinM if^aeçUSAtt. ; . 
Hàê ^MftMNf...^ oui Mnhltnt étn 1m (çréli tt lijè f^Oteir Ai- 
diginê. . . ^Pwà iiuè^àtim^om ^ h pMimi^ Vi0^ et éf 
dèbrii èMÎ éi»il|M.^l|oaf #M ém^ $mwlà j^ne.jV 0^> • 
voir d« «ftÂt. • . «éMif • • .» «1 «• à'éMittt qve d«f hpiwk mnn 
qui ivait irimfl.. non ttir.^Poliit#0tfkMi«.;))oi|lt fit /al^ 
fitir..., point de flMiNp»fii«fil***eA«Mp|<rf..., ||oinit<lÀ mugHU» 
flMnl. . . do fvoi^pMii^ié^pfliÉC èi «iljB^ dimit qn'aoeuno 

MttoB m\ ^ w o c iMN f Mk. • fMiiirt. ••4n ili^i^ mi !• :^no 
qa'ilolMbitèraM. 

Xet IMmi «Éktijteif-oiil Ut pknm nttmmit. 

Sage et àimfaitmti'taMsiMiTéuf^éfmvoiii avez fait «ttèien. 
Cet ave» evt le rétmitai ^ iMfi Ut r4fi»fWM fa$ mHnspinni 
voaavmreê* , ^' • 



.i iii. 



Après un incendie tAM* fpé éf»HI»Mfteidi!> viHei du Mogol, 
l'un des coniiner{entt de eeHo fQltMpi1lmi)|e nfMt vainement 
■dliehéia faittiHe et aee 9té$J$ lM I/ n, ^nmmÊniaKt ton n6- 
goee, se détemioe à eHeKé> jipiv it i 0Hi J » r ià-<Wil oorretpondant 
de l'emploi dent «eemano^^liM») m c 

A peine sorti de k^villfty il Hau f f ii i «i^uM iwle chemin, il 
en reçoit l'acoueil le plus oeneeli»l»ét;»H twi t^im^ non content 
de lui remettre quitlanoejdepjdfiley M 4e»|ier encore aix eente 
florina avec Ja liberté de ik$am..,mHiftm^ pepiie» m contentant» 
pour toute garantie» de 1» prôb^4ife é n l Mni eu » ruiné. 

Le territoire èe l'Annénie «Ui neiètf diUdle à détem^iner d'une 
nlÉntéf^ cèr^tnl^ 1 it»«i|l^. ^illàvii^f'^t^naA itmteli. tes 
provincèé %t 'éèi^foêëi^iï m» ^^tajjiiii^ MVi. tempe de ia Sp^ 
pêrité»^ enè^l...Wpett^l%lêiMhie lÉBtiielle é0W Fhriice. 
-^1^ oènf, v^ Ùlie de * Firoi|IMiÉe«ialn» dti Tnartia, là itrifpè;. . 
dont toiiAHi lèif direéliomr; et $• et 1« ê'itmi • . dèÉ^lea i^i^ 
qoBi^ peitfimmêMâi^m de niiàf,.. 

9Hmentéht...^§tLnêÊ editf d'éM»Vq«^iiroit être les^ çmh'». 
eourcea des ûmtvétft^àlIn^vëtii^w^WlÊkm ttii pfémiér bomÉi.^ 

8 



i, 



r 



— 114- 

i(i pondaol 1m jonn dt nnnooeoce, oelf^a MX laiptndif d9> 
>m, il ikàt •fouar qn'apré^ It cbvto dont ^llet foieiit le th^lttfvt 
Im «£Hm* • . coBlréM ont été meiuiri. . . et r^erôiititf .«. ; c«r im/** • 
•èJourpliM attriitaat pour (et étrtiigeri. L'hiVèr, dam oe pemr^iiie 
tiHite raimée lur le plan «apérrear dea montagnea» et lea ()«aa ne 
^eMi... danala Tillée^'aïf •••/<«• ••d'un aolêil bientôt 4fvo- 
nm^ •• et intolérable. 

Xti UèfÊa mmifttroài hpkra$e tuivmiKe, 

' Laa moCa imprimée en Italiipie dana eaite analyae et dana lai miivaa< 
taa aont oeuz qni prèaentant le jAna dedifllcnltéa pour la elaaalileation ; 
e^eat poar^nd lea élèvea dtrfvent y apporter une attention paiticalière. 

£lfa infini (|iie l^homtne adore» 
Qali aent et ne peut,concavoir, 
SMl aadè weitii, aana «turora, 
Itne l'eaprit aeal fiûl entrevoir ; 
âb ton immoiUfle lÉNMNb'e, 
Poae, diiMèi dela«oiiMl^«, 
Cmdmfim leeiretitfaviaaante; 
Agrandie, élève mon ane» 
Et qu'on par rejfon de tafiMime 
Anime, éebatilb mef aeeeata ; 
<^i peut apnder ton oitoine, 
Diee iiee^, (0 précédaa m éoun, 
Par ieJ-M^MM, eaaenee diTbie, 
Tn fua et tu «eraa toHJIoajni. 

210e ExiBO|CC. 

£eff iUnu eompiitèrcni /et «lola «n tUdiqut, 

Otez lea animaux de deaauela terre, et lee plantée nVmt plue de 
fbafintfitofi . . • Touf • • . ae tiei^t daiia le {ilan du Créateur : Toih • • 

\ |ee ètrea apfit en îraipfior. . . d'jalllité lea uueafeo lee autieai i^* • . 

' «t Ha ç^atne qui le| Mm • ^ ei|tce eux, luaqn^ nom nvone m • . . 
la nature, par deà nvançfa tmeiuit^* «, du minéral le plue groi- 

' gU»*^pu8e,,.tm».. fmiie»:^ pïna parfaitement er^fuiM^. 
Dana le régne animait noua laTojrona de «iIém.,*,. jm srtm- 
^^^••. a'élever dea ^oépbftee 9» «fitemif— |>Mfe^^,» HIix 



■IMM 



iMtiMi ; 
leuU^re. 









— 115 — 

ùiêtau.,; dti oifMUZ au.., pmtkrupèiit.^.'^ÏJtcmu^M»^' 
•tt la cantr* auquel ëAcuttitiê.., loi-lMa IPUt •• laa dinra ehaliMNii. 
C*Mt poor loi qup/nTf • •• erl. •* Ita A'Mf* • . «iimou. . ^ patr lui 
et non pour aux-MlfM... que laa «lg#i*»»farf*.. la aurfiKo 
da la tarra. 

£ft ilim ona^facronl la pkfÊêi mfiMmêe. 

' TranmilUZf pnne» éô]A pHnt, ..\.^ 

C'eit le /onoi qui manqua le nioina. 
Un riche làbaurêtÊTf êenku^ aa mort proebainey 
Fit venir aea enfiuita, leur parla aaaa Hmaimf 
Gardes-voui, leur dÛM^ da vendra l'hérHaga 
Que noua onilaiaié noa,^flr<iilr» 
Uh trésor est caché dadana : 
Je ne sais jnw i'endroU^ maia un peu de eoungi voua le i^ 

[tioivfr*^ 
Béchea, creusez, ne laissai nulle plieei 
(M la main ne passe et rapeasa. 

Le jMre mort, KM fila 90IM. retournent le champi 

IVed (Md, «t Mm çn'ott éoirf de l'an. 

Il M m^pporfo davaataie ; 

l)^argim< jMiiii dk oaeM^ maia le père fut aafBlt 

De leur affttnèrt avant aa mort» 

Que le travail aal un tréaor. 

811e EaEBBOion. 

£et ^l^aet edaqiléieronl Isa «Mit en ilal»;iw. 

DESCBIPTION D'UN VOLCAN (Soiie.) 

Jtfriv... vers six heurea du foir à Roeima, ie quitte la voltàie 
qui m'a conduit, je monte aur un mnlet et je continue dtf me 
diriger vers îa volcan.— Je commence par monter entra ditoc 
ehampa couvert, i, de peupKer* . ., de muriif ••, ééfiguiéf ..., eu- 
irdaei. . . de vigne. • • êoiiph. ... et vigoUfeUH.. .— Aprftft aVMr 
iratwra. • '. pendant une heure de^ he... vei^aers, j'arrive I OBé tlÂre 
twaMiia. . .— ^Le Vésuve la Vfmi. ., cbns utte éruption, il; y à in- 
virôn soixante ans.—- EÙe fit plfir toi^... là idQe dé Kapiea;iA^ 
apréa l'avoir amuocI... un moment, éUé Vanrèta II.— jLèa ^0b 



— llô — 

#0 cette bve loiit tapiul.,. eoram* les bords de It Seine, de 
muKm»»f9i deJUur,,», ttomingé,,, çàet là de^Mme... m- 
îiiflt... qu'one eéndie fteonde arroeei pooralnti dire et nourrit 
toiijoiin. . Je m'arrêtai un moment pour contempler devant moi 
le« ombrei de Im nuit, et lea nuagea qui «*^'«fli«Mf#... deUi fflmée 
du volcan et qui flottaient autour du mont ; derrière moi le aoleil, 
pricijnii,», au-delà des montagnes, couvrait de aes rayons mou- 
raM/...la côte de Pausilippe,la ville de Napleset le rivage do 
la mer. 

Let élivtn onalywoni la phroH tuivante. 

Ki l'or ni la ^mtkur ne nous rendent heureux, - 

Ces deux divmités n'acoordent à nos vœux 

Quê des bitnt peu certains, qu'un pUtitir peu tranquille. 

Des soucis dévorants c'est l'éternel ûtiU) 

Véritables tMNiloiirf , que le fils de Jipet 

Bé|»réiei|te enchaînée sur son triste tùmmtt. 

L'humble toit est exempt d'un fn'^ si funeste, 

lie sage y vit en paix et méprise le reste ; 

Conieni de ses douceurs, trrwnt parmi lea bois, 

Il regarde à ses pieds les favoris oes rois. . 

Il lu au front de ceux^qu'un vain lUxe efiyironnè, 

Que la fortune vend ôe qu^oii croit qu*elle d^ne: 

Approche-t-il du bot Y quitte-t-il ce séjour Y , 

Rien ne trouble sa paix, c^est le soir d'un beau jour. 

5212e ExsRoiéi* 

Let ilèvtt compléteront Ui wuii en italique, 

La natoi» qui n*est pas cultivé, . ., parait dans la décrépitude : la 

terre eurchagé. , . p^r le poids, surmonté, . . par lesdébns de sm 

productions, n'offre, au lieu d*une vetâure Jkrùtant, n ,f qu'un 

ifoàçfi^c^nàr* • ^ttraveiri. . . de vieux arbres ehûrgi, . . de plantes 

^Jaraaltesi de UcKen , , . , ^agarie, , . tkxàtoutt, . . les parties bassce, 

iîSl eaux morte ... et cr^upiivmi, . . faute d'être conduite, , , et 

' ' iÎHMé» . . ; des terrains faft|eux, des marécages qui, couvert ,,,dt 

pilmte, .', agvatigue, , . etfitide, . ., ne nqurHsient que des inaeetei 

venimeux.— Ce ne sont pO^t nos prairies, ce n'est point ce gazon 

En qui semble faire le duvet de la terïe ; ce n^tti jp^ cette 

peidoaè 4mailli,\ . qui aniionce^ sa briUant, . • f6condKe. ^ ' - 



— 117 — 

Lti élivêt muUffêironi tu phraitê iuktmUê» 

ADRESSE. 

Momtiêw P4liiioi,prcpriHairi, 4, nu Mtrciêre^ Lyon» (HMim): 

TITRE D'UK LIVRE. 

Dieéionnaire de P^emUmefrënçaiii, nm'imê iéition^ iomêwê-^ 
mier, Paritt Firmin'IHdott imprimtuuUhrmrt^ ruê jinok^ 
numéro 56, 1835. 

ENSEIGNES. 

1. DtlangrevilUffri^ricani de papiertpnntê, 

2e. Magatin de nouveauiii, 

« Sommaire de Phittoire, 

Après la bataille d'Actium, qui rendit Octave, pour ainii dire, 
maître du inonde entier, par la défkite d'Antoine qui mit fin aux 
longuet icônea d^horreur qu'avaient produits leura démêlés yen 
rassembla tous les vaincus pour leur tkire subir la mort auivant 
l'usage établi. Parmi eux se trouvait Métellus, non moiM dis- 
tingué par son oourftge que par sa prudence.— Son fils, qui ser- 
vait dans l'armée victorieuse, le reconnaît : il court à lui, le serra 
entra ses bras, et retournant vers Octave, lui demande pour récom- 
pense de mourir à la place de son père. Mais Octave, touché de 
L piété filiale du jeune homme, accorde la vie à l'un et l'autre. 



rm DB LA DIUZIÈMB PARTll DES KZIROfOBi. 



m 



».«yt: 



:^*r i« ^.w 



i*!^ 



1;- 



■mrl-' 



ifi'h 



"?V, 



•1Î-. 






DES ^ . 

HOMONYMES DE LA LANGUE FRANÇAISE. 

AH} inteijeet. qui sert à marquer la joie, IVlmiration, la douleur. 
ttA, antre inteijeet. qui marque l'étomiement, la surprise. 
ABAISSE, Bubst. fém., pâte qui &it le fond de toute espèce db 

pâtisserie— ABAISSE, du verbe abaisser.—ABBESSE, subst fém., 

celle qui possède- une abbaye. 
ABBË, subst. m.,^celui qui possède une abbaye, qui jporte Phabitecclë» . 

siastique. — ^ABÉE, subst. f., ouverture par laquelle coule Teau (ffâ 

finit aller un moulin. ■ ^ 

ABHORRE, du verbe abhorrer. ' 

ABORD, subst m., approche, entrée. , ^ . 

A BORD, locution comp. de la prép. d et du subst. bord, 
ACÛUEUj, subst. m., réception qi» l'on fidt à quelqu'un. 
ACCUEILLE, du verbe accueillir. 
ACHE, subst. f., herbe qui ressemble au persil. 
HACHE, subst. f., instrument de fer tranchant. 
HACHE, du verbe hacher. 
ACIER, subst. m., fer très dur et très cassant. 
ASSIEDS, du verbe asseoir. 
ACQUIS, subst. m., terme dont on se sert pour dire qu'une personne 

est très instruite dans sa profession. 
ACQUIS, du verbe acquérir. l 

ACQUIT, subst. m., quittance,'décha^. 
ADIEU, terme de civilité et d'amitié. 
A DIEU, locut. comp. de la préposition à et du subst. Dieu. 
ADMIS, du verbe aamettre.— A DEMI, locut. adv. 
AFFAIRE, subst. f., ce qui est le sujet de quelque occupation. 
A FAIRE, locut. comp. de la prép. d et de Vim. faire. ' 
AFFLUANT, part, du v. affluer.— AFFLUENT, adj. m. (au C t^ghtente). 

Rivières qui se jettent dans une autre. 
AGATE, subst. f., sorte de pierre jurécieuse. 
AGATHÏr, nom propre féminin. 

AIDE, subst. f., secours qu'une personne donne à une autre. 
AIDE, subst. m., toute personne dont l'emploi est de travailler sons les 

ordres de quelqu'un. — AIDE, du verbe aider. 
AIGUAYER, verbe actif, baigner, laver àtns l'eau. 
ÉGAYER, verbe actif ; réjouir, rendre gai. 
AIE, exclamation de douleur. On écrit aussi àkie. 
AIL) subst m ., espèce d'oignon d'une odeur très forte. 



—.120 — 

AILLE, verbe aller, an présent da subjonctif. 

AILE, sabst. f., ce qai sert aux oiseaux et à quelques insectes à voler et 
à se soutenir en l'air. — ^ELX£, pron. persminel. 

AILÉ, adj., qui a des ailes. — ^HELÉ, participe du verbe hêler. 

AINE, sttbst. f.j'partie du corps humain. 

AISNE, nom d'une rivière. 

HAINE, subst. f. (7^ s'aspire), passion qui fait haïr, inimitié. 

AIR, subst. m., élément qui environne le globe. — AIR, terme de musi- 
que.— AIR, manière, façon, apparence.— AIRE, subst. f., place pré- 
parée pour y battre les grains.— ERE, subst. f., pdnt d'où l'on com- 
mence à compter les années. — ERRE, du verbe errer. — ERS, subst. 
m., plante légumineuse. — HAIRE, subst. f., instrument de pénitence. 
— ^HÈRE/subst. m., terme de mépris. 

AIE, temps du verbe avoir. — AIS, subst. m., planche de bois, terme do 
jeu de paume. — ^ES et EST, du verbe être au prés, de l'ind. — ^ÈS, 
préposition. — ^HAIE, subst. f., clôture faites d'épines, de ronces, de 
sureau. — ^HAIS, temps du verbe haïr. 

ALÈZE, subst. f., linge dont on se sert pour mettre sous un malade, 
terme de menuiserie. — ^A L'AISE, locution adv. 

ALÊNE, subst. f., outil de cordonnier et de bourrelier. 

HAIJ!(NE, subst. f., air attiré et repoussé par les poumons. 

ALLAITER, nourir de son lait. 

HALETER, respirer fréquemment. 

A L'ENTOUR, adv., aux environs. 

ALENTOURS, subst. m., lieux circonvoisins. 

ALIMENT, subst m., tout ce qui sert de nourriture. 

ALIJEMENT, subst. m., nœud fait à une corde qui doit enlever un 
fardeau. 

ALLIER, verbe, subst. m., filet, rivière. — II ALLIER, subst. m., celui 
qui earde la halle, buisson fort épais. 

ALLIONS, du verbe aller. — HAILLON, subst. m., lambeau. 

AMANDE, subât. f., fruit de l'amandier. 

AMENDE, subst. f., peine pécuniaire. 

AMI, subst. m., celui avec qui ont est lié d'amitié. 

AMICT, subst. m., linge à l'us^^e des prêtres. 

AN, subst. m., espace de 13 mois. g 

EN, préposition et pronom. — HAM, ville de France. 

ANCfHE, subst. f., terme de musique. 

HANCHE, subst. f., partie du corps humain. 

ANCRE, subst. f., terme de marine. 

ENCRE, subst. f., liqueur de différentes couleurs. 

ANE, subst. m., bête de somme. 

ANNE, nom propre de femme. 

ANGLET, sùbst. m., terme d'architecture. 

ANGLAIS, nom de peuple. 






..r.- 



nç;--" 



— 12t — 

ANNUITËj subst. f., terme de commerce et de finance» 

ANUITE, EE, participe du verbe s'anuiter. 

ANTRE, subst. m., caverne» grotte.» ;ENTRE, préposition. 

ANVERS, nom propre de ville.— ENVERS, snbst. et prépositioou 

AOUT, subst. m., le 8e mois de Tannée. 

HOUE, subst. f., (h s'aspireX instrument de vigneron* . 

HOUX, subst. m., {h s*aspire), arbre toujours vert. 

APLOMB, subst. m., ligne perpendiculaire. 

A PLOMB, locution adverbiale. 

APPAS, subst. m. pi,, channes, attraits.. 

APPAT, subst. m., pâture, attrait. 

APPRÊT, subst. m., préparatif.— APRÈS, prép. et adverbe.. 

APPRÊTÉ, adj. et part.^ qualité de tout ce qui est préparé. 

APRETE subst. fém., qualité de tout ce qui est âpre» 

ARRAS, nom de ville. 

HARAS, subst. m., (h s'aspire), lieu destiné à loger des étalons. ^ 

ARC, subst, m., sorte d'arme courbée en demi-cercle. 

ARQUE, du verbe arquer.— ARQUES, ville de France. 

ARCHER, subst. m., homme de gneise. 

ARCHET, subst. m., instrument de musique. 

ARE, subst m., nom d'une nouvelle mesure de superficie. ' 

ARRHES subst. fl pi., argent qu'on donne pour rassurance de l'eié- 

cution d'un marché. 
ARS, subst. m. pi., jambes du cheval.— -ART» subst. m., méthode de^ 

bien faire un ouvrage selon certaines régies. 
HART, subst. f., espèce de lien d'esjer ou d'autre bois fort pliant. . 
ARÊTE, terme d'architeeture» et ce qui soutient la chair des poissons.. 
ARRÊTE, du verbe arrêter. 

AUX, pluriel du mot au.— AULX, subst. masc., pluriel de ail. 
EAU, subst. fém., élément liauide — ^HAÛT, adj. masc, (féminin hante). 
OS, subst. masc, du corps de l'homme et de l'animal. 
AUDE, rivière de France. — (H)E, voème divisé en strophes. 
AUNAIE, subst. fém., lien planté d'aunes. 

AUNAIS, du verbe auner & l'imparf.— AURIONS, v. avoir, au eoDà. 
ORION, subst. masc, nom d'une constellation. 
AUSPICE, subst. masc, présage. 

HOSPICE, subst. masc, maison établie pour donner l'hospitalité. 
AUTANT, adv. de quant, et de comp. 
OTANT, part, du verbe ôter. 
AUTEL, subst. masc, sorte de table destinée aux sacrifices. Principal 

autel d'une église. — HOTEL» snbst masc, maison d'une personne- 

de qualité ; maison garnie. 
AUTEUR, subst. m., celui qui est la principale cansede quelque chose. 
HAUTEUR, subst. fém., élévation, profondeur, éminence. 
HOTTEUR, subst. masc, celui qui porte la hotte. ,,^^. ,„ ^ 



'^.Tipn 



— liô-. 



AUVEBn*, snlMt. maM. petit toit en MilHe. 

AU VENT, loc. comp. de Particle an et da enlMt. vent. 
AVANT, prépoeition^— AVENT, enbet. maso., le temps qvi précède 
immédiatement la fête de Nqël. 

AVEUGLEMENT, mbat maae., obiciireiflaement de la raison, priva» 
tion du sensdelavae.— 'AVEUGLÉMENT, adv.,sans rien examiner. 
AVIDE, adj. des deux genres. 

A VIDE, loc. adv. comp. de la préposition à et de IVu^eetif vide. 

AVIS, subst. masc, opinion, sentiment. — A VIE, loc. adv. 

BAH, sorte d'exclamation qui marque Tétonnement 

BAS, subst. masc., vêtement. 

BAS, adj. masc. <an féminin basse), qui a peu de hauteur. 

BAT, subst. masc., selle pomr les bêtes de somme. 

BAT, subst. masc., queue de pcMSson. ^] 

BATH, nom d'une ville d'Amérique. 

BAI, BAIE, adj., couleur rouge brua. 

BAIE, subst fém., plage, rade. 

BAIGNAIT, du verbe baigner, à l'imparfkit. 

BEIGNET, subst masc., espèce de pftte frite à la poêle. 

BAILLER, veriie neutre, respirer en ouvrant la bouche. 

BAILLER, donnrâ à ferme. 

BAL, subst. masc., assemblée pour danser : (au pluriel bals). 

BALLE, subst. fém., instrument de jeu, petite boule de plomb. 

BALLE, subst. fénu, gros paquet de marchandise. 

BALE, ville et canton de Suisse. 

BALAI, subst. masc., instrument servant à nettoyer. 

BALAIS, adj. masc. On appelle mbis-balaiB, un rubis d*un rouge 
très-clair,— BALLET, subst. masc, espèce de danse. 

BAN, subst. masc*, proclamati<m de mariage. 

BANC, subst. masc., long siège. 

BANQUET, subst masc., festin, repaa magnifique. 

BANQUIER, subst. masc., celui qui tient mnque. 

BAPTISTE, (on ne prononce point le p), nom donné à saint Jean* 

BATISTE, subst. féminin, espèce de toile très-fine. 

BAR, nom de plusieurs ^Ues. 

BARD, subst. masc., civière à bras.— BARRE, subst. fera., (on pro- 
nonce bftre), pièce de bois ou de fer, longue et étroite, etc. 

BARRES, subst. fém. pluriel, jeu de course entre des jeunes gens . 

BARDEAU, subst. masc, ais minces et courts. 

BARDOT, subst. mas., petit mulet. 

BASILIC, subst. masc, herbe od<nriférante. 

BASILIC, subst. masc, serpent. 

BASILIQUE, subst. f., nom qu'on donne à certaines églises principalei. 

BASSINET, subst masc, pièce d'une arme à feu, dans laquelle on 
met l'amorce. — ^BASSINAIT, imp. du verbe bassiner. 



— Ii23 — 

BATELÉB, subst. fém., la ohaige d'un bateau. 

BATELET, subst. mas«., petit bateau. 

BATTOIR, subst. m., palette pour jouer à la paume et battre le liojgie. 

BATTOIRE, subst. f., vase à battre le beurre. 

BAU, subst. m., terme de marine*— BAUD, subst. m., chien courant de, 
Barbarie.— BAUX, c'est le pluriel de bail. 

BEAU, adj. masculin singulier, pluriel, beaux. 

BEIAUTÉ, subst. fèmimn, promnrtion dans les formes des corps. 

BOTTÉ, ÉE, participe du verbe botten 

BEIi, adi. m.— ÏELLE, féminin de bel et de beau* 

BÊLE, du verbe bêler. 

BÊLEMENT, subs. masc., le cri des moutons et des brebis. 

BELLEMENT, adverbe, doucement, avec modération. 

BELETTE, subst. fém., petit animal sauvage. 

BLETTE, subst. fém*, plante qui croit partout sans culture. 

BLETTE, adj., il se dit des ihuts» et signifie, qui est trop mûr et à moi- 
tié pourri. 

BÊTE, subst. fém., animal irraisonnable* 

BETTE, subst fém., |plante potagère. 

BIAIS, subst masc., bgne oblique. 

BIEZ, subst. masc, canal qui conduit les eaux sur la'roued'un moulin* 

BILE, subst. fém., l'une des humeurs du corps humain. 

BILL, aubst. masc., prqjet d'acte du parlement d'Angleterre; 

BILLE, subst. fém., (on mouille les 11), petite boule d'ivoire. 

BILLE, du verbe biller. 

BILLION, subst masc., terme d'arithmétique. 

BILLOM, ville d'Auvergne. 

BILLON, subst. m;, (on mouille les 11), espèce de monnaie d'argent* 

BIS, adj. masc. brun. — ^BIS, adv. pris du latin. 

BISE, subst fém., vent du nord. 

BLOC, s. m., amas de plusieurs choses ; gros morceau de mari>re. 

BLOQUE, du verbe bloquer. 

BON, adj. masc. (au féminin Ixmne), qui a les qualités convenables; 

BON, s. m., {«(xnesse par écrit de payer certaine somme. 

BOND, subist. masc.) saut d'un coriM élastique. 

BOUE, subst. fém*, la fange des rues et des chemins* 

BOUS, V. bouillir au présent de l'indicatif. 

BOUT, s , m., extrémité d'un corps qui a de la longueur. 

BRICK, subst. masc., jpetit navire. 

BRIQUE, subst. féminin, morceau de terre cuite en carré long. 

BRIGAND, subst. masculin,, voleur de grands chemins. 

BRIGUANT, participe dn verbe briguer. 

BROCARD, subst. masc, parole de moquerie. 

BROCART, subst* masc, éto^lb brochée de soie, d'or ou ^^gent 

BUT, subst. maec.,. point où l'on vise. 



■sSSswr^'- 



^124 — . 

B UTE , mbgt. fém., instroment Je maréchal. 

BUTTE, BulMt fém., petite élëvatijcm de terre. 

CACIS, anbat. masc., arbrisseau (jui aj^rocbe beanconp da groseiller. 

CASSIE, subfit. fém., espace d'accaGiâ.~C ASSIS, ville de rance. 

CADETTE, sobst. fém., pierre de taille propre pour paver. 

CADETTE, adjectif et substantif ; c'est le féminin de cadet. 

CADI, subst. masc, juge chez les Turcs. — ^CADIS, subst. masc, serge 

de laine de bas prix.— <CADIX, ville d'Espagne. 
CAHOT, subst. masc, saut d'une charrette, crun carrosse* 
CHAOS, s. m., (on prononce cao), confusion de toutes choses. 
CAMP, subst. masc, lieu où une armée se loge en ordre. 
CAEN, ville de France. 

KAN, s. m., prince, commandant chez les Tartares. 
QUAND, adverbe de temps et conjonction. . 
■ QUANT A, locution prépositive. * 

CANAUX, subst. masc, pluriel de canal. 
CANOT, subst. masc, petit bateau fait d'écorce d'arbres. 
CAR, conjonction. 

QUART, partie d'un tout coupé en quatre partie égales. 
Carte, s. f., assemblage de plusieurs papiere collés l'un su» l'antre. 
QUARTE, s. f., terme d'escrime, de musique, de géoifiétrie, de jeu de 

cartes, elc. 
CEINT, participe du verbe ceindre. — CINQ, nom de nombre.-- <SAIN, 

adj. masc. (au fém. saine).— SAINT, a4i- masc (au fém. sainte). 
. SEIN, subst. m., partie du corps humain. — SEING, subst. m., le nopi 

jde quelqu'un, écrit par lui-même au bas d'une lettre ou autre pièce. 
CELERI, subst. inasc, herbe potagère —SEJLLERIE, subst. féminin, 

lieu où l'on serre les selles, les harnais des chevaux. 
CELLE, pronom démonstratif et pronom indéfini. "^ 
SEL, s. m., substance dont on se sert dans l'assaisonnement des ragoûts. 
SELLE, subst fém., sorte de siège qu'on met sur le dos d'un cheval. 
CENE, subst. fém., le 'souper que Jésos-(;hrist fit avec ses apôtres la 
• veille de sa passion. — SAINE, adj. f.; c'est le fém. de sain. — SCENE , 

subst. f., la partie du théâtre où jouent les acteurs, action animée. 
SEINE, subst. fém., espèce de filet à prendre du poisson. 
SEINE, fleuve qui traverse Paris. 

CENT, nom de nombre. — SANG, subst. m. , liqueur rouge qui coule dans 
"^ les veines.— ^ANS, préposition.—- SENS, subst. m., faculté de l'ani* 

mal, par laquelle il reçoit l'impression des objets extérieure et corporels. 
CESSION, subst. fém., transport, démission de son droit. 
SESSION, subst. fém., temps pendant lequel un corps délibérant est 

assemblé. 
CHAINE, subst. fém., espèce de lien composé. 
CHÊNE, subst. masc, firand arbre qui porte le gland. 
CHAIR, subst. fém., substance molle et wngHine» qui est entre la peau 



,l»« 



et les 08. — CHAIRB, snbrt. ttMém éîevé d'où un prédicateur pftile 

à ses anditeattf.^€HER, CHÈRE, adj., iendrement aiiné,qni cbftte 

beaucoup.— CHER, riviôfe de franco.— CHÈRE, subst. fém., terme 

BOUS lequel on comprend tout ce qui regarde la quantité, la. qualité^ 

la délicatesse des viandes. 
CHAMP, subst, masc., étendue, pièce de terre labourable. 
CHANT, subst. masc, élévation et inflexion de voix sur différents tons. 
CHASSE, subst. fém., sorte de caisse où l'on garde des reliques. 
CHASSE!; subst. fém., a.ction de chasser, de poursuivre. 
CHASSIE, subst. fém., humeur gluante qui sort des yeux malades. 
CHASSIS, subst. masc., onvrase de menuiserie, etc. 
CHAUD, adj. masc. (au fém. <maude), qui a de !a chaleur. 
CHAUX, subst. f6m., pierre calcinée par le feu. 
CHŒUR, subst. masc.,. troupe de musiciens qui chantent ensemble. 
CŒOl, subst. m.,partie noble de l'animal, située an milieu de la poitrine. 
CHRÊME, subst masc., huile sacrée mêlée de baume. 
CRÈME, subst. fém., la partie la plus grasse du lait, de laquelle en fut 

le beurre. v 

CHRIST, subst masc, mot qui eis^fie onit— -CRI, subst. masc, voix 

haute et poussée avec eflS>rt.>- CRIC, subst. masc, machine propre à 

lever de terre de lourds fiurdeaux. 
CHUT, interj. dont on se sert pour imposer silence. 
CHUTE, subst. fém., mouvement d'une chose qui tombe; 
CI, adverbe de lieu. — SI, conjonetioi} conditionnelle et adverbe. 
SI, subst masc,. de musique.^SIS, (au féminin sise), participe du 

verbe seoir.— SCIE, subst fém., hune de fer longue et étroite, taillée 

d'un côté en petites dents. — SIX, nom de nombre. 

CITE} verbe citer. Je cite, tu cites, il cite, etc. — SITE, subst. masc, 

partie de paysage considérée relativement à la vue. 
SCYTHE, nom de peuple. 
CLAIE, subst: f., ouvraffede vaimier. — CLEF, s. f. (on prononce clé), 

instn^nent de fer ou d'acier, pour ouvrir on fei-mer les serrures. 
CLAUSE, sabst. fém., dispoeiticm particulière faisant partie d'un acte, 

d'un contrat, etc. 
CLOSE, féminin de clés, participe du verbe clore. 
COMPTANT, participe du verbe compter. 
CONTANT, participe du verbe conter. 
CONTENT, adj. masc; an féminin contente; - 
COMPTE, subst. masc, calicul, nombre» sui^utation. 
COMITE, subst. masc, titre de dignité. 
CONTE, subst. masc, narration, récit de quelque avratnvs. 
CONVAINCANT, adj. nuiso. (au féminin convaincante), qui a la force 

de convaincre. 
CONVAINQUANT, participe de convaincre. 
COQ, subst. masc, oiseau domestique, m&le de la poule. 



a peau 



OOQUE, «vlMt fèm., éeaille d*aiif ov ds noix. 

Cor, lubst nuMc., dniillon qui vient aux piedi ; trompé de ohane. 

CORPS, Bubut, OMte., snbetance étendue et impénétrable. 

COTE* sabst. fém., m eonrbé et plat, qni a'étend depuis l*épine da do§ 

imon'& la poitrine. 
QUOTE, adj. fém., qni ne a'empld^ qu*avec le mot pai[t 
COU, enbat. maac., la partie da corpe qui joint la tète aux épanlèa. 
COUP, snbet maac., impresaim qne mit un corps ànr nn antre en le 

firapwnt. 
COURi subst. f%m., eapaee à déoonvert, enfermé de mnra on de bâti" 

monta ; lien où eat on aonverain et sa anite. 
COURT, adj. maac. (an féminin courte), qui a peu de longueur. 
COURTISAN, a. m., celui qni eat attaché à la cour, qui cherche k plaire. 
CRU, adj. maac. (au fém» cme), qui n*eat point cuit. 
CRÛ, UE, nurticipè du verbe croire. — CRU, UE, participe dn verbe 

croître.— -CRUf!, subst. féin., anomentation. 
CUIR, aubat. maac., la peau de ITmimal, quand elle eat séparée de 

la chair et corrigée. — Uuire, verbe actif et neutre, préparer les ali- 

mensjpar le moyen du feu. 
CYGNE, subst. masc., oiseau aquatique très-connu. 
SIGNE, subst. masc., indice, ce qui est la marque d'une chose. 
DAIS, subst. maac., poèleen ciel-de-lit, qu'on tend dana une 

chez un prince, etc. — ^DÉ, aubat maa., petit morceau d'oa ou d'i' 

à six fitces.— DES, art comp. de la pr^^. de et de Tarticle les.^ 

prép. de temps et de lieu. 
DÊY, subst masc., chef du gouvernement de Tunis. . 
DAM, subst masc., peilM des damnés (on prononce dan). 
Dans, prépositi<m de lieu, de temps, de situation. 
DENT, subst fém., petit os qui tient à la mâchoire de l'animal, ^ qui 

lui sert à m&cher les alimenta. 
DÉFËRER, verbe actif, qui aisnifie dnmer, décerner. 
DEFËREIt, céder, condeacendre. 

DÉFERRER, verbe acti^ ôter lea fers des pieds d'un cheval.' 
DEGO UTER , verbe actif, Ôter Psppétit, faire perdre le goût 
DÉGOUTTER, verbe neutre, couler goutte à goutte. 
DESSEIN, sulMt maac, intention de mire quelque chose, prqjet, réao* 

lution.p--DESSIN, subst. masc., représentation d'une ou de plusieurs 

figu res, d'un paysage, d'un morceau d*architecture, etc. 
DIFFÉ RANT, participe dn veibe diffirer. 
D UTFÉ RENT, adj. masC., divers, qui n'est point de même espèce. 
DIFFÉREND, subst masc., débat, cmitestation, querelle. 
DOIGT, subst masc. (on proncmce doit), partie de la main ou du pied . 

de l'homme. — ^iX)IT, du verbe devoir. 
DON, subst masc., présent, gratification.— DONC, conkmetion qni 

sert à marquer la conclusi<» d'un raisonnement— DO^T, pronom 



le. 
dodos 



Ni. 
senlo 

te bâti- 



B yvibe 

ttèe de 
r 1m ali- 




J, et qui 



et, réio- 
tlotievrs 



ipèce 
idupi 



Btkm qvi 
pronom 



^127 — 

relatif det deux génies etdes dens nomfaies. 

gCHO, mbst. Bise., répètitton distinete dn soo. 
cor, snbst. maso., la quote-part que chacun paie dans nn fepas* 
£H, inteijection qui msirqne nldmiitttien, la si^priie. 
HÉ, autre inteij. que 1*ob emploie ordinairement pour appeler. i 

ET, coqlonction qui sert à lier tes mets et les jmsos. 
ENTER, verbe actif. II signifie vrefibr. 
HANTER, verbe actif. irsigni& fréquenter, visiter souvent. 
ESSE, subst. f., cheville de fer tortue, en forme d'S, qu'on met an bout 

de l'easien ; crochet au bout du iléan d*une balance.— HESSE, subst. 

f., pays d'Allemagne dans le cercle dn Haut-Rhin. — ^EST-CE, locn« 

tion interrogative, composée du verbe être et du ]»onom ce. 
ÉTAIM, subst m., la partie la plus fine de la laine cardée.— ÉTAIN, 

subst m., métal blanc très léger, qui est d'un grand usage.— 

ETEINS, verbe éteindre. 
BTANO, subst mas., éprend amas d*eau soutenu par une chaussée, et 

dans lequel m nourrit dn poisson.— ÉTANT, participe présent du 

verbe être.— ÉTEND, verbe étendre. 
EURENT, troisième personne pluiieUe du parf. défini dn verbe avoir. 
HURE, subst f., Qt s^aspire)^ la tête d'un sani^er, d'un saumon. 
URE, subst masc., espèce de tanxean sanvage commun en Prusse. 
EXAUCER, verbe actif, écouter favorablement une prière. 
EXHAUSSER, verbe actif, tenue dVrchitfeture, élever, rendre ^v» 

élevé.— FABRICANT, subst. niasc, cdui qui fiibrique. 
FABRIQUANT, participe du verbe fitbriqner. 
FAIM, subst f., désir et besoin de manger. 
FEINT (au féml feinte), participe du verbe feindre. 
FIN, subst. f., terme, ce qui termine, ce qui achève. 
FIN, adi. masc., (au fém. fine). 

FAIS, du verbe fiûie.— J?*AIT, subst mascn action, chose faite. 
FAIX, subst masc., charm, fiirdeau. 

FAISAN, subst masc., espèce de coq sauvage qui se nounitdans les bois, 
FAISANT, participe dn verbe fidre. 

FAITE, subst masc., le CMnUe d'nn édifice, le sonunet des arbres. 
FETE, subst fém., jour consacré au service de IKeni.réjfraâssance 

Xublique ou particidière-; etc. .:f Vix'î 

TIGANT, adtj. masc., (au féminin fatigante), qui donne de la fkugne. 
FATIGUANT, participe du verbe fittigner. 
FAUSSE, adj. fem. (.an masc. fiiux), qui n'est pas véritaUe. 
FOSSE, subst f., creux Isrge et profond dans la terre. 
FOSSÉ, subst. masc., fosse creusée en long.- FOUSSET, terme de 

musiquejpetite broche de bois. 
FERMANT, participe présent dn verbe fimner. 
FERMENT, subst. masc-, levain qui agite et divise les parties les pin» 

grossières d*UB corps. 



— iis^ 



t^RREMBNT, aubi». inaao., outil de fer. 

FEUlLLETjMibet. nutio — ^FËUILLAFT, du veite feuUler. 

FVUILLETTEt ralMt. fém., tonneau. 

FEUILLETTE, dn verbe feuilleter, tii prés, de l'indicatif. 

FEURRE, snbst mae c, paille de tonte lorte de Uè. 

FEURS, aubat. maac, pluriel, terme de jurieprudence. 

FI, interjection. 

FIL, ce oui aert à coudre — ^Tranchant d'un inatrument qui coupe. 

FILS, aubst maac., enfent ro&le par rapport an père et à la mère. 

FLAN, aubat. maac., aorte de tartre &ite avec delà crème. 

FL^NC, aubat maac., la partie de Tanimal depnia le défaut des oètea 

juaqu'auz hanchea. 
FOI, aubst. f., yertn par laauelle on croit fermement lea yérités que 

Dieu a révélées ; probité, ndelkè à garder sa parole. 
FOIE, aubat. masc., gToa viscère placé au-deaaous du diaphragme, et 

du cèté drdt. 
FOIS, subst. fém. Ce mot ne s'emploie qu'avec des noms de nombre ; 

une fus, deux fois. 
FOIX, cbef-lieu du département de TAriège. 
FOUET, subst. masc., inatrument pour lea cochera et lea charretiers. 
FOND, aubst masc., Pendrdt le plus bas d'une chose creuse. 
PONDS, subst. masc, somme d'aigent destinée à quelque us^^ ; capU 

tal d'un bien. — FONTS, subst masc., pi., grand vaissccitx où l'on 

conserve l'eau qui sert à baptiser. 
FORÊT, subst fém., grande étendue de pa^ couverte de bds. 
FORET, subst. masc., petit instrument de fer avec lequel on perce un 

tonneau^ 
FOREZ (le), ancienne province de France. 
FRAIS, subst masc. pi., dépense. 

FRET, subst masc., louage d'un vaisseau pour aller sur mer. 
FUMÉE, subst fém., vapeur épaisse qui sor ^es choses brAlées, ou 

extrêmement éohaulB^ par le feu. 
FUBAfi, ÉE, participe du verbe fumer. 
FUMET, flubait.. nuise, vapeur qui s'eiihale de certains vins et de cer* 

taiues viandes. 
FUMAIT, imparfait du verbe fumer. 
GAI, GAIE, adj., joyeux.-r-GUE, subst. masc., l'endroit d'Uhe Hvière 

où l'on peut passer sans nager. — GUET, subst masc., fonction da 

soldat mis en sentinelle pour épier. 
GAND, nom propre de ville.— GANT, subet. masc., partie de l'habill^ 

ment qui sert a couvrir la main. ^ 
GAZ, terme de chimie et de physique. 
GAZE, subst fém., étofl^ tort claire, fitite de soie, ou de fil d'or et 

d'argent 
GEAI, subst masc., oiseau d'un plumage bigarré, qui apprend à parler. 




secoi 

GRASi 

GRAS 

GRAU 

GREC] 

GRAY, 

volon 

GRES. 

moim 

GRIL, I 

rôtir 4 

GRIS, I 

^ahc 

GUERE 

GUERB 

deux ( 

HAUTE 

H0TE,1 

cabart 

HOTTE 

OTE, dfa 

LAC, su 

LAQUE 

LAm, a 

LAIE, SI 

forêt 

LAIT, SI 

toile, c 
LEGS, s 
LAON (0 
LENT, 

temeot. 
LEST, s 

vaiBsea 
LESTE, 

mouren 



tpe. 
ère. 

les côtes 

rites que 

agme, et 

nombre ; 

iftrretiors. 

'j^;capi- 
rx 0& Ion 

i perce un 



rMéet, oa 



et de cet* 



me rivière 
onction du 

l*babiU^ 



fil d*or et 
à à parler. 



JAIS, subèt. malc., •ubttance bitnmeuae, eolide, et d'un noir i. • lui- 
sant.— JET, aubst. maac, mot qui dérive du verbe jeter. 
GÊNE, subat; fén., torture, question; altuation pénible, incoiounode. 
GENES, nom propre de ville. , 

GOUTE, du verbe ffoftter.— GOUTTE, aubst. fém., petite partie d*une 

chose liquide, — GOUTTE, subst. fém., maladie qui aflbcte paiticu- 

lièrei^ntlea articulations. 
GRACE, subst. fém., faveur qu'on fuit & qtidTqn^ùii ëanë y être obligé ; 

secours que Dieu donne aux hommes. 
GRASSE, a4j' f^m., de gras, qui a beaucoup de graisse. 
GRASSE, ville de France. 

GRAISSE, subst. fém., substance onctuetiae et sisée à fondre. 
GRÈCE, subst. fém., nom propre de pays. 
GRAY, ville de France. — GRÉ subst. masc. (sans plurieOi bbnna 

vqlonté qu'on a de faire quelque chose. 
GRES, subst. masc:, pierre composée de graine de sàbl^ phîâ oit 

moins fins. 
GRIL, subst. mas., (on prononce gris), instrument de cuisilie, pottir faire 

rôtir de la viande ou dii poisson. 
GRIS, adj. masc^ (au fém. grise), cduteùr mêlée ptua ou tiioiiiB dé 

Uanc et dé noir. 
GUERE, adverbe dé quantité, pas beaucoup, peu. 
GUERRE, subst. fém., querelle, difièrend entre deux princèé, entra 

deux états. 
HAUTE, adjectif féin.» de haut. 
HOTE, subst. masc, (au fém. hôtesse), cetui qui tiettt âubél'g» eu 

c aba ret. 
HOTTE» subst. fém., sorte de panier qui est ordhulremént cï'oJéiet. 
OTE, db verbe ôtér. 

LAC, Bubstontif masc, (on prononce le o.) 
LAC^E» substantif fèm., gommé. 
LAâ^, adjeétif maâc, (au fem. lâîdè.) 
LAIE, subst fém.» la femelle du saiigliér ;— route coupée ààùà u&e 

forêt. 
LAIS, subst masc, jeune baliveau. 
LAIT, subst. masc, llqueut' ETaUcfie. — LE, siibst nuise, largeur d^nnie 

toile, d'une étoffi}, 
LEGS, subst. masc, don laissé par testament. 
LAON (on prononce Lan), chef-lieu du département dé l'Aisne. 
LENT, adjectif masc, (au fém. lente), tardif^ qui n'àgft pas pron^ 

tement. 
LEST, subst. masc, matière pesante,' dont on charge le fond d'un 

vaisseau pour le tenir en équilibre. 
LESTE, adjectif dès deux geni^, qui a de la légf^rêté daua ses 

mouvements. 

9 



— 130 — 

llCÉj.iubat. fém», lieu préjbaré pour lei courtes, lei combats }— fabrique 

de tapisserie ; — femelle cPun cnieti de chasse. 
LIS, subet. masc., fleur blanche ; — terme d'armoiries. 
LISSE, subst. fém., assemblage de grosses pièces de bois qui sert à 

lier les membres d'un vaisseau. 
LYS, subst. fém. (on prononce Ts), rivière des Pays-Bas. 
LIT, subst. masc, meuble. 0, 

LION, subst. masc., animal féroce. 
LYON, ville de France. 
LIVREE, subst. fém., habits de couleurs dont on habille les laquais, 

les cochera, etc. 
LIVRÉ, ÉE,. participe du verbe livrer. 
LIVRET, subst. masc., petit livre ; table qui contient les produits des 

neuf premiers chiflVes. 
LIVRAIT, du verbe livrer. 
IX>TH, subst. masc, (on prononce le t), nom propre d'homme, neveu 

d'Abraham. 
LOT, subst. masc. (on prononce le t), rivière de France. ^ 

IX)TTE, subst. fém., poisson d'eau douce. 
LUT, subst. masc, enduit pour boucher un vase. 
LUTH, subst. masc, instrument dont on joue en pinçant les cordes. 
LUTTE, subst. fém., sorte d'exercice ou de combat, où l'on cherche à. 

se terrasser. 
MAI, subst. masc, le cinquième mois de l'année. 
HAIS, conjonction adversative. 
MES, pluriel de mon et de ma, pronom possessif. 
METO, subst. masc, tout ce qu^on sert sur la table pour manger. 
MAIRE, subst. masc, chef d'une mairie. 
MER, subst. fém., amas des eaux qui environnent la terre ; — vase 

de terre. 
MÈRE, subst. fém., celle qui a mis un enfant au monde. 
MAFfRE, subst. masc, celui qui a des domestiques, celui qui enseigne 

quelque art ou quelque science, etc. 
MÈTRE, subst. masc, unité principale des nouvelles mesures. 
METTRE, verbe actif à l'infiniUf. 

MAL, subst. masc, (au pluriel maux), ce qui est contraire au bien. 
MAL, adverbe, de mauvaise manière. 
MALE, subst masc, qui est du sexe masculin. . 
MALLE, subst. f., sorte de coflfre. 
MANTE, subst. fém., grand voile fort long. . 
MANTES, ville de France. 
MENTE, sul^onctif du verbe mentir. 
MENTHE, subst fém., plante odoriférante. 
MARC, subst. masc, ce qui reste de plus grossier d'une chose qu'on a 

pressée ou fait bouillir. 



— 131 — 



MARC, nom propre d'homme. 

MARE, aubtt. fém., amas d'eaa dormante. 

MARRE, Bubtt. fém., espèce de houe dont se servent les vigneroDs. 

MARCHAND, substantif masculin, celui qui fait profession d'acheter 

et de vendre. 
MARCHANT, participe du verbe marcher. 
MAUR (Saint), bourg de France. 
MAURS, petite ville d'Auvergne. . 
MAURE, subflt masc. Con écrit aussi more), habitant d'une grande 

contrée d'Afrique. 
MORDS, verbe mordre. 
MORS, Bubsit. masc, partie de la bride qui se place dans la bouche 

du cheval. 
MORT, subst. fém., fin, cessation de la vie ; participe du verbe 

mourir* 
MAUX, pluriel du substantif mal. 

MEAUX^ ville de France. ' 

MOT, subst. masc., parole, assemblage de lettres. * - 

MESSE, subst. féip., sacrifice du corps et du sang de J.-C. 
METZ, ville de France. 

MOU, subst masc, poumon de veau ou d'agneau. 
MOU, adjectif masculin (au fém. molle), qui code facilemem au 

toucher. 
MOUD, du verbe moudre. 
MOUE, subst. fém., grimace que l'on fait par dérision ou par mécoBr 

tentement. 
MOUT, subst. masc, vin doux et nouvellement fait. 
MUR, subst. masc, ouvrage de maçonnerie qui renferme quelque 

esnace. 
MUR, MURE, adjec, se dit des fruits de la t^rre qui sont en saison 

d'être cueillis et mangés. 
MURE, subst. fém., fruit du mûrier. 
NAIT, verbe naître, au présent de l'indicatif. 
NET, adjectif masculin, (au féminin nette.) 



NI, conjonction négative. — ^^I'Y, locution composée de la négation ne 



lu'on » 



NET, adverbe, tout d'un coup. 
_ î^N'Y, 

et dô V. 
NID, subst masc, petit l(^ment que se fait l'oiseau pour pondre. — NIES, 

du verb(9 hier. 
NOIE,- du verbe noyer. — ^NOIX, subst. fém., fruit du noyer. 
PATE, subst. fém., ce qu'on donne aux gens de guerre, aux ouvriers. 
PAIE, du verbe payer. 

PAIX, subst. fém., état d'un peuple qui n'est point en guerre. 
PAIS, PAIT, verbe j^ître. 
PAIN, aliment ordinaire de la plupart des hommes. 



— 132 — 

PEINT, participe du verbe peindre. — ^PIN, lubst, masc, grand arbre 

toujours vert. 
PAIR, adjectif masculin, qui signifio égal, semblable, pareil. 
PAIR, subst. masc, titre de dignité. — ^PAIRE, subst. fém., couple 

d'animaux, mâle et femellet 
PERDS, verbe perdre. 

PÈRE, aubst. masc, celui qui a un ou plusieurs enfknts. 
PAN, subst. masc, partie considérable d'un vêtement ; une partie 

d'un mur, etc. 
PAON, subst. masc, (on prononce pan), oiseau domestique d'un beau 

plumage ; gros papillon, le plus beau d'Europe. 
PEND,^divverbe pendre. 
PANSÉ, ÉE, participe du verbe panser. 




, dessein, etc. 

_ _ feuilles nuées de violet et 

de jaune. 

PARI, s. m., gageure; somme gagée. 
PARIE, verbe parier, faire un. pan. 
PARIS, s. m., nom propre de la capitale de France. 
PARIS, nom propre d'homme» 
PAU, ville de France dans le Béam.— PEAU, s. f. (au plur. peaux), la 

partie extérieure de l'animal. 
PO, subst. m., fleuve d'Italie. « 

POT, s. m. (au plur. pots^ vase de terre ou de métal. 
PAUME, g. f., le dedans de la main, jeu de balle avec des raquettes. 
POMME, s. f., fruit du pommier. 
PÉCHÉ, subst. m., transgression de la loi divine. 
PECHER, 8. m., arbre qui porte la pêche. 
PECHER, V. neutre, transgresser la loi divine.— PECHER, v. actif, 

prendre du poisson. 

PEINE, 3. f., douleur PEINE, du v. peiner. 

PENE, s. m., partie de serrure. — ^PENNE, s. f., grosse plume. 

PERÇANT, part, du v. percer.— PERSAN, i., etadj., de Perse. 

PLAIN, adj. m., de niveau. — PLAINT, part, du v. plaindre. 

PLEIN, adj. m., qui est rempli. 

PLAINE, fém. de l'adj. plain.— PLAINE, s. f., plate campagne. 

PLEINE, fém. de l'adj. plein. 

PLAINTE, adj f. de plaint.— PLAINTE, s. f., gémissement.. 

PLINTHE, s. f., plate-bande. 

PLAN, subst. masc, surface plane, dessin d'un bâtiment. 

PLANT, subfit. masc, scion qu'op tire de certains arbres pour planter. 

PLUS TOT, adverbe de temps, le contraire de plus tard. 

PLUTOT, adv. qui signifie par préférence, préférablement. 

POELE, subst. mas., drap mortuaire qu'on met sur lo cercueil. 



POÊLE, 1 

POELE, 1 

POIL, sut 

POIDS, SI 

POIS, sub 

POIX, sul 

POING, SI 

POINT, SI 

ûh; sign 

POINT, ac 

PORC, sul 

PORE, sul 

PORT, sul 

acoeptio] 

POU, subst 

POULS, SI 

PRE. s. m. 

PRET, adj. 

PRÊT, sub 

PRÉCÉDi! 

PRÉCÈDE 

PRIE, du V 

PRIX, subi 

PROVIN, t 

PROVINTj 

PROVINS, 

PHOVINCI 

PROVINS? 

PUCE, sub 

du verbe i 

PUIS, verlx 

PUIS, adve 

profond ci 

PUY, nom ( 

QUE, prono 

cette parti 

RAIPONCE 

des buisso 

REPONSE, 

RAISONNE 

RÉSONNE! 

RANG, subi 

catif prése 

RAS, subst. 

RAUQUE, « 



— 1 3a — 



POÊLE, subst. masc. sort« de foumeftu de terre ou de fonte. 

POÊLE, subst. féin.(oH prononce poàle;, ustensile de caiaino. 

POIL, subst. masc, ce qui croit sur la peau de Panimal. 

POIDS, subst. masc, pesanteur, qualité de ce qui est pesant. 

POIS, subst. masc, légume rond et farineux. 

POIX, subst. f., matière gluante. 

POING, subst., masc., la main fé^ée. 

POINT, subst. masc , piqûre faite dans Péto^ avec une aiguiUe et da 

ûh; sigae de ponctuation. 
POINT, adverbe de négation. . ^ 

PORC, subst. masc, cochon. 

PORE, subst. mas, ouverture presque imperceptible des oorps. 
PORT, sub. m., lieu propre à recevoir les vaisseaux ; mot & diflitrentes 

acceptions, acti(Hi ae porter. 
VOU, subst. mas. (au pluriel poux), vermine, insecte. 
POULS, subst. mas., mouvement des artères. 
PRÉ. s. m., petite prairie .--PRÉS, préposition et adverbe. 
PRET, adj. m. (au fém. prête), mot qui signifie disposé, pcéparé* 
PRÊT, subst. mas., action de prêter. 
PRÉCÉDANT, participe du verbe précéder. 
PRÉCÉDENT, adj, masc. Tau fém. précédente), qui précède. 
PRIE, du verbe pner.— PRIS, PRIT, verbe prondre, parf. défini. 
PRIX, substantit masculin, valeur d'une chose. 
PROVIN, substantif masculin, cep de vigne couché en terre. 
PROVINT, verbe parvenir; au parfiùt déâni. 
PROVINS, viUe de France. 

PROVINCE, substantif féminin, grande division d*an état. 
PROVINSSE, imparfait du subjonctif du verbe provenir. 
PUCE, substantif féminin, insecte.—PUSSE, imparfait du suliyonetif 

du verbe pouvoir. 
PUIS, verbe pouvoir, prem. personne du sing. dn présent de Pindic&tif. 
PUIS, adverbe de temps et d ordre. — ^PUITS, substantif masculin, ttoa 

profond creusé pour avoir de l'eau. 
PUY, nom de plusieurs pays, 
QUE, pronom relatif et conjonction.->QUEUE, substantif fémtnia, 

cette partie qui est au bout de Pépine du dos ; — ^tonneau. 
RAIPONCE, &abstantif féminin, plante qui croit le long des haies et 

des buissons. 
RÉPONSE, substantif féminin, ce qu'on répond. 
RAISONNER, verbe intransitif^ discourir. 
RÉSONNER, verbe neutre, renvoyer le son. 

RANG, substantif mascalin, ordre. — REND, du verbe rendre, à l'indi- 
catif présent. 
RAS, subst. masc, étoflfo. — ^R AS, adjectif masc — RAT, subst. masc. 
RAUQUE, adjectif des deux genres. — ROC, substantif masc. 



— 134 — 

itOCH, nom propre d'homme. — CROQUE, du verbe roquer. 

RÉCENT, TE, adjectif.— RESSENT, du verbe ressentir. 

RECUEIL, bubstantif masculin.— RECUEILLE, du verbe recueillir. 

REIMS, ville de France.— RINCE, du verbe rincer à l'indicatif prés. 

REIN, substantif masculin. — RHIN, sul}stantif masculin, fleuve. 

RESIDANT, participe du verbe résider.— RÉSIDENT, subst. masc. 

RIS, du verbe rire.— R [S, subst. masc. — RIS, goi^ du veau. 

RIZ, substantif masculin, plante. 

ROCHER, subst. masculin. — ^ROCHET, subst. masc, sorte de surplis. 

ROME, subst. féminin, la capitale de l'Italie. — ^RUM, substantif mas- 
culin, eau-de-vie. 

ROMPS, HQMPT, du verbe rompre.— ROND, adj. masc. (ronde.) 

ROTE, subst. féminin, juridiction de Rome. — ROTE, du verbe roter. 

ROUAN, adjec. masc, se dit d'un chevaL — TROUANT, participe du 
verbe rouer. 

ROUEN, ville de France. 

ROUE, Bubétantif féminin. — ^ROUE, dû verbe rouer à Pindic présent. 

ROUX, adjectif masculin, de couleur rousse. 

SALE, adjectif, malpropre. — Sale, du verbe saler. — -ISALLE, sub. f. 

SAUÔi, subst. masculin, arbre. — SOL, substantif masculin, monnaie. 

SOL, substantif masculin, terroir. — SOL, note de musique. 

SOLE, substantif féminin, dessous du pied d'un cheval. — SOLE, sub- 
stantif féminin, poisson de mer. 

SAUT, s. m., action de sauter. — SCEAU, subst. m., cachet. 

SCEAUX, bourg de France.— SEAU, s. m., à porter l'eau. 

SOT, subst. et adj. m. (au f. sotte), sans esprit ; sans jugement. 

SEREIN, adj. m., doux et calme. — SEREIN, subst. m., vapeur. 

SERIN, subst m., oiseau. 

SOC, subst. m., partie de 4a charrue. 

SOCQUE, subst. m., chaussure. 

SOI, pron. pers.— SOIE, s. f, fil.— SOIS, du verbe être, à l'impératif. 

SOIT, conj. altem — SOUHAIT, s. m., désir. 

SON, s. m., bruit ; — partie grossière du blé moulu ; — ^Pronom. 

SONT, du verbe être. 

SOU, subst. m., monnaie. — SOUL, àdj. m., plein deirin. 

SOUS, préposition. 

SU, SUE, participe du venrbe savoir.^SUE, du Terbe suer, au présent 
de l'indicatif. 

SUS, SUT, part, indéterminé du verbe savoir. 

SUFFOCANT, adj. m. (au f. suffociCnte), qui suflbque. 

SUFFOQUANT, participe du verbe suflbquer. 

SUIE, subst. f., matière noire et épaisse. — SUIS, verbe être au présent 
de l'indicatif. — SUIS, du verbe suivre. 

SUJET, adj. m. (au f. sujette), soumis, astreint. 

SUJET, subs. m., cause, raison, motif. 



SURPAC 

SURFAS 

TACHE, 

TACHE, 

faire da 

TET, sub 

TAIS, TA 

posés ei 

T$S, plur 

TET, subs 

THE subs 

TEINT, pi 

TEINT, SI 

THAIN, h 

THYM, su 

TINS, TI^ 

TAN, subs 

TEMPS, s 

TANDIS, I 

TANTE, 8 

TENTE, d 

TAON, s. I 

TON, pron. 

TONDS, T 

TAUX, sub 

TAUPE, sii 

TORDS, T 

TORS, adj. 

TEINTE, p 

TEINTE, s 

TIRANT, i 

TIRANT, s 

TYRAN, 81 

TORTU, T 

TORTUE, I 

TOUE, sub« 

TOUT, s. n 

TOUX, subi 

TROIE, vil 

TROYES, y 

TROP, adv. 

TROPE, su 

VACANT, 8 

VAQUANT 

VAIN, adj. I 



— 135 — 



recueillir, 
atif prés, 
mve. 

ât. masc. 
I. 

le surplis, 
aintif mas- 

■onde.) 
erbe roter. 
a,rticipe du 



c. présent. 

E, sub. f. 
I, momiaie. 

OLE, sub< 



L 



eut. 
leur. 



'impératif. 



m. 



au présent 



) au présent 



SURFACE, subst. f., superficie, l'extérieur, le dehors d'un corps. 

SURFASSE, prés, du subj. du verl ) surfaire. 

TACHE, subst. f. (l'A est bref), souillure, marque qui salit, qui g&te;^ 

TACHE, subst. f. (l'A est bng), Touvrage, le travail qu'on donne à 
faire dans un temps fixe. 

TET, subst. /., linge qui sert d'enveloppe à un oreiller. 

TAIS, TAIT, du verbe taire.— TÉ, subst. m., fourneaux de mine dis- 
posés en forme de T. 

TÉS, pluriel de ton et de ta, pronom possessif. 

TÊT, subst. m., morceau d'un pot de terre cassé. 

THÉ subst. m., arbrisseau de la Chine* 

TEINT, participe du verbe teinte. 

TEINT, subst. m., manière de teindre ; coloris du visage. 

THAIN, bourg de France, (Drôme). 

THYM, subst. m., plante odoriférante. 

TINS, TINT, du verbe tenir, au pass. indét. 

TAN, subst m., écorce de chêne. — ^TANT, adv. de quantité. 

TEMPS, subst m., la mesure de la durée des choses. 

TANDIS, adv.— TENDIS, du verbe tendre à l'imparf. de l'ind. 

TANTE, subst. f.— TENTE, subst. f., pavillon. 

TENTE, du verbe tenter,' au prés, de l'md. 

TAON, s. m., mouche. — THON, s. m., poisson. 

TON, pron. poss. m. s^ — TON, subst. m., degré de la voix. 

TONDS, TOND, du verbe tondre au prés, de l'ind. 

TAUX, subst. m.» prix. — TOT, adv. de temps. 

TAUPE, subst. f. animal.— TOPE, du-^erbe toper. 

TORDS, TORD, du verbe tordre.— TORE, subst. m., moulure. 

TORS, adj. m., <tordu. — TORT, s. m., opposé à la justice. 

TEINTE, part, du verbe teindre. 

TEINTE, subs. f., terme de peinture.— TINTE, du verbe tinter. 

TIRANT, part, du verbe tirer. 

TIRANT, subst. m., cordon. 

TYRAN, subst. m., usurpateur. 

TORTU, TORTUE, adjectif.— TORTUE, du verbe tortuer à l'ind. 

TORTUE, subst, f., animal, 

TOUE, subst. f., bateau. 

TOUT, s. m., pron. indét., adj. m., et adverbe. 

TOUX, subst. f., maladie. 

TROIE, ville d'Asie.— TROIS, adj. num. des deux genres. 

TROYES, ville de France. 

TROP, adv.— TROT, subst. m., allure du cheval. 

TROPE, subst. m., figure de rhétorique.— TROP, adv. 

VACANT, adj. m., qui n'est plds occupé. 

VAQUANT, part, du verbe vaquer. 

VAIN, adj. m., inutile.— VAINCS, VAINC, du verbe vaiiere. 



— 136 — 

Vin, f . m., liqueur.— TINGT, nom de nombre. 

VINS, VINT, du verbe veniY à rimp. de Tind. 

VAINE, f. de riuH. v«itt — ^VÈIN£, s. f. conduit du lafig. 

VER, s; m., îmeere.— VfiRÏIÉ, e. m., corps fraospatent. 

VERS, 8. m., terme de poésiç. — VERS, prépodtion. 

V£RT,^adj. m., ae eouleur verte. 

VALAIS, s. m., pays.— VALET, siibst. m., domeàtique. 

VALAIS, VALAIT, Imparfait du verbe valoir. 

VALEZ, du verbe valoir. 

VALLÉE, 8. f., espace entre deux ou plustenni motOAgae». 

VAN, 8. m., instrument pour v&nner.-— VENDS, . vENl)» dit verb» 

vendre. 
VENT, s.- m., air mu aveo plus ou moins dé fapfdlt6. 
VANTE, du verbe vanter.— VENTE, du verbe Venter. 
VENTE, s. f, marché, débit de marchandiâes. 
VAUD, contrée de Suisse.— VAUX, VAUT, dtt vôrbé Vftlofar. 
VEAU, s. m., animal.— VOS, pronom possessif. 
VERSEAU, s. m., du zodlat^ue.- VERSO, s. m^rtecsùdis pigé. 
VICE, s. m., dèfiiut, fkute.— VIS, s. f^ponr visiér. 
VISSE, du verbe visser, à Hnd.— VISSE, dtt verbe voit, àtt sùts. 



flN. 



"'V; 



El 



DJ 




Dam 

sont et 

localité 

locales. 

Ces i 

rapport 

que du 

Comi, 

ses affa; 

des affi 

pour clii 

pays. I 

roisse oi 

une proi 

ses emp 

ses de c( 

Qu^esi 

choisie i 

dans le c 

Comm 

Par la m 

Que fa 

Il faut te 

l'année c 

fond de 1 



, NOTIONS 

ÉLÉMENTAIRES ET PRATIQUES 

SUR 

DIFFÉRENS SUJETS D'INTÉRÊT GÉNÉRAL ; 

SUR LES MUNICIPALITÉS, — LES ÉCOLES, LES TENURES SEI- 

* GNEURIALES, — LES HYPOTHÈQUES, LES GRANDS ET PE- 
TITS JURÉS, LES BILLETS PROMISSOIRES, MODÈLES 

d'actes CIVILS, ETC.. ETC., ETC. 






DES MUNICIPALITES. 



Dqtis quel but sont établies les autorités municipales ? — Elles 
sont établies dans le but de donner aux habitans des diverses 
localités de la Province les moyens de conduire leurs afiaires 
locales. 

Ces institutions ne sont-elles pas avantageuses sous d'autrtt 
rapports? — Qui, elles contribuent à avancer l'éducation politi- 
que du peuple. 

Comment cela ? — Parce qu'en apprenant au peuple à conduire 
ses affaires locales elles lui enseignent à juger de la conduite 
des affaires publiques. Car les autorités municipales sont 
pour chaque localité ce qu'est le gouvernement pour tout lo 
pays. Celui qui se rend capable de bien gouverner une pa- 
roisse ou un comté peut devenir plus tard capable de diriger 
une province. Le peuple apprend aussi par là à veiller sur 
ses employés, et 4 discerner les hommes probes et désintéres- 
sés de ceux qui ne travaillent que dans leur intérêt personnel. 

Qu*est'Ce qu^un Conseiller Municipal? — C'est une personne 
dioisie par une paroisse ou une localité pour la représenter 
dans le conseil municipal. 

Comment les Conseillers sont-ils élus, dqns le Bas- Canada f— > 
Par la majorité des habitans de chaque localité. 

Que faut-il pour être électeur à Sélection d^un Conseiller? — 
Il faut tenir feu et lieu, avoir résidé dans la paroisse durant 
l'année qui a précédé l'élection, avoir à son usage un bien- 
fond de la valeur de quarante chelins, avoir payé sa part de 

10 



— 138 — 

cotisation, et être âgé d'an moins vingt-et-nn ans. Les loca- 
taires doivent payer une rente d'au moins cinq louis en argent 
ou en produits. 

Quelle est la qvnlijication rcqvise pour être Conseiller ? — Il 
faut posséder un bien-fond de la valeur de cent cinquante 
louis, si c'est un conseiller de paroisse, et de cent louis si c'est 
un conseiller de ville ou de. village. 

.'.' Un Conseiller peiiiil être élu sans son consentement f— Oui, et 
s'il refuse d'agir, il peut être condamné à payer une pénalité 
de cinq louis d'abord, et d'un louis pour chaque jour qu'il re- 
fusera de prêter serment. 

Quelles sont les personnes gui pevvent refuser de servir, sans 
être assujellies à la pénalité ? — Ce sont les personnes qui ont 
plus de soixante ans, les membres de la législature, les méde- 
cins, les maîtres d'école, et tout meunier lorsqu'il est seul dans 
son moulin. Ceux qui ont été conseillers municipaux pendant 
deux ans, et ceux qui ont payé la pénalité, sont exempts de 
servir pendant quatre ans. '••• 

Quelles sont Us personnes qui né peuvent être élues? — Ce sont 
les personnes consacrées à la religion, les juges, autres que les 
juges de paix, les greffiers, (ceux-ci peuvent néanmoins avec 
leur consentement être nommés secrétaires-trésoriers de la 
corporation.) 

Qu'arriverait-il si la paroisse ne fesnit pas choix elle-même de 
tes conseillers ? — C'est que le gouverneur en nommerait lui- 
même. ^ 

Qu''est-ce qu^un Maire ? — C'est la personne choisie par les 
conseillers pour présider à leurs assemblées. Il doit être élu 
chaque année à la première réunion du conseil. 

Quels sont les pouvoirs et les attributions du Constil ? — Il règle 

tout ce qui a rapport aux chemins et aux pCnts publics, et au 

salaire de ses officiers. Il impose la cotisation nécessaire ; il 

fait des règlemens pour prévenir les incendies, pour décider 

les élections contestées, et pour la conduite de ses délibérations. 

Ses pouvoirs s'étendent à bjaucoup d'autres objets détaillés 
dans la loi. '*^*- ^^ '^w^- «'--^-i'-*^ e'/ï*t,Tw?îç-r^'.nv¥'îj.H_u..> t;** .•s.:3»i»'..vu.,7 

Quels sont les officiers nommés par le conseil? — Ce sont 1® un 
secrétaire-trésorier qui doit tenir un régître de tous les procé- 
dés du conseil et un compte des recettes et dépenses : 2*^ un 
député-grand- vOyer qui exerce la surintendance sur les che- 



mins 
faire 
luenl 
taire 

Pa 
prop.r 

Qu 

cotisa 

meub 

h y pot 

obliga 

tai}i t( 

Par 

Ils doi 

crétaii 

il suffît 
érigées 



{•il 



Est 

écoles ?- 
tant soi 
Covii 
et agraj 
qu'elle 
tiques d 
mulheui 
Sous le 
pas moii 
la prospi 
qui fait 
Sans ell( 
nations < 
exploitei 
sont ces 
Province 
l'iustruct 
peuple. 



— 139 — 

mins et les ponts de la municipalité, qui les trace et les fait 
faire sous la direction du conseil; 3® des cotiseurs qui éva- 
luent les propriétés et fixent le montant que chaque proprié- 
taire doit payer. 

Par qui doivmi être payées les dépenses du conseil ? — Par les 
propriétiiires suivant la valeur de leurs propriétés. 

Qu' nrriieraii-il si un propriétaire refusait de payer sa part de 
coiisutiun? — Le secrétaire-trésorier pourrait faire vendre ses 
meubles, et s'ils ne suffisaient pas, ses biens-fonds se trouvent 
hypothéqués spécialement par la loi, à cette fin, sans que cette 
obligation ait besoin d'être enregistrée j et au bout d'un cer- 
tain tems il peut faire vendre la terre. .j :;, /; i p:, -, 

Par qui doivent être signés les contrats passés par le conseil? — 
Ils doivent être signés par le maire et contresignés par le se- 
crétaire-trésorier. 

Lcy v'Mdgi s peuvent-ils former des municipalités séparées?— Oui, 
il suffit j)onr cela qu'ils contiennent quarante maisons ou plus, 
érigées daus un espace de trente acres en superficie.^ 



•vir> \r-^. 



DES ECOLES. 



Est il important, pour le peuple de ce pays, d^avoir des 
écoles? — Oui, c'est une affaire de la plus grande importance, 
tant sous le rapport moral que sous le rapport matériel. 

Comment cela ? — Parce que d'abord l'instruction développe 
et agrandit l'intelligence et toutes les facultés de l'esprit, et 
qu'elle rend l'homm3 meilleur, comme le prouvent les statis- 
tiques des prisons où la presque totalité des prisonniers sont des 
malheureux qui n'ont jamais reçu la moindre instruction. 
Sous le rapport matériel, les effets de l'instruction ne sont 
pas moins remarquables ; on peut dire qu'elle est la source de 
la prospérité des pays ; c'est elle qui améliore l'agriculture, 
qui fait fleurir le commerce et qui perfectionne l'industrie. 
Sans elles, nous nous verrions bientôt en butte au mépris des 
nations étrangères qui profiteraient de notre ignorance pour 
exploiter à leur avantaj.',e les ressources de notre pays. Ce 
sont ces considérations qui ont engagé la Législature de la 
Province à établir des écoles en grand nombre afin de rendre 
l'instruction aussi générale que possible parmi les ènfans du 
peuple. 



— . 140 — 

Par quel système pourvoit-on à Vinstructlon de ces enfans du 
peuple, dans te Bas-Canada? — Par un système de contribution 
également répartie ; c'est-à-dire que chaque propriétaire est 
obligé de fournir suivant ses moyens pour le soutien des écoles. 

Ce système est-il bon? — C'est celui qui est suivi dans les 
Etats-Unis, en France, et dans tous les pays éclairés du monde. 
Ses résultats ont toujours été des plus favorables. 

En vertu de nos loiSf par qui les écoles doivent-elles être régies, 
dans chaque localité ? — Par des commissaires choisis à cet effet. 

Combien doit-il y en avoir ? — Chaque paroisse doit en avoir 
cinq. 

Par qui ces commissaires sont-ils choisis? — Ils doivent être 
élus par les habitans tenant feu et lieu, à une assemblée qui 
doit avoir lieu le premier lundi de juillet. 

Qu*arriverait-it si les habitans ne faisaient point d*êleC' 
tion ? — Le gouverneur nommerait lui-même, d'après l'avis du 
surintendant, les commissaires qui choisiraient à leur tour les 
autres fonctionnaires. '' 

Un commissaire peui-tl être élu sans son consentement? — Oui, 
excepté pendant quatre ans après sa sortie de charge. 

Qîiels sont les devoirs des commissaires d'écoles ? — Ils doivent 
veiller à l'entretien des écoles, se procurer des maisons conve- 
nables, engager des maîtres ou des maîtresses, régler le cours 
des études, décider les contestations qui s'élèvent au sujet 
des écoles, faire prélever une somme égale à celle qui est 
allouée à la peroisse sur le fonds commun des écoles, fixer la 
rétribution que chaque enfant doit payer par mois. Ils ont 
le pouvoir d'exempter les pauvres de payer, et de poursuivre 
ceux qui refusent de payer leur cotisation. 

^ quelle condition une école a-t-elle droit à une allocation siir 
le fonds commun ? — Il faut qu'elle ait été en opération pendant 
an moins huit mois, qu'elle ait été fréquentée par au moins 
15 enfans, qu'il y ait eu un examen, et qu'un rapport en bonne 
forme ait été fait au surintendant, suivant la loi, par le maître 
et les commissaires. 

Quels sont les devoirs du secrétaire trésorier ? — Il doit tenir un 
régitre fidèle des procédés des commissaires, dont ceux-ci 
doivent faire rapport avant le premier juillet au surintendant 
des écoles. Ils doivent aussi tenir un compte des recettes et 
des dépenses. Le secrétaire-trésorier a droit de retenir deux 
et demi par cent sur les deniers qu'il perçoit. 



Qu( 

sont ] 
maire 
Les é( 
Que 
tendai 
veiller 
devoir 
à tenii 
les cor 
lature 
Bas-Cî 
il déci( 
maître! 
Deq 
doit êti 
et jusqi 
à celle 
autre s( 
plir ton 
Les U 
Oui, m 
tifs un 
Queil 
mens c 
1res éta 
En q 
mier m 
être paj 
moins q 
Comn 
et de Qu 
les, mai 
de la ci 
celle qu 
Ces VI 
campa gn 
recevoir 
sa popiil 
Quelh 



ns du 
ution 
re est 
coles. 
is les 
londe. 

régies^ 
t effet, 
i avoir 

it être 
lée qui 

avis du 
tour les 

?— Oui, 

doivent 

conve- 

le cours 

lu sujet 

qui est 

fixer la 

Ils ont 

Lirsuivre 



— 141 — 

Quelles pefsonnes sont regardées comme visiteurs d*écoks? — Ce 
sont les membres du clergé et de la législature, les juges, le 
maire, les colonels, majors et le plus ancien capitaine de milice. 
Les écoles doivent être visitées au moins une fois par an. 

Quels sont les dsvoirs du surintendant des écoles ? — Le surin- . 
tendant est une personne norr»' ie par le Gouverneur pour 
veiller à l'éducation dans toute l'étendue du Bas-Canada. Ses 
devoirs consistent à distribuer l'argent alloué pour les écoles, , 
à tenir un état correct de tout ce qui lui est soumis, examiner 
les comptes des écoles, et soumettre annuellement à la légis- 
lature un rapport détaillé sur l'état de l'éducation dans le 
Bas-Canada. Il est visiteur-général des écoles et comme tel 
il décide finalement los contestations qui s'élèvent entre les 
maîtres ou maîtresses d'écoles et les commissaires. 

De quelle manière la cotisation doit-elle être repartie ? — Elle 
doit être repartie sur tous les biens-fonds, suivant leur valeur, 
et jusqu'au montant nécessaire pour former une somme égale 
à celle qui provient du fonds commun des écoles, outre une 
autre somme de quinze par cent sur cotte dernière pour rem- 
plir tout déficit qu'il pourrait y avoir. 

Les terres non-concédées sont-elles exemptes de la cotisation ? — 
Oui, mais les seigneurs doivent payer pour leurs droits lucra- 
tifs un quarantième du montant de la cotisation. 

Quelles sont les propriétés exemptes de cotisation ? — Les bâti- 
mens consacrés au culte ou à l'éducation, les hôpitaux et au- 
tres établissemens charitables. 

En guet tems doit être repartie la cotisation ? — Entre le pre- 
mier mai et le premier juillet de chaque année, et elle doit 
être payée à demande, pourvu qu'avis en ait été donné au 
moins quinze jours d'avance. 

Comment se prélève la cotisation dans les villes de Montréal, 
et de Québec ? — On n'y prélève aucune cotisation pour les éco- 
les, mais le trésorier de ville doit payer à même les fonds 
de la cité, au bureau des commissaires, une somme égale à 
celle qui leur est allouée sur le fonds commun des écoles. 

Ces villes re(^oivent- elles la même proportion d''argent c^ue les 
campagnes^ sur le fonds commun ? — Non, Montréal ne peut en 
recevoir que le quart de ce qu'elle recevrait à proportion de 
sa population, et Québec les deux tiers. 

Quelles sont les qualifications requises pour tire instilU' 



— 142 — 

leurs? — Pour condiiiro nue écolo élémentaire, un instituteur 
doit pouvoir enseigner la lecture, l'écriture, les élémens de la 
grammaire, de îa géographie, et de l'arithmétique jusqu'à la 
règle de trois ; pour conduire une école-modèle il faut, outre 
ce qui précède, qu'il puisse enseigner la grammaire, l'analyse 
des parties du discours, l'arithmétique dans toutes ses parties, 
le mesurage, l'usage des globes, le dessin linéaire, la tenue 
des livres, la géographie, les élémens de la composition ; pour 
être professeur clans une académie, il faut pouvoir.enseigner 
toutes les branclie« d'une éducation classique. 

Qa* entend-on par bureaux iVexaminatevra 1 — Ce sont des per- 
sonnes choisies par le Gouverneur pour former un bureiu à 
l'effet d'examiner les instituteurs, et leur donner ou refuser des 
certificats de capacité. Il y a deux bureaux, un à Québec et 
l'autre à Montréal. Chaque bureau se compose de quatorze 
membres. Ils doivent se réunir les premiers mardi de mars, 
juin, septembre et décembre. 

hes i istitufeurs sont ils obligés de subir un examen devant les 
examinateurs? — Non, mais ils le seront à compter du premier 
juillet 1856, excepté les femmes et les personnes consacrées à 
la religion. *" ";, . 



DES TENURES. 



.;r>ÇiV.. 



Combien y-a-i-il de sortes de temires en ce pays? — Trois :1a 
tenure seigneuriale, la tenure en franc-alleu, et la tenure en 
franc et commun soccage. . 

DE LA TENURE SEIGNEURIALE, 

De que le manière le Canada a-t-il été établi ? — Quelque tems 
après la découverte de ce pays, par les français, le Roi de 
France accorda à certaines personnes de grandes étendues de 
terre auxquelles on donne les noms de seigneuries, fiefs, 
baronnies etc. En leur donnant ces étendues de terre, le 
roi les obligeait, I** à lui rendre la foi et hommage, c'est-à-dire, 
à reconnaître solennellement qu'elles tenaient cette terre du roi; 
2° à payer le droit de quint, c'est-à-dire, la cinquième partie du 
prix d'achat, à chaque vente ; 3<* à tenir feu et lieu, faire 
défricher la seigneurie ; 4** à concéder les terres à ceux qui en 
demanderaient, aux cens et rentes et redevances accoutumés. 



^ — 143 — 

Le seigneur pouvait-il vendre ces terres ? — Non, il ne pouvait 
que les concéder. Le colon qui était trop pauvre pour acheter 
une terre, demandait une concession. Avec tout au {)lus 
six innstres, il obtenait un contrat de concession et un acte 
d'arpentage. Mais il était obligé de défrichir la terre et il 
payait une rente tous les ans. 11 était aussi obligé de fUirs les 
chemins devant sa terre, de faire moudre son griin au moulin 
du seigneur, qui en retenait un quatorzième, et de donner 
quelques corvées pendant l'année ; à chaque fois que lu terre 
se vendait ensuite, l'acquéreur devait payer au seigneur la 
douzième partie du prix d'achat, ce qui s'appellait " lods e^ 
ventes." -s' •■■ : -• . - ,iMiiHi.im 

Le taux des cens et rentes et ait- il Jiré par la loi ? — Non, il 
différait dans les diverses parties du pays. Il fut toujours 
plus élevé dans le district de Montréal que partout ailleurs. 
Cependant dans la seigneurie du Lac des Deux Montagnes 
concédée au séminaire de Montréal en 1717, le taux est pres- 
crit comme suit : vingt sols et un chnpon pour ch'tque arpent de 
terre de. front sur quarante de profondeur, et six deniers de cens. 
Dans le district de Montréal les rentes ont presque toujours 
été d'environ deux sols pour chaque arpent concéîé ; dans les 
districts de Québec et des Trois-llivières,les rentes n'ont guè- 
res dépassé la somme de 6s. é^d. pour chaque terre de trois ar- 
pens sur 'rente. 

Les seigneurs ont ils toujours suivi les taux des premières con- 
cessions? — Quelques-uns ont continué à concéder aux rede- 
vances accoutumées. Mais après la cession du Canada à 
l'Angleterre, beaucoup de seigneurs s'imaginèrent que l'intro- 
duction des lois anglaisc?sdans ce pays les déchargeait de suivre 
les règlemens en usage dans la colonie pour la concession des 
terres incultes, et ils exigèrent des cens et rentes plus élevés 
que ne l'aurait permis le gouvernement français. Depuis 
1800 jusqu'aujourd'hui les taux se sont élevés progressive- 
ment, de sorte qu'au lieu de deux sols pour chaque arpent en 
superficie on en exigea 6, 10 et même jusqu'à 16. 

Y a t'il eu des plaintes à ce sujet ? — Oui, et en grand nom- 
bre. Mais malheureusement les cours de justice ont trop 
souvent favorisé les seigneurs au préjudice des censitaires. 

Les lods et ventes n* ont-ils pas aussi excité des plaintes ? — Oui, 
surtout dans les villes et les villages, parce que ce droit nuit 






— 144 — 

au commerce et à l'imlnstrie ; on le regarde avec raison comme 
une taxe imposée sur le travail des citoyens. 

Qu'est-ce que le droit de retrait ? — C'est le droit qu'a le sei- 

Snenr de reprendre les terres vendues en remboursant le prix 
'achat. Ce droit lui est donné pour empocher que les ache- 
teurs ne fraudent le seigneur, en prétendant avoir payé la 
propriété moins que sa valeur, et cela, dans la vue de jHiyer 
moins de lods et ventes. 

Qu^est-ce que le droit de banalité ? — C'est le droit qu'à le sei- 
gneur de contraindre les habitans de sa seigneurie d'aller 
faire moudre à son moulin les grains qu'ils recueillent dans l'é- 
tencluo de sa seigneurie. Si un seigneur ne bâtissait point de 
moulin, ou tenait le sien en mauvais ordre, les censi- 
taires auraient droit d'en construire eux-mêmes. Ce droit, 
d'ailleurs, n'a pas généralement été mis en force dans cette 
province. 

Qi^etit-ce que V exhibition de titres? — C'est une obligation 
par laquelle un acquéreur d'un immeuble doit, dans les vingt 
jours après son acquisition, commimiquer à son seigneur le 
titre en vertu duquel il est devenu acquéreur. 

Quels sont les droits honorifiques des seigneurs ? — C'est d'avoir 
un banc dans la place la plus honorable de l'église, d'avoir le 
premier l'aspersion de l'eau bénite, la recommandation aux 
prières publiques etc. Le seigneur a aussi droit d'être enterré 
BOUS son banc, avec les autres membres de sa famille. 



DU FRANC-ALLEU. 



' î 



Qu'est-ce quélefranc-aihu ? — C'est un héritage qui n'est sujet 
à aucuns devoirs seigneuriaux, tant honorifiques, comme la foi 
et hommage, que pécuniaires comme cens, quint, lods et 
ventes, et autres semblables. , , , .. ,, ,r 

DU FRANC ET COMMUN SOCCAGE. T' 

Qu'est-ce que la ienure en franc et commun saccage? — C'est 
celle par laquelle une personne obtient un octroi de terres, 
moyennant une certaine somme, laquelle somme ime fois 
payée libère entièrement le propriétaire de toute redevance. 
Les terres dans le district de Gaspé, et dans les comtés de 
Shefford, Stanstead, Megantic, Drummond et Sherbrooke 



sont tout 
Combie 
1831, il y 
avait sou 
occupées 
Trois-Ri\ 



DE L 



Quel es 

naître les 
quéreurs 
aflfaires, e 
et certitu 
ceux ave< 

Quels s 
Venrégisti 
sont, lo : 
priétés, pi 
notariées, 
pothèque. 
4o Les ji 
décembre 
à ces bien 
d'usufruit 
déclaratif 
ces môme 
môme ép( 
mineurs, i 
de nomini 
et réclam 
depuis le 

Qu'arri 
qu'ils ser 
effet, à Vi 



m 



— 145 — 

sont toutes concédées sous cette tenure. i 

Combien compte- t-on de êeigneuries dans le Bai- Canada ^— Kn 
1831, il y avait 230 seigneuries dans le Bas-Canada. Il y 
avait sous l'empire de cette tenure 1,928,628 ornons de terres 
occupées dans le district de Montréal, 402,712^ dans celui des 
Trois-Riviôres, et l,593,052j dans celui de Québec. , , , m^ 



'ir 



DE L'ENREGISTREMENT DES TITRES. 



.51(4 



Quel est le but dei lois d'enris^istrement ? — C'est de faire con- 
naître les hypothèques secjrôtes ; c'est pour donner aux ac- 
quéreurs et aux prêteurs toute la sécurité possible dans les 
affaires, en leur donnant les moyens de connaître avec facilité 
et certitude les hypothèques dont sont grevés les biens de 
ceux avec qui ils transigent. 

Quels sout Us actes qui, d'après cette loi, doivent être soumis à 
hnrégiatrementf pour la comervaiion des hypothèques? — Ce 
sont, lo : les actes d'aliénation ou contrats translatifs de pro- 
priétés, passés depuis le 31 décembre 1841. 2o : les obligations 
notariées, consenties depuis la même époque et emportant hy- 
pothèque. 3<* Les testamens faits après le 31 décembre 1841. 
4o Les jugemens, les actes judiciaires obtenus depuis le 31 
décembre 1841 «t qui peuvent en quelque manière avoir trait 
à ces biens, soit qu'ils prononcent sur le droit de propriété ou 
d'usufruit, ou qu'ils ne soient que constitutifs ou même 
déclaratifs de privilèges, d'hypothèques ou de charges sur 
ces même biens. 5o Les reconnaissances consenties depuis la 
môme époque. 6° Les actes de nomination de tuteurs à des 
mineurs, aussi faits depuis la même époque. 7o Les actes 
de nomination de curateurs à des interdits ; et enfin tous droits 
et réclamations emportant privilège et hypothèque et obtenus 
depuis le 31 décembre 1841. 

Qu'arrivtrait-il U ces actes n^étaieni pas enregistrés ? — C'est 
qu'ils seraient considérés comme sans force, nul et de nul 
effet, à l'égard de tout ac:iuéreur, donataire, créancier privi- 



y —146 — 

légié ou hypothécaire, devenu tel subséquemment, de bonne 
foi et pour bonne cause ou valeur. 

Qu^nrrivernil-îl si une personne vendait une propriété qu'elle 
saurait être hypothéquée, et sans déclarer cette hypothèque ? — Elle 
se rendrait coupable d'un délit, et pourrait être condamnée à 
un an de prison ou à une amende pécuniaire. 

JV'y a t-il que les actes passés après le 31 décembre 1S41, qui 
doivent être enregistrés, pour la conservation des hypothèques? — 
Non, la loi exige aussi que certains actes qui étaient en tbrce 
à cette époque soient enregistrés. Ce sont: 1® toutes les obli- 
gations notariées. 2** Tous les contrats, actes par écrit. 3^ 
Les jugemens, actes judiciaires. ^^ Toutes les reconnais- 
sances. 5<* Enfin tous les droits et réclamations emportant 
privilège et hypothèque. L'enregistrement de ces actes a 
dû être pris iwant le 1^ novembre 1844, pour avoir l'effet 
de conserver les hypothèques, suivant leur rang et priorité, 
après quoi, les actes sont devenus s'ils n'ont pas été enre- 
gistrés, de nul effet, à l'égard de tous subséquents acquéreurs, 
pourvu que ces acquéreurs subséquents aient fait enregistrer 
leurs hypothèques. A raison de son silence à cet égard l'on 
peut dire que la loi exempte de l'enregistrement les actes 
translatifs de propriétés immobilières, les testamens, les tu- 
telles, les curatelles, antérieurs au 31 décembre 1841. 

Est-il nécessaire que les titres originaires de concessions soient 
enregistrés? — Non. -,_,,;, 

Quelles sont les autres créances que la loi exempte des for- 
malités de V enregistrement ? — Ce sont 1^ }es arrérages de rente 
foncière pour 7 années. 2° Les frais d'inveîitaire. 3" Les 
frais de poursuite faits dans l'intérêt commun des créanciers. 
4<* Les frais funéraires. 5*^ Les frais de la dernière maladie. 
6** Les salaires des gens de seivices pour deux années. 

Dans quel tems un testament doit-il être enregistré ? — Dans 
les six mois après la mort du testateur, s'il décède dans la 
province, où dans dans le cours de 3 années, s'il décède dans 
un pays étranger. 

Uenrégistrement d^un titre donne-t-il aussi droit aux intérêts, 
et pour combien d'années ? — Pour deux ans et pour l'année cou- 
rante. Quant aux intérêts qui sont dûs pour plus de deux an- 
nées, le créancier peut conserver son droit de priorité vis-à-vis 
des tiers, en fesant enregistrer un sommaire particulier, spé- 



— 14:' — 

cifiant le montant de ces intérêts, autres que ceux tic deux 
années.' Ces intérêts ne s'entendent pas des arrérajres de 
rente constituée, viagère, de pension alimentaire, et de rente 
foncière. 

Qw! doit faire un mari, pour que, sa femme conserve V hypothè- 
que qiCelle a sur ses biens ? — Il doit en faire enregistrer un som- 
maire ; s'il ne le fait pas, il se rend coupable de délit et peut 
être soumis à des dommages et intérêts. Un parent, un ami, 
la femme elle-même peuvent faire enregistrer ce sommaire, 
au défaut du mari. «'> ïi^ " 

Qui est obligé de faire enregistrer le contrai de maria, e d^un 
mineur ? — Le père, la mère, ou son tuteur ; s'ils y manquent, 
ils sont solidaires des dommages que le mineur peut en souffrir. 

Quelles sont les obligations des tuteurs envers tes mineurs^ par 
rapport à V enregistrement des titres ? — C'est de faire enregistrer 
toutes les hypothèques auxquelles les biensdes mineurs peuvent 
être affectés, ou les leurs propres en faveur de leurs mineurs. 
Les subrogés tuteurs et tons les parens et amis qui ont con- 
couru à l'élection des tuteurs peuvent aussi veiller à cela, dans 
le cas où les tuteurs négligeraient de le faire. Les tuteurs ne 
peuvent intenter aucune action, en leurs qualités de tuteurs', 
avant l'accomplissement de cette formalisé. 

La même chose a-t-elle lieu à V égard des curateurs ? — Oui. 

L^enrégiitremeitt du soiirmaire cTune donation équivaut-elle à 
une insinuation ? — Oui. r* , iuM-mif:. 

Quels sont les créanciers privilégiés qui doivent faire enrégiS' 
trer leurs créances, pour conserver leuis hypothèques ? — Ce sont 
1® le vendeur pour le paiement du prix de vente. 2** ceux 
qui ont prêté les deniers pour le payer. 3*^ les co-héritiers et 
co-partageans, pour la garantie des partages faits entr'eux.' 4° 
les architectes, entrepreneurs et autres ouvriers. 5<* ceux qui 
ont prêté les deniers pour les payer. 

De quel jour date le privilège des ouvriers, et de ceux qui cfnt 
prêté les deniers pour les payer? — Du jour de l'enregistrement 
du premier procès-verbal qui constate l'état des lieux, pourvu 
qu'un sommaire du second procês-verbal qui constate la ré- 
ception de l'ouvrage ait été enregistré dans les 30 jours à 
compter de la date de ce second procès-verbal. 

Si lea créanciers privilégies ne font pas enregistrer leurs hypo- 
thèques, sont-ils néanmoins créanciers hypothécaires ? — Oui, mais 



— 148 — 

l'hypothèque ne date à l'égard du tiers que de l'époque de 
l'enregistrement du sommaire qui aurait dû en être fait. 

La femme peut' elle renoncer au douaire coutumier? — Oui, et à 
cette fin il lui est permis d'intervenir avec &on mari, dans la 
vente que celui-ci fait de ses biens, et de renoncer, par l'acts 
même, à son douaire légal ou coutumier, et à ses droits à cet 
égard. Mais la renonciation doit être expresse. ' * 

Sur quels biens, en ce cas, doit-être pris le douaire des en- 
fans ? — Sur ceux que leur mère n'aurait pas affranchis de 
son douaire, mais sur nulle autre propriété. 

En est-il de même à Cégard du douaire préfix ?— Oui. 

La femme peut-elle se rendre caution pour son mari ? — Oui, 
mais seulement en cfiialité de commune en biens. 

Une femme mariée peut-elle vendre ses biens conjointement avec 
ion mari?— Oui, 



m-fi- 



DES JURES. 



■ Il n'est pas nécessaire de répéter ici ce qui a déjà été dit 
tant de fois par les écrivains et les publicistes de toutes les na- 
tions sur cette institution du procès par jury ; tout le monde 
sait qu'elle est considérée dans tousies pays libres comme le 
palladium inviolable de la liberté du citoyen. Voyons seule- 
ment la manière dont cette institution fonctionne dans ce 
pays, les qualifications, les attributions et les devoirs des 
grands et des petits jurés, tant dans les affaires criminelles que 
dans les causes civiles. Pour cela, il suffit de parcourir et 
d'analyser, l'acte passé dans la session de notre législature, de 
1847, et qui règle l'assignation des jurés dans le Bas-Canada ; 
référant, pour ce qui pourrait être omis dans cet acte, à 
quelques lois provinciales passées antérieurement, et aux cri- 
minalistes anglais. 

La loi protège le juré ; l'individu qui le menacerait ouïe frap- 
perait serait sévèrement puni ; il est à l'abri de toute poursuite 
par rapport à son verdict. Mais ils sont eux-mêmes punis sé- 
vèrement pour les fautes commises en leur capacité ministé- 
rielle. Il leur est défendu de se séparer avant d'avoir rendu 
leur verdict j ils ne peuvent rien boire ni manger sans la per- 
mission de la cour. 



— 149 — 

Quand le juré a entendu tout le procès, et que l'adresse du 
juge est terminée, les jurés délibèrent entr'eux sur le verdict 
qu'ils vont -rendre. S'ils ne peuvent s'accorder immédiate- 
ment, ils se retirent dans leur chambre sous la garde d'un cons- 
table, qui ne peut leur parler que poiur leur demander s'ils 
sont d'accord sur leur verdict. 

Les jurés peuvent venir en cour, et demander une nouvel 
examen d'un témoin en tout ou en partie, ou à la cour les 
avis dont ils peuvent avoir besoin. 

C'est un principe admis que dans les offenses capitales, le 
jury ne peut être déchargé qu'il n'ait prononcé son verdict. 
Mais si onze jurés s'accordent sur le verdict et que le dou- 
zième refuse de concourir dans le verdict adopté par les autres, 
et qu'il dise qu'il aime mieux mourir en prison que de con- 
courir dans ce verdict, le jury entier doit être déchargé, et il 
faut procéder à im nouveau procès devant un autre jury. 

En vertu de cette loi il n'y a que les hommes entre 21 
et 60 ans qui peuvent servir comme grands ou petits-jurés. 

Les shérifs doivent avoir une liste de toutes les personnes 
qualifiées pour servir comme grands-jurés à la grande cour 
criminelle ; une autre des personnes qualifiées à servir aux- 
sessicr.r trimestrielles de la paix. Ils doivent aussi avoir ime 
liste <l]cs iits-jurés ainsi qu'une liste des jurés pour servir 
dans let i. i -es civiles. 

Pour servir comme grand-juré à la grande cour criminelle, 
il faut être propriétaire d'immeubles pour une valeur annuelle 
de j625, en sus des hypothèques et des rentes, ou locataire, à 
J660 par an, si c'est à Montréal ou à Québec ; à £40 si c'est à 
Trois-Rivières ou à Sherbrooke. Il faut aussi avoir résidé au 
moini une année dans ces villes avant la préparation des 
listes. : . :. . . 

Pour être grand-juré aux sessions générales de quartier de 
la paix, il faut être propriétaire d'immeubles pour une valeur 
de J615, ou locataire à .^40 par an, dans les villes de Montréal, 
et de Québec, ou à J620 par an, dans les villes de Trois- 
Rivières et de Sherbrooke. 

Pour être juré en matière civile, ou petit-juré en matière 
criminelle, il faut être propriétaire d'immeubles pour un mon- 
tant de £10, ou locataire à JE25 à Québec et à Montréal, 
ou à J£ 15 à Trois-Rivières et à Sherbrooke. 11 faut aussi ne 



/ 



Si 



> I 



— 150 — 

pas résider à plus de dix lieues de l'endroit ou siège la cour. 
Cependant dans le district de Montréal, les jurés peuvent être 
pris dans les localités* situées le long du fleuve ou de l'Ottawa, 
jusqu'à une distance de quinze lieues. La même chose à 
Québec, excepté sur la rive nord du fleuve où on ne peut pren- 
dre des juiés à plus de dix lieues. 

Les shérifs ont droit, pour préparer ces listes, de requérir 
l'assistance du maire, ou du cotiseur, ou d'un niarguillier, ou 
du plus ancien notaire ou oflicier de milico de chaque loca- 
lité. 

Ces listes doivent être fliitcs en duplicata, et signées par le 
shérif. Il en garde un double, et l'autre double est déposé 
comnie suit : les listes faites pour chaque cour de circuit sont 
remise s au greffier de celte cour ; les listes des jurés en ma- 
tière civiles sont gardées par le prothonotaire ; celles des 
grands et petits-jurés de la grande cour criminelle sont gardées 
au bureau du greffier de celte cour ; et celles des jurés qualifiés 
àsprviraux sessions criminelles de quartier sont remises au 
greffier de la paix. On peut avoir accès à ces listes, depuis 9 
jusqu'à 4^ heures, sans faire aucun déboursé. 

Voici la manière dont le shérif doit préparer ces listes: 
Ayant devant lui différentes listes contenant les noms des jurés 
dans chaque localité, il prend le premier nom qui se trouve 
sur chacune et les met les uns à la suite des autres. Mais si 
une localité avait deux fois autant de noms qu'une autre, 
alors le shérif doit prendre deux noms sur la première tandis 
qu'il n'en prendra qu'un sur la seconde ; c'est-à-dire, que 
chaque localité doit fournir sa proportion de jurés suivant sa 
population. 

Une fois ces listes faites, tous les noms ainsi mêlés, sont 
inscrits les uns à la suite des autres, sur un régitre. Tous les 
deux ans dans le mois de juillet, les listes sont renouvelées, 
c'est-à-dire, que l'on retranche les noms des personnes absentes 
ou mortes ou qui ont cessé d'être qualifiées à cette époque, et 
sans changer en aucune autre manière l'ordre dans lequel la 
première a été formée. 

■'• Les juges ont le droit de foire changer les listes lorsqu'il ap- 
pert sur preuve sommaire que le shérif a commis quelqu'er- 
reur. 

Les grands ou petits-jurés pour servir dans les affaires cri- 



— 151 — 

minelles, doivent être assignés à tour de rôle, en suivant 
l'ordre de la liste, commençant à la suile du dernier nom dans 
la liste de ceux qui ont été précédemment assignées, jusqu'à 
ce quo les listes soient épuisées, ei recommençant ensuite. 

Pour chaque terme des cours supérieures, en matière cri- 
minelle on ne peut pas assigner plus de 60 petits-jurés, ni plus 
de 36 pour les sessions de quartier. 

Les jurés doivent être assignés au moins dix jours d'avance, 
au criminel, et six jours au moins dans les affaires civiles. 

L'avocat de la reine ne peut récuser aucun juré sans donner 
ses raisons. L'accusé de meurtre ou de félonie ne peut en 
récuser plus de 20 sans donner de raison. ;, ,î . 

Les personnes suivantes sont exemptes de servir comme 
jurés: 

Les membres du conseil législatif et du clergé, les maîtres 
d'écolo, les avocats, greffiers, coroners, médecins, pilotes, of- 
ficiers militaires, employés des bureaux publics, officiers de 
douane, constables, huissiers etc. 

Les aubains ne peuvent servir que dans le cas dî'wiijury de 
medietaie linguœ. 

Une personne qui aurait été condamnée pour félonie ne 
pourrait servir comme juré. 

Pour faire choix d'un corps de jurés destiné à servir dans 
une cause civile, le prothonotaire prend les 48 premiers noms 
de la liste ; il est loisible aux parties de rayer chacune douze 
des noms ainsi pris; les 24 qui restent sont les jurés qui doi- 
vent être assignés par le shérif, et parmi lesquels seront pris les 
12 jurés rjui devront décider la contestation, appelant leurs 
noms dans l'ordre où ils sont sur la liste, et assermentant les 
douze premiers qui répondront à leurs noms. 

Comme les parties plaident devant les cours de circuit ont 
quelquefois droit à un procès par jurés, le shérif doit, aussitôt 
qu'il est enjoint de le faire, transmettre au grefiier de la cour 
de circuit où doit se faire le procès, une liste des personnes 
qualifiées à sej vir comme jurés, résidant dans tel circuit, avec 
les noms de baptême, surnom, résidence et qualité de ces per- 
sonnes. 

Los greffiers des cours de circuit doivent faire des listes des 
personnes qualifiées comme jurés, résidant, dans le circuit, au 
delà des limites assignées au shérif, en se procurant l'assis- 



v'w;' 



■jl: BCiULt»!!» 



— 152 — 

tance que le shérif a droit de requérir ; et les greffiers ont 
seuls le pouvoir d'assigner sur les listes ainsi faites, ainsi que 
sur celles qui leur sont transmises par le shérif, les jurés qui 
devront servir dans les causes civiles de la compétence de cette 
cour. 

Les cours de circuit ont le droit d'accorder un procès par 
jurés. 

Les procès par jurés, devant les cours de circuit, peuvent 
être entendus de même que les procès j)ar jurés au terme su- 
périeure, soit à toute séance ordinaire de la cour ; soit en va- 
cance, à quelque jour fixé à cette fin par la cour durant lo 
terme. 

En sus des honoraires qui peuvent être légalement exigés, 
il est aussi accordé 3 4d au crieur, et 1^ au tipstafi*. 

La loi, dans certains cas accorde aux j>arties le droit d'avoir 
un y«ry spécial. 

Dans ces cas, le^ shérif doit faire une liste des personnes 
qualifiées à servir comme grands-jurés, soit à la cour crimi- 
nelle, soit aux sessions de la paix, en y insérant le nom de tout 
notaire qui se trouve dans telles listes locales de jurés. 

Dans les causes entre marchand et marchand, pour affaires 
do commerce, l'une des parties peut exiger que la moitié des 
jurés soient marchands ou négociants, en suivant l'ordre dans 
lequel ils se trouvent sur la liste. 

Tout le jury même peut être composé de marchands si les 
parties y consentent. 

Mais si une partie des jurés assignés est récusée ou fait 
défaut et que douze jurés ne peuvent être assermentés, la 
cour, du consentement des parties peut ordonner qu'il soit pris, 
parmi les personnes présentes à la cour, autant de jurés qu'il 
en faut pour compléter le nombre requis. 

Les jurés spéciaux, ont droit à cinq chelins pour chaque 
verdict qu'ils rapportent. 

Toute personne assignée pour servir comme juré et qui re- 
fuse ou néglige de comparaître ou d'agir, sans donner de rai- 
son légitime, encourt une pénalité n'excédant pas cinq 
louis. 

Une personne qui refuse de donner aux personnes em- 
ployées à faire les listes de jurés les renseignemens néces- 
saires, peut-être condamnée à une amende entre cinq et vingt 
chelins devant un juge de paix. 



M 



\ 



153 — 



fiers ont 
linsi que 
lires qui 
! de cette 

3CÔS par 

peuvent 
?rme su- 
it en va- 
urant lo 

t exigés, 

t d'avoir 

ersonnes 
ir crimi- 
1 de tout 

' affaires 
oitié des 
aie dans 

ds si les 

ou fait 
ntés, la 
soit pris, 
rés qu'il 

chaque 

t qui re- 
r de rai- 
as cinq 

les em- 
! néces- 
et vingt 



LorsquVme personne est accusé de qiielqu'offense punissable 
par les lois, l'acte d'p,ccusation (indictment) est soumis au 
grand- ju ry. -- *-* - -* ' 

Si un de»ffrands-jurés n'est pas qualifié, le prisonnier peut 
le récuser alant que l'indictment soit soumis au grand-jury ; 
ou si cette (disqualification n'est connue qu'après le rapport de 
l'indictmedt, l'accusé peut l'opposer en défense. 

La cour nomme un des jurés chef (foreman) du grand-jury ; 
celui-ci prête le serment seul, et les autres le prêtent par trois 
à Itf fois. Cela fait, le président de la cour adresse (charge) le 
grand-jury. Son adresse traite ordinairement de l'état mo- 
ral du district, des indictmenta que les grands-jurés ont à exa- 
miner, et des devoirs qu'ils ont à remplir. Aussitôt, le grand- 



jury 



se retire : et les 



ne"' lents pyant été mis sous leurs 
yeux, ils procèdent à - xaii des témoins au .' > '.*en des ac- 
cusations. Les témoins sont sommés Tparsuàpœna (sommation^ 
pour comparaître devant le grand-jury, et peuvent être em- 
prisonnés pour mépris de cour, s'ils refusent de comparaître. 
Généralement ils n'entendent que les témoins du poursuivant. 

Les jurés après avoir entendu les témoignages doivent dé- 
cider sur la culpabilité de l'accusé. Pour donner cette dé- 
cision il faut qu'ils soient au moins douze Les jurés doivent 
admettre ou rejeter l'indictment en entier, c. a. d. qu'ils ne 
peuvent en admettre une partie comme vraie et rejeter l'autre 
partie xîomme fausse. Si l'accusé est coupable, le rapport du 
grand-juré se fait dans les mots suivans: true bill (accusation 
fondée) et dans le cas contraire, on substitue à ces. mots ceux 
de no bili (ace. non fondée). Si la preuve cherté n'a pas 
établi suffisamment la culpabilité ou l'innocence de l'accusé, 
le rapport «lu jury se fait par le mot ignoramus. Le grand- 
jury rapporte ensuite les indictments devant la cour;le/oreffum 
les remet au greffier de la cour, celui-ci lit à haute voix les 
noms des personnes accusées, et le rapport du jury. 

Le nombre des grands-jurés ne peut- être moins de 12 ni j^us 
de 23— (CAt<iyy lois criminelles.) 



'»?r^î'-"i 



tUirK"> 



12 



îTm 



1 :« 



— 154 — 



/ 



^- NOTIONS ÉLÊMENTAIREâr 

SUR LES '■'-' ^ 

CONVENTIONS LES PLUS ORDINAIRES, AVEC DES 
MODÈLES D'ACTES SOUS SEING PRIVÉ, ^- 
1 FORMULES DE QUITTANCES, BILLETS ETC. 



On appelle convention le consentement donné pour faire ou 
ne pas faire quelque chose réciproquement. 

Les conventions peuvent se faire par parole, mais ces con- 
ventions ne donnent point de sûreté ; l'on n'a alors d'autres res- 
sources contre ceux qui refusent de les exécuter que la preuve 
par témoins ou leur serment. La preuve par témoins ne peut 
pas être admise pour des choses dont la valeur excède cent 
ftancs, excepté lorsqu'il s'agit d'une affaire de commerce, ou 
lorsqu'on plaide devant les commissaires des petites causes, ou 
les cours de circuit, pour les affîiires au-dessous de £6 5. 

Si on ne peut pas faire la preuve par témoins, la seule res« 
source est d'exiger le serment de celui qui nie la convention 
ou la dette. C'est une règle génémle que le juge s'en rapporte 
au serment du défendeur, ou de celui qui est poursuivi en 
justice. :>■'> n-ifio-o: a.u\ "l ■ r-j, î ■ i ,i^im iiiU: 

Il est donc toujours prudent de faire les conventions pir 
écrit, soit par un acte devant notaires, soit par acte sous «etn^- 

Les actes pardevant notaires sont préférables, lorsqu'il s'agit 
d'une affîiire importante, et même la loi du Bas-Canada exige 
que tout contrat qui a pour but de transporter ou aliéner une 
proprié té immobilière soit fuit pardevant notaires. Les Town- 
ships cependant ne sont pas soumis à cette restriction. Les 
ventes de terres faite sous seing-privé dans cette partie du pays 
sont aussi valables que si elles étaient faites pardevant no- 
taires. « . ,., 



On appi 
promesses 
seulement 

Ces act 
connus, 
mettre la 
choses doi 
ce qu'on j 

Ces act< 
afin que 
devers ell 



Les vei 
des meubl 
sont facil< 
l'acheteui 
eût signé, 
mettre les 
ces et dép 
la livraisc 
la fin que 



Les soi 
de Ste. G 
François 
Claire, di 
qui suit, 

Moi, J 
val sous 
au dit R( 
teur est 1 

Cette ^ 
actuel, p 

Cette ^ 
tt d^une n 



N 



\ 



\ — 155 — 



CONVENTIONS SOUS SEING PRIVÉ. 






On appellajconwn/ions sous seing-privé les marchés, billets, 
promesses ewttutres conventions faites par écrit, et signées' 
seulement d^pl|)arties. 

Ces actes fjjnt foi en justice lorsque les parties les ont re- 
connus. ^ y a aussi cet avantage qu'ils servent à faire ad- 
mettre la /preuve par témoins, quand même il s'agirait de 
choses dont la valeur excéderait cent francs, parce qu'ils font 
ce qu'on appelle un commencement de preuve "vr écrit. «* 

Ces actes sous seing privé doivent toujours être faits dwibki 
afin que chacune des parties puisse en avoir une copie par 
devers elle. 

ACTES DE VENTE. >. r. . 

Les ventes par écrit sous seing privé ne se font que pour 
des meubles, des animaux, des grains, voitures etc. Ces acte» 
sont faciles à rédiger. Mais il faut d'abord que le vendeui et r 
l'acheteur sachent signer ; s'il n'y avait que l'un des deux qui 
eût signé, l'acte ne serait pas obligatoire. On commence pai 
mettre les noms des parties; on détaille ensuite lescirconstan-' 
ces et dépendances de la chose, on spécifie le tems et le lieu de^ 
la livraison, le prix, le paiement, les conditions, et on ajoute à 
la fin que cet acte a été fait en double, tel jour, à telle place. 



MODÈLE D'ACTE DE VENTE. 



. t-'i,yrtv%^ #, 



r.î 



Les soussignés, Joseph Gadbois, cultivateur de la paroisse 
de Ste. Geneviève, dans le district de Montréal, d'une part, et ' 
François Renaud, aussi cultivateur de la paroisse de la Pointe- 
Claire, district de Montréal, d'autre part, sont convenus de ce ! 
qui suit, (ou font la convention suivante) : 

Moi, Joseph Gadbois, je vends à François Renaud un che- 
val sous poil brun, âgé de trois ans, que je promets de livrer 
au dit Renaud aujourd'hui, à mon écurie (ou que le dit ache- 
teur est libre de prendre dès-à-présent.) 

Cette vente se fait pour le prix de vingt-cinq livres cours 
actuel, payable moitié comptant, et moitié dans six mois. 

Cette vente est aussi faite à condition : — (On spécifie au lon^ 
tt d'une maîdère claire toutes les conditions de la vente, sHl y en 



ng 



% 



-156- i 

r. ...etc. 2® Que le^vei 



i^ Que Pacheteur. . . .etc. 2" Que 1q^ vendeur. . . .etc. 3^ 

Que >. , 

Fait double à Ste. Geneviève, ce vingtième jOqr de mai de 

l*an mil huit cent cinquante. ,,, > 

JOSEPH GI^BOIS, 

ÎNAUD. 



:.> m 






FRANÇOIS 



S'il a été fait des renvois à Pacte, ces renvois doivent être 
•ignés des initiales des noms des parties. S'il y a des ajoutés 
au bas de Pacte, ces ajoutés doivent être signés au long. 



DES LOYERS DE MAISONS. 



T'-fî " 



'iuifî''* 



itf'.. 



*^,Iie bail pour des loyers de peu de valeur peut se faire ver- 
balement ou par acte sous seing-privé. 

Quand on veut passer un bail sous seing-privé, et il n'est 
anestion que de marquer : — 1^ La personne à qui on loue. 
8^ La chose. 3° Le tems du louage. 4<^ Le prix et le terme 
du paiement. .^f^ ,f^^inUt.. ■ 



MODÈLE DE BAIL SOUS SEINGwPBIVÉ. 



1 jU^ 



Je soussigné, Pierre Damien, loue à Joseph Gariépy, ouvrier 
de la cité de Montréal, une maison à deux étages située en la 
rue St. Charles, consistant en cinq appartemens, occupée pré- 
sentement par le sieur Duvert, avec ses appartenances et dé- 
pendances. 

Ce bail est fait pour une année, à compter du premier mai 
prochain pour le prix de vingt livres coumnt par année, 
payable à la fin de chaque mois. 

Fait double à Montréal le quinzième jour d'avril mil huit 
cent cinquante. 

;5^?I^ ; PIERRE DAMIEN, 

' '^fityl »« i?\)V$t:54t- :?.^,:'- : -i»u •ilîûU''; à ^fi-î JOSEPH GARIBPY. 

^- ■ 



Lespa 
jugent à 
la loi du 
respecti\ 

Le prc 
nir le loc 

he loo 
meubles 

Le pi 
comme 
caliers, f 
la maiso] 
par le ve 

Le loc 
tretieu, c 
négligen 

,'Le loc 
Pinlériei 
dans Pét 

Quanc^ 
priétaire 

Unlo( 
de payer 
autorité 



Le tra 
ce qu'ui 
sans le c 
faire sou 
pour la I 



4 



te. 30 
mai de 

IS, 
[AUD. 

ent'^ôtre 
ajoutés 

g- 



tire ver- 

il n'est 
on loue, 
e terme 

n't 



, ouvrier 
ée en la 
[)ée pré- 
s et dé- 



— 157 — 

Les parties peuvent Mouter toutes autres conventions qu'elles 
jugent à prones7->*Qnana les conditions ne sont pas stipulées 
la loi du poKs doit guider les parties dans leurs obligatioiifl 
respectivqp. 

Le proprUffiaire doit livrer la chose en bon état et mainte- 
nir le locataire dans la jouissance pendant la durée du bail. 

Lç locataire s'oblige à bien user de la chose» à la garnir de 
meubles qui répondent du loyer, et à payer. 

Le propriétaire est tenu de faire les grosses réparation», 
comme reconstruction de murs, planchers, cheminées, es- 
caliers, fosses d'aisances, portes, fenêtres, et autres parties de 
la maison péries par vétusté. Quant aux accidens arrivés 
par le vent, ou autrement, c'est le locataire qui en est tenu. 

Le locataire est aussi tenu de toutes les réparations d'en- 
tretien, comme de toutes choses brisées par violence, ou pai 
négligence. »... 

Le locataire peut faire tels changemens qu'il lui plaît dans 
l'intérieur de la maison, pourvu qu'il la rétablisse en partant 
dans l'état où il l'a trouvée. 

Quand il n'y a rien de spécifié dans le bail, c'est le pro- 
priétaire qui paie les cotisations. 

Un locataire qui aurait payé d'avance pourrait être obligé 
de payer au nouveau propriétaire si la maison était vendue par 
autorité de justice. 



lier mm 
année, 

nil huit 

MIEN, 
IIÉPY. 



DES TRANSPORTS. 



Le transport est un acte par lequel on cède à une personne 
ce qu'une autre nous doit. On peut transporter une dette 
sans le consentement de celui qui la doit. Cet acte peut se 
faire sous seing-privé, mais il n'y a alors aucune hypothèque 
pour la garantie. En voici un. 



Jr 



-158-P 

MODELE. I 



Le soussigné, L. M. (qualité, résidence) d'un^^rt, et P. R. 
(résidence, qualité) d'autre part, sont conv^us^de ce qui 
«uit : 

Le sieur L. M. cède et transporte au dit Slteùt P. R. la 
lomme de cent livres courant à lui due par A. 1^, suivant le 
billets (ou l'obligation, ou le compte) lequel billet a été pré- 
•entement remis par le cédant au dit sieur P. R. avec la sim- 
jple garantie de droit que la chose est bien et légitimement dû 
au dit cédant ; remettant le dit cédant au dit sieur P. R. tous 
ses droits, actions, hypothèques, et privilèges relativement à 
la dite somme, le présent transport fait moyennant la somme 
de quatre vingt livres courant qui ont été présentement comp- 
tés au dit sieur cédant, (ou le présent transport fait pour la 
gomme de* .«.due au sieur P. II. . . .par le dit cédant pour 
'telle cause moyennant quoi le dit sieur P. R. le tient quitte 
de la dite somme.) 

Fait double à Montréal le dix mai mil huit cent cinquante. 

L. M. 
P. R. 

n faut que le transport soit signifié au débiteur ; jusqu'à la 
lignification du transport, le débiteur peut se libérer en payant 
/'à celui qui cède. 

Les transports seraient nuls s'ils étaient faits en fraude des 
créanciers ou pour éluder un jugement ou si c'étaient des 
droits litigieux. 



DES PROCURATIONS. 



La procuration est un acte par lequel on donne pouvoir à 

quelqu'un de faire quelque chose pour nous. Les procura- 

Ùons sous seing-privé obligent celui qui les donne, mais les 

' ^procureurs n'ont alors aucune hypothèque sur les biens de 

Celui avec qui ils traitent. 



rf 



'■'v... 



n 



\ -159- 

On peut passer des procurations pour toutes sortes d^afiaires ; 
en général loraquUme procuration est passée soiu seing-privé, 
la substanoè de racte consiste à marquer le pouvoir que Ton 
donne et lei'bomes que Ton y met : 

^V MODÈLE. î 



Je soussigné donne pouvoir à monsieur J, . • .de faire telle 
et telle chose pour moi, promettant ratifier ce qu'il aura fait 
i la première réquisition que j'en recevrai. 

(Date.) (lieu.) 

JOSEPH TODD. 

Si la procuration est pour recevoir une sonîme, ou met :-— 
Je donne pouvoir à monsieur L,,,,de recevoir ■ lie somme tPun 
tel à moi due pour telle cause, d*en passer quittance valabU^ et à 
défaut de paiement faire toutes poursuite^ et procédures j^-êceS' 
saires. 

Si c'est pour vendre une chose, on met: — de vendre telle 
chose à moi appartenant, en tel endroit, aux prix, clames, concl'- 
tions et terme pour le paiement quHl jugera convenable. 

Si l'on veut imposer quelques restrictions ou c( nations 
particulières il faut l'expliquer dans la procuration. 

On peut aussi fixer le tems que durera la procuration. * 

Pour les afiaires importantes on passe ordinairement les pro- 
curations pardevant notaires. ' • 

La procuration finit par la mort du mandant ou du procu* 
reur, ou par la révocation^ ou par la constitution d'un nouveau 
procureur. ' ^ ' '^ 



OBJ.IGATIONS 



Lorsqu'il nous est dû quelque chose, soit pour prêt d'une 
somme, ou pour prix de quelqu'objet ^'^endu, ou pour balance 
de comptes que l'on veut régler, pour marchandises, ou 
pour valeur reçue, il est bon de faire passer à notre débiteur 



M- 



— 160 — f^ 

une obligation dans laquelle il recoiinatt avoir eu et reçu 
là chose, objet de la dette, et promet payer- à-jîous, ou au por- 
teur de l'obligation, la somme spécifiée, soit àjpremière de- 
mande, soit à des termes convenus. Il est b^ alors de lui 
faire hypothéquer à cette fin un morceau de terre sufiisant 
pour assurer le payement de la dette. On peut de la même 
manière régler des comptes pour loyer ou arrérages de loyer, 
faire discontinuer une action intentée par un avocat en ofirant 
de payer les frais. Il arrive quelquefois qu'un débiteur donne à 
son créancier quelqu'objet comme gage donné en nantissement 
que celui-ci s'oblige de restituer dès que son débiteur aura 
payé la somme, à défaut de quoi il fera vendre le gage après 
commandement donné à personne. Une femme séparée de 
biens peut s'obliger, lorsqu'elle est dûment autorisée à le faire. 
On peut, pour sûreté d'un paiement, faire déposer un billet 
promissoire, qu'on fuit endosser, sur lequel on se paiera en 
s'obligeant de remettre le surplus. Un mari et sa femme 
qu'il autorise peuvent s'obliger conjointement et solidaire- 
ment au paiement d'une somme. On peut faire une obliga- 
tion en faveur d'un tel créancier en sa qualité de tuteur élu 
en justice aux enfans mineurs de feu un tel. Un interdit peut 
s'obliger avec le consentement de son curateur, ou de sa cu- 
rât rice . Deux débiteurs peuvent s'obliger à payer une sonïme, 
chacun pour la moitié. 



CAUTIONS. 



•-.li 



On peut aussi, pour plus grande sûreté du paiement, exiger 
des cautions, soit des cautions simples, lesquels s'obligent à 
payer, après discussion du débiteur principal, soit des cautions 
solidaires, lesquels s'obligent conjointement et solidairement 
avec le débiteur principal à payer la somme spécifiée, en re- 
nonçant aux bénéfices de droit, et en fesant de l'affaire leur 
affaire propre et personnelle. Par exemple, lorsqu'on fait une 
transaction avec un fils mineur, on fait très-bien de faire in- 
tervenir le père comme caution. Lorsqu'un mari veut retirer 
les droits de sa femme encore mineure, on fait bien de lui faire 
donner caution contre tous recours de la part de qui que ce 
ce puisse être pour la somme payée. On peut aussi dans 
une vente se faire fort d'obtenir le consentement d'un tel 
eomme caution, et celui-ci peut plus tard se porter caution au 
gré du débiteur ou acquéreur. 




— 161 — 



..^ 



MARIAGE, COMMUNAUTÉ, 
SUCCESSIONS. 



Lorsque deux personnes se marient, elles sont libres de faire 
ou de ne pas faire de contrat de mariage. Si elles n'en font 
pas, elles seront ce qu'on appelle communes en biens : C'est- 
à-dire, que tous les biens meubles qu'elles possèdent au jour 
de leur mariage, et tous les biçns meubles ou immeubles 
qu'elles acquerront pendant la durée de leur mariage, sont 
également partagés entre les deux conjoints. Mais si l'im 
des époux possède des immeubles au moment de son mariage, 
ces immeubles lui appartiennent à lui seul ; de même toutes 
les propriétés immobilières qui lui viennent par succession ou 
par donation en ligne directe pendant son mariage, ne font 
pas partie de la communauté ; c'est-à-dire, que le conjoint les 
possède en propre, et que dans le cas où il mourrait sans en- 
fans, ces biens appartiendraient aux parens de ce conjoint 

seuls. 

Lorsqu'on fait un contrat de mariage, on peut y faire en- 
trer toutes les clauses qui ne sont pas contmires ami bonnes 
mœurs ou à la loi. On peut y stipuler que les conjoints seront 
séparés quant aux biens, et alors il faut, dans le contrat, faire 
l'énumération des biens possédés par chacun des conjoints au 
moment du mariage. Tout ce qui est acquis par la suite ap- 
partient au mari. Il jouit des biens de sa femme, mais il n'a 
pas le droit de les vendre, ni de les hypothéquer ; de son côté, 
la femme elle-même ne peut vendre ses propres biens sans 
l'autorisation de son mari. 

On peut faire un testament, et donner ses biens à n'importe 

qui. ; : ; .. ; V 

Lorsque quelqu'un meurt sans faire de testament, ses biens 
sont partagés entre ses enfans. S'il n'y a pas d'enfans, il 
vont à ses parens les plus proches, en degré. 



.* 



— 162 — 




DES BILLETS PROMISSOIRES, 



ET 



DES LETTRES DE CHANGE. 



On nomme billet promissoire mi écrit par lequel quelqu'un 
promet payer une somme à un autre. La forme de cet écrit 
est très-simple. Il est ordinairement ainsi conçu : — 

A demande^ (pu à trois, quatre, six mois), je promets payer 
à Mr* • . • ou à son ordre, la somme de,,», valeur reçue. 



Montréal, dix janvier 1850. 



(Signature.) 



Si on ne mettait pas ou à son ordre, le billet ne pourrait pas 
être négocié. Lorsque le faiseur ne sait pas signer, il faut au 
moins la signature de deux témoins présens à sa marque. 

!* Si le billet est payable à une banque, on doit dire :— 

'*" ^ .tf • . • • mois de cette date, je promets payer à Mr., • . . ou 
à son ordre, à la banque de ,,,, et non ailleurs, la somme de,»,* 
pour valeur reçue. ' ' 

' (Signature.) 

Montréal, 12 janvier 1851. 

On appelle endosser passer son ordre à un autre, ce qu'on 
fait en écrivant son nom sur le dos du billet. Les endosseurs 
répondent de la somme. .. ,. . ,, 

La lettre de change est un moyen facile de se transmettre 
l'argent d'un pays dans un autre ou d'une ville dans une 
autre. Supposons par exemple que A. demeurant à Montréal 
doive à B. qui demeure à Londres la somme de i£1000. 
Comme il y aurait du danger à transporter cette somme en 




— 163 — 

argent, on adopte le Jioyen d'une lettre de change. S'il se 
trouve que C. de Lgpdres, vienne à Montréal, il peut payer 
avant de pfrfïïTTesjeiOOO dûs à B. et prendre une lettre de 
change s^^^. de Montréal et s'en faire payer quand il arri- 
vera. Dt cette manière B. reçoit son argent, et C» emporte 
la valeur Je cette somme en papier, sans crainte d'être volé. 
On appcjlle souvent cette lettre une traite : La personne qui 
reçoit la valeur et écrit la lettre s'appelle le tireur, celle à qui 
iiJa lettre est écrite s'appelle le tiré ou l'accepteur, et la troi- 
sième personne qui donne la valeur pour la lettre s'appelle le 
payeur. Elle se rédige ordinairement comme suit : 

jeiOOO Montréal, dix Juillet 1860. 

A vue ou à trente (ou vingt ou quarante) jours de cette date 
payez à Mr, , ,,ou ordre, mille livres courant, pour valeur reçue, 

(Signature.) 

Si la lettre est pour un pays étranger, on fait ordinairement 
plusieurs lettres qu'on dit de payer (les autres ne l'étant pas.) 

Ces lettres de change se négocient de la même manière 
que les billets promissoires, en écrivant son nom sur le dos. 

Supposons une lettre de change tirée par A. sur B. payable 
à C. ou à son ordre et B. l'accepte : (on accepte en écrivant 
sur le revers du billet : accepté) C. l'endosse à D.; D. l'endosse 
à E.; E. l'endosse à F.; F. l'endosse à G. 

Si la lettre n'est, payée par aucune des parties, à G, G. doit 
poursuivre A. le tireur, ou B. le tiré ou accepteur, ou C. 
le payé ou premier endosseur ou D. ou E. ou F. 

Si F. paye la lettre il peut poursuivre A. B. C. D. ou E., ou 
chacun d'eux. 



li 1 






Um 



Ce qui suit est l'analyse d'un acte de la Législature Cana- 
dienne passé en 184<9, au sujet des billets promissoires et des 
lettres de change, et qui est encore en force aujourd'hui : 

Une lettre de change à l'intérieur (c. a. d. d'une ville à 
une autre dans le pays,) ou un billet promissoire, paya- 
ble à l'ordre d'une personne, doit être considéré comme 
négociable, et peut-être transporté par endossement soit en 



— 164 — 

entier soit en blanc, ou simplement panua livraison, et le pro- 
priétaire ou porteur, devenu tel par un éttdossen^t en blanc, 
a droit d'action, tout aussi bien que si rendossercûent eût été 
fait en entier. ^\ 

Pourvu que les mots valeur reçue soient exprimés sut la 
lettre ou le billet, on présume que la valeur a el^ en efièt 
reçue pour le montant du billet ou de la lettre de change. 

L'acceptation d'une lettre de change doit être écrite sur 
quelque partie de la lettre, sans quoi l'acceptation ne serait 
pas regardée comme suffisante. 

La loi accorde trois jours de grâce après le jour ou une lettre 
de change à l'intérieur ou un billet promissoire est devenu dû, 
(ou trois jours après que la lettre de change a été présentée 
si elle est payable à vue) pnur en effectuer le paiement. Ce 
tems de grâce expire dans l'après-midi du troisième jour à 
moins que ce jour ne soit un dimanche ou un jour de fête 
d'obligation ; dans ce dernier cas c'est la veille du dimanche 
ou de la fête d'obligation qui est censé être le dernier jour de 
grâce, ou l'avant-veille, si la veille se trouvait aussi fête ou 
dimanche. • ^; .- • ' .^ ^ 

Celui qui fait un billet payable à demande n'a droit à aucun 
jour de grâce ; le paiement peut en être demandé en tous tems, 
et il peut être protesté, du moment que le paiement en est 
refusé. 

Si une lettre de change ou un billet promissoire n'est pas 
payé lorsqu'il devient échu, ou le dernier jour de grâce, le 
porteur se trouve ipso facto en droit de recouvrer l'intérêt lé- 
gal sur la somme, à compter du dernier jour de grâce, quand 
même le billet ou lettre n'aurait pas été protesté. 

Lorsqu'il n'est pas spécifié dans le billet ou la lettre dans 
quel lieu il ou elle sera payé, ils peuvent l'être partout. 

De même l'acceptation d'une lettre est générale, hormis 
qu'il soit exprimé qu'elle sera payable à une banque ou à 
que! qu'autre place. Dans le cas où une lettre ou billet est 
payable à une banque, l'accepteur ou îe feseur n'est obligé de 
payer cette lettre ou ce billet, que lorsque le paiement en a 
été demandé à la banque. 






— 165 



Lorsqu'une lettre qe change est refusée par celui sur qui 
elle est tirée, elle peiu être protestée pour non-acceptation ; et, 
après qu'avja^j^-tronné au tireur, le porteur ou propriétaire * 
de la lettre^ peut en demander immédiatement le paiement à 
celui-ci, et il peut porter une action pour en recouvrer le mon- 
tant avec 1^ frais et l'intérêt, tout comme si la lettre était 
devenue dne et protestée pour non-paiement. Il n'est pas 
nécessaire, en donnant avis de la non-acceptation de la lettre, 
de présenter la lettre pour paiement. 

Les notaires du Bas-Canada sont seuls compétents pour 
noter et protester les billets et lettres de change. Les protêts 
doivent être faits en double par un notaire au bas ou sur le dos 
d'une copie de la lettre ou billet et ses endossemcns. Il n'est 
pas nécessaire, pour la validité de l'acte que le billet soit con- 
tresigné par un autre notaire ou par un témoin. 

Lorsqu'une lettre notée pour non-acceptation est ensuite pro- 
testée pour non-paiement, il n'est pas nécessaire de faire un 
protêt pour la non-acceptation; il suffit de dire dans le corps 
du protêt pour non-paiement, que la lettre a été notée tel jour 
pour non-acceptation. L'avis du protêt pour non-acceptation 
ou pour non-paiement doit être donné à la personne elle- 
même, ou à sa résidence, bureau ou place ordinaire de ses af- , 
faires. En cas de mort ou d'absence l'avis peut être laissé à 
sa dernière résidence, bureau ou place d'anaires. On peut* 
encore mettre l'avis au bureau de poste le plus voisin de la 
demeure ou du bureau de telle personne, en payant le port 
d'avance. Si la personne était en faillite, l'avis pourrait aussi 
être donné au syndic mais dans ce cas la lettre devrait avoir ^ 
été tirée ou endossée, ou le billet endossé, par le failli, avant 
que la commission de banqueroute fût sortie contre lui. 

Les protêts en duplicata d'une lettre ou d'un billet font 
preuve dans les cours de justice du Bas-Canada, et on doit, 
ajouter la même foi aux copies attestées comme vraies copies 
des originaux demeurant de record dans l'étude du notaire 
protestant. 

Lorsqu'une lettre de changé ou un billet est payable à un»; 
banque ou à une autre place seulement, il doit être, à son» 
échéance, présenté à cette banque, ou à cette autre place,, pour r 
paiement. .'T""X;' ',' J. ".■^■.j; .i'''^^ ■ • . ï'avwî». 



— 166 — 



méra 



Si la lettre ou le billet, est payable gé»{^ralemeut on doit le 
présenter, à son échéance, à l'accepteUl,iiuimfeseur, soit 
** personnellement soit à sa résidence ou à son BQMftvOU auUeu 
ordinaire de ses affaires. 4 

S'ils ne pouvaient être présentés de cette manié^, soit par 
la mort, ou défaut de résidence, au bureau de la^personne, 
alors ils pourraient être présentés à sa dernière place de rési- 



dence ou d'affaires connue. 



V 



A l'expiration de l'avant-midi du dernier jour de grâce, si 
le billet ou la lettre n'a pas été payé, le propriétaire le fkit 
présenter pour paiement, et à défaut de paiement le fait pro- 
tester pour non-paiement. Cette demande et ce protêt doivent 
être faits dans l'après-midi du dernier jour de grâce, sans quoi 
les parties autres que Taccepteur et le feseur sont déchargées 
envers le porteur, en conséquence de l'illégalité du protêt ou 
de l'avis de protêt. 

L'avis du protêt pour non-acceptation d'une lettre ou non- 
paiement d'un billet peut être fait dans les trois jours après le 
protêt. -.rn;-^icn -..,.: ' .'■■■_ -'v.vVi. .i ■ ..m.- , .-..ù -;.-. , 

H n'est pas nécessaire qu'avis de la non-acceptation soit 
servie à toutes les parties à la lettre ; mais si la lettre est en- 
suite protestée, l'avis du protêt doit aussi mentionner qu'elle a 
été notée pour non-acceptation. Le porteur de la lettre a tou- 
jours le même droit contre toutes les parties. 

Là où il n'y a pas de notaires les juges de paix peuvent pro- 
tester les billets. Le juge de paix doit alors mentionner les 
raisons pour lesquelles il a été obligé de protester lui-même. 

En escomptant un billet ou une lettre de change, on peut 
retenir le montant de l'escompte ou l'intérêt sur le principal 
au tems où ce billet sera escomptée ou cette lettre reçue. , 

Une personne qui escompte un billet ou qui reçoit une lettre 
de change payable dans le Bas-Canada, mais à une distance 
du lieu où ce billet doit être escompté, a droit de retenir, en 
outre de l'intérêt légal, une commission suffisante pour dé- 
frayer les dépenses d'agence ou de collection de ce billet; et le 
porteur de ce billet a, malgré cette commission, le droit de re- 
couvrer le montant entier de ce billet, avec intérêt après 



/ 



yj^\ —167— 

ifprelèt, t3bt comme s'il n' 



avait été payé aucune 



échéance ef pMèt, t^l 
dépense de commissiez. 

Cette com m j s aigtf île doit pas excéder un par cent sur le 
montant du «billet. . my» 

Quand n^éjme un billet aurait été fait pour quelque consi- 
dération tuùrairey si la personne qui en est le porteur ignorait 
le fait lors de la réception de ce billet, la transaction ne laisse 
pas d'être valide. 

Pour 1p décision des cas auxquels les lois en force dans le 
Bas-Canada ne pourvoient pas, c'est à la loi anglaise qu'il 
faut avoir recours. Mais les parties peuvent toujours être in- 
terrogées surfaits et articlesy ou sur serment décisoire. 

Les lettres de change à l'étranger {foreign bills) payables 
dans le Bas-Canada, sont assujetties à toutes les dispositions 
de cet acte par rapport aux billets promissoires, quant à ce qui ' 
regarde les protêts, avis ou commission, mais seulement à l'é- 
gard des parties résidentes dans le Bas-Canada. 

La prescription des billets ou des lettres de change soit à 
l'intérieur, soit à l'étranger, est de cinq ans. 



DES QUITTANCES. 



Qu£gid on achète quelque chose chez un marchand, on n'a 
pas besoin de quittances, parce qu'on suppose que l'argent a 
été payé lorsque la chose achetée a été livrée, hormis qu'en 
ait un compte avec le marchand. 

Les quittances de paiement d'immeubles doivent se faire 
pardevant notaires. 

Lés quittances de choses mobilières peuvent être faites sous 
seing-privé. Leur forme est très-simple. 

REÇU GÉNÉRAL. ^ 

Montréal, 2 Avril 1850. 

Reçu de J. L. la somme de deux cent livres courant pour 
solde de tous comptes jusqu'à ce jour. 
£200 A. B. 



-i. 



tHUoJw 



-^168- ; 

REÇU A compt;;^. 

Reçu de J. L. la somme de cinquantowlijq^ courant à 
compte. /. 



if' TîJO''] : 



^•.■f 



REÇU D'ARGENT POUR UN AUTRE. 

Montréal, 2 avril 1850. 
Reçu de J. L. la somme de cent cinquante livres courant 
pour le compte de C. D. 



£150 



f-j y i <■ 



A. B. 






fi Ji- . 






■'■ I r ',:...' • '" '■ '• .1.» •T.-!'') <• 



£S;;-r^v" - 












FIN. 



50 î^:i(i 



Il 1 ■ ; ■ 






■IJ 



,f <■ 



."; ;> J :7îii\>. .^ivi-'-' ;••'■ 









• i 






-..^ n 






DICTIONNAIRE 



\ 



D'ORTHOGRAPHE, 

OV LA PRONONCIATION EST INDIQUÉE LORSQU'ELLE 
-, ' EST IRRÉGULIERE 

., - ■■■ .■■■■■ ■■' ' ..- ■ !-A 



-A 









.,ji' 



A| «. «. Toyelle, Ire lettre. 
A, Smo poraonne du c. du pr. 

de l'Ind. du verbe atroir. 
A, pr. prend l'acc. grave.[lité' 
Abaissement, «m. olm. huini>. 
Abaisser, v. avilir. [geiice.' 
Abandon, «m. délai, nëgli- 
Abandonnement, «m. action d' 
Abandonner, «.délaisser, livr. 
Abasourdir, v. étourdir, accabl. 
Abatage, nu. coupe des arbres. 
Ab&iardir, v. altérer, dégénér. 
Abfttardi88ement,<ni. altération, 



A 



Ablution, «/. cérémonie relig. 
Abnégation, </. renoncement. 
Aboiement, «m. cri du chien. 
Abois, am. pi. extrémité. 
Abolir, V. annuler, supprimer. 
Abluer, v. raviver l'écriture. 
Abolition, af. action d'alwlir. 
Abominable, a, exécrable. 
Abominablement, ad. 
Abomination, af. détestation. 
Abondamment, ad. avec 
Abondance, af, grande quanti 
Abondant, e, a. qui abonde. 



bâtis, «tn. choses abattucs,l|Abon(ler,'v. être en abondance. 
Abat-Jnur, am. volet, [restes. J Abonnement, am. marché. 



'!.\X 



Abattant, am. partie de meub. 
Abattement, am. affaiblissemcp. 
Abattoir, «m. tuerie de besti. 
Abattre, r. mettre à bas, afial. 
Abat-vent, am. toit, paillasson 
Abbatial, pi. aftx, a. & l'abbé 
Abbaye, af. {obéi) couvent. 
Abbé, «m. cliaf d'abbaye. .^ 
Abbesse, af. supéffienr 4|ll»«;l 
Abc. «m. {fMeé) livret. [Ite/e.J 
Al)cés, am. apostéiAe ouvert. 
Abdication, af l'action d> 
Abdiquer, «.renoncera. 
Abécédaire, a. d'ordre alphab. 

Abecquer ou Abéqué, v. ûon- 
ner la becquée. 

Abeille, af. mouche ft miel. 

Aberration, «/'. (rr) mouvement 
apparent des étoiles. 

At)étir, V. rendre bête, [aem.l 

Abhoc et ab hac, /. ad. contu- J 

\bhorrer, v. avoir en horreur. 

Abîme, am. gouffre. 

Abîmer, «.précipiter, ruiner. 

Ab irato, loe. ad. en colère. 

Abject, e {abiek) vil. 

Abjection, af. abaissement. 

Abjuration, af. action d> 

Abjurer, «. renoncer &... 



Abonner, «. faire un abonnem. 
Abonnir, «. rendre bon. 
Abord, «m. accès, affluence. 
Abordable, a. qu'on peut abord. 
Abordage, am. acte d'atwrder 
Aborder, «. accoster, débarq 
Abomer, v. mettre des bornes. 
Abouchement, am. action d' 



Aboucher, v. réunir pour parL 
Abouter, «.joindre 2 bouts. 
Aboutir, v. suppurer, tendre à. 
Aboutissement, «m. acl. d'à-"! 
Aboyer, «.japper. [boutir.J 
Abrégé, am, raccourci, précis. 
Abréger, v. raccourcir. 
Abreuver, v. faire liuire. 
Abreuvoir, am. on on abreuve. 
Abréviateur, am. qui abrège 
Abréviation, sf. retranchement. 
Ai)ri, cm. lieu à couvert. 
Abricot, en. fruit à noyau. 
Abricotier, am. arbre fruitier. 
Abriter, «. mettre à l'abri. 
Abrogation, «/. action d' 
Abroger, «.annuler. 
Abrutir, «. rendre brute. 
Abrutissement, am. stupidité. 
Absence, af. éloignemenu 
(Absent, a. et s. éloigné. 



Absenter (s') «. s'éloigner. 
Absinthe, af. plante amére. 
Atnolu, a. impérieux. 
Absolument, ad. tout-à>fnit. 
Absolution, sf, act. d'absoudre. 
Absorbant, «m. et a. qui absor. 
Absorber, «.engloutir. 
Absorption, af. act. d'absorber. 
Absoudre, «.déclarer innocent. 
Absoute, af. absolution. 
AbFtenir, (s>), «. se priver. 
AI)Mergent, a. qui absterge. 
Absiurger, «.nettoyer. 
Abstinence, sf. act. de s'absten 
Abstinent, a. bré. 
Abstraction, . act. d'abstrair. 
Abstractivenii-nc, ad. vaguem. 
Abstraire, v. abr<l>ger, séparer. 
Abstrait, a. vague, indélini. 
Absurde, a. c«<ntralre à la ral>*l 
Absurdement, ad. avec [son.J 
Absurdité, sf. qui est absurde. 
Abus, am, mauvais usage. 



Abuser, o. tromper, user mal. 
Abusif, a, contraire aux réglai 
Abusivement, ad. par abus. 
Acabit^ siR.'qualité vague. 
Acadénilcien, an. membre d* 
Académie, sf. compagnie sar. 
Académique, a, d'académie. 
Acaçnarder, v. amollr. 
Acajou, am, arbre. 
Acanthe, af, plante. 
Acariâtre, a. d'humeur aigre. 
Accablant, a. qui accable. 
Accablement, sm. action d' 
Accabler, «.abattre, surchar.i1 
Accaparement,9m.act.d>rger. J 
Accaparer, v. amasser, fpar*! 
Accapareur, «.et a.quiacc»-J 
Accéder, v. consentir. 
Accélération, sf, action d> 
Accélérer, «. hâter, presser. 
Accent, am, si^ne, mbdulstfoib 



il 



ACH 



ADM 



AFF 



Aocontuaiion, «/ manifero d' 
Accentuer, v. mettre doa aeceni. 
Acceptable, a. qu'on peut ac-n 
Acceptation, «/. act. u* [cept.J 
Accepter, t». recovoh*. 
Acception, «/. préft^rence. 
Accèd, am. abord, retour. 
Accessible, a. abordable. 
Accession, «/.consentement. 
Accessit, «m. i. (t) récompense. 
Accessoire, a.molDs important. 
Accessoirement, i</.parar.cea-1 
Acciuont,«m.caii l'nrtuit.rsoire J 
Accidentelle, a. fortuit, [sard.'l 
Accidentoilement,a<l.par ha>J 
Acclamation, «; »t. cri de joie. 
Acclimater, v. accoutumer. 
Acco4ade, «/. cfubrasdcm. trait, 
Accoler, V, embrasser, réunir. 
Accommodable, a. facile. 
Accominodiiço, «m. apprôt. 
Acc(miinodemo«it, am. accord. 
Accommoilur, v. arranger. 
Accompagnement, am. act. d' 
Accoinpa^^ner, v. aller avec. 
Accomplissement, «m.actiond' 
Accomplir,v. bchever,exëeuter 
Accord, snt. harmonie, union. 
Accorder, v. céder, concorder, 
Accostable, a. de facile abord. 
Accoster, V. aborder. 
Accotter, «.appuyer de cOté/a. 
Accoucher, r. enfanter. 
Accouder (s>), t. s'appuyer. 
Accoudoir, am. appui. 
Accoupler, v. joindre par deux. 
Accourcissement, am. act. d' 
Accourcir, v. diminuer. 
Accourir, v. courir en un lieu. 
Accoutrement, am. habit ridic. 
Accoutrer, v. parer ridiculem. 
Accoutumer, r. habituer. 
Accréditer, v. mettre en crédit 
Accroc, «m. déchirure, obstacle 
Accrochement, 99. action d' 
Accrocher, v. suspendra à 
Accroire, v. faire croire. 
Accroissement, »ni.aggrandiss. 
Accroître, v. augmenter. 
Accroupissement, am. act. de s' 
Accroupir (s*), v. s'asseoir. 
Accrub, af. augmeittaiioa. 
Accue)l,«m. (aAeut^). réception. 
Acuelilir, v. recevoir, [coin.! 
Acculer, v. pousser dans unj 
Aceumulctteur,«iii. qui amasse. 
Accumulation, af. amas. 
Accumuler, v. amasser. 
Accusateur,trice,«. qui accuse. 
Accusation, sf. action d' 
Accuaer, v. imputer,reprocher. 
Acena, am. ou Âcense, /. ferme. 
Aeensement, •»>. action d' 
Aceiuer, v. donner à ferme. 
Acerbe, a. âpre. [niâire.*] 
Acharnement,*»!, foreur opi-J 
AiÂarneri «.Irriter, s*attacher. 
Achat, Mi.empleue,acqui8ition 



Acheminement, Ml. action d* 
Acheminer, v. mettre en train 
A neter, «. acquérir. 
Achèvement, am, fin. 
Achovar, v. finir, compléter. 
Achromatique, a. qui fait voir 
les objets sans couleur ë-1 
Acide, a. aigre. [trangére.J 
Acidité, af. qui est acide. 
Aciduler, v. rendre acide. 
Acier, am. fer épuré; 
Acolyte, «m. clerc. [seux.l 
Acoquiner, v. rendre pare»-J 
Acoustique, af. traité des sons. 
Acquéreur, am. qui acquiert. 
Acquérir, v. se |irncuror. 
Acquiescement, am. action d' 
.\cquiescor, v. consentir. 
Acquis, am. savoir, talents. 
Acquisition, af. act. d'acquérir. 
Acquit, am. quittance. 
Acquittement, am. action d* 
Acquitter, v. payer. 
Acre, af. mesure agraire. 
Acre, a. piquant, caustique. 
Acreté, af. qualité acre. 
Acrimonieux, se, a. qui a de I' 
Acrimonie, af. élcreté. 
Acte, am. action, écrit. 
Arteur,trice,«. qui joue unrOle 
Actif, ve, a. qui agit. 
Action, af. opération, frais. 
Ac tionnaire ,sm.qul a une action 

Actionner, v. agir en justice. 
Activement, ad. avec activité. 

Activer, v. donner de 1* 

Activité, af. faculté active. 

Actuel, le, a. effectif, présent. 

Actuellement, ad. préaentem. 

Acutangle, a. à angles aigus. 

Adage, am. proverba 

Adapter, v. appliquer. 

Addition, af. [dd.) opération. 

Additionnel, le, a. ajouté. 

Additionner, v. ajouter. 

Adhérence, af. union. 

Adhérent, a. et a. attaché à. 

Adhérer, v. être attaché à. 

Adhésion, af. act. d'adhérer. 

Ad hoc, toe. ad. spécial. 

Ad honores, lae. ad. honoriflq. 

Adieu, am. salut en se quittant. 

Adjacent, a. qtii est auprès. 

Adjectif, a. et «m. qui qualifie 

Adjectivement, ad. en manière 
cf'adjectif. 

Adjoindre, v. joindre avec. 

Adjoint, am. qui aide. 

Adjudant, am. officier militaire. 

Adjudicataire, a. à qui onadju, 

Adjudicatif, ve, a. qui adjuge. 

Adjudication, af. action d> 

Adjuger, «.déclarer, décerner. 

Adjurer, v. commander. 

Admettre, t*. recevoir. [régit.1 

Administrateur, trice, a. quij 

Adniini8tra'.if, ve, a. d'admin. 

Administration, af. direction, 



AdmInUtrativemonI, ad, d'un* 
manière admlnlstrativ*. 

Admini«trer, v. gouverner. 

Admirable, a. ce qui attire l'od- 
ml.ation. [mir».'l 

Admirateur, trIce, t. qui od-J 

Admiration, af. act. d'admirtr. 

Admirer, v. considérer. 

Admissible, a. qtr>on peut odm. 

Admission, af. act. d'admettre. 

Admonéter, v. réprimander. 

Admonitour, trice, s. qui aver- 
tit, qui reprend. 

Admonition, af. réprimande. 

Adolescence, af. Jeunesse. 

AdoioBCont, a. et a. JoUne. 

Adonis, am. beau jeune homm. 

Adoniser (s'), v. se plaire à 

Adopter, V. prendre pourris. 



Adoptif, ve, a. qui est aaopté. 
Adoption, af. act. d'adopter. 
Adorable, a. digue d'adoration. 
Adorateur, trico, a. et a. qui 

adore. 
Adoration, •/. hommage. 
.\dorer, v. rendre un culte. 
Adosser, v. appuyer le dos. 
Adoucir, V. rendre doux. 
Adoucissant, am. qui adoucit. 
Adoucissement, am. oet. d'»-*! 
Adragant,«/.gomme. [doucir. j 
Adresse, af. indication, ruse. 
Adresser, «. envoyer. 
Adroit, a. qui a de la dextérité. 
Adroitement, ad. avec adresse. 
Adulateur, trice, a. flatteur. 
Adulation, af. flatterie. 
Aduler, v. flouer bassement. 
Adulte, a. et a. parvenu à 1'». 

dolesoence. [conjugale."] 
Adultère, a. qui viole la folj 
HdTerbe, «at. joint au verbe. 
Adverbial, a. de l'adverbe. 
Adverbialement, ad. dans le 

sens adverbial. ^. 

Adversaire, «. opposé. "^ } 
Adversatif, ve, a. qui oppyiu- 
Adverse, «.contraire. 
Aofirsité,'^. malheur. 
Aérer,».d«nner de l'alr.[l'air.'l 
Aérien, ne, a. qui apport, àj 
Aérolithe, af. pierre tombée! 
Aérostat, «m. ballon.[du ciel. J 
Affabilité, af. bonté. 
Affable, a. qui a de l'affabilité. 
Affadissement, «ai. effet d' 
Affadir, v. rendre fhdo. 
Affaiblir, v. rendre faible. 
Aifaiblissemeni, «ai. faiblesse. 
Affaire, af. occupation, procès. 
Affairé, a. accablé d'affaires. 
Affaissement, «n. abaiseemenl. 
Affaisser, v. alraisser. 
Affamer, v, causer la faim. 
Affectation, af. action d> 
Affecter, «. faire ostentation 
Affectif, ve, a. qui émetil. 
Affection, af. action d* v«r 



AGI 



AIN 



ALL 



ai. d'un* 
ailvd. 
rern«r. 
attire l'od- 
[rolr».'l 
. qui adF-J 
d'admirer, 
rer. 

peut âdm. 
l'admeure. 
imander. 
I. qui aver- 

rlmande. 
iineaae. 
joune. 
une homm. 
plaire à 
pouT/flla- 
Mt adopté, 
'adopter, 
l'ndnration. 
I. et a. qui 

mage, 
m culte. 
ir le dofl. 
doux, 
ui adoucit. 
I. oet. d'»-i 
e.[doucir.J 
tion, ruM. 
er. 

la dextérité, 
ree adresM. 
. flatteur, 
erie. 

lasaenient. 
rrenu à 1'»- 
coniugale.1 
iola U foij 
BU verbe, 
idverbe. 
ttL dana le 



£). 



eeé. 

qui opplM 
ire. 
beur. 

l'alr.[l'air.T 
1 appart. àj 
rre tombéeï 
in.[du ciel. J 

eVaffabilhé. 
effet d> 
fhde. 
B faible. 

faiblesse. 
uion,proc6(. 
td'affaiiea. 
abaieeemenl. 
■er. 

r la fnim. 
Hon d> 
latentation 
I émeut, 
m d» >x 



Affectionner, v. aimer. 

AffecltMiiiomunl, ail. d*\mo 
manière affoctuoute. 

Affectueux, so, a. aimant. 

Affermer, v. donner ^. :°er>ne. 

AffermUaoment, am. notion d' 

Affermir, t>. rendre forme. 

Afféterie, «/. manières reclier- 
ciiéce. (voyez afTectotlDn ) 

Atlii^he, gf. placard public. 

Afficher, r. niottro doa atiiches. 

Alliclieur, sm. qui niliclie. 

AlUdé, a. et a. & qui l'on ee fie. 

.^liller,;-!). donner le fli. 

Afliliation, sf. ap, d'ailnpiion. 

Ainiior, V. adnp'.or, initier, 

Afllnag^, sm. action d* 

Affînci', t>. rendre plus fin. 

Aflinlté, tf. nilianco. 

Allirmatif, vc, a. qui adlrmo. 

Affirmation, sf. aa^eition. 

/^(liiciili ve, a. peina corporollo. 

Affliction, af. peine, déplaisir. 

Allliger, V. causer do la pelitc. 

AIHiience, sf. foule, aboudanc. 

Allluent, am. union de rivièroa. 

AiHuer, v, arriver en foule. 

Affoler, V. rendre pasaior.né. 

AiTrauchissement, sm. action d' 

AiTiincitir, «. mettre en liberté 

Affréter, v, louer un vaitiiieau. 

Affreusement, ad. d'une ma- 
nière affreuse. 

Affreux, m, a. effroyable. 

Affrianiler, v. rendre friand. 

Affront, am. injure. 

Affronter, v. braver, tromper. 

Affubler, V. vêtir, couvcir. 

AffAt, am. t. milit. cl de cliasso. 

Affûtage, am. aci. d' [giiiaer.1 

Aff(\icr,v.nieitro8url*affAt,ai.J 

Afin, conj. qui marque le but. 

Agacement r am. irritation. 

Agncer, v. provoquer, exciter. 

A^ape», tf. pt. repas, présent. 

Airaric, am. cliamplgnon. 

Age, «m.*pérlode, durée. 

Ai^é, a. avancé en àse. 

Aij'enee, af. cliarge a*agent. 

A foncer, v. disposer, ajuster. 

.agenda, tm. t. (in.) tablette. 

Agenouiller.v.mettre à genoux. 

Agcnouilloir, «m. petit banc. 

Agent, am. qui agit, employé. 

Aiirglomération, .«/. réunion. 

Agglomérer, v. aB*embler. 

Agglutination, af. réunion. 

A^'Blutinatlf, a. et a. qui colle. 

Agglutlner.v. réunir les chairs 

Aggraver, v. rendre plus grief. 

Asile, a. léger, di^pus. 

Agilement, ad. avec agilité. 

Agilité, of. légèreté. 

Agio, am. intérêt d'arçent. 

Agiotage, «m. commerce usur. 

Agioter, t>. faire l'agiol.ifre. 

Agioteur, euse, t. tivï agiote. 



lAglr, ». être en ncilo,}. 
As'lii«(oiir,irice, j«.k a.qui agito 
Ai^itiiUoti, nf, ebraiitunient. 
.\^Uvr, V, Ébranler, .troubler. 
Agneau, sm. polit d*uiio brebis 
Affnolot, sm. |)«tit agneau. 
Agnus Del, sin.agnhau de cire. 
Agonie,^', lotte cuntio In meri. 
Agoniser, v ùtro & l'agonie. 
.\3rof0, af. pitii crochet. 
Agrafer, v. ati.ioher. [terres. n 
.\griiire, a. qui a rap|)ortauxJ 
.\graiidir, v. accroître. 
Agrandis8ement,«m. accrois-"! 
Agréab{o,a.quiplalt.rsement.J 
Agréalileinent, ud. d'une ma- 
nière agréable. 
Agréer, v. trouver bon, plaire. 
AgrégiUion, sf. association. 
Agrège, am. amait, suppléant. 
-\ jréger, p. umaocior, admettre. 
Agrérfieac, 5»i. approbation. 
Agrès, aiH.pl. t. de murino. 
Agresseur, am. qui attaque. 
Agression, af. attaque. 
Agreste, a. rustique, grossier. 
Agrictdc, a. des champs. 
Agriculteur, «m. cultivateur. 
As^riculture, af, art de cultiver. 
Agriffer, ». s'attacher. 
Agripper,», prendre. |>0p. 
Agroup«r, v. meurt» en grou)ie. 
Aguerrir, v. accoutumer à 
Aguets «m.p/.(6tre aux), épier. 
An ! interjection de joie, etc. 
Aheurter, v. obstiner. 
Ahl ! au Aie .' int. de douleur. 
Aide, sf. secours, «m. qui aide. 
Aider, v. assister. 
Aïeul, e, a. gr.-pèro, gr.-mère. 
Aïeux, am. pi. ancêtres. 
Aigle, sm. oiseau. /. enseigne. 
Aigre, a. et am. acide, rude. 
Aigrelet, a. un peu aigre. 
Aigrement, ad. avec aigreur. 
Aigrette, •/. oiseau, panache. 
Aigreur, af. ce qui est aigre. 
Aigrir, v. rendre aigre. 
Aigu, é, a. terminé en pointe. 
Aiguière, tf. vase & eau. 
Aiguille, af. pointe d'acier. 
Aiguillée, af. longueur de Al. 
Aiguillon, am. hkiotij dard. 
Aiguillonner, v. exciter. 
Aiguisement, am. (ui) acl. d* 
Aiguiser,v.rendre aigu.exciter. 
Ail, pi, aulx, am. ognon. 
Aile, af. ce qui sen à voler. 
Ailé, a. qui a des ailes. 
Ailleurs, ad. en un autre lieu. 
Aimable, a. digne d'être aimé. 
Aimant, am. qui attire le fer. 
Aimanter, o. frqtter d'aimant. 
Aimer, v. avoir de l'affection. 
Aine, •/. joint de la cuisa*. 
Aine, a. premier né. 
Aînesse, sf. priorité d'âge. 



lAinsi, ad. de cette façon. 
Air, tm, VMit, apiMreiire. 
lAlr.-ùn, tm. cuivra mélangé. 
'Abe, af. lieu oi^ l'on bat le blé. 
I Airelle ou MIriille, tf. arbria.l 
AIk, am. palissade. [stau.J 
Aisance,*/, facilité, p/. fatrineM 
Aise, af. état commode. 
Aisé, a, facile, riche. 
Aisément, aU. à l'aive. 
Aisselle, •/ joint du bras. 
Ajournement, am. action d' 
Ajourner, «. assigner, différer. 
Ajouter, «.joindre &. 
Ajustement, am. parure. 
Ajuster, ». rendre juste, parer 
Alaise, •/. y. Aléze. 
Alambic, am. vase à distiller. 
Alambiquer, v. subtiliser. 
Alarme, sf. signal de danger. 
Alarmer, v. donner l'alarme. 
Alarmiste, am. qui alarme. 
Albâtre, am. sorte de nurbre. 
Albigeois, «m. hérétique. 
Album, am. (om.) tablettes. 
Alcali ou Alkali,sm. cel chimiq. 
Irool, am. esprii-de-vinpur. 
Alcoran, am. loi de Mahomet. 
Alcôve, af. enfoncement. 
Aldébaram, tm. étoile iixe. 
Alégre, a. dispos, agile, gai. 
Alêne, af. poinçon de cordonn 
Alentour, ad. aux environa. 
Alerte, a. vigilant, ^f. alarnie. 
Aléte,«/.petit drap. peLpIanc. 
Algèbre, af. calcul par lietuea 
Algébrique, a. da l'algèbre. 
Algébriste, am. qui sirit l'algèt». 
Alidade, af. régie mobile. 
Allén8ble,a.qu'on peut aliéner. 
Aliénation, af. vente, folie. 
Aliéner, ». rendre fou, vendre. 
Alignement, am. act. u' 
Allgner.o.ranger aur une ligne 
Aliment, tm. nourriture. 
Alimentaire, a. qui sert ft 
Alimenter, v. nourrir. 
Aliquote, a. et af. (partie). 
Aliter (a*), v. garder le lit. 
Allaiter, v. nourrir de aon lait 
Allécher.v.attirer par le plaisir 
Allée, af. paasage, promenade 
Allées et venuefl,s/.p.démareh 
Allégation,*/. citatlon,raiaona 
Alléger, v. soulager. 
Allégorle,s/.allusion.[légor!e'1 
Allégorique, a.tonant de l'al-J 
Allégoriser,v. rendre allégoriq. 
Allégresse, af. joie éclatante, 
Alléguer, V. citer nn fait. 
Alléluia, am. i. chant d'égllae. 
Aller,», marcher, se transport. 
Alliage, am. union de métaux. 
Alliance, sf, union. 
Allié, am. confédéré. 
Allier, V. mêler, unir, liguer. 
Allocation, ^f. action d'allouer 



•■«& 



AME 



ANA 



ANH 



Allocutlnn, »f. harangue. 
Allon9o,«/.|>r4oe pjiir nllonirer. 
' Allonge menli «m. qui Hert a 

Allongor, «. devenir plu* lonf. 
I Alloioble, A. qu'on peut 
' Allouur, V, accorder. 
Allumer, «. mettre le ibu. 
Atlwinniie, •/. bois eoulTré. 

Allumeur, am. qui allume. 

Allure, «/• démarche. 

Allusion, a/. iJH) rapport. rA^/. 

Almi\nach, am.{.na) calendrier. 

AIoés, «m. (m) plante. 

Aloi, «m. iiire uea métaux. 

Alors, ad. en ce temps-itl. 

Aluueilo, «/. oidoail. 

Alourdir, r. rendre lourd. /nm, 

AInvau, am. pièce de bwur. 
& Alpha (I') nt l'oniùgn, am, lu 

; commoncemont et la lin. 

Alphabet^ am, série dei luitroa. 

Alphnl)éti(|ue,a. de l'alphabet. 

Aliér.itinn, «/. act. d'altérer. 

Altorcniion, «/.débat. {solT,*] 
\ Altérer,!), changer, causer laj 

Aliornatir, ve, a. tour &tour. 

AUarnaiivement,ad. I*un après 
l'autre, sucocs:iivement. 

Alterner,v. Hiire sucresaivem. 

Altosae, s/, titre d'honneur. 

Allier, ère, a. fler, superbe. 

Alumine, af. argile pure. 

Al'in, am. sulfate d'alumine. 

Amabilité, «/. qualité aintable. 

Amadij, am. bout de manche. 

Amadou, «m. mèche d'agaric 

Amadouer, v. flatter, /am. 

Amaigrir, «. rendra maigre. 

Amalgame, am. act. d' * 

Am ligamer.v. combinor,unir 

Amande, af. Truit de 1' 

Amandier, *m. arbre. 

Amant, e, a. qui aime. 

Amarre, «/. cordage, mar. 

Amarrer, t>. attacher, lier. 

Amis, am. assemblage. 

Amasser, v. faire un amns. 

Amatour, a. qui a du goût. 

Amaurose, af. goutte sereine. 

Amazone ,«/. femme guerrière 

Ambassade, af. mission. 

Ambassadeur, drice.s. envoyé. 

Ambigu, e, a. ft double sens. 

Ambitieux, se, a. qui a de I> 

Ambition, af. désir immodéré. 

Ambitionner, v. rechercher. 

Amblygone, a. \ angles obtua 

Ambulance, af. hôpital mllit. 

Ambulant, a. qui va et vient. 

Ame, af. principe de la vie. 

Amélioration, af. action d* 

Améliorer, v. rendre meilleur. 

Amen, (en), ainsi soit-il, lin. 
^^mende, af. peine pécuniaire. 
■«^Kmondement, am. act. d' 
■Knender, v. rendre meilleur, 
'''^"wnnener, v. moner,fairc venir. 
^m«iUlé, «/. agrément. 



Amenuiser, v. diminuer. lAnalogU'i, a. qui a de Panalof. 

Amer,ère,a.rude,douloureus. Analyse, af, décomposition. 
Amèrement, ad. Uvec douleur. Analyser, e. faire l'analyM. 
Amertume, af, amer, affliction. Analytique, a. «le l'anal/M. 
Ameublement, am, asmtrt. do"! Analytiqiv ment, ad. par KiMiy. 
Ameutor,t>.ottroupur.[inoublo J An>\rr!''i' j/. détordit. 
Ami, e, a. qui aime. a. propire. Aniï-r. > u^,... de l'ananhi!^. 
Amiable, a. doux. A l'amiable,'Annt'* h a. perturbateur. 



de (trè'ft gré 
.\miabloment, ad. (1 l'amiable. 
Amiante, am. lin incombustible. 
Amical, a. (sans irf. m.) d'ami. 
Amicalement, ad. en ami. 
Amici, am. {mi) liii^'c hènlt. 
Amidon, am, pàto de farine, 
.^midonnior, am, fubric.d'amid. 
Amincir, ». rendre mince. 
Amiral, am, ntHcier de marine. 
Amirauté, af. charge d'amiral. 
\mi>i4ible,a. qu'on pout pordro. 
Amlti*\ cat/. afrection,carc88es. 
Ammoniac, am. sel, gomme. 
Amnl.stie, af. punlon général. 
Amnindrir, v, rendre moindre. 
Amoiii Irii^domont, am. dimhnil. 
Amolir, r n;ndru mon. 
Amonceler, V, ciilnsscr. 
Amorce, af, appftt, nui attire. 
Amorcer, ». gai-nir d'amorce. 
Amortir, ». aflaibiir. 
Amortissement .am. afTaiblissem 
Amour, «m. vit attachement 



Anaini '• r vor, </. muudiv*. 
Analhèn" , an., ercommunieal. 
Anaioinie, af, dissection. 
Anatomiquo, a. d'ai-itumlo. 
Anatomiaer, v, disséquer. 
Anatomisto, am, qui sait l'anal. 
Anrùtres, am, pi, aïeux. 
Anchois, am, petit poiason. 
Ancien, no, a. antérieur, vbux 
Anciennement, ad, o'^:.efols. 
Ancienneté, s/, antiquité. 
Ancre, af. pièce de fer. mar. 
Ancrer, ». jeter l'ancre, s'af-i 
Andaln. am, fauchée, [(ermir. J 
Andouille. af. boyau de porc 

rempli «le chair. 
Ane, am, bète de somme. 
Anéantir, v. réduire nu nèani. 
Anéantissement,am. doairuc-i 
Anecdute^.hisioriette. [tlonj 
Aneedutique, a. d'anecdote. 
Anée, êf. (&) charge d'un ane. 
Anerie, af. ignorance. 
Anévrisme,sfii. tuireur interne. 



Amoureusement, ad. avec amojAnge, am. créature spirituelle. 
Amoureux, se, a. qui aime. Angélique, a. d'ange.excoUenl. 

Angèliquement, ai. d'une ma- 



Amovible, a. sujet & changer 
Amphibie, am. qui vit sur la 

terre et dans l'eau. 
Amphibologie,a/.double sens, 
Amphibologique, a. obscur. 
Amphihologiquement, ad. à 



nière angélique. 
Angélus, tm. prière eathoUque, 
Angle,sm.rencontre de Sllgnea 
Anglican, 0. d'Angleterre. 
Angoisse, af. affliction. 



double sens. [ordre. 1> Angora, a. '(chat) d longs poila. 

Amphigouri,stii.di8cour8sansJ AnguUlade, a/, coup de fouet 
Amphigourique, a. obscur.. 
Amphithé&tre.am. en gradins. 
Ample,a.ètenau.[nière ampion 



Amplement, ad. d'une ma>J 
Ampleur, af. étendue d'étoffe. 
Ampliatii, ve, a. augmentatif. 
Ampliation, af. double acte. 
Amplification, a/, exagération 
Amplifier,», exagérer. 
Amplitude.a/.arc de l'hortzon. 
Ampoulo, af. enflure. 
Ampoulé, a. (style) enflé. 
Amputation, af. act. d' 
Amputer, v. retrancher, ehir. 
Amulette, am. fausse relique. 
Amusément,«m.diverii88ement. 
Amuser, ». divertir, tromper. 
A musette,*/, petit amusement 
Amygdales, tif.pl. term.d'anat. 
An, am. douze mois. 
Anachorète, am. ermite. 
Anachroni8me,am.fausse date. 
Anagramme, af. transposition. 
Analogie,*/ rapport, ressembl. 
Analosique, a. qui a rapport. 
Analogiquement, arf. par analu. 



Anguille, af. poisson. 
Angulaire, a. & angles. 
Anguleux, se« a. & anglesk 
Anicroche, af, difficulté. 
Anier, ère, s. conducL d'ânes. 
Animadferston, af. malveUlan. 
Animal, asi. Être organisé. 
Animalcule, am. petit animal. 
Animalité, af. ce qui constitue 
l'animaL (citer.l 

Animer, v. donner la vie, ox-J 
Animosiié, a/, haine, (géeal 
Anis,am. graine,sorte de dra- J 
Aniseitq, «/. liqueur d'anis. 
Annal, a. qui dure un an. 
Annales, êf.pl. histoire far ans. 
Anneau, am. cercle, bague. 
Année, af. an, douze mnli. 
Anneler, v. arranger en année. 
Anuelet, am. petit anneaiL 
Annexe, af. succursale. 
Annexer, «.joindre, réunir. 
Annihiler, v. anéantir. 
Anniversaire, a. mémoire. 
Annonce, af. publication. 
Annoncer, v. faire savoir. 



I 



1 



: 



Annoneinilt 
Annuaire, t 
Annuel, le, 
Annuellemi 
Annuité, a/ 
Annulaire, 
Annulation 
Annuler, v. 
AnnUlir, v. 
Anoblisaem 
Anodin, a. ( 
Anomalie, j 
Anon, am. { 
Anonnor,», 
Anonyme, i 
Anorinul, 7)i 
AuHO,*/. arc 
Ausc)iado, i 
Anta^uni^ie 
Antarctique 
Antécédant, 
Antéchrist, 
Antèdiluvle 

cédé le dé 
Antérieur, c 
Antérieuren 

ment. 
Anthropoph 
Anti, pr/p. ( 
Antichambn 
Anticipation 
Anticiper,». 
Antidate, af 
Antidater, » 
Antidote, an 
Antienne, aj 
Antilope, »/, 
Antimoine, i 
Antipape, ai 
Antipathie, t 
Antipathique 
Antiphonain 
Antiphonier, 
Antiphrase, 
Antipodes, a 
Antiquaille, 
Antiquaire, 

antiquités. 
Antique, a. [ 
Aniiquité, al 
Antiacnrbutu 

scorbut. 
Antithèse, aj 
Antre.am.ca^ 
Annuiter (s' 
Anus, «m. oi 
Anxiété, af. 
Aoftt, am. {o 
Apaiser, v. c 
Apanage, an 
Apathie, af. 
Apathique, t 
Apercevablo 
Apercevoir, 
Aperçu, am. 
Apéritir,ve,a 
Apetissemen 
Af etisser, «. 



ilada l*«Mlof. 

cninpoiltlon. 

te l'atialyM. 

le l'analya*. 

t, ad. pur KiMlf . 

i«ordi-«. 

de l'ananhi!^. 

wriurbattur. 

o.rcommunical. 
liMectl'^n. 
d'ai.iaumlo. 
diesAquer. 
I. qui sale l'anat, 
U. aïeux, 
itil poirion. 
ilérleur, vbux 
ad. o'it.efols. 
anilquité. 
I de fer. mar. 
l'ancre, a'ar.l, 
ichée. [lermir.J' 
boyau de porc 
ilr. 

le Bomme. 
duire au néant. 
t,sm. doairuc-i 
lorlette. [tlon.J 
, d'anecdote, 
large d'un ane. 
[tranca. 

tuireur interne, 
ure spirituelle. 
■ange.excoUent. 
, iuL d'une mo- 
ue. 

ière catholique, 
intradeSlIgnea 
Lngleierre. 
Riction. 

t) & longs poils. 
'.oup da fouet, 
ason. 
angles. 
, ft anglesb 
Ifllcuh6. 
nducL d'ftnes. 
tf. malveillan. 
organisé, 
petit animal. 
:e qui constitue 
(citer.l 
er la vie, ex- J 
tlne. [géesl 
^orte de dra. J 
aur d'anis. 
re un an. 
ilstoirsfaraAs. 
ele, bague, 
ouze mois, 
nger en année. 
It anneau. 
:ursale. 
dra, réunir, 
anilr. 
mémoire. 
>Iicatlon. 
re savoir. 



AP£ 

AnnonelHilon,*/. (Ats eatboliq. 
Annuaire, a. unnuAl. 
Annuel, le, a. d'un an. 
Annuellemeitt, ad. tous les ans. 
Annuité, •/. rsnte annuelle. 
Annulaire, a. d'aiinoau. 
Annulation, a/, action d' 
Annulor, v. rendre nul. 
Annblir, v. rendre noble. 
AnubiUaement, «m. act.d'anob. 
Anodin, a, adouciisunt. 
Anomalie, «/. irrégularitô. 
Anon, sm. p^tit de l'ftnesss. 
Anonnor,t). parler, lire en hésit. 
Anonyme, «m. et a. sans nom. 
Anormal, pi, aux, a. irrégulier. 
Ando,s/. arc d'un vaso,net.golf. 
Ansc|mdo, sm. suus-oAlcièr. 
Anta^aniiie, sm. adversaire. 
Antarctique, a, (pôle) du midi. 
Antécùdant, sm.ut a. précédent. 
Antcchrint, «m. (cri) séducteur. 
Antédiluvien, ne, a. qui a pré- 

c<^dô le déluge. 
Antérieur, a. qui préct^do. 
Antérieurement, ad.précédem- 

ment. [d'hommes."! 

Anthropophage, sm.ruangeur J 
Anil, j>r/p. opposition, avant. 
Antichambre, af. pièce a/ant. 
Anticipation, «/ action d' 
Aaticlpor,ti. devancer, usurper. 
Antidate, s/, date antérieure. 
Antidater, o. dater plus tôt. 
Antidote, sm. contre-poison. 
Antienne, «/. (ti) verset. 
Aniiiopo, «/. gaselle. 
Antimoine, «m. métal. 
Antipape, «m. faux pape. 
Antipathie, s/. {Ht) aversion. 
Antipathique, a. contraire. 
Antiphonaire, sm. ou [ennes.' 
Antiphonier, «m. livre d'anti-. 
Antiphrase, s/, contre-vérité. 
Antipodes, «m. pi. opposés. 
Antiquaille, «/. chose vieille. 
Antiquaire, sm. qui aima les 

antiquités. 
Antique, a. fort ancien. 
Anilquité, sf. ancienneté. 
Antiscorbutique, a. contre le 

scorbut. 
Antithèse, »f. opposition. 
Antro,8m.caverne.[par lanuitl 
Annuitcr (s'), v. être surprisj 
Anus. «m. orifice du rectum. 
Anxiété, tf. tourrsent d'esprit. 
Août, sm. (ou) 80 mois. 
Apaiser, v. calmer, adoucir. 
Apanage, am. ce qui revient. 
Apathie, af. (ti'e). Indolence. 
Apathique, a. indolent. 
Apercevablo, a. qu'on voit. 
Apercevoir, r. découvrir. 
Aperçu, am. première vue. 
Apéritif, ve,a. qui excite l'appét. 
Apetissement, am. diminution. 
Af etisser, v. rendre plus petit. 



APP 

Aphonie, «/. extinction de voix. 

A|ihurl4mu,«m. maxime conclio. 

Aphte, am. ulci'trs & la bouche. 

Apitoyer, «. alTecter de pitio. 

Aplanir, v. rendre uni. 

Aplanissement, am. uct. d'à-"] 

Aplatlr,v.rendie plat.[planlr.J 

Aplatissement, am. action d'u- 
platlr. [& l'horizon."! 

Aplomb, am. parpendiculairej 

Apocalypse, af. révélation. 

Apocrypne, a. suspect. 

Apogée,«m. la plus grande dis- 
tance d'un atiro & la terre. 

Apologie,s/.éloge,Jusilflcntlon. 

Ap(ilogisio,«m,qui luit l'apuiog. 

Apologue, am. fable morale. 

Apoptnogme, am, maxime. 

Apoplexie, af. mai violant. 

Apostasie, af. action d' [gion.*! 

Apostasier, v. quitter sa reli- J 

Apostat,a.el sm.qui aapostasié. 

Apostème, F. Apostume. 

Aposter.v. mettre dans un poste. 

Apostille, af. nota favorable. 

Apostlllsr, V. recommander. 

Apostolat,sm. ministère d'apôt. 

Apostolique, a, de l'apôtre. 

Apostoliqucmant,ad.an apôtre. 

Apostrophe, tf. réprimande, 
marqua d'élision. 

Apostropher, v. réprimander. 

Apostume, am, nbcès. 

Apothéose, af. déification. 

Apothicaire, am. pharmacien. 

Apôtre, am. disciple do J. O. 

Apparaître, v. devenir visible. 

Apparat, am. éclat. 

Appareil, am. apprêt. 

Appareiller, v. assortir. 

Appareillaur, «m. celui qui 
trace la coupa des pierres. 

Apparemment, ad. probablem. 

Apparence, af. extérieur 

Apparent, a. visible. 

Apparenter, v. allier. 

Apparier, v. unir par paires. 

Apparition, af, manifestation. 

Appartement, am. logement. 

Appartenance, s/, dépendance, 

Appartenir,», être & quelqu'un. 

Appas, am. pi. charmes. 

App&t, am. ce qui attire. I , „ 

Appâter, V. attirer avec f'ap 

Appauvrir, v. rendre pauvre. 

Appauvrissement,«ffl. indigène. 

Appel, «m. recours, défi. 

Appeler, v. nommer, crier. 

Appellation, af. act. d'appeler. 

Appendice, sm. supplément. 

Appéntis,sm.toitconire un mur. 

Appesantir, v. rendre pesant. 

Appesantlssemcnt,sm.pesan-'] 

Appétit,sm.déBir,raim. [teur.J 

Applaudir,v.approuvcr. [tion.*! 

ApplaudisEemeiit.«7n.approbaJ 

Applicable, a. qui doit a'Bp|iiii.| 

Application, af. act. d'appliq. 
8 



ARB O 

Appliquer, v. mettra sur. 
Appoint, am. curoplémsni. 
Appoltitement, am. salaire. 
Apiwlater, v. régler en Ju*li<*e. 
Apiiortor, v. porter, transiwr-l 
Ap()oser, «. appliquer, [ter. J 
Ap(K>ililon, af. act. d'apposer. 
Appréciable, a. qu'on évalue. 
Aiipréciiitour,! m. qui apprécia. 
Appréclaiir,ve, a. qui marque l' 
Appréciation, •/. entimathm. 
Apprécier, v. évaluer, citilmer. 
Apiiréhender, v. craindre. 
Ap|)réhonci|f, ve, a. timld^ 
Appréhension, af. crainto,idéS. 
Apprendre, v. s'instruire. 
Apprunli, le, a. qui apprend. 
Apprentissage, am. iva d'appr. 
Appièt, am, act. d' [sonnur.'l 
.apprêter, v. préparer, assol- J 
Appréteur, an. qui apprête. 
Apprivoisement, am, uct. d* 
Apprivoiser, v. rendre traltabl. 
Approbateur, trice, a. qui ap- 
prouve, [ment.! 
Approbation, af, consente'-J 
Approchant, a. qui a du rap- 
port ; prép. environ. 
Approche, af, act. d' 
Approcher^ v. avancer, venir. 
Approfonuir, v. creuser. 
Appropriation, »f. act. do §• 
Approprier, v. s'emparer. 
Approuver, v. consentir. 
Approvisionnement, am. act. d 
Approvisionner, v. fournir. 
Approximatif, ve, A. à peu préa 
Approximation, af. environ 
Approximcr, v. être voisin. 
Appui, sm. soutien, support 
Appuyer, v. soutenir, aliier. 
Apre, a. rude au goût, avide 
Aprement, a±. avec ftpreté. 
Après, ad, et prép. ensuite 
Apreté, af. ce qui est flpre. 
Apte, a. propre &. [paciié.*] 
Aptitude, af. disposition, ca-J 
Apurement, am. action a' 
Apurer, v. régler un ci -^pte 
Aquatique, a. marécageux. 
Aqueduc, am. espèce de canal. 
Aqueux, se, a. de l'eau. 
Aquiiin, a.(nez) en bec d'aigle 
Aquilon, am. vent du nord. 
Ara, am, espèce de perroquet 
Arabesque, am. ornement. 
Arabique,a.(gomme) d'Arabie 
Arable, a. labourable. 
Araignée, af. insecte. 
Arasement, am. act. d' 
Araser, a. mettre de niveau. 
Aratoire, a. d'agriculture. 
Arbalète, tm. arme de trait. 
Arbitrage, sm. jugem.d'arbitre 
Arbitraire, a. absolu. ^ « 
Arbitrairement, ad. d'une ma ^ 

nière arbitraire 
Arbitral, a. d'arbitre. 



JP 



6 



ARI 



AHT 



AS» 



Arbitre, am. jvig» choisf, 
Arbitrer, v. juger. 
Arborer, v. planter un drapeau. 
Arbre, am. végétal. 
Arbridseau, am. petit arbre. 
Arbuate, am. petit arbrisseau. 
Arc, am. cintre, courbe. 
Arcade, af. ouverture en arc. 
Arc-bouiantjsm.pilier de voftto. 
Arc-bouter, v. appuyer. 
Arccuu, am. arc d'une votite. 
Arc-en-ciei, am. iiHitéore. 
Arcliange, «>a. ange supérieur. 
Arclie, af. coffre, voCue de pont. 
Archer, am. soldai de police 

armé d'un arc. 
Arciiet, am. petit arc de crin. 
Arciievëctic, am. jurisilictiun d' 
Arclievëque, am. évëque super. 
Arcliidiacre, am. ecclésiastique. 
Arciiiduc, — citesse, a. titre. 
Arcliiépiscopal, a.(ki) d'arclie. 
vèquc. [të d'ardievèque."! 
Archi6pl8Copat,»ii.(At} dièni J 
Arctiipol.sm. mer semée d'iles. 
Arcliiprëtre, am. premier curé. 
Arcliitecte, sm. qui b&tit. 
Architecture, af. art de bâtir. 
ArcWirave,*/. part, de l'entabl 
Arcliitriclin, am. cuisinier. 
Arciiives, af. pi. anciens titres. 
Archiviste, am. garde du arclii. 
Archivolte, af. bandeau d'arch. 
Archonte, am. magistrat grec. 
Arcon, am partie de la selle. 
Arctique, a. (pôle) du nord. 
Ardemment, ad. avec ardeur. 
Ardent, a. en feu, violent. 
Ardeur, af. activité, courage. 

Ardillon, am. pointe de boucle. 
Ardoise, af. pierre feuilletée. 

Ardu, a. escarpé, difficile. 

Are, am. nouv. mesure agraire. 

Arène, «/sable, amphithé&tre 

Aréole, af. petite aire, cercle. 

Aréomètre, am. pèse liqueur. 

Arête, af. os de poisson, angle 

Argent, am. métal, monnaie. 

Argenter, ». couvrir d'argent. 

Argenterie,»/, vaisselle d'argent 

Argentin, a. qui tient de l'arg. 

Areer.tiMi af. plante, poiupn. 

Argenture, «/.argent appliqué. 

Argile, af. terre glaise. 

Argileux, se, a. d'argile. 

A.got, «tn. jargon des filoux, 
bourgeon, au-dessus de l'oeil. 

Argoter, v. couper les argots. 

KTgnuB\tt,am. garde des forçata. 

Arguer, ». reprendre. 

Argument, am. raisonnement. 

Argumenter,», faire un argu-l 

Argus, am. espion. [mentj 

Argutie, sf. subtilité. 

Arianisme, am. secte d'Arius, 

AHde, a. sec, stérile. 

Aridité, af. sécheresse 






Ariette, •/. air léger. 
Aristarque, am. critique. 
Aristocrate, am. partisan de I> 
Aristocratie, af. gouvernement 

des grands. 
Aristocratique, a. d'aristocrate 
Arithméticien, am. qui sait 1> 
Arithmétique, af. art du calcul 
Arithméiiquement, ad. selon 

l'arithmétique. 
Arlequ'r., am. bateleur. 
Arlequinade, af. bouffonnerie. 
Arme, af. instrument pour at- 
taquer ou se défendre, [rai.' 
Armee,«/.troup.sous un gêné 
Armement, am. appareil 

guen-e, de marine. [pes.*! 
Armer, ». équiper des trou- J 
Armillaire,a.«phère.[d'arraes 1 
Armistice, am. suspensionj 
Armoire, af. meuble. 
Armoiries, af. pi. attributs do 

noblesse. 
Armures, af. armes défensives. 
Armurier ,«m.qui fait des armes. 
Aromate, am, drogue odorante. 
Aromatique, a. d'aromate. 
Aromatiser, v. mêler des arom. 
Arpent, am. mesure agraire. 
Arpentage, am. action d' 
Arpe lier, v. mesurer tes terres. 
Arpenteur, am. qui arpente. 
Arquebuse,*/, anc. arme a feu. 
Arquebusier, am. armurier. 
Arquer, v. courber en arc. 
Arracher, v. ôter de force. 

Arrangement, am. ordre. 

Arranger, r. mettre en ordre. 

Arrérages, «m.p/.reven.arrièr. 

Arrcsiatlon, af. aci. d'arrêter. 

Arrêt, am. jugement, saisie. 

Arrêté, am. résolution. 

Arrète-bœùf, am. plante. 

Arrêter, ». retenir, fixer. 

Arrhes,«/p/.gages d'un mar-l 

Arrière, am. derrière, [ché. J 

Arriéré, am. différé : en retard. 

Arrière-bout'.que, af. 2e.boutiq. 

Arrière-cour, af. Sa. cour. 

Arrière-gaide,a/.suite d'armée 

Arrière-pcn8ée,«/.vue secrète. 

Arriérer, «. différer un paiem. 

Arrivage, af. arrivée au port. 

Arrivée, af. action d' 

Arriver, v. survenir. 

Arrogamment^ati. avec hau-H 

Arrogance, «/fierté. [teur.J 

Arrogant, a. et a. hautain. 

Arroger, (s*), v. s'attribuer. 

Arrondir, v. rendre rond. 

Arrondissement, am. portion 
d'un pays. 

Arroaement, am. action d> 

Arroser, ». humecter, [roser.l 

Arrosoir, am. vase pour ar-J 

Arsenal, «tn. magasin d'armes. 

;ArBenic, «m. métal, poison. 



Arien, sm. sectaire d'Arius. (Art, am. science, méthode. 



Artère, af. canal du sang. 
Artichaut, am. légume. 
Article, am. partie du discours 

point de croyance. 
Articulaire, a. des Juintores 
Articulation, «/.jointure, act.d' 
Articuler, ». déiduire par arti- 
cles, prononcer. 
Artifice, am. art, ruse, [art.l 
Artificiel, le, a. qui se fal! purj 
Artiflciellement, ad. avec ar(. 
Artificier, a. qui lait des fuux 
d'artifice. [tiflce.n 

Artificieux, se, a. plein d'ar-J 
Artillerie, af. canons, mortiers. 
Artilleur,«7ii. soldat d'artillerie. 
Artimon, am, màt de poupe. 
Artisan, «m. ouvrier, [bois.'i 
Artison, am. ver qui perce le J 
Artiste, a. qui professe un art. 
Artistement, ad. avec art. 
Ascendant, a. qui monte.[ter.1 
Ascension, «/. action <1e mon-J 
Ascétique, a. de la vie epirit. 
Asile, am. refuge, protection. 
Aspect, am. vue d'un objet. 
Asperge, af. légume. 
Asperger, ». arroser 
Aspergés, am. (s) goupillon. 
Aspérité, af. rudesse. 
Aspersion, af. action d'asperg 
Aspersoir, am goupillon. 
Asphyxie, af. étounement. 
Asphyxié, a. frappé d'asphyx. 
Aspic, am. serpent venim. 
Aspiration, af. action d' 
Aspirer, v. attirer, désirer 
Assaillant, am. qui attaque 
Assaillir, v. attaquer. 
Assaisonnement, «7.. act. d' 
Assaisonner, t. apprêter. 
Assassin, am. et a. meurtrier. 
As8assinat,sm.act.d> [à pens.l 
Assassiner, v. tuer de guet-J 
Assaut, am. attaque, lutte. 
Assemblage, «m.réun.dechose 
Assemblée, af. réun. de pers. 
Assembler, ». réunir. 
Assembleur, am. qui assemble 
Asséner, ». porter un coup. 
Assentiment,*!», consentement 
Assentir, v. consentir. 
Asseoir, V. mettre sur un siège. 
Assermenter, v obliger par 

serment. 
Assertion, «/. afiirmation. 
Asservir, ». assujettir. 
Asservidsement, am. sujétion. 
Assesseur, am. adjoint. 
Assez, ad. autant qu'il faut 
Assidu, a. exact. 
Assiduité, af. exactitude. 
As8idftment,ad. avec assiduité 
Assiégeant, a. qui assiège. 
Assiéger, «. fair« un siège. 
Assiette, af. TalRBeile,Bituation 
Assiettée, «/. jilein l'assistte. 
Assignable, a. qu*on peut assig. 



m 



ATT 



Atro 



AVA 



du sang. 

gume. 

e du discours 

ice. 

a Jointures 

ointure, aut.d' 

luire par arii- 

ruse. [art.T 
ul ee fai! purj 
2d. avec ai'(. 

l'ait des feux 

(tifice.T 

. plein d'ar-J 

ons, mortiers. 

at d'artillerie. 

de poupe, 
rier. [bois.-i 
qui perce le J 
)res8e un arc. 
ivec art. 

monle.[ter."| 



ion de mon 
la vie eplrit. 
, protection, 
l'un objet, 
ime. 
ser 

I goupillon. 
!sse. 

ion d'asperg 
>upnion. 
unement. 
ipé d'asphyx. 
it renim. 
:tion d' 
r, désirer 
ui attaqua 
iuer. 

8i„ act. d* 
pprèter. 
>. meurtrier. 
t.d» ràpens.l 
lier de guet-J 
ue, lutte, 
réun.de chose 
iun. de pers. 
m'ir. 

qui assemble 
r un coup, 
îonsentement 
;ntir. 

! sur un siège, 
obliger par 

rmation. 

jettir. 

sm. sujétion. 

djoint. 

; qu'il faut 

ictitude. 
ivec assiduité 

II assiège, 
un siège. 
ie]]e,Bituation 
n l'assistte. 
'on peut assig. 



Assignat, am. papier monnaie. 
Assignation, «/. action d> 
Assigner, v. indiquer, appeler. 
Assimilation, af. action d' 
Assimiler, v. rendre semblable. 
Assise, af. base. pi. séance. 
Assistance, af. présence, aide. 
Assistant, a. et s. qui assiste. 
Assister, v. aider, ètro présent. 
Association, s/, union de pera. 
Associé, sm. en société. 
Associer, v, unir, adjoindre. 
Assolement, sm. action d> 
Assoler,», alterner les cultures. 
Assommer, v. tuer. 
Assommoir, sm. b&con,mast:ue 
Assomption, sf. enlèvement. 
Assortiment, sm. assemblage. 
Assortir, v. réunir, fournir. 
Assoriissant, a. qui assortit. 
Assoupir, V. endormir. 
Assoupissement, sm. soDimeil. 
Assouplir, V. rendre souple. 
Assourdir, v. rendre sourd. 
Assouvir,o.rassasier. [souvir.l 
Assouvissementjsm. uct.d'as-.J 
Assujettir, v. soumettre. 
Assujettissant, a. qui astreint. 
Assujettissement, sm. sujétion. 
Assurance, sf. certitude. 
Assurément, ad. certainement. 
Assurer, v, affermir, garantir, 

affirmer. 
Assureur, sm. qui garantit. 
Astérisque, sm. étoile de renv. 
Astragale, sm. moulure, os. 
Astral, a, des astres. 
Astre, «SI. corps céleste. 
Astreindre, v. assujettir. 
Astringent, a. et s. (|i;l resserre. 
Astrologie, sf. art des astres. 
Astrologique, a. de l'astrologl^ 
Astrologue,sm.qui pratiq.raBt. 
Astronome, sm. qui sait I' 
Astronomie,s/.ètude des astrei 



Atteinte, sf. coup, attaque. 
Attelage, sm. bètes attelées. 
Atteler, v. attacher. 
Attenant, a. tout proche. 
Attendre, v. être dans l'attente. 
Attendrir, v. rendre tendre. 
Attendrissement, am, sentiment 

de compassion. 
Attendu, conj. vu. [mlneile.~l 
Attentat, sm. entreprise cri-J 
Attente, af. act. d'attendre. 
Attenter, v. commettre un att. 
Attentif, ve, a. qui a de l> 
Attention, sf. application. 
Attentivement, ad. avec attent. 
Atténuatiun,5/.affaiblissement. 
Atténuer, v. sfTaiblir. 
Atterrer, v. a. abattre. ' 
Attestation, sf. certificat. 
Attester, v. certifier. 
Attiédir, v. rendre tiède. 
Attiédisscment, sm. tiédeur. 
Attirail, pi. ails, am. !<tour. 
Attirer, v. tirer il soi. 
Attiser, r. allumer, exciter. 
Attideur, sm. qui attise. 
Attitrer, v. donner un titre. 
Attitude, sf. posture. 
Attouchement, am. action de 

toucher. 
Attractif, ve, a. qui attire. 
Attraction, sf. act. d'attirer. 
Attrait, sm ce qui attire. 
Attrape, s/, tromperie. /a. 
Attraper, v. tromper. 
Attrapette,»/. tromperie légère. 
Attrayant, a. qui plaît. 
Attribuer, v. imputer. 
Attribut, am. ce qui convient. 
Attributif, a. qui attribue. 
Attribution, af. charge. 
Attrister, v. afiliger. 
Attrition, s/, regret, [ment-l 
Attroupement,sm.iassemble.J 
Attrouper, v. rassembler. 



Augure, am. prèsai^e. 
Augurer, v. présager. 
Auguste, a. grand, imposant 
Aujourd'hui, ad. ce jour. 
Aumârie, af, don aux pauvre* 
Aumônier, a. chapelain. 
Aumusse, sf, fourrure. 
Aunage, sm. mesurage & 1* 
Aune, af. mesure, m. arbre. 
Auner, r. mesurer à l'aune. 
Auparavant, ad. avant tout. 
Auprès, ad. tout contre. 
Auréole, af. cercle lumineux. 
Auriculaire, a. de l'oreille. 
Aurore, sf. lumière. - 
Auspice, sm. présage, protect. 
Aussi, ad. de même. 
Aussitôt, ad. dans le moment. 
Austère, a, rigoureux, ftpre. 
Austèrenient, ad. avec 



Astronomique, a. d?astronomXB \A\i, Aux, art. à le, ft les. 



Astuce, sf, finesse, ruse. 
Astucieusement, ad. par ruse. 
Astucieux, se, a. fin, rusé. 
Atelier, sm. lieu de ircivail. 
Athée, «771. et a. qui nie Dieu. 
Athéisme, stii. opinion d'athée. 
Atliénée, sm. où l'on enseig.ie. 
Athlète, sm. lutteur. 
Atlas, am. recueil de crrtee. 
Atmosphère, sf. cercle de 1 air. 
Atome, S77t. corpuscule. 
Atomie, sf. faiblesse. 
Atour, S7JI. parure. 
Atrabilaire, a. et a. triste. 
Atroce, a, féroce. 
Atrocité, sf. férocité. 
Attache, sf. lien. 
Attachement, sm. afifeciion. 
Attacher, v. lier, joindre. 
Attaque, af. action d> 
Attaquer, v. assaillir. 
Atteindre, r. psrveuir. 



Aubade, af, sérénade. 
Aubaine, sf. succession. 
Aube, sf. matin. 
Aubépine, sf. arbrisseau. 
Auberge, sf. lieu où on loge. 
Aubergi5te,«.qui tient auber^^ 
Aubier, sm. bois tendre. 
Aucun, e, a. nul. 
Aucunement, ad. nullement. 
Audace, sf. hardiesse extrême 
Audijcieueement, ad, avec in- 

Folence. 
Audacieux, se, a. hardi. 
Audience, sf, réception. 
Auditeur, sm. qui écoute. 
Auditlon> s/, action d'attendre. 
Auditoire, sm. auditeurs. 
Auge, s/, pierre creusée. 
Augée, s/, plein une auge 
Augmentatif, ve, a. qui augm 
Augmentation, sf. accroisscut. 
Augmenter, v, accroître. 



Austérité, sf, rigueur. [midi.*I 
Austral, a. (sans pi. m.) duj 
Autant, ad. marque l'égalité. 
Autel, «771. lable sacréfl. 
Auteur, a, et a. Inventeur. 
Authenticité, sf, preuves. 
Authentique, a. Incontestable. 
Authentiquement, ad. d'une 

manière authentique. 
Automate, sm, machine. 
Automatique, a. d'automate. 
Automne, am. 3e, saison. 
Autorisation, af, pouvoir. 
Autoriser, v. permettre. 
Autorité, sf, puissance. 
Autour, ad, aux environs. 
Autre, pr, et a. qui marque 

distinctement. 
Autrefois, ad, anciennement.. 
Autrement, ad, d'une autre*] 
Autrepart,a(f.nil1eurfl.rmaniè. | 
Autruche, af, grand oweau. 
Autrui, «171. sans pi. lea autres. 
Auvent, am, toit en esillie. . 
Auxiliaire, c qvi tViti. 
Avalanche, jrf. mtcdM de neige 
Avaler, v. introduire dans le 

gosier. 
Avaleur, euse, «. glouton. 
Avaloire, sf. grand gosier 
Avance, sf. anticipation. 
Avancement, «m. progrès. 
Avancer, v. aller en avant. 
Avanie, sf. afl'ront. [priorité.1 
Avant, ad. et prép. marq. doj 
Avantage, «m. profit. 
Avantager, v, lavorlsor. 
Avantageusement, ad. avec a- 

vantage. 
Avantageux, se, a. profitable. 
Avant-bras, «tr. partie du bras 

du poignet au coude. 
Avant-coups, sm. saillie. 
Avant-cour, sf. première cour. 
Avnnt-cnHr<«or,fifi».qul précède 
Avant-dernier, a avant le 

dernier. 
Arant-garde, af, garde qui 



I 



8 



BAI 



précède an corpa d'armée, 
Avant- hier, ad. lejour qui«a 

précédé celui d'hier. 
Avanupropos, «m. préface, 
Avant-quart, «m. coup avant 

l'heure. 
Avant-train, am. rouea de dev. 
Avant-veil'e, «/. surveille. 
Avare,a.et «. qui aime l'argent, 
Avar'ce, «/ vice de l'avare. 
Avaricieux, se, a. avare. 
Avarie, af. dimmage sur mer. 
Avarié, a. g&té en voyage. 
Avec, prép. ensemble. 
Avènement, am. venue. 
Avenir, am. le temps ft venir. 
Avenir, v. arriver. 
Avent, am. temps avant No£l. 
Aventure, af. événement. 



BAN 

Aventurer, v. hasardeh 
Aventurier, a. intrigant. 
Avenue, af. allée d'arbres. 
Avérer, v. vérifier. 
Averse, af. pluie abondante. 
Aversion, «/.haine. 
Avertir, v. donner avis. 
Avertissement, sm. avis. 
Aveu, am. action d'avouer. 
Aveugle, a. et s. privé de la 

vue. 
Aveuglement, am. cécité. 
Aveuglément, ai. en aveugle. 
Aveugler, «. priver de la vue. 
Aveuglette (à 1'}, à t&tons. 
Avide, a. intéressé. 
Avidement, ad. avec avidité. 
Avidité, af. désir ardent. 
Avilir, V. rendre vil. 



BAll 

Avilissement, am. état i'un*! 
Avis, am. opinion, [être avili. J 
Avisé-, a. prudent. 
Aviser. ». trouver moyen. 
Avitailler, v. mettre des vivres. 
Avocat, a. défenseur en justice. 
Avoine, af. graine. 
Avoir, V. posséder. 
Avoisiner, v. être voisin. 
Avoué, a. protecteur. 
Avouer, v. confesser. 
Avril, am. -le mois de l'année. 
Axe, am. ligne. 
Axonge, sf. saindoux. 
Axiome, am. maxime, [vain.*! 
Azime, a. et m. pain sans le- J 
Azote, sm. sorte de gaz. 
Azur, am. couleur bleue. 
Azurer, v. mettre de l'azur. 



B 



B, «m. consonne. 

Babel,(la tour de), «/.confusion. 

Babil, stn. caquet. 

Babillard, a. et a. qui lï^bille. 

Babiller, v. caqueter, cauaar. 

Babine, af. lèvre d'animaux. 

Babiole, af. jouet, bagatelle. 

Baé, am. grand bateau plat. 

Baccalauréat, sm. degré. 

Bacchanale, af. débauche,1 

Bâcler, t). expédier, [bruit. J 

Badaucl,^>et a. niais. 

Badaud^, v. niaiser. 

Badigeoi^f».couIb.ir jaunâtre. 

BadigconMr, v. peindre. 

Badin, a. et «. folâtre. 

Badinage, .«m. act. de badiner. 

Badine, af. baguette. 

Budiner, v. plaisanter. 

Badînerie, af. bagatelle. 

Bafouer, v. traiter avec mépris. 

B&frei, V. manger goulûment. 

Bagage, am. équipage. 

Bagarre, ^. tumulte. 

Bagatelle, af. chose frivole. 

Bagne, am. prison des forçats. 

Bague, af. anneau de métal. 

Baguenauder, v. niaiser. 

Baguette, af. verge, moulure. 

Baie, af. petit golfe. 

Baigner, v. mettre dans l'eau. 

Baignoire, af. cuve pour le 
bain. [Je louage."! 

Bail, am. pi. baux, contratj 

Bâillement, am. action de 

Bâiller, v. ouvrir la bouche. 

Bâillon, sm. inst. pour tenir 
la bouche ouverte. 

Bâillonner, v. mettre un bâil- 
lon, imposer silence. 

Bain, am. lieu où on se baigne. 

Baïonnette, af. arme. 

Baiser, v. embrasser. 

Baisse, af. déchet, diminution. 

Baisser,», devenir bas,8'affaibl. 



Baisure, af. crofite de pain. 
Bal, pi. bals, am. danses. 
Baladin, am. bouffon, farceur. 
Balafre, af. cicatrice au visage. 
Balafrer, v. faire des balafres. 
Balai,«in4nstrum,pournettoyer 
Balance, af. Instr.ponr poser. 
Balancement, am. action de 
Balancer, v. tenir équilibre. 
Balancier, am. pendule. 
Balayer, v. nettoyer. 
Balayeur, euse, a. qui balaie. 
Balayures, af. pi. ordures. 
Balbutiement, am. action de 
Balbutier, v. mal prononcer. 
Balcon, sm. saillie l'une fe-l 
Baldaquin, am. dais. [nêtre.J 
Baleine, af. cétacé, ses fanons. 
Baliverne, af. sornette, fa. 
Bali verner.v.dire des balivernes 
Balle, af. petite boule, caisse. 
Ballon, sm. vessie enflée d'air. 
Ballonnier, am. faiseur de bal- 
lons, [chandises.'l 
Ballot, am. paquet de mar-J 
Ballotin, sm. petit l)allot. 
Ballotage, sm. action do 
Balloter, v. discuter, remuer. 
Balourd, e, a. grossier. 
Bal": ■"lise, af. sottise. 
Balsamine, s/.plante.[lustres.*1 
Balustrade, 5/.ré union de ba-J 
Balustre, sm. pilier façonné. 
Baiustrer, v. orner de balustres. 
Bambin, sm. enfant, fa. 
iBamboche, sf. marionnette. 
Bambou, sm.roscau des Indes. 
Ban, 5m. publication, exil. 
Banal, pi. au:c, a. trivial. 
Banc, sm. long siège. 
Baflc I, pi. als, a. et a, boiteux. 
Bandage, sm. lien. [dages."] 
Banilagiste,«m.fai3eurde ban- J 
Bande, sf. lien plat et large. 
Bandeau,<m. bande sur le front. 



Bandelette, af. petite bande. 
Bander, v. tendre, lier. 
Banderolle, sf. esp. d'étendard. 
Bandit, sm. vagabond. 
Bandoulière, sf. bande de cuir. 
Banlieue, sf. environs. 
Banne, af. toile. 
Bannière, af. étendard. 
Bannir, v. exiler, chasser. 
Bannissement, sTn. exil. 
Banque, «/.commerce d'argent. 
Banqueroute, af. faillite. 
Banqueroutier, ère, «. qui faitn 
Banquet„sm.fe8tin. [banquer. J 
Banquette, sf. banc rembourre. 
Banquier, am. qui faitlabanq. 
Baptème,«m.leprem.sacrement 
Baptiser, v. donner le baptême. 
Baptismal,p;.aux, a.de baptèm. 
Baptistaire,«m.acte de baptême. 
Baquet, am. pet.cuvier de bois. 
Baragouin, sm. mauv. langage 
Baragouiner, v. parler mal. 
Baraque, sf. hutte, [beurre."! 
Baratte, «/.baril où l'on bat lej 
Baratter, v. battre du lait. 
Barbare, «. et a. cruel. 
Barbarie, af. cruauté. 
Barbarisme,sm.faute de langue. 
Barbe, af. poil du visage. 
Barbeau, am. poisson, fleur. 
Barbet, am, chien. 
Barbier, sm. qui fait la barbe. 
Barbifier, v. raser la barbe. 
Barboter, v. fouillr.r, marcher 

dans la boue. 
Barbouillage, am. mauvaise 
' . peinture. 

Barbouiller, v. peindre mal. 
Barbouilleur, euse, «. qui 

barbouille, mauv. peintre. 
Barbu, a. qui a de la barbe. 
Bardane, piahte. 
Barde, sf. tranche de lard. 
Baril, sm. petit baril. 






5: 



liAl» 



BEN 



filEJ 



d 



ain.T 
ile-J 



> 



Bariolage, «m action de 
Barioler, v. varier les couleurs. 
Baroin6tre,«ni.inst.à peser l'air. 
Baron, ne, a. titre de noblesse. 
Baronie, af. terre dUin baron. 
Baroque, a. inrorme, bizarre. 
Barque, sf. petit navire. 
Barre, af. pièce de bois, de fer. 
Barreau, am. sorte de barre. 
Barrer, «. fermer, ra' rer. 
Barrette,*/, bonnetdu cardinal 
Barricade, af, retranchement. 
BaiTicader, v. faire des barric 
Barrière, af. clôture. 
Barrique, af. gros tonneau. 
Bas, se, a. peu élevé. 
Basane, af. peau de mouton. 
Basané, a. (teint) noirâtre. 
Bascule, af. balancier. 
Base, af. soutien, principe. 
Baser, v. fonder. 
Basilic, am. plante, serpent. 
Basilique, af. grande église. 
Basin, am. toile de coton. 
Basque, af. pan de vêtement. 
Bas-relief, am. sculpture. 
Basse ou basse-contre, af. ins. 

trum. de musique, riaille.'l 
Basse-cour,jr/. cour delà vo-J 
Basse-Iice,«/. esp. de tapisserie. 
Bassement, ad. avec bassesse. 
Bassesse, af. I&cheté. 
Basset, am. sorte de chien. 
Bassin, am. vase plat, pièce 

d'eau. 
Bassine, af. grand bassin. 
Bassiner, v. chauffer. [feu."I 
Bassinet, am. partie d'arme àj 
Bassinoire, «/.inst.pourbassi>i 
Basson,sm.instr.à vent. [ner.J 
Bastille, sf. château-fort. 
Bastion, am. fortification. 
Bastonnade, af. coups de bâton. 
Bastringue,.'m.baldeguinguett. 
Bas-ventre, <m.partieinfer.du 

ventre. [somme.*! 



Battant «m. marteau de cloche. 

Batte, af. sorte de maillet. 

Battement, am. act.de battre. 

Batterie, s/, querelle avec coup. 

Battoir, am. palette pour frapp. 

Battre, v. frapper. 

Battu, a. (chemin) frayé. 

Baudet, am. kne.fig. stupide. 

Baudrier, am. échaipe. 

Baume, am. plante, liqueur. 

Bavard, a. et a. causeur. 

Bavardage, am. action do 

Bavarder, v. parler trop. fa. 

Bavaroise, af. sorte de boisson. 

Bave, s/, salive, écume. 

Baver, v. jeter de la bave. 

Bavette, af. linge d'enfant. 

Baveux, se, a. qui bave. 

Bavure, af. trace des joints, 

Bazar, am. marché en Ori'^nt. 

Béant, a. très ouvert. 

Béat, a. et a. dévot. 

Béatification, af. action de 

Béatifier, v. canoniser. 

Béatitude, af. félicité éternelle 

Beau, belle, a. quiplatt. 

Beaucoup, ad. en ouantité. 

Beau-fils, sm. gendre. 

Beau-frère, am. frère par al- 
liance, [liance.n 

Beau-père, am. père par al-J 

Beaupré, sm. mât penché. 

Beauté, sAqualité, physique. 

Bec, sm. bouche d'oiseau. 

Bécasse, af. oiseau de passage. 

Bécasseau, sm. sorte de bécasse. 

Bécassine, af. petite bécasse. 

Bec-de-corbin, am. pinces. 

Bec-de-Iiè vre,»m.lè vre fendue. 

Bêche, af. outil de jardinier. 

Bêcher, v. remuer la terre. 

Becquée, s/, contenance du bec 

Becqueter, v. donner des coups 
de bec 



Bedaine, am. gros ventres- 
Bedeau, am. ofllcier d'église. 



Bât, am. selle de bêtes deJ|Beffroi, sm. cloche; tour. 



Bataille, af. combat général 
Batailler, v. combattre. 
Batcillon,«m.trouped'infante>'1 
Bâtard,a.et «.illégitime. [rie.J 
Bateau, am. barque de rivière. 
Batflé*, s/, charge d'unbateau. 
Batelet, sm. petit bateau. 
Bateleur, sm. faiseur de tours. 
Batelier, ère, a. qui conduit un 

bateau. 
Bâter, V. mettre un bât. 
Bâti, sm. couture à longs points. 
B&timens. sm. édifice, navire 
Bâtir, V. construire, établir. 
Bâtisse, sf. maçonnerie, 
bâtisseur, sm. qui bâtit. 
' Biitiste, sf. toile très-fine. 
Bâton, am. more, de bois lon^? 
Bâtonner, v. donner des coups 

de bâton, rayer: 
Bâtonnet, am. petit bâton. 



Bégaiement, sm. action de 
Bégayer, r. prononcer mal. 
Bègue, a. qui bégaie. 
Béguin, am. coiffe de toile. 
Béguine, sf. religieuse. 
Beignet, am. pâte frite. 
Bêlementjsm.cri des moutons 
Bêler, V. faire un bêlement. 
Belette, af. petit quadrupède. 
Bélier, sm. mâle de la brebis, 

machine de guerre; signe. 
Bellement, ad. doucement. 
Belligérant,a. qui est en {','■<- 't 
Belliqueux, se, a. guerrier. 
Belvéder, am. pavillon élevé. 
Bénédicité, sm. prière. 
Bénédiction,^/, action de bénir. 
Bénéfice, sm. profit. 
Bénéficiaire, a. par bénéfice. 
Bénéficiai, c. des bénéficet?. 
Bënéficier,sm.qui a un bénéfice 



Bénéficier, ». tirer nrofit. 
Benêt, a. et am. niais. 
Bénévole, a. indulgent. 
Bénignement, ad. avec bonté. 
Bénignité, af. douceur. 
Bénjn, Igné, a. doux. 
Bénir, v. consacrer. 
Bénitier, sm. vase & eau bénite. 
Benjamin, am. enfant préféré. 
Béquille, af. bâton pour infirm. 
Bercail, am. bergerie. 
Berceau, sm. lit d'enf.; treille. 
Bercer, v. agiter, endormir. 
Berger, ère, a. qui garde un 

troupeau. 
Bergère, sf. sorte de fiuteuil. 
Bergevio. »/. étable à moutono. 
Berline, sf. carrosse. 
Berne, sf. jeu, raillerie. 
Berntment, sm. action de 
Berner, v. railler, faire sauter. 
Besace, sf. sac à deux poches. 
Bésaiguë, sf. cutil de charp. 
Besicles, sf. pi, lunettes. 
Besogne, sf. travail, fa. 
Besogner, v. travailler. 
Besoin, sm. manque. 
Bestial, a. qui tient de la bête. 
Bestialement, ad. en vraie bête. 
Bestiaux, am.pl. béiail. 
Bestiole, sf. petite bête. /a. 
Béta, am. très bête. /a. 
Bétail, sm. troupeau. 
Bête, af. animal. 
Bêtement, ad. en bête.. 
Bêtise, sf. ignorance. 
Bette, sf. plante potagère. 
Betterave, sf. plante. 
Beugler, ». mugir. [lail."l 

Beurre, sm. partie grasse du J 
Bévue, sf, méprise. 
Biais, sm. travers, oblique. 
Biaisement, sm. action de 
Biaiser, ». aller de biais. 
Biberon, sm. vase à boire. 
Bible, sf. A. et N. Testament. 
Bibliographe, sm. savant en 
Bibliographie, sf. connaissance 

des livres. 
Bibllomtne, sm. qui a la 
Biblinmanio, sf. pa.^8ion des !!■ 
vrof, [d'unai 

BiL\iii Vécaîro, sm. gardien! 
Bibl- 'iièque. sf. réunion de 

li^ ïea.ff. homtne savant. 
Bic 1 ;, s'f. femelle du cerf. 
Bk net, sm. mesure de grains. 
Bicoque, sf. ;ietite maison. 
Bidet, sm. petit cheval. 
Bidon, sm. broc de hoh. 
Bien, sm. ce (jui est bon. 

Bien-êire, sm. situation aisée. 

Bienfaisance, sf. humanité. 

Bienfaisant, a. qui fait du bien. 

Bienfait, sm. bien qu'on fait. 

Bienfaiteur, triée, «.bienfaisant. 

Bienheureux, se, a. saint. 

Bienséance, af. convenance. 



11 



■.- , i lwWi ' fW » » ' 1 



10 



BLA 



DON 



BOU 



Bienséant, a. ce qui convient. 
Bientôt, ad. dans pou. 
Bienveillance, af. affection. 
Bienveillant,a. qui veut du bien. 
Bienvenu, a. et s. bien reçu. 
Bienvenue, sf. bonne arrivée. 
Bière, «/. cercueil, boisson. 
Biffer, v. raturer l'écriture. 
Bifurcation, sf. division en 2 
Bifurquer (se), v. se divis. en 2. 
Bigame, a.ela. marié deux toist. 
Bigarreau, sm. sorte de cerise. 
Bigarrer,v. varier les couleurs. 
Bigarrure, sf. mélange. 
Bigle, a. louclie. 
Bigler, v. loucher. 
Bigorne, sf. enclume en ])oin(e, 
Bigot, a. et s. dévot outré. 
Bigoterie, sf. dévotion outrée. 
Bijou, sm. chose précieuse. 
Bijouterie, sf. com.de bijoux. 
Bijoutier, sm. faiseur de bijoux 
Bilan, sm. état des marchan-n 
Bilboquet, sm. jouet, [dises J 
Bile, sf. humeur. 
Biliaire, a. de la bile. [bile.*1 
Bilieux, se, a.et s. qui a de laj 
Billard, «m. jeu de billes. 
Bille, sf. boule d'ivoire. 

Sillet, sm. petite lettre, 
llleter, v. étiqueter. 
Billion, sm. mille milliona. 
fiillon, sni. monnaie de cuivre. 
Billot, sm. tronçon de bois. 
Bimige, sm. act. de biner. 
Biner, v. sarcler, dire 2 messes. 
Binet, sm. brfilè-tout. 
Binette, sm. instr. pour biner. 
Biographe, sm. qui connaît la 
Biographie, sf. hist. des homm. 

célèbres ; vie de quelqu'un. 
Bipède, a. et ». à deux pieds. 
Bique, sf. chèvre. /a. [blanc.*] 
Bis, a. entre le brun et lej 
Bis, ad. (s) encore une fois. 
Bisaïeul, e, s. père, mère dol 
Bisbille, sf. brouille [l'aieul.J 
Biscaien, sm. petit boulet. 
Biscornu, a. baroque. 
Bise, sf. vent du Nord. 
Bissac, sm. sorte de sac. 
Bissexte, sm. jour de plus &1 
Bissextile, a. année. [fëvrier.J 
Bistouri, sm. instr. de chirurg 
Biatre, sm. couleur brune. 
Bitume, sm. fossile inflamm. 
Bitumineux, se, a. de bitume. 
Bivouac, sm. station de nuit. 
Bivouaquer, v. passer la nuit à 

l'air, 
Bizarre, a. extraordinaire. 
Bizarrement, ad. avec 
Bizarrerie, sf. caprice. 
Blaireau, sm. quadrupède. 
Blâmable, a. digne do 
Bl&me, sm. réprimande. 
Bl&mer, v. condamner. 
Blanc, che, a. et «• propre. 



Blanc-bec, sm. jeune nomme. 
Blancliàtro, a. tirf.nt sur bianc. 
Blanchement, ad en blanc. 
Blancheur,»/ couleur blanche. 
Blanchiment, am. act. do 
Blanchir, v. iendr«^blanc. 
Blanchissage, sm. act. de blan- 

chir. [blanchit."! 

Blani hisseur, eu&<!, s. quij 
Blanchidseriâ, sj. lieu où l'on 

blanchit. 
Bl&ser, V. éinousscr les sens. 
Blason, sm. armoirie. 
Blasphémateur, sm. jureur. 
Blasphùmaioire,a.de biasphêm. 
Blasphème, sm. parole impie. 
Blasphémer, ». jurer. 
Blé, sm. plante graminée. 
Blémc, a. très pâle. 
Blesser, v. faire une plaie. 
Bleasure, sf. plaie. 
Blette, sf. plante. 
Bleu, e, a. couleur d'azur. 
Bleuâtre, a. tirant sur le bleu. 
Bloc, sm. amas. 
Blocus, sm. siège d'une place. 
Blond, a. ch&tain clair. 
Blonde, sf. sorte de dentelle. 
Blondin, a. et s. un peu blond. 
Bloquer, v. faire le blocus. 
Blottir (se), v. s'accroupir. 
Blouse, sf. surtout, vêtement. 
Blouser, v. se tromper. 
Bluet, sm. (leur des champs. 
Bluette, sf. étincelle. 
Blutcau, am. sac de crins. 
Bluter,», passer par le bluteau. 
Blutene, */. lieu où l'on bluie. 
Bobèche, af. part, de flambeau. 
Bobine, sf. fuseau pour dévid. 
Bobiner, v. dévider du fil. 
Bobo, sm. léger mal. 
Bocaije, am. bosquet. 
Bocal,sm.bouteilletrès-évasée. 
Bœuf, sm. quadrupède. 
Boire, V. avaler un liquide. 
Boire, sm. ce qu'on boit. 
Bois, sm. substance végétale. 
Rôiser, v. garnir de menuiserie. 
Boiserie, sf. menuiserie. 
Boisseau, sm. mesure. 
Boisson, sf. liqueur & boire. 
Boîie, sf. coffret. 
Boiter, v. no pas marcher droit. 
Boiteux, se, a. qui boite. 
Bol, sm. tasse évasée. 
Bombance, sf. bonne chère. 
Bombarder, v. jeter des bomb. 
Bombardier, sm. qui bomb. 
Bombe, sf. boulet creux. 
Bombement, sm. convexité. 
Bomber, v. rendre convexe. 
Bon, ne, s. indulgent. 
Bonace, a. calme sur mer. 
Bonasse, a. simple. 
Bonbon, sm. friandise. 
Bonbonnière, sf. hoUo & bon>1 
Bond, «m. saut., [bons.J 



Bonde, sf. hondon. 

Bondir, v. faire un l)ond. 

Bondon, sm. bonde. «^ 

Bonheur, s;n. félicité. '^ 

Bonhomme, «m. vieillaid. 

Bonhomie, sf. simplicité. 

Boni, sm. bonification, profit. 

Bonincaiion, af. amélioration. 

Bonifier, v. améliorer. 

Bonjour, sm. salut. 

Bonne.aveniure,f!/. prédiction. 

Bonnement, ad. de bonne foi. 

Bonnet, am. coiffe. 

Bonnetier, sm. fab. de bonnets. 

Bo< soir, sm. salut du soir. 

Bonté, s/, qualité de ce qui est"! 

Bord,sm.rive,navire. [bon.J 

BorJage, sm. act. de border. 

Bordée, af. décharge de ca- 
nons, d'injures. 

Border, v. garnir le bord. 

Bordereau, sm. mémoire. 

Bordure, sf. ce qui borde. 

Boréal, a. du côté du nord. 

Borgne, a. qui n'a qu'un <bil. 

Borne, sf. limite. 

Borner, v. limiter. 

Bosphore, sm. df^trolt. 

Bosquet, sm. petit boid. 

Bosse, sf. grosseur. 

Bosseler, v. travailler en bosse. 

Bossu, a. et s. qui a une bosse. 

Bossuer, v. rendre bossu. 

Botanique, sf. soience de 

Botaniste, sm. des plantes. 

Botte, sf. faisceau, chaussure. 

Botteler, v. lier en bottes. 

Botter, V. mettie des bottes. 

Boîtier, sm. qui fait des bottes 

Bottine, af. petite botte. 

Bouc, sm. m&le de la chèvre. 

Boucaner, v. fumer la viande. 

Bouche, sf. cavité, ouverture . 

Bouchée, sf. morceau à man- 
ger, [verture.-j 

Boucher, ». fermer une ou-J 

Boucher, s. qui tient une 

Boucherie, sf. débit de viande. 

Bouche-trou, sm. remplaçant. 

Bouchon, sm. ce qui boucht!. 

Bouchonner,», mettre le bou-n 

Boucle, sf. anneau, [chon. J 

Boucler, ». mettre en boucles. 

Bouclier, sflt. arme défensive. 

Bouder, V. faire mauv. mine. 

Bouderie, sf. action de bouder. 

Boudeur, euse, s. qui boude. 

Boudin, sm. boyau plein de 
sang, rouleau de cheveux. 

Boudoir, sm. cabinet retiré. 

Boue, sf. fange des rues. 

Boueur,sm. qui enlève la ' oue. 

Boueux, rc, a. plein le boue. - 

Bouffée, sf. souffle. 

Bouffer, v. soufller, enfler. 

Bouffette, sf. ptite houppe. 

Bouffi, a. enflé, urcuoiiiuux. 

Bouffir, r. enfit^r 



BOV 



BRA 



BRO 



II 



I 



Bouffissure, af, enflure. 
Bouffon, ttn. et a. enjoué. 
Bouffonner, v. faire le bouffon 
Bouffonnerie, •/. farce. 
Bougeoir, «m. petit chandelier. 
Bouger, ». se laouvoir. 
Bougelte, a/, sac en cuir. 
Bougie, a/, cb&ndelle de cire. 
Bougonner, v. gronder. 
Bougran, am. toile gommée. 
Bouilie, af. longue perche. 
Bouiller, v. troubler l*eau. 
Bouilli, sm. viande bouillie. 
Bouillie, a/, lait et farine 

bouillie. 
Bouillir, v. cuire & l*eau 
BouiUoir, a/, vase Ii bouillir. 
Bouillon, »m. soupe, flots, grc. 

plis, mauvaise spéculation. 
BouiUon-blanc, »n. plante. 
Bouillonnement, am. act. de 
Bouillonner, v. être en ébulit. 
Boulanger, am. qui fait le pain 
Boulangerie, a/, art de faire le 

pain, lieu ou on le fait. 
Boule, a/, corps sphérique. 
Boulet, am. balle de fer. 
Boulette, s/, petite boule. 
Boulevart, — ard, am. rempart, 
Bouleveraement, am. désordre. 
Bouleverser, V ruiner. 
BouIingrin,am. pièce de gaz in. 
Boulon, am. cheville. 
Boulonncr,v. mettre un boulon. 
Rouquet, «m. botte de fleurs. 
Bouquin, am. vieux livre. 
Bouquiner, v. acheter de vieux 

livres. [livres.T 

Bouquiniste, am. vendeur dej 
Bourbe, sf. fange, boue. 
Bourbeuse, se, a. plein de boue 
Bourbier, am. trou plein de 

boue, affaire embrouillée. 
Bourdon, am, mouche, cloche. 
Bourdonnement, am. act. de 
Bourdonner, v. faire du bruit. 
Bourg, am. gros village. 
Bourgade, a/, petit bourg. 
Bourgeois, se, a. citoyen. 
Bourgeoisement, ai. en bour- 
geois. 
Bourgeon, am. bouton d'arbre. 
Bourgeonner, v. puucser. 
Bourlet, am. coussin. 
Bourrech'.\ sf. plante. 
Bourrade, a/, coup, repartie 
Bourrasque, a/, tourbillon. 
Bourre, a/, amas de poils. 
Bourreau ,8m. exécuteur, cruel. 
Bourrée, af. fagot de broua- 

sailles. 
Bourreler, v. tourmenter. 
Bourrer, v. mettre de la bourre 
Bourrique, af. ftne. 
Bourriquci, am.. &non. 
Bourru, a. orusquo. 
Bourse, af. petit-sac. 
Boursier, «. qui a une Iraurse. 



Boursou0!âr,v. enfler. 
Bousculer, «. renverser. 
Bouse, af. flente. 
Bousillage, am. action de 
Bousiller, v. faire de mauvais 

ouvrage. [flillft.'l 

Bousilleur, euse, a. qui bou-J 
Bousin, am. surface tendre. 
Boussole, af. aiguille aimantée. 
Bout, am. extrémité, reste. 
Boutade, af. caprice. 
Bout-d'aile, am. pi urne à écrire, 
Boute-en-train, am. qui excite, 
Boute-feu, am. qui excite. 
Bouteille, af. vase \ goulot. 
Boutique, âf. lieu ou l'on vend, 
Boutiquier, am. marchand. 
Bouton, am. bourgeon, tumeur, 

petit r jnd. 
Boulonner, v. mettre des bout. 
Boutonnière, af. trou à bout. 
Bouts-rimés, am. pi. rimes 

données. 
Bouture, sj. branche replantée. 
Bouvet, am. rabot & ramures. 
Bouvier, a. qui garde les bœufs. 
Buxer,«. donner des coups de"! 
Boxeur, am. qui boxo.[ijoing. J 
Boyau, am. intestin. 
Bracelet, am. oruem. du bras. 
Brachial, a. du bras. 
Bruconner,v chasser fortivem 
Braconnier, am. qui braconne. 
Braillard, a. et a. qui crie. 
Brailler, v. crier. 
Brailleur, euse, a, et«. quil 
Braire, v. crier. [braille.J 
Braise, af. boisdemi-consumé. 
Bralsier, sm. bûche & braise. 
Brancard, am. litière. 
Branche, af. excroissance. 
Bran chu, a. qui a des branches. 
Brandiilcr, v. balancer. 
Brandir, v. secouer. 
Brandon, am. torche 
Braiulobner, v. jeter un bran-1 
Bratu»V>am. agitation, [dnn.j 
Branlemcnt, am. mouvement. 
Branler, v. remuer. 
Braque, am. mauvaise tête. 
Braquement, am. actionde 
Braquer, v. tourner d'un côté. 
Bras, am. membre, canal. 
Braser, v. souder. 
Brasier, am, charbons ardcns. 



Bravouroj af. valeur. 

Brebis, aj. femelle do bélier. 

Brèche, af. ouverture. 

Brechec, «. creux de l'estomae. 

Bredi-breda, ad. trop à la h&te. 

Bredouillo, af. terme de jeu. 

Bredouillement, am. act. de 

Bredouiller, v. articuler mal. 

Bredouilleur, euse, a. qui bre- 
douille, qui parle mal. 

Bref, ève. a. court. 

Brelan, ai», jeu de cartes. 

Brelander, v. jouer saivi cesse. 

Breloque, af. bijou sans valeur. 

Brésil, aitt. bo-s de teinture. 

Bretclir, oj. sangle, bande. 

Breuvage, am. buisson. 

Brevet^ am. titre, privilège, etc. 

Breveter, v. donner un brevet. 

Bréviaire, am. livre d'office. 

Brick, am. petit navire armé. 

Bricole, sf. partie dn harnais 

Bricoler, v. jouer de bricole. 

Bride, af. rênes, frein. 

Brider, v. mettre la bride. 

Brief, ve, a. court, pol. 

Brièvement, ai. au court. 

Brièveté, af. courte durée. 

Brifer, v. manger avidement. 

Brigade, aj. troupe de soldats 

Brigadier, an. chef de brigade 

Brigand, sm. voleur. 

Brigandage, am. vol sur lesl 

Brigander, v. voler. [roa'.ea.J 

Brigantin. sm. vaisseau, pirate. 

Brigue, af. poursuite, cabale. 

Briguer, v. rechercher. 

Brigueur, am. qui brigue. 

BriUamment, ad. d'une ma- 
nière brillante. 

BrlMaht, a. qui brille. 

Brillanter, v. tailler & fecettee 

Briller, v. avoir de l'éclat. 

Brimborion, am. colifichet. 

Brin, am. j'H do plante. 

Brindille, sf. branche menue. 

Brioche, sf. p&tisserie. 

Brique, af. terre cuite. 

Briquet, am. pièce d'acier. 

Briqueter, «.imiter la brique. 

Briqnetier, am. qui fait la bri-l 

Brisans, sm. pi. vagues, [que. J 



ffi 



Brise, af. vent frais périodique 
Brise-cou, am. escalier rakl: 
Brisées, af. pi. branches. 
Brisement, sm. choc. 



Brasiller,r.griller sur la braise. 

Brasse, af. mesure. [braa.-| 'Briser, v. rompra fatiguer. 
Bra88èc,s/. contenu des deux J Briseur, am. qui brise. 
Brasser, r. remuer, jig. tramer. Brisoir, am. inst. à briser. 
Brasserie, af. où se fait lalBrisqv.j, s/, jeu de carte», 
bière. [bière.! Brisure, âf. partie fracturée 

■ iaj- 



Brasseur, euse, s. qui fait 
Brasure, af. soudure de fer. 
Bravade, af. action de braver. 
Brave, a. et a. vaillant. 
Bravement, ai. en brave. 
Braver, v. morguer. affronter. 
Dravo, terme d'applaiidissem. 



Broc, sm. vose. 
Brocanter, v. troquer. 
Biocanteur, sm. qui brocante. 
Brocard, am. raillerie, 
Brocarder, v. railler. 
Broche, a/, verge de fer. 
Brocher, v. coudre, broder. 



! 



■<*/, 



12 



BR17 



Brocheur, «uie, «. qui broche. 
Brochure, «/. livre non relié. 
Brocoli, «m. chou. 
Brodequin, «m. chaussure. 
Broder, v. orner, eortiellir. 
Broderie, «/. chuoe brodée. 
Brodeur, euse, ». qui brode. 
Broiement, «m. act. de broyer. 
Bronnhade, sf. action de 
BroDci.ir, v. faite un fauz.pas. 
Bronches, af. pi. trachée ar- 

tère, conduits de l'air. 
Bronze, cm. cuivre et étain. 
Bronzer^ v. peindre en bronze 
Broquette, «/. petit clou. 
BrosHe, af. vergette, pinceau. 
Brosser, v. frotter avec une 

brosse. [ses.'l 

Brossier, »m. faiiour de bros- J 
Brou, am. écale verte des noix. 
Brouette, tf, petit tombereau. 
Brouecter,v. traîner on brouette 
Brouetteur, sm. qui brouette. 
Brouhaha, sm. bruit corfus. 
Brouillamini, am, désordre fa. 
Brouillard, sm. vapeur. 
Bmiiillrment, sm. mélange. 
li^rovvller, v. mêler, désunir 
Brouillerie, af. désunion. 
Br 'uillon, a. qui brouille. 
K:>'8b ailles, af, pi. ronces. 
I'r<' , am. pousse de taillis. 
ïivjii^r, V. paître. 



BUB 

iBruire, «. rendre un son con-*] 
Bruit, am. son, nouvelle, [fus. J 
Brûlant, a. qui brûle : vil. 
Brfllement, cm. act. de 
Brûler, «. consumer par le feu. 
Brûlot, am. navire incendiaire, 

boute-feu. 
Brûlure, af. act. du feu. 
Brume, af. brouillard épais. 
Brumeux, a. couv. de brume. 
Brun. a. presque noir. 
Bruni, cm. poli, orf. 
Brunir, v. rendre brun. 
Brunisseur, euse, a. qui brunit 
Brunissoir, am. outil à brunir 



Broy -îï", V. piler, pulvériser. 
Brov- ir, am. qui broie 
iiru^ sf. belle-nlle. 
Br u no, af. pluie fine. 

B> -x >.<.> , V. M dit de la bruine. 



Brunissure, af. façon aux étof. Bure, sf. étoffe de laine. 



Brusque, a. prompt et rude, 
Brusquement, ad. avec brus- 
querie. 
Brusquer, v. agir brusquement, 
Brusquerie, sf. act. de brusq. 
Brut, a. (t) qui n'est pas poli. 
Brutal, a. et s. grossier. 
Brutalement, ad. en brutal. 
Brutaliser, v. maltraiter. /a. 
Brutalité, sf. vice du brutal. 
Brute, af. sans raison. 
Bruyant, a, qui fait du bruit. 
Bruyère, af. arbuste, lande. 
Buanderie, sf. où on lessive. 
Buandier, s. qui blanchit. 
Bube, sf. pustule sur la peau. 
Bûche, sf, gros boia. 
Bûcher, sm, où on met le bois. 
Bûcheron, sm, qui abat le bois. 
Bûchette, sf, menu bois. 
Bucolique, a, amas peu impor. 
Budget, am. mémoire?. 



BVZ 

Buée, sf. lessive. 
Buffet, sm. armoire. ' 

Buflle, sm, quadrupède. 
Buffletin, «m. jeune buffle. 
Buis, am. arbrisseau. 
Buisson, am. arbuste. 
Bulssonnier, a. de buisson. 
Bulbe, af, ognon de plante. 
Bulbeux, se, a. qui vient d'une 

bulbe. 
Bulle, af. globule. 
Bulletin, am. suffrages. 
Buraliste, sm. qui tient un bu» 

reau. 
Burat, sm. bure grossière. 



Bureau, sm. table. 

Bureaucratie, sf. influence des 
gens de bureau, fa. 

Burette, sf. petite bouteille. 

Burin, sm. instr. pour graver. 

Buriner, v. graver. 

Burlesque, a, et am, bouffon. 

Burlesquement, ad. en bouf- 
fon. 

Buse, sm, lame dans tin corset. 

Buste, am. la tète et la poitrine. 

But, sm, point où l'on vise. 

Bute, sf, outil de maréchal. 

Buter, r. viser, s'opinifttrer. 

Butin, fm. capture. 

Butiner, v. faire duliutin. 

Butor, sm, oiseau. Jig. sot. 

Butte, sf, éminence. 

Buvable, a, potable, fa. 

Buveur, euse, e. qui boit. 

Buvotter,v. boire à petits coups. 

Buze, sm. tuyau. 



^M 



C, cm. Se. consonne. 
Ca, ad. ici. int. pour exciter. 
Ca et là, de côté et d'autre. 
Cabale, sf. intrigue, complot. 
Cabaler, v. intriguer. 
Cabaleur, sm. qui cabale. 
Cabaliste, am. sorcier. 
Cabane, sf. maisonnette. 
Cabaret, sm. taverne. 
Cabaretier, a. qui tient cabaret. 
Cabas, sm. panier. 
Cabestan, sm. tourniquet. 
Cabinet, sm. lieu de retraite 
Câble, sm. grosse corde. 
câbler, V. faire des câbles 
Caboche, af. tête. fa. clou 
Cabotage, cm. actiun de 
Caboter, «. naviguer en cô 

toyant. 
Cabrer, e. effaroucher, se ré-"l 
Cabriole, af, saut. [volter.J 
Cabrioler, «. faire des Gaiitts. 
Cabriolet, cm. voiture légère. 
Cabus, 9m. (chou) pommé. 
Caca, cm. excrément d'enfant. 
Cacade, af, entreprise folle. 



Cacao, am. amende du 
Cacaoyer, sm. arbre d'Amériq. 
Cache, sf. lieu pour cacher. 
Cachemire, sm. chàle de l'Inde. 
Cacher, r. celer, couvrir, taire. 
Cachet, sm. petit sceau. 
Cacheter, v. mettre le cachet. 
Cachette, sf. petite cache. /a. 
Cachot, sm. prison obscure. 
Cacis, cm. fruit. 
Cacographie, e/.mauv. orthogr. 
Cacophonie, sf. sons désagréa- 
bles, [fonds.! 
Cadastre, sm. état de biens- J 
Cadavéreux, se, a. de cadavre. 
Cadavre, sm, corps mort. 
Cadeau, sm, présent. 
Cadenas, cm. serrure mobile. 
Cadence, sf, mesure. 
Cadencer, «.r'fltire en cadence. 
Cadf iï te, c/ esse. 
C^adet i. et a. le plus jeune 
Cadeit';, af. pierre de taille. 
Cadi. <tn. juge turc. 
Cadi:'. .^m. serge commune. 
Cadogan sm. nœud. 



Cadran, sm. où l'heure se 

marque. 
Cadrative, sf. pièce d'horloge. 
Cadre, sm. bordure. 
Cadrer, v. être en rapport. 



Caduc, 



, a. vieux, cassé. 



. que. 
Caducité, sf. état de caduc. 
Cafard, am hypocrite. 
Café, sm. fève du cafier 
Cafetier, c. limonadier. 
Cafetière, sf. vase à café. 
Cage, sf. loge pour les oiseaux 
Cngnard, a. fainéant 
Cagnarder, v. fainéanter. 
Cagnardise, sf. parese^e. 
Cagneux, se, a. les pieds en 

dedans. 
Cagot, s. et a. faux dévot. 
Cagoterie, sf. act. de cagot. 
Cahier, sm. feuilles de papier 

réunies. 
Cahot, sm. saut d'une voiture 
Cabotage, am. secousse. 
Cahoter, v. serouer. 
Cahutte,c/. cabane. 
Caille, af. oiseau. 



CJM 



CAP 



CAR 



13 



1. 
e. 
(l'une 

nbu. 

n des 

e. 
ver. 

on. 
bouf. 

jrset. 

rine. 

>• 

1. 

ir. 



bups. 



e se 
loge. 

9é. 



aux 

9 en 

tpier 
ire 



Caillé, «m. lait caillé. 
Cailler, v, figer. 
Caillou, êm. pierre trèt-dure. 
Cailloutage, sm. amas de cail* 

loux ; ouvrage en cailloux. 
Caisse, tf. coffre, tambour. 
Caissier, am. qui tient la caisse. 
Caision, «m. caisse. 
Ct^oier. «. t&clier de séduire. 
Cajolerie, «/. flatterie. 
Cajoleur, euse, «m. qui cajole. 
Ca , «m. duiilion. 
Calamité, «/. grand malheur. 
Calamiteuz,euse,a. mailieu- | 
Calcaire, a. de ciiaux. [reux.J 
Calelnation, tf. act. de 
Calciner, v. réduire en chaux. 
Calcul, «m. supputation. 
Calculateur, trice, s. qui cal-"! 
Calculer, v. compter. [cule.J 
Cale, $f. Tond d'un navire. 
Caliche, af. carrosse coupé. 
Caleçon, «m. sorte de culotte. 
Calebasse, sf. courge ; — trom' 

par ta ealebaaae, séduire. 
Calembourg, am. jeu de mots. 
Calendrier, am. almanach. 
Caler, «. ajuster. 
Calfater, v. boucher. 
Caireutrer, r. boucher les fen-~| 
Calibre, «m. diamètre, [tes J 
Calibrer, v. donner le calibre. 
Calice, am. vase sacré 
Calicot, am. toile de coton. 
Calire, am. prince turc. 
Calirourchon (à). Ipcut. adv 

comme à cheval. 
C&lin, am. niais et indolent. /a. 
Cftliner (se), v. rester dans 

l'inastion. 
Calme, a. tranquille. 
Calmer, v. apaiser, [lomnie.n 
Calomniateur, trice,«. qui ca.J 
Calomnie,/, fausse imputation 
Calomnier, v. imputer à faux. 
Oalomnieusement, ad. avec 

calomn'.a. [lomnie.*] 

Calomnieux, se, a. qui ca- J 
Calorique, ^m. principe de la 

chaleur. 
Calotte, af. petit bonnet. 
Calque, am, copie. 



Camomille, af. plante. 
Camouflet, am. fumée, [mée.l 
Camp, am. ojt se loge une ac» J 
Campagnard, a. paysan. 
Campagne, af. champs, voyag. 
Campêche, am. bois. 
Campement, «m. action de 
Camper, v. dresser un camp. 
Camphre, sm. substance arum. 
Camus, a. et a. & nés court. 
Canaille, af. vile populace. 
Canal, am. conduit. 
Canapé, am. long siège. 
Canard, am. oiseau aquatique, 
Canarder, v. tirer k couvert. 
Canari, am. serin des Canaries, 
Cancer, am. tumeur maligne. 
Cancéreux, euse, a. de cancer 
Cancre, am. ëcrevisse de mer. 
Candélabre, am. chandelier. 
Candeur, af. pureté d'àme. 
Candi, sm. (sucre) cristallisé. 
Candidat, am. aspirant. 
Candide, a. franc, sincère. 
Candidement, ad. avec candeur. 
Cane, af. femelle du canard. 
Caneton; am. petit d'une cane. 
Canette, af. petite cane 
Canevas, sm. toile claire. 
Caniche am. espèce de chien. 
Caniculaire, a. de la canicule. 
Canicule, af. constellation. 
Canif,«m.instrum. Ataillerleel 
Canin, a. de chien, [plumée J 
Canne, af. roseau, bâton. 
Canneler, v. mouler. 
Cannelle, af. écorce du 
Gannellier, am. arbre. 
Cannelure, af. creux; moulure. 
Cannibale, sm. antropopbage. 
Canon, «m. arme à feu. tuyau, 

parties de la messe , règle ec 

clésiastique. 
Canonial, a de chanoine 
Canonicat, «m. bénéfice. 
Canonique, a. selon les conciles 
CanonisaUon, act. de [des SS.*] 
Canoniser, v. mettre au rangj 
Canoniste, sm. légiste. 
Canonnade, af. action de 
iCanonner, v. tirer la canon. 
iCanonnier, «m. qui tire le can. 



Caiq'uef, v. copier. ICanot. am. petite chaloupe. 

Calumet, «m. pipe de 8auTage.,Cuntaloup, «m. melon. 

CaluB, sm. (s), durillon. ;Cantate. af. petit po«me. 

Calvaire, «m. mont avec une! Cantatrice, af. chanteuse. 

Calvinismo, sm. secte, [croix. jCamharidr, sjf. mouche. 

Calviniste, «m. sectateur. Cantine, af. buvette militaire. 

Camail, am. manteau d'abbé. iCantinier, sm. qui tient cantine.'Catbonnlnr,' 

Camarade, am. compagnon. jCantique, sm. chant religieux. ! charbon. 

Camard, e, a. et a. k nez plat. iCanton, am. étendue de paye. Carbonnade, af. viand<t grillée. 



Caparaçonner, «. mettre un 
caparaçon & un cheval. 

Cape. af. grande voile. 

Capillaire, a. délié. 

Capitaine, am, chef militaire. 

Capital, am. somme d'argent. 

Capitale, af. ville principale. 

Capiiallaer, v. faire un capital 

Capitaliete, am, qui a des caplt 

Capitation, af, taxe par tète. 

Capiteux, se, a. qui porte à la 
tète. 

Capitulairc, a de chapitre. 

Capitulant, a. qui a voix au 
chapitre. 

Capitulation, af. convention 

Capituler, v. parlementer. 

Cupon, am. hypocrite. 

Caporal, am chef d'escouade. 

Capote, af. espèce de manteau 

Câpre, s/.fiuit. 

Caprice, am. fantaisie, [priée 1 

Capricieusement, ad. par ca- J 

Capricieux, se, a. fantasque. 

Capricorne, «m. signe du zo *1 

Câprier, am. arbre, [diaque | 

Capse, af. boite de scrutin. 

Capiaiiun, af. action de 

Capter, v. gagner adroitement 

Captieux, se, a. trompeur 

Captif, ve, a. pris '>nnier. 

Captiver, v. rendre captif 

Captivité, af. esclave. 

Capture, aj: butin. 

Capturer, v. faire capture 

Capuchon, «m. vètem. de tète 

Capucin, sm. religieux. 

Capucine, af. fleur. 

Caque, af. bari.. 

Caquet, am. baril. 

Caquetage, am. action de 

Caqueter, «. habiller. 

Car, eonf. marque la raison. 

Carabin, «m. étudiant eu chir 

Carabine, af. arme ft feu. 

Carabinier, sm. cavalier milit. 

Caracole, ^f. mouv. en rond. 

Caracoler, «iUr» deecuacolea 

Caractère, «m. empreinte, let- 
trée, naturel. [ractére.'i 

Caractériser, «.marquer leca.J 

Caractéristique, a. qui caraei. 

Carafe, af. vase de verre. 

Caramel, «m. sucre fondu. 

Carat, «m. titre de l'or, poids 

Caravane, af. troupe. 

Carbone, am. cbwbon pur. 

Carbonnique, a. tiré du charb. i 
V. réduire ea 



Cambouis, am. vieux-oing 
Cambrer, e. courber en arc. 
Caméléon, «m. reptile. 
Camelot, am. sorte d'étoffe. 
Camion, am. petite épingle, 

petite voiture. 
Camisole', af. chemisette, 



Cantonnement, an. action de 
Cantonner, v. loger des umupee. 
Canule, tf. turau. 
Cap, am. proinontoire. 
Capable, a. propre ft. 
Capacité, af. habileté. 
Caparaçon, s«i. cour, de chev 



Carcan, «m. collier de fer. 
Ccrcaese, af. osaementa. 
Carde, af. côte de plante. 
Carder, «. peigner. 
Cardeer. euse, a. qui eaid*. 
Cardinal, atm. prélat. 
Cardinalati am. dignité de card 



'.'j'iffifejJK, 



14 



CAS 



CEI 



CER 



Carême, «m. Jeftnc nv. PAquod. 
CarAner, v. radouber. 
Caratae, </. ténioi^'. d'affection. 
Carpsaer, r. faire des carcaoed. 
Oargaiaun, «/.charge de navire. 
Carffuer, v. trousser les voiles. 
Oaricaiuro, »/. peint, ridiculo. 
r Carie, a/, pourriture. 
Carillon, im. grand bruit. 
Carillonner, v. annner le carill 
Carrillonneur, am. qui carillon 
Caristade, «/. aumftne. o. 
Carmin, am, beau rouge. 
Carnage, am. massacre. 
Carnaaaier, o. qui vit de chair. 
Carnassiùre, «/. sac. 
Carnation, «/. coul. des chairs. 
Carnaval, «/. temps de divcrt. 
Carne, af. angle extérieur. 
Carnet, snt. petit livre. 
Carnivore, a. qui vit de chair. 
Carotte, af. racine, légume. 
Carquois, am. étui & flèches. 
Carré, am% ft4 angles droits. 
Carreau, am. pave, vitre. 
Carrefour, am. réunion de plu- 
sieurs mes. 
Carrelage, am. action de 
Carreler, V. poser dea carreaux 
Carreleur, am. pos. de carreaux 
Carrelure, af. semelle neuve. 
Carrémem. ad. en carré. 
Carrer, v. aonner une fis. carr. 
Carrière, af. lice, Heu d'où l'on 
tire la pierre, cours de la vie. 
Carriole, af. petite charrette. 
Carrosse, am. voit. susiMnduc. 
Carrossier, am. fais, de carosa. 
Carrousel, am. tournois. 
Carrure, af. largeur du doa. 
Carto, af. carton, liste. 
Cartel, am. défl de combat 
Cartilage, «m. extrémité des os. 
Cartilagineux, Be,a.de cartilage, 
Carton, am. grosse carte. 
Cartonner, v. mettre un carton, 
Cartonniez, am. qui fait le cart, 
Cartoiiehe, af. charge. 
Cwjrbda, am. gouffre. 
CiM, am. accident, fait 
Casaque, af. vêtement. 
Cascade, «/. ciiute d'eau. 
Carn, af. maison. 
Caser, v. établhr. 
Caserne, af. Iqgem. de soldats. 
Casernement, am. action de 
Caserner, v. mettre en caserne. 
Casque, am. armure de tète. 
Cassade, af. mensonge. 
Cassation, af. acte qui casse. 
Casse, af. plante, caisse à com 

partlment. 
Casse-cou, am. lieu glissant. 
Casse-noix, am. instrum. pour 

casser les noix. 
Casser, «. briser, rompre. 
Casserole, af. ust. de cuisine 
Casse-tête, rai. n«;\rs4ie. 



Cassetin, am. cell le de cosse. 
Cassi'tte, sf. coffre léger. 
Cassine, af. mauv. maison. 
Cassonnaile, «/. sucre non raff. 
Cassure, af. fracture. 
Caste, af tribu, classe. 
Castor, am. quadrupède. 
Casuel. le, a. et am. fortuit. 
Casuellement, ad. fortuitem. 
Caaaiste. am. théologier. 
Catacombes, af. souterrains. 
Catofalque, am. décor, funèbre 
Catalogue, am- liste. 
Cataplasme, am. médicament, 
Cataracte, •/. malad. de l'œil ,1 
Catharre, am. fluxion. rsaut.J 



Catastrophe, sf. ëvén. luneste. Cénacle, am. salle À mnnger, 



Catéchiser, v. instruire 
Catéchisme, am. inst. religieuse 
Catéchiste, sm. qui catéchise. 
Catéchumène, a. (eu), qu'on 

caihécliise. 
Catégorie, af. classe, nature. 
Catégorique, a. dans l'ordre. 
Catégoriquement, ad. & propos, 
Cathédrale, af. église princip. 
Catholicisme, sm. reiig. cathol, 
Catholicité, af. pays'catholiq. 
Catholique, a. universel. 
Catholiquement, ad. en cathol. 
Cati, af. apprêt d'étoffe. 
Caton, am. nomme sage. 
Cauchemar, am. oppression. 
Cause, af. principe, sujet. 
Causer, v. être cause. 
Causerie, af. bnbil. 
Causeur, euse, a. qui cause. 
Causticité, sf. malignité. 
Caustique, a. et am. corrosif. 
Cautère, am. ulcère artificiel. 
Cautérétique, a. de cautère. 
Cautérisation, af. action de 
Cautériser, v. brûler. 
Caution, af. répondant. 
Cautionnement, «m. action de 
Cautionner, v. se rendre caut. 
Cavalcade, «/.marche achevai. 
Cavale, «/.jument. 
Cavalerie, af. troupe à cheval. 
Cavalier, am. homme à cheval. 
Cavalièrement, ad. en cavalier. 
Cave, af. souterrata. 
Caveau, am. petite cave. 
Caver, v. ceuser, miner. 
Caverne, af. antre. 
Caverneux, se, a. de caverne. 
Cavet, am. moulure, areà. 
Cavité, af. creux, vide. 
Ce, Cet, m. Cette, /. Ce», a. 
Ceci, pron. démonstratif. 
Cécité, af. état d'un aveugle. 
Céder, v. laisser, se rendre. 
Cédille, af. virgule sous le c. 
Cèdre, am. grand arbre. 
Cédule, af. sorte de billet. 
Ceindre, «. entourer. 
jCeinture, af, ruban. 
Ceinturon, mi. ceinture milit. 



Cela, pronom démonstratif. 
Célébration, af. act de célébr. 
Célèbre, a. fameux. 
Célébrer, v. exalter, lï^ter. 
Célébrité, af. renommée. 
Celer. V. cacher. 
Céleri, «m. plante potagère. 
Célérité, af. vitesse. 
Céleste, a. du ciel, excellent. 
Célibat, «m. état de célibataire. 
Célibataire, «m. non marié. 
CelHer, am. resserre. 
Cellule, af. logo, alvéole. 
Celui, Celle, pron. démonstr. 
Celui-ci, Celle-ci, pronom. 
Celui-là, Celle-là, pronom 



Certes, 



Cendre, af. l'ésidu de t)oi8 
brftié. 

Cendré, a. couleur de cendre. 

Ondrée, ef. menu plomb. 

Cendreux, se, plein de cendre. 

Cendrier, am. où tombe la cen- 
dre. [sus-Christ, n 

Cène, af. dern. souper de Jé-J 

Cens. «/. («) redevance en arg 

Censé, a. réputé. 

Censeur, am. critique. 

Censure, af. correction. 

Censurer, r. bl&mer. 

Cent, a num. dix fois dix. 

Centaine, af. cent Mnités. 

Centaurée, af. plante. 

Centenaire, a. qui a cent ans 

Centenier, am, centurion. 

Centiare,sm. 100e part, de l'are. 

Centième, a. la 100e. partie. 

Centigramme, am, 100e de 
gramme. 

Centilitre, am. lOOe de litre. 

Centimètre, am. 100e de mètre 

Central, a. du centre. 

Centralisation, af. aution de 

Centraliser, v. léun. au centre. 

Centre, «m. milieu. 

Centrifuge, a. qui éloigne du 
centre. [centre.*] 

Centripète, a. qui tend auj 

Centuple, a.cent fois autant 

Centupler, v. répéter cent fuiai 

Centurion, am. qui commande 
100 hommes. 

Cep, am. pied de vigne. 

Cependant, ad. pendant cela. 

Cérat . am. sorte d'nngiiunl. 

Cerceài, sm. cercle de tonn. 

Cercle, am. circonférence. 

Cercler, v. mettre des cer-"] 

Cercueil, am. bière. [ceaux.J 

Céréitle, af. graine farineuse. 

Cérébrale, a. du cerveau. 

Cérémonial, am. cérémonies. 

Cérémonie, af. forme extér. 

Cerf, am. (eèr) quadrupède. 

Cerfeuil, «m. plante potagère. 

Cerf-volant, am. insecte, jouet 

Cerise, af. (ruit du cerisier. 

Cerisier, am. arbre. 



OHA 



tCHA 



CHE 



15 



Cerneau, am. noix verte. 
Cerner, v. entourer. 
Certain, a. atir, quelque. 
Certainement, ad. en vérité. 
Certes, ad. certainement. 
Oertiflcat, «m. écrit Taisant fui 
Certifier, v. assurer. 
Certitude, «/. assurance. 
Cérumen, am. (in), 

des ori'ilien. 
Céruse, «/. blanc do plomb. 
Cerveau, am. niolUe du cr&ne. 
Cervelnt, am. petit i iiucisson. 
Cessation, «/. inteimission. 
Cervelle, af, cerveau. 
Cesse (sans), loc. ad. toujours. 
Cesser, v. discontinuer. 
Cession, af. abondon. 
Ces8ionnairc,a. & qui l*on cède. 
Cétacé, a. et a. grand poisson. 
Chacun, pron. distributif. 
Chagrin, am. affliction. 
Chagriner, v. attrister. 
Chaîne («/.anneaux entrelacés. 
Chatnette, af. petite chaîne. 
Cha!non,s»i.anneau de chaîne. 
Chair,«/.8ubstance des muscles 
Chaire, af. tribune. 
Chaise, af. siège il dos. 
Ch&le, am. grand fichu. 
Chaland, a. acheteur. 
Chaleur, •/. état chaud. 
Chaluupe, af. petit navire. 
Chalumeau, am. tuyau, flftte. 
Chamailler, v. disputer. 
Chambronle, am. ornement de 

porte, de Tcnètre. [maison.*! 
Chambre, af. pièce d>unej 
Chambrette, af. petite chambre. 
Chameau, am. quadrupède. 
Chamois, am. quadrupiede. 
Champ, am. pièce de terre. 
Champêtre, a. des champs. 
Champignon, am. plante. 
Champion, «m. combattant. 
Chance, af. hasard. 
Chanceler, v. n'être pas Terme. 
Chancelier, am. dignité. 
Choncelière, af. Tourrure pour 

les pieds. [chancelier. , 

Chancellerie, af. hôtel duj 
Chancoux, se, a. en bonheur. 
Chancre, am. vMèn malin. 
Chandelier, am. ustensile. 
Chandelle, sf. flambeau de suif. 
Chanfrein, am. plan oblique. 
Changie, am. troc. 
Changement, am. action de 
Changer, v. troquer, ae déplac. 
Changeur, «m. qui change. 
Chanoine, am. ecclésiastique. 
Chanson, nf. vers qu'on chante. 
Chonsonner, v. faire des chans. 
Chansonnette, af. pet. chanson, 
Chansonnier, ère, a. qui fait des 

chansons. 
Chant, am. infleodcm de voix. 



jChantcr, v, Tormer des sons. 
jChanteur, ne, a. qui chnnte. 



Chantier, am. magasin de bois. 

jCliantourner, v. couper sur un 

I dessin. 

.Chanire,jm.qui chante à l'églid 

Chanvre, am. plunte, filasse. 

|Chaos, «ffl. (ka) confusion, 
humeur Chape, af. vêtement O'isglisfl. 

Chapeau, cm. coifi'uro. 

Chapelain, «tu. prêtre. 

Chapelet, am. grains enfilés. 

Chapelier, «wi Taiseur de chap. 

Chopelle, af. petite église. 

Chapellerie, af. commerce de 
chapeaux. 

Chaperon, am. ornement, toit. 

Chapiteau, «ffl. snmmet,cornich 

Chapitre, «m. division. 

Chapitrer, v. réprimander. 

Chaque, a. distributiT. 

Char, am, voiture à 2 roues. 

Char>à>banc,«m. voit. à bancs. 

Charbon, am. bois embr&Bë. 

Charbonncr, v. noircir. 

Charbonnier, ère, a. marchand 
de charbon. 

Charcuter, v, h&cher la viande. 

Charcuterie, af. état de 

Charcutier,cre,s. qui vend dul 

Chardon, am. plante. [porc.J 

Chardonnor, r. carder la laine. 

Chardonneret, am. oiseau. 

Charge, af. faix, oflîce. 

Chargement, am. cargaison. 

Charger, v. meure une charge. 

Chargeur, am. qui charge. 

Chariot, am. voiture à 4 mues. 

Charitable, a. qui fuit du bien. 

Charltablement,ad.par charité. 

Charité, af. amour de Dieu. 

Charivari, «m. grand bruit. 

Charlatan, «m. imposteur. 

Charlataner, v. tromper. 

Charlatanerle, af. hftbierie. 

Charlatanisme, am. tromperie. 

Charmant, a. qui plaît. 

Charme, am. plaisir, sortilège. 

Charmer, v. enchanter. 

Charmille, af. halo. 

Charnel, le, a. de la chair. 

Charnellement, ad. selun la 
chair. 

Charnier, am. cimetière. 

Charnu, a. qui a de la chair. 

Charnure, af. la chair. 

Charogne; af. cadavre de bête. 

Charpente, af. bois écjuarri. 

CÏiarpenter,! ^quarrirdubols. 

Charpentier, & .i.qui charpente. 

Charpie, af. filaments de linge 

Charretée, af. plein une char- 
rette. 

Charretier, ère, «. voiturier. 

Charrette, af. char à 2 roues. 

Charriage, am. action de 

Charrier, v, voiturer. 



QMiitéaii,«iii.mon]eauàepaiiL Charroi, «m. charriatie. 



Charron, «ffl. fabric. de charloti 

Charronnage,«m.art du char-n 

Charroyer,». charrier. [ron.J 

Charrue,a/..'nachine ftlabourer 

Charte, aj. constitution. 

Clias, «m. ti'ou d'une aiguille. 

Chasse, af. action de chasser. 

Chilaee, af. coffre a reliques. 

Chasselas, am. raibiu 

Chasser, v. renvoyer 

Chasseur, euse, a, qui chaM0. 

Chassie, af. humour des yeux. 

Chassieux, se, a. qui a mal 
aux yeux. 

Chftssls, «ffl. cadre de visage. 

Chassuble, af. urnem.de prêtre 

Chaste, a. pur. 

Chasteté, af. état chaste. 

Chat, te, «. quadrupède. 

Chdtaigno, af. fruit. 

Châtaignier, «m. grand arbre. 

Ch&iain, sm. brun clair. 

Ch&ieau, am. beau bftiiment. 

Chat-huani, am- Oiseau. 

Châtier, V. corriger. 

Chatière,*/, trou pour lea chati. 

Châtiment, am. punition. 

Chaton, am. petit chai. 

Chatouillement, «m. action de 

Chatouiller, v. toucher légère» 
ment, [au chatouilIement.*1 

Chatouilleux, se, a. sensiblej 

Chaud, a. qui a de la chaleur. 

Chaudement, ad. avec chaleur. 

Chaudière, af. grand vase. 

Chaudron,«ffl.^etite chaudière. 

Chaudronnerie, af. métier du 

Chaudronnler,«.faiB.de cbaudr. 

Chauffage, am. action de 

Chauffer, v. donner de la cha- 
leur, [chauffer.*] 

Chaufferette,*/, ustensil.pourj 

Chauffoir ,sm. où on se cnaufle. 

Chaumage, «m. action de chau» 
mer. [après la moisson.^ 

Chaume, mi. tige qui restej 

Chaumer,v.ramas8er le cbéume 

Chaumière, af. maisonnette. 

Chausse, sm. chaperon, bae. 

Chaussée, af. chemin élevé. 

Chausser, v. mettre lea bae. 

Chaussette, af. bae court. 

Chausson, am. chausaure. . 

Chaussure, af. ce quichauese. 

Chauve, a. sans cheveux. 

Chauve-souris,«/. quadrupède. 

Chaux, af. terre primitive. 

Chavirer, v. renverser. 

Chef, am. tête supérieure. 

Chef-d'œuvre, «m. bel ouvrage. 

Chef.lieu, am. lieu principal. 

Chemin, «ffl. route. 

Cheminée, af. foyer, tuyau. 

Cheminer, v. marcher. 

Chemise, af. vêtemëiddf toBe. 

Chemisette, af. petiCi^umlee. 

Chenal, am. conduit a^ÏAtt. 

Chenapan, «m. vaurieil 



1 

■ ! 



'i^'-t'-Ji' 



16 



CHI 



CIM 



CLA 



Chêne, im. arbre. 
Chèneau, «m. conduit de_ 
Chone(,«m.u»tenii.ite cheminée. 
Chènevi«,«w. grain de chanvre. 
Chènevotie, »/ tuyau dé- 

poulllA (lu chanvre. 
Chenil,«m.l«freme(adeachienE 
Chonlll", nf. insecte rampant. 
Chor, de, fl. chéri. 

Cher, ad. h haut prix. 

Chercher, v. t&cher de trouver 

Chère, sf. qualité dei mets ; 
repas, régal. 

Chèrement, ail. h haut prix. 

Chérir, v. aimer tendiement. 

Chéri88able,a.qu*on iloitchérir. 

Cherté, «/. prix excessif. 

Chérubin, sm. ange. 

Chétir, vo, a. vil, inaiivaie. 

Chétiveninnt, ad. d'une ma- 
nière chétive. 

Chev.', swi. (iii.ulrupèdo. 

Chevaler, v. étayi!r, se servir 
de chevdif t. 

Chevalet, .iiu. ruppljce. 

Chevalier, .im ili Milté. 

Cheveau-Iépir, *»«. r :va|ier. 

y 'hevelii, a.'ft l(>n?9 cli veux. 

Chevelure, »/. les cheveux. 

Chevet, sm. trav rsin. 

Cheveu, »jn. pnil. 

Cheville, if. more, de boi^t long, 

Cheviiler,».mettre des clii; villes 

Clicvro, af. femelle du bouc. 

Che vreau,«ni. petit de laciié vre, 

Chevron, am. bois équarri. 

Clievroter, v. aller par sauts. 

Citez, prép, au logis. 

Chicane, sf. tromperie. 

Chicaner. «. user de chicane. 

Chicanerie, af. tromperie. 

OliicRneur,eiise, s. qui chicane, 

Ohich», a. avare. 

Chichement, ai. avec avarice. 

Chicorée, af. plante pc;::sèro. 

(Chicot; sm. reste. 

ClilnW-i , r. vétill«.>ï. />o|>, 

Chien, a (î..uuictlp*ï^It^ 

Chiende.U, un. p'ante. 

ChiiTe, af. étoffe lait le. 

Chiffon, ata. vieux 'norcoau. 

Chiffonner, ». frn'»!ssr, tour- 
menter. ■ 

ChiffonniRr,ère, s. quirau-xasse 
les chiffons. 

Chiffie,«ii.caractêr de nombre 

Chlffrer,i>.marquer jiarchiffres. 

Chignon, am. derrière du cou. 

Chimère, af. idée vaine. 

Chimérique, a. dd cl-iimère. 

Chimie, sf. art ùc décomposer 
et de recomposer. 

Chimiste, sm. qui sait lachimie. 

Chipoter, v. vé;iiier./a. 

Chipotier, s. qui chipote. 

Chique, af. tabic à mftcher. 

Chiquenaude, .>/. coup sur le 
nez. 



Chiquer. «. mftciier du tabac. 
Chirurgical, a. de la chirurgie. 
Chirurgie, «/. art du 
Chirurgien, sm. nui opère lur 

le corps, panse les plaies. 
Chirurgique, a. de la chirurgie. 
Chlore, sm. corps simple. 
Choc, sm. coup de 2 corpa. 
Chocolat, sm. p&te de cacao. 
Chœur, fm. musiciens qui 

chantent ensemble, partie 

d'une église. 
Choisir, v. élire, préférer. 
Choi.', am. aciiori du choisir. 
Choléra-morbus, am. maladie. 
Chôn)able,a.(6te qu'on célèbre 
Chômn:;», sm. tema d'inaction. 
Chômer, V. no rien faire, 
('hopine, af. demi-pinte^ 
Chopiner, v. boire snuvdYit. 
Chopper, v. fairo un faux pas. 
Choquer, ». heurter, offenser. 
Choriste, svi. ^k^^). chantre, 
('horus; sm. (Aorus). répétition 
Chose, af. mot vague. 
Chou, sm. plante potagère. 
Chouette, af. oiseau nocturne. 
Chr6me,«m.(Ar^). huile aacréb. 
Chrétien, ne. a. (kré). qui adore 

Jésus-Christ. [chrétien.1 
Chrétiermement, ad. (kré). en J 
Chrëiienté,s/.(&r^). pays chréi. 
Christ ou Jésus-Chrisf, sm. le 

Messie, [de Jésiis-Chrlst.l 
Chiistianisme,sm.(An). rellg.J 
Chronique, sf. histoire. 
Chroniciue, a. long, ancien. 
Chronologie, sm. science des 

époques. [nologie. 

Chronologique, a. de la chro. 
Chuchoter.», parler bas. /a. 
Chuchoterie, sf. action de 

chuchoter. [chote.! 

Chuchoteur,ouse, a, qui chu- J 
Chut, int. (0 silence. 
Chute, sf, action de tomber. 
Chyle, am. suc formé des alU 

mens. 
Ciboire, sf. vase s'cré. 
Ciboule, sf. petit ognon. 
Ciboulette, sf. petite ciboule. 
Cicatrice, af. marque de plaie. 
Cicatriser, v. refermer. 
Cid, sm. chef, commandant. 
Cidre, am. boisson. 
Ciel, sm. le firmament 
Cierge, sm. bougie d'égiiae. 
Cigale, sf. insecte. 
Cigarrs, sm, feuilles de tabac. 
Cigogne, af. oiseau de passage. 
Cl!;:uë, «/.plante vénéneuse. 
< 1, sm. poil des paupières. 
Cilice, sm. ûsaa de crin. 
Ciller, ». remuer les paupières, 
Cime, af. sommet. 
Ciment, sm. mortier. 
Cimenter, «.joindre. 
Cimeterre am. sabre recourbé. 



Clmeilèm, rni. où on enterre. 

Cingl'r, ». voguer, frapper. 

Cinq, 1, no'nt>re. 

CInquiintaine,*/. nombre do 00. 

Cinquante, a. num. S dixaincs. 

Cinquantième, a. 

Cinquième, a. nombre ordinal. 

Cinquièmement, ad. en 6e. lieu. 

Cintre, sm. arcade. 

Cintrer, ». fair< m cintre. 

Cirage, sm. pour cirer. 

circoncire, ». retrancher. 

Circoncis, sm. qui a reçu la 

Circoncir) ut, sf, action de cir- 
concire, [cercle."! 

Clrconférfii'itu, af. tour tl'unj 

Circonflexe, n. (accent). 

Circonlocution, af. pérlphroeo. 

Circonscription, sf. limite. 

circonscrire, ». limiter. 

Circonspect, a. prudent. 

Circonspection, sf. prudence. 

Circonstance, «/.particularité. 

Circonstancier, ». détailler. 

Circonstanciel, elle, a. de cir- 
constance. [titicatiun.1 

Circonvallation,«/. fossé, for- J 

Circonvenir, ». tromper. 

Circuit, sm. enceinte, tour. 

Circulaire, a. rond, et sf. lettre. 

CIrculairrment, ad, en rond. 

Circulation, sf. action de 

Circuler, r. se mouvoir en 
rond. , 

Cire, sf. produit des abeilles. 

Cirer, ». enduire de cire. 

CIran, am. insecte très petit 

Cirque, sm. lieu des jeux. 

Cisailler, ». couper avec des 

Cisailles, sf.pl. gros ciseaux. 

Ciseau, am. outil tranchant. 

Ciseler, ». travailler au ciselel. 

Ciseleur, am. qui cisèle. 

Ciselure, sf. art du ciseleur. 

Citadelle, sf. forteresse. 

Citadin, s. nabitant de ville. 

Citation, af. allégation. 

Cité, •/. ville. 

Citer, ». ajourner, alléguer. 

Citerne, «/. trou plein d'eau. 

Citoyen, a. habitant d'une cité. 

Citron, sm. fruit. 

Citronné, a. qui sent le citron. 

Citronnelle, sf. liqueur, plante. 

Citronner, ». imbiber de citron. 

Citronnier, sm, arbre & citrons. 

Citrouille, sf, plante. 

Civette, sf. quadrupède. 

Civière, sf. brancard. ^ 

Civil, a. de citoyen, poli. 

Civilement, ad. d'une manière 
civile. 

Civilisation, sf. action de 

Civiliser, v. rendre civil. 

Civilité, sf. courtoisie. 

Civique, a. de citoyen. 

Civisme, sm. zèle de citojren. 

Clabaudage, «i». criaillene. 



€L0 



COL 



COM 



n 



on «nterre, 
, frapper. 

ombre do 80. 
I. dlxuinci. 

bre ordinal, 
d. en 6e. lieu. 

I cintre. 
;irer. 
inulier. 
a reçu la 
icdon de clr. 
[cercle."! 

tour d'unj 
cent). 

, pèriphroeo. 
f. limite, 
niter. 
iident. 
'. prudence, 
articularité. 
détailler. 
le, a, de cir- 

[tllkatiun.1 
". (basé, for- J 
tmper. 
nte, tour. 
I, et «/. lettre. 
I. en rond, 
tiun de 
mouvoir en 

m abeilles, 
le cire, 
trèa petit 
Bfl jeux. 
»r avec des 
os rideaux, 
raiicliant. 
et au cieelet. 
iséle. 
1 ciseleur, 
resse. 
it de ville, 
ition. 

alléguer, 
lein d'eau, 
it d'une cité. 

ni le citron, 
ueur, plante, 
îer de citron, 
tre ft citrons. 
ite. 

upède. 
ard. ^ 
I, poli, 
une manière 

tion da 

i civil. 

lisie. 

•yen. 

de citoyen. 

sriaillerie. 






Clabauder. v. aboyer, crier. 

Clabauderiu,*/. criiiillerie. 

Clabaudeur, ouae, «. crialtleur 

Claie, «/. tlMtu d'osier. 

Cluir, a. éclatant, lumineux. 

Clairement, ad. avec clarté. 

Cl lire voie, tf. ouverture. 

Clairon, «m. trompette. 

Clalr-aemé, a. do loin &loin. 

Clairvoyance, »f. sagacité. 

Clairvoyant, a. pénétrant. 

Clameur, tf, grand cri. 

Clandestin, a. secret. 

Clandestinement, ad.en secret. 

Clapet.sm.Boupape àcharniére. 

Clapir, «.crier, se dit du lapin. 

Claque, sf. coup du plai de 
!a main. 

Claquedent, sm. gueux. 

Claquement, êtn. bruit. 

Claquemurer, v. renfermer. 

Ciaque-oreille. êm. chapeau 

Claquer, «. faire un bruit. 

Clariflcation, «/. action de 

ClariAer, r. rendre clair. 

Clarine, «/. sonnette. 

Clarinette, af. in8tr.de musique. 

Clarté, tf. lumière. 

Clitsae, af, ordre, leçon. 

Classement, «m. ciassiflcation. 

Classer, v. ranger par classe. 

Classique, a. (livre), ds classa. 

Claude, s. et a. sot. fa. 

Clause, tf, condiiion. 

Claustral, a. de cloître, pi. aux. 

Clavecin, «m. Instr. de musique. 

Clavette, af. clou plat. 

Clavicule, a, os de l'épaule. 

Clavier, «m. chaîne, anneau. 

Clef, «/. (e/é) insir. pour ouvrir. 

Clémence, tf- bonté. 

Clément, a, doué de clémence. 

Clerc, «m. ecclésiast., praiicien. 

Clergé, am. l'ordre ecclësiastiq. 

Clérical, a, de clerc. 

Gléricalemeni, ad. en clerc. 

Cléricature, af. état de clerc. 

Cllchage, «m. action de 

Clicher, «. faire empreinte. 

Client, s. qui a un avocat. 

Cllunteln, tf, les clients. 

Cligner, «. fermer l'oeil &drmi. 

Clignoter, r. cligner souvent. 

Climat, tm. pays, température. 

Clin, «m. (d'œil), mouvement 
ropide, faux brillant. 

Clinquant, tm. petite lame d'or 

Clique, af. gens qui cabnlcnL 

Cliquetis, tw. bruit d'armes. 

Cloaque, «m. égofit, voirie. 

Cloche, •/. instrument de mé- 
tal, Tose, ampoule. 

Clocheneni,sm. action de botier 

Clocher, tm. pour les cloches. 

Clocher, v. boiter. 

Clochette, tf. petite cloche. 

Cloison, tf. séparation en bois. 

Cloître, Ml. galerie. 



Cloîtrer, v. renfermer. 
Ulopln-clupant, ad. en bottant. 
Cliipiiier, r. boiter un peu. 
ClniKirto, am. Insecte. 
Clore, V. fermer, achever. 
Clos, tm. ti'rre cnc'ose. 
Clôture, af. enceinte. 
Clou, am, cheville de fer. 
Clouer, V. fixer avec desclous. 
Clouter, r. orner ^le clous. 
Clouteile, af. méiior du 
Cloutier, am. faiseur de clous. 
Club, am. société politique. 
Clystére, am. lavement. 
Coadjuteur, tm. adjoint. 
Coaliser (se), v. se réunir. 
Coalition, «/. union, ligue. 
Cocarde, af. nœud de rUbans. 
Cocasse, a. plaisant, fa. 
Coche, «tn. chariot, bateau. 
Cochenille, af. insecte llncto. 

rial, graine du chêne, vert. 
Cocher,«m.qiii mène imcarrcsf 
Cochléarla,.«m. (,kté) niante. 
Cociton, am. porc. ''Tn* 

Cochonnerj v. hàtrr l'oi 
Cochonntnie, sf. nri''»lpr< 
Coco, tm, fruit du cocotu. 
Cocon, stn. coque du ver ft > 
Cocotier, «m. arbre étrn-'çt 
Coction, «/. cuisson, tli stiuu 
Code, «fn. recueil de \o\n. 
Codicille, «M. addition & un 

testament. 
Cœcum, am. (oui), intestin. 
Coefficient, am, t. d'algèbre. 
Goéternel, a. éternel avec un 

autre. 
Coeur, stn. organe, courage. 
Coexistence, af, simultanéité. 
Coexister, v, existei ensemble. 
Coffre, am, boite, caisse. 
Coffrer,. t>. emprisonner. 
Cognassier, am. arbre IVuitier. 
Cognée, af. sorte de hache. 
Coi;ner, «. frapper. 
Cohabitation, af, action de 
Cohabiter, v. vivre ensemble. 
Cohérence, af, liaison, union. 
Cohérent, a. en cohérence. 
Cohéritier, am. héritier avec 

un autre. 
Cohorte, af. troupe armée. 
Cohue, af. assemblée tumul> 

tueuse. 
Coi, Coite, a, calme, tranquil. 
Coine, sf, couverture de tète. 
Coiffer, v. couvrir la tète. 
Coiffeur, euse, a, qui coiffe. 
Coiffure, af. couverture do tête. 
Coin,, sm. angle, outil. 
Coine, am. fruit. 
Coïncident, a. qui coïncide. 
Coïncider, ». «'ajuster. 
Col, tm. collet de chemise. ^ 
Colère, tf, irritation murale. 
Colère, colérique, a. 
Colibri, Ml. très-petit oiseau. 



Coll/lcliet, sm. bnMole, futilité. 

Caliinaçnn, V, Liniu^on. 

Colin.nialllard, am. Jcu. 

Colique, af. douleurs. 

Coliséo, tm. amphithéâtre. 

Collnboialeiir, a. qui travailla 
avec un auire. 

Collage, am. oction de coller. 

Collatérol, a. hors de la ligne 
directe. 

Collation, tf. rr-i as, conflroo- 
taiiun. I 

Collotionner, ». comparer. 

Colle, af, moili'ie glunnie. 

Collecte, tf. levée d'imiots. 

Collecteur, «m. receveur. 

Collccilf, ve, a. qui rdunlt. 

Collactlon, tf, recueil. 

CoIlertivenienl,a(/. en oommiin. 

Collège, am, aisf niblée, école. 

Collégial, a, do collège. 

Collègue, tm, confière. 

■^"ojler, ». joindi 11. 

Ileretie, af. collet de linge. 

' ollet, sm. vt'icniFiit do cou. 
"tir, r. prendre au colleu 
a-, eiiso, a. qui colle. 
il r, tm. ornement du cou. 
lie, ff. petite montagne. 
|iit', «m. dialogue. 

ColkKi I , ». placer, ranger. 

(Toll union, »f. intelligence. 

Collyre, sm. remède. 

Colombe, tf. pigeon, solive. 

Colombier, tm, pigeonnier. 

Colon, sm.babitani des colonie*. 

Colonol.sm.chef d'un rëgindent 

Colonial, a, des colonies. 

Colonie, tf. peuplade. 

Colonnade tf. rang de colonn. 

Colonne, tf, pilier, arpul. 

Colorer,». donner de lu couleur. 

Colorier, v. employer les cuti- 
leurs dans un tableau. 

Coioris, am. teint frais. 

Coloriste, am. qui colorie. 

Colossal, a, de colosse. 

Co1os8e,«m. statue gigantesque. 

Colporter, v. porter des mar- 
chandises. 

Colporteur, sm, qui colporte. 

Colurc, sm. cercles. 

Combat, am. action dé 

Combattre, v. attaquer ou M 
défendre. 

Combien, ad. quelle quantité. 

Combinable, a, que l'on peut 
combiner. 

Combinaison, af. action de 

Combiner, v. arranger. 

Comble, am. excès, falie. 

Comblement, sm. action da 

Coiflbler, ». remplir. 

Combustible, a. et t. qut peut 
brftler. [brftler.-t 

Combustion, af. (/t) action dej 

Comédin, af, pièce de tbéttrc^ 

Comédien, t, acteur. . ''-^ 



ë**(*s)- j*^' 



./-■ 



,.««:^ 







IMAGE EVALUATION 
TEST TARGET (MT-3) 




1.0 



li i.i 



tt&Ë2A mis 

|so ■^~ II^H 

*ii UÀ 12.2 

2? itt ■" 



us 

lu 

u 



12.0 

IL25 IIU 11.6 








Photographie 

Sdences 

Ckaporation 




23 WIST MAIN STRIIT 

WIBSTIIt,N.Y. MSN 

(716)I72-4S03 









È 








r^^ 

> 




18 



COM 



ooir 



CON 



Comestible, «. et a. 

manger. 
Comète, «/. astre k queue. 
Comique, a. de la comédie. 
Comité, «m. petite aasemblée. 
Commande, •/. ce qui eit com- 
/ mandé. [que.*1 

^ Comme, ad. et eonj. de même J 
Commémoration, «/. aouvenir. 
Commencement, «m. principe. 
Commencer, v. entreprendre. 
Commensal, t. qui mange a« 

vec un autre. 
Commensurable, a. en rapport 
Comment, ad. de quelle aorte. 
Commentaire,m.interprétation 
Commentateur, a. qui com 

mente. 
Commenter, «. interpréter. 
Commerce, «m. eociété. 



bon aiCompatibilIté, </. état 




Commettre, «. faire.[7arâage. J 
Commis, «m. employé. 
Commisération, s/jtitié. 
Commi8saire,««.omciercom.*l 
Commission, i/. charge, [mis. J 
Commissionnure, m. charge 

de comiflissions. 
Commode, a. aisé, utile. 
Commodément, «. facilement. 
Commodité, a/, état aisé. 
Commotion, if. secousse. 
Commuer, «. changer. 
Commun, a. vil, abondant. 
Communal, a. de commune. 
Communauté, •/. société. 
Commune, «/. arrondissement 
Communément, ad. ordinaire- 
ment [se cummuniquer.*! 
Communicable, a. qui peutj 
Commnnicaiif, Ito, o. qui se 

communique. [charistie.1 
Communier, «. wcsToir Peu- J 
Communion, j/. union. 
Communiquer, v. rendre com« 

mun, faire narticlper. 
Compacité, tf. état compacte. 
Compacte, a. condensé. 
Compagne,*/, qui accompagne. 
Compagnie, tf. société. 
Compagnon, «si. camarade. 
OMoparable, a. que l'on peut 

coaipwrer. [comparer.*! 
Ceraparaison, «/. action dej 
Conpwattre, v. tn présenter. 
CoÉiparatIf, to, a. qui compare. 
Canpareri v. examiner, con- 

ftonter. 
Compartiment, «m. symétrie. 
Comparution, «/. aet de cojn« 

puattre. (mathématiques.'l 
Oimpas, sfli. Instrument deJ 
Compassement, «si. action de 
Compasser,*. mesurer mu com' 



OnapMrioni if. pitié. 



Compatible, a. non opposé. 
Compatir, V. avoir pitié. 
Compatriote, s. du même pays. 
Compensation, «/. action de 
Compenser, v. dédommager. 
Compère, «ta. parrain. 
Compétence, »f. droit 
Compétent, a. qui a droit 
Compéter, v. appartenir. 
Compétiteur, «m. concurrent 
Compilateur, am. qui compile. 
Compilation, «/. recueil 
Compiler, v. faire un recueil. 
Complainte,a/.ehauson plaln-*] 
Complaire, v. plaire, [tive. J 
Complidsamment. ad. avec 
Complaisance, «/. facilité à se 

conformer aux goûts d>autrul. 
Compltisant, a. obligeant 
Complet, été, a. entier, [plète.*] 
Complément, «m. ceqaf com-J 
Compléter, «. rendre complet 
Complexe, a. opposé k simple. 
Complexion, $j. tempérament 
Complication, »f. concours. 
Complice, a. et s, qui a part. 
Complicité,s/.èiat de complice. 
Compiles,-*/, pi. office divin. 
Compliment, sm. parole civile. 
Complimenter ,«.(aire compIi-1 
Compliquer, «. mêler, [ment. J 
Complot, «m. mauvais dessein. 
Comploter, v. faire un complot 
Componction, »f. douleur. 
Comporter (se), «. se conduire. 
Composer, «. former un tout. 
Composite, a. (ordre) mixte. 
Compositeur, cm. qui compose. 
Composition, sf. actdecompns. 
Comporteur,«m. outil dMmprlm. 
Compote, •/. fruits cuits. 
Compotier, «si. vase. 
Compréhensible,a. concevable. 
Compréhenslon,i(f. Intelligence. 
Comprendre, v. contenir, sai. 

sir. 
Compresse, tf. linge sur nne 

plaie. [comprimer."! 

Compressible, a. qu'on neutj 
Compression, tf. action ae 
Comprimer, v. resserrer. 
Compris, a. contenu. 
Compromettre, «. s'exposer. 
Compromis, «m. convention. 
Comptabilité, «/. état du 
Comptable, a. qui rend compte. 
Compte, «SI. calcul, salaire. 
Compter, «. calculer, croire. 
Comptoir, «SI. uble, bureau. 
Compulser, «. parcourir. 
Conue, eaae, «. dignitaire. 
Comté, «m. titre de terre. 
Concasser, «. briser. 
Concave, a. creux. 
Concavité, tf. état concave. 
Concéder, «. accorder. 
Coneentcer, v. réunir au centre. 



Concentrique, «.' qui a le 
même centre. [cevoir.i 

Conception, «/. action de con- J 

Concerner, «. avoir rapport à. 

Cftncert, «m. musique. 

Concerter, v. faire un projet 

Concession, «/. chose cédée. 

Concevable, a, qui se conçoit 

Concevoir, v. engendrer, com- 
prendre, imaginer. 

Concierge, «m. portier. 

Conciergerie, «/. charge,prison. 

Conclle,«>n.as8emblée de prélat 

Conclliable, a. qu'on peut 
concilier. [illégale.*! 

Conciliabule, «m. assembléej 

Conciliation, tf. action de 

Concilier, v. accorder. 

Concis, a. (style) court 

Concision, «/. état concis. 

Concltoyen,«.d'unemême ville. 

Conclave, ;»ir. assemblée de 
cardinaux. 

Conclure, v. achever, inférer. 

Conclitaion, «/. fin. [fruitl 

Concombre, «m. plante, son J 

Concomitance, «/. accompa- 
gnement [pagne.*! 

Concomitant, a. qui accom-J 

Concordance, «/. rappoit 

Concordat, «si. convention. 

Concorue, «/. union. 

Concorder, v. être d'accord. 

Concourir, «. coopérer. 

Concours, «m. act de concod- 
rir, alBuence. [abstraifl 

Concret, été, a. opposé àj 

Concuplscence,«/.désir déréglé 

Concurremment, ad. ensemUe. 

Concurrence, «/. prétention. 

Concurrent, «m. compétiteur. 

Concussion, «/. exaction. 

Condamnable, a. qui doit être 
condamné, [qui condamne.*! 

Condamnation, </. jugcmentj 

Condamner, v. rendre un juge- 
ment contre quelqu'un. 

Condensation, «/. action de 

Condenser, «.rendre plus dense. 

Condescendance, •/. complai- 
sance. 

Condescendre, v. accorder. 

Condisciple, «m. compagnon. 

Condition, «/. qualité, clause. 

Conditionnel, le, a. qui a une 
clause. [dltion.*! 

Conditlonnellement,M.&con>J 

Conditionner, v, mettre en état. 

Condoléance, «/. regrets. 

Conducteur,trice, «.qui conduit 

Conduire, *. mener, diriger. 

Conduh, «m. canal, tuyau. 

Conduito,«/.action de conduire 

C6ne, «m. pyramide ronde. 

Confection, tf. compositioD. 

Confèdératif, tive, a. d'ime 



Coniédér^n, «/ ligue. 
ConlMérer (se), «. se liguer 



"^->.. 



^'^w^^'^'W! 



VON 



CON 



CON 



19 



' qnl « le 
[cerolr.i 
ionaacon.J 
r rapport ft. 
que. 

) un projet, 
loee cédée. 
I ee conçoit, 
sndrer, com- 
ler. 
nier. 

harge,priion. 
iblée de prélat 

qu'on peut 
[Illégale.-] 

aasembléej 
ction de 
rder. 
court, 
t concia. 
le même ville, 
issemblée de 

▼er, inférer, 
n. [fruit.-! 
liante, sonj 
/. Rccompa- 
[pagne.-] 
qui accom-J 
rapport, 
invention, 
on. 

e d'accord, 
ipérer. 

rt. de concod. 
[abatrait.-] 
. oppoaé à J 
r.déaTrd6régié 
ad. enaernble. 
prétention, 
compétiteur, 
zaction. 

qui doit être 
li condamne.'] 
/. jugement J 
sndreunjuge- 
clqu'un. 
'. action de 
Ire plua dense. 

«/. complai» 

accorder, 
compagnon, 
alité, clause. 

o. qui a une 

[diiion.*] 

entiotàcon-J 

mettre en état. 

regrets. 
, a.qui conduit, 
ler, diriger, 
lal, tuyau, 
tn de conduira 
nida ronde. 
Mnpoaition. 
B, a. d'une 
f. ligua. 

«.M liguer 



Conftrftnca,<f .diacuashm {nef] 
Conférar,v.comparer,raisun-J 
ConfesM, $f. aveu au prêtre. 
Confesser, v. avouer. 
Confesseur, sm. prêtre. 
Confession, «/. aveu. 
ConfHssional, «m. alégo du 

«;onfeii8eiir. 
Confiance, «/. espérance. 
Confiant, a. qui a confiance. 
Confldemmenl, ad. en 
Confidence,*/, communication. 
Confident, s. à qui on se confie 
Confidentiel, le, a, sous le 

secret. [secret.*] 

Confidentiellement, ad. enj 
Confier, v. commettre au soin. 
Configuration, «/. forme ex» 

térieure. [ble.-] 

Configurcr,e.figurer l'ensem. J 
Confiner, v. reléguer. 
Confins, «m. pi, limites. 
Confire, v, assaUonner, séclier. 
Confirmation, sf. assurance, 

sacrement. 
Confirmer, v. fortifier. 
Confiscation, sf. acilon do 
Confisquer, v. adjuger au fisc. 
Conflteor, sm. prière. 
Confitures, «/. fruits confits. 
Confiturier,«.faiseur(Ioconfltur. 
Conflagration,«/.enibrasement. 
Conflit, «m. choc, débat. 
Confluent, snt. jonction de 

deux rivières. 
Confondre, v. mêler. 
Conformation, sf. foime. 
Conforme, a. semblable. 
Conformément,a<{.pereillcment 
Conformer, v. rendre conforme 
Conformité, sf. rapport. 
Confort, svi. secours. 
Confortation, if. acilon d« 
Conforter, ». fortifier. 
Confrère, am. membre d'une 
Confrérie, tf. association. 
Confrontation, sf. action da 
Confronter, v. comparer. 
Confus, a. confondu. 
Confusâ^^uent, ad. avec 
Confusion, .«/. mélange. 
Congé, «m. permission. 
Congédier, v, renvoyer. 
Coi)gélation, •/. action de 
Congeler, v. geler. 
Congliitiner. v. pendre gluant. 
Congratulation, sf. fëlicitation. 
Congratuler, «. féliciter 



Conjoint, a. joint. 

Conjonciif, live, e. uui unit. 

Conjonction, sf. union. 

Con^onciuro, */. orcasion. 

Conjouir (se), v. eo réjouir. 

Conjugairon, sf. manière de 

Conjuguer, v. marquer les in' 
flexions des verbes. ' 

Conjuration, sf. actioi^jde 

Conjurer, v. prier, ccmfïxet. 

Connaissance, s/. noSbn. 

Connaisseur, éua«, 'ji. qui ee 
connaît à. --^ 

Connaître, v. avoir itotion de. 

Connexion, sf. rapport. 

Connivence, sf. complicité. 

Conniver, r. être complice. 

Conquérant, sm. qui a conquis. 

Conquérir, v. acquérir par les 
armes. 

Conquêtc,sm. act.de conquérir. 

Consacrer, r. dédier. 

Consanguinité, sf. (ut) parenté, 

ConBcience,«/.lamière intérieur 

Consciencieusement, ad. 

Consciencieux, se, a. juste. 

Conscription,*/, enrô'f'ni.milit, 

Conscrit, sm. jeune tnilitaire. 

Consécration, sf. act.de consac. 

Consécutif, tive, a. de suite. 

Consécutivement, ad. de suite. 

ConMsi], «m. avis, assemblée. 

Conseiller,», donner conseil. 

Consentant, a. qui consent. 

Consentir, r. trouver bcn. 

Conséquemment, ad. en 

Conséquence, sf. suite. 

Conséquent, a. qui a^it consé- 
quemment. [server.*] 

Conservation, sf. «et. de con- J 

Conservatoire, a. qui conseive. 

Conserve, sf. confiture. 

Conserver, v. garder avec soin 

Considérable, a. important. 

Considérab]ement,ad.beaucoup 

Considérémcnt, ad. prudemm, 

Considération, sf. action de 

Considérer, v. examiner. 

Consignation, sf. dépôt, cita.*] 

Consigne, sf. ordre. [tioif. J 

Consigner, v. déposer. 

Consistance, sf. fermeté. 

Consister, v. manière d'être. 



Conspirer, «. complot, eoncovr 
Constamment, ad. avec 
Crinsfance, sf. fermeté d'&ma. 
Constant, a. persévérant. 
Constater, t». prouver. 
Constellation, sf. aman d'étoil. 
Consternation, sf. étonncmcnl.j 
Consterner, v. étonner. 
Constiper,v.re8serrer le ventre. 
Constituer, v. composer. 
Constitutift ve, a. qui constitua. 
Constitution, sf. formation, loi.v 
Constltiitionnel,ie,a.selon la M. 
Constructeur,*», qui construit. 
Construction, sf. aaion da 
Construire, v. bfttir. 
Consubstaniialité, sf. état du 
Consubstanticl, a. de miEme 

substance. 
Consul, sm. magistrat. 
Consulaire, a. de consul. 
Consulat, sm. dignité de consul. 
Consultation, tf. action de 
Consulter, v. prendre avis. 
Consumer, ». détruire, user. 
Contact, «iR. (et) attouciiement 
Contagieux,se,a.communicatill 
Contagion, sf. communication 

du mal. 
Conte, SIR. récit fabuleux. 
Cuntemplatiun, •/. action da 
Contempler, p. considérer. 
Contemporaln,a.du niCmetema. 
Contempteur, «m. qui méprisak 
Contenance, if. capacité. 
Contenir, ». rejifenner. 
Cornent, o. satisfait. 
Contentement, sm. satisfaction 
Contenter, ». satisfaire. 
Contentieux, a. (et) sujet à 
Contention, «/.débat. 
Conter, v. narrer. 
Contestant, a. qui contesta. 
Contestation, «/. dispute. 
Contigu, ue, a. qui touche. 
Conllguité, sf. (iit)tiRnfmité 
Continence, sf. chasteté. 
Continent, a. chaste. 
Contingent, a. éventual. 
Continuateur, «si. auteur d'uaa 
Continuation, rf. suite. 
Continuel, le, a, qui at cessa. 
Continuer, v. persévérer. 



Consolateur, trice, o. et «. qui Continuité, sf. suite. 



conrole. [sole.*] 

Consolation, sf. c« quicon-J 
Console, sf. saillie ornée. 
Consoler, v. adoucir H chagrin 



Contendaut, a. qui meurtrit. 
Contorsion, sf. giimace. 
Contour, «m. circuit 
Comoumer, ». tourne ■ autaur.*^ 
Contracter, ». s'obliger, [dib-1 
Coiisomma'teur, «at. <iui oon«Contradicteur,«iR. qui contre- J 

somme. Contradiction, sf. opposition. 

Consommation, sf. action da ContraiHctnire, o. opposa 
Consommer, ». achever, user. Contraindra, ». forcer. 
Consomptif, ve, o. qui consume. Contrainte, sf. violence. ' 
Consomption. «/. maladie. Contraire, o. opposé. 
Conjecture,*/. jugem.probable Consonne, sf. lettre. Contrarier, v. contredire. 

Conjecturer, V. présumer. Conspirateur, «m. qui conspira. Contrariété, «/. oimioaitioB. 
C!(U)jolndre,a.uiiir. JConqtiration. ^. complot. Contrasta, «m. dinirane*. 



Congréganiste,«4nembred'une|Cnn8olider, v. affermir. 

Congrégation, V"' "ociéié. 

Congrès, sm. assemblée. 

Congru, a. convenable. 

Congruité, «/ convenance. 

Conique, a. en forme de cône. 

Conjectural, a. fondé sur une 



é^r 



20 



CON 



€^m 



cou 



Contralto r, r. dtn oppoiè 
Contrat, sm. convenrinn. 
Coniravcotlon, •/. infiacUoR. 
Contre, «m. coiurRir*. 
' Contrebande, «/■ fhiud*. 
Contrebaiiilier, ». firaudeur. 
Contrecarrer, v. s'opposer. 
Contrecœur, (à) «m. regret. 
Contredire, e. cuntrariei. 
Contredit, tut. dispute. 
Contrée, «/. région. 
Conirefa çon ,«/. eho8« eontraMt 
ContrerttLtcur,«m.<|ui contrerait 
Contrefaire, v. imiter. 
fTontrcrait, a. difforme. 
Cantre-maitre,«m. rhcfd'nurr, 
Contremander, v. révoquer. 
Contremarche,*/, marche opp. 
Contre-mur, sm. Se. mur. 
Contro-urdre, am. révocation. 
Contrc-pohls, »m. poids opposé. 
Contre-poil, sm, poil opposé. 
C^ontrc-puison, sm. antidote. 
Contrc-3cing,8fli, 2e. signature. 
Contre-sena, sm. sens nppoiié. 
Conrre-siuiier, v. signer en 3e. 
Contre-temps, sm. obstacle. 
Contrevenir, v. agir contre. 
Contrevent, sm. volet. 
Contribuer, v. aider, rayer, 
contribution, sf. impôt. 
Cnnirister, v. afflieer. 
Contrit, a. très aflilgé. 
Contrition, sf. douleur. 
Contrôle) sm. registr». 
Contrôler, v. enregidtrer. 
Contrôleur, sm. qui contrôle. 
Controuver, v. intrenter. 
Controverse, sf. dispute. 
Ottntumaco, sf. absence. 
Contusion, sf. meurtrissure. 
Convaincre, v. persuader. 
Convalescence, sf. état de 
Convalescent, a. qui relève de 

maladie. 
Convenable, a. qui convient 
Convenablement, ad. avec 
Convenance, sf. bienséance. 
Convenir, v. être d*accnrd. 
Convention, sf. accord. 
Conventbnnel(«^e convention. 
Oonventtlel, le, a du couvent. 
Convergence, */. état 
Oinvergent, a. qui converge. 
Converger, r. se réunir. 
Conversation, sf. entretien. 
Converser, «. causer. 
Conversion, sf. cl^ngement. 
Convertir, v. changer. 
Convexe, a. surface bombée. 
Convexité, sf. courbure eztér. 
Gonvlction,«/'. prouve évidente. 
Convier, v. inviter. 
Convive, t. Invité. 



Convoquet, v. tmembler.' 
Convulstf, ve, m. attaqué de 
Convulsion, sf. efforts. 
Coopéruteur, trfce,.a. qui a 
Coopération, sf. action de 
Coo|.érer, «.opérer avec. 
Coordonner, «.ordonner avec< 
Copeau, sm. éclat de boie. 
Copie,«/.écril d'après un autre. 
Copier/ V. Taire une copie. 
Copieusement, ad, beaucoup. 
Copieux, ve, a. abondant. 
Copiste, sm. qui copie. 
Copulation, sf. union. 
Coq, sm. (eok) oiseau domesO 
Coque, sf. enveloppe, [tique. J 
Coqueluche,*/, sorte de rhume. 
Coquet, te^ a. qui a de la 
Coquetterie, sf. afféterie. 
Coquill(ige,.«m. teatacé. 
Coquille, sf. coque. 
Coquin, s. fripon. 
Coquiner. «. tromper. 
Cuquinerie, sf. act.de coquiner 
Cor, sm. durillon, ittstrumeni. 
Corail, j)/ aux, sm. polypier. 
Corbeau, «m. oiseau. 
Corbeille, sf. panier. 
Corbillard,. «m. char funèbre. 
Cordage, Ml. corde. 
Corde, sf. tortls. 
Cordeau, sm. petite corde. 



Cordeler,.«. uesset en corde. 
Cordelette,,*/, petite corde. 
Corder, e. faire deja corde. 
Corderie, sf. où se fait la corde. 
Cordial, a. qui conforte. 
Cordialement, ad. avec 
Cordialité, sf. affection. 
Cordon, «m., cordelette, ruban. 
Cordonner, v. tordre en corde. 
Cordonnet, sm. petit cordon. 
Cerdonnier,s.faiseur deeouliers 
Coriace, a. dur. 
Coraier ou SerUer, am. arbre. 
Connoran,Mi. oiseau. 
Corne, sf. excroissance. 
Corner, v. sonner d'un cornet. 
Cornet, sm. petit cor, encrier. 
Cornette, sf. coiffe, étendard. 
Corniche, sf. ornement. 
Cornier, a. t l'angle, aveh. 
Cornu, a. qui a des cornes. 
Cornue, s/i vase pour distiller. 
Corollaire, sm. conséquence. 
Corporel, «m. linge du calice. 
Corporation, sf. association. 
CorporeK le, a. qui a un cerpe. 
CorÎMrelfement, ad. en corpis. 
Corps, «m. aubswnce. 
Corps.de.garde, «m. poste a>- 
liuire. [maison. 

Corps-de-iogls, «m. partie de 
Corpuieneej^ grosseis.aueoriM 
Corpuscule, sm. petit corps. 



Gonvocàtioni */ act; de couvoq. 

Convoi, am. cortéxe d'un mort. Correct, a. (iet) sans faute, 
t on voiter, «. désirer. Correctement, ad. sans faute, 

(oavidtlse, ^f. cupidilé. .Correcteur, am. qui corrige. 



Correction,^. punitlon,réparai 
Correctionnel, le, a. de correct 
Correspondatiee, •/. action de 
Correspondre»*, répondre. 
Corridor, sm. galerie. 
Corriger, «. punir, réparer. 
Corrigibie,a.qu'on peutcorriger 
Corroboratif, ve, o. fortifiant. 
Corroborer, v. fortifier. 
Corrompre, v. g&ter, dépraver. 
Corrosif, ve, a. et a. qui ronge. 
Corroyer, «. apprêter le cuir. 
Corroyeur, sm. qui corroie. 
Corrupteur,trice,«.qui corrompt 
Cerruptibiliié,*/. eut de 
Corruptible, a. qui peut se 

corrompre. 
Corruption,*/, altération. 
Corsage, sm. taille du corps. 
Corsaire, «m. vaisseau. 
Corselet, am. cuirasse. 
Corset, am. corps de jupe. 
Conége, am. suite. [iuniére.l 
CoruBcatton, af. éclat de laj 
Corvée, sf. travail sans profiu 
Coryphée, sm. qui se distingue. 
Cosmographie, */. description 

du monde. 
Cosmopolite, a. celui qui ne 

connaît pas de patrie. 
Cosse, sf. gousse, fruit. 
Cossu, a. à cosse, riche. 
Costume, am. habMIenent. 
Costumer,«Jiabiller. [d'impr.l 
Cote4*/.marque numcr.partie J 
Côte, af. os, pente, rive. 
Côté, «m. partie latérale. 
Coteau, am. colline. 
Côtelette, */. petite côte. 
Coter, V. numéroter. 
Coterie, af, société. /a. 
Cotisation, af. action de 
Cotiser, V. taxe par cote. 
Coton, «m. sorte de laine. 
Cotonneux, ae, a. lahueux. 
Cotonnier, sm. arbre. 
Côtoyer, «. aller côte à codé. 
Cotret, sm. petit f>tgot. 
Cotte, */. Jupe, casaque. 
Cou, sm. partie du corpe. 
Coucher, «. mettre au lie. 
Couchette, sf. petit lit. 
Coucou, sm. oiseau. 
Coude, «m. partie du braa. 
Coudée, */. meeure. 
Couder, v. plier en coude. 
Coudoyer, v. heiiiter le coude. 
Coudre, «.joindre avec dufil. 
Couenne, af. peau de porc. 
Couette, af. lit de plume, v. 
'liage, am. porte de liquide. 
!lamment,«<.facilem.glisier 
jiant, a, qui coule bien. 
Coulée, af. sorte d'écriture. 
Cnutiv, V. gMaft, passer. 
Couleur, */. matière colorante. 
Couleuvre, af. reptile. 
Coulis, sm. suc euh. 



n 

iiUofl,réparat 
, a. de correct 
«/. action dt 
rénoadre. 
erie. 

r, réparer. 
I) peutcorrlger 
o. fortifiant, 
rtifler. 

ter, déprarrr. 
a. qui ronge, 
reteriecuir. 
ul corroie, 
(.quicorrompt 
.eut de 
qui peut M 

Itération, 
le du corpa. 
neau. 
raiae. 
I de jupe. 
!. [Tuniére.1 
éclat de laj 
il sana profit. 
il se dintingue. 
/. description 

celui qui ne 

patrie. 

, fruit. 

, riche. 

>UIeneni. 

1er. [d'impr.l 

lumcr.poniej 

te, rire. 

latérale. 

)e. 

te c6te. 

ter. 

:é./a. 

ion de 

ar cote. 

de laine. 

laineux, 
bre. 

côte&c6ie. 
Ikgot. 
isaque. 
u corna. 
'e au lit. 
lit lit. 

lU. 

i du braa. 
re. 

m coude, 
ner le coude. 
) arec du fil. 
u de porc, 
plume. V. 
le de liquide. 
icilein.glisser 
Dule bien, 
d'écriture, 
passer, 
re colorante, 
pdie. 



©or 

CouHsse, «/. rainure. 
Couloir, m. passage. 
Coup, «m. choc, impression. 
Coupa(>la. 0. qui fait une faute. 
Coupe, •/. tasse, aci.de couper 
Coupe-gorge, «m. lieu danger. 
Coupe-Jarret, «ai. brigand. 
Couper, V, trancher. 
Couperet, «m. couteau. 
Couperose, tf, sulfaie de fer. 
Coupeur, «m. qui coupe. 
Couple, «/. paire. 
Coupler, «. mettre par couplea 
Couplet, cm. chanson. 
Coupoir, tm. outil. 
Coupole, «/. «lôme. 
Coupon, «m. reste d'étoffe. 
Coupure, i/. retranchement. 
Cour, «/. espace. découvert. 
Courage, «m. hardiesse,audace. 
Courageusement ,a.avec courag 
Courageux, se, a. brave. 
Couramment, ad. vite. 
Courant, a. qui court. 
Courbatuie, s/, maladie. 
Courbe, a. en firc. 
Courber, t. rendre courbe. 
Courbette, af. basse politesso, 
Courbure, tf. chose cou rite. 



€RE 



CRU 



2l 



Coureur, se, *. qui court. 
Courir, V. aller vite. 
Couronne, af. ornement. 
Couronnement, am, action do 
Courenner,«.met(.une couronn. 
Courrier, «m. quieoort. 
Courroie, af. lien de cuir. 
Counottcer, v. fâcher. 
Courroux, am. colère. 
Cours, «m. flux, durée, leçons. 
Course, af. action de courir. 
Coursier, «m. beau cheval. 
Court, a. opposé k long. 
Courtage, am. entremise. 
Courtaud, «m. de taillo courte. 
Courte-haleine, tf. asthme. 
Courte-pointe, «/.couverture. 
Courtier, «lii. entremetteur. 
Courtisan, am. flatteur. 
Couru, a. recherché. 
Cousin, am. parent, Insecte. 
Cousinage, «m. parenté. 
Cousiner, «. traiter en cousin. 
Coussin, am. sac rembourré. 
Coussinet, am. petit coussin. 
Couteau,sat.instruBi.tranchant. 
Coutelas, «tn. épée, poignard. 
Coutelier, «m. qui exerce la 
Coutellerie, af. comm. de couL 
Coûter, V. cauBcr des soins, 

des dépens. 
Coûteux, se. a. (her. 
Coutil, «m. ((t) toile forte. 
Coutume, af. habitude. 
Cflutumier,iére,a.qul a coutum. 
Couture, «/. action de coudre. 
Couturé, a. cicatrisé. 
Couvent, «ai. monastère. 
Couver «. édianiFer (Combiner. 



Couvercle, «ai. ce qui couvre. 
Couvert,«m.toit,8ervice de table. 
Couverture, «/. ce qui couvre. 
Couvre-pied, «m. pisti couvert. 
Couvreur, «m. qiM couvre. 
Couvrir, «. mettre dessus. 
Crabe, «m. crustacé. 
Crjichat, am. salive, décoration. 
Crachement, «la. action de 
Cracher, v. rejeter la salive. 
Crachoir, «m. vase ft cracher. 
Crachoter, v. cracher souvent. 
Craie,«/. piei re tendre,b|anche. 
Craindre, v. avoir peur. 
Craintes «/. peur, n>spect. 
Craintif, ve, a. timide. 
Crampe, af. contraction. 
Crampon, «m. pièce de fer. 
Cramponner, «. attacher. 
Cran, am. entaiHe. 
Cr&ne, «m. os du cerveau. 
Crapaud, «m. reptile. 
Craquer v. rentire un son. 
Craquerie, af. hâblerie. 
Crasse, af. ordure. 
Crasseux, se, a. sale, avare. 
Cratère, am. bouche de volcan. 
Cravache, af. sorte de fouet. 
Cravate, af. mouchoir de cou. 
Crayon, «m. mine pr. dessin. 
Crayonner, v. ébaucher. 
Crayonnour, am. qui crayonne. 
Craj'onneux, se, a. de crayon. 
Créance, af. mission, créult. 
Créancier» ière, a. & qui on doit. 
Créateur, trice,». et a. qui crée. 
Création, af. action de créer. 
Créature, af. être créé. 
Crécelle, af. moulinet bruyant. 
Crèche, af. mangeoire. 
Crédence, af. buffet. 
Ciédibilité, af. motif do croire. 
Crédit, am. eo qu'on doit. 
Créditer, v. noter co qu'on doh 
payer. rupôtre8.l 

vredo, am. {is symbolo desj 
Crédule, a. qui croit facilement. 
Crédulité, af. fhcilité & croire. 
Créer, v. inventer, établir. 
Crémaillère,«/.instr.de cuisine. 
Crémaillon,«ni. petite crémaili. 
Crème, «/. partie grasse du lidt. 
Créneau, «fli. haut d'un mur. 
Créneler, «.faire des créneaux. 
Crénelure, af. dentelure. 
Crénle,«.Amérlcxl'ori|ln.europ 
Crêpe, am. étoffe. /. pâte frite. 
Crêper, v. friser les cheveux. 
Crépi, «m. enduit sur un mur: 
Crépir, v. enduire de mortier. 
Crépon, am. étoffe de laine. 
Crépu, a. très-fMsé. 
Crépuscule, am. clarté. 
Cresson, am. plante. 
Crête, af. cime. 
Cretonne, af. toile blanche. 
Creuser, v. rendre creux. 
Creuset, «la. rase à fondre. 



Creux, se, «. vide, profond. 
Crevasse, af. fente. 
Crevasser, V. faire des ouvertur 
Crève-cœur, am. déplaisir./a. 
Crever, o. rompre, mourir. /a« 
Cri, am. voix haute. 
Criailler, v. crier beaucoup. 
Criaillerie, «jf. crierie répétée. 
Criard, a. qui crie bcaucoupi. 
Crible, «ta. passoire. 
Cribler, v. percer. 
Cribleur, «m. qui crible. 
Criblure, af. ordures. y 

Cric, am. (eri) machine. 
Criée, af. publication, j'ur. 
Crier, «. jeter des cris. 
Crierie, af. .brhit en criant. 
Crieur, euse, a. qui crie. 
Crime, am. mauvaise action. 
Criminel, le, a. coupable. 
Crimineliement,a<2.en criminel 
Crin, «iR. poil long et rude. 
Crinière, af. crins du cou. 
Crise, af. effort violent. 
Crispation, af. contraction. 
Crisper, v. contracter les a^rta. 
Critérium, «m. vérité. 
Critique, a. censure. 
Critiquer, v. censurer. 
Croc,«ffi.(cro),in8lrumentdefèr. 
Crochet, am. petit croc. 
Crocheter, v. ouvrir, prendra 

avec un crochet. 
Crocheteur, am. porte-faix. 
Crochu, a. recourbé. 
Crocodille, «m. reptile. 
Croire, v. estimer vra}. 
Croisade, af. ligue catholique. 
Croiser, v. mettre en croix. 
Croisillon,sm. traverse de croix. 
Croissance, af. action de 
Croître, v. devenir grand. 
CrQix,«jf.lignefl formant 4 angles 
Croquef, V. fairo du bruit. 
Croquis, am. esqufse. 
Crosse, •/. bâton d'évêque. 
Croitaef, V. pousser avec une * 

crosse, donner la crosse. 
Crotte, tf. bouc, fiente. 
Crottçr, i;. salir avec la crotte. 
Crotiln, «ffl. excrément. , 

Croulement, sm. éboulemcnt. 
Crouler, v. tomber. 
Croupe, sf. derrière, rime. 
Croupion, am. bas de l'échiné. 
Croupir, v. se corrompre. 
Croustiller, v. manger peu. 
Croustilleux, se, a. difficile. 
Croûte, af. partie du pain. 
Croûton, am. grosse croûte. 
Croyable, a. qui peut être cru. 
Croyance, af. ce qu'on croit. 
Cru, am, a. non cuit ; terroir. 
Cruauté, af. férocité. 
Cruche, af. vase de terre. ^ 
Cruchéc, af. plein une rri.cha 
Cruchon, am. petite cruche. ' 
Crucifère, a. fleur en crois. 



,-rv 



22 



DAR 



DJÉB 



DÉB 



'il 



Oruciftement, am. action de 
Crucifier, «. roetiTo en croix. 
Crucifix, «m. (/î) J.-C, 
Crudité, »/. ce qui est cru. 
Crue, «/. augmentation. 
Crue), le. v. inhumain. 
Cruellement, ad. avec cruauté. 
Crûment, ad. d'une man. dure. 
Crustac6, a. et t. & écailles. 
Ory3tal,«m.— j»/. tau::, pierre 

Iraneûarente. 
Crystallin, a. trané^utrenl. 
Orystaniaation, sf. action de 
Cry8talli8er,v. mettre «sncryet. 
Cube, a. et «m. solide, &6 laces. 
Cuber, v. réduire en cube. 
Cubiuue, a. du cube. 
CucHleif;, s/, récolte. 
Cueillir, v. détacher de la tïge. 
Cuiller, («r) ou Cuillère, af. us- 

tensils de ménage. 
Cuillerée, «/. plein unecuiller. 
Cuir, sm. peau corroyée. 
Cuirasse, af. armure de fer. 
Cuirasser,» atmerde cuirasse. 
Cuirassier, «mr caralier. 
Cuire, V. préparer au feu. 
Cuisant, a. âpre, aigu. 



Cuisine, af. ob l'on cuti. 
Cubioer, v. fait» la cuisine. 
Cuisinier, ière, a. qui cuisine. 
Cuisse, «/.partie uu corps. 
Cuisson, •/ action de cuire. 
Cuistre, am. pédant grossier. 
Cuivre, am. métal. 
Cuivrer, v, imiter le cuivre. 
Cuivreux, se, a. de cuivre. 
Cul, am. (eu) le derrière. 
Culasse, af. part, d'arm. t feu, 
Culbute, af. sorte de saut. 
Culbuter, v. renverser. 
Culée, af. appui d'un pont. 
Culot, am. dernier né. 
Culotte, af. vêtement 
Culte, am. honn. rendu à Dieu 
Cultivable, a. qu'on peut culliv, 
Cultivateur, am. qui cultive. 
Cultiver, V. travailler. 
Culture, af. acL de cultiver. 
Cumuler, v. réunir. 
Cupidité, af. convoitise. 
Curable, a. qu'on peut guérir. 
Curateur, trice, a. admlnisir. 
Curatif, ve, a. pour guérir. 
Cure, af. guërison. 
Curé, am. prêtre, pasteur. 



Cure-dent, — oreille, nu initr 
Curée, af. pftture. 
Curer, «. nettoyer. 
Cureur, am. oui cure. 
Curtal, e, a. de curé. 
Curieusement, ad. avec curlos. 
Curieux, se, a qui a de la cu- 
riosité, rare. 
Curiosité, af. chose rare. 
Curslve, a. (écrit.) courante. 
Curviligne, a. courbe. 
Cutané, a. de la peau. 
Cuve,«/. vaisseau k faire le vin. 
Cuveau, am. petite cuve. 
Cuvée, «/.contenu d'une cuve. 
Cuver, V. fermenter. 
Cuvette, af. vase & laver. 
Cuvier,«in. cuv. pour la lessive. 
Cycle, am. cercle ; période. 
Cyclope,jfm.qui n'a qu'un œiL 
C}gne, «m. oiseau. 
Cylindre, am. rouleau. 
Cylindrique a. en cvlindre. 
Cymbale, af. instr. d'airaio. 
Cynique, ». obscène. 
Cynisme, am. impudence. 
Cyprès, am. arbre. 
Czar, am. souverain de Russie. 



D 



D, am. (dé ou ae) consonne. 
De, particule : oui dâ fa. 
Dada, am. cheval, eitfantin. 
Dadai», am. niais, fa. 
Daigner, v. vouloir. 
Da1m,^«M. (din) bête fauve. 
Daine, af. femelle du daim. 
Oaiâ. am. poêle en ciel-de-lit. 
Dalle, af. tablette de pierre. 
Dalmatique, af. tunique, 
Da'ipas, am. étoffe, prune. 

S amasser, «. façonner. 
amJB, af. femme, jeu. 
Dame-jeanne, af. bouteille. 
Dametret, am. qui fait le beau. 
Damiei', am. échiquier. 
Damnable, a. (ana) détestable. 
Damnation, «/.peinedes dama 
Damner, v. punir de l'enfer. 
Ihimoiseau, am. galant. 
Oamoisclle, af. ftlle noble. 
Dandin, «m. niais. 
Dandinement, am. act. de se 
Dandiner, «.balancer son corps 
Danger, am. péril, [danger."! 
Dangereusement, aa. avecj 
Dangereux, se a. périlleux. 
Dans, prép. de temps etdc lieu. 
Danse, af. action de 
Danser, v. se mouv. en cadence. 
Danseur, eiise, a. qui danse. 
Dard, sm. arme & lancer. 
Darder, r. lancer, jfig. blesser. 
DATioie,3f. sorte de pâtisserie. 
Dartre, «/.maladie de la peau. 
Dartreuz, se a. de dartre. 



Date, af. époque. 
Dater, v. mettre la date. 
Datif, sm. 8fl cas des noms. 
Datte, af. fruit du palmier. 
Dattier, am. sorte de palmier. 
Daube, af. sorte de ragoût. 
Dauphin, am. cétacé. 
Davantage, ad. plus. 
De, prép. 

Dé. «m. outil pour coudre 
Débâcle, af. ruptl^ des glaces. 
Débftclement. am. action de 
Déb&cler, v. débarrasser. 
Déballage, «tn. action de 
Déballer, v. défaire un ballot. 
Oébandement, am. act de 
Débander, V. disperser. 
Débaptiser, v. changer de nom. 
Débarbouiller, v. nettoyer. 
Débardage, am. act. de 
Débarder, v. décharger. 
Débarquement, am. act. de 
Débarquer, sortir du vaisseau 
Débarras, am. cessation d'em- 
barras. 
Débarrassement, am. act. de 
Débarrasser, v. tirer d'embarr, 
Débat,' am. contestation. 
Débftter, v. ôter le bftt. 
Débattre, a. contester. 
Débauche, af. dérèglement. 
Débaucher, v. mettre en dé- 
bauche, [bau^he.' 
Débaucheur, euse, a, qui dé- 
Débile, a. faible, [re faible.' 
Débilèoieni, ad. d'une manié-. 



Débilitation, af. faiblesse. 
Débilité, af. faiblesse, mià. 
Débiliter, v. affaiblir. 
Débit, am. vente, trafic. 
Débitant, am. marchand. 
Débiter, v. vendre. 
Débiteur, trice, a. qui doit. 
Déblai, am. débarras de teire. 
Déblayer, v. débarrasser. 
Déboire, «ni. dégoût. 
Déboîtement^ am. dislocation. 
Déboîter, v. disloquer. 
Débonder, «. ôter la bonde. 
Débondonnér, v. ôter le bond. 
Débonnaire, a. doux. 
Débord, am. débordement. 
Déborder, v. répandre. 
Débotter, v. ôter les bottes. 
Déboupher,v.ôter ce qui bouche 
Déboucler, v. ôter les boucles. 
Débourber, v. ôter la bourbe. 
Débourrer, v. ôter la bourre. 
Déboursé, Débours, «m. argent 

donné. 
Déboursement, am. action de 
Débourser, v. tirer de la bourse. 
Debout, ad. sur pieds. 
Débouter, v. déclarer déchu. 
Déboutonner, v. ôter des bout. 
Débrider, v. ôter la bride. 
Débris, am. restesi 
Débrouillement, am. act. de 
Débrouiller, v. démêler. 
Débrutir, v. dégrossir. 
Débusquement, «m. act. de 
Débusquer,«.cha«s«rd'iupMt. 



., 



DEC 



DEC 



DEF 



23 



nie, tm. inttr 
* 

r. 

cure, 
urè. 

. avec curioe. 
ui a lie la eu. 

le rare. 
} courante, 
urbe. 
teaii. 

à faire le vin. 
te cuve. 

m d'une cuve, 
ter. 

& laver, 
mur la lessive. 

période. 
'aqu'unœiL 
11. 
ileau. 

CTlindre. 

u'airaio. 
me. 

ludence. 
e. 

tin de Russie. 



libless». 
Bsee, miâ. 
blir. 
trafic, 
xcband. 
e. 

. qui doit, 
ri as de teire. 
krrasser. 
}ût. 

dislocation, 
quer. 

' la bonde. 
6ter le bond. 
mx. 

rdement. 
indre. 
les bottes, 
ce qui bouche 

les boucles, 
r la bourbe, 
r la bourre. 
«, MR. argent 

M. action de 
delà bourse, 
leds. 

xer d&hu. 
ter des bout, 
a bride. 

m. act. de 
mêler. 
Mir. 

.act de 
etd*unpMt. 



I)èbua4uer,«.cha8«erd*un poste 
Début, (m. commencement. 
Débuter, v. commencer. 
Deçà, «r/j>. do ce côté-ci. 
Décacheter, r. ouvrir. 
Décade, </. dixaine. 
Décadence, «/. ruine, déclin. 
Décagone, a.et «m à 10 angles. 
Décagrammo, itm. 10 grammes. 
Décaisjer, v. ôter d'une caisse 
Décalitre, tm. dix litres. 
Décalogue,'iim. loi de Moïse. 
Dècalquer,t7. tirer une éprouve 
Décamètre, am. 10 mètres. 
Décampement, sm. action do 
Décamper, v. lover le camp. 
Décanter, v. tirer à clair. 
Décopitaiion, sf. action de 
Décapiter, v. couper la tète. 
Décarreter,v. ôter lescarreaux. 
Décatir, V. ôter le cati. 
Décatiasage, sm. act. de décatir. 
Décéder, v. mourir. 
Dôeélement, sm. action de 
Déceler, v. découvrir. 
Décembre, am. \2à, mois. 
Décemment, ad. avec décence. 
Décence, af. bienséance. 
Décennal, a. de dix ans. 
Décent, a. selon la décence. 
Déception, af. tromperie. 
Décerner, v. ordonner. 
Décès, am. mort naturelle. 
Décevoir, v. tromper. 
Déchaînement, am. action de 
Déchaîner, v. s'emporter, ôter. 
Déchanter, v. chanter Taux. 
Décharge, af. coups de Teu. 
Déchargement, am. action de 
Décharger, v. otcr la charge. 
Déchargeur, am. qui décharge. 
Décharné, a. maigre, sec. 
Décharner, v. ôter la chair. 
Déchaumer, v. défricher. 
Déchaussement, sm. labeur. 
Déchaus8er,v.ôter la chaussur. 
Déchéance,s/.perte d'un droit. 
Déchet, sm. di;uinution.. 
Décheveler, v. mêler lachevel. 
Déchiffrement, am. action de 
Déchiffrer, v. lire ce qui est 

mal écrit. 
Déchiqueter, v. découper. 
Déchiqueture, af. taillade. 
Déchh'ement, am. action de 
Déchirer, r. mettre en pièce. 
Déchirure, af. rupture. 
Déchoir, v. devenir moindre. 
Déciure, am. un 10e de l'are. 
Décidé, a. résolu. 
Décidément, ad. résolument. 
Décider, r. déterminer. 
Décigramme,«m.lO<3 de grnmm. 
Décilitre, sm. 10a du litre. 
Décimal, a. divisible par 10 
Décimale,*/, fraction décimale. 
Décimation, af. act. de décimer. 
Décime, am. 2 sous. 



Décimer, «. un sur dix. 

Décimètre, «m. 10a du mètre. 

Décintremeni, «m. action de 

Décintrer, v. ôter le cintre. 

Décisif, ve, a. qui décido. 

Décision, af. resolution. 

Décisivement, ad. d'une ma. 
nière décisive. 

Déclstère, am. 10e du stère. 

Déclamateur, am. qui déclame. 

Déclamation, •/. action de 

Déclamer, v. réciter. 

Déclaration, af. action de 

Déclarer, V. manifester. 

Déclin, sm. décadence. 

Déclinable, a. qu'on décline. 

Déclinaison, af. action de 

Décliner, v. déchoir. 

Déclouer, v. ôter les cloua. 

Décochement, am. action de 

Décocher, v. tirer une flèche. 

Décoction, af. drog. boidlllea. 

Décoiffer, o. ôter Ta coiffe. 

Décollation, af. action de 

Décoller, v. couper. 

Décolleter, v. découvrir le cou. 

Décolorer, v. ôter la coideur. 

Décombrer, v. ôter les 

Décombres, «m. pi. plâtras. 

Décomposer, v. séparer. 

Décomposition, af. réduction. 

Décompte, «m. déduction. 

Décompter, «. rabattre. 

Déconcerter, v. troubler. 

Déconfiture, af. déroute. 

Déconforter, v. décourager. 

Déconsidérer, v. diffamer. 

Décontenancer, v. déconcerter 

Décor, am. ornement. 

Décoration, af. ornement. 

Décorer, v. orner. 

Décorum, am.(om). bienséance. 

Découcher, v. coucher dehors. 

Découdre,v.d6raire une couture 

Découlant, a. qui découle. 

Découleknent, am. flux. 

Découler, v. couler, émaner. 

Découper, v. couper en mor- 
ceaux. 

Découpure, «/. taillade. 

Découragement, «m. action de 

Décourager, v. oter le courage. 

Décousure, af. qui est décousu. 

Découvrir, v. ôter le couvercle 

Décrasser, v. ôter la crasse. 

Décréditement, am. action de 

Décréditer, v. ôter le crédit. 

Décrépit, a. vieux et cassé. 

Dfecrépitation, af. action de 

Décréplter, v. calciner. 

Décrépitude, af. vieillesse. 

Décret, am. loi, ordonnance. 

Décréter, v. faire un décret. 

Décri, am. action de 

Décrier, v. décréditer. 

Décrire, v. peindre, exposer. 

Déciocher, v. ôter du crochet. 

Décroiie, v. ne pas croire. 



Décruissement, «m. action d« 
Décroître, «. diminuer. 
Décrotter, v. ôter la crotte. 
Décrotte ur, «m. qui décrotte. 
Décrottoire, af. brosse. 
Décuple, am. et a. 10 fols. 
Décupler, «. rendre décuple. 
Décurie, af. dix hommes. 
Décurion, am. chefde décurie. 
Dédaigner, «. mépriser. 
Dédaigneusement, ad. «ree 
mépris. [daigne.l 

Dédaigneux, se, a. qui dé-J 
Dédain, am. sorte de méprii. 
Dédale, «m. labyrinthe. 
Dedans, ad. de lieu. 
Dédicace, •/. action de dédier. 
Dédicatoire, a. qui dédie. 
Dédier, v. consacrer. 
Dédire, v. désavouer. 
Dédit, am. révocation. 
Dédommagement, mi. act. de 
Dédommager, «. indemniser. 
Déuorer, v. ôter ta dorure. 
Dédoubler, «. ôter la doublarf . 
Déduction, af. rabais. 
Déduire, v. rabattre, narrer. 
Déesse, af. divinité féminine. 
Déf&cher (se), v. s'apaiser. /«. 
Défaillance, «/. faiblease. 
Défaillir, «. manquer. 
Défaire, v. détruire, délirrer. 
Défait, a. amaigii. 
Défaite, «/. déroute, débit. 
Défalcation, af. déduction. 
Défalquer, v. déduire. 
Défaut, am. imperfection. 
Défaveur, af. perte de faveur. 
Défavorable, a. non &vorable. 
Défectir, ve, a. incomplet. 
Défection, af. désertion. 
Défectueusement, ad. mal. 
Défectueux, se, a. imparfait 
Défectuosité, af. défaut 
Défendable, a. qu'on peut 
Défendre, v. protéger. 
Défense, af. protection. 
Défeusif, ve, a. qui défend. 
Déférence, af. complaisance. 
Déférer, «. dénoncer. 
Déferrer, v. ôter les tan. 
Défi, am. provocation. 
Défiance,«/.manque deconflan. 
Défiant, a. soupçonneux. 
Déficit, am. (t). manque. 
Défier, v. provoquer. 
Défigurer, «. rendre diffonM. 
Défilé, am. passage étroit 
Défiler, v. oter le fil, avancer. 
Définir, v. expliquer. 
Définitif, ve, a. qui décide. ' 
Définition, af. explication. 
Définitivement, ad. en définitU 
Défieurir, v. ôter la fleur. 
Défoncement, am. action de 
Défoncer, v. ôter le fond. 
Déformer, v. g&ter la (orme. 
Défouroer, «. tirer du four. 



24 



DEL 



Dlilf 



DélWk7«r, V. paytr la dépnwt. 
DAlHchaniant, mi. action da 
DAfriehar, •. mettra an enltura. 
DéMcbaur, tm. qui déflrtcba. 
DéMvtr, «. défkire la frlaura. 
DAflroncar, v. dépllaiar. 
DéAwqoa; «/. dépouilla. 
Déflroquar, «. ôter la ftac. 
Défunc, a. qui est mort. 
DégageDMnt,«m.liaua,action da 
DègairariV. retirer ea quieateni 
Déf ainar,«.iirer l'épéa.[gagaj 
DAfantar, v. ôtor lea ganta. 
Dâgarnir, «. oter la garniture. 
Dègâli «ai. dommage. 
Dégauchir, «. dresser. 
IMgal, «m. action da 
Dégeler, v. fondre la glace. 
Dégènératlon, «/. état da 
Dégénérer, v. s'abâtardir. 
Dégingand6,a.sans contenance. 
Dégluer, v. ôter la glu. 
DéglutiUon, «/. action d'avaler. 
Dégobiller, v. vomir, ba*. 
Dégorgement, «tn. action de 
Dégorger, v. déboucher. 
Dégoter, v. déplacer. 
Dégourdir, o. réchauffer. 
Dégourtiisaement, a*», ceasa- 

tion da l'engourdissement. 
Dégnfit, «m. manqua de goût. 
Dégoûtant, a. qui dégoûte. 
Dégoûté, a. et «.difficile. 
Dégoûter, r. donner du dégoût. 
,Dégonttem9nt, tm. action de 



Délaiasamanti «ai. abandon 
Délalaaer. v. abandonner. 
Délaaaanient. «m. rapoa. 
Délaaaer, a. ôter la iaasituda. 
Délateur,trlce, «. dénonciateur. 
Délation, «/. dénonciation. 
Délatter, «. ôter lea lattea. 
Délayer, v. détremper. 
Délectable, a. agréable. 
Délectation, i/. plaisir. 
Délecter, «. réjouir. 
Délégation, «m. commission. 
Délégué, «ai. député. 
Déléguer, v. députer. 
Délestage, «m. action da 
Délester, v. ôtor le lest. 
Délibératlf, va, a. perauasif. 
Délibération,«/.act.de délibérer 
Délibérément, ad. hardiment. 
Délibérer, r. discuter. 
Délicat, a. scrupuleux, friand» 
Délicatement,ao. avec délicates 
Délicater, «. traiter follement. 
Délicatease, tf. mollesse. 
Délices, sf. pi. plaisir. 
DéHcieusement,ad.avec déliccd 
Délicieux, se, a. très-bon. 
Délier,*, détacher. 
Délinquant/ «m. coupable. 
Délinquer, v. faillhr. 
Déliquescent, a. liquéfié. 
Délire, «m. égarement d'esprit. 
Délit, am. contravention. 
Délivrance, «/. action da 
Délivrer, v. mettre en liberté. 



Dégoutter, v. couler par goutte.'Dé logement, »m. action da 
Dégradation, «/. action clé Déloger, v. décasiper. 



Dégrader, r. destituer, avilir. 
Dégrafer ,«.détacher uneagraff.' 
Dégraiaaâga, «m. action de 
Dégraiaaer, v. ôter les taches. 
Dégraisseur, «m. qui dégraisse. 
Degré, «ai. escalier, marche. 
Dégréar, v. ôter les agréa. 
Dégringoler, v. descendre. 
Dégrossir, «. ôter le plus gros. 
Déguenillé, a. en guenilles. 
Déguerpir, v. abandonner. 
Déguisement, «m. action de 
Déguiser, «. travestir. 
Dégusution, «/. action da 
Déguster; «. goûter. 
Déhamacher, V. ôtei leshar-*] 
Dehors, ad. hors de. [nais.J 
Déicide, «m. qui tue Dieu. 
DéiAcation, «/. action de 
Déifier, v. diviniser. 
Déiste, 0. oui reconnaît Dieu. 
Déjà, ad. oéa cette heure. 
Déjeter (se), «. se courber. 
Déjeuné, «m. repas du matin. 
Déjeûner,v.manger la déjeûné. 
Déjoindre, «. séparer. 
Déjouer, «. empêcher l'eflist. 
Délabrement, «m. action de 
Délabrer,, v. déchirer. 
Délacer, v. défaire le lacet. 
Délai, «ai. retardement. 



Déloyal, a. sans loyauté. 
Déloyauté, «/. manqua da foi. 
Déluge, «m. inondation. 
Démagogie, «/. faction popul. 
Démagogue, affl.chef de faction 
Démailloter, v. ôter du maillot. 
Demain, ad, le jour d'après. 
Démanchement, «m. action de 
Démancher, v. ôter le manche. 
Demande, af. action de 
Demander, v. solliciter. 
Demandeur,«.et a.qiii demande. 
Démangeaison,*/, picotement. 
Démanger, v. picoter. 
Démantèlement, am. action de 
Démanteler, v, détruire. 
Démantibuler, v. rompre. 
Dèmarration, af. limite. 
Démarche, af. allure. 
Démarquer, v. ôter la marque. 
Démarrer, «.détacher. 
Démasquer, v. ôter le masque. 
Démftter, v. ôter les m&ta. 
Démêlé, «1». querelle. 
Démeier, v. débrouiller. 
Démembrement, am. action de 
Démembrer, v. séparer. 
Déménagement, am. action de 
Déménager, v. changer. 
Démence, af. folio. 
Démener (se), «. se débattre. 



DémenU, «ai. action da 

Dém«ntir,^«. contredira. 

Démérite, «m. action da 

Démériter, v. jperdra l'estima. 

Démesuremenl,ad.avee ezcéa. 

Démettrf , v. disloquer. 

Dé meuble ment, «ai. action da 

Déineubier,«. oter lea meubles. 

Demeure, «/. domicile. 

Demeurer, v. habiter. 

Demi, a. moitié. 

Demie, af. demi 'heure. 

Demi-lune, af. foriiflcation. 

Demi-métal, am. aubstance. 

Demi-setier,«m. quart da pinte. 

Démission, af. acte pour se 
démotire. Imet.*! 

Démissionnaire, a. oui se dé-J 

Démocrate, am. partisan de la 

Démocrstle, af. (ete) gouver- 
nement populaire. 

Démocratique, a. populaire. 

Demoiselle «/fille. 

Démolir, v. détruire. 

Démolition, af. décombres. 

Démon, am. aiable. 

Démonétiser, v. ôter cours & 
une monnaie. 

Démoniaque, a. possédé. 

Démonstratir, a. qui démontra. 

Démonstration, af. preuve. 

Démonter, v. ôter la monture. 

Démontrer, «. prouver. 

Démoralisation, af. action da 

Démoraliser, v. pervertbr. 

Démordre, v. se départir. 

Dénaturer,v.changer la nature. 

Dénégation,«f. action de dénier. 

Déni, am. refus. 

Déniaiser, v. rendre plna fin. 

Dénicher, v. ôter du nid. 

Dénicheur, am. qui déniche. 

Denier, am, monnaie. 

Dénier, v. nier, refuser. 

Dénigrement, am. action de 

Dénigrer,v. ternir la réputation. 

Dénombrement, am. acticn de 

Dénombrer, v. faire le compte. 

Dénominateur, am. fraction. 

Dénominatif, a. qui dénomme. 

Dénommer,*, nommer. pal. 

Dénoncer, v. déclarer. 

Dénonciateur, .sm. qui dénonce 

Dénonciation, af. déclaration. 

Dénoter, v. désigner. 

Dénouer, v. défaire un nœud. 

Dénoûment, am. fin d'une act. 

Denrée, af. pour nourrilure. 

Dense, a. compacte. 

Densité, af. qualité de ce qui 
est dense. [mâchoire.! 

Dent, af. os enclavé dans laj 

Denteler, v. entailler en dent. 

Dentelle, af. ouvrage de fil. 

Dentelure, af. sculpture ,dentel. 

Denticule, am. ornement. 

Dentiste,«m.qui soiene les dents. 

Denture, af. ordre dea dénta. 



DEP 



DES 



25 



Dèaatr, «. pri?er totalcimnt. pépraTw. «. pcrrenir. 



Dénlkment, mi. privation totale. 
Dépaquel«r,«.dè(klre un paquet 
Dépareiller, r. eéparer. 
Déparer, «. âter ce qui pare. 
Déparier, «. défiiire une paire. 
Départ, «m. action de partir. 
Département,**, divla.de payi 
Départemental, a. de dépanem. 
Départir, «. partager. 
Dépaiier, v. devancer. 
Dépaver, «. 6«r le pavé. 
Dépayser, «. cbanger*de paya. 
Dépècement, «m. action de 



Dépréciation, •/. action de 
Déprécier, t. rabaisier. 
Défirédateiu, «m. qui dépréde. 
Déprédation, «/. vu). 
D^réder, e. pllliir avec dégât. 
Déprendre, v. détacher. 
Déprimer, v. rabalefvr. 
DéoriBor, v. priser moine. 
Drpuia, prép. 

Depuraiir, ve, a. qui dépure. 
Dépuration, «/. action oIb 
Dépurer, v. rendre plue pur. 
Députation,it/'.envoldedépuiéa 
Dép<(cer, v. mettre en morceau^ Député, «m. envoyé, délégué. 



Dépèche, «/. lettrée d'affairea. 
Dépêcher, v. h&ter. 
Dépeindre, «. décrire. 
Dépendamment, ad. avec 
Dépendance, «/. auiétion. 
Dépendant, a. qui dépend. 
Dépendre,». décrocher,relever 
Dépens, «m. pi. fVals. j«r. 
Dépense, tf. «e qu*on dépense. 
Dépenser,», employer ue l'arg 
Dépensier, ère, a. qui aime 

la dépense, prodig 
Dépérir, v. aéchoir. 
Dépérissement, am. décadence. 
Dépêtrer, «. débarrasser. 
Dépeuplement, «m. action de 
Dépeupler, v. dégarnir d'habit. 
Dépiquer, v. déficher. /a. 
Dépit, «m. fllcherie, colère. 
Dépiter, «. mutiner. 
Déplacement, «m. action de 
Déplacer, v. oter de ea place. 
Déplaire, v. être désagréable. 
Dêplaisance, af. répugnance. 
Déplaisant, a. désagréable. 
Déplaisir, «m. chagrin. 
Déplanter, v. ^ter ce qui est 

planté, déposséder, tplié.1 
Déplier, v. étendre ce qui estj 
Déplisser, v. défaire les plis. 
Déplorable, a. digne de pitié. 
Dfeplorablcment, ad. trés-maL . 
Déplorer, v. plaindre. 
DépUtyement, «m. action de 
Déployer, v. étendre. 
Dépolir, v.ôter le poli, parité."! 
Dépopnlarlser.v.ôterlapopu-J 
Déportation, «/. bannissement. 
Dëportement, am. conduite. 
Déporter, v. bannir. 
Déposant, a. et «. qui. dépose. 
Déposer, t;. destituer. 
Dépositaire, a. oui a en dépôt. 
Dëposiiion, af. destitution. 
Déposséder, v. ôter la possess. 
Déposter, v. chasser d'un poste. 
Dépôt, am. action de déposer. 
Dépoter, v. ôter d'un pot. 
Dépouille, af. peau, butin. 
Dépouillement, am. dénument. 
Dépouiller, v. ôter, priver. 
Dépourvu, a. privé. 
Dépravation, af. corruption. 



Députer, V. déléguer, 
Déraciner,», arracher la racine. 
Déraidir, v. ôter la raideur. 
Déraison, af. défaut de raison. 
Déraitonnable, a, contraire à 
la raison. [raison.*! 

Déraisonnablement, ad. sansj 
Déraisonner, «.raisonner faux. 
Dérangement, am. détordre. 
Déranger, v. uéplacer,troubler, 
Dérèglement, am. désordre. 
Dérèglement, ad. sans régie. 
Dérégler,», mettre en désordre. 
Dérider, v. ôter les rides. 
Dérision, af. moquerie. 
Dérisoire, a. avec dérision. 
Dérivatif, ve, a. qui détourne. 



Dérivation, af. origine. 
Dérive, af. action de dériver. 
Dériver, ». tirer sa source. 
Dernier, a.et a. après les autres, 
Dernièrement, ad. depuis peu. 
Dérobée (à la), ad. en cachette. 
Dérober, ». vuler. 
Dérogation, af. action de 
Déroger, v. nouv. disposition. 
Dérouillement, am. action de 
Dérouiller, v. ôter la rouille. 
Dérouler, v. étendre ce qui 

est roulé, racontesk 
Déroute, «/.fuite de troupes. 
Dérouter, ». ôter de la route. 
Derrière,«iR. partie postérieure. 
Des, art. pour da Ua, quelquea. 
Dés, pr/p. depuis. 
Désabusement, am. action de 
Désabuser, ». détromper. 
Désaccord, am, désunion. 
Désaccoutumer,», déshabituer. 
Désachalander,». ôter les chai. 
Désagréable, a. qui déplaît. 
Désagrément, am. déplaisir. 
Désajuster, ». déranger. 
Désaltérer, ». ôter la soif. 
Désancrer, v. lever l'ancre. 
Désappointer, ». tromper. 
Désapprendre, ». oublier. 
DéBapproprler(se),e. renoncer, 
Désapprouver, v. blâmer. 
Désargenter, ». ôter l'argent. 
Désarmement, «tn. action de 
Désarmer, ». oter les armes. 
Désassembler, ». déjoindre. 



Déaastre, am. grand malheur. 
Désastreux, so, a. I\in«at«. 
Désavantage, am. malheur. 
Désavantageusemcnt, ad. avN 
désavantage. 

Désavantageux, se, a. qtd 
cause du désavantage. 

Décaveu, am. action da 

Désavouer, ». nier. 

Desceller, ». ôter le scelM. 

Descendance, af. cxtrociion. 

Descendre, ». aller en bas. 

Descente, •/. pente, hernie. 

Description,«/.aciiun de décrira. 

Désemballer, ». déballer. 

Désembourber, v. tirer de la 
boue. 

Désemparer, v. nuitter. 

Dësempeser, ». oter l'empois. 

Désemplir, ». vider en partie. 

Déseir.prieunner, ». ôter de 
prison. 

Désenchant<menl,<m.actlon de 

Désenchanter, ». détromper. 

Désrnclouer. v. tirer un clou. 

Désenfler, ». ôter l'enflure. 

Désenivrer, v. ôter l'ivresse. 

Désennuyer,», dissiper l'ennuL 

Désenrayer, ». ôter l'enrayure. 

Désenrouer, ». ôter l'enroucm. 

Désert, a. inhabité. 

Déserter, ». abandonner. 

Déserteur, am. qui déserte. 

Désertion, af. ott. de déserter. 

Désespérément^ ad. avec excès. 

Désespérer, ». perdre espoir. 

Désespoir, am. pêne d'espoir. 

Déshabiller, ». ôtéMea habits. 

Déshabituer, ». ôter l'habittidn. 

Déshériter,», priver d'hérédité. 

Déshonnête, a. indécent* 

Déshonnêtcment, ad. avec in- 
décence. 

Déshonnêteté, af. indécence. 

Déshonneur, mi. honte. 

Déshonorable, a. déshonorant. 

Déshonorer ,».perdre l'honneur 

Désignation, af. action de 

Désigner, v. indiquer. 

Désinfecter, ». ôter l'infection. 

Dësinfeclion,ir/.act.dedésiufëct 

Dé8intéressement,«ffl.généroait 

Désintéresser,», dédommagei. 

Désir, am. souhsit. 

Désirable, a. qu'on doit déah >:. 

Désirer, ». souhaiter. 

Désireux, se, a. qui désire. 

Désistement, am. ac.ion de 

Désister (se), ». renoncer. . 

Dès-lors, ad. dès co temps-là. 

Désobéir, ». refuser d'obéir. 
Désobéissance,*/, reflia d'obéir. 
Déscbéiaeant, a. qui désobéit. 
Désobitgcamment, ad. avec 
Désobligeance, af. action de 
DésoUiger, ». déplaira. 
Désobstruer, v. débariaMer. 
Désœuvré, a. qui ne fidt rie». 



26 DÉT 



DIL 



Déaaumment, <m. inaction. 
DéMiant, a. qui déwla. 
Dèiolataur, «m. qui ravaga. 
Déaolatlon, «m. arHiciion. 
DèHoler, v. aflllgor. 
Déaordunnâ, a. uéréglé. 
DAanrdonnément, ad. avec. 
Ddflordrs, «m. tru ubio. 
Déiorganliatour, «m.qul(lésor 
Dâiorgnnisatlon, «/".action, de 
Dtfnrganiaer, v. u«lruire. 
DéMrlenter, v. déconcerter. 
Oéaormafa, ad. & l'avenir. 
Difaoaaer, v. ôtcr laa os. 
Despote, «m. tyran. 
Despotique, a. arbitraire. 
Despotiquement, ad. avec. 
Despotisme, <m. tvrannie. 
Dessaisir (so) v. abandonner. 
Dessaisissement, «m. action do 

se dessaisir.' 
Dessaler, v. ôtor la salure. 
Dessanglor, o.ôtar les sangles. 
Dessèchement, «m. act. de 
Dessécher, «. rendre s uo. 
Dessein, «m. intention, projet. 
Desseller, ôter la selle. 
Desserrer, v. Iftcher. 
Dessert, «m. fruits & servir. 
Desservant, tm. qui dessert. 
Desservir, v. ôter les mets. 
Dessiller, v. ouvrit les yeux. 
Dessin, snt. représentation. 
Dessinateur, sm, qui dessine. 
Dessiner, v. faire un dessin. 
Dessouder, «.défaire la soudure 
Dessous, ad. (de) sous. 
Dessus, ad. («m) sur. 
Destin, «m. fatalité. 
Destination, •/. emploi déterm. 
Destinée, s/, destin, vlo. 
Destiner, v fixer. 
Destituer, v. ôter l'emploi. 
Destitution, «/ privation d'emp 
Destructeur, iricc, «.qui détruit 
Destructif, ve, a. qui détruit.' 
Destruction, «. ruine totale. 
Désuétude, af. (av) vieillesse. 
Désunion, af. défaut, d'union. 
Désunir, v. disjoindre. 
Détachement, am. action de 
Détacher, v. dégager. 
Détail, «m. circonstance. 
Détailler, v. narrer. 
Détalage, am. action de 
Détaler, v. ôter l'éulage. 
Déteindre, v. ôter la couleur 
Dételer, v. détacher les chc.*1 
Détendre, v. rel&cfaer. (vaux. J 
Détenir, v. retenir. 
Détente, af. ressort de fusil. 
Détenteur, trice, a. qui retient. 
Détention, af. saisie. 
Détenu, am. prisonnier. 
Détérioration, af. act, de 
Détériorer, «. dégrader. 
Déterminatif, ve, a. qui déterm. 
Bétermination, af. lésoluiion. 



Déterminé, a. et a. hardi. 
Oéterminément, ad. hardiment 
Déterminer, v. décider. 
Déterrer, V. exhumer. 
Détestablo, a. exécrable. 
Détestubiement, ad. très-mal 
Oétostation, •/. haine. 
Détester, v. avoir en horreur. 
Tlétoiiation, •/. action de 
Détoner, v. éclater. 
Détonner,», sortir du ton. 
Détordre, v. délUIre. 
Détors, a. détordu 
Détortlller, o. détordre. 
Détour, am. sinuosité. 
Détourner, v. écarter. 
Détracter, v. médire. 
Détracteur, tm. médisant. 
Détrartion, af. médisance. 
Détraquer,, «. a. dérégler. 
Détrempe, af. cnnieur délayée. 
Détremper, a. délayer. 
Détresse, af. danger. 
Détriment, am. préjudice. 
Détroit, am. bras de mer. 
Détromper, v. tirer d'erreur. 
Détrôner, v. déposséder. 
Détrousser, v. voler. 
Détruire. «. démolir. 
Dette, af. ce qu'on doit 
Deuil, am. afflicilon. 
Deutéronome, am. livra mlnt. 
Deux, a. numéro. 
Deuxième, a. second. 
Deuxièmement, ad.ensecondi 
Dévaliser, v. voler. nieu.J 
Devancer, v. gagner le devant. 
Devancier, 1ère a. précédent. 
Devant, préprAà lieu. [tique.'! 
Deventure,8/. devant de bou*J 
Dévastateur,trice,a.quidévaste 
Dévastation, af. ruine. 
Dévaster, v. ravager. 
Déveioppiement, am. act. de 
Développw, V. étendre. 
Devenir, v. être. 
Dévergondé, a. sans honte, fa. 
DevetBfprép. de lieu, vers. 
Déverser, v. pencher. 
Dévider, v. mettre en peloton. 
Dévidoir, am. instr. pour dévid. 
Dévier, v. se détourner. 
Devin, — ereaae. qui prédit. 
Deviner, v. prédire, [march.*! 
Devis, «iR. propos, état d'unj 
Dévisager, «. défigurer. 
Devise, af. allégorie. 
Devoienient,sm.fluxde ventre. 
Dévoiler, v. ôter le voile. 
Devoir, «. avoir desObllgationa, 
Dévolu, a. échu par droit. 
Dévorer, v. déclairer. 
Dévot, a et a. pieux. 
Dévotement, od-avecdévotion, 
Dévouemt, «m. soumission. 
Dévouer, v. consacrer. 
Dévoyer, v. dévier. 
Dextérité, •/. adroMO. 



Dey, Mi.ane. aouTar.iI'Alfar. 
Dia. ad. à gauche. 
Diable, «m. aaprlt malin. 
Diabolique, a. du diable. 
Diaboliquement, ad. en diable. 
Diaconat, am. ordre sacré. 
Diacre, am. ecclésiastique. 
Diadème, tm. bandeau royal. 
UiagOnul,a.d'un angle à l'autre 
niagunalement, ad. en diagonal 
Dialecte, am. langage. 
Dialectique, «/.logique. 
Dialogue, am. conversation. 
Dialoguer, v. converser. 
Diamant, am. pierre précieuse. 
Diamétral, a. du diamètre. 
Diamétralement, ad. directem. 
Diamètre, «m. ligne. 
Diane, af. déesse de la chasse. 
Diantre, am. diable. /a. 
Diapason, am. Instrument 
Diaphane, a. transparent. 
Diaphanéite. af. transparence. 
Diarrhée, af. Ûnx de ventre. 
Diatribe, af. critique amère. 
Dictateur, am. magistrat. 
Dictature, af. dignité. 
Dictée, $f. ce qu'on dicte. 
Dicter, V. faire écrira. 
Diction, af. élocuiion. 
Dictionnaire, «m. vocabulaire. 
Didactique, a. de l'inatruction. 
Dièae. am. marque,de musique 
Diète, af. régime. 
Dieu,-«m. être suprême. 
Diffamatoire, a. qui diffame. 
Diffamateur, «m. calomniateur. 
Diffamation, af. act. do 
Diffamer, v. décrier. 
Différemment, ad. autrement 
Différence, af. dissemblance. 
Différencier, «.distinguer. 
Différend, am. débat 
Différent,», divers. 
Différer, «. retarder. '■:■ 

Difllclle, a. mal-aisé. 
Diflicilement, ad. avec. 
Difficulté, af. contestation. 
Dllficultueux, 80, a. difiiclle. 
Difforme, a. laid, mal fait 
Difformer, v. ôter la forme. 
Difformité, </■ état difforme. 
Diffus, a. prolixe. 
Diffusément, ad. avec 
Diffusion, af. confusion. 
Digérer, n. faire la digestion. 
Digeste, am. recueil de lois. 
Divestif, ve, a. qui fait digérer. 
Digestion, af. (ti) coction des 

aliments dans l'estomac. 
Digne, a qui mérite, [digne.*] 
Dignomént,ad. d'une manier. J 
Dlgnitaire,sni. qui a une dignit. 
Dignité, af. mérite. 
IHgressIun, af. sujet 
Digue, af. rempart 
DlMcération, •/. action de 
Dilacérer- «. déchirer. 



d«AI|tr. 



nalln. 
iabla. 

(.en diable. 
o«aerA. 
aatlqus. 
leau ruyal. 
gle&l'autro 
en diagonal 
m. 
llquo. 
rereailon. 
ener. 

e précieuse, 
amètre. 
id. directem. 
e. 

elachaaac. 
.fa. 
rumenL 
parent, 
ansparence. 
de ventre, 
le amére. 
riatrat. 
lié. 

n dicte, 
rira, 
on. 

vocabulaire. 
l*inatruction. 
,demuaique 

rème. 
ui diffame, 
aiomniateur. 
et. do 
er. 

autremenL 
lemblance. 
itinguer. 
bat. 
I. 

er. 
lise, 
avec, 
icdtation. 
a. difficile, 
mai fait. 
r la Torme. 
kt difforme. 

avec 
rusion. 
I digestion, 
eil de lois, 
i fait digérer, 
coction dea 
'ealomac. 
ite. [digne.*! 
une manier. J 
1 a une dignit. 
e. 

jet. 
rL 

action de 
lirer. 



DIS 

Dilafldallon, dépanaa, dèiord 
Dilapider, «. a. aépenaer fol. 
Dilatabilité, «./. qualliè d« ca 

qui aat 
Dilatable, a. qui peut être dU. 
Oilatailoii, «./. acu dedilater 
Dllatatoire, «. m. InaC pour dll. 
Dilater, v. a. p. étendre, tflarg. 
Dilatoire, a. qui tend & prolonge 
Dilayer, v. a. retarder, remet. 
Dilectlon, t./. amour, charké. 
Dllemnie, «. m. argum. double. 
Diligemment, ad. promptem. 
Diligence,*./, céldrité} pour' 

aulia } voiture publique. 
Diligent, a, prompt ; laborieux. 
Dlllgenter, v.an. et p. bftter. 
Diluvien, ne. a. du déluge. 
Dimanche, s. m. J. de la aemain. 
Dtme, s.f. tribut du dixième 

dea produlu de la terre. 
Dimeniion,*./. étendue. 
Dimor, V. a. lever la dlme. 
Diminuer, «. a. et n. amoindrir. 
Diminutif, ve. a. et a. m. qui 

diminue. [moindriiaement.1 
Diminution, «./. rabaia ; a-J 
Dlmiflaoire, «. m. pouvoir d'un 

évique. 
Dimiaaorial, a. de dimliaoire. 
Dinanderie, «./. uatenalle de 

cuivre jaune. 
Dinde, t. /. poule-d'Inde. 
Dindon, a. f. coq.4*Inde. 
Dindonneau, a. m. pet. dindon, 
Dindonnier, «. gardeur de din- 
dons. 
Dinde, «./. le dîner en voyage. 
Dîner, v. n. repaa du milieu du 

jour. 
Dînette, a. f. petit dîner, e^f. 
Dineur, a. m. qui dîne copleu 

sèment. 
Diocésain, a. du diocèse. 
Diocèse, a. m. étendue d'un 

évèché. [réfl-actlon.T 

Dioptrique, a. /. traité de laj 
Diphtongue, «./.deux sons réu 

nia en une aeule sTllabe. 
Diplomate, a. m. qui aait la 
Diplomatie, t. f. (eie) science 

des intérêts des états. 
Diplôme, a. m. charte; acte 

public. 
Direct, a. (ie) qui va droit. 
Directement, ad. en ligne dir. 
Directeur, trice. a. qui dirige. 
Direction, a.f. conduite, ten- 
dance, [ner vers.~l 
Diriger, r. a. conduire ; tour-J 
Dirimant, a. qui rend nul. 
Discernement, a. m. acte de 
Discerner, V. a. distinguer. 
Disciple, a. m. écolier ; aeclat. 
Disciplinabie, a. docile. 
Discipline, a.f. règlem.: fouet. 
Discipliné, «.tenu dana l'ordre. 
Discipliner v. a. régler fouett. 



Dld 

Dlseontlnaation, «./. tetada 
Diaconilnuar, «. a et n. r "«er. 

Diaconvenanca, a. /. dispropor- 
tion, [bar d'accord.! 

DiacoaTenIr.v. R.ne pas lon-J 

DIacord, «. dlacordanL 

DIacordanea, a.f. eut diacord 

DIaeurdant, a. non d'accord. 

Diacorde, a. f. dissension dées 

Discoureur, aa «. m. grand par> 
leur. 

Discourir,», «.parler lon^ uem. 

Diacours, a. m. assemblage de 
paroles. 

Discourtois, a. m. sana courtol. 

Diacourtoisia, a.f. nou-courtoi. 

Diacrédit, a. m. perte de crédit. 

Discrédité, a. en discrédit. 

Diaeréditer, v. a. nuire au cré. 

Discret, ète.o. prudent, retenu 
dans ses paroles. 

Diacrètement, ad. avec 

Discrétion, «/. circonspection. 

Disculpation, af. action de 

Disculper, v. justifier. 

Discussion, af. examen. 

Oiaeri, a. qui parle focilemant. 

Disette, af. famine. 

Diaeur, euae, a. qui dit. 

Diagr&ce, «/, détaveur. 

Di8gracier,« priver de aaagrftce 

Dlagracieuv, a. désagréable. 

Diijoindre, v. aéparer. 

Disjonciif, Te, a. qui sépare. 

Disjonction, af. séparation. 

Dialocation, ^. déboîtement. 

Disloquer, r. démettre. 

Disparaître, «.cesser de parait. 

Disparate, af. contraire. 

Diaparité, af. différence. 

Disparition, af. act. do dispar. 

Dispendieux, se. a. coûteux. 

Dispensateur, trice, a. qui distr. 

Dispensation, af. distribution. 

Dispense, i/. exemption. 

Dispenser, v. exempter. 

Disperser, v. répandre. 

Dispersion, «/. act. de disperser. 

Disponible, a.donionpeutdi8p. 

Disposer, v. préparer. 

Dispositif, re, a. qui dispose. 

Disposition, af. arrangement. 

Disproportion, af. inégalité. 

Disproportionné, a. inégal. 

Dispute, af. débat. 

Disputer, v. contester. 

Disputour, am. qui dispute. 

Disque, am. palet, ant. aatron. 

Dissemblable, a. dlAérent. 

Dissemblance, af. différence. 

Disséminer, v. répandre. 

Disaenslon, af. discorde. 

Disséquer, v. faire l'anatomie 
d'un corps. 

Dissertation, af. examen. 

Disserter, r. discourir. 

Dissidence, af. scission. 

Diasident, «m. aectaire. 



-fOlk.- 



mr 



37 



Diaahnulation, tf. action d« 
Diulmular, «.cacher sa panaéa 
Diaaipateur, Uice, a.quldlaslp* 
Dissipation, ^f. action de 
DIaaipcr, «. diaperaer. 
DImuIu, a.débauché.[80udre.1 
DIssolubte, 0. qui peutae dla-J 
Dissolutlf, Ive, a. disaolvant. 
Dissolution, af. dérèglement. 
DI«solvant, a. qui dissout. 
Disaonnance, af. faux accord. 
DIaaonnant, a. diacordant. 
DIsaoudre, v. décomposer. 
DIaauadar, «. détourner. 
DIsauaaIon, af. act.de dlaauad, 
Distance, af. intervalle. 
Distant, a. élolgnéb 
Distillateur, am. (/) qui distille 
DIatillatlon, af, acte de diatill. 
DIatillatoire, a.de la diatlllation 
Distiller, «. 0. extraire l'eaprlt 
Distillerie, af. lieu oit l'on dlst 
Distinct, a. {inki) dlffér. clair. 
Distinctement, ad. clairement. 
Dlstinctir,ve, a. qui distingue. 
Distinction, a.f égard } mérite. 
Distinguer, «. a. discerner. 
Distique, a. m. en S vers. 
Distorsion, a.f. conioraion. 
DIatraction, ». f. inapplication. 
Dlatraire, «. a.8éparer ; rcnd.l 
Dlairait, a. Inattentif, [distr. J 
Dlatribuer, «. a. partager. 
DIatributeur, trice, a. qui dialr. 
Disulbutif, Tc. 0. qui distrHi. 
Distribution, a. f. acte de diat. 
Distributivemeni, ad. m. aena. 
Distiki,*. m. (^) juridiction. 
Diuin, a. m. interval. de 2 tons. 
Diurétique, a. et a. m. apéritif. 
DIurnal, a. m. livre de prièrea. 
Diurne, a. d'un jour, [queet.*! 
Divaguer, v. n.a'écaTterdelaj 
Divan, «m. conseil turc. 
Divergence,*./, état divergent. 
Divergent, a. qui a'écarte. 
Divera, a. difler. ;/. plusieurs. 
Diversement, ad. difieremm. 
Diversiflable, a. qui peut, m- 
Diversifier, v. varier, {nenil 
Diversion, af. acte de détour* J 
Diversité, af. variété. 
Divertir, v. distraire ; récréer. 
Divertissant, a. qui réjouit. 
Divertissement, am. act. de dir. 
Dividende, am. nomb. àdlviser. 
Divin, a. de Dieu. 
Divination, af art de deviner. 
Divinatoire, a. de la divination. 
Divinement ad. d'une man. di. 
Diviniser, v. recon. pour divin. 
Divinitéjs/.essen.divine ; Dieu. 
Divis, a. qui est divisé. 
Diviser, «. {mrtager ; déaunlr. 
Diviaeur, am. nomb. qui divia. 
DivisibiUté, af. quai, divisible. 
Divisible, a. qu'on peut diviser. 
Division, af. pertag. fig. diacor 



V6 



StfH 



DOV 



DRB 



OlvwM, «M. rvptwt d* Ma-l 
Dlvulfuioii, tf. MMdt[ri«g*. J 
IHvttIffiMr, V. publier. 
Dis a. nnm. • M» cinq. 
Dix-huit (In-). Ml. Ibrnwl d« 

It ftullhw. 
DtaiéoM, fl. «rri. «m. (h) Ne 

DiMin, Ml. pièce de 10 ren. 

DlMlna, if. loMl de dix. 

Diieaa, «m. ih do dix gerbee, 

Oisenler, mi, cher de lo père. 

D>la-ré, ton de ré. mut. 

Docile, A. (kctle à gouverner. 

Docilement, ad. «tcc doclilié. 

Docllilé, i/.diepositlon à obéir. 

Docte, u.€t em. eavanl. 

Docteôient, ad. d'une manière 

Docteur, mi. promu audocto-'l 

Doctoral, «. de docteur. (rat.J 

Doctorat, «m. degré de docteur. 

Doclorene, «/. act. enih^Iog. 

Doctrine, «/. aaT. } enieignem. 

Document, mi. reneelgnement. 

Dodécaèdre, «m. corpe à 18 fac. 

Dodécagone, tni.flg.fciScôtéa. 

Dodu, a. graa; potelé. /a. 

Dogat, tm. dignité de uoge. 

Doge, NI. titre. 

Dogmatiqoe, a. aentenoieux. 

Dogmatiquement, ad. d'une 
manière dogmatique. 

Dogmattaer, v. endoctriner. 

Dogmatleeur/— tiaU. «m. qui. 

Dogme, Ml. point de doctrine. 

Dogue, tm. groa chien. 

Doguin, ». petit dogue. 

Doigt, Ml. (doi) part.de la main. 

Doigtter,Mi. ce qui couvre I«*1 

Dol. «M. fraude. jfvr. [doigt. J 

Doléance, »f. pktinte./o. 

Dolemment, ad. (la) d'une ma- 
nière dolente. 

Dolent,*, triete./a. [doioire.-l 

Doler, a. applanir avec laj 

Doliman, Ml. habit turc. 

Dollar, Ml. monn. dea Et-Unie 

Doloire, tf. inet. de tonnelier. 

Dom ou Don, sm. titre d'honn, 

Domaine, tm. bien-fonda. . 

D^me, Mkvoftiodemi-aphériq. 

Domerie, •/. titre d'abbaye. 

Domeatictté, tf. état domentiq. 

Domettiqiie, a. de tomaison. 

Domeetiqueinent, ad. en dom. 

Domicile, «m. demeure ; logis. 

Domicilier, (te) v. fixer sa dem. 

Dominant, a. qui domine. 

Dominateur, triée, t. qui dom. 

Domination, tf. puissance. 

Dominer, «. n. et a. comman- 
der ; fik. être au-dessus de 

Dominicain, ttn. religieux. 

Dominical, a. du Seigneur. 

Domino, Ml. habit de bal ; jeu. 

Dominoterie, tf. pap. colorée. 

Dominotier, tf. mû, d'estamp. 

Dommage, tm. perte ; préjudL 



DoBNMgeahIe, «. piéjudldab. 
Dompuble, a. qu'on peut 
Dompter, v.MBuJeulri vaincre. 
Dompteur, tm. qui dompte. 
Don, tm présent i talent 
Donataire, t. à qui nn Ikitdon 
Donateur, trice.e. qui lait don. 
Donation, •/. don par act. pub 
Donc, eoij^. ctmelniiti. (donk). 
Donion, tm. tour d'un châieau, 
DonJonné,a.avec tuure lies Ma. 
Donnant, a, qui aime & dnnn. 
Données, Jt/lof. t. de mathém. 
Donner, v. faire don. 
Donneur, euse, t. qui donne. 
Dont, partit, de qui, duquel. 
Dorade, ^f. poisson ; Constell. 
Dorénavont, ad. k l'avenir. 
Dorer, v. enduire ; couv. d'or. 
Doreur, euse. ». qui dore. 
Dorien, a<(/. m. 
Dorique, ord.d'arch.; dialecte. 
Dorloter, «. délicator. 
Dormant, a. qui dort t fixe. 
Dormeur, euse. t. qui dort. 
Dormir, «. être dans le somm. 
Dormltif, ve, a. qui (kit dorm. 
Doronic, tm. plante radiée. 
Dorsal, a. muscle du dos. 
Dortoir, mi. lieu pour cou- 
■ cher. 

Dorure, «/. art de dorer. 
Dos. tm. partie poet. du corpe. 
Dose, ^. quantité prescrite. 
Doser, «. régler la dose, méd, 
Dossier, tm, dos de fauteuil. 
Dot, «/.(t)bien apporté par une 

fil. qui se marie ou pr. le voil 
Dotal, a. de la dot pi. aux. 
Dotatioof tf. acte de doter. 
Doter, .«. donner une dot. 
Douaire, tm. don du mar. & sa 

veuve. [douaire.*] 

Douairier, ère. t. qui Jouit du J 
Douane, t, droit sur les mar- 
chandises ; lieu où II se paie. 
Douaner, t. plomber pour la 

douane. 
Douanier, tm. commis de la 

douane. [dage mar. 

Doublage, tm, second bor. 
Double, a. qui vaut ou pèse 

fois autant, fig. traître. 
Doubleau, (arc) mi. vdftte. 
Doublement, ad. acte de 
Doubler, v. mettre le double. 
Doublet, tm. pierre fausse. 
Doubleite, tf, un des jeux de 

l'orgue. [d'imprimer.! 

Doublon, «m. monnaie ; fautej 
Doublure, tf. ce qui double. 
Douceâtre, a. d'une douceur 

fade. nière douce.*! 

Doucement, ad. d'une ma-J 
Doucereux, s», a. et tm. fade. 
Doucettement, ad. doucement. 
Douceur, sf, qualité de ce qui 

est doux i profits ; cajoleries 



\ 



Oonebe,^. eAisiond'eau,iaAI. 
Doucher, «. donner la douche. 
Doucine, tf moulura rndoyan. 
Douelle, •/. courbure, artk. 
Douer, •. asslgnsr un douaire, 

avantager, jwr. urner. 
Douille, (tf. manche creux en 

fer. [délicat ; robe nuaiée.'l 
Oobillet, te. ««!«. tendre etj 
Doullleitcmeni, ad, d'une ma. 

nière douilleiie. [d'esprit.*! 
Douleur, ^f. mal de corpe ouj 
Douloir, (le)rjh n 'plaindre ( v. 
Douloureuscmeni, ad. avec 

douleur. [douleur.*! 

Douloureux, se. a. qui cauiej 
Di<uie, tm. ineertiiuae. 
Douter, tm. être en doute r. p. 

soupçonner. 
DouieusMnrnt, ad. avec iloDtc. 
Douvain, mi. bots ft douves. 
Douve, tf planche d'un lon> 

neau. 
Doux, Douce, a. ce qui fiaite 

agréablement les sens «tl'rs. 

prit. fIg. humeur agréable et 

paisible, etc. 
Douzaine, tf. nombre de douze. 
Douze, a. tivm. tm. 10 plus S : 

In 19. tm. format en 18 

feuillets. 
Douzièmement, ad. en ISe 

lieu. [corps.*! 

Doyen, t. le plus ancien d'un J 
Doyenné, ««.dignité dudoycn ; 

poire. [poids.! 

Drachme, tf. (ag)mon. anc. ;J 
Dragée, tf. amande couverte Je 

aucre ; menu plomb pour ta 

chasse. 

Drageoir, tm. bolle lit dragées. 
Drageon, «m. bouture. 
Dragconner, «.n. pousser des 

drageons. 
Dragon, ««H. monstre fabul. ! ta- 
che de la prunelle ; cavalier. 
Dragonnade, tf. guerre de rel. 
Dragonne, •/. naud d'épée. 
Dragonne, a. à queue de drag. 
Drague, tf. pelle recourbée 

pour retirer le eoble des ri- 

vières ; orge pour la bière. 
Draguer, t, m£me sens. 
Dramatique, a, du ihéftire. «m. 

genre thé&tral. [le tliéfttre.1 
Dramatiate, «m. auteur pour ] 
Drame, tm. poème pour le 

thé&tre. [toile de lit.*! 

Drap, tm. ëtoiTe de laine ;J 
Drapé, a. épais; duveteux. 
Drapeau, tm. haillon lenseigne 

d'infanterie, pi. maillot. 
Draper, v. couvrir de deuil; 

habiller : pein. railler. ' 
Draperie, cf. fabrique de drap. 
Drapier, «m. fabricant de drap. 
Drastique, a. (remède) violent. 
Dtèche, tf. marc d'orga 



^\. 



i??fet,v 



la (loucha, 
a rndoyan. 
e. arcA. 
m douaira, 
nar. 

craux an 
a niMUta.-! 
tendra atj 
d'una ma. 
rd'aaprii.-l 
corpa ouj 
)ia>ndra{v. 

ad. avec 
[douleur.*! 
Qui cauacj 
df. 
doute V. p. 

avec CioMc. 
dou?ea. 
d'un ton» 

I qui flatte 
aeni«(l*pa> 
agréable et 

rade douze. 

lOpluaS: 

nat en 18 

à. an ISa 
[corpa.*! 
iciend'unj 
é du doyen; 
[polda.-! 
ion. anc. ; J 
I couverte de 
mb pour la 

ft dragëea. 
ire. 
louaaer dca 

Bfabu). !tB. 
e ; cavaiirr. 
erre derel. 
1 d'épée. 
ue de drag. 

recourbée 
ble dea rU 
■ la bière, 
sena. 

hèftire. «in. 
e ilif àtre.n 
leur pour ] 
e pour le 
}ile de lit.'] 
le laine ;J . 
veteux. 
n :eiiBeigne 
aillol. 

de deuil: 
liilcr. - 
uede drap, 
intde drap, 
lie) violeiit. 
prga 



EBO 

Dreaaar. •. laver; drigar. 
Drille, aai. bon compagnon. 
Driltar, w. courir. [vantin.! 
Drogman, «m. lnteq>rdte le-J 
Droguât a/, dploerla. 
Droguer, «. niddicamenter. 
Droguarla^i/. toute aurta de 

droguée. 
Droguai, êm. étoATa de laine. 
Droguier, am. coll. de droguée. 
Druguiate, «m. march. de arog. 
Dreli, a. non courbd; debout; 

oppoaé à gauche, [meni.'l 
Droitement,, ad. «quiuble.J 
Droitier, a. qui emploie 'nnukin 

droite. 
Droiture, »/, équltd. 
Dr6le, a plaiaani. «ai. niad. fa. 
Drôlement, ad. d'une manière 

drôle. 
Drôlerie, «/. ehoaa d'ôla /.;. 
Dromadalre,aai. aorte dacna-1 
Dru, a. fort, ëpala. [meau.J 
Druide,— deaaa. a. prêtre celte. 
Dryade, «/. n/mphe dea bola. 
Du, art. particule pour de le 
Dft, «ai. ce qul«eat dû ; devoiiJDupiication 
DttbliatliV vaw a. quLazprima le ~ " 

douta. 
Dubitatlon, ^f. douta feint. 
Due. Duehaaaa. », dignité. 



■OA 

Ducal, a. de due. [nalea.! 
Oucai. Ducaton. «m. mon>J 
Duchd, «ai. aaignaiirle ducale. 
Ductile, a. qui a*Aand aoua le 

marteau. 
Ductilité, «f. propriété ductile. 
Duègne, ^. ffoiivernante. 
Duel, ««.combat d homme A 

homme. [duel.l 

Ouelllate, «ai. qui aa bat anj 
Dulra, «. plaira, v. et /a. 
Duiclflcallon, •/. aet de 
Dulclftar, *. tempérer un acide. 
Dulle, ^f. (culte lie) rendu aux 

aalnta. 
D Amant, od. convanableroant 
Dune, ^f. colline eablonneuae. 
Dunette, ^f. haut de la poupe. 
Duo, «ai. I. morceau de muai. 

que exécuté à deux. 
DtuHidnuaa,«8i. (am) Intéailn. 
Dupe, «/. qui eat trompé ; Jeu 
Duper, «. uomper. 
Duperie, «/.tromperie. 
Dupeur, $tm, trompeur. 
Duplicata, «ai.doub. d'un acte. 
Duplication, ^f. opér. géoméu 
Dupllcuture, a/, partie double. 
Duplicité, «/. état de ce qui eat 

doubla. [répllque.1 

Dupliqua, •/. réponaa A unaj 



BOH 



30 



Dupliquer,». Ikire une duplliL 
Dur, a. ferma. 
Durable, a. qui doit durer. 
Durant, prdp. nendani. 
Durcir, «. rendre; devenir dur. 
Durciaaament, «ai. état durci. 
Dure, a/, (coucher aur la/ 1 A 

terre. • duré.! 

Durée.t/.tempa qu*unech«Ha I 
Duregieni, ad. avec dureté. 
Dure. mère, aai. membr. du 

cerveau. 
Durer, v. continuer d'être. 
Durel.a. un pnu iiur. [ilurea.! 
Dureté,!/, quai, diira.paroleaj 



Durillon, «m. petitcalua. [dur.l 
Duriuacule, a. poule un peu! 
Duumvir, «m. («m) maglatn. 



lura romaine, rduumvir.1 
Duumvirai, «m. charge duj 
Duvet, «ai. menue plume. 
Duveteux, ae. a. qui a du duval. 
Dynamique, «/. acianca du 

mouvement. 
Dynaate, am, petit aauvaraln. 
Oynaatie, «/. aucceae de ruie. 
Dyepnée. «/. dlff. de respirer. 
DyaaenMrie, «/. aorte de diar. 

rhée. [aanteria.-| 

Dyaaentérique, a. de la dya. J 
Dyaurie. «/. dineulté d*«rtnar. 



E 



BbouHa, a». eiMMe éboulia. pBearqnillar, r. écarter ; oanir. 
Ebourgeonnemenl, act d' Ecart, «m. act. de a'aeaitar } l 
~' er, V. ôter lea bour. de Jeu. 

Ecartelé, a. diviaé en 4. Ma. 



geonflc 
Ebouriffé, a. échevelé./a. 
Ebouatner, a. ôter le boueln. 
Ebranchamant, ««. act. d* 
Ebrancher, «. ôter lee branchée 
Ebranlement, «ai. eecouaae, 



Ecarteler, v. mettre un crimU 

nel en quartiera. 
Ecartement, «ai. diijonctlon. 
Ecarter, «.éloigner ; foarplllar. 
Eeee.homo,««i.(cé)tabl.deJ.a 



E, «m. ée lettre, (««onO rorell, 
Eau,i/. élément liquide ; pluie. 
Eaux-at-ibrêU, «/. p/. luridh 

tlon dae boia atoéa rivièraa. 
Ebahir, (a) v. a*étnnner. 
Ebahiaaement, aai. éionnem. «. 
Eharber, v. ôter 'ee inégalitéa. 
Kbaxbolr, «m. outil p. ébarbar. 
Ebardoir, «ai. grauoirA 4 côtéa. 
Ebat, tement.«ai.paaae-tempe. 
Ebattra, (e'X «• •• divertir. «. 
Ebaubi, a. monné. jwp. 
EbauchA, if. aequiaee. 
Ebaucher, «. faire l'ébauche. 
Ebauchoir, «m. outil de aeulpit 
Ebaudir, (j>) V. ae réjouin «. 
Ebaudlaaement,«ai. act daa*é 

baudir. 
Bbêne, aai. boia de l'ébénler 
Ebéner, «. colorer en noir 
Elénier, «m. arbre à boia noir. 
Ebéniata, «ai. qui travalUa anlEcailié, 

boia précieux. ' eaillee. . ,i . ■ 

Ebéntaterie, tf.méL d'ébéniate. Ecailler, ère. ». marchand J Echélaaaement, «ai. act. d* 
Eblouir, «.aveugler par trq> Ecailler, «.Ôtevl'écalllajtom-Echaiaaaer, «.garnir d*éehalaa. 

d'éclat. bar par éealllea. jEchalier, ««. clôt. d« braneh. 

Ebloulaaant, 0. qui éblouit. Ecailleux, aa. a. qui ta leva par Echalotta, «/. aorte d'alL 
Ebloulaaamant,«r..éiatdal*all écaillée. firulu.! Echampir, «.détacher du flukl, 

ébloui. Ecaie, «/.coque de qualquaaj pafii.. (•■"il 

Eborcner, «. rendre borgne. Ecaler, «. ôter l*A»Ie. Echancrer, «.évider en croie. J 

Eboallilr, «. dimin. en bouill. Ecarbouiller, «.éeraeer. Echancruro, f/T. act.d*éehan«r. 

£boulement,««i actd' [aant*! Ecarlate,«/.coul.,étoflra mufe.Echiange,«m.troe. [éohangé.'l 
Ebouler,*, tomberan a*albia-J|EcarqaUlemeut, «ai, aci. d* iSciungeable, a. quipautétttj 



aoninianioni, «m. aatwuaav. 

Ebranler, «. donner dea aeeoua. Ecchvmoso, «/. (M) contueloo. 

aea. Bcclwiaate, «m. IIv. de la Bible. 

Kbraaer, «. élargir une baie. Eoçléeiaaiiqùa, aai. livra de ta 
Ebrécher, a. fkire une brèche. Bibta ; a. d'église. 
Ebrouement, «ai. act. d* Eoblealaatiquement, «d. «n ec« 

Ebrouer, «. laver, ronfler, ae cléeiaatique. 

dit du chav«L EMoprotIque, a. aurgatif doux. 

Ebruiter, «. divulguer. Ecérvalé . esprit léger, é vaporé. 

Ebullltion, V"» ut> <I* ^oiillr. Edkafaud, «m. élévation en 
Beacher,«. écraaer. charpente. 

Ecaille, «/. ce qui. couvre leif[ Eenafaudage, ««. act d> 

poiasona, teeucéa, etc. Ecluiliiuder,»dreeaerdeaéeluu 

privé, couvert d^é. fhude pour bttir. 

[d'huitree.! Ecb^laa, «ai. étal de cep. 



.,# 



ao 



ECH 



ECU 



E6L 



'1 



Echanger, v. troqtior; mouirer 
lé Hnge. [boire." 

Echanson, <m. oflT. qui sert à_ 
Echansonnerie, sf. les écliana. 
Echantillon, sm. petite iwrilon 
d'une chose pour la Taire 
connaître, [poids, etc.' 

Ecbantilloner, iA>^ vérifier un. 
Echappade, sf. t. de graveur, 
Echappatoire, s/, subterfuge. 
Echappée, tf. act. imprudente. 
Echappement, «m. t.d'horl. 
Echapper, v. éviter ; B>évader. 
Echa]rae,«/.épine<lan8 la chair 
Echardonuer, v, éter les chard. 
Echarner, e. ôter la chair du 
cuir. [echarner.*] 

Echarnoir, «m. outil pourj 
.Eçharnure, «/.act d'écharnrr. 
Eefaai^, «/. étoffe en baudrier 
ou en ceinture, [blessure.*! 
Echarper, v. faire imc grande J 
Echarsemont,ad.d>une manière 
avare. [pour marcher."! 
Echaase,*/. v/.b&tons àétriers J 
Echauboule, a. qui a des. 
Ecfaauboulures, sf.pl. élevures. 
Echaudé, «m. p&tisserie. 
Echauder, v. mouiller d'eau 

chaude. [echauder. 

Echaudoir, ant, vase pour 
Echauffaison, tf. ébuiitioD 

sang. 
Echauffant, a. qui chauffe 
Echauffé, «m. odeur causée par 

une chaleur trop forte. 
Ediauffement, sm. act. d> 
Echauffer, v. rendre chaud 
Echauffourée, «/. entreprise 

manquée./a. 
Echaunure, «/. ëcbauboulure. 
Echaoguette, tf. guérite. 
Echéance, af. ude paiement. 
E?hec,Mi.t. de jeu; perte. latV. 
pi. (fi muet) jeu ; ses pièces. 
Echelette, «/. petite échelle. 
Echelle, af. machine pour mon- 
ter ou descendre ; mesure. 
Echelon, am. degré d'échelle. 
Echenillage, tm. act. d' 
EchenlUer, V. ôter les chenillea 
Eeheno, am, bassin de fondeur. 
Echeveau, ««.fil repliéVn plu. 
siettra tours. [épars.! 

Echeyelé,a.qui alescheveuxj 
Echetin, «ai. anc. off. municip. 
EcheTinage,««.charged>échev 
Echiffre, am. mur d'escalier. 
Echina, af. éfiine du dos ; ove. 
Eehibèa, af. morceau du dos 

d'un porc. 
Echiner, v. rompre l'écliine. 
Eehiqueté, a. en forme d' 
Echiquier, am. table pour jouir. 
Echo, «iik aou réfléchi. 
Echoir, «. «river par le sort 
Eehonw, 9f. boutique ; pointe. 
Echopper, v. gravar. 



Ec1abous8er,.r. faire jaillir. 
Eclair, sm. éclat subit. 
Eclairage, «m. illuminaticn. 
Eclaircir, v. rendre clair. 
EelaircibBcment, tm. d' 
Eclairer, v. illuminer. 
Eclat, tm. gloire, pompe. 
Eclater, v. rompre ; a'emport. 
Eclipse, */. interposition. 
Eclipser, «.couvrir. 
Eclipiique, am. cercle céleste. 
Ëcloppè, a. boiteux. 
Eclore, v. sortir de la coque. 
Ecluse, tf. grand bassin. 
Eclusëe, tf. plein l'écluse. 
Ecltisier, am. qui sert l'écluse. 
Ecuinçon, tm. à angles. 
Ecole, tf. lieu d'étude. 
Ecolier, a. étudiant. 
Econduire, v. éloigner. 
Economat, sm. administration. 
Econome, a. ménager. 
Economie, af. éiwrgne. 
Economique, a et a. 
Economiquement, ad. act. d' 
Economiser, v. ménager. 
Ecope, af. pelle creuse. 
Ecorce, af. enveloppe. 
Ecorcer, v. Oter l'écorce. 
Ecorcher, «. ôter la peau. 
Ecorclteur, am. qui écorclie. 
Ecorner, v. rompre les angles. 
Ecurnifler, v. vivre aux dépens 

des autres. 
Ecornifleur, euses. parasite. 
Ecornure, •/. éclat emporté. 
Ecosser, «. tirer de la cosse.* 
Ecosseur, euse, a. qui écosee. 
Ecot, tm. dépense individuelle. 
Ecoulement, tm. act. d' 
Ecouler, v. et écouler. 
Ecourgeon, am. orge carré. 
Ecouter, v. entendre, croire. 
Ecouuille, af. trappe du tiUac. 
Ecran, sm. meuble d'hiver. 
Ecraser, v. aplatir et briser. 
Ecrémer, v. ôter la crème. 
Ecrëter, v. ôter la crèie. 



Ecrevise, af. poisson crustacé. 
Ecrier, «. taire une exclam. 
Ecrire, v. faire dea lettres. 
Ecrit, am. billet ; livre. 
Ecriteau, am. inscription. 



Ecume, af. mousse de liquide. 
Ecumer, v. Oterl'éciime : pl-T 
Ecumeur, am. pirate, [rater. J 



Ecumer, v. Oterl'éciime : 
Ecumeur, am. pirate, [r 
Ecumeux, ee,a. plein d'écume. 



Ecumuire, sf. pour ecumer. 
Ecurer, v. nettoyer. 
Ecureuil, tm. quadrupède. 
Ecureur, euse, «.qui écure. 
Ecurie!, sf. étable aux chevaux. 
Ecusson, sm écu . . 
Ecussonner, v. greffer. 
Ecuyrr, «m. valet. 
Eden, tm. paradis terrestre. 
Edenter, v. rompre les dents. 
Ediflcation, tf. act. d'édifier. 
Edifice, am. b&timcnt public. 
Edifier, v. bâtir, port, au bien. 
Edit, sm. loi ; ordonnance. 
Editeur, tm. qui publie un li. 

vre. 
Edition, tf. nouv. impression. 
Edredon, tm. oreiller, duvet. 
Education, af, act. d'instruire. 
Effaçable, a. qu'on peut efiacer. 
Effacer, v. rayer, oëtruire. 
Effaçure, af. rature. 
Effarer, «. troubler quelqu'un. 
Effaroucher, v. effrayer. 
Effectif, ve, a. réel. 
Effectivement, ad. réellement. 
Effectuer, v. exécuter. 
Efféminer, v. rendre faible. 
Efiervescence, af. émotion. 
Effet, am. résuhat. 
Effeuiller, v. ôter les feuilles. 
Efficace, a. suffisant. 
Efficacement, ad. 
Efficacité, af. vertu efficace. 
Efficient, a. qui produit. 
Effigie, af. reprâentation. 
Efliier, «. défaire un tissu. 
Efflanquer, v. rendre maigre. 
Effleurer, v. 
Effondrer. V fouiller. 
Efforcer, (s>) v. faire effort. .. 
Effort, am. avec peine. 
Effraction, af. rupture. 
Effrayer, v. épouvanter. 
Effréné, a. sanii frein. 
Effroi, «m. épouvante. 
Effronté, a. et a, impudent. 
Efl'rontémeiît, ad. avec 
Effronterie, tf. impudence. 



Ecritoire, tf. ust.pour l'encre.'Effroyable, a. épouvantable. 



Ecriture, af, caractère. 
Ecrivain, «m. qui écrit 
Ecrou, Ml. trou de la vis. 
Ecrouelles, af. maladie. 
Ecrouer, v. mettre aux fera. 
Ecroulement, am. act. d' 
Ecrouler, (a') o. a'ébouler. 
Ecroûter, v. ôter la croAte. 
Ecru, (fil, soie; am. non lavés. 
Ecu, «m. armoirea ; monnaie. 
Ecucil, am. roc en mer. 
Ecuelle, af. sorte de vase. 
Ecuellée, af. plein une écuelle. 
Eeuler, v. plier le quartier. 



Effrovablement, ad. 
Effusion, af. minchement 
Egal, a. de même rang. 
Egalement, am. autant. 
Egaler, «. rendre égal. 
Egaliser, «. rendre uni. 
Egalité, af. parité. 
Egard, am. aélérence. 
Egarement, tm. écart. 
Egarer, «. aétourner. 
Egayer, «. rendre gai. 
Eglantier, am. roeier sauvafe» 
Eglantine, af. fleur. 
Egliae, af. temple ; société. 



"^ 



KLV 

Egolser, v. pnrler trop de soi. 
Egolame, «m. amour de soi. 
Egotete, «. qui a de l'tfgolsme. 
Egorger, v. tuer. 
Egosiller, e. crier Iiaut. 
Egout, $m. ctiule des eaux. 
Egoutter, v. faire écouler. 
Egouitoir, «m. pour egoutter. 
Egrapper, v. ôter la grappe. 
Egratigner, v. déciiircr légëro- 

ment. 
Egr*tlgnure, */. [l'épi.l 

Egrener, v. ôter le ^rain de J 
Egrugeoir, am. ustensile pour 
Egruger, v. pulvériser le sel. 
Eh ! interj. de surprise. 
Ehonté, a. sans honte, «. 
Elaboration, «/. action d> 
Elaborer, r. préparer. 
Elagage, sm. action d> 
Elaguer, v.ébrancherun arbre. 
Elagueur, sm. qui élague. 
Elan, Btn. mouvement habile. 
Elancement, tm. action d> 
Elancer, s' v. se précipiter. 
Llargir, r. devenir large. 
Elargissement, sm. 
Elasticité, sf. avec ressort 
Elastique, a. qui a du ressort 
Electeur, trioe, s. qui élit 
Electif^ ve, a, de choix. 
mectiaa, sf. action d'élire. 
Electoral, a. de l'électeur. 
Electmvt, sm. dipiité. 
Electricité, sf. fluide. 
Electrique, a. de l'électricité. 



EMI 



EMF 



31 



Elysée, sm. séjour heureux. lEmincer, e. couporen tranch. 

Eminemment, act. d'excellence. 
Eminencc, sf. hauteur, titre. 



Email, «m. composii. de Voire. 
Bmailler, v. orner d'émail. 



Emailleur, qui émaille. 

Emanation, sf. ce qui émane. 

Emancipation, sf. act.tl' 

Emanciper, v. rendre libre. 

Emaner, v. tirer son origine 

Emargement, action d' 

Emarger, v. porter en marge. 

Emballage, «m. action d' 

Emballer, v. i'aire un ballot 

Embal.cur, snt. qui emballe.' 

Embarcation, sf. de marine. 

Embargo, sm. défenso. mar. 

Embarquement, sm. aci. d* 

Embarquer, v. mettre en mer. 

Embarras, sm obstacle. 

Embarrassant, a. nuire. 

Embaucher, v. enrôler. 

Erabaucheur, sm. 

Embaumement, sm act. d> 

Emtaumcr, « pariumer. 

Embellir, v. rendre beau. 

Embellissement, sm. 

Emblée, (d>) ad. d'abord. 

Emblématique, a. syinliolique. 

Emblème, sm. symbole. 

Emboîtement, sm. action d' 

Emboîter, v. enchâsser. 

Embonpoint, sm. en bonne 
santé. 

Embordurer» v. mettre une bor- 
dure. 



Eminent, a. élevé. 

EminentiBsime, a. titre. 

Emir, sm. descendant de Ma» 
homct. 

Emissaire, «nt. envoyé secret. 

Emission, sf. action d'émettre. 

Emma,^asiner, v. resserrer. 

Emmaillutter, v. au maillot. 

Emmancher, v. mettre en 
manrhcs. . 

Emmariner, v. équiper. 

Emménagement, sm. act d* 

Emménager, (s'), «. rangcUT» 

Emmener, v. conduire. 

Emmcnotter, «. mettre aux 
fers. % 

Emmieller, v. enduire de miel. 

Emmusoler, v. mettre un mu- 
seau. 

Emoi. sm. émotion ; souci. 

Emolltent, a qui amollit. 

Emolument, sm. profit,sa]olre. 

Emondes, sf. p branches cou- 
pées. 

Ennonder, v. couper les bran 
ches. 

Emotion, sf. agitation. 

Emotter, v. briser les mottes. 

Emouchet, sm, oiseau de proie. 

Emoudre, v. aiguiser. 

Emouleur, mi. qui émoad. « 



Emboucher, «. mettre à lajEmousser, «. ôter la pointa. 



Blectriser, V. animer, enflam- Embouchure, •/. de fleuve, 



mer. 

Elégamment, ad, avec élé- 
gance. 

Elégance, sf. recherche. 

Elégant, a. qui a de la gr&ce. 

Elément, sm. corps simple. 

Elémenuire, a, oîss iiémens. 

Eléphartt, «m. grand quadru- 
pède. 

Elévation, sf. exhaussement 

Elève, s. disciple. 

Elever, v. hausser ; instruire. 

Elider, «. supprhner. 

Eligibilité, •/. qualité éliglble. 

Eligible, 0. qui pentéire élu. 

Eliminer, v. expulser. 

Elin, «. choisir, nommer. 

Elision, «/.suppression. 

Elite, sf. i* qu'il y a de mieux. 

Elixlr, «ai. liqueur spirituel^. 

EUe, pron. pers. 

Ellipse, sf. retranchement 

Ellipr que, a, de l'ellipse. 

Eloeution, sf. savclr. 

Eloge, sm. louange. 

Eloignement, sm. action d* 

Boigner, v. séparer. 

Eloquemment, ad. avec 

Etoquenoe, sf. art de bien dire< 

Elu, sm. prédestiné. 

EhMtar, V. éviter sveo adreese. 



bouche. 



Emouvoir, v. exciter à comp. 

Empailler, a. garnir de paille. 

Empailleur, «m. qui empaille. 

Empaller, v. percer le corps. 

Emparer, (s>) v. envahit 

Empâter, v. remplir de p&ts. 

Ëmpaumer, «. se rendre maî- 
tre. 

Empêchement, sm. obstacle. 

Empêcher, «. s'opposer. 

Empeigne, sf, dessus du touli. 

Empenner, v. mettre dea plu- 
mes Si une flèche. 

Empereur, sm. chef d'emidn. 

Empesage, sm. action d* 

Empeser, v. mettre de l'empota. 

Empestei, o. infecter. 

Empêtrer, v. embarrasser. 

Emphase, sf. afleclation. 

Emphatique, a. 

Emphytéose, tf. long bail. 

Emphytéote, s. qui jouit 

Emphytéotique, c 

Empiéter, «. usurper. 

Empiffrer, v. gloutonner. 

Empilement, «m. action d 

Empiler, «. meure en pile. 

Empire, sm. monarchie. 

Empirer, v. devenir pire. 

Emplacement, f m. place. 

Emplâtre, «m. remède ; Inciqpt 
ble. 



Embouer, r. salir de boue. 

Embourber, r. engager; cou» 
vrir de boue. 

Embourser, v. économiser. 

Embrasement, sm, feu, désor< 
dre. 

Embraser, «. mettre en feu. 

Embrassade, sf. d'embrasser. 

Embrassement, sm. action d' 

Embrasser, v. serrer, baiser. 

Embrasure, sf. baie. 

Binbrocher, v. mettre à la bro- 
che. ~ 

EmbrouilleiAent, sm. action d> 

Embrouiller, v. rendre diflus. 

Bmbrumé, a. chargé dybrouil 
lards. 

Embûche, sf. piège. 

Embuscade, «/.guet-à*pen8. 

Embusquer, (s*), v. en embusc. 

Emeraude, sf. pierre précieus. 

Emeri, am. pierre dure. 

Emerveiller, v. étonner. 

Emétique, am. et a. vomitif. 

Emétiser, v. mettre de l'émét 

Emettre, v. produire. 

Emeute, sf. sédition populaire. 

Emietter, v. émier le pain. 

Bmigrant, a. «t s. qui émigré. 

Emigration, sf. action d* 

Emigrcr, v. quitur sa patrie. lEmplette, af, achat t acqtddb 



•».^, 






,vK- 



32 



ENC 



BNF 



ENO 



Emplir, «. rendre plein. 
Emploi, «m. usa^e, fonction. 
Employer, r. mettre en usage 
Emplumer, v. mettre dea piu- 
- mes. 

Empoclier, v. mettre en poche. 
Empoigner, v. eaisir. 
Empois, «m. colle d'amidon. 
Empoisonnement, sm. adViun d' 
Empoisonner, v. corrompre; 

inreuter. 
Empoisonneur, euse, a. 
Empoisser, v. poisser. 
£mpoi«Bonnement, sm, act, d 
Empoissonner, v. mettre du 

poisson. 
Emportement, tv^, colère. 
£inport?<-pièce, «m.instrum. 
Emporter, v. rnlever. 
Empourprer,r.colorerde rouge 
Empreindre, v. faire une 
Empreinte, sf. impredsion. 
Empressement, sm. iièle. 
Empresser, (s') v. faire vite. 
Emprisonnement, sm. action d? 
Emprisonner, v. mettre en pri 

son. 
Emprunt, «m. action d> 
Emprunter, v. recevoir à prêt 
Emprunteur, euse; s. 
Empuantir, v. infecter. 
Empyrée,^ sm. le ciel. 
Emulateur, tiicc. s.qulexeitel* 
Emulation, sf. d<falr d'égaler. 
Emule, s. concurrent. 
En, prep.dans ; pr(m.|de-Ià. 
Encadrem'ent, «m. action d* 
Encadrer, v. mettre un cadre, 
fneager, v. mettre en cage. 
* Encaissement, sm. action d' 
Encaisser, v. mettre en caisse. 
Encan, sm. vente à l'enchère. 
Encanailler, (s'), r. s'avilir. 
Encaustii|ue, «/. peinture. 
Encavement, i^ action d' 
Encaver, r. mettre en cave. 
Enceindre, v. entourer. 
Enceinte, sf. circuit, clôinre. 
Encens, «m. louange, parfum. 
Encensement, sm. action d* 
Encenser, v. donner de l'enceos. 
Encenseur, «m. louangeur. 
Encensoir, sm. cassolette. 
Enchaînement, sm. liaison. 
Enchaîner, v. attacher^ 
Enchantement, sm. action d' 
Enchanter, v. ensorceler. 
Enchanteur, a. qui enchante. 
Enchàaeer, v. faire entrer. 
Enchausser. v. de jardinage. 
Enchère, «/. offre supérieure. 
Enchérir, v. meure une ench. 
Enchérlssement, tn. 
Enchifrener, «. rhume du nez. 
Enclavement, sm. action d* 
Enclayer, v. enfermer. 
BucUn, 0. porté ft. 



Enclore, v. clore de mon. 

Enclos, sm. enceinte. 

Enclouer, r. enfoncer un cloa 

Enclume, sf. masse de fer. 
Encuffrer, «.mettre en coffre. 
Encoignure, sf. {ko) 
Encoller, v. enduite de colle. 
Encolure, «/. du cou. 
Encombre, sm. embarras. 
Encombrement, sm. action d* 
Encombrer, «. embarrasser. 
Encore, ad. de temffs. 
Encouragement, sm. 
Encourager, v. exciter. 
Encourir, v. s'eicnoser à. 
Encrasser, v. rentire crasseux 
Encre, sf. liqueur pour écrire. 
Encrier, sm. vase pour l'encre. 
Encroûter, v. enduire. 
Encuiraaser, (s>) v. mettre une 

cuirasse. 
Encuver, v. mettre en cuve. 
Encyclique,.a. circulaire. 
Encyclopédie, sf. de toutes 

leasciences. 
Endettei , v. charger de dettes. 
Endêver, v. dépiter. 
Endiabler, v. endêver. 
En^iimancher, v. hab. du dim. 
Endoctriner, v. instruire. /a«. 
Endommager,. V. détériorer. 
Endormir, v. faire dormir. 
Endosser,,v. mettre sur le dos. 
Endosseur, sm. qui endosse. 
Endeiil, sm. place, côtd 
Enduire, V. couvrir d'un enduit. 
Enduit, sm. couche de... 
Endurant, v. patient, [dur.*! 
Endurcir, v. rendre, devenir. J 
Endurcissement, sm. dureté tie 

cœur. [ment.*] 

Endurer, v.supporterpatiem^J 
Energie, sf. force d'esprit. 
Energique, v quiade l'énergie. 
Energi<iuement, ad. avec éner. 

gie. [démon.! 

Energuméne. s. possédé duj 
Enerver, v. affaiblir. 
Bnfaitcau, sm. tuile faîtière. 
Enfaîtement,«m.table de plomb 
Enfalter, v. couvrir le faite. 
Enfance, «/.premier tige de 

l'homme. 
Enfant, a. et s;.jeune; fils» fille. 
Enfantement, sm. act. d' 
Enfanter, «.Recoucher, [tine.1 
Enfantillage, sm.man.enfan.j 
Enfantin, a. U'enfant. 
Enfariner, v. poudrer defttrkie. 
Enfer, «m. (^) lieu où sont pu- 
nis les damnés, les démons. 
Enfermer, v. mettre en un lieu 

qui ferme. 
Enferrer, v. percer avec un fer. 
Enfilade, sf. suite de chambres. 
Enfiler, v. passer un fil par un 

trou ; traverser. 



Enfin, ad. après tout : bref. 
Enflammer, v. mettre en feu. 
Enfléchures, sf.pl, échelles de 

corde. 
Enfler, v. remplir de vent. 
Enflure, sf. tumeur. 
Enfoncement, sm. fond : act.d* 
Enfoncer, «. pousser au fond ; 

rompre. 
Enfonceur, sm. (de portes ou. 

vertes) fanfaron, prov. . 
Enfonçure, s/, pièces du fond. 
Enforcir, v. rencfre, devenir fort. 
Enfourner, v. mettre au four. 
Enfreindre, V. violer (la loi). 
Enfuir, (s') v. fuir d'un lieu. 
Enfumer, v. noircir ou incom. 

moder par la fumée. 
Engagé, sm. qui est engagé. 
Engageant, a. insinuant. 
Engagement, sm. act. d' 
Engager, v. mettre en gage. 
Engbsisie, «m. sone defermier. 
Engalner, v. mettre dans une 

gaine. 
Engaiiage, cm. act. d' 
Engaller, v. préparer avec la 

noix de galle, [ventriloque.'] 



Engactrimythe, «m. art du. 

Engeance, sf. race. 

Engeancer, v. embarrasser. 

Engelure, sf. enflure par le 
froid. [semblable.1 

Engendrer,», produire sonj 

Engerber, v. mettre en gerbe. 

Engin, sm. outil compliqué. 

Englober, v. former un tout. 

Engloutir, v. avaler glouton- 
nement. 

Engluer, v. enduire de glu. 

Engoncer, v. contraindre la 

' taille. 

Engorgement, «m. embarras 
dans nn tuyau, un canal. 

Engorger,v. empêcher l'écoule- 
ment. 

Engouement, sm. état engoué. 

Engouer, v. embarrasser le go- 
sier ;s'emèter d'une chose. 

Engouffrer, (s') v. se perdre 
dans une ouverture. 

Engoulé, a. dans la gueule. 

Engouler, v. ravir avec lagueu. 
le.pejBi [perclus.! 

Engourdir, v. rendre commej 

Engourdissement, sm. état en- 
gourdi, [mier ; etcl 

Engrais, sm. pâturage ; fu-J 

Engraisser, v. devenir grae. 

Engranger, V. mettre en grange. 

Engravement,«m. étatengravé. 

Engraver, «.engager un bateau 
dans le aable. [telle. l 

Engrèiure, •/. point do den-J 

Engrenage, sm. act. d* 

Engrener, e. se dit dei rouet 
qui ■'emboîtent. 



#. 



ENIl 



ENT 



EFA 



33 



tout : bref, 
lettre en feu. 
pi. échellea de 

r de rent. 

eur. 

1. fond : act.d> 

Bser au Tond ; 

de porte« ou. 
in. prov. 
iéces du Tond, 
e, devenir fort, 
ttre BU four, 
uler (la loi), 
lir d'un lieu, 
cir ou incom. 
ùmée. 
est engagé, 
isinuant. 
act. d' 
tre en gage, 
orte defermicr. 
sure dana une 

act. d' 

fiarer avec la 
ventriloque.l 
am. art duj 
ice. 

nbarraaser. 
snflure par le 
[semblable.*! 
)roduire ionj 
ttre en gerbe, 
compliqué, 
mer un tout, 
valer glouton- 



lire de glu. 
:ontrabidre 



la 



am. embarras 
I, un canal. 
têcherPéconle- 

I. état engoué. 
)arra88erle go- 
d'une chose. 

V. se perdre 
srture. 
s la gueule, 
iraveclaguçtu 
[perclus.*] 
indre commej 
ït, am. état en> 
[mier ; etcl 
àturage ; fu- J 
evenir gras, 
ettre en grange. 
R.étatengraré. 
[ager un bateau 
[telle.-! 
loint do den-j 
act d' 

dit des roues 
kt. 



Engrumeler, «. se mettre en 

grumeaux. [hardLl 

Enhardir, v. (h asp.) rendrej 
Enharmonique, a. (an-kar) t. 

d« musique. 
Enharnachement, sm. act. d> 
Enharnacher, «. (h asp.) ham. 
Enherber, v. mettre en herbe. 
EnJgmatique,^. d'énigme. 
Eiiigraatiquement, ad. 
Enigme, af. définition obscure. 
Enivrant, a. (an-nO qui enivre 
Enivrement, am. ivresse. 
Enivrer, v. rendre ivre. 
Enjambée, af. espace qu'on 

enjambe, [porte sur 2 vers.! 
Enjambement, ««. sens quij , Ensorceler, r. jeter un sorL 
Eryanber, v. faire-un gr. pas. Ensorcellement, am. act d> 
Enjaveler,v. mettre en javelle. 
Enjeu, am. mise au jeu. 
Enjoindre, «. ordonner. 
Enjôler, v. séduire. /a. 
Enjôleur, euse. a. qui enjôle 



Enrôler, «a. mettre sur le rôle. 
Enrôleur, «m; qui enrôle.' 
Enrouement, a. action d' 
Enrouer, v. perdre la voir. 
Enruuiller, v. rendre rouillé. 
Ensacher, r mettre dans un sac 
Ensanirls' :. v couvrir de 

sang. 
Eneeisnc, ;. tableau. 
Eneeignjutcnt. am. action d> 
Enseigner, v. instruire. 
Ensemble, (ul. l'un avec l'autre. 
Ensemencement, am. act. d' 
Ensemencer, V. semer. 
Ensevelir, v.' envelopper, dis. 

paraîtra. 



Ensuite, «ut. après. 
Ensuivre, (s') «. 
Entablement, «m. haut d'une 

colonne. 
Entacher, v. infecter, souiller. 



Enjolivement, «m. ce qui sert à Entaille, Ëntaillure, af. 
joli. Entailler, v, creuser le 



Enjoliver, «. rendre joli. 
Enjoliveur, «m., qui enjolive. 
Enjolivure,*/, petits enjolivem 
Enjoué, a. gai. 

Enjouement, am. gatté douce. 
Enkiste, a. enfermé dans une 

membrane. 
Enlacement, «m. act d* 
Enlacer, v. passer des lacets 

l'un dans l'autre. 
Enlaldii, «• devenir laid. 
Enlé vement.Mi.act. d' [ravir."! 
Enlever, «. lever en haut;J 
Enlier, «. joindre les pierres. 
Enligner, o. mettre en ligne. 
Enluminer, v. colorier. 
Enlumineur, euse, s. qui en. 

lumine. 
Enluminure, «. ornement « 
Ennéagone,«m.figure à9 côtés. 
Ennemi, (ènne), v. qui hait 
Ennoblir, va. rendre noble. 
Ennui, sm. langueur d'esprit 
Ennuyer, «. sentir de l'ennui. 
Ennuyeux, euse, qui ennuie. 
Enoncer, v. exprimer. 
Enonciatir, ve, a. qui énonce. 
Enonciation, s/, act. d'énoncer. 
BnorRueillin ». (an-nor) 
Enorme, a. démesuré. 
Enormément, ad. excessivem. 
Enormité, af. excès; atrocité. 
Enquérir, («') » »r. s'informer 
Enquête, af. rechisrche judicia, 
Enraciner, v. prendre racine. 
Enrager, saisi de rage. 
Enrayer, v. arrêter la roue. 
Enrégimenter, «. enrôler. 
Enregistrement, am. act d* 
Enregistrer, va. inscrire. 
Enrhumer, «. causer le rhume. 
Enrichir, v. devenir riche. 
EnrieWssenient, «nkoinement 
Bnrôtement, am. action d* 



bois. 
Entamer, v. faire une incision. 
En tant que, conj. comme. 
Entassement, am. action d* 
Entasser, v. mettre en tas. 
Ente, êf. greffe. 
Entendement, «m. intelligence. 
Entendre, v. ouïr, comprend. 
Entendu, a. habile. 
Entente, af. interprétation. 
Enter, v. greffer, emboîter. 
Entériner, v. ratifier. 
Enterrement, am, inhumation. 
Enterrer, v. enfouir, inhumer. 
Entêtement, am. obstination. 
Entêter, v. porter & la tête. 
Enthousiasme, «m. exaltation. 
Enthousiasmer, v. ravir. 
Enthousiaste, am. admirateur. 
Enticher, v. s'obstiner. 
Entier, «. et a. complet 
Entièrement, ad, totalement. 
Entoiler, r. mettre sur toile. 
Entonner, v. verser, chanter. 
Entonnoir, am. utiensile. 
Entorse, af. extension violente. 
Entortillement, am. act. d* 
Entoniller, v. envelopper. 
Entour, (à 1'), aux environs. 
Entoursge, am. ce qui entoure. 
Entourer, v. environner. 
Eiitr'accuser, (s'), r. les 

les autres. 
Entr'aider, (»'), v. s'çlder. 
Entrailles, af. pi. intestins. 
Entraînant, a. qui entraîne. 
Entrainement, am. act. d> 
Entraîner, v. mener par 

force. 
Entraver, v. empêcher. 
Entraves, af. pi. liens. 
Entre, prép. de lieu. 
Entre-choquer, (s'), «. 
Ehitre colonne, — «m«(, am. 



uns 



la 



Entre. cô>e, am. 
Entrecouper, v. couper. 
Entrée, af. action d'entrer. 
Entrefaites, af. (sur ces) 
Entre frapper, (s>) v.l'un l'ant 
Entr'égorgor, (s'», r. s'égorger. 
Entrelacer, v, lier l'un dans 

l'autre. 
Entrelacs, am, (là) 
Entrelarder, v. mêler, 
fintre.iigne, af. V. Interligné. 
Entre luire, v. luire à demi. 
Entréinêler, v. mêler parmi. 
Entremets, sir. service. 
Entremettre, (s), «.s'eipployer. 
Entremise, af. médiation. 
Entre-nuire, (s*). «. se nuire. 
Entreporer, v. déposer, eosi. 
Entrepôt, am. lieu de dep&i. 
Entreprendre, v. commencer. 
Entrepreneur, am. qui entre« 

prend. 
Entrepris, a. embarrassé. 
Entreprise, af. dessein. 
Entrer, v. de dehors au dedans. 
Eniresol, «m. snuf le premier 

étage. 

Entretenir, v. tenir on état. 
Entretien, am. conversation. 
Entretoine, «/. pièce de charp. 
Entrevoir, v. voir un peu. 
Entrevue,*/, rencontre prévue. 
Entr'oulr, v. ouïr faiblement 
Entr'ouvrir, v. ouvrir un peu. 
Enture, af. ente, échelons. 
Enumératif, ve, a. qu'on peut 

compter. 
Enuméralion, af. 
Enumérer, dénombrer. 
Envahir, v. usurper. 
Envahissement, am. act d* 
Enveloppe, •/. ce qui couvre. 
Envelopper, v. entourer. 
Envenimer, v. courroucer. 
Envers, prép. à l'égard. 
Envi (à I'), ad. avecémulatio» 
Envie, s/. Jalousie, désir 
Envieuiir, «. rendre vieux 
Envier, v. porter envie. 
Envieux, se, a- qu< a envie. 
Environ, ad. à peu près 
Environner, v. entourer. 
Envisager, v. regarder. 
Envol, «SI. act. d'envoyer. 
Envoiler, (s>)« «• courber. 
Envoler, (s'), fuir en volant 
Envoyer, v. faire aller. 
Epacte, af. différence entr* 

l'année binaire et la solaire. 
Epagneul, am. chien; 
Epais, a. qui a de l'épaisseur. 
Epaisseur, af. profondeur. 
Epaissir, v. rendre, devenir 

épais. 
Epaiurissement. «SI. 
Epamprsr, v. oter les pmDm.j 

Epanuiement, «SI. effusion. 



34 



EPL 



EBJL 



Epaneber, «. répandre. 
Epanouir, «. réjouir, a'ouTrir. 
EpanoulMement, «m. 
Epargna, ^. économie. 
Epargner, «. ménafer. 
EparpiDement. $m. act. d* 
ElMrpUier. v. jeter f a et \k. 
Epara, a. diepéraé. 
Epaté, a. camuB. 
Epaule, êf. partie du corrn. 
Epaulée, irf. coap d'épaïue. 
Epaulement. im. effort d'épaa. 
Epauler, «. dialoquer l'épaule. 
Epaulette, if. gland, frange. 
Epée, «/. arme offenaive. 
Epeler, v. nommer, aaaembler 

lea lettrea en ajUablea. 
Epellation, •/. act. d'épeler. 
Eperdu, a. troublé, aurf ria. 
Epeidument, ad. aana raiaon. 
Eperon, «m. molette, ergot. 
Eperonner, «. piquer, 
iperriar, «m. oimau, fllet. 
Ephémère, a. qui dure peu. 
Ephod, «M. ceinture. 
Epi, «m. tète du blé. 
Epice, êf. drogue : pain d' 
Epicer, V. aesaisonner. 



Epointer, «. Ater la pointe. 

Eponger, «. netutjrer avec l'é- 
ponge. 

Epoque, #/. un certain teapa. 

Epoudrer, v. ôter la pouaaière. 

EpouiUer, «. ôter lea poux. 

Epoumonner, «. fatiguer. 

Epoucalllea, i/. pi. mariage. 

Bpoueer, *. ae marier, a'atta- 
cher. 

Epouaaeter, v. 6ter lapouaaière. 

Epouaaeioir, fm. pinceau doux. 

Cpouaaette, «/. vergette. 



Epicerie, «/. droguée du levant Epuiaer, «. tarir, affaiblir. 



Epicier, «m. marchand de au* 

cre, de caft, etc. 
Epidémie, i/. maladie. 
EpUMoiique, a. de l'épidémie. 
Epiderme, «m. aurpeau. 
Epier, «. monter en épi. 
Epierrer, «. Ater lea pierrea. 
Epigaatre, «ai. de l'eatomac. 
Epigramme, «/. poéeie. 



Epieraphe, «/. daviee. 
Bpilepele, «/. mal caduc. 



Epiler, V. ôter le poil, 
Epilogue, «m. fin d'un diaeonn. 
Epiloguer, «. ceneurer. 
Bpiloguaur, «ai. qui épilogue 
Bpinarda, «m. plante potagère. 
Epine, «/. piquant, embarraa. 
IqiinetM, «/. 

Epineux, ae, a. à Mnea. 
Epingle, êf. pointe de laiton. 
Spiogller, ««.qui fitit lea épin. 

glea. 
Epiphanie, «/. ou hê Rêt*. 
Epique, a. (poème). 
Epieeopal, a. de l'épiatopat 
Eplac(^,«iii.dignliè d'éVèqua 
Eplaoda, «ai. entréa d'un oie. 

eoura. 
Eplapatiqoe, a. médicament. 
BpiKolaira, m. de l'èpttre. 
Epit«|dM, if. Inaeriptk». 
Epithète, êf. eenaure. 
Epitoné, «ai. abréfé. 
Eplue, êf lettre, diacoura. 
^>loré, «. en pleura. 
BpluelMment, «ai. act d' 
Bpïttcher, «. trier, examiner. 

Spluelioir, «ai. Inainiment, 
plucbure, «/. ordure Atéa 



Epouvantable, a. eflrayant 
Epouvantablement, ad. 
Epouvantait, «m. pi. aita. 
Epouvante, sf. terreur. 
Epouvantement, «m. act. 4* 
Epouvanter, r. effrayer. 
Epoux, ae, atn. le mari. 
Eprendre, (6')«. ae paaelonner. 
Epreuve, •/. eaaai. 
Eprouver, r. eeiajrer. 
Eprouvette, «/. eonde. 
Epucer, v. ôter lea pucea. 
Epulaable, a. qu'on peut ^ul. 

eer. 
Epulaement, «ai. fatigue. 



Erainure, «/. choae éralUée. 
Ere, tf. point fixe. 
Erection, «. act. d'ériger. 
£reinter,'«. Ibuler lea reloai 
Erémltique, a. (vie) d'ermite. 
Erétipèle, V. Eryalpèle, mala* 
die. 



Epure, êf. desain en grand. 
Epurer, v. rendre pur. 
Equarrir, «. tailler à anglea. 
Equarriaeage, •«. eut équarri. 
Equateur, êm. (eoma) cercle. 
Equation, êf. (cmm) égalité. 
Equerre, •/• angle droit. 
Equeatre, a. (ewèa) atatue 



Equlangle,a. (eui) anglea égan. Eacarmouche, êf. 
Equidiatant, a. (cm*) également Eaeannoucher, «. 



Braillé, a. (ail) à fileta rougea fenitre. 

Brailler, v. (una étoffe) l*aaiaT|E«P<>^r, «ai. ittea à on 



Ergot, «ai. ongle de l'olaeatL 
Ergoter, «. polntUIer. 
Ergoteur, «ai.polntillenx./g; 
Eriger, «. élever, conatrujre. 
Ermitage, «m. habitation d'un 
Ermite, «m. aolltaire. 
Errata, «m. ll«ta dea iiiutea. 
Erre, êf. train, allure. 
Errementa, «ai. pL veiea, tia. 

eea. 
Errer, «. ae tromper. 
Erreur, tf. &ute, méiniaa. 
Erroné, a. fkux. ^ 

Erudit, a. et «. «avant. 
Erudition, if. vaata aavoir. 
Eruption, «/. aortie auUte. 
Eryaipèle, «ai. maladie. 
Ea, prép.danamaiire-èa>ane. 
Eacabeau, êmi—èelle, t. alége. 
Eacadre, «/. flotte ;de guerre. 
Eacadron, «ai. troupe à cheval. 
Eacaiade, êf. act. a* 
Eacalader, «.'monter, grimper. 
Eecalier, «ai. degréapour mon- 

ur. 
Escamoter, «. voler auUtem. 
EacamoMur, «ak qui eacamote. 
Eacampette, •/. «'enfuir. 
Eacapade, êf. échappée. 
Eacargot, «ai. limafon. 



combat, 
attaquer, 
éloigné. Escarpement, «ai. pente. 

Equllatéral, a (cm') à côtés Escarper, «. couper droit, 
égaux. Eacarpin, «ai. aoulier l^r. 

Equilatère, a. (evO 4 cotée Eacarpoleue, êf. balançoire, 
égaux. Eaclent, «ai. ademment. 

Equilibre, «m. égalité de poMa. Eadambe, «ai. avec scandale. 

Equimultiple, «.<e«>) t. d'aHtt. EacUvage, «ai. état d'eaclava. 

Equlnoxe, «ai. égalité daajoura Esclave, a. qui a perdu aa li- 
eux nuKa. berté. 

Equinoxial, «. do l'équinoxa. Eeoompte, «ai. remlaa. 

Equipage, «ai. train. Escompter. «. lUre l'eacompte. 

Equipée, «/. act. Indhcrète. Eacorte, if.sum qui aeeompa- 

Equipement, «ai. act. d* gnent. 

Equiper, «. pourvoir, haUller. Eecorter, «. accompagner. 

Equipoller, «. valoir autant Escouade, if. le Uera d'une 

Equitable, a. qui a de l'équité, compaôile. 

EquiUblement, ad. avec équit. Eecourgée, if. iouet 

Bquitatlon, «/. (««<) art da ca« Eacrtane, if. aet.d' 
valier. Eeertaner, «. fUre dea annaa. 

Equité, if. Justice, droiture. Beeroc, «ai. Mpon. 

Equivalent, a et «ai. égal. Escroquer. «. voler. 

Equivaloir, a. valoir égalem. Escroquerie, «/. act a* 

Bquivoqua, a.«ltf. i double Bacroqnaur, auae, «; 
eena. Espace, «/. étendue. 

Equivoquer, «. tromper. Espacement, «m. diatanea. ,« 

Brafler, «. efllenrar la peau. B^cer,*.a4iarar. 

Braflure, êf. légère écorehora. Bnagnolette, ^f. ratfna, Arda 






%' '«:?' 



ETA 

E8péce,«/.diri8ion, apparence. 
Espérance, a/, eapoir. 
Espérer, V. avoir eupérancf^ 
Espiègle, a. et ». subtil, rusé. 
Espièglerie, «/. act. d'eapiègie 
Edpion, Ml. celui qui épie. 
Espionnage, «m. act d> 
Espionner, «. épier. 
Esplanade, «/. lieu aplani, 
l'apoir, MR. espérance. 
Esprit, «m. intclligenoto; fluide 

Esquif, «ta. petit canot 
Esqainancie, sf. inflanonation. 
Esquisse, */ ébauche. 
Esquisser, v. faire une esquiife. 
EsquiTer, «. éviter adroitem. 
Essai, «m. elcpérience. 
Essaim, sm. Tolée d'abeilles. 
Essarter, «. «léfricher. 
Essayer, v. éprouver. 
Essence, f/.niiture d'une chose, 

huile, etc. 
Essentiel, a. (ci) nécessaire. 
Eseentiellement, ad. 
Esideu, tm. qui traverse les 

roues. 
Essor, «m. vol fort haut. 
Essorer, v. prendre l'essor. 
Essouffler, v. hors d'haleine. 
Essui, «m. place pour sécher. 
Esaue>niain, «m. linge. 
Essuyer, v. sécher. 
Est, sm. (0 le l^evant 
Estafette, sf. courrier. 
Estafier, sut. valet de pied. 
Estafilade, «/. balafre. 
Estaminet, «m. tabagie, cabaret 
Estampe, »f. image. 
Estamper, v. fahre empreinte. 
Estampiller, v. marquer. 
Estimable, a. digne d'estime. 
Estimateur, am. qui estime. 
Estimatif, a. qu'on estime. 
Estimation, af. évaluation. 
Estime, •/. cas que l'on fait. 
Estimer, v. priser, croire. 
Estomac, «m. (m^ viscère. 
Estompe, af. peau roulée. 
Estomper, «. étendre le trait. 
Eetrade, af. lieu éleVé. 
Estropier, v. blesser, mutiler. 
Et, e<mj. qui sert à lier. 
Et catera. am. (eUf), et autres 
Etal'le, af. écurie aux bceuft. 
Etabli, tm. table d'artisan. 
Etablir, v. fixer, créer. 
Etablissement, am. act. d* 
Etagft, am. espace entre deux 

planchers. 
Etai, am. soutien, appuL 
Etaim, am. laine. 
Etain, am. métal Uanc. 
Etal, am. aux, bonti^oe de 

boucher. 
Etalage, am. act d* 
Etaler, v. exposer en vents. 
Etalon «M. cheval entier. 



/^ 



fiTR 

Etalonner, v. marq. les poids. 
Etamer, r. enduire d'étain. 
Etameur, v. qui élome. 
Etamine, af. passoire. 
Eiamure, af. étain. 
Etanchement, am. ael. d* 
Etancher, «. arrêter. 
Etançon, cm. étal, appui. 
Etançonner. «. ^tayer, appuyer 
Etang, am. (an) amas d'eau. 
Etape, «/. dépôt; station miUit. 
Etat, am. situation. 
Etau, am. inst. pour serrer. 
Etayer, o. appuyer. tk, 

Eté, Ml. saison la plus chauoe. 
Eteignoir, am. pour éteindre. 
Eteindre, v. étouffer le feu. 
Etendaru, mi. drapeau. 
Etendre, v. allonger. 
Etendue, af. dimension. 
Eternel, le ; a. qui n'a pas dé 

fin. 
Eternellement, ad. sans cesse. 
Eterniser, v. rendre éternel. 
Eternité, af. dorée sans fin. 
Eternuer, v. faire un 
Eternuement, am. mouvement 

convulsif. 
Etêter, t). ôter la tite. 
Eteule, af. chaume sur pied. 
Ether, am. liqueur subtile. 
Etincellement, am. action d' 
Etinceler, v. éclats de lumière. 
Etincelle, •/. parcelle de'feu. 
Etioler (s*), V. rendre faible. 
Etiqiie, a maigre, décharné. 
Etiqueter, v. mettre une 
Etiquette, af. écriteau. 
Etisie, af. phthisie; maladie. 
EtnfTe, af. tissu. 
Etoffer, V. redoubler. 
Etoile, af. astfe, astérisqve. 
Etoiler (s'), v. semer d'étoiles. 
Etole, af. ornement de prêtre. 
Etonnamment,ad. avec surprise 
Etonnement, am. surprise. 
Etonner, v. surprendre. 
Etouffemeni, mi. action d' 
Etouffer, «. suffoquer. 
Etouffoir, «m. pour étouffer la 

braise. 
Etoupe, •/. rsbut de filasse. 
Etouper, «. mettre de l'étoupe. 

Etovrderie, •/. act d' 

Etourdir, p. troubler, impor- 
tuner. 

Etoardissement, «m. trouble. 

Etonrnean, cm. oiseau. 

Etrange, a. contre l'usage. 

Etrangement, ad. d'étrange. 

Etranger, a. sans rapport. 

Etrangler, «. tuer en serrant 

Etrfe, «. atiztf. exister. 

Etrécir, r. rendre étroit 

Etrécissement, cm. act d^tra. 

Etre1ndré,«. resserrer. 

Etrehite, af. act d'étrelndre. 



&VI 



85 



Ëtreime. c/. présent au 1er da 
l'ain 1er usage; Ire receua. 

Etrenner, «. donner ou rece» 
voir l'étrenne. 

Etrille, af. instrum. pour 

Etriller, o. frotter, battre. 

Etriper, v. ôter les tripes. 

Etrivière, af. courroie. 

Etroit, a. qui a peu d«( larg. 

Etroiten- nt, ai. k l'étroit 

Etronçonoer, éditer; 

Etude, af. act d'Midier. 

Etudiant, am. qui étudie. 

Etudier, v. méditor, apprendra. 

Etui, cm. boîte pour porter. 

Etuve, af. lieu échauffé. 

Etuvée, cf. ftorte de ragoût 

Etymologie, af. nrlg. d'un mot 

Etymologique, a. d'étjrmolog. 

Eucharistie, af. (ea) sacrem. 

Eucharistique, a de l'eucha- 
ristie. 

Edcologe, cm. livre de priérea. 

Eulogies, af. pi. présent 

Euphonie, af. douceur de son. 

Euphonique, a. de l'euphonla. 

Européen, a et c. d'Europe. 

Eux, pi. m. pronom pen. 

Evacuation, af. art a* 

Evacuer, v. vider, sortir. 

Evader (a'}, s'échapper. 

Evagation, af. distraction. 

Evaluation, af. act d> 

Evaluer, v. apprécier la valeur. 

Evangéiique, a. de l'èvangUa. 

Evangéliquemeni, od. 

Evangéliser, v. prêcher. 

Evangélistc, cm. écriv. saeié. 

Evangile, cai. vie de J.O. 

Evanouiwement, awt. act d* 

Evanouir, (a>) «. défaillir. 

Evaporation, af. act d* 

Evaporer (s'), «. réduira an va 
peur. 

Evasement, «m. état évas^ 

Evaser, «. élargir l'ouvertura. 

Evasif, ve, a. éluder. 

Evasion, af. act. d'éluder. 

Evêché, cm. diocèse diévêqaa. 

Eveil, am. avis intéresaant /a. 

Eveiller, v. tirer du sommaiL 

Evénement, am. issue. 

Eventail, am. instrument pont 
le vent 

Eventer, donner da 1*^. 

Eventrer, a. fendra la vantra. 

Eventuel, la, a. par événam. 

Eventuellement, ad. 

Evêque, am. prélat du pramlaff 
ordre. 

Evertuer (a'), v. a'i>norear. 
Evidemment, ad. (da) viaibla. 
Evidence, c/. qui eat évidSjBt 
Evident, a. manlMai clair. 
Evider, v. échanctier. 
Evier, cm. égont da euialiia. 
Evincer, «. dépoaaédar,>r> 

14 



36 



EXE 



EXP 



EXU 



Bvitable, a. qu'on peut éviter. 
Eviter, V. fuir, esquiver. 
Erocable, a. qu'on peut évo- 
quer, 
Evocation, tf, act. d'évoquer. 
Evolution, tf. mouvement. 
Evoquer, v. appeler. 
EXfprég. «i-devant, qui a étë. 
Exact, ^t) soigneux. 
Exacienwîit, ad. avai: exactit^ 



Exacteur, «m. impitoyable, 
Exaction. «/. act. d'exacteur. 
Exactitude, af. auin, Juatesee. 
Exagératir, ve, a. qui exagère, 
Exa,<;ération, af. act. d* 
Exagérer, r. putrer. 
Exaltation, af. élévation. 
Exalter, a. vanter, amuser. 
Examen, am. (en) reclierche. 
Examiner, r. Taire l'examen. 
Exarchat, am. (ea) territoire. 
Exaspération, af. act. d* 
Exaspérer, v. iiriter à l'excès. 
Exaucer, v. accorder. 
Excavation, af. de creuser. 

Excédent, a. et stR. le surplus. ,«...1^1., «, ». psui, luvw 
Excéder, v. outre-passer. Exiguïté, af. petitesse. 

Excellemment, ad. par ezcel-Exll,sn(. baniseement. 
lence. 



Exemplaire, a. d'exemple. 

Exemplairement, ad. 

Exemple, «m. et/, modèle. 

Exempt, A. dispensé. 

Exempter, v. dispenser. 

Exemption, af. (xat^) action 
d'exempter. 

Exercer, v. inst., pratiquer. 

Exercice, «m. act. d'exercer. 

Exholaison, af. ce qui s'exhale, 

Exhalation,*/, act d' 

Exiialer, «. manilèster, s'éva- 
porer. 

Exhaussement, «m. élever plus 
haut. 

Exhausser, v. remonter. 

Exhiber, v. produire. 

Exhibition, ^'. act. d'exhiber. 

Exhortation, af. discours pour 

Exhorter, v. exciter au bien. 

Exhumation, tf. act d' 

Exhumer, «. déterrer un mort 

Exigence, af. besoin, condition, 

Exiger, r. demander. 

Exigible, a. qu'on peut exiger. 

Exigu, e, a. petit, modique. 



Excellence, af. perrection. 

Excellent, a. qui excelle. 

Excellentissime, a. titre d'hon- 
neur. 

Exceller, v. surpasser. 

Excentricité, «/. terro. d'astron. 

Excentrique, a. centre com- 
mun. 

Excepter, v. dispenser. 

Exception, af. act. d'excepter. 

Excès, am. excédent. 

Excessif, ve, a. qui exrède. 

Excessivement, ad. beaucoup. 
' Bxcitatif, ve, a, qui excite. 

Exciution, aj. act d> 

Exciter, v. provoquer. 

Exclamation, af. cri.d'admfara- 
tion. 
_ Exclure, v. écarter, expulser. 

\ Btclusif, ve, a. et «m. 

V Exclusion, af. act. d'exclure. 

Exclusivement, aâ. non com- 
pris. 

Excommunication, af. act d' 

Excomniupier, v. retrancher. 

Excrément, «m. ordures. 

Exiçroisinuice, •/. tutneur. 

ExcùrsiOn^, (r/.>irtuption. 

Excusable, ai digne d'excuse. 

Exctise, af. pardon. 
. Excuser, v. disculper, pardon- 
ner. 

fs^crable, a. horrible, 
xécratlùn, xf. horreur. 

Exécrer, v. détester, p. %». 

Exécuter, «. effectuer. 

Exécuteur, tries,*, qui exécute 

Exértuif, ve, a. qu'on exécute. 

Exécution, af. act. d'éxecuter. 



Existant, a. qui existe. 

Existence, •/. état d' 

Exister, v. être actuellement 

Exorablo, a. qu'on peut fléchir 

Exorbitant, o. excessif. 

Exorciser, v. chasser le démon. 

Exorcisme, rat. act d'exorci- 
ser. 

Exorciste, «m. qui exorcise. 

Exorde, am. première partie 
d'un discours. 

Expansible, a. affiertueux. 

Expansif, ve, «.qui s'épanche^ 

Expansion, af. affection, dilata- 
tion. 

Expatrier (s'}, v. quiuer sa pa- 
trie. 

Expectatif, ve, a. qui attend. 

Expectative, af. espérance. 

Expectorant, a. d'expectorer. 

Expectorer, V. cracher. 

Expédient, am. moyen. 

Expédier, r. finir, envoyer. 

Expéditif, ve, a. qui expédie. 

Expédition, af. act d'expédier. 

Expéditionnaire, a. et am. 

Expérience, af. épreuve. 

Expérimental, a. d'expérience. 

Expérimenter, v. éprouver 

Expert, a. et am. habitué & 

Expertise, af. acte d'expert. 

Ex];todon, af. action d'exj^er. 

Expiatoire, a. qui expie. 

Expier, «. réparer une fauta. 

Expiration, af. act d' 

Expirer, v. moudr, finir. 

Explétif, ve, •. mot surabond. 

Expliquable, qu'on peut expli. 
quer: 

Explicatif, vo, A. qui édairclt 



Explication, af. disconn 

Explicite, a. mstincl, formel. 

Explicitement, aé.'posiiivein-. 

Expliquer, v. éclaircir. 

BKploit, rai. action d'éclat 

Exploitation, af. act d> 

Exploiter, v. faire des exploita 

Explorer, v. examiner. 

Explosion, ^f. détonation. 

Exportation, af. ac(. d' 

Exporter, «. transporter. 

Exposer, e. en vue, en péril. 

Exposition, af. act d'exposer. 

Exprès, a. formel. 

Expressément, ad. 

£xpressif,'ve, a. énergique. 

Expression, s/, action. 

Exprimable, a. qu'on exprime. 

Exprimer, v. dire, tirer le suc 

Ex-professo, ad. attentivement 

Expropriation, af. exclusion. 

Expropiier, «. exclure. 

Expulsion, af. act d' 

Expulser, e. chasser. 

Expulsif, ve, a. qui expulse. 

Exquis, a. excellent 

Extase, «/.ravissement d'esprit 

Extasier, (s'), v. ravir. 

Extatique, a. d'extase. 

Extensible, a. qu'on peut éten» 
dre. 

Extension, af. qui s'étend. 

Exténuation, af. 

Exténuer. «. affaiblir. 

Extérieur, a. du dehors. 

Extérieurement, ad. 

Exterminataur, a. et 9. 

Extermination, if. act d' 

Exterminer, «. tuer, détruire. 

Externe, a. et a. du dehors. 

Extinction, af. act d'éteindre. 

Extirpation, tf. action d> 

Extirper, v. déraciner, dé- 
truire. 

Extorquer, «.obtenir par force. 

Extorsion, af. act d'extorquer. 



Extraction, af. origine, act d* 

Extraire, «. (aire l'extrait 

Extrait, rai. ce qu'on tire. 

Extrajudiciaire, a. hors dsj 
formes. 

Extraordinaire, à. rare. 

Exiraordinairement, ad. rare- 
ment 

Extravagance, tf. folie. 

Extravagant, a. et a. fou, bi> 
zarre. 

Extravaguer, v. perdre la rai 

Extravasation, af. action d' 

Extravaser, (s>), v. pour a'é- 
pancher. 

Extrême, a. excessif. 

Extrème-Onction, af. sacrem. 

Extrêmement, ad. «a-deni]er 
point. '*■, 

Extrémité, af. bout,.fln. 

Exubérance,*/, surabondance 

EX'Voto, «M i. offirande totive 



% 



FAI 



FAR 



FEI 



37 






F, «/. 6e lettre. 
Fa, êtn. note de mtuique. 
Fable, «/. fiction. . 
Fabricant, «m. qui fabrique. 
Fabrication, «/. act.de fabriquer 
Fabricien, am. marguillier. 
Fabrique, af. façon, manufkc- 

ture. 
Fabriquer, v. façonner. 
Fabuleusement, ad. faussem. 
Fabuleux, se, a. feint. 
Fabuliste, am. conteur. 
Façade, s/, face d'un édifice. 
Face, «/. visage, façade. 
Facétie, af. (cte) plaisanterie. 
Facétieusement, ad. plaisant 

ment 
Facétieux, se, a. et a. plaisant. 
Facette, af. petite face. 
Fàclier, V. mettre en colère, 

déplaisir. 
Fâcherie, af. chagrin. 
F&chbux, se, a. qui chagrine. 
Facile, a. aisé, comî)laiinnt. 
Facilement, ad. avec fitcilité. 
Facilité, «/.man. aisée. 
Faciliter, v. rendre facile. 
Façon, af. manière, travail. 
Façonner, v. former. 
Façonnier, ère, a. qui façonna 
Fac-similé, am. Lsitaiion. 
Facteur, am. faiseur préposé. 
Factice, a. fait par art. 
Factieux, se, a. et a. brouillon. 
Faction, af. guet, partt 
Factionnaire, «m. sentinelle. 
Factotum, «m. qui se mêle de 

tout. 
Factum, «m. (on) mémoire. 
Facture, «/. note, mémoire. 
Facultatif, ve, a. à volonté. 
Faculté, af. puissance ; moyen 
Fadaise, af. bagatelle. 
Fade, a. insipide, sans goût. 
Fadeur, af. qualité taàe. 
Fagot, am. faisceau, sorne|^. 
Fagotage, «m. action de 
Fagoter, V. mettre en fagoti . 
Fagoteur, «m. qui fagote. 
Faïencerie, af. manufacture de 
Faïence, af. sorte de poterie. 
Faïencier, sm. potier en faïence 
Faible, a. sans force. 



Fainéanter, «. ne rien faire. 
Fainéantise, af. paresse. 
Faire, v. faeriquer, exécuter. 
Faisable, a. qu'on peut faire. 
Faisan, «m. oiseau. 
Faisceau, «m. amas. 
Faiseur, euse, a. qui feit. 
Fait, «m. action. 
Fattage, am. pièce de bois. 
Faîte, am. comble d'un édifice. 
Faîtière, af. tuile cuite. 
Faix. am. fardeau. 
Falaise, af. côte escarpée. 
Falbala, am. bande d'étoffe. 
Fallacieux, se, a, trompeur, v. 
Falloir, V. être de nécessité. 
Falourde, af. gros fagot. 
- • - il r 



Falsificateur, am. qui falsifie, 

Falsification, af. act. de 

Falsifier, «.altérer, contrefaire. 

FBmèlique> a. et a. qui a fkim. 

Fameux, se, a. renommé. 

Familiariser (se),«. s'habituer. 

Familiarité, af. manière aisée. 

Familier, ère, ad. intime. 

Familièrement, ad. avec intim 

Famille, af. race, lignée. 

Famine, af. disette de vivres. Faufiler, v. mal couure. 

Fanaison, af. temps de faner. Faussaire, am. faux. 

Fanal, am. lanterne au mftt. 



Farine, •/. grain moulu. 
Farineux, se, a. de farine. 
Farouche, a. sauvage, rude. 
Fascination, af. cl)ûme. 
Fascine, af. fagot de branchei. 
Fasciner, v. ensorceler,^^. 
Faste, am. ostentation, registre 
Fastidieusement, a>2. 
Fastidieux, se, a. ennuyeux. 
Fastueusement, ad. avec ihate. 
Fastueux, se, a. qui a du fbste. 
Fnt, a. et am. (t) imperitaienL 
Fatal, a. sans m. m. funeste. 
Fatalement, ad. par fatalité. 
Fatalisme, am. doctrine du 
Fataliste, am. de destin. 
Fatalité, af. hasard, malheur. 
Fatigant, a. qui fatigue. 
Fatigue, af. travail, lassitude. 
Fatiguer, v. lasser. 
Fatras, am. amaa confus. 
Faubourg, am. dehors de vlUe. 
Fauchage, «M. action de 
Faucher, v. couper le herbe. 
Faucheur, aik. qui fauche. 
Faucille, af. instrument. 
Faucon, am. oiseau de pxrfe. 



que,«. passionné, exalté. 
JFanatiser, v. rendre fanatique. 

Fanatisme, lèle du fanatique. 

Fane, af. feuille de la plante. 

Faner, «. étaler l'herbe. 

Faneur, euse, ». qui fane. 

Fanfare, •/. réjounsanee ; con- 
cert 

Fanfaron, t. et a. pédant 

Fanfaronnade, af. vanterie. 

Fanfreluche, af. frivolité. 

Fange, •/. crotte; boue. 

Fangeux, se, a. plein de boue. 

Fanon, am. gorge de bœuf. 

Fantaisie, af. imacination. 

Fantasmagorie,*/, de fantôme. 

Fantassin, «m. soldat & pied. 

Fantastique, a. chimérique. 

Fantôme, am. spectre. 

Faon, am. (fan) petit de la bl 
che. 

Faquin, am. terme de mépris, 
mannequin. 



Faiblement, ad. arec f^Uesse. Faquinerie, af. act. de fhquiiu- 



Faiblesse, af. défaillance, 
Faiblir, «. perdre aa force. 
FaiUl, am. qui a fait faillite. 
Faillibilité, tf. d'erreur. 
Faiflible, a. exposé ft l'erreur, 
a Faillir, «. se tromper. 
Faillite, •/. banqueroute. 
Faim, if. besoin. 
VmXnt, «/• fruit du hâtre. 
Fainéant, a. et « paresienz. 



Farce, af, hachis, boufifoonerie. 
Farceur, «m. boulFon. 
Farcir, «. remplir de farce. 
Fard, am. ùmx ornement ■ 
Fardeau, «m. charge, poida. 
Farder, «. déguiser. 
Farfadet, «m. lutin, écenrelé. 
Farfouiller, v. fouiller. 
Faribole, af. chose firivole, fa. 



Faussement, atf. avec fauneté. 
Fausser,v.eoitrber, enfireiitdre. 
Fausset, am. bjochetle. 
Fausseté, af. mensonge. 
Faute, af. manquement 
Fauteuil, am. onaiaè à brai. 
Fauteur, trice, a. comjiUca. 
Fautif, ve, a. sujet à laillir. 
Fauve, a. roussltre. 
Fauvette, af. petit oiseau. 
Faux, sf. instrument 
Faux, Fausse, o. et am. mm tni 
Faux-frais, «m. frais imprévu*. 
Faux-fbyant, «m. défaite. 
Faiix.titre, am. premier tiir* 

d'un livre. 
Faveur, af. grâce, bienfait 
Favorable, a. propice. 
Favorablement, ad. de fikTenr. 
Favori, te, s. qui plaît 
Favoriser, v- proléger. 
Fébrifuge, IrtR. contra la flèvr*. 
Fébrile, a. de la fièvre. 
Fécale, a. excréments. 
Fécond, a. productif, fertile. 
Féconder, «. rendre fécond. 
Fécondité, af. production. 
Fécule, af. farine. 
Féculent, a. chargé ée lie. 
Fédéraiif, V», a.de 
Fédération, if. alliance. 
Fée, t(f. divinité imaginaire. ' 
Febidre, «. simuler, coattovvét 
Peinte, s/, dissimulatlonii 

10 



98 



F£T 



XIL 



PtIndM, a^. Teinte, tromperie, irédchieme, mi. idolâtrie. 
Filer, «. fendra un verre, etc FAide, a. infect. 
Ftflicitationj «/. ect. de Didier. Fétidité, j/. mauraiee odeur. 



Ftfiicité, «/ «tat heureux. 

Féliciter, v. complimenter. 

Félon, a. traître, rebelle. 

Félonie, «/Rébellion. 

Fêlure, i/.^nte. 

Femelle, tf. de mère. 

Fémipin, a. de Temme. 

Femme, «/. (/ame) ëpouie. 

Femmeleue, «/. moux. 

Fendre, «. couper, diviser. 

Feqètre, «/. ouverture. 

Fenouil, «m plante aromat. 

Fente, tf. ouveiture en long. 

Ffiodal, a. aux pi. dee fiefs. 

Féodalité, tf. qualité de fief. 

Fer, tm. (èr) métal, outil. 

Fer-blanc, ««. fer en lame. 

Ferblantier, mi. ouvrior. 

Ferle, ^f.iom de la aemaine. 

Férir, v. frapper. 

Ferma.fe, tm. loyer. 

Ferme, a. qui tient fixement 

Ferme, .</. métairie. 
Fermement, td. avec fermeté. 

Ferment, tm levain. 

Fermentatif, ve, a. qui fermente 

Fermeniatioo, tf. act. de 

Fermenter, «. a'agiter, a'algrir. 

Fermer, v. boucher l'entrée. 
Fermeté, état ferme. 
Fermeture, tf. ce qui ferme. 
Ftarmler, ière, t. qui Uent une 
ferme. 

Féroce, a. cruel, dur. 
Férocité, tf. cruauté. 
Féraille, tf. mauvais fer. 

Féralller, v. faire un cllqueiis. 
Ferrant, atn. (maréchal.) 
Ferrer, «. garnir de fer. 
Ferrugineux, «e, a. de fbr. 
Femura, garniture de fer. 
Fertile, a. fécond, productif. 
Fertilement, àd. avec fertilité. 
Fertilisation, tf. action de 
Fenllieer, v. rendre fertile. 
Fertilité, ^. qualité fertile. 
Férule, if. palette. 
Ferremment, ad. («•) avec fer^ 

veor. 
Fervent, a. qu^a de la ferveur. 
Ferveur, tf. ardeur, xéle. 
Fesse, tf. hanche. 
Ftesse-«ahier« «m. copiste, /a. 
Fessée,!/, coups sur les fesses. 
Fesse-maihieu, «m. avare. 
Fesser, o. fouetter, fa, 
fesseur, euse, t. qui fouette. 
Festin, Ml. banquet. 
Festiner, v. faire festin. 
Feeton, tm. ornement. 
Festonner, «. orner de feston. 
Flte, i|f. Jour saint 
Fêter, r. (hire ftte. 
Fétiche, «m. idole. 



Fétu, «m. lirin de paille. 

Feu, tm. lumière. 

Feu, feue, a. déf\int 

Feudstaire, t. vassal. 

Feuillage, «ai. de feuilles. 

Feuillaison, j/. act de fouiller. 

Feuille, •/. lame inince. 

Fouiller, donner des feuilles. 

Feuillet, «si. partie du livre, 
deux pages. 

Feuilleter, v. chercher. 

Feuilleton, mi. petite fbuille. 

Feuillette, tf. petit tonneau. 

Feuillure, tf. entaille. 

Feutrage, action de feutrer. 

Feutrer, «. remplir de boiurre. 

Fève, tf. légume. 

Février, mi. deuxième mois. 

Fi! int de mépris. 

Fiacre, carrosse de place. 

Fiançailles, tf. promesses de 
mariage. 

Fiancer, e. prom. mariage. 

Fibre, tf. filament 

Ficeler, v. lier. 

Ficelle, tf. pedte corde. 

Fiche, tj. cnevilie. 

Ficher, V. fahre entrer. 

Fichu, tm. 

Fictif, ve, a.-Teint, supposé. 

Fiction, tf, invention ^^ 
Fidèle, a. et t. exact. 
Fidèlement, ad, avec exact! 

tude. 
Fidélité, tf. foi, exactitude. 
Fier «SI. domaine noble. 
Fiefré, a, à l'excès. 
Fiel, «SI. bile, //. haine. 
Fiente, tf, excréments. 
Fier, (se) V. avoir de la con 

fiance. 
Fier, ère, a. (èr) hautain. 
Fier-à-brss, mi. fanfaron. 
Fièrement, ad. avec fierté. 
Fierté, tf. hauteur. 
Fièvre, t. maladie. 
Fiévreux, se, a. de la fièvre. 
FifVe, s», sorte de flûte. 
Flgement, tm. act. de se 
Figer, «. coaguler. 
Figue, tf. fVuit de figuier. 
Figuier, tm. arbre fruitier. 
Figure, tf. visage. 
Figurément, a. allégorie.» 
Figurer, v. représenter. 
Figurisme, «si. 
Figurtote, «SI. sectaire, leulp- 

teur. 
Fil, «SI. brin délié de lin. , 
Filage, «m. manière de flle& 
Filament, «si. filet délié. 
Filandres, tf. filaments. 
Filasse, tf. filaments du Un. 
Filassler, ère, «. marchand dej 
fll. 



FLA 

Fllateur, «m. chef ffe filature. 
Filature, tf. lieu où l'on file. 
Fil, tf. rangée en long. 
Filer, «. faire du fil. 
Filet, tm, petit fil^ rets. 
Fileur, euse, «. qui file. 
Filial, m. du devoir de l'enfant 
Fllialement, ad. de fils. 
Filiation, •/. dekcendance. 
Filière, iff. outil pour filer. 
Fille, tf. Jeune personne. 
Fillette, tf. petite fille, /a. 
Filleul, «SI. qu'on tient sur les 

fonts de baptême. 
Filosèle, tf. grosse soie. 
Filou, tm. friiwn. 
Fils, Ml. (fit) enfant mâle. 
Filtratlon, ««. act de filtrer. 
Filue, «m. ce qui sert & filtrer. 
Filtrer, v. clarifier. 
Fin, ^f, terme, mort, but 
Final, a. sans pi. «i. qui finit 
Finalement, ad. à la fin. 
Finance, tf. argent comptant 
Financer, «. payer, économU 

ser. 
Financier, ». qui est dans les 

finances. 
Finaud, a. et «. rusé. /a. 
Finement, ad. avec finesse. 
Finesse, tf, qualité de fin. 
Finesser, v. user de finesse. 
Fini, a. limité, parlait. 
Finir, «. achever, cesser. 
Fiole, tf. petite bouteille. 
Firmament, «m. le ciel. 
Fisc, tm, trésor public. 
Fiscal, a. du fisc.. 
Fixation, tf. action de fixer. 
Fixe, a. invariable. 
Fixement, ad. d'une manière 

fixe. 
Fiser, «. arrêter, déterminer. 
Fixité, tf. eut fixe. 
Flacon, «si. sorte de bouteille. 
Flagellation, tf. action de 
Flageller, v. fouetter, frapper. 
Flageolet, «si. petite iûte. 
Flagorner, v. flauer bassement 
Flagomerie, if. flatterrie basse. 
Flagorneur, euse, a. qui fia. 

gorne. 
Flâf^rant, am, en, sur le fUt 
Flairer, «. sentir par l'odorat 
Flambant, a. qui Jette de la 

fiamme. 
Flambé, a. perdu, luiné 
Flambeau, tm. bougie. 
Flamber, «. Jeter de la flamme. 
Flamberge, rf. épée, «. 
Flamboyer. «. briller. 
Flamme, tf. élévation du feu. 
Fiant, «m. tarte, métal rond. 
Flanc, «m. côté, rentre. 
Flandrin, «m. dMlngand6,/a 
Flanelle, if. étoile de laiae. 



Fiât 
Fltc 
Flan 
Fias 
Fla« 
Flati 
Flaii 
Fiat 
Fléa 
Flêc 
FlécI 
FIeg 
Fleg 
Pléti 
Flélt 
Fleui 
Fleui 
Fleui 
Fleu 
Flexi 
Flexi 
Floo 
Flori 
FlorI 
Flori 
Flot, 
Flou 
Flou 
Flou 
FIM( 
Flou 
Flotl 
Flou 
Fluc 
Flue 
Flui 
Flui 
Flftl 
Flûi 
Flû 
Flu 
Flu 
Foi 
Foi 
Foi 
Fol 
..Fol 
Fo 
Fo 
Po 
Fo 
Fo 
Fo 
Fb 

Fo 

P< 
P( 
F< 

F( 
F 
F 
F 
F 
F 



FON 



la filature. 
1 l'on fll*. 
ong. 

Têts. 

Jâle. 

Id« renfant. 
Iflif. 
Jidance. 
}ur filer, 
nonne. 
Tille, /a. 
jtient aur lea 

> aole. 

|nt mâle, 
de filtrer. 
ut & filtrer. 

rt, but. 
I. qui finit 
la fin. 
t comptant. 
r, économU 

eat dana lea 

aé./a. 

finesse. 
6 de fin. 
le finesse, 
(ait. 
cesser, 
luteillo. 

s ciel, 
ubllc. 

a de fixer. 

I. 

une manière 

ditermlner. 

B. 

le bouteille. 
Btlon de 
ter, frapper. 
lie iûte. 
T bassement, 
tterrie basse. 

1 a. qui fia- 

■ur le fait. 
vr l'odorat, 
jette de la 

luinë 

iigie. 

e la flamme. 

Ie,v. 

er. 

tion du feu. 

lAal rond. 

entre. 

ngandé,/a 

delalM. 



rou 

IFondant, a. qui se fond. 



niA 



39 



flâner, ». nIalaer,/«. 

Flâneur, euae. «. n ■J%nt. iFondateôr, trice, a. qui (bnde. 
Flanquer, «. défent, ■^. Fondation, tf, action de fondw. 

Fiasque, a. mou et sans Ibrce. Fondé (d4p9U90tr)tA et mi.§ 
Flatten e. louer â l'excès. Fondement, «m. ainia, base. ^ 
Flatterie, ^f. louange outrée. Fonder, v. commencer, établir. 
Flatteur, se, a. et«. qui fiaue. Fonderie, «/. Heu oit l'on fond. 
Flatteusement, ad. Fondeur, «»«. qiii fond. 

Fltfau, Ml. vengeance du cirL [Fondre, v. liquèfler, mêler. 
FlAche, t/. trait qui se décoche. Fondrière, $f. marécage. 
Fléchir, «. plojrer, attendrir. - • - ■ 



Flegmatique, a. froid. 
Flegme, «m. sang-Ârnld. 
Flétrir, e. Oter la fraîcheur 
Flétrissure, ^f. ëtat flétri. 
Fleur, ^f. partie d'une plante. 
Fleurir, ». être en fleur. 
Fleuron, «/m. ornement. ' 
Fleuve, «iw. grosse rivière. 
Flexibilité, ^f. qualité flexible. 
Flexible, a. souple, aisé. 
Florin, «M. petite touffe. 
Floraux, aai. pi. (Jeux) 
Florin, «m. monnaie. 
Florissant, o. en honneur. 
Flot, «SI. eau agitée. 
Flott^le, V. oit l'on peut flotter. 
Flottage, «Ml. transport de bols. 
Flottant, a. irrésolu. 
Flotte, «/. vaisseaux réunis. 
Flottement, «m. ondulation. 



Foudroyer, «. flrapper par la 

foudre. 

Fouet, «M. eordelette. 

Fouetter, «. donner le fouet 

Fougère, •/. plante. 

Fougue, V* monvem. ▼tolenii 

FoucuiUiz, se, a. violenl. 

Fouille, »f. action de 

Fouiller, «. creuaer, sonder. 

Fouine, tf. petlM|uadnipède. 

Fouir, «. creuser, (la terre). 

Foule, »J. presse, multitude. 
* wiiiv, mj. BvtiwM -a» iviiui». FViuier, «. presner, opprimer. 
Fonts, BiH. pi. vaisseau pour Foulerie, «/. où l'on foule. 

baptiser.. Foulon, «m. qui foule leedrapa. 

For. «m. (tnt/rincr) conscience. Foulure, «/. contusion. 
Forçat, «m. galérien. Four. «m. lieu voûté. 

Force, af. vigueur, puissance. Fourbe, a. et «. trompetir. 



Fonds, «/. sol, argent. 
Fonuine, «/. source, vase. 
Fonte, «/. action de fondre. 



Forcément, ad. par force. 
Forcené, a. et $. furleu.?. 
Forcer, o. contraindre. 
Forer, v. percer, terme d'arts. 
Forestier, a. des forêts. 
Forot, «m. ifiStrum. pour forer. 
Forêt, tf. grand bois. 
Forfait, «ai. crime, marché. 
Forfaiture, •/. prévarication. 
Forge, af, lieu oiï l'on forge. 
Forger, v. travailler le (er. 
Forgeur, am. forgeron. 
Forgeron, «m. qiii forge. 



Flotter, V. sur l'eau, être agité. Formaliser (se), v. s'oflfenser. 
Flou, ad. (peindre) doux. Formalité, af. formule. 

Format, «m. dimension. 



Fluctueux, se, a. agité. 
Fluet, ette, a. mince, délicat. 
Fluide, a. et atn. liquide. 
Fluidité, af. qualité fluide. 
Fl(kte, af. Inst. ia musique. 
Flûte, a. (voix) douce. 
Flûter, V. jnuer de la flûte. 
Flux, am. mouv. de la mer. 
Fluxion, af. enflure. 
Foi, i/. dogme, croyance. ' 
Foie, am. viscère du ventre. 
Foin, «SI. herbe des prés. 
Foire, $/. marché public. 
.Fois, af. désigne le nombre. 
Foidon, af. abondance. 
Foisonner, p. abonder. 
Fol ou Fou, Folle, a. badin 
Folâtre, <|. badin. 
Folâtrer, r. badiner. 
Folâtrerie, af. badinage. 
Folie, af. démence. 



Formation, af. act. de former. 

Forme, «/. façon, modèle. 

Formel, le, a. exprès. 

FormelleAient, ad. précisém. 

Former, f . donner forme. 

Formtcant, am. pouls faiMe. 

Formidable, a. k craindre. 

Forinulaire/«m. de formule. 

Formule, af. modèle d'acte. 

Formuler, v. rédiger. 

Fornication, am. crime. 

Fors, prép. hormis, «. 

Fort, am. solide, citadelle. 

Fortement, ad. avec force. 

Forteresse, af. lieii fortifié. 

Fortification, af. art de 

Fortifier, v. rendre fort. 

Fortuit, a. par hasard.- 

Fortuitement, ad. d'une manière 
fortuite. 
FDlio, am. numéro d'une page. Fortune, af. hasard, richesse. 
Follement, ad. d'une manière Fortuné, a. heureux, riche, 



folle 
i^ollet, a. duvet ; lutin. 
Follicule, af. enveloppe. 
Fomentation, «/. reinéde ezté> 

rieur. 
Fomenter, «. entretenir. 
Foncer, v. mettre un fond. 
Fonction, af. emploi, action. 
Fonctionnaire, SOI. officier. 
Fond, «m. le plus bas. 
Fondamental, a. de foudem. 



Forum, Ml. (om) place publique 
Fosse, af. creux en terre. 
Fossé, am. fosse en long. 
Fossette, af. petite fosse. 
Fossile, a. et a. minéral. 
Fossoyer, r. clore de fossés. 
Fossoyeur, am. qui fait les fos 

ses. 
Fou, a. aliéné. 
Fouiller, o. fouetter souvent 



Fourberie, af. tromperie. 
Fourbir, «.polir (le Ibr). 
Fourche, s/instfument à deux 

dents. 

Fourchette, •/. inst de ttUei 
Fourgon, am. chariot. 
Fourgonner, v. remuer le fon. 
Fourmi, af. insecte. 
Fourmilière, af. gite dea foniw 

mis. 
Fourmiller, v. abonder. 
Fournaise, •/. §rand four. 
Fourneau, am. valse, p. le feu. 
Fournée, tf. contenu d'an four. 
Fournil, mi. {ni), lieu ouest le 

four 
Fournir, e. pourvoir, samir. / 
Fournisseur, «m. qui fournit 
Fourniture, af. provision. 
Fourrage, «ai. nourriture dee 

bêtes. 
Fourrager, v. amarrer, voler. 
Fourreau, «si. gaine, robe. 
Fourrer, «. garnir. 
Fourrier, am. aous-ofllcier. 
Fourrure, af. doublure en poil. 
Fourvoyer, «. égarer. 
Foyer, mi. âtre, chauflbir. 
Fracas, «m. bruit, tumulte. 
Fracasser, «. rompre. 
Fraction, tif. pirt de l'unité. 
FractIonnoJre, «. de Oaetions. 
Fracture, */. rupture. 
Fracturé, a. (oa) rompu. 
Fracturer, «. rompre. 
Fragile, o. aisé à ee détruire. 
Fragilité, af. qualité fragilia. 
Fragment, mi. morceau. 
Fraîchement, ad. nouvellem. 

monilié. 
Fraîcheur, af. frais, hundde. 
Frais, Fraîche, •. récent 
Fraise, af. fhiit, collet plissé. 
Fraiser, v. plisser, garnir. 
Fraisette, af^puin» firaiee. 
Fraisier, «m. plapte. 

Kramboise, •/. flnm. 
ramboiaier, «M.-wbriseeaa. 



Foudre,*/, fluide, grand vase, ^ranc, che, o. Ubrei exempt 



-Jfc.H-'^ 



40 



FRI 



1, 4* •( «• d« FruiM. 

Nn«n% «t MlVtBMDt 

r, v,1Mtar, pmmt. 



Fnnçftlf^ 
VranchMiMi 

IVanehlr, V, 

FrancblMi af. ■IncAritA. 
FranclMr,*. mettre «Il flrançale. 
Franc.i»rler,Mi. Ubertfde dtn 

■apeneée. 
Franf e, if. llnu efflitf. 
Franger, «. nmir ^e tVftng ee, 
Franquette (à la bonne) n*xi» 

Açon. > 
Frapper, v. aonner un coup. 
Fraternel, «. de IMre. 
Fraternellement, av. en frère. 
Fraternieer, v. rivre en IVèrea. 
Fraternité, tj. de frère. 
Fratricide, «m. meurtre. 
Fraude, a/, tromperie. 
Frauder, v. tromper. 
Fraudeur, euae, a. qui fraude. 
Frauduleuaemeni, ad. avec 

tromperie. 
Frauduleux, euie, a. 
Frayer, «. tracer une route. 
Frayeur, «/. crainte vive. 
Fredainr, «/. aottlae. 
Fredon, «m. petit chant 
Fredonner, V. faire dea flred. 
Frégate, «/. navire léger. 
Frein, «m. mors, arrêt. 
Frelater, e. falaifler le vin. 
Frêle, a. n agile. 
Frelon, m. grosae mouche. 
Frelucne, «/T petite houppe. 
Freluquet, «m. damoideau. 
Frémir, «. trembler. 
Frtfmliaement, «m. émotion. 
Frêne, «m. arbre. 
Frénéeie, «/. fureur aveugle. 
Frénétique, a. furieux. 
Fréquemment, ad. aouvect. 
Fréquence, ff. réitération. 
Fréquent, a. qui arrive aouvent 
Fréquentation, «/: action de 
Fréquenter, «. voir souvent. 
Frère, «m. né d'un même père. 
Fresque,*/, peinture sur le mur 
Fret, ()t) «m. louage. 
Fréter, v. louer un vaisseau. 
Frétillement, *si. action de 
Frétiller, v. s'agiter. 
Freux, «m. oiseau. 
Friabilité, «/. Qualité friable. 
Friable, a. aisé ft pulvériser. 
Friand, a. délicat 
Friandise, <(f. goût de friand. 
Fricandeau, sm. viande lardée 
Fricassée, af. viande fricassée 
Fricasaer, «. cuire. 



rvo 

•Friche, af' terre Inculte. 
Frioion, 4/. firottement 
Frileux, se, a.eenelbla au MA 
Frimas, «m. grésil. 
Friper, *. chuTonner, user. 
Friperie, af. vieilles bardes, 
fpo 



Frlîwn, a. et a. voleur adroit 
Friponner, v. escroquer. 
Friponnerie, af. act de fVipon. 
Frire, v. cuire dans la friture. 
Frise, af. bande. 

Friser, «. crêper, effleurer. — , ••••. m— •«•«>. 

Friseur, a. qui frise les cheveux Fumier, am. paille pourrie. 
Frisotter, «. friser souvent Fumigation, af. action de 
Frisson, «m. tremblement " 
Frissonner, v. avoir le frisson. 
Frisure, af. façon de friser. 



PUT 

F^ijr, «. courir pour ■• laufer. 
Fuite, ilf. action de Ailr. 
Fulmlnatlon, af. aedon de 
Fulaunvr, «. publier, a'empoi. 

ter. 
Fumée, af. vapeur. 
Fumer, v. Jeter de la Aimée. 
Fumeron, am. charbon qui 

ftime. 
Fumet, «m. vapeur. 
Fumeierre, af. plante. 
Fumeur, «m. qui fume. 



Fritte, af. term. de verrerie. 
Friture, af. chose fVIte. 
Frivole, a. vain, léger. 
Frivolité, af futilité. 
Froc. «m. habit monacal. 
Froid, «m. l'opposé du chaud. 
Froidement, oo. 
Froideur, af. qualité llrolde. 
Froissement, am. action de 
Froisser, v. meurtrir. 
Frôler, v. toucher légèrement 
Fromage, «m. lait caillé égoutlé 
Fromager, a. fabricant de ft-o- 

mage. 
Fromagerie, af. lieu où on fait 

les fromages. 
Froment, am. espèce de blé. 
Froncement, am. action de 
Froncer, v. plisser. 
Froncis, «ta. plis à une étoffe. 
Fronde, «/. corde pour lancer 

des pierres. , 
Fronder, v. Jeter des pierres. 
Fhmdeur, am. qui ftonde. 
Front, tm. le haut du vlsoge. 
Frontière, af. limites d'état 
Frontispice, rai. face. 
Fronton, am, ornement 
Frottement, am. action de 
Frotter, v. touch. en passant 
Frotteur, euse, a. qui frotte. 
Fructifler, v. produire. 
Fructueusement, ad. avec IVuit 
Fructueux, se, a. qui produit 
Frugal, a. sans pi. m. sobre. 
Frugalement, ad. avec frugalité 
Frugalité, af. sobriété. 
Frugivore, a. qui vit de fruits. 
Fruit, am. product végétale. 
Frustrer, v. priver d'une chnse. 
Fugitif, ve, a. et «. qui fuit 

G 



Fumiger, v. exposer aux Ta- 
peurs. 

FumiJte, am. poêlier. 

Funèbre, a. luKubre. 

Funérailles, «/. pi. obsèques. 

Funéraire, a. des ftinérallles. 

Funeste, a. malheureux. 

Fur, (au on A) et à mesure, ad 

Furet, «SI. quadrupède. 

Fureter, v. chasser. 

Fureteur, am. qui lurète. 

Fureur, af. maule, colère. 

Furibond, am. et a. furieux. 

Furie, af. colère, passion. 

Furieusement, ad. à l'excès. 

Furieux, se, a. et a. en furie. 

Furoncle,*», flegmon; tumeur 

Furtif, ve, a. fait en cachette. 

Furtivement, ad. à la dérobée 

Fusain, *m. crayon. 

Fuseau, am. inst. pour filer. 

Fusée, af. pièce di'artiflce. 

Fuselé, a. en fliseau, Wo. are. 

Fuser, v. s'étendre, jiAv*. 

Fusibilité, af. qualité Aisible. 

Fusible, 0. qui peut se fondre. 

Fusil, am. (zi) arme & feu. 

Fusiller, am. soldat. 

Fusillade, */. coups de fuslla. 

Fusiller, V. tuer à coups de fusil. 

Fusion, */. fonte, liquéfaction. 

Fustigation, af. action de 

Fustiger, v. battre, fVapper. 

Ffit, *iii. bois de fusil; futall. 

Futaie, */. bols de grande ar- 
bres. 

Futaille, af. tonneau. 

Futaine, */. étoffe de coton. 

Futé. a. rusé, /a. t de blas. 

Futile, a. frivole. 

Fmillté, af. frivolité. 

Futur, a, et «. ft venir. 

Fuyant, a. qui s'enfonce. ;«ï. 

Fuyard, a. qui fuit 



6, «SI. igé OM gt) 5e ton. 

sonne. 
Gabare,*/. bateau, filet 
Gabelle, af. impôt sur le sel. 



Gftche, af. pièce qnl reçoit le 

pêne. 
Gâcher, «. délayer. 
Gftcheux, se, a. bourbeux. 



G&chis, am. saleté. ' '^ 

Gaduuard, «m. vidangeur. A 
Gadoue, af. matière lecale. 
Gage, ««. nantissement. 



>f T!T'?'^'.V'ff*???-****t^*rf*(-. 



•^'■ 



OAR 



OAZ 



OBN 



41 



>ad 



QBfMT, «. parltr, donner dMOard«.fba. fl«.baluftrad«. 

fifftt. 
Otftrl*, (mIiI*).^. t. dtpnt. 
Oafcur, «UM, $. qui fag*. 
Otffvun, 4/. (ht) pari. 
Oafnar, «.proiUer, acquérir. 
•îklx. 



Oagna-daniar, «m. porta-fl 

Gai, o. Joyaux. 

Oaiament. ad. avae (aleté. 

OaietA, lif. (gaii Jola, vivaché. 

Gaillard, a. et «. aaln, diapoa. 

GaillardameDl, ad. gaiemanl. 

Gain, «m. profit, auccAa. 

Gaine, t./. étui, t. d'arcli. 

Galniar, «m. marcli. de gatnea. 

Gala, ««I. Aatln A la cour. 

Galant, a. probe, civil. 

Galanterie, t/. Amiliarlié. 

Gale, •/. maladie de peau. 

Galère, i/. vaisteau. 

Galerie, «/. chambre longue. 

Galérien, «m. mia aux gaièrea. 

Galet, «m. caillou plut. 

Galetaa, m. logement pauvre. 

Galet, «m. caillou plat. 

Galetaa, «m. logement pauvre. 

Galette, •/. gAteau plat. 

Galeux, ae, a et «. qui a la gale. 

Galimaflpée, tf. flricaaaée. 

Gallote, tf. galère, bateau. 

Galle, i/.exeroiiaance végétale 

Gallican, a. de l'égliaa de 
France. 

Gallicisme, «m. idiotisme. 

Galoclie,*/. sorte decliaussure. 

Oalonuer, «. orner de galons. 

Galop, fM. (/») allure rapide. 

Galopade, tf, action de 

Galoper, v. aller vile. 

Galopin, m. petit conunisaion' 
nanre. 

Galvanisme, tm. fluide. 

Gambade, tf. saut sans cadence 

Gambader, «. sauter. 

Gambiiler, «. remuer lea jam- 
bes. 

Gamelle, tf. écuelle de bois. 

Gamin, «ta. pet. garç. t. mép. 

Ganache,*/, mftenoire, t. de m. 

Gangrène, tf. (eau) maladie. 

Gangrener (se), v. corrompre. 

Gangreneux, euBe,a. corrompu 

Gangue, tf. genre de aupplice. 

Gance, tf. cordonnet de soie. 

Gant, tm. qui couvre la main. 

Gantelet, m. gant en fer. 

Ganter. «. mettre des gants. 

Ganterie, tf. fabrique déganta. 

Gantier, tm. qui fait des gants, 

Garance, tf. plante tinctoriale. 

Garancer,v. teindre en garance. 

Garant, t. caution, autorité. 

Garantie, tf. assurance. 

Garantir, v. préserver, assurer. 

Garçon, tm. enfant mâle. 

Garde, tf. attention, aentinelle. 

Garde.des -sceaux , «m. ministre 

Garde^u-corps,«fli. du prince, 



Garda-mafadc, «. qui garda laa 

malades. 
Garda.mangar,Mi. lieu où l'on 

garde lee alimenta. 
Garde nationale, </. garda de 

eitojena. 
Garder, v. conserver. 
Garde-robe, «/.lieu d'alsaneea 
Gardeur, euae, t. qui garde. 
Gardien, enne, «.qui veille A la 

conserv. d'une cnoae. 
Gara i inttrj. pour avertir. 

Garenne,*/. o<\ Il yadea lapins Gélatineux, se, a. en geltfe. 
„ . „ iGelée, tf. Irold, suc. 



Garer (se), «. se préserver. 
Gargariser, (se), v. laver le gos. 
Gargarisme, tm. de gargariser, 
île. 



Gasetlar, tm. qui (Ut la guetta 

Gaieua, ^f. journal. 

Gaieuz, ae, a. nature du fit. 

Gasier, «ai. ouvrier en gaM. 

Gaton, Ml. barba courte at 
menue. 

GasonnemenI, «m. action da 

Gaionner, ». garnir de gaion. 

Gasouillemeni, mi. chant. 

Oasottiller, «. chant, du gnalcri 

Geai, eai. oiseau. 

Géant, «. d'une grandeur co- 
lossale. 



Gargotage, mi. repae aâl( 
Gargot, •/. petit cabaret. 
Oargoter, v. ee mal nourrir. 
Gargotler, ière, t. cabaretier. 
Gargouille, •/. canal. 
Gargouiller, v. barboter. 
Garnement, «m. vaurien, /a. 
Garnir, «. pourvoir, doubler. 
Gamiaaire, mi. qui garnit 
Garnison, tf. garde d'uneplaee 
Garniture, tf. ce qui garnit. 
Garrot, «m. le haut du cheval. 
Garotter, «. lier fortement. 
Gascon, a. fanfaron. 
Gasconnade, tf. Iknfaronnade. 
Qasconner, «. plalaanter. 
Gaspillage, t. action de 
Gaspiller, v. dissiper. 
Gaspilleur, euse, t. qui gaspille 
Gaatrique, a. de l'estomac. 
Gastrite, tf. douleur de l'épl- 

gastre. 
Gastronome, «m. gourmand. 
Oastronomie, tf, bonne chère. 
O&teau, Ml. sorte de pCUisserle, 
G&te-enfayt, t. trop indulgent. 
G&te-métler, mi. qui vendàvil 

prix. 
Gftter, V. endommager. 
Gauche, a. «pposé à droit. 
Gauchement, ad. mal adroMe 

ment. [main gauche.*] 

Gaucher, a. et •. trav. de laj 
Gaucherie, tf. maladresse. 
Gauchir, «. se détourner. 
Gaude, tf, bouillie de mais. 
Gaudir, (se), «. se réjouir. 
Gaufïo, tf. rayon de miel. 
GaufVer, v. imprimer. 
Gaufruro. tf. impression. 
Gaule, tj. perche. 
Gauler, v. battre avec une gaule. 
Gaulois, a. des Gaules. 
Gausser, (se) v. se moquer. 
Gaussene, tf. raillerie. 
Gausseur, euse, t. et a, 



Geler, v. glacer. 

Gémeaux, tm, pi. aigna du io> 

diaque. 
Gémir, v. exprimer sa peine. 
Gémissant, a. qui gémit. 
Gémissement, mi. plainte. 
Gemme, a. eel en blo^ 
Gênant, a. qui gène. 
Gencive, tf. chair qui entoura 

les dents. 
Gendarme, «ai. militaire. 
Gendarmer, (se) se ficher. 
Gendarmerie, •/. corpa da 

troupea. 
Gendre, «m. beau-fila. 
Gène, tf, situation pénible. 
Généalogie, •/. auiie d'aïeux. 
Généalogique, a. de la généa* 

logie. 
Gêner, v. incommoder. 
Général, a. univeraei ; aupé- 

rieur. 
Généralat, mi. dignité. 
Généralement, a£ 
Générallsadon, tf, action de 
Généraliser, «. rendre général. 
Généralissime, tf, général en 

chef. 
Genéralilé,«/.qualité générale. 
Génération, i/. act d'engendrer 
Généreusement, ad. avec gêné* 

rosité. 
Généreux, se, a, magnanime. 
Générique, t. du genre. 
Générosité, tf, libéralité. 
Genèse, ^f. 1er livre de la Bik 
Genêt, mi. arbuste. 
Genévrier on Ctonièvre, mi. ar- 
buste. 
Génie, tm. esprit, démon. 
Genièvre, mi. arburte. ' 

Génisse, «/.Jeune vache. 
Génitif, tm. deuxième cas. 
Genou, «m. Joint, de la culaaa 

avec la Jambe. 



Gavotte, tf. danse gale. 
Gaz, «M. fluide aériforme. 
Gaze. tf. étoffe très claire. 
Gaaelle, tf. bête fauve. 
Gaxer, «. adoucir. 



Genouillère, tf.a, couT.legen. 
Genre, «m. manière. 
Gens. tf. lea personnes. 
Gentil, a. et «ai. païen. . 
Gentil, ille, a. JoU. 
Gentilhomme. ««. noble. 
Gentllilé, tf. les païens. 
Gentillesse, ^f. grâce. 



42 



OLA 



OOft 



flédUr le f»> 



OéomplMi ««. qui Mit la 
4M«pi|»hte, af. étud* de 



• (lenv) BMH» 
lobvde&lee. 



Oéographlquei «. de géogr» 

Geôltari «m. nidlea de pilaoa. 
Géologie, ^. bMoIre do globe. 
OeoBBélnli «. de fèomètrle. 
Oeomètie, Ml. qiu ult la 
Oéonétiiei if> MieDoe. 
Geomélriqiiei a. ée la géomét. 
OeoBétriquemeiiL ad, 
Génat, «. e( «. 4ui gère. 
Gerte, tf. AÉweau dis bM. 
GerbAe, tf. botte de paille. 
Gerber, «. mettre en gerbe. 
Geree, tf. laeecte nageur. 
Geroer, 1^ ftlre dm gerçuree. 
Gerf nie, »f. peUle crevaiM. 
Oéier, V. adminiatrer. 
Germain, e. (oonain.) 
Germanique, 0. aUemend. 
Genne,!!!. embrjroo de graine. 
Germer, «. pouaNr. 
GérondU^ fia. partiolpe, jrra. 
GArier, «a. Tonirioub dee ot 

Géiir,*. r.Olt 

Geala, m. aet du eorpe. 
Geetlenlitonr, tm, qui geeUcnle. 
GeeUenlatfcm, i/. actkm de 
GeMculer, «. fciiedeegeetee. 
Geetkm, «/. ((t) aot de gérer. 
Gibedéie» tf, aie de-ebaMeur. 
Giberne, if, boÉle ans ea m u' 

chea. 
CHbel, «ak potence. 
<UMai^ «ai. priée de chaaw. 
Giboulée, ij. ondée de pluie. 
OIgMiBiqnêi a. et/ei. 
Olgot «ai. omaM de mouton. 
Olg o w er, «. remuer lee Jambea. 
^œ, if. Jambe, fof, 
adot, «ak Teste oourta 
Gme. «ai. nlaia. 
Ginuk «f. quadrupède. 
OinaMoUe, «f. ehaadeller. 
GiroOe, «ai. fleur du giroflier. 
Giroflée, if, plante dee Jardina. 
Giroflier, «ai. arbre exniiqae. 
GMroaette, •/. banderolle. 
Gleant, «.«oiMbe. 

(deaoôtoa.) 



Ott, te penh du e. gUir. 
OMtjfiimnde diéâtephe. 
Gîte) «ai. lien où Fon oouche. 
Gtter, V. demeurer. 
Gine, «ai. fHmaa. 
Glaee» tif. ean gelée. 
Gtaeer^ a. eongelw. 
GhNtel, a. qui i^aea 
OiaeUrt, «ai. nont de gjiaoee. 
Glari ère,nf. Ben pour la glace. 
Cttaeoiii «ai. moroean de glaoe. 
CUadlatour, tm, qui combat. 



lOlaKV'lki 
Glalee,*et 

Giaiaer, «. endi ^ 

Gland, «m. finit dn'chiM. 
Glanda, i/. tumeur. 
Glandnleux, te, a. 
Glaner, «. ramamer lea épia. 
Glaneur, ar, «. qui glane. 
Glapir, a. ori dee cannée. 
Glauber (eer de), «ai. ralfUe. 
Ollmade, tt, de glimer. 
GliMomont, «la. action de 
Oliawr, «. couler, ineinner. 
Globe, «M. oorpe ephérique. 
Globule, «ta. petit globe. 
Gloire, ^'luMUMiur; éclat. 
Glorieuaement, ad. av. gloire. 
Glorieux, 80» e. vaniteux, heu* 

reux. 
Glorifloation, «/*. élération. 
Glorlflur, e. nire gloire. 
Gloriole, tf. petite vanité. 
Gloee, tf. commentaire. 
Oloeer. v. expliquer. 
QIoMalre, «ai. liate de mota. 
Oloueeer, «. crier. 
Glouton, a. gourmand. 
Gloutonnement, ad. 
Gloutonnerie, tf, de glouton. 
Glu, ^. miUiere viaqueuae. 
Gluant, a. viiqueux. 
Gluer, «. rendre gluant 
Gnomooique, «/ art dea car 

drana. 
Gobelet, «IN. vaae pour boire. 
GobeH Bo uche, «ai. oiaean; nlaia. 
Gober, v. avator, croire. 
Godailler, v. boiie aveo excès. 
Goder, «. flUre de flmx plia. 
Godet] «ai. petit vase. 
Godiche, «. et a. nlaia, jm^. 
GodroD, «ai. plis ronds. 
Godionner, v. orner de go- 

drona. 
GogaiUe, »f. repaa Joyeux, ttf. 
Gogo, (à), «d. abondance. 
Goguenard, «. et «. railleur. 
Gogœnarder, v. railler, fa, 
Gogœnarderie, af. raillerte. 
Gogaettea, af. pi. propoa gais. 
GimiflWj «. gloutonner. 
GoUiflwM, itr> geurmaBdlse. 
Goitre, «ai. tumeur à la gorge. 
Goitreux, ae, a. de goitre. 
Golte, «ai. portion de mer. 
Gomme, rf. aue résineux. 
Gommer, v. mettre de la gaor 

me. 
Gommeux, ae, a. qid a de la 
' gomme. 

Gâid, «ai. (jwn), de porte. 
Gondole, af. bateau, Tcdtnre. 
G<«iflement, «ai. enflure. 
Gonfler, «. enfler, grosair.- 
Goniométrie, rf. trigonomé- 

trie. 
Gordien, a. (nœud), obstade. 
Goige» iif. goaier; sein. 



GKA 

uorgéé, tf, plein la (ona. 
Oorger, •. eoftlsriComMBr. 



Ckjtiorétte, ^. eàtarette, «. 
Uurgerin, «ai. armure d»> 

gorge. 
Goaier, «ai. tateitoor du coo. 
Gothique, a. et «. dea Gotba. 
Gotha, «sk pi, mteUBÊ pe» 

plea> 
GonaBh^ Goname, i(f. pein* 

ture. 
Goudron, «ai. poix. 
Goudronner, v. mettre du gw». 

dron. 
Gouflpe, «M. trou preftmd. 
Gonge, tf. daeau à biseau. 
Goiuat, «ai. valet de soldat. 
Goujon, «SI. poisson. 
Goulée, tf. groaw bouchée. 
Goulot, «ai. entrée étroite. 
Goulot, «ai. oon étroit. 
Goulotte, tf. rIgoUe. 
Goulu, a. et «ai. i^uton. 
Goulûment, ad, avec avidité. 
Goupille, tf, petite cheville. 
Goupiller, V. mettre des goo- 

Goupillon, «ai. aapersoir. 
Gourde, tf. calebasse. 
Gourdin, «ai. gros bftton court 
Goure, tf. drogue Adsiflée. 
Gourer, o. tromper. 
Gouraur, «ai. qui Adaifle. 
Gourgandine, i/. coureuse. 
Gourmad^ tf. coiq» de poing. 
Gourmand, à. et «. délicat 
Gourmander, «. réprimander. 
Gourmandise, tf, vice du gour> 

mand. 
Gourme, af. maladie. 
Gourmer, «. mettre laipnume. 
Gourmet, «ai. qui connaît les 

vins. 
Gourmette, tf. chaînette. 
Gousse, af. enveloppe. 
Gousset, «ai. creux, poche. 
Goût, «ai. saveur. 
Goûter, V. diaœmer. 
Goutte, tf. partie d'un liquide. 
GouttMette, tf. petite goutte. 
Goutteux, se, a. qui a la goutte. 
Gouttière, tf. canaL 
Gonveraer, v. régir, diriger. 
Gouverneur, «ai. premier ma- 

giatAt 
Grabat, «ai. méchant Ut 
Grabuge, «ai. querelle. 
Grâce, tf. fhveur. 
Gradeosement, ad, avec grâce. 
Gracieux, ae, a. plein de grâce. 
Grade, «ai. «Ugnué. 
Gradtai, «ai. petit degré. 
QnivmUaa, tf, diviston en de* 

gréa. 
Graduel, la, a. gir degré. 
Gradudlenient, ad, par degré. 
Ctoaduer, «. divlaer en degréa. 
GralUon, «ai. reate de repas. 



"-^—,.-.. 



Orataw. 
Gvataila 



Oralme 
Gramia 
Granui 



Gramn 



Graom 
Gramn 
Gramn 
Grand, 
Grandi 
Grandi 
Grandi 
Grandi 
Grandi 
Gr 



Granit 
Graph 
Oiaph 
Gmph 
Grapp 
Grapp 
tea. 



Grapp 
Orapii 
Ctoaa,! 
Gr 



Orasa 

Grass 

Oratil 

Giatil 

Gratii 

Gratii 

Orati 

Orstt 

Gratt 

Grati 

Qrati 

Grati 

Gmv 

Grav 

Gmv 

Qm* 

Gni 

Gra3 

Ora^ 

Gre^ 

Giv 

Gia^ 

vi 

Grs 

Gm 

Qm 

Gm 

Ckré 

Qre 

Gra 

Çlé 



iSSS: • 




tf. pela. 

•ttredagMi- 

roftxid. 
blwau. 



m. 

bouchée. 

étroite. 

roit. 

e. 

outon. 

reo avidité. 

BobevlUe. 

ttra deagott 

tenoir. 



bAtonoooil 
Adaiflée. 



oooreiue. 
upde poimr. 
». délinu. 
ftprlinaoder. 
Tioe da gour- 

idie. 

relanoorme. 
i oonaalt lea 

kinette. 
ippe. 

KlPOChAi 

ler. 

dHm llqnlde. 

itltegoôtte. 

iLabgoutte. 

iL 

ir, diriger. 

premier ma- 

■Ht Ut 
relie. 

LaTecgrftoe. 

eindegrAoe. 

I. 

legré. 

rinon ea do> 

■degré. 
L par degré, 
rendegréa. 
derepaa. 



• 

Otatm.^f.mam 

OnlBiari «ai. iMwhand da 



ORO 



OUI 



ri«.oiiidre. 

OralaaawTi aa, a. da gralaaa. 

Oraminéai a. «t ^. planta. 

^. régla da 1bd> 



OrammalriaB, «ai. anteot di 

grammaire. 
Orammatlealta.da granunalra. 
ffnwnmMlflalwntiiti td, 
Onunmai «ai. nonfeaa poldib 
Grandt a. étendu { prlndpaL 
Grandeleti altoi a. aaMa bwmL 
OnuKlemeak ad. da grano. 
Grandeur, tft grande éteodo*. 
Chrandlr, a. darenlr grand. 
Grandlaalnie, ad. tréa^rand. 
Grange, ^.liau où l'on aanw lea 

garoea. 
Granit, tm. pierre dure. 
Gn4>lue, •/. deaoription. 
Gnq>hlqtte. a. avee Inat 
Graphométre, na. InatrumanL 
Grapp»! ^f. frolt et booguet. 
Grappiller, v. 



ufaMv, Vi 

Orafltort mu. éarlfalu. 
ovaMoli,Ma. no. 
Oi«Ia,a.nMnat ploie conodée. 
Grêler, «. frapper de la pela. 
Grêlon, «M. gnln de grêle. 
Grelot, «M. aonnatte. 
Grelotter, a. trembler. 
Gnoada, ^. frott. 
Grenadier, «ai. arbre; aoklat 
ONBaillB, tf. métal en graluk 
', «. donner du flrraln. 



eoellllr lëe 



GrwHiillear, auae, «. qol gn^h 

Gnqtpilk», «m. petite grappe. 
Gr^v'"'» •"•• ■oore A 4 beoa. 
Qath giaan, a. embonpoint 
Graaeûnent. ad. A aon alae. 
Graaaet, a. dlminatlf de gréa. 
Orameyemcnt, «ai. manr. pn». 
Grameyer, v. prononcer oiaL 
Ontifloation, «/. don. 
GratUer, «. fk?orleer. 
Gratia, ad. et «ai. («) 
Gratttode, ^. reeonq 

onner, «. noiCH* nmai 
Grattoir^ «M. ontiL 
Gratuit, a. Mt on donné gratla. 
Gratuité, tf. oaraetére gratuit 
Gratuitenwat, ad. gratla. 
GnTatler,««i. 
GfETei a. paaant, aériens. 
GraTeieox, ae, a. de gravier. 
GrateOe, «/. gravier. 
Gravemeiii, ad. aveo gravité. 
Graver, «. tracer, imprimer. 
Graveur, «ai. qui grave. 
Gravier, «m. grœ aaUe. 
Gravir, «.manier. 
GravitaUan, tf. aetlon de grar 

Tir. 
Gravité, tf. ImpntaDoe. 
GravUer, «. tendre. 
OnvolB, «ai. déMs d'un mur. 
Gravure, 4f. Image. 
Ole, «ai. bonne volonté. 
Gre& grecque, a. de Grèce. 
Gredin, a. et «. gueux. 
Gréer, v. équiper un vaiaaera. 



Granei\ «. réduira en graioa. 
OrénaUer, «. md. de gralnea. 
Grenier, «ai. haut étage. 
Grenouilla, tf. raptile. 
Grenu, a. fridn de graiaa. 
Gréa, «ai. pianw, poterie. 
GréML «ai. menue grêle. 
Gréamer, v. Aire dea préailai 
Grève, tf. plage lablonneuaa. 
Grever, «. liaer, Impceer. 
Gribouillage, «ai. mauvala dtoa- 

aln. 
Grief, a. grave. 

Grièvement, ad. exceaalvement 
Griéveté. tf. énormlté. 
OrUh, ^. ongle. 
Grlflbr, e. marquer aveo Voar 

Orabn, «ai. aorte de vautour. 
Grillbniiage, «ai. baibouOlage. 
Grlflbnnar, «. mal écrire. 
Grignon, «ai. orouton. 
Grignoter, «. ronger. 
Grigou, «m. avare. 
GriL «Ml. uatenaile de enlaine. 
Orinàdet tf. viande grillée. 
Grille, tf. cIAture. 
Griller, «. ouireaor le grlL 
Grillon, «ai. Inaed» 
Grimace, 4^ action de 
Grimacer, v. Alra dea ccnlor- 



Grimoire, «ai. écriture. 
Grimper, e. monter. 
Grincement «. aetlon de 
Grincer, «. lee dente. 
Grippe, «/. CHwice. 
Grippe^u, «ai. avare. 
Gripper, v. attraper. 
Gria, a. demMvra, «ai. couleur. 
Grialtre, a. tirant aor le gria. 
Grieer, «. rendre ivre. 
aiNn,a.gria. 
Oriaonner, «. blanchir. 
Grive^ tf. o lae au. 
Gragnanl, «ai. grandeur. 
Grogner, «. cri du porc 
Groâneur,«. et «. vii grogne. 
Grouk «ai. mnaean de pora 
Chnonoement, «la. bruit eourd. 
Qtonder, «. gourmaader. 
Gronderie, 4(A orialllerie. 
Grandeur, euae, a. qui grande. 
Groa, ar oaa ci a. v<4ummeuz. 
Groaeule, tf. fruit du 



43 



GroaMar,V. 
Groarfar, a. al «. éi 
Owaalèramant. ad. 
Oraarféreté,^. adboaeialé. 
Oroarir, «. rendre groe. 
Groa^empe, «ai. oraaa. 
Oroteaque, a. ridlento. 
Orotlo, tf. caverne. 
OroniliemanI, «ai. aetlon d« 
Gronmer, ». remuer, Mp. 
Groupe, «ai. aarembUNin. 






Grouper, v. 
Gruau, <ak avoine mondée. 
Qrua, ^. dieaui machine. 
Oruger,«. mordre; 



ruger, 

bien. 
Grumeau, «ak aang. 
Orumeler (w). «. ae cailler 
Orujère, «ai. mmage 
Gué, «ai. paaaage. 
Guéable, a. qu'on paaaa A pied. 
Guenille, V"» nalllon ; dilmu 
GuenlUon, «ai. petite gnenUla. 
Guenon, tf. laide, ainge tan. 
Guêpe, tf, groaae mouche. 
Guêpier, «ai. oiaaan, àlvèola ém 

goêpea. 
Guère. Ouérea, ad. peu. 
Guéridon, «ai. petite table. 
Guérir, «. rendre aabi. 
Guériaon, «/. action de guérir. 
Guérianble, a. qid peut aa 

guérir. 
Guérite, «f.petfte loge. 
Guerre, ^f. lutte à nûin i 
GneiTler, ère, a. de gnen 
Guet,«ai.acdondeguett«'. > 
Guêfre, tf. aorte dachanaanrak 
Guêtrer, «. mett re dea gnêtrea. 
Guetter, ». épier,/a. 
Gueolard, «ai. qufpf 
Gueule» tf. ham»t 
Gueuler, « arler. 
Oueuaant, a. i 
Gueuaer, «. umwNr. 
Gueuiene, tf. Indiganoe. 
Gueux, ae, a. et «.indigent 
Gui, «M. plante paraaita 
Guichet, «ai. peHte patte. 
Guichetier, «ai. vaM de geUlor. 
Guide, «ai. conducteur. 
Guide-Ane, «ai. livra; règle. 
Guider, «. conduire. 
Guidon, «ai. enaetane. 
Guiraer, «. regaider de eMé. 
Oudlanme, «ai. aorte de rabot 
Guillemela, «ai. pL doub. virg. 
Guilloeher, «. Ikare du. 
GuiDodiia, «ai. oraeuieirt d*tf' 

chitecture. 
GuUlotine, «/. inatrument de 



Guilldtiner, v. trancher la tête. 
Guimauve, tf. aorte de mauve. 
Guimpe, «/. vêtement de rett* 

gieûe. 
Guindife, «ai. notion de 



44 



HAN 



Guinder, «. tirai ; affieier. 
Guinguette, <f. cabaret. 
Guirlande, ^f. couronne ; fei- 

ton. 
OuIm, «/. manière* fiifon. 



HAtr 

Guitare, «/. inatr. à coidaa. 
Ouetation,«/kBenaation * 
Guttural, a. du goiier. 
Oymnaae, «tu. lieu d*ezercice. 
Gymnaatarque, «ai. ^ 



HER 

Gfmnaate, a. off. du gymnase, 
du goût Gjrmnaatique, a. et «/. ezere. 
Gypae, «m. pfem à plâtra. 
Gypaeuz, ae, a. de la nature 
du gypae. 



H 



B. am. 6e consonne. 
Habite, a. capable ; adroit. 
Habilement, ad. avec iiabileté. 
Habileté, if. capacité, 
^abileté, «/. adresse. 
Habiliter, v. rendre liabile & 
Habillement, «m. vêlement. 
Habiller, v. pr. vêtir. 
Habit, am. vêtement 
Habitable, a. qu'on peut habi- 
ter. 
Habitacle, «m. demeure. 
Habitation, «/. demeure. 
Habiter, v. faire sa demeure. 
Habitude, af. usage; démarclie. 
Habitué, am. 

Habituel, le, a. d'ordinaire. 
Habituellemsnt, ad. 
Habituer, v. accoutumer. 
'Hftbler, v. mentir ; exagérer. 
'Hâblerie, af. mensonge. 
'H&bleur, euse, a. qui h&ble. 
*Hache, af. outil trancliant. 
'Hacher, v. couper. 
'Hachette, af. petite hache. 
'Hachis, am. viande hachée. 
'Hachoir, «m. table; couteau. 
(ir_..k.._>. -e tm>t«.^ croisés. 




, mur. 

'Hahé, cri pour arrlter les 
chiens. 

'Haie, af. clôtura. 

*HaIe, cri de charreder. 

'Haillon, am. vieux lambeau. 

'Haine, af. inimitié, aversion. 

'Haineux, se. a. vindicatif. 

'Haïr, V. avoir de la haine. 

'Haire, af. chemise de crin. 

'Haïssable, a. odieux. 

'Halage, am. action de haler. 

'H&Ie, am. imprassion de l'air. 

Haleine, af. air aspiré. 

Halener, v. sentir l'haleine. 

'Haler, v. tirar un bateau. 

'Hftler, V. noircir le teint. 

'Haletant, a. action de 

'Haleter, v. être hora d'haleine. 

'Hallage, am. droit de halle. 

'Halle, af. place démarché. 

'Hallebarde, •/. sorte de pique. 

'Hallebardier, am. porte-nalL 

'Halte, «/. pause. 

'Haltisr, «. faire balte. 

'Hamac, am. lit suspendu. 

'Hameau, am. petit village. 

Bamefon, «m. inst pour pê- 
cher. 

'Hanche, «/. où tient la cuisse. 



'Hangar,«m ramisedecharriots 

'Hanneton, «m. scarabée. 

'Hanter, tr. et n. fréquenter. 

'Hantise, af. action de hanter. 

'Happer,^, saisir avidement. 

'Haquet, am. charrette. 

'Harangue, af. compliment.' 

'Haranguer, v. complimenter. 

Harangueur, «m. qui harangue 

'Haras, am. 

'Harasser, v. lasser & l'excès. 

'Harceler, v. provoquer, fati- 
guer. 

'Hardes, a', habillements. 

'Hardi, a. courageux, auda- 
cieux. 

'Hardiesse, af. courage, au> 
daee. 

'Hardiment, ad. avec hardiesse. 

'Hareng, «m {ran) poisson. 

'Hargneux, se, a. querelleur. 

'Haricot, am. légume. 

Harmonica, sf. IneL de mus. 

Harmonie, af. accord. 

Harmonieusement, ad. av. har. 

Harmonieux, se, a. d'accord. 

Harmonique, a. qui produit de 
l'harmonie. 

Harmoniquement, ad. 

Harmoniser, (s>) r. en harm. 

'Harnachement, am. action de 

'Harnacher, «. mett. les harn. 

'Harnids, am. équipage de cher 

'Harpe, af. inst. de mus. 

Harpie, af. monstra fabuleux. 

'Harpon, am. croc. 

'Harponner, v. accrocher. 

Hasard, am. fortune, sort. 

Hasarder, v. aventurer. 

'Hasardeux, a. hardi. 

'Hftte, af. promptitude. 

'Hftter, dépêcher. 

'Hâtif, vo, a. précoce. 

Hâtivement, ad. avec 

Hâtiveté, af. précocité, /er. 

'Hausse, af. augmentation. 

Haussement, «m. action de 

Hausser, v. devenir haut. 

Haut, a. élevé ; sublime, fier. 

Hautain, a. fier, orgueilleux. 

'Hcutainement, ad. avec fierté. 

Hautbois, am. inst. à vent. 

'Haut-de-chauase, am. culotte. 

Haute-cour, af. tribunal. 

Haute-fViUie, af. bois haut 

Haute-justice, af. juridictica. 

Haute-Iice, af. tapisserie. 

Hautement, ad. hardiment 

Hauteur «/. émineoce. 



'Haut-mal, am. épilepsie. 

•Hâve, pâle, maigre. 

'Hâvre-sac, am. sac. 

'Hé! interj. pour appeler. 

Hebdomadaire, a. de semaine. 

Héberger, v. loger chez sol. 

Hébété, a. et a. stupide. 

Hébéter, v. rendre stupide. 

Hébraïque, a. des Hébreux. 

Hébralsme, am, langage hébr. 

Hébreu, a. et 5. juif. 

Hécatombe, af. sacrifice décent 
boufs. 

Hectara, am. cent ares. 

Hectogramme, am. cent gram- 
mes. 

Hectolitre, am. cent litres. 

Hectomètre, am. cent mètns. 

Hégire, af. ère turque. 

Hélas! Inteij. 

Hélice, af. ligne en vis. 

Helvétique, a. des Suisses. 

Hem ! interj. pour appeler. 

Hémisphère, am. demi-sphèra.' 

Hémistiche, am. moitié de vers. 

Hémorragie, af. perte de sang. 

Hémorroldal, a. d'hémorroïde. 

Hémorroïde, af. flux de sang. 

Hendécagone, am. ft onie côtés 

'Hennir, (Aantr) v. cri du che- 
val. 

'Hennissement, am. 

Hépatite, af. inflammation du 
foie. 

Heptagone, a. â 7 angles. 

Heptanséron, am. de 7 jours. 

Heptarchie, af. gouvernement 
de 7 rois. 

'Héraut, «m. off. qui proclame. 

Herbages, am. herbes, prés. 

Herbe, af. plante â tiges faiblea 

Herbeiller, v. paîtra, vin. 

flerber, «. exposer sur l'herbe. 

Herbette, •/. herbe courte. 

Herbeux, se, a. où croît l'herbe. 

Herbier, «m. collection de 
plantes. 

Herbiéra, af. contenant des 
herbes. 

Herbivore, a. qui vit d'herbe. 

Herborisation, af. action d> 

Herboriser, v. chercher de* 
herbes. 

Herbu, a. couvert d'herbe. 

'Hèra, am. hom. sans mérltt. 

Héréditaire, a. qu'on hérita^ ,. 
Héréditairement, ad. 
Hérédité, af. héritaxe. 
Hérésiarque, «111.4 






i ' 



l 



HIS 

Hérérie, êf. doctrine erronée. 

HIrétiqitt, a. de l'hérésie. 

*Héria0er, «. dreflaer. 

'HériaaoD, «m. quadrupède. 

Héritage, «m. ce qu'on hérite. 

Hériter, v. participer. 

Héritier, «. recueiL une suooeB. 

Hermétique, a. t. d'alchim. 

Hermine, a. moucheté. 

Herminette, »f. hache courbe. 

Hermitage, V. Ermitage. 

'Hernie, ^. descente des in- 
testins. 

Héroïne, tf. femme héroïque. 

Héroïque, a. de héros. 

Héroïquement, ad. avec 

Héroïsme, «m. action illustre. 

*Hénm, «m. oiseau. 

*Héroe, «m. homme illustré. 

'Hersage, sm. action de herser. 

'Herschell, «m. planète. 

'Herse, tf. insUimient de la 
bourage. 

'Herser, r. passer la herse. 

Hésitation, sf. action d' 

Hésiter, v. être indécis. 

Hétérodoxe, a, contraire à. 

Hétérogène, a. de différente 
nature. 

'Hêtre, Ml. arbra forestier. 

Heure, sf. 24e partie d'un Jour. 

Heureusement, ad. avec Donr 
heur. 

Heureux, se, a. qui à du bonr 
heur. 

'Heurter, v. frapper, choquer. 

'Heurtoir, sm. marteau. 

Hexaèdre, sm. cube. 

Hexagone, a. et «. à 6 angles. 

Hiatus, sm. («) choc de deux 
voyelles. 

'Hibou, sm. oiseau de nuit 

'Hideusement, ad. 

'Hideux, se, a. trè»4ifforme. 

'Hie, 9f. instr. de paveur. 

'Hiérardiie, sf. ordre. 

'Hiérarchique, a. d'ordre. 

'Hiérarchiquement, ad. 

Hiéroglyphe, sm. caract. sym- 
bolique. 

Hiéroglyphique, a. de symbole. 

Hilarité, «/.Joie. 

Hippocratique, a. d'Hippocrate. 

Hippodrome, sm. lioe pour la 
course. 

Hippopotame, «m. quadrupède. 

Hirondelle, sf. oiseau. 

'Hisser, v. hausser, mar. 

Histoire, sf. narration. 

Historial, a. historique. 

Historien, «m. qui écrit ItUs^: 
toire. 

Historier^ v. enioliver. 

Historiette, sf. pettte histoire. 

Historiograpne, «m. qui écrit 
l'histoW 

Historique, a. qui tient de l'hit- 



HOR 

Historiquement, ad. d'histoire. 

Histrion, sm. bateleur, corné 
dien. 

Hiver, sm. («r) saison froide. 

Hivernal, a. dliiver. 

Hiverner, «.passer l'hiver. 

Hol txte^'. o'appeL 

'Hoc, rai. Jeu : qui convient. 

'Hodiepot, sm. ragoût 

'Hochequeue, sm. oiseau. 

'Hocher, v. secouer la tète. 

Hogner, v. gronder, pop. 

'Hola! inte^'. pour appeler. 

Holocauste, sm. sacrmce. 

HomI exclamation. 

'Homard, rai. poisson. 

Hombre,rai.jeu. 

Homélie, sf. instruction. 

Homicide, sm. et a. meurtre. 

Hommage, sm. devoir, respect 

Hommager, sm. qui doit nom- 
mage. 

Homme, rai. être raisonnable. 

Homogène, a. de même nar 
ture. 

Homogénéité, sf. qualité ho- 
mogène. . 

Homologation, sf. approbation. 

Homok^e, a. correspondant 

Homologuer, v. conformer. 

Homonyme, a. semblable. 

Honnête, a. et «m. bon, civil. 

Honnêtement, ad. avec honnê 
teté. 

Honnêteté, sf. bienséanoe. 

Honneur, rai. vertu, probité. 

'Honnir, v. couvrir de honte. 

H<niorable, a. qui fUt honneur. 

Honorablement, ad, avec hon- 
neur. 

Honoraire, sm. rétribution. 

Honorer, v. rendre honneur. 

Honorifique, a. d'honneur. 

'Honte, sf. confusion. 

'Honteusement, ad. avec honte. 

'Honteux, se, a. inf&me. 

Hôpital, rat. hospice. 

'Hoquet, rai. mouvement con- 
vulsiC 

Horaire, a. dés heures. 

'Horde, sf. peuplade errante. 

'Hwion, «m. grand coup. 

Horizon, sm. cercle. 

Horizontal, a. parallèle à l'ho- 
rizon. 

Horizontalement, ad. 

Horloge, sf. machine qui mar- 
que les heures. 

Hwloger, s. qui lUt des hor- 
loges. 

Horiogerie, tf. manubcture 
d'horiogrà. 

Hormis, pn|p. hora>ezcepté. 

Horographie, tf. V. gnomon!- 
que. 

.Horoscope, sm. prédictitm. 

HoiTOur, tf. jCrr) indignation. 

Horrible, a. extrême, exoeesif. 
11 



'' Husf 45 

Horriblement, ad. d'une ma* 
nière horrible. 

'Hors, vrip. excepté. 

'HorM'œuvre, sm. en-dehors. 

Hortolage, «m. jardin potager. 

Hospice, sm. asile des pauvret. 

Hospitalier, a. qui exerce 1' 

Hospitalité, sf. loger gratis. 

Hostie, •/. victime, ant. 

Hostile, a. d'ennemi. 

Hostilement, ad. en ennemi. 

Hostilité, sf. actioc d'ennemL 

Hôte, esse, s. qui loge. 

Hôtel, sm. grande ma^n. 

Hôtel-de-viUe, sf. mairie. 

Hôtel-Dieu, sm. hôpital. 

Hôtelier, s. qui tient une hô- 
tellerie. 

Hôtellerie, sf. auberge. 

'Hotte, sf. sorte de panier. 

'Hottée, sf. plein une hotte. 

'Houblon, rai. plante. 

'Houe, sf. inst de vigneron. 

'Houer, v. travailler avec Is 
houe. 

'Houille, sf. charbon de terre. 

'Houle, sf. vague. 

'Houlette, sf. bftton de berger. 

'Houleux, se, a. agité. 

'Houppe, sf. toufife. 

'Houppelande, </. casaque. 

'Houppette, sf. petite houppe. 

'Hourdage, rai. maçonnerie. 

*Hourder, v. faire le hourdage. 

'Houq[>iIler, v. maltraiter. ' 

Houssard, «m. V. Hussard. 

'Housse, sf. sorte de couver- 
ttue. 

'Housser, «. nettoyer. 

'Houssine,*/. baguette. 

'Houssoir, sm. baui de hour. 

'Hoyau, sm. sorte de houe. 

'Huche, sf. coflto pour le pain. 

Hue! cri du charretier. 

'Huée, sf. cris de dérision. 

'Huer, V. foire des huées. 

'Huguenot a. calviniste. 

Huile, sf. Uqueur grasse. 

Huiler, v. oindre d'huile. 

Huileux, se, a. d'huile. 

Huilier, sm. vase à huile. 

Huis, sm. porte: (à huis doi.) 

'Huisserie, sf. dormant 

Huissier, sm. ofll de Justice. 

'Huit a. numérat 

'Huitaine, sf. huit Jours. 

'Huitième, a. ordinaL 

Huitièmement, ad. 

Humain, a, de l'homme. 

Humaniser, v. rendre bon. 

Humaniste, a. qui étudie. 

Humanité, sf. nature hunuinei 
études. 

Humble, a. non oigneillaixx. 

Humblement ad. avec hvuir 
Uté. 

Humectant a. qui ntfralflhll» 

Humectation, sf. action v 



/ 



5 

\ 



46 



ILIi 



Bnmecter, e. rendre humide. 
(Humer, «. avaler. 
Humeur, «/. sorte de fluide. 
Humide, a aqueux. 
Humidement, ad. 
Humidité, «/. état liumide. 
Humiliant, a. qui liumilie. 
Humiliation, «/. action d' 
y -Humilier, v. abaisser. 
Humilité, »f. soumission. 
*Hune, </. guérite au haut du 

mât 
'Hunier, «m. mât de hun^ 
*Huppe, «/. oiseau. ' 
*Huppé, a. qui a une huppe. 
*Hure, »/. tète de sanglier. 
'Hurlement, sm. action de 
'Hurler, r. pousser des cris. 
Huriuberlu, a. et am. étourdi. 



IMIL 

'Hutin, tm. mutin, débat. 

'Hutte, sf. cabane. 

*nutter, (se) v. foire une hutte. 

Hyacinthe, »f. pierre précieuse. 

Hydraulique, a. do Teau. 

Hydre, tf. serpent aquatique. 

Hydrocéle, sf. malame. 

Hydrocéphwe, «/. maladie. 

Hydrogène, a. et am. gaz. 

Hydrographe, a. versé dans V 

Hydrographie, af. description 
des mers. 

Hydrographique, a. d'hydro- 
graphie. 

Hydromel, af. breuvage. 

Hydropique, a. et a. qui a une 

Hydropisie, af. maladie. 

Hyène, af. quadrupède féroce. 

Hygiène, sf. de santé. 



Hygiénique, a. de l*hyglène. 
Hymen, «m. mariage. 
Hymne, ». cantiqtiB. 
Hyperbole, af. exâsénUlon. 
Hyperb<dique, a. d%yperbole. 
Hyperixtiiquement, ad. 
Hypocondriaque, a. diagrin. 
Hypocrisie, afi vertu fbhite. 
Hypocrite, a. et a. fourbe. 
Hypostase, af. terme de mé- 

Hypostatique, a. de lliypoetase. 
Hypoténuse, af. opposé à l'an- 
ge droit. 
Hypothécaire, a. droit à hypot. 
Hypothèque, af. droit acquk 
Hrâothéquer, v. asstirer un 

Hypothèse, af. supposition. 



I, «m. 9e lettre de l'alphabet 

ïambe, am. pied de vers. 

Ibidem, ad. (èm) au même en- 
droit 

Icelui, icelle, pron. eoi^tmetif. 

Iconoclaste, sm. sectaire. 

Idéal, a. aoMa pi. m. chiméri- 
que. 

Idée, af. notion, image, pensée. 

Idem, a. et «. i (èm) le même. 

Identifier, v. ocmfondre. 

Identique, a. le même. 

Identiquement ai., de même. 

Identité, af. état identique. 

Idiome, am. langue, dialecte. 

Idiot a. et OTi. stupide. 

Uiotiàme, am. particularité 
d'une langue. 

Idoine, a. propre à, pra. 

Uolàtre, a. et a. qui idolâtre. 

Idiilâtrer, v. adorer les idoles. 

Idolâtrie, tf. adoration des 
idoles; amour exoessit; 

UolâtrLaae, a. de l'idolâtrie. 

Idole, •/ figure qu'on adore. 

If^ am. arbre toujours vert 

Ignare, a. sans étude. 

^né, a. {if) de feu. 

Ignoble, a. bas, vit 

IgwAlement ad. . •«'.< 

Ignominie, tf. infhmie. 

Ignominieusement, ad. avec 
ignominie. 

Ignominieux, se, a, vil. 

Ignoranunent ad. avec 

^norance, af. sans étude. 

Ignorant a. et «. ignare. 

unorer, «. ne savoir pas. 

u, pr. d; la 3e para. lui. 

De, af. terra entourée d'eau. 

Iliaque, a. des lies. 

Dlégal, a. non légal. 

inégalement "à. contre les Ids. 

Illégitime, a. non légitime, 

UégitiQttiMoi} ad. ave« 



Illégitimité, af. non légitime. 

Illicite, a. non permis. 

lUicitemenU ad. d'une manière 
Ulicite. 

Illimité, a. sans limites. 

Illisible, a. mal écrit 

Illuminatif, tive, a. qui édaire. 

Illumination, af. action d* 

Illuminer, «. édairer. 

IlluBion,.«/> apparence. 

niusoiré, a. trompeur. 

Illusoirement ad. avec trom- 
perie. 

Illustre, a. célèbre, éclatant 

Illustrer, v. rendre illustre. 

nittstrissime, a. trèa-illustre. 

Dot am. petite lie. 

Image, af. estampe. 

Imager, a. marchand d'images. 

Imaginable, a. qu'on peut imar 
giner. 

Ima^naire, a. idéaL 

Imaginatif, ve, a. qui Imagine. 

Imagination, af. idée. 

Imaginer, v. inventer. 

Imhwbe, a. sans baibe. 

Imbécile, a. et a. ftible d'esprit 

Imbédlement ad. avec 

Imbédnité, af. (Il) fblie. 

Imbiber, v. pour mouiller. 

Imbrog^o, am. embrouillem. 

Imbu, a. pénétré, rempIL 

Imitable, a. qu'on peut imiter. 

Imitateur, trice, a. et «. 

Imitattf, tivet a. qui imite. 

Imitation, af. action d'taniter. 

Imiter, V. prendre pour mo- 
dèle. 

Immaculé, a. sans tache,^. 

Immanquable, a. infUUible. 

Immanquablement ad. 

Immatérialité, af. sans matière. 

bnmatériel, le, a. sans matiète. 

Immatériellement ad. 

Immatriculer, v. enregistrer. 



(Al?!.. 



Immédiat, a. sans intermé- 

diidre. 
Immédiatement ad. de suite. 
Immémorial, a. tr軫ncien.'' 
Immense, a. trè»étendu. 
Immensément ad. sans bornes. 
Immensité, af. grande étendue. 
Immersif, sive, a. par immer* 



Immersion, af. action de ploih 

ger. 
Immeuble, a. et «m. bien 

fonds. 
Imminent "^ menaçant 
Immiscer, (s*) v. s'ingérer. 
Immobile, a. sans mouvement 
Immobflio', ère, a. des im- 
meubles. 
lounobiUté, af. état immobile. 
Immodéré, a. violent excesdfl 
Immodérément ad. par pas- 

si<m. 
Immodeste, a. sans modestie, 
bnmodestement ad. avec 
Immodestie, tf. manque de 

modestie, 
bnmolation, af. action d* 
Immoler, v. sacrifier. 
Immondo, a. impur. 
Immondioe, af. ordure. 
Immoral, a. contre les mœon. 
Immoralité, af. état imm<Hal. 
Immortaliser, v. rendre Im* 

morteL 
&nmortalité, «/. qui ne meurt 

pas. 
temortel, le, a. qui ne pent 

mourir. 
Immortiflcation, if. sensualité. 
Immortiflé, a. seiMneL 
Immuable, a. sans changem. 
ImmuaUemoit, ad. 
Immuniié, af. exemption. 
Immutabilité, tf, sans cha» 

gement 



IMF 



IMF 



me 



47 



ijgièiie. 

intlon. 
lyperbole. 



chagrin. 
1 feinte, 
turlw. 
ae de m^* 

l'hypoBtaae. 
)086 & l'an- 

Dit à hypot. 
oit acquis, 
aaabrer on 

MxAtton. 



18 intenné* 

I. de suite. 
Mmcien.** 
iendu. 

sans bornes, 
ide étendue, 
par immer* 

ion de pion- 

; em. bien 

içant. 
Ingérer, 
mouvement 
a. des im- 

it immobile. 
Bnt,exoesd£ 
id. par paa> 

s modestie. 
uLaToc 
manque de 

iUond* 
1er. 
ur. 

dure. 

e les mœniB. 
atimmoraL 
rendre im* 

|nl ne meurt 

qui ne peut 

/.aensualité. 

isueL 

schangom. 

Kl. 

emption. 
; aans cbao^ 



i^ 



Impair, a. qui n*e«t paa pair. Impolitiqne, a. aana politique. 
Impalpable, a, qu'on ne peut Importance, tf. conoraérable. 
' toucher. Important, a. et «. qui importe. 

Impardonnable, a. indigne de Imponadoo, «/• action d' 

pardon. Importer, «. du dehors. 
Imparfait, a. non parfait. Importun, a. et ». nicheuz. 
Imparfaitement, ad. Imporluntfment, tm. action d* 
Impartial, a. (ci) sans égard. ' 



patience. 
Impatient, a. non patient. 
Impatienter, v. fâcher. 
Impayable, a. estimable. 
Impeccabilité, «/. être 
Impeccable, a. qui ne 

péchsr. 



a«i«^vK*Ma wnwi*>| •■• w aa^ »kvwwa« 

Imperturbablement, ad. m, a. 
Impétrant, a. qui impètre. 



Impur, a. qt<i n'est pos pur. 
Impureté, «/. luxuie. 
Imputation, «/. aceucation. 
Imputer, v, attribuer. 
Inabordable, a. non abordable. 
Inaccessible, a. non accessible. 
Inactif, tlTS, o. sans actlTité. 
Inaction, tf, sans meuveaieM. 



r , _ ^.., .__ .s—— Importuner, v. tourmenter. «.w»....., .y. ..... »«..._..... 

Impartialement, ad. avec. Importunité, ad. d'Importuner Inadmissible, a. qu'on ne peut 

Impartialité , «/ sans égard. Imposable, a. sujet aux impôts, admettre. 

Impasse, sf. cul-de-sac. Imposer, v. meture, inspirer. Inadvertance, «/. inattention. 

Impassibilité, «/. de qui est Imposition, «/. act. d'imposer. Inaliénable, a. qu'on ne pe«l 

Impassible, a. ne peut souflrir. Impossibilité, af. ce qui est aliéner. 

Impastation, «/^ réduction en Impossible, a. et ««. qu'on ne Inalliable, a. qu'on ne peut sU 

p&te. peut faire. lier. [s'altérer.! 

Impatiemment, ad. (eia) avec Imposte, «/. t. d'architecture. Inaltérable, a. qui ne peut J 
Impatience, af. manque de Imposteur, a. et tm. trofaipeur. Inamissibie, a. qui ne peut s« 

— ■• Imposture, tf. act de tromper, perdre. [changer "1 

Impôt, tm. droit imposé. InamoTibilité, tf. qui ne peutj 

Impotent, t. et a. catropié. Inamovible, a. non changeant. 
Impraticable, a. non praticable. Inanimé, 3. sans mouvement. 
Imprécation, af. malédiction. Inanition, tf, faiblesse, [pas.*! 
peut Imprégner, v. pénétrer, fanbl. Inaperçu, o. qu'on n'aperçoit | 

^ ber. Inapplicable, a. non applicable. 

ImpénétraUIité, tf. Imprenable, a. qu'on ne peut Inapplication, tf. inattentioa. 

Impénéuable, a. dense, dur. prendre. Inappliqué, a. non appliqué. 

Impénétrablement, ad. Imprescriptible, a. non près. Inappréciable, a. très estimable 

Impéniience.a/. sans pénitence criptible. . Inaptitude, «/. sans adresse. 

Impénitent, a. et «. endurcL Impression, tf. effet. Inattaquable, a. non attaquab. 

Impératif, ve, a. Impérieux. Imprévoyance, tf. qu'on ne Inattendu, a. non attendu. 
Impérativement, ad. avec arro- prévoit pas. Inattentif, ve, a. sans attention. 

gance. Imprévoyant, a. sacs préroy. Inatfontion, «/. défaut d'atttnu 

Impératrice, tf. fêàune d'em- Imprévu, a. non prévu. Inauguration, «/.solennité. 

pereur. Imprimer, v. faire empreInA. Inaugurer, t. dédier : sacrer. 

Imperceptible, a. qu'on ne vtrft Imprimerie, tf. art d'impr. Incalculable, a. nombreux. 

pas. Imprimeur, MR. qui imprime. Incapable, a. non capable. 

Imperceptiblement, ad. Improbable, a. non probable. Incapacité, tf. défaut de capa. 

Imperfecdon, a/, défaut. Improbateur, — frice, «. et «. . cité. . , .. 

Impérial, o. de l'empire. quihnprouve. Incarcération, •/. action d» 

Impérieusement, ad. Improbatlon, tf. Incarcérer, v. emprisonner. 

Impérissable, a. qui ne peut Impromptu, mi. sans prémédl. Incarnat, a. tt tm. aorte m 

périr. tatlon. 



rouge. 



penr. tauon. _ —- o- , 

Impéride, af. (eie) peu habile. Impropre, a. (mot) non propre, jncainatlon,»/. •« « 
Imperméable, a. impénétrable. Improprement, ad. \" 



impermeauie, a. impeneiraoïe. unprupremeiu, aa. Incarner, (s^j ». pwndte m 

Impersonnel, a. t de gramm. Improuver, v. désapprouver. corps. . 

Impertinence, •/. contre la Improvisateur, — trice, ». Inrariade, »/. oroaqnene. 

politesse. Improviser, v. parler de suite. Incendie, tm. embrasMMSlI. 

Impertinent, «. qui choque. Improviste (à 1'), ad. d'improJlricenûler, v. mettre lem. 

Imperturbable, o. sans trouble, tlser. î™*"f '"i "• *) ** ""*!S&-a. 

._»:_.._....-! -, _ _ Imprudemment, r.<I.(Ai) Incauitude, «/. sans cerUlwle. 

Imprudence, •/. défliut de pru- Incessamment, a. auplui tflt, 
dence Inceste, «m. a. péché. 

Imprudent, a. et ». sans pru- Incident, e. et tm. événement. 



Impétration, «f. action d' 
' '■ V. ootsiiUr, nir. 



Impétrer. v. »....«.,.., 
Impétueusement, aa. 
Impétueux, se, n. violent. 
ImpÀuosité, tf, vivacité. 
Impie, o. et ». sans religion. 
Impiété, tf. vice de l'impie. 
Impitoyable, a. sans pitié. 
Impitoyablement, «tf. 
Implacable, a. vindicatif. 
Implication, tf. contradiction. 
Implicite, o. non explicite. 
Implicitement, ad. compris. 
Impliquer, «. envelopper. 
Implorer, v. demander. 



luiace. 
Impudemmmt, ad. {ia) 
Impudence, tf. effronterie. 
Impudent, a. et ». effronté. 
Impudeur, tf. défaut de pureté 
Impudicité, •/. Impureté. 
Impudique, a. et ». luxurieux, 
bnpugner, v. disputer. 
bnpuissaAce, •/. 
Impuissant, a. «•!>• pouvoir. 
Impulsion, tf, instigation. 
Impunément, «d d'impunité. 
Impuni, a. sans punhion. 



Impoli, «.sans politesse. Impunité, tf. manque de pu 

ImpoUleese, »/. nuOhonnftteti. nitioii. 



ïncidentér, v. faire naître dee^ 

obstacles. 
Inciser, v. taillwr. 
Incisif, ve, a. qui taille. 
Incision, tf. taillade. 
Inciter, v. exciter. 
Incivil, a. impoU. 
Incivilité, tf. impolilssae. 
Inclémence, »/. rigueur. 
Inclinaison, tf. qd verte. 
Inclination, tf. penchant. 
Inclmor, v. pencher. 
Inclus, a. enfermé. ^^ 
Inclisivement, a, y eompne. 
Inrofnito, a. sanf être cooou 



] 



48 INC 

Ineohèienoe, «/. sans liaison. 

Incohérent) a. sans liaison. 

Ineombuatible, a. qui ne peut 
brAler* [mesarabie.' 

Incommensurable, a. non 

Incommode, a. gênant. 

Inorjmmoder, «. gdner. 

Inoommodité, «/. peine. 

Incommunicable, a. qu'on ne 
peut communiquer. 

Incomparable, a. sons compa- 
raison. 

Incomparablement, ad. 

Incompatibilité, sf. état. 

Incompatible, a. non compatib. 

Incompétence, tf. manque do 
pouvoir. 

Incompétent, a. non compét. 

Incomplet, a. non complet. 

Incomplexe, a. non complexe. 

Incompréhensible, a. qu'on ne 
peut oomprdhdre. ' 

Inconcevable, a. qu'on ne peut 
concevoh-. 

Inconciliable, a. non concUiab. 

Inconduite, sf. djfaut de. 

Incongru, a. contre llionnêteté, 

Incongruité, sf. incivilité. 

Inconnu, a. non connu. 

Inconséquence, sf. irréflexion. 

Inconséquent, a. et «. qui se 
dément. 

fnconsidurotlon, ef. impru- 
dence. 

Inecmaidéré, a. et s. non réflé- 
chi. 

Inconsolable, a. trés-chagrin. 

Ineonsttunraent, ad. avec 

Inconstance, sf. inégalité. 

Inconstant, a. et s. changeant 

Incontestable, a. certain. 

Incontesté, a. assuré. 

Inoontinenoe, sf. contre la chas- 
teté. 

Incontinent, a. qui n'est pas 
chaste i ad. aussitôt 

Inconvenance, sf. incivilité. 

Inconvenant o. qui ne con- 
vient pas. [fhcheux.! 

InccHivénient sm. incidentj 

Incorporation, sf. mélange. 

JncMporel, le, a. spirituel. 

Incorporer, v. mêler. 

Incorrect a* imparfait 

Incorrigible, a. qui ne peut se 
corriger. 

Incorruptibilité, sf. oo qui est 

Incorruptible, a. qui ne peut 
de corrompre. 

Incrédule, a, et s. qui ne "■- 
pas. 

Incrédulité, sf. défout de foi. 

Incréé, a. qui n'a pas été créé. 

Incroyable, a. impossible à 
croire. 

Incrustation, sf. acticm d' 

Incruster, «. couvrir, enchâsser. 

loeolpation, sf. action d' 



IVD 

Inculper, «. aocoser, diaiger. 

Inculquer, o. graver dans Fesp. 

Inculte, a, stérile. 

Incurable, a. qu'on ne peut 
guérir. 

Incursion, sf. course. 

Indécemment ad, malhonnête. 

Indécence, sf. contre la dé- 
cence. Toenoe.n 

Indécent a. contre u dé- J 

Indéchiirable, a. ilMble. 

Indécis, a. irrésolu. 

Indécision, sf. irrésolution. 

Indéclinable, a. qu'on ne peut 
décliner. 

Indécrotable, a. difficile. 

Indéfini, a. sans bornes. 

Indéfiniment ad. sans bornes. 

Indélébile, a. ineflhçable. 

Indélibéré, a. irréfléchi. 

Indemniser, v. dédommager. 

Indemnité, sf. dédomraagem. 

Indépendamment ad. d'une 
manière indépendante. 

Indépendance, sf. état de 1' 

Indépendant a. qui ne dépand 
de personne, [peut détruire^ 

Indestructible, a. qu'on nej 

Indéterminé, a. non déterminé. 

Indévot a. et s. non dévot 

Indévotion, sf. dût. de dévoti. 

Index, sm. 2e doigt 

Indicateur, trice, a. qui indiq. 

Indicatif, a. qui indique, sm. 
terme de grammaire. 

Indication, if. démonstration. 

Indice, sm. signe. 

Indicible, a. inexprimable. 

Indiction, sf. convocation. 

Indifféremment ad. l'un ou 
l'autre. 

Indiflérence, sf. insouciance. 

Indiflérent a. ni pour ni con- 
tre. 

Indigence, sf. pauvreté. 

Indigène, s. et a. du lieu. 

Indigent a. nécessiteux. 

Indigeste, a. difficile à digérer 

Indigestion, sf. noauvaise coc- 
tion des aliments. 

Indignation, sf. colère. 

Indigne, a. et s. non digne. 

Indignement ad. avec outrage. 

Indigner, v. irriter, courroucer. 

Indignité, sf. outrage. 

Indigo, sm. plante ; bleu. 

Indiquer, v. montrer. 

Indirect a. détourné. 

r'>-"rectement ad. avec dé- 
toiu*. 

fodisciplinable, a. incorrigible. 

Indiscipliné, a. volontaire. 

Indiscret ^te, a. et s. impru- 
dent 

Indiscrètement ad. avec 

bidiscri^tion, sf. imprudence. 

Indispensable, a. nécessaire. 

Indispensablement ad. 



INE 

buUspooer, v. ficher, 
bidiqiosition, sf. malaise. 
Indissoluble, a. bien unL 
Indistinct a. oonAis. 
Indistinctement ad. 
Individu, «m. être, personne. 
Individuel, le, a. d'mdivldn. 
Individuellement ad. 
Indivisibilité, sf. qualité de oe 
oui est [diviser.l 

Indivisible, a. qu'on ne peut J 
Indocile, a. insoumis. 
Indocilité, sf. insoumission. 
Indolemment ad. (là) avec 
Indolence, sf. nonchalance. 
Indolent a. nonchalant 
Indomptable, a. insoumis. 
Indompté, a. non dompté. 
Indu, a. contre la règle. 
Indubitable, a. assure. 
Indubitablement ad. 
Induire, v. exciter. 
Indulgemment ad. avec 
Indulgence, sf. Iranté. 
Indulgent a. qui pardonne. 
Induit, sm. (jt) prrvilège. 
Indûment aa. contre l'ordre. 
Industrie, sf. adresse. 
Industriel, le, a. d'industrie. 
Industrieux, se, a. adroit 
Inébranlable, a. ferme. 
Inébranlablement ad. 
Inédit a. qui n'est pas dit 
Ine£GEd)le, a. inexprimable. 
Ineffliçable, a. qu'on ne peut 



biefflcace, a. sana eflbt 
Inefficacité, sf. 
Inégal, a. pas égaL 
Inégalement ad. 
Inégalité, sf défiiut d'égaUt«. 
Inéligible, a. non éligible. 
Inénarrable, a. qu'on ne pent 

dire. 
Inepte, a. sans aptitude. 
Ineptie, sf. absurdité. 
Inépuisable, a. qu'on ne peot 

épuiser. 
Inerte, a. sans ressort 
Inertie, sf. (été) inaction. 
Ineroéré, a. inattendu. 
Inestimable, a. trés-estimé. 
Inétendu, a. sans étendue. 
Inévitable, a. qu'on ne peut 

éviter. 
Inexact a. (t) pas exact 
Inexcusable, a. non excusable. 
Inexécutable, a. qu'on ne peut 

exécuter. [cution.~| 

Inexécution, sf. déftiut d'exé-J 
Inexorable, a. qu'on ne peut 

fléchir. 
Inexpérience, af. défiiut d'ex- 
périence. 
Inexpérimenté, a. sans eqté* 

rience. 
Inexplicable, a. qu'on ne panfl 
Inexprimable, a. [expliqiMr.J 



INO 

Inexlingaible, a. qui ne s*6toiBt 
paa. [uRer.n 

loraillibilité, «/.qui ne peutj 

Infhillible, a. certain. 

Infailliblement, ad. 

Infaisable, a. (/é) impraticable. 

Infamant, a. dë8b<!boraBt. 

infamation, sf, note d'inftuuie. 

Infâme, a. et s. diffiuné. 

Infamie, sf. flétrissure. 

Infanterie, af. fimtaasins. 

Infanticide, am. tuer un enflmt. 

Infiitigable, a. courageux. 

Inthtigablement, ad. courageu- 
sement. 

lufatuution, sf. prévention. 

Infatuer, v. trop prévenir. 

Infect, a. puant, corrompu. 

Infecter, v. rendre infect. 

Infection, sf. puanteur. 

Inférer, v. conclure do. 

Inférictir, a. et s. qui a un 
maître. 

Iniftrieurement, ad. d'inférieur. 

Infériorité, sf. rang inférieur. 

Infernal, a. d'enfer. ^ 

Infester, V. incommoder. 

Infidèle, a. et s. déloyal. 

Infidélité, af. manque à son 
devoir. 

Infiltration, sf. action de 

Infiltrer, (s') v. passer. 

Infini, a. sans bornes. 

Infiniment, ad. sons bornes. 

Infinité, sf. qualité infinie. 

Infinitif; «m. mode du verbe. 

InflrmatiA a. qui infirme. 

Infirme, a. et s. maTade. 

Infirmer, v. déclarer nul. 

Infirmerie, sf. lieu pour l 
malades. 

Infirmier, s. chef d'infirmerie. 

Infirmité, sf. maladie. 

Infiammable, a. qui peut s'en 
flammer. 

Inflammation, sf. action d'en- 
flammer. 

Infl&mmatoùt!, a. qui s'enflam. 

Inflexible, a. inexorablQ. 

Inflexion, sf. changement. 

Infliger, v. imposer. 

Influence, sf. vertu, pouvoir. 

Influencer, v. avoir influence. 

Influer, v. être cause que. 

Information, s/, enquête. 

Informe, a. mal conformé. 

Informer, v. avertir, prévenir. 

Infortune, sf. malheur. 

Infortune, a. malheureux. 

Infractéur, sm. qui a enfreint 

Infraction, «/.transgression. 

Infructueux, se, a. ^rile. 

Infua, à. donné par la nature. 

Inf\uer, v. fidre tremper. 

InAision, sf. action dinfliser. 

Ingambe, a. dispos, alerte. 

lo^nieur, sm. ofH du génie. 

Ingénieusement, ad, avec adr. 



Ingénieux, a. adroit 

Ingénu, a. noif, simple. 

Ingénuité, tf. naïveté. 

Ingénmnent, ad. naïvement 

Ingérer, (s') v. se mëlor. 

Ingrat, a. et s. sans reconnais- 
sance, stérile. 

Ingratitude, sf. manque de re- 
connaissance. 

Ingrédient, sm. partie d'un mé- 
lange. 

Inhabile, a. incapable.^ 

Inhabitable, a. non habitable. 

Inhabité, a. non habité. 

Inhérence, sf. qui est Joint. 

Inhumain, a. cruel. 

Inhumanité, sf. cruauté. 

Inhumation, sf. action d' 

Inhumer, v. enterrer un mort. 

Inimitable, a. parfait. 

Inimitié, sf. haine. 

Inintelligible, a. obscur, em- 
brouillé, indéchifihible. 

Inique, a. injuste. 

Iniquement, ad. avec ii\|ustice. 

Iniquité, sf. injustice. 

Initial, a. {eï) qui commence. 

Initiative, sf. commencement 

Initié, s. et a. qui est initié. 

Initier, v. admettre, 

ïnj 
in 
In 
In 



INT 



49 



onction, sf. conunandem. 

ure, sf. insulte. 

urier, v. dire des injures. 

urieux, se, a. dilfamant. 
Injuste, a. contraire à la Justice, 
In 
In 



ustement ad. avec injustice, 
ustice, sf. action injuste. 

Inné, a. né avec nous. 

Imiocemment, ad. 

Innocence, sf. état innocent. 

Innocent, a. non coupable. 

Innocenter, v. absoudre. 

Innombrable, a. (n). 

Innovation, sf. action d' 

Innover, v. introduire. 

Inoccupé, a. non occupé. 

Inoculation, sf. action d' 

Inoculer, v. communiquer. 

Inodore, a. sans odeur. 

Inondation, sf. action d' 

Inonder, v. submerger. 

Inopiné^ a. imprévu. 

Inopinément, ad. 

Inoui, V. rare. 

Inquiet, été, a. soucieux. 

Inquiéter, v. troubler. 

Inquiétude, sf. trouble. 

Inquisition, sf. enquête. 

Imatiable, a. qu'on ne peut 
rassasier. 

Inscription, sf. action d' 

Inscrire, v. écrire. 

Insecte, «m. petit animal. 

Insensible, a. et s. pas sensible, 

Insentiblement, ad. peu à peu. 

Inséparable, a. non separable. 

Inséparablement, ad. 

Insérer, v. mettre parmi. 



Insertion, sf. action d'imérar. 

Insidieux, se, a. trompeiur. 

Insigne, a. signalé. 

Insignifiance, «/..sans caroctère 
propre. 

Insignifiant, a. insipide. 

Insinuer,'», introduire. 

Insipide, a. sans goiït 

Insister, v. faire instance. 

Insociablo, a. snnvnge. " 

Insolence, sf. efiVonterie. ' 

Insolent, a. et s. eSronté. 

Insoluble, a. non soluble. 

Insolvable, a. qui ne peut 
payer. 

Insomnie, sf. privation de som- 
meil. 

Insouciance, sf. état de 1' 

Insouciant^ a. et s. indifférent. 

Insouk-uablo, a. non soutonab. 

Inspecter, v. surveiller. 

Inspecteur, «m. qui inspecte. 

Inspection, sf. surveillance. 

Inspiration, sf. conseil. 

Incpirer, ». respirer, suggérer. 

Instabilité, sf. non stable. 

Installation, sf. action d' 

Installer, v. mettre en place. 

Instamment,, ad. avec 

Instance, sf. sollicitstion. 

Instant, a. pressant, moment 

Instar, ad. a la manière de. 

Instigateur, trice, «. action d* 

Instigation, sf. suggestion. 

Instiguer, v. exciter ù. 

Instinct, %m. sentiment 

Instituer, v. établir. 

Institut sm. règle : académie. 

Instituteur, trico,«. qui enseigne. 

Institution, sf. chose établie 
pensée. 

îustructif, ve, a. qui instruit 

Instruction, sf. conseil. 

Instruire, v. enseigner. 

Instrument sm. outil. - 

Instnunental, a. d'instrument 

Insu, ad. sans qu'on le sache. 

Insubordination, sf. révolte. 

Insuflisanco, sf. manque. 

Insufilaant a. qui ne suffit pas. 

Instdaire, a. habitant d'une 
île. 

Insultant, a, qui ireulto. 

Insulte, af. injure. 

Insulter, V. attaquer. 

Insupportable, a. désagréable. 

Insurger, v. révolter. 

Insurmontable, a. difficile. 

Insurrection, sf, soulèvement 

Intact, a. entier. ^ 

Intarissable, a. inépuisable. 

Intégral, a. partie finie. 

Intégralité, sf. chose entière 

Intégrant a. (partie). 

Intégrité, sf. probité. 

Intellect sm. entendement 

Intellectuel, le, a. spirituel. 

Intelligemment, ad. avec 



50 



INT 



Intelligenoe, «/. peroeption. 
Intelligent, a. qm comprend. 
Intelligible, a. qu'on comprend. 
Intelligiblement, ad, m. a. 
Intempérance, «/. débauche. 
Intempérant, sm. déréglé. 
Intempérie, »/. dérég^ment. 
Intempestil, ve, a. & contre- 

temjpa. 
Intendance, «/« administration. Intolérable, a. non tolér^Ie. 



llfV 

bitencertir, «. changer Perdre. 
Intestin, a. interne ; «m. b<>yau. 
Inteatlnid, a. des inteatini'. 
Intime, a. et a. anU. 
Intimement, ad. avec intimité. 
Intimer, v. aignifler. 
Intiniider, v. épouvanter. 
Intimité, »fi liaison intime. 
Intituler, v. donner un titre. 



Intendant, a. administrateur. 

Intense, a. grand; fort 

Intension, </. force, véhémence. 

Intensité, af, degré de forco. 

Intenter, v. chercher querelle. 

Intention, af. volonté, pensée. 

Intercalaire, a. ajouté. 

Intercalation, af. addition. 

Intercaler, v. iiûérer. 

Intercéder, v. prier. 

Intercepter, v. ouvrir par sur- 
prise. 

Intercesseur, am. qui intercède. 

Intercession, af. act d'intero. 

Interdiction, af. action d' 

Interdire, v. prohiber. 

Interdit, am. censure. 

Intéressant, a, qui intéresse. 

Intéresser, r. prendre intérêt 

Intérêt, am. ce qui importo. 

Intérieur, a. et am. au dedans. 

Intérieurement, ad. au dedans. 

Intérim, am. (im) entre^empa. 

Interiection, af. t de gram. 

Intenetor, (appel), v. en ap- 
peler. 

Interligne, am. entre ligne. 

Interligner, v. espacer. 

Interlocuteur, am. personnage. 

Interloquer, v. onlonner, em- 
bjurasser. 

Intermédiaire, a. entre. 

Interminable, a. sans fin. 

Intermittence, af. par période. 

Intermittent, a. qui cesse et 
reprend. 

Interne, a. au dedans. 

InteipeUation, af. action d' 

Interpeller, v. sommer. 

Interposer, v. mettre entre. 

Interprétatif, ve, a. qui inter- 
prète. 

Ihterprétatton, af. explication. 

Interprète, a. qui explique. 

Interpréter, o. expliquer, trar 
dulre. 

Interrégne, am. intervalle. 

Siterrogant, a. (r). d' 

Interrogation, </. question. . 

Interrogatoire, am. d* 

Liteiroger, «. questionner. 

Interrompreii v. foire cesseï; 

biterropuon, af. cessation. 

Intersection, af. rencontre. 

Intervalle, Ml. distance. 

Interranir, «. s'intéresser. 

Interveotiaa, af. action d'inter- 
Tenir, 



Intolérance, af. défout de io- 

lérance. 
Intolérant, a. qui a ce défont 
Intolérnntisme,«iiusystème dln- 

toléranoe. 
intonation, af. manière veor 

tonner. 
Intraitable, a. difficile. 
Intronsiti^ a. marque une aict. 

qui ne passe pas aU si^et 
Intrépide, a. courageux. 
Intrépidité, af. fermeté. 
Intrigant, a. et a. qui se mêle 

d'intrigues. 
Intrigue, af. cabale. 
Intriguer, v. embarrasser. 
Intrinsèque, a. de soi; intér. 
Introductei^, trice, a. 
Introduction, af. préfoce. 
Introduire, o. donner entrée. 
Intro'it, am. comm. de la messe. 
Intronisation, af. action d' 
Introniser, v. installer. 
Introuvable, a. rare. 
Intrus, a. usurpateur. 
Inusité, a. qui n'est pas dHisage. 
Inutile, a. qui ne sert & rien. 
Inutilité, af. non utilité. 
Invalide, a. soldat estropié. 
Invididité, «/. 
Invariable, a. fixe. 
Invasion, af. irruption. 
Invective, af. censure. 
Invectiver, v. dire des invecttv. 
Inventaire, «m. examen. 
Inventer, «. toouver. 
Invention, af. découverte. 
Inventorier, v. faire l'inven- 
taire. 
Inverse, o. à contretens. 
Inversion, af. transposition. 
Investir, v. installer, environ. 
Investiture, af. instailatibn. 
Invétérer, v. s'enraciner. 
Invincible, o. qu'on ne peot 

vaincre. 
Invinciblement, <uL m. s. 
Inviolable, a. qu'on ne peut 

violer. * 

Inviolablementi ad. 
Invisible, a. qu'on ne voit pas. 
Invisiblement, ad. 
Invitation, tf. action d'inviter, 
bivlter, V. piler ; exciter. 
Invocation, af. action dlnvoq. 
Invok»taire, o. sans v(d<»tié. 
Involontairement, ad. 
Invoquer, v. prier» appeler* 



ITA 

Invraisemblable, a. pai vnd» 
semblable. 

Invraisemblance, af. 

InvUhiérabUité, «/Tétat 

Invulnérable, a. qu'on ne peut 
blesser. 

Ionique, a. ordre d'archit 

Iota, am. 9e let de l'alph. grec 

Ipso-focto, ioe. ad. par le fUt 

Irascible, a. qui exate ; coIérlr~| 

Ire, af. colère, v. [que.J 

Iris, am. («) aro-en-ciel. 

Ironie, af. raillerie fine. 

Ironique, a. d'bx>nie. 

Ironiquement, ad. avec ironie. 

Irraisonnable, a. sans raison. 

Irréconciliable, a. vindicatif. 

Irréconciliablement, ad. ma. 

Irrécusable, a. qu'on ne peut 
rejeter. [rédmre."] 

Irréductible, a, qu'on ne peutj 

Iiréflédii, o. étourdi. 

Irréformable, a. sans réibime. 

Irréflngable, a. irrécusable.^ 

IrrégiOarité,- af. manque de 
formes. 

Irrégulier, o. non régulier. 

Irreligieux, se, a. impie. 

Irreligion, af. impiété. 

Irrémédiable, a. sans remède. 

Irrémisrible, a, sans rémisdon. 

Irrémissiblement, ad. 

Irréparable, o. qu'on ne peut 
réparer. 

Irrépréhensible, a, sans repro- 
che. [che.l 

Irréprochable, a. sans repro-J 

IrrésistiUe, o. non résistible. 

Irrésolu, a. indécis, [volonté.'! 

Irrésolution, 4/1 manque dej 

Iirèvéremmont ad. iran) avec 

Irrévérence, af. manque de re- 
spect 

IiTévérsnt, a. sans respect. 

Irrévocabilité, af. état de ce qui 
est 

Irrévocable, a. qu'on ne peut 
changer. [rigoles.! 

Irrigation, af. arroeem. parj 

Irritabilité, af. état 

Irritable, a, qui provoque. 

Irritation, af. état brité. 

Irriter, «. exdter, provoquer. 

Irruption, af. invasion des en- 
nemis. 

blamiame, «m. mahométisme. 

Isocèle, a. triangle à deuxcAtes 
égaux. 

Isolé, a. solitaire, séparé. 

Isolement, am. état bolé. 

Isolement, ad. séparation. 

Isoler, V. séparer de tout 

Israélite, «.JttUl 

Issu, 0. deaoenda, origimdie. 

Issue, af. sortie, jlg. 

Isthme, «m. langue de terre. 

Italique, o. et «m. caractère) 
cooohè. (Imprim.) 



0. pas mJh 

Cétat 

u'on ne peot 

l'archit. 
ï l'alph. grec 

te;coléri-'i 
, , Cq«e. J 

i-clel. 

tflne. 

ie. 

avec ironie. 

ans raison. 

vindicatif. 

ai, ad. ma. 

l'on ne peut 
[réduire."] 

l'on ne peutj 

ndi. 

ui8réfi>nne. 

ëcusable.'* 

manque de 

régulier. 

impie. 

létë. 

ans remède. 

08 rémission. 

ad. 

l'on ne peut 

1. sans repro- 

[che.î 
sans repro-J 
i résiatible. 
\. [r<donté.'1 
manque dej 
(. (roN) aveo 
umque de re- 

re(q)ect. 
&tatdeoequi 

l'on ne peut 
[rigoles.'] 
rosem. parj 
u 

OToque. 
irrité. 
)roToqner. 
lalon des en* 

ihométiame. 
àdeuxcAtes 

léparé. 
ibolê. 
iration. 
le tout 

originalra. 

T- 

idetene. 
N. canotera» 
n.) 



JAV 

Item, ad. (èm) de plus. 
Itinéraire, a. et sm, de chemin. 
Ivoire, af. deût d'éléphant. 



J. «m. (ji ou je) lOe lettre de 

l'dlphabot. 
JA, ad. déjà. v. 
Jabot, «m. ornement 
Jachère, af. terre en repos. 
Jactance, af. vanterie. 
Jaculatoire, a. (oraison.) 
Jadis, ad. (s) autrefois. 
Jaillir, V. s'élancer. 
Jaillissant, a. qui Jaillit 
Jaillissement, stn. action de 
Joie, aj. grande Jatte. 
Jalon, am. b&ton. 
Jalonner, v. mettre des jalons. 
Jalouser, v. avoir de la 
JaIou<)ie, af. chagrin, envie. 
Jaloux, se, a. et a. qui jalouse. 
Jamais, ad. en aucun temps. 
Jambage, am. ligne droite. 
Jambe, af. du genou au pied. 
Jambon, ani. cuisse ou épaule 

do porc. 
Janlsstdre, am. soldat turc. 
Jante, af. partie d'une roua. 
Janvier, am. 1er mois de l'an. 
J^per, V. crier. 
Jaquemart am. mnrteàn. 
Jaquette, af, habillement 
Janlin, am. lieu pour cultiver 

des fleurs, etc. 
Jardinage, ,sm'. art de 
Jardiner, v. travailler le Jardin. 
Jardinet am. petit jardin. 
Jardinier, a. cultivateur. 
Jargon, am. mauvais langage. 
Jargonner, v. parler Jargou. 
Jarret, am. pli de la Jambe. 
Jarretière, af. lien. 
Jars, am. m&le de l'oie. 
Jaaei', v. babiller; causer. 
Jaserie, af. babil ; caquet /<>• 
Jaseur, euse, a. causeur. 
Jasmin, am. plante. 
Jaspe, am. sorte d'agate. 
Jasper, v. bigarrer. 
Jaspure, af. action de Jasper.- 
Jatte, af. vase rond. 
Jauge, af. contenance. 
Jauger, v. mesurer. 
Jaunfttre, a. presque Jaune. 
Jaune, a. et am. couleur d'or. 
Jaunir, r. rendre Jaune. ' 
Jaunisse, af. sorte de maladie. 
Javeler, v. mettre en Javelles. 



JOV 

Ivraie, af. mauvaise ^erbe. 
(vrc, 0. troublé par le vin. 
Ivi'u^, af. ivrognerie. 

J. 

Javeline, af. dard long. 

Javelle, af. poignée de biè.ecié. 

Javelot, am. sorte de dard. 

Je,pro.pera. Ire personne s. 

Jénovah. «m. nom de Dieu. 

Jérémiade, af. plainte. 

Jésuite, am. religieux. 

Jésuitique, a. de Jésuite. 

Jet am. action de Jeter. 

Jet d'eau, sm. eau qui Jaillit 

Jetée, af. digue de pierres. 

Jeter, v. lancer, produire. 

Jeton, am. pièce pour compter. 

Jeu, sm. récréation. . 

Jeudi, am. 5e Jour de la se- 
maine. 

Jeun, (à), ad. sans avoir mangé. 

Jeune, a. et a. peu &gé. 

Jeûne, am. abstinence. 

Jeûner, v. &ire abstinence. 

Jeimesse, af. ftge. 

Jeûneur, euses, a. qui Jeûne. 

Joaillier, a. ouvrier en Joyaux. 

Jocko, am. grand singe. 

Joie, af. plaisir. 

Joindre, h. approcher. 

Joint am. articulation. 

Jointure, af. Joint du oorpa. 

Joli, a. qui plaît à l'œil. 

Joliment ad. avec beauté. 

Jonc, am. O'on) plante ; canne. 

Joncher, v. parsemer, couvrir. 

Jonction, af action de Joindre. 

Jonglerie, af. charlatanerie. 

Joue, af. partie du visage. 

Jouer, V. divertir, s'amuser. 

Jouet am. qui sert A amuser. 

Joug, «ffl. siyètlon; bois pour 
atteler. 

Jouir, V. posséder. 

Jouissance^ af. action de Jouir. 

Jo^ou,^». Jouet 

Jour, am. clarté ; 34 heures. 

Journal, am. relation quotid. 

Joiuualier, ère, a. de chaque 
Jour. [Journal. 

Journaliste, am. qui fhit un^ 

Journée, tf. durée d'une Jour. 

Journellement ad. tous les 
Jours. 

Joute, af. sorte de diverUseem. 

Jouter, V. lutter. 

Jouvenceau, am. adolescent 

Jovial, a. aanspl. m. gai. 



«US 

Ivrogne, «v et a. buveur. 
Ivrogner, v. s'enivrer. 
Ivrognerie, tf. action de. 



51 



Joyau, am. bQon. 
Joyeusement ad. gsl nent 
Joyeux, se, a. qui ett ^. 
Jubé, am. tribune d'( ;lise. 
Jubilation, af. réJouV janoe. 
Jubilé, am. indulgc.ce. 
Juda. m. petite ov /erture. 
Judaiser, v. vivid en Juifl 
Judaïsme, am. état de Jui£ 
Judas, am. traître. 
Judicature, af. état de Juge. 
Judiciaire, a. fttit en Justice. 
Judiciairement ad. oe justioe. 
Judicieusement ad. avec sai 



] 



Judicieux, se, a. sage. 
Juge, am. magistrat arbitre. 
Jugement am. sentence. 
Juger, V. rendre la Justice. 
Juif, am. et a. Hébreu. 
Juillet 7e mois de Vannée. 
Juin, am. 6e mois de l'année. 
Juiverie, af. quartier des Juift. 
Jujube, sm. Jruit du JiQubier. 
Jumeau, melle, pi. eaux, né 

avec 
Jument af. femelle du cheviL 
Jupe, af. vêtement de femme. 
Jupon, «m. Jupe de dessous. 
Juré, am, offlâer Jury. 
Jurement «"i* serment 
Jiu^r, V. affirmer; ratifier. 
Jureur, am. qui Jure. 
Juri ou Jury, «m. oommisaion. 
Juridiction, af, pouvoir, n»- 

sort 

Juridique, a. de droit 
Juridiquement ad. 
Jurisconsulte, m. docteur da 

droit 
Jorispradenca, af. sdenoe du 

droit 

Jus, am. suc «cprimé, ad. 
Jusque, prip. de lieu. 
Justaucorps, am. vètem^it 
Juste, a. équitable, exact 
Justement ad. avec justice. 
Justesse, af. précisiop. 
Justice, «m. vertu morale. 
Justiciable, a. soumis. 
Justicier, «.rendre Justice. 
Justicier, a. et a. qui rend 

Justice. 
Justifier, v; prouver llnnoceMe^ 



52 



liAM 






liBG 



K. «m. (jM ou lii) lie lettre. 
Kan, sm. commandant tartare. 
Kanguroo, am. quadrupède. 
KennéD, «m. («) excr. du chêne. 



L, sm. (ile) et m. </e) 12e lettre 
de l'ulphàbot. 

La, art. atpron. rel.fim, 

lA^ ad. démonstration de lieu. 

La la, ad. tout beau. 

Laborum, am. (om) étendard. 

Labeur, sm. travail. 

Labial, a. des liWrea. 

Labié, a. découpé on lèvres. 

Laboratoirts sm. cabinet. 

Laboriouaomcnt, ad. pénible- 
ment. 

Laborieux, se, a. Taillant. 

Laboiu-, am. façon donnée. 

I<;U)oarHble, a. de 

Labourage, am. art de 

Labourer, r. remuer la terre. 

I<aboiu«ur, am. qui lalxnire. 

Labyrinthe, «m. embarras. 

Lac, am. grand omaa d'eau. 

Lacer, v. serrer. 

Lactation, sf. action do 

Lacérer, v. déchirer, pal. 

Lftcet, am. cordon ferré. 

Lâche, a. et ». non tendu; 
poltron. 

Lttcliemcnt, od. mollement. 

Lficher, v. dimhiuer. 

Lfiohcté, af. pottronnerie. 

Laco(iique, a. concis. 

Lacottinne, am. façon brève. 

Lacrymal, a. des larmes. 

Laçais, am. (la) piège. 

laaeiuie, sf. espuce vide. 

Iifidre, esae, a. et a. lépreux. 

Ladrerie, af. lèpre ; avarice. 

Laïo^ a. fll am, V. laïque. ' 

Laid, a. désagréable a voir. 

Laideur, af. dèihut de beauté. 

Lainage, am. de laine. 

Laitue, af. poil de mouton. 

Liuner, v. donner le lainage. 

Laïquéj a. et s. séculier. 

laUsno, sf. corde ; cordon. 

Laii»ser, v. quitter ; céder. 

.liait, am. liqueur des mamelles. 

Laitige, ^m. alimeot flEiit de lait. 

Laiteux, se, a. qui a un suc 

Ijaitiére, af. marchande de lait. 

Laiton, am. cuivre Jaune. 

Laitue, sf. plante potagère. 

Lambeau, am. pièce déchirée. 

Lambin, a. et a. qui lambine. 

Lambiner, v. agir lentement. 

Lambourde, sf. pièce de bois. 

Vksabria, «m, revêtement. 



K. 

Kilo, am. mille unités. 
Kilogramme, «m. 1000 gramm. 
Kirsch-Waaser, am, {hiraehe) 
eau-do>vie de cerises sauvag. 

L. 



Koran, am. V. Alooran. 
Kyrielle, af. litanie de choses 
ennuyeuses. 



Lambrissage, «m. action de 
Lambrisser, v. couvrir. 
Lame, af. table mince. 
Lamentable, a, déplorable. ' 
Lamentation, af. cris plaintif^ 
Lamenter, v. déplorer. 
Laminer, r. réduire en lame. 
Lrfuninoir, avu outil. 
Lampe, af. voae à huile. 
Luinploii, am. lampe pour il< 

luminor. 
Lance, */. arme à long bois. 
Lancer, v. Jeter avec (orce. 
Lancette, af. instrument. 
Lancier, am. cavalier. 
Lande, af. terre inculte. 
LangM|;e, am. idiome ; style. 
Lange, am. morceau d'étoffe. 
Langoureux, se^ a. de lan-lLaui 

gueur. 
Langue, af. organe, langage 
Languette, af. petite pièce. 
Langueur, af. abattement. 
Languir, v. souflMr. 
Languiasamment, ad. avec lan- 
gueur. 
Lanière, af. courroie. 
Lanterne, af. ustcns., tourelle. 
Lanterner, v. importuner. 
Lontiponnor, «. dire des liens. 
Laper, «. manière de boire du 

chien. 
Lapereau, «m. Jeune lapin. 
La|>idaire, am. marchand de 

pierres précieuses. 
Lapidation, af. action de 
Lapider, v. tuer ù coupa de 

pierres. 
Lapih; sm. quadrupède. 
Laps, am, («) temps, a. 
Laquais, am,. valet à pied. 
Larcin, am. action de dérober. 
Lard, an. graisse de porc 
Larder, v. mettre des lardcms. 
Lardaire, sf. ustensile pour 

larder. 
Lardon, am. morceau de lord, 
Large, a. non étroit 
Largesse, af. libéhdité. 
Lai^ur, af. étendue. 
Larme, af. eau sort do PœiL 
Larm'er, am. saillie, arch. 
Larmoiement, am. pleurs. 
Larmoyant, a. qui pleure. 
Larmoyer, v. pleurer. » 
liOrron, nesse, a. qui rôle. 



IdJis, se, a, lassé ; importuné. 
Lascif, ve, a, imjpur. 
Lasser, v. aflhibur; ennuyer. 
Lassitude, af. fotigue. 
Latent, a. caché. 
Latéral, a. qui app. au cftté. 
Latéralement oJd, de côté. 
Latin, du Latium, am. longue. 
Latiniser, v. mettra en latm. 
Latinisme, am. locut latine. 
Latiniste, a. qui sait le latin. 
Latinité, af. langage latin. 
Latitude, af. distance de Té- 

quateur. 
Latrie, af. culte de Dieu seul. 
Latrines, af. vl. lieux d'aimuco. 
Latte, af. bois long et étroit 
Latter, «.garnir de lattes. 
Laudes, af, pi, otttee, 
LauMst, a. et am, couronné. 
Laurier, am. arbre, symbole. 
Lavabo, am. linge d'aateL 
Lavandière, af. blanchisseuse. 
Lave, af. matière volcanique. 
Lavement, am. dystére. 
Laver, v. nettoyer* 
Lavis, am, action de laver un 

dessin. , 
Lavoi^ am. Qeu où on lave. 
Layetier, am. ouvr. en caisses. 
Layette, af. cofB«t; tiroir. 
Lazaret, am. lieu de quanm- 

taine. 
I#, La, Les, art. et pron. 
Lé, am, largeur d'étoflb. 
Lécher, v. passer la langue. 
Leçon, af. instruction. 
Lecteur, trice, a. qui Ut 
Lecture, af. action de lire. 
Légal, a, selon la loi. 
Légalement, ad, d'une manière 

légale. 
Légalisation» af. action ûf) 
Légaliser, v, rendre authentiq. 
Légat, am. envoyé du pape. 
Légatidre, a. qui reçoit im legs. 
LégaUoii, 4f, charge de légat 
Légende, tf. vie des saints. 
Léger, a. qui pèse peu. 
Légèremmt, ad. avec légèreté. 
Légèreté, af. être léger. 
Légion, af, corps miUtaire. 
Légkmnadre, «m. soldat 
Légishiteun trice, a, aut del 
Législatif, ^ a. de [lois. J 
LègisIfitliMi, af. gouveinement. 



,^^w!^Bç 



on. 

de ohOMS 



portuné. 
ennuyer. 

9. 

BU cAté. 
9 côté, 
m. langue, 
en latin. 
L latine, 
le latin. 
) latin, 
ace de Vé- 

Dieu seul. 
X d^aisauco. 
et étroit, 
lattes. 

Duronné. 

symbole. 

L*anteL 

ncbiaseusc. 

olcanique. 

tére. 

le laver un 

on lave, 
encaisses, 
tiroir, 
de quaran- 

proHt 



langue. 
>n. 

Ut. 
le lire, 
i. 
ne manière 

[onde 
authentiq. 
lupape. 
oit un legs, 
de légat, 
saints, 
eu. 

ic légèreté, 
ger. 
itaire. 
dat 
aut. del 
[lois-J 
einement. 



lilB 

Lé^laturo, «/. corps Iégifllati£ 

Légiste, «m. Jurisconsulte. 

Légitime, a. légal, éouitable. 

Légitimer, v. rendre légitime. 

Légitimité, «/.quaUté. 

Legs, sm. don. 

Léguer, r. donner, assurer. 

Légume, sm. hetbe potagère. 

Legumlnenx, so, a. de légume. 

Lendemain, am. le Jour d'après. 

Lent, a, tonlif, sans vitesse. 

Lente, af. œuf de pou. 

Lentement, ad. avec 

Lenteur, af. manq. d'activité. 

Lentille, sf. légume. 

Léopard, am. quadrupède. 

Lèpre, af. maladie. 

Tjépreux, se, a. qui a la lôpre. 

Léproserie, af. lieu destine aux 
lépreux. 

Lequel, laqtlolle, pron. reL 

Lea, art, eipron. 

Lèse, dérive du v. léser. 

Léser, v. faire tort. 

Lésine, af. épargne sordide. 

Lésinei^v. user de lésine. 

Lésinerie, af. acte de lésine. 

Lésion, af. tort, dommage. 

Lessive, af. eau de cendre. 

Lessiver, v. faire la lessive. 

Lest, «m. poids auf. du navire. 

Lestage, «m. action de lester. 

Leste, a. léger. 

Léthargie, af. assoupissement. 

Léthargique, a. inanimé. 

Lettre, af. figure, écrit 

Leur, pron. para. 

Levain, am. ferment. 

Levée, af. action de lever. 

Lever, v, hausser ; dresser. * 

Levier, am. bflton, barre. 

Levis, (pont-) sot. qui se lève. 

Lévite, am. prêtre Juif. 

Levraut, «m. Jeune lièvre. 

Lèvre, tf. partie de la boudie. 

Lévrier, am. chien. 

Levure, af. ferment. 

Lézard, am. reptile. 

Lézardé, a. (mur) crevassé. 

Liaison, af. union ; ce qui lie. 

Liard, am. petite monnaie. 

Liasse,'*/, papiers liés. 

Libatiob, af. effiuiion. 

Libelle, 'am. écrit injurieux. 

Lil)éra, am. i. (é), prière pour 
les morts. 

Libéral, a, qui aime à donner. 

Libéralité, af. largesse. 

Libérer, v, se dèdiarger. 

Liberté, af. pouvoir d'agir. 

Libertin, a. et s. déréglé. 

Libertiiuge, «OT; débaudie. 

Libertiner, v. être dissipé. 

Ubraire, rai. marchand de 
livres. 

Librairie, af. magasin de li- 
vres. 
Libre, 0. indépendant. 



a 



a 



Librement, ad. avec liberté. 

Lice, «/.lien pour les combats. 

Licence, af. permission, liberté 
trop grande. [études."] 

Licencié, am. qui a tbit sosj 

Licenciement, am. action de 

Licencier, v. congédier. 

Licencieux, se, a. déréglé. 

LicitaUon, af. action de licitor. 

Licite, a. permis par la loi. 

Licitement, ad. aveojpermiss. 

Liciter, V. vendre à l^ncan. 

Licou, am. lien i la tète d'un 
cheval. [pris. 

Lie, af. dépôt, terme de mé' 

Liège, am. arbre, son écorce. 

Lien, am, ce qui lie. 

Lier, V. serrer. 

Lieu, am. espace ; endroit. 

Lieue, af. mesure itinéraire. 

Lieutenant, am. qui remplace. 

Lièvre, -am. quadrupède. 

Ligament, am. lien. , 

Ligature, af. bandes. 

Ligne, af. trait simple. 

Ligue, af. union d'états ; cabale. 

Liguer, V. coaliser. 

Ligueur, euse,' a. fiustieux. 

Lilas, am, arbre ; couleur. . 

Limace, «/.machine, m. aol 
lusques. [ques. 

Limas, Limaçon, am. mollus-. 

Limaille, af, ce qu'ôte la lime! 

Limbe, am, boni ; séjour. 

Lime, af, citron; outil pour 

Limer, v. polir avec lalime. 

Limite, af, borne. 

Limiter, v, borner. 

Limitrophe, a, voisin. 

Limon, am. boue. 

Limonade, af. boisson. 

Limonadier, ère, s. marcbabd 
de limonade. 

Limpide, a. dair; net (fiâti). 

Lin, sm. plante, |es filaments. 

Linceul, am. drap. 

Linéfdro, a. de lignes. 

Linéament, am. trait du visage. 

Linge, am. toile. 

Linger. v. marchand de Unjse.* 

Lingerie, af, lieu où est le linge, 

Lingot, am, métal en masse. 

Liniment, am. topique onc- 
tueux. 

Linon, am, toile fine. 

Linot, te, a, oiseau de volière. 

Linteau, sm. dessus de fenêtre. 

Lion, ne, a, quadrupède. 

Liqué&ction, af. (ké) action de 

Liquéfier, v, rendie liquide.' 

Liqueur, af, subst liquide. 

Liquidation, af, acquit. 

Liquide, a. et am. qui coide. 

Liquider, v. rendre clair, payer. 

Liquoreux, se, a. (vin) qui par- 
ticipe de la liqueur. ■ 

Lire, V. parcourir des yeux ce 
qui est écrit. 



liON 



53 



Liseur, euse, a. qui lit 
Lisible, a. flicile a lire. 
Lisiblement, tuf. d'une manUie 

lisiblp. 
Lisière, af. bord d'étoflb. 
Lisse, a. uni et poli. 
Lisser, v. rendre lisse. 
Liste, af. catalogue de noms. 
Listel, am. bande, arch. 
Lit '">• meuble pour coucher, 
liitanie, af. prières. 
Litharge, af. oxide de plomb. 
Lithographe, a. dessinateur sur 

pierre. 
Lithographie, af. sorte d'imp. 
Lithographior, v. dessiner sur 

pierre, imp. par décalque. 
Litière, af. chfliso couverte. 
Litigeant, a. qui plaide. 
Litige, af. procès. 
Litigieux, se, a. qui peut sel 
Litre, «m. mesure, [contester. J 
Litron, am. mesure. 
Littéraire, a, des belles lettfes. 
Littéral, a. selon la lettre. 
Littéralement ad. à la lettre. 
Littérateur, tm. savant 
Littërative, af. belles lettres. 
Littoral, a. de rivage. 
Liturgie, af. ordre ecclès. 
Livide, a. (peau) plombée. 
Livraison, af. action de livrer. 
Livre, am. volume, registre. 
Livrée, af. habits des valets. 
Livrer, v. donner, abandonner. 
Livret am. petit livre. 
Local, a. du Ueu. 
Localité, tif. cinxmstonoe locale. 
Locataire, a. qui tient à louage. 
Locatif; ve, a. qui regarde le 

locataire. 
Location, af. à louage. 
Loch, am. (lok) instrum.pour 

mesurer la vitesse. 
Locution, af. ftiçon de parler. 
Logarithme, am. aor. de caleuL 
Loge, af. petite hutte, réduit - 
Lc^able, a, où l'on peut loger. 
L<^meut am. lieu où on loge. 
Loger, V. habiter. 
L(^tte, af, petite loge. 
Logeiv, euse, s. qui loge. 
Ix^cien, am, qui sait la logique. 
Logique, af. art de raisonner. 
L^quement, ad. selon la kh 

gique. 
Logis, am. habitation, maiekOB. 
Logogriphe, sm. énigme. 
Loi, af. règle, autorité. 
Loin, ad. et pr^. de lieu. 
Lointain, a, et am, qui est loin. 
Loisible, a. permis. 
Loisir, am. temps disponible. 
Lombes, am. pi. partie infér. 

du dos. 
Long, uo, a. et am. {Ion) étendu. 
Lon^mimité,' s/.cicmence. 
Longe, af. lanière de cuir. 



m 



■:*^- 



54 



MAG 



langer, V. nUer lo long do. 

Longévité, «/. longiio vie. 

Longimétrio, »f. Hrt de mesu- 
rer Io8 longueurs. 

Longitude, «/. distance d'un 
lieu nu premier méridien. 

Longtemps, ad. espace. 

Iiongiiement, ad. longtemps. 

Louguçiu-, «/. étendue, durée. 

LooL-li, «m. potion pectorale. 

Loquacité, «/. hfibii. 

Loque, êf. pièce, lambeau. 

Lo<iuei, èm, sorte de fermeture. 

Loqueteau, am. petit loquet. 

Lorgner, v. regarder de côté. 

Loi-gnette, s/, petite lunette. 

Lorgnour, euse, a. qui lorgne. 

Loriot, «m. sorte de passereau ; 
baquet 

Lors, ad. alors. 

Losange, af. figure à 4 côtés. 

Lot, am. portion. 

Loterie, af. espèce de banquet 

Loto, am. espèce de loterie. 

Louable, a. digne de louange. 

Louange, af. éloge. 

Louanger, v. flatter. 

Louche^ a. qui a la vue de trar 
vers. [vers."] 

Loucher, v. regarder de trarj 

Louer, v. flatter. , 



MAI 

Loueur, euse, «. qui loue. 
Louis, am. monnaie d'or. 
Loup, «m. quadrupède. 
Loup cervler, «m. V. Lynx. 
Loupe, af. tumeur. 
Loup-garou, am. sorclor. 
Lourd, a. pesant. 
Lourdaud, a. grossier. 
Lourdcrie, af. foute grossière. 
Loutre, af, quadrupède. 
Louve, af, femelle du loup. 
Louveteau, am, petit loup. 
Louvoyer, v. aller çà et Idu 
liouvro, am, palais. 
Loyal, a, suivant la loyauté. 
Ijoyalement, ad, avec loyauté. 
Loyauté, af. fidélité, probité. 
Loyer, am. prix du louage. 
Lucarne, af. fenêtre sur le t<rft. 
Lucide, a. (moment) de raison. 
Lucifbn »m, (^) chef de'? 

démons. 
Lucratif, ve, a. qui profite. 
Lucre, am. gain, profit. 
Lueur, af. ibible clarté. 
Lugubre, a. l\uièbre. 
Lui, Tpnm, ds /a 3« peraffKiit, 
Luire, V. édaiKr, briller. 
Luisant, a. qui luit. 
Lumière, af. ce qui éclaire. 
Lumignon, «m. bout de mècle. 



\ 

icne 



MAI/ 

Luminaire, «m. derget. 
Lumineux, se, a. de lumière. 
Lunaire, a. de la lune. 
Lunaison, af. cours de la luno. 
Lunatique, a, capricieux. 
Lundi, am. Séjour de la sem. 
Lune, af, satellite de la terre. 
Lunette, af. vtirre pour la vue. 
Luron, », bon vivant,/!.. 
Lustrale, a, t. (eau) pour pu> 

rlfler. 
Lustration, af. act. de purifier. 
Lustre, am, éclat, girandole. 
Lustrer, r. donner de l'éclat. 
Lut, am, enduit pour boucher. 
Luter, V. mettre du lut. 
Luthéranisme, am. hérésie. 
Luthérien, a, hérétique. 
Lutin, am. démon, têtu. 
Lutrin, am. pupitre d'église. 
Lutte, af. comoat 
Lutter, V. combattre. 
Luxation, af. déboîtement. 
Luxe, am. somptuosité. 
Luxer, v. déboîter un os. 
Luxure, af. incontinence. 
Luxurieux, se, a. lascif. 
Luzerne, af. herbe. 
Lycée, am, académie. 
Lynx, »m, quadrupède. 
Lyre, af, inst. de musique. 



M, «m. 13e lettre de l'alphabet 
Ma, a. poa, fa. de Mon. 
Macaron, am. pâtisserie. 
Macaroni, am. jiftte. 
Macération, af. action de 
Macérer, r. mortifier. 
Mâche, af. herbe potagère. 
MAdiffel*, am, scorie du fer. 
Machelière, a, et af, (dent). 
Mâcher, v. écraser. 
Machiavélisme, am. finesse. 
Machinal, a, jiatureL / 
Machinalement, ad, ma. 
Machine, af, instrument. 
Machiner, v. comploter. 
Mâchoire, af. os où sont les 

dents. [noir.n 

Blâchurer, v, barbouiller dej 
Maçon, am, qui maçonne. 
Maçonner, v, bâtir. 
Maçonnerie, af. bâtisse. 
Maculature, af. fbuiile maculée, 

mal tirée. 
Maculer, v. tacher. 
Madame, af. titre des femmes. 
Mademoiselle, af. titre des filles, 
Madré, a. tacheté, et a. rusé. 
Madrier, am. ais fort épais. 
Magasin, am. réunion de mar- 
- chandises. 

Magasinier, am. garde-magadn, 
Mage, am, savant; Juge. 



Magicien, am. qui professe WÊ Mailloohe, af. gros maillet 
Magie, af. illusion. [magieTj Maillot, am, enveloppe, 
Magique, a, de la maae. 



Magister, am, {ir) maître. 
Magistral, a. de maître. 
Magistralement, ad. 
Magistrat, am, officier. 
Magistrature, af, charge. 
Magnanime, a, grand d'âme. 
Magnanimement, ad, avec 
Magnanimité, af, grandeur 

d'âme. 
Magnésie, af, sorte de terre. 
Magnétique, a. de l'aimant 
Magnétiser, v. donner du ma- 

gnétinne. 
Magnifleeiioe, af, somptuosité. 
Mt^nifiSer, «. exalter Dieu. 
M(U|aiflque, a, somptueux. 
Mapiiflquement, ad. 
Magot, am. argent caché. 
Mahométan, a. de Mahomet. 
Mai, am. Se mois de l'année. 
Maigre, a. sans graisse. 
Maigrelet, a. maigre. ~ 
Maigrement, ad. 
Maigreur, af, état maigre. 
Maigrir, v. devenir maigre. 
Mail, am. Jeu, promenade. 
MaiUe, af. de ler. 
Mailler, v. Mk des mailles. 
Maillet, am. marteau de b<^ 



Main, af. extrémité du bras. 
Main d'œuvre, af. façon. 
Main-forte, af. tuide i la Justice. 
Matn-levée, a, lavée de Justice. 
Matnteni'.^t ad, actuellement. 
MaintenL, .;. tçnir en état 
Maintien, am, conservation. 
Maire, am, magistrat. 
Mairie, af. hôtel du iQidre. 
Mais, eoi^. et ad. 
Maïs, am. («) blé de Turquie. 
Maisoli, af. bâtiment pour loger. 
Maisonnette, af. petite maison. 
Maître, esse, a. supérieur, re. 
Maîtrise, af. qualité de maître. 
Maîtriser, v.se rendre maître. 
Majesté, af, grandeur suprême. 
Mfyestneusement, ad. 
Majestueux, se, a, qui a de la 

grandeur. 
Majeur, a. en âge de Jouir de 

sesdroits. 
Major, am, officier militaire. 
Ma orité, af, état de majeur. 
Ma uscule,' a, et af. grande lett. 
Mal, «m. Maux, jM. malheur. , 
Malade, a. et a. mal poriant 
Maladie, af. infirmité. 
Maladif, ve, a. souvent malade. 
Maladresse, af. dé&ut d'adreswk 



liergea. 

de lumlAre. 

lune. 

in de la luno. 
tricieux. 

r do la sem. 

do la ierrc. 

pour la vuo. 
vont, fa.. 
oau) poitf pu» 

:t. de purifier. 
, girandole. 
)r de l'éclat. 
>our boucher, 
du lut. 
m. bérésio. 
rétique, 
n, tètiL 
tro d'église. 

ttre. 

bottement. 

uoBité. 

erunos. 

Dtinence. 

•: laacir. 

be. 

6mie. 

upéde. 

I musique. 



ro3 maiOet. 

eloppe. 

lite du bras. 

tf. façon. 

lide a la Justice. 

ivée de Justice. 

aetuellemeot. 

lir en état. 

nserration. 

strat. 

IduQpire. 

6 de Turquie, 
aent pour loger 
petite maison, 
supérieur, re. 
ililé de maitre. 
endre maître, 
ideur suprême. 
it,<uf. 
a. qui a de la 

ge de Jouir de 

er militidre. 
I; de majeur. 
ftf. grande lett. 
pi. malheur. , 
mal portant, 
mité. 

ravent malade, 
é&utd^adreswk 



MAIf 

Maladroit, a. et «. qui man- 
que d'adresse. 

Blaladroitement, ad. 

Malaise, «m. état fâcheux. 

Malaisé, a. diUlcile. 

Mal-à-propos, <ut. à contre 
temps. 

Malavisé, a. et t. Imprudent 

Malb&tl, a. et s. mal tUlt. 

Blalcontout, a. miil siiliHlUlt. 

M&le, «m. opposé à la lumoUe. 

Malédiction, nf. im])rùcatioa. 

Maléfice, «/. sort prù tondu. 

Malencuuli'e, af. malhuur. 

Maluucontroux, se, a. 

Maluutendu, ain. niùpriso. 

Mttl-étre, am, élut du limguour. 

Molfuiro, o. fliire du mal. 

Mttlfalsanco, af. in;ili;^lté. 

MallHit, n. non aulon lus form. 

Malfaiteur, am. méchant. 

Malgraciotix, su, a. incivil. 

Malgré, prép. contre lu gré. 

Malhuur, am. accident. 

Malheuruusoincnt, ad. 

Malheureux, s<j, a. pas héivoux. 

Malhonnête, a. non hoiin&to. 

Malhonnôtumont. ad. a vue 

Malhonnêteté, «/. incivilité. 

MallciS af. m.;chnnccté. 

Malicieudemuut, ad. avec ma- 
lice. 

Malicieux, se, a. porté au mal. 

Malignement, ad. avec malice. 

Malignité, af. inclinât, au mal. 

Mulin, lignes a. malicieux. 

MalLitentioniié, a. et a. 

Malle, af. coffre, valise. 

Malotru, a. et a. maussade. 

Malplaisant, a. désagréable. 

Malpropre, a. sale. 

Malproprement, ad. avec 

Malpropreté, sf. saleté. 

Malsain, a. qui n'est pas sain. 

Malséant, a. messëont. 

Malsonnant, a. choquant, thèol. 

Maltraité, a. traité durement. 

Malveillance, af. haine. 

Malveillant, a. lot a. 

Malversation, af. action do 

Malversor, v. abuser. 

Maman, af. mère, t. cnftmtin. 

Mamelle, sf. sein. 

Mammifère, a. et a. à raamcll. 

Manant, sm. paysan, rustre. 

Manche, sf. du bras, d'un outil, 

Manchette, af. ornement. 

Manchon, sm. fourrure. 

Manchat, am. estropié d'une 
main. 

Mandat, sm. resciit, ordre. 

Mandataire, sm. ch:u-gà de pou- 
voir. 

Mandement, a m. ordre. 

Monder, v. faire savoir. 

Mandrin, am. outil. 

Manducotion, af. act. de mang. 

Haoége, am. ruse. » 



MAR 

MAnes, «m. pi. ftmo d'un mort. 

Mangeable, a. qu'on peut man- 
ger. 

Mangeallle, <(/*. nourriture. 

Mangeoire, af. auge do cheval. 

Manger, v. avaler, détruire. 

Mangeur, euse, i. qtii mange 
beaucoup. 

Maniable, a. aisé à manier. 

Maniaque, a. et a. sombre, 
noir, possédé de manle.- 

Monle, af. folio, passion. 

Maniement, am. action de 

Manier, r. tdter, gouverner. 

Manière, aff fhçon. usage. 

MonilTi), a. plein d'aflbctatlon. 

Manifestation, af. démonstra- 
tion. 

Manifusto, a. notoire. 

Miuiifcstemcnt, ad. 

Manifester, v. montrer, publier. 

Manigance, af. manoeuvre se- 
crète. 

Manigancer, v. tramer. 

Mani(iue, af. gant de savetier. 

Manivelle, af. tourniquet. 

Manne, af. panier. 

Mannequin, am. panier. 

Manœuvre, am. aide. 

Manoeuvrer, v. travailler. 

Manoir, am. demeure. 

Manouvrier, am. aide. 

Manque, am. défaut. 

Manquement, am. omission. 

Manquer, v. absenter. 

Mun8;u-do, af. étiige on ram- 
pant. 

Mimsué tilde, af. bonté. 

Mantelet, am. sor. de manteau. 

'Manuel, lo, a. avec la main. 

Mimuellement, ad. de lu main. 

Mimufacture, af. fabrication. 

Manufacturer, v. fabriquer. 

Manuthcturicr, a. qui tabrique. 

Manuscrit, am. écrit à la main. 

Manutention, af. maintien. 

Mappemonde, */• carte géogra- 
phique. 

Maquereau, sm. poisson. 

Maquignon, sm. marchand de 
chevaux, intrigant. 

Maquignonner, v. vendre des 
chevaux, intriguer. 

Maraîchcl', sm. cultivateur de 

Murais, sm. terre humide. 

Marasme, am. consomption. 

Marâtre, sf. mère cruellei 

Maraud, a. coquin, impudent. 

Marauder, v. voler. 

Marbre, sm. pierre calcaire. 

Marbrer, v. imiter le marbre. 

Marbrier, am. qid travaille le 
marbre. [ture.~| 

Marbrure, af. sorte de pein-J 

Marc, sm. poids. 

Marchand, a. qui vend. 

Marchander, v. débattre. 

Maridiandisé, sf, obj. en vente. 



MAS 



5n§ 



Marche, tf, action de i 
Marchepied, «m. tapis, i 
Marcher, v. aller, venhr. 
Marcheur, euae, a. qui marvi^ 
Mardi, am. 3o Jour de la sem. 
Mare, af. (à) eau stagnante. 
Marécage, am. lieu humide. 
Marécageux, se, a. humide. 
Maréchal, a. qui ferre. 
Maréchaussée, tf. gendarmerie. 
Marée, af. flux et reflux. 
Marge, af. blanc autour de la 

page. 
Margelle, af. rebord d'un puits. 
Marger, v. marquer les marge*. 
Marglnal,''a. en marge. 
Marguerite, sf. perle, fleur. 
Margulller, am. ftibriden. 
Mon, «m. époux. 
Mariage, «m, union légale. 
Marier, r. unir par mariage. 
Marhi, a, qui navigue. 
Marine, af. de mer. 
Mariner, v. assaisonner. 
Marinier, am. qui conduit dei 

bateaux. 
Marioimette, af. petite flgare 

mobile. 
Maritime, a. de la mer. 
Marmaille, af. petits enfhnta. 
Marmelade, af. fhilts cuits. 
Marmite, af. ust. de cuiidne. 
Marmiton, am. valet de coi- 

shio. 
Marmot, am. singe, pet. garaon. 
Marmotte, af, quadrupède. 
Marmotter, v. grondonner. 
Marmouset, am. grotesque. 
Marne, sf. terre calcaire. 
Mnroquini am. peau de chèvre. 
Moroqulner, v. ftçonner en 

maroquin. 
Maroufle, am. Aipon, rostre. 
Marque, af. tache. 
Marquer, v. Indiquer. i 

Marqueter, v, tacheter. 
Marqueur, euse,^ a. qui marq. 
Marquis, a. titre de dignité. . 
Marquisat, am, dignité de njur< 

quis. nf 

Marrahie, af. celle qui tient lur 

les fonts baptismaux. 
Marri, a. f&ché. 
Marron, am, fruit du mitrronn. 
Marronna-, v. mvranturer. 
Marronnier, am. abre: 
Mors, am. (a) dieu, 3e mois. 
Marsouin, am. cétacé. 
Marteau, am. outil de fbr. 
Marteler, v. firapper du mari • 
Martial, a. {ci) guerrier. 
Martinet, am, discipline. 
Martyr, am. confess. de la Ibi. 
Martyre, am. mort de martyr. 
Mar^iser, v. faire souflDrir. 
Martyrologe, 5m. catalogue de 

martyrs. 
Mascarade, af. déguisement 



,,».<»-'>sà 



■ '> l. , ^ T ii V . '~'W >i ' - 



f-»-^^*<^>«iwiyrv- 



56 MBC 

MMcaron, «m. tète f/MoKin». 
MMOuUn, 0. da mllâ. 
MMcpie, «M. taxm vlng». 
Maïquflr, «. cocher, d6gulaor. 
MaMÎacre, «m. ounase. 
Maancrar, v. tuer, gftter. 
Mbmo, nf. totalité, maarne. 
M&aaer, v, fiilre une mlisflo. 
Moasir, vo, a. aaiu cruiix. 
Maasivement, ad. pesamment. 
Masaue, §f. aorto Je bftton. 
Blastio, «m. cuUe. 
Mastioatlou, »f. act. de mftchor. 
Maatlquer, v. mett. du mastic. 
Masure, «/. maison en ruine. 
Mat, a. (t) sans lustre. 
Mât, an. (md) grande pièce. 
Matador, am. huiniue riche. 
Matamore, am. ftinfUron. 
Matelas, am. coussin piqué. 
Matelasser, v. giu-nir de matolns, 
Matelassier, a. qui fait des mar 

telas. 
Matelot, «m. homme do mor. 
Blatelotte, af. mets do poisson. 
Mater, v. rendre mat. 
M&ter% V. garnir do m&ts. 
Matérialisme, am. systôme du 
Matérialiste, a. qui n'admet que 
- la matière. 
'Matérialité, af. matière. 
Blatérlaux, am. pi. matière. 
Matériel, le, a. grossier. 
Maternel, a. delà mère. 
Maternité, af. qualité de mère. 
Mathématicien, a. qui sait les 
Mathématiques, af. pi. science. 
Mathématiquement, ad. 
Matière, af. substance. 
Matin, «ni. et ad. de bonne bon. 
Mfttln, am. gros chien. 
Matinal, a. qui se lève matin. 
Matinée, af. du matin à midi. 
Matines, af. pi. oflBce. 
Blatineux, se, a. du matin. 
Matois, a, et am. ruac, fa. 
Matrice, af. m«ule, étalona. 
Matricule, af. registre, liste. 
Maturité, af. qui est mûr. ,. 
Blaudire, v. imprécations. 
Mausolée, am. tombeau. » 
Mauaaade, a. déaagréable. 
Mauvais, a. et a. méchant. 
Mboto, «/.plante médicinale. 
Maiidme, ^proposition. 
MtJ^iûnnla. le plus haut. 
Vtctmet, raPmauvais. 
MécanicHÉ, a, qui sait la 
Mécanique, af, acience des lois 

du mouvement. 
Méchamment, ad. avec 
Méchanceté, af. malice. 
Méchant, a. et «. mauvais. 
Mèche, lif. doton, amadou. 
Mécompte, af. erreur. 
Mécompter (se), v. so tromper. 
Méconnaissable, a. changé. 
Méconnaissance, af. ingratitude. 



MBW 

Méconnaissant, a. Ingnt. 

Méconnaître, v. nier. 

Mécontent, a. et a. flicbé. 

Mécontenter, v. flicher. 

Mécréant, «m. incrédule. 

Médaille, tf. pièce de métal. 

Médaillon, am. écuason. 

Médecin, am. qui exerce la 

Médecine, tf. art do guérir, 
potion. 

Mcdoclner, v. donner des re- 
mèdea. 

Médiat, a. par Intermédiaire. 

Médisteur, triée, a. interméd. 

Médiation, af. intervention. 

Médicale, a. de la médecine. 

Médicament, am, remède. 

Médicamenter, v. prendre des 
romôdes. 

Médiocre, a. pnssable. 

Modiocrement, ad. 

Médiocrité, af. étst médiocre. 

Médjre, v. dire du mal. 

Médisance, af, action du 

Médisant, a. et a. qui médit. 

Méditatif, ve, a. qui médite. 

MéditttUon, af. considération. 

Médita, V. délib .-rer en sol. 

Médiiorranée, a. et »/. mer. 

Mëflanco, af. soupçon en maL 

Méfiant, a. qui se méfie. 

Méfier (,so), v. ne pas se fier. 

Mégardo, af. inattention. 

MégisKrio, af. métier de 

Mégissler, «. qui prépare les 
poaiix. 

Mellléttr, a. et am. plus esti- 
mable. 

MélancoUc, «/.iristcsse. 

Mélancolique, p. et «. triste. 

Mélancoliquement, ad. ma. 

Mélange, «m. èhoses mêlées. 

Mélanger, v, faire un mélange. 

Mélasse, af, réaidu du sucre. 

Mêlée, af. combat, dispute. 

Mêler, V. bronUler. 

Mélodie, V- Aarmonlel 

Mélodieusonient, ad. 

Mélodieux, sip, a. de mélodie. 

Melon, sm. plante cucnrbitacè«. 

Membrane, af. enveloppe. 

Membre, am. partie du corps. 

Membrure, af. t. do menuis. 

Même, a, qui n'est pas autre. 

Mèmemcnt, ad. même. 

Mémento, am. souvenir. 

Mémoire, af. foculté de Tâme. 

Mémorable, a. extraordinaire. 

Mëmoratif, ve, a. qui fait sou- 
vent. 

Mémorial, am. placet. 

Menace, af, parole ou geste. 

Menacer, v. inspirer la crainte. 

Ménage, am. gouvernement do- 
mestique. 

Ménagement, am. égard. 

Ménager, v. épargner. 

Ménager, ère, a, et ». économe. 



MES 

Hénaoerle, ^f, logea d'anim. 

Mendiant, «. qui mendie. 

Mendicité, «^ action de 

Mendier, «. demander TaQ* 
mAne. 

Mener, v, conduira. 

Meneur, euae, «. qui mène. 

Menotte, af. ron aux maina. 

Monaonge, am. tromperie. 

Mensonger, a. (hux, trompeur. 

Montai, a, de Posprit.* 

Mentalement, ad, de Teaprlt. 

Mcnterle, af, mensonge. 

Menteur, euae, a. et «. 

Menthe, af. plante aromatique. 

Mention, af. commémoration^ 

Mentionner, v. rappeler. 

Mentir, v. Alro un mensonge. 

Menton, «m. partie inférieure du 
visage. 

Mentor, am. guide. 

Menu, a. délié. 

Menuisurie, af. art du 

Menuisier, «tn. ouvrer en bola. 

Méphltisme, am. exhalaison. 

Méprendre (se), v. so tromper. 

Mépris, am. mésestime. 

Méprisable, a. digne de mépris. 

Méprise, af, erreur. 

Mépriser, v, avoir du mépris. 

Mer, af. ornas d'eau. 

Mercantille, af. petit négoce. 

Mercenaire, a. intéressé. 

Mcrcenoirument, ad. 

Mercerie, af. marchandises. 

Merci, ad. remerclment ; à dis- 
crétion. 

Mercier, ère, «. marchand de 
rouennerle. 

Mercredi, «ai. 4e Jour de la ao- 
malne. 

Mercure, am. planète. 

Mercuriale, af. réprimande. 

Mère, af. qui a mia au monde. 

Méridien, a. du midi. 

Mérinos, am. (a) bdne. 

Merise, af. firuit. 

Merisier, sm. cerisier des bois. 

Mérite, am. bonnes qualités. 

Mériter, v. se rendre digne. 

Méritoire, a. profitable. 

Méritoiiement^ ad. ma. 

Merlan, am. poisson. 

Merle, am. oiseau. 

Merlin, «m. cordngc, outil. 

Merluche, af. morue sèche. 

Merveille, sf. chose rare. 

Merveilleusement, ad. 

Merveilleux, se, a. admirable. 

Mes, pron. V, Mon. 

Mesqidn, a. chicho, pauvre. 

Mesquinement, ad. ma. de 

Mesquinerie, af. avarice. 

Message, am. obar. 

Measogerj am. envoyé. 

Messagerie, af. emploi, voiture. 

Messe, sf. sacrifice. 

Mcsséance, sf. inconvenance. 






— .~-— --•'^„< 



>« .W».,-,.»- ->■»«-■- 



d*aiilin. 
endle. 
ode 
aodor l'an* 



Il mène, 
ixmaina. 
nperlo. 
I trutnpour. 
It.. 

e l'esprit. 

inge. 

tf. 

aromatique. 

6moration« 

•eier. 

nonsonge. 

nférieuredu 



du 

■or en bois. 

ihnlaison. 

Bo tromper. 

ime. 

a de mépris. 

lu môpris. 

I. 

It négoce. 

■03S6. 

t. 

inndises. 
nent; àdia> 

archand de 

ur de la so* 

te. 

Imande. 

au monde. 

li. 

ne. 

T des bois, 
qualités. 
B digne, 
ble. 
lia. 



, outil. 
9 sèche, 
rare. 
id. 
idmirabic. 

pauvre. 
m«. de 
irice. 

re. 

toi, Toiture. 

irenance. 



I 



MeM*M>t, «. inoooTWHUit 

MaMle, «m. le Ohrial promISi 

MeHleoni •«. pi. de Moniieiir, 

MeMire, tm. titra d'honneur. 

Mflsoraiie, a. qu'on peut me- 
tarer. 

Méninge, «m. aot. de memirer, 

Meture, tf. règle, moyen. 

Memirer, v. dét une quantité. 

Memreur, «m. qui mesure. 

Mèsnler, «. abuser. 

Métairie, if. flmne. 

Métal. «M. subat. minérale. 

Métallique, a. de métal. 

Métamorphose, «/. changem. 

Métamon>hoaer, V. changer. 

Métaphore, •/. ng. de rhétor. 

Métaphysique, a. et «/• chose 
Idéale, abstraite. 

Métaphysiquer, v. 

Métayer, t. fermier. 

MétempsTcoee, ^f. transmigror 
tlon prétendue des ftmes. 

Météore, «m. phénomène. 

Méthode, ^f. règle, usage. 

Méthodique, a. selon les règles. 

Méthodiquement, ad. 

Méthodiste, «. sectaire. 

Méticuleux, se, a. craintif. 

Métier, «m. proliBss. d'artisan. 

Métope, Bf. omem. d'aroh. 

Mètre, «m. mesure de longueur. 

Métrique, a. de mètre. 

Métropole, a. et «/. principale. 

Métropolitain, a. archevêque. 

Mets, «m. ce qu'on mange. 

Mettable, a. qu'on peut mettre. 

Mettre, v. poser. 

Meuble, a. qui garnit. ' 

Meubler, v. garnir de meublei. 

Meule, rf. pierre à aiguiser. 

Meulière, if. (pierre). 

Meunier, ère, «. qui a wi 
moulin. 

Meurtre, «m. homicide. 

Meurtrier, a. qui tue. 

Meurtrir, v. tuer, flroisser. 

Meurtrissure, «/. contusion. 

Meute, «/• troupe de chiens. 

Mh particule indiel. demi. 

Miasmes, «m. pi. vapeurs. 

Miauler, v. cri du chat. 

Miche, «/. petit pain. 

Micmac, am. intrigue, diffu- 
sion, /f. 

Microscope, «m. instrument 
d'optique. 

Midi, am. milieu du Jour, sud. 

Mie, af. partie molle du pain. 

Miel, "am. suc doux des abeilles, 

Mielleux, se, a. de mieL 

Mien, ne, pr, a. qui est à moi. 

Bliette, af. parcelle de pain. 

Mieux, ad. comparatif de plus. 

Mièvre, a. vif, remuant 

Mignard, a. mignon, gentil. 

Mignardement, ad. 

Mignarder, v. dorloter careas. 



MIR 

MlgnanUse, af. cololerle. ' 

Mignon, ne, «. dèlloiÂ, gâlA. 

Mlgnonnement, aA 

Mignoter, v. délioater, jMp. 

Mlgnotise, af. flatterie. /a. 

Migraine, af. maladie de 
tèto. 

Migration, af, émigration. 

Mil, a. nvtm. pour la date. 

MU, Millet, am. plante gra- 
minée. 

Milan, am. oiseau do proie. 

Milico, af. art de la guerre. 

Mlllcion, am. soldat de milice. 

Miliou, am. centre d'un lieu. 

Militaire, a. et am. de la guerre. 

Militairement, ad. en soldat 

Militante, a. (église), qui com- 
bat 

Militer, V. combattre, j»i/. 

Mille, a, num. i. (t). 

MUlônaire, a. (U) de mille. 

Millepertuis, am. herbe médi- 
cinale. 

Millésime, am. (Il) date. 

Milliard, am. mille millions. 

Millième, a. la 1000e partie. 

Millier, am. mille. 

Milligramme, am. 1000e partie 
du gramme. 

Million, am. mille fois mille. 

Millionième, a. ord. 

Miiiionahre, a. et a. très-riche. 

Milord, am. V. Lord. 

Minauderie, af. aflbctation. 

Mince, a. peu épais. 

Mine, af. apparence. 

Miner, v. creuser une mine. 

Minerai, am. métal mêlé de 
terre. 

Minéral, am. corps solide. 

Minéralogie, af. science des 
minéraux. 

Minet, tte, a. petit chat 

Mineur, am. en tutelle. 

Miniature, af. dessin. 

Minime, a. et am, petit 

Minimum, am. le maindre. 

Ministère, am. emploL 

Ministériel, le, a. de ministre. 

Ministre, am. qui gouverne. 

Minois, am. (Joli) visage. 

Minorité, af. de mineur. 

Minot on. mesure. 

Minuit im. milieu de la nuit 

Minuscule, af. et a. net lettre. 

Minute, af. GOe de l'heure. 

Minuter, v. fidre la minute. 

Minutie, af. (cte) bagatelle. 

Minutieux, se, a. vètilleax. 

Miracle, «m. prodige. 

Miraculeux, se, a. merveilleux. 

Mire, af. point pour regarder. 

Mirer, v. viser. 

Mirmidon, am. petit homme. 

Miroir, am. glace pour se mirer. 

Miroitier, «m, marchand de 
miroirs. 



MOI 



.67 



Misanthrope, «. «i «. 4;b1 m 

songe qu'à sol. 
Misanthropie» tf. baliM. %. 
Mise, y. œ qnVm met • 
MIaérabla, a. malheureux. 
Misérablement, ad. de ml* 

sère. 
Misère, af, pauvreté. 
Miséricorde, af. int t piUé. 
Miséricordieusemenl, ad. 
Miséricordieux, se, a. clémen. 
Miar >l, am. livre de messe. 
Mission, ^f. charge de fUre. 
Missionnaire, am. prédicateur. 
Missive, ^f. (lettre). 
Mitaine, af. gant sans doigte. 
MlUgation, tf. adoucissement 
Mitiger, V. adoucir (une loi). 
Miton, am. gant d'avant brai. 
Mitonner, v. tromper. 
Mitoyen, ne, a, moyen. 
MitraUie, af. «Braille. 
Mitrailler, v. tirer & mitraille. 
Mitre, af. ornement de prélat 
Mitron, am. garçon boulanger. 
Mixte, a. mélangé. 
Mixtiiigne, a. de dift lignes. 
Mixtion, tf. iti) mélange. 
Mixtionner, v. mélanger. 
Mnémonique, af. art d'aider la 

mémoire. 
Mobllb, 0. qui se meut 
Mobilier, ère, a. des meublée. 
Mobiliser, v. ameublir. 
Mobilité, af. état mobile. 
Mode, af, manière. 
Modèle, am. exemple. 
Modeler, v. Imiter. 
Modérateur, trioe, a. et f. qui 

modère. 
Modération, af. retenue. ■ 
Modérer, v. tempérer. 
Moderne, a. nouveau. 
Modemer, v. restaurer. 
Modeste, a retenu. - 
Modestement, ad. avec 
Modestie, ^. retenue. 
Modldté, af. état modique. 
Modiflcatif, ve, a. et «m. qui 

modifie. 
Modifier, i». modérer. 
ModlUon, am. console. 
Modique, a. peu considérable. 
Modlquement, ad. 
;\/odule, am. demlj 
Moduler, v. forme 
Moelle, af. sut 
Moellenaement i 
Moelleux, se, a. don 
Moellon, «m. pierre A bâtir. 
Mœurs, af. T*- habitude. 
Mol. jmm. de la Ire perBoone. 
Moignon, am. reste d^Ine mal 

coupée. 
Moindre, adj. plus petit 
Moine, Ml. religieux. 
Moins, ad. pas autant 
Moirer, v, onder. 




58 , MON 

Mois. «ffl. 12e partie de Pannée. 
Moiair, v. corrompre. 
Moisson, sf. récofte des grains. 
Moisissure, «/. altération. 
Moissonner, v. faire la moisson. 



Hoiasonneur, euso, s. qui mois- Moquerie, sf. raillerie, 



sonne. 

Moite, a. un peu humide. 

Moiteur, sf. légère humidité 

Moitié, sf. portion d'une chose 
dirisée en deux. 

Molaire, a. (dent). 

Âîolécole, sf, petite partie. 

Molester, v. tourmenter. 

Molette, sf. étoile d'éperon. 

Mollasse, a. trop moii. 

Mollement, ad. avec 

MollQsse, sf. sans vigueur. 

Mollet, sm. gros de Jamt)e. 

Molleton, «m. étoffe mollette. 

Mollière, sf. terre grasse. 

Mollir, V. devenir mou. 

Moment, sm. un instant. 

Momentané, a. instantané. 

Momentanément, ad. 

Momcrie, sf. hyocrisio. 

• Mon; ma, mes, a. possessif. 

Monacal, a. de moine. 

Monarchie, sf. état 

Monarchique, a. gouv. royal. 

Monarque, sm. roi. 

Monastère, sm. cuuTent ** 

Monastique, a. de monastère. 

Monceau, sm. amas. 

Mondain, c. et s. du monde. 

Mondainement, ad. avec 

Mondanité, sf. vanité, affecta- 
tion. 

Monde, sm. l'univers. 

Monder, v. nettoyer. 

Monétaire, sm. monnayeur. 

Moniteur^, sm. qui avertit. 

Monitlon, sf. avertissement. 

Monnaie, sf. (aie) argent de 
cours. 

Monnayer, v. battre monnaie. 

Monnayeur, sm. qui bat monn. 

Monc^^amme, sm. lettres Ini- 
tiales en écusson. [8eul.~] 

Monologue, sm, discours d'un J 

Monopole, sm. exclusif. 

Monopoleur, sm. qui fait le 
monopole. 

MonosyUabe, sf. d'une syllabe. 

M(H>otonai a.-ennuyeux. 

M(HiOtonieji|f. uniformité. 

MonseiailKil-, sm. titre d'bonn. 

SonsielÉi «m. Messieurs, pi. 
onstM, «m. contre nature. 
Monstrueusement, ad. 
. Monstrueux, se, a. excessif. 
MiMtstruosité, sf. 
Mont, sm, montagne. 
Montagne, sf. hauteur. 
Montée, «f. escalier. 
Monter, r. s'élever. . 
Monticule, «m. petit mont. 
Montre, «/. horloge portative. I 



MOU 

Montrer, v. flihre voir. 
Montueux, se, a, qui monte. 
Monture, sf. bête pour monter. 
Monument, sm. éd^ce. 
Moquer (se), v. railler. 



Moqueur, a. qui se moque. 

Moral, a. de mœurs. 

Moralement, ad. 

Moraliser, v. inst reprendre. 

Moraliste, s. écrivain sur les 
mœurs. 

Moruiité, sf. sens. 

Morceau, sm. partie. 

Morceler, v. mettre en more. 

Mordicant, a. médisant ; acre. 

Mordicus, ad. (s) olistinément. 

Mordre, v. serrer, mâdire. 

Morfll, sm. barbe qui reste à 
une lame aiguisée. 

Morfondre, v. reih}idir. 

Morgue, sf. fierté. 

Morguer, v. regard fier. 

Moribond, a. qui va moiuir. 

Morigéner, v. reprendre. 

Morille, sf. champignon. 

Morne, a. triste, sombre. 

Morose, a. chagrin, maladie. 

Morosité, sf. caractère morose. 

Morpion, sm. vermine. 

Mors, sm. fer de bride. 

Morsure, sf, incision faite avec 
les dents. 

Mort, a. fin de la vie. 

Mortaise, sf. entaillura. 

Mortalité, sf. de mort. 

Mortel, le, a, sujet à la mort. 

Mortellement, ad. n mort. 

Mortier, sm. vase, pièce d'artll. 

Mortification, sf. privation. 

Mortifier, ». affliger. 

Mortuaire, a. des morts. 

Morue, sf. poisson de mer. 

Morve, sf. humeur du nez. 

Morveux, se, a. qui a la morve. 

Mosquée, sf. temple de maho- 
métans. 

Mot, sm. assemblage do lettre. 

-Motet, sm. paroles dévotes mi-H 

Moteur, trice, s. [ses en mus.J 

Motif, sm. qui meut. 

Motion, sf. action de mouvoiF. 

Motiver, v. dire pour quoi. 

Motte, sf. morceau de terre. 

Motus, interj. ne dites pas mots. 

MaOi sm. poumon de veau. 

Mou, Molle, 0. 

Mouchard, sm. qui vend. 

Mouche, sf. insecte. 

Moucher, v. ôter la morve. 

Moucheron, sm. potitn mouche. 

Moucheter, r. marquetter. * 

Moachette, sf. sorte de ciseau. 

Moucheture, sf. étoffe mou- 
chetée. 

Moucheur, «m. çiui mouche. 

Mouchoir, sm. linge. 

Moudre, v. broyer. 



MUR 

Moue, sf. grimace. 

Mouiie, sm. poulies. 

Mouillage, sm. action de 

Mouiller, v. humecter. 

Mouillette, sf. tranche de pain. 

Moule, sm. modèle. 

Mouler, v. jeter en moule. 

Moulin, sm. mach. à moudre. 

Mouliner, v. préparer la soie. 

Moulinet, sm. petit moulin. 

Moulure, sf. ornement d'arch. 

Mourir, v. cesser de vivre. 

Mousquet, sm. fusil. 

Mousqueterie, sf. fusillade. 

Mousse, a. jeune matelot, 
plante; écume. 

Mousseline, sf, toile fine. 

Mousser, v. écumer. 

Mousseux, se, a. qui mousse. 

Moussons, sm. veut des Indes. 

Moustache, sf. barbe sur la le vro 
supérieure. 

Moutarde, */. sénevé. 

Mouton, sm. bélier. 

Moutonner, v. s'agiter. 

Mouture, sf. action de moudre.' 

Mouvant, a. qui meut. 

Mouvement, sm. transport. 

Mouver, v. remuer la terre. 

Mouvoir, V. remuer. 

Moyen, ne, a. médiocre, qui 
sert à 

Moyennant, ad, à l'aide. 

Moyennement, ad. médiocrem. 

Moyen, sm. milieu de 2a roue. 

Muable, a. inconstant. 

Mue, sf. action de muer. 

Muer, V. changer do peau, de 
plumes. 

Muet, te, s. privé de la parole. 

Mufti, sm. prêtre mahométau. 

Mugir, V. crier. 

Mugissement, sm. cri aigu. 

Muid, sm. mesure. 

Mule, sf. mulet femelle. 

Mulet, sm. animal métis. 

Muletier, sm. conducteur de 
mulets. 

Mulot, sm. espèce de rat. 

Multiple, a. qui contient plu- 
sieurs fois. 

Multipliable, a. qu'on peut mul- 
tiplier. 

Multiplicande, sm. à multipl. 

Multiplicateur, sm. qid multi- 
plie. 

Multiplication, sf. opération 
d'arithmétique. 

Multiplicité, sf. grand nombre. 

Multiplier, v. augmenter. 

Multitude, sf. grand nombre. 

Municipal, a. officier de 

Municipalité, sf. mairie. 

Munificence, ' sf. . grande libé< 
ralité. 

Munir, v. s'approvisionner. 

Munition, sf. provision. 

Mur, am, clôture. 



"mfmmf ■»**•> 



mmumon, 



ftif^f-K^'^ 



nde 

«r. 

he de pain. 

noule. 
à moudre. 
sr la soie, 
moulin, 
snt d'arcli. 
vivre. 

isillade. 
e matelot, 

ifine. 

i mousse, 
des Indes, 
esurlaicvre 

ré. ■ :^; 

ter. 

de moudre^ 

}Ut. 

onspoit. 
la terre. 

idiocrè, qui 

aide. 

médiocrem. 

de la roue. 

m. 

muer. 

do peau, de 

le la parole, 
labométan. 

cri aigu. 

aelle. 
métis. 
iducteur de 

ie rat. 
ontient plu- 

}n peut mul< 

à multipl. 
I qui mulli- 

, opération 

nd nombre. 

enter. 
1 nombre, 
îr de 
oirie. 
rande libé- 

lionner. 
lion. 



NAT 

Mûr, a. bon à cueillir. 
Muraille, tf. mur. 
Mural, a. de mur. 
Mûre, af. firuit du mûrier. 
Mûrement, ad. de propos déli- 
béré. 
Murer, v. entourer. 
Mûrier, «m, arbre (hdtier. 
Mûrir, v. devenir mûr. 
Murmure, sm. bruit, sourd. 
Murfaurer, v. grondonner. 
Musc, sm. quadrupn parfum. 
Muscade, a. firuit aromatique. 
Muscadin, am. fat, pôdwt. 
Muscle, am. flbre. 
Museau, am. la gueule. 
Musée, am. collection. 



NBP 

Aîuseler, v. emmuseler. 
Muselière, af. objet pour mu-"] 
Muséum, am. musée. [aeler.J 
Musical, a. de la musique. 
Musicalement, ad. de musique. 
Musicien, a. qui sait la musique. 
Musique, */. chant gradue. 
Musquer, v. parfumer. 
Mutabilité, y. état muaUe. 
Mutation, af. changement 
Mutilation, af. Qction de 
Mutiler, v. couper. 
Mutin, a. opiniâtre. 
Mutiner (se), v. s'opiniàtrer. 
Mutuel, le, V. réciproque. 
Mutuellement, ad. réciproque- 
ment. ,. 



NIT 59 

Myope, a. qui a la vue courte. 
Myopie, af. état de myope. 
Mynagramme, am. l&OOO gr. 
Myrrhe, af. gomme odorante. 
Myrte, am. plante odoriféante. 
Mystère, am. secret caché. 
Mystérieusement, ad. 
Mystérieux, se, a. secret. 
Mysticité, af. gr. dévotion. 
Mystificateur, am. qui mystifie. 
Mystification, af. action do 
Mystifier, v. faire croire. 
Mystique, a. allégorique. 
Mystiquement, ad. m. s. 
Mythologie, af. science des 

dieux. 
Mythologique, a. de la mythoL 



' N, am. 14e lettre. 

Nacelle, af. petit bateatL 

Nacre, a/, coquille à perles. 

Nadir, sm. opposS au zénith. 

Nage, ad. en nageant. 

Nageoire, af. membrane du 
poisson. 

Va^er, v. mouvoir sur l'eau. 
«N."guer, se, a. qui nage. 

N tguère, ad. autrefois. 

Naïf, a. naturel, sans fbrd. 

Nahi, a. de très petite taille. 

Naissance, af. action de naître. 

Naître, v. venir au monde. 

Naïvement, ad. avec naïveté. 

Naïveté, af. ingénuité. 

Nanicin, am. étoffes. 

Nantir, v. donner des gages. 

Nantissement, am. 
. Nappe, af. linge de table. 
° Nard, «nt. plante. 

Nargue, sf. mépris. 

Narguer, v. faire nargue. 

Narine, ^. ouverture du nés. 

Narration, af. diAcours. 

Narré, sm. récit 

Niurer, v. raqpter. 

Nusal, a. sans pi. du nez. 

Nasarder, v. donner des nar 
sardes. 

'Koseau, sm. narine d'aidmaux. 

Nasiller, v. parier du nez. 

Nasse, af. sorte de panier. 

Natal, a. lieu où on est né. 

Natation, af. action de nager. 

Natif, ve, a. né. 

Nation, sf. habitants. 

National, a. de la nation. 

Nativité, af. naissance. 

Natte, af. tissus de Jonc. 

Natter, v. couvrir de natte. 

Naturalisation 4f. action de 

Naturaliser, v. rendre nat 

Naturaliste, snt. 

Nature, af. l'univers. 

Naturel, le, a. selon la nature. 

{ïatuiellement, ad. aiséinept 



Nauflrage, am. submersion. 

Nauihigé, a. qui a péri. 

Nausée, af. envie de vomir. 

Nautique, a. de la navigation. 

Nautonnier, am. conducteur. 

Naval, a. de mer. 

Navet, AIR. plante potagère. 

Navette, af. inst. de tisserand. 

Navigable, a. qui porte bateau. 

Navigateur, am. qui bavigue. . 

Navigation, af. action de 

Naviguer, v. aller sur mer. 

Navrer, v. blesser, aflSiger. 

Ne, particule neg. 

Néanmoins, ad. pourtant 

Néant, am. rien. [nuages."' 

Nébuleux, se, a. couvert de 

Nécessaire, a. besoin, [ment. 

Nécessairement, ad. absolu-. 

Nécessité, af. contrainte. 

Nécessiter, v. contraindre. 

Nécessiteux, se, a. pauvre. 

Nectar, am. pariïim. 

Nef, af, partie d'église. 

Négatif, ve, a. qui nie. 

Négation, af. action de nier. 

Négativement, ad. 

Négligemment, ai. avec négli- 
gence. 

Négligence, af. nonchalance. 

Négligent, a. sans soin. 

Négliger, v. ne pas soigner. 

Négoce, am. commerce. 

Négociable, a. qui peut négo- 
cier. 

Négociant,«in.qui fait le négoce, 

Négociateur, trices, a. qui négoc. 

Négociation, af. action de 

Négocier, v. raire négoce, mé 
nager, traiter une aflîEdre. 

Nègre, Négresse, a. noir. 

Neige, af. vapeur gelée. 

Neiger, v. neige qui tombe. 

Nenni, ad. de négaticm. 

Néomënie, af. nouvelle lune. 

Néophyte, a. nouv. oonvertL 

Néimrétique, a. colique. 



Nerf, am. oiganes des sensations 
Nervcr, v. garnir de ner£ 
Nerveux, se, a. plehi de nerflk 
Net, Nette, a. propre. 
Nettement, ad. net, dair. 
Netteté, af. propreté. 
Nettolemment, am. action de 
Nettoyer, v. rendre net 
Neuf, a. num. et sm. 
Neuf, Neuve, a. qui n'a pas 

servi. 
Neutralement, ad. de neutre. 
Neutralisation, af. action de 
Neutraliser, v. rendre nuL 
Neutralité, af. état de neutre. 
Neutre, a. sans parti. 
Neuvaine, sf. prière de OJoiut. 
Neuvième, a. ord. et am. 
Neuvièmement, a<{. en 9e lieu. 
Neveu^ am. fils du frère. 
Névrologie, af. science de 

ner&. 
Nez, sm. partie saillante. 
Ni, particule corg. et neg. 
Niable, a. qui peut être nié. 
Niais, a. idiot 
Niaisement, ad. de niais. 
Niidser. v. s'amuser. , 

Niaiserie, af. bagatelle.. 
Niche, af. espièglerie. 
Nicher, v. faire son nid. 
Nichée, s/^petits dans le oid. 
NicoUane, s/* («^O tabac. 
Nid, am. logement des nlapanx, 
Nièce, af. flUe du firère. 
Nielle, af. mauvaise herbe. 
Nieller, v. «âior par la nielle. 
Nier, v. révoquer. 
Nigaud, a. et a. sot 
Nigauder, v. faire des 
Nigauderie, af. niaiserie. 
Nimbe, sm. auréole. 
Nipper, v. fournir de nippes. 
Nique, af. signe de moquerie. 
NitouchS (sainte) af. bypdbMa 
Nitre, am^ salpêtre. 
Nitreux, se, a. de idtr& 



i«i;;v^^^"p>'»- 



^ 



60 



OBL 



Niveau, «m. instroment. 
Niveler, v. applanir. 
Nivelear, am. qui nivelle. 
Nivellement, sm. act. de nivel. 
Noble, a. et a. de haut rang. 
Noblement, ad. avec nobl«| 
Noblesse, «/. qualité noble. 
Noce, sf. mariage. 
Nocturne, a. de nuit. 
Nodos, sm. (s) tumeur. 
Noël, «iR. fête de la nativité de 

J.-O. 
Nœud, am. inevî) enlacement. 
Noir.a. et». UVlde. 
Noirâtre, a. tirant sur le noir. 
Noiraud, a. un peu noir. 
Noirceur, af.jmoQ atrocité. 
Noircir, v. rendre noir. 
Noise, «/. querelle. 
Noisetier, am. arbre. 
Noisette, af. fruit. 
Noix, af. miit, glande. 
Nom, am. mot pour désigner. 
Nomade, a. et a. errant 
Nombre, am. colL d'unités. 
Nombrer, v. compter. 
Nombreux, se, a. beaucoup. 
Nombril, am. cavité. 
Nomenclature, af. claesiflcar 

tion. 
Nomie, af. règle. 
Nominal, a. de nom. 
Nominateur, am. qui nomme. 
Nominativement, ad. 
Nomination, af. action de 
Nommer, v. dire le nom. 
Non, odi et am. 

Nonagénaire, a. ftgé de 90 ans. 
Nouante, a. num. 00. 
Nonce, am. ambass. du pape. 
Nonchalament, ad. avec 
Nonchalance, af. négligence. 
Nonchalant, a. et «.lent 



OBS 

None. af. office. 

Nonobstant, prèp, malgré. 

Nonpareil, le, a. sans pareil. 

Non plus ultia, am. qu'on ne 
peut passer. 

Nord, am. septentrion. 

Normal, e, a. qui règle, qui 
jdirige, (école). ^ 

Nostalgie, sf. maladie du pays. 

Nota, sm. remarque. 

Notable, a. remarquable. 

Notablement, ad. beaucoup. 

Notaire, sm. qui passe les actes. 

Notamment, ad, spécialement 

Notariat, sm. étude de notùre. 

Notarié, a. par notab«. 

Note, sf. marque, souvenir. 

Noter, V. remarquer. 

Notice, sf. catalogue, extrait 

Notification, sf. signification, 
ordre. 

Notifier, «. ffdre savoir. 

Notion, af. «onn^ssance. 

Notoire, a. manifeste. 

Notoirement, ad, évidemment 

Notoriété, sf. évidence. 

Notre, a. pas. qui est i nous. 

Nouer, v.ihire un nœud. 

Noueux, se, a.l^bois) à pœuds. 

Nourrice, sf. qui allaite'.' 

Nourricier, ère, a. qui nourrit 

Nourrir, v. sustenter, fournir. 

Nourrissant, a. qui nourrit 

Nourrisson, am. enfont en nour- 
rice. 

Nourriture, sf. ce qui nourrit 

Nous, pron. de la lropers.pl. 

Nouveau, Nouvel, le, a. non 
ancien. 

Nouvelle, af. avis ; conte. 

Nouveauté, sf. ce qui est nouv. 

Nouvellement 042. depuis peu. 

Nouvdliste, a. qui dit des nou- 



O, «m. signe du vocatif. 
£)asi8, am. Ile fertile au milieu 

<!e8<8ables. 
Obédience, af. obéissance. 
Obéir, r. se soumettre. 
Obéissance, af. action d'obéir. 
Obélisque, am. pyramide. 
Obérer, v. endetter. 
Obier, «iR. arbrisseau. 
Obiecter, v. alléguer. 
Objectif, ve, am. et a. verre. 
Ob ection, af. difficulté. 
Objet, am. ce qu'on voit 
Oblation, af. offiande. 
Obligation, sf. devoir. 
Obligatoire, a. qui contndnt 
Obligeamment, ad. avec 
Obligipanice, af. service. 
Obliger, o. rendre service, for- 
► cer. 
Obliqaei a. incliné. 



O. ^ 

Obliquement, ad. de biais. 
Obliquité, sf. inclinaison. 
Oblong,'gue, a. en long. . 
Obole, sf. anc. monnaie. 
Obreptice, a. par surprise. 
Obreption, «/.réticence. 
Obscène, a. impur. 
Obscénité, sf. même sens. 
Obscur, a. sombre, vil. 
Obscurcir, v. rendre obscur. 
Obscurcissement sm. 
Obscurément, ad. avec 
Obscurité, sf. défiiut de clarté. 
Obséder, v. tourmenter. 
Obsèques, sf. pi, enterrement 
Observance, sf, pratique. 
Observateur, trice, s. qui ob- 
serve. 
Observation, sf. remarque. 
Observatoire, sm, pour 
Observer, a. épier, c(»Bidérer. 



occ 

velles, curieux d'en savoir. 

Novateur, sm. qui innove.' 

Novelles, */. pi. droit rodiain. 

Novembre, sm. Ile mois. 

Novice, a. et s. nouveau. 

Noviciat, sm. état de novice. 

Noyau, sm. partie dure des 
li-uits. 

Noyer, v. mourir dans l'eau. 

Nu, a. qui n'est pas couvert. 

Nuage, sm. amas de vapeurs. 

Nuance, af. de 

Nuancer, v. assortir les cou- 
leurs. . ^ 

Nudité, */. état nu. 

Nue, sf. nuage. 

Nuée4 sf. nuage, multitude. 

Nuire, v. faire tort. 

Nuisible, a. qui nuit. 

Nuit '/• temps d'obscurité. 

Nuitamment, ad. de nuit. 

Nul, Nulle, a. pas un. 

Nullement, ad. en aucune ma- 
nière. 

Nullité, sf. défaut qui annuité. 

Nûment, ad, avec droiture. 

Numéraire, a. (valeur) fictive. 

Numéraire, a. fictif, argent 

Numérateur, sm. nomb< d'une 
fVaction. 

Numération, sf. action de nom- 
brer. 

Numérique, a. des nombres. 

Numéro, sm. pour compter. 

Numéroter, v. marquer avec 
chifiles. 

Nuptial, a. (ci) des noces. 

Nuque, */. creux entre la téta 
et le cou. 

Nutation, sf. balancement 

Nutritif, a. qui nourrit 

Nutrition, sf. aliment. 

Nymphe, sf. Jeune femme, ftb. 



Obsession, sf. eaiHllége. " 
Obstacle, sm. empêchement 
Obstination, sf. opiniâtreté. 
Obstinément, ad, d' ' 

Obstiner, v. opiniltrer. 
Obstruction, sf. action d' 
Obstruer, v. interposer. 
Obtempérer, v. obéir ; déférer. 
Obtenir, v. se ftiire accorder. 
Obtention, sf. d'obtenir. 
Obtus, a. peu spirituel, angle 

de plus de 90 degrés. 
Obtusangle. a. à angle obtus. •> 
Obus, am, (z> petite bombe. 
Obusier, sm. mortier. 
Occasion, sf. coqjoncture. 
Occasionnel, le, a. qui occ 
Occasionnellement, ad. 
Oocasionner, v. c&user. 
Occident, am. couchant 
Occidental, a. qui est à l'ocddt 



OIS 

Occiston, */. tuerie, meurtre. 
Occulte, a. caché. 
Occupation, $f. emploi, travalL 
OccupeiF, V. remplir. 
Occurrence, sf. rencontre. .. 
Occurrent, a. qui survient. 
Océan, am. la grande mer. 
Océanie, af. Se partie du monde. 
Ocre, af. terre Jaune. 
Octant, am. inst. de 4S degrés. 
Octave, af. huitaine. 
Octavo, (in-) am, format en 

8 feuillets. 
Octobre, am. 10c mois. 
Octogénaire, a. et a. de 80 ans. 
Octogone, a. et am. à 8 angles. 
Octroi, am. impôt. 
Octroyer, v. concéder. 
Oculaire, a. (témoin), qui a vu. 
Oculairement, ad. [yeux.~l 
Oculiste, a. et a. médecin desj 
Ode, af. poème lyrique. 
Odëon ou Odéum, am. théâtre. 
Odeur, af. senteur. 
Odieusement, ad. d' 
Odieux, se, a. haïssable. 
Odorant, a. qui a do l'odeur. 
Odorat, am. sens. [l'odeur.~| 
Odoriférant, a. qui répandj 
CEcuménique, a. universeL 
Œcuméniquement, ad. 
Œil, rai. organe de la vue. 
Œil de Bœuf, «m. petite fenèt 
Œillade, af. regard. 
ŒiUet, am. plante. 
Œillette, af. graine de pavot. 
Œu^ «m. corpsorganiqne pondu 

par iine femelle. 
Œuvre, af. ouvrage. 
Offensant, a. qui oflimBe. 
Offense, af. injure, outrage. 
Offenser, v. outrager. 
Offensif, a. qui attaque. 
Offertoire, am. part, de la messe, 
Office, am. assistance, emploi. 
Office, af. garde manger. 
Officiai, am. qui Juge. 
OfBcieL le, a. authentique. 
Officiellement, ad. 
Officier, V. Mk l'office divin. 
Officier, am. qui a un office. 
Offideusement, ad. d' 
Officieux, se, a. obligeant 
Offrande, af. ce qu'on ottcQ. 
Offre, af. action d'offirir. 
Offlir, V. présenter. 
Offusquer, v. empêcher. 
Ognon, am. racine bulbeuse. 
Off^y esse, a. monstrueux. 
Oh I interj. de surprise. 
Oie, af. oiseau de basse cour. 
Oindre, V. trotter d'huile. . 
Oint, «m. qui a reçu une ono* 

ti<m. 
Oiseau, am. bipède ailé. 
Oiseler, v. dresser un oiseau. 
Oiseleur, a. et am. chasseur. 
OlNOZi Oi oisir inutile. 



OPP 

Oisif, a. qui ne fiiit rien. 
Oisivement, ad. inutilement. 
Oisiveté, af. état oisif. 
Oléagineux, se, a. huileux. 
Olibrius, sm. («) pëd )it,fkquin. 
Oligarchie, af. gouvernement 

d'un petit nombre. 
Oligarchique, a. 
OUv&tre, a. couleur d'olive. 
Olive, af. fl-ult de l'olivier. 
Olivier, am. arbre. 
Olographe, a. écrit par l'auteur. 
Olympe, am. le ciel, poH. 
Olympiade, af. espace de 4 ans. 
Ombrage, am. ombre, soupçon. 
Ombrager, v. taixa ombre. 
Ombrageux, se, a. peureux. 
Ombre, af. obscurité. 
Ombrer, v. mettre les ombres. 
Oméga, am. dernière lettre de 

Palphabet grec. 
Omelette, af. œufs battus cuits. 
Omettre, v. manquer. 
Omission, af. manquement 
Omnibus, sm. grande voiture. 
On, pron. indéfini. 
Once, af. ancien poids. 
Oncle, am. fMre du père. 
Onction, af. action (Poindre. 
Onctueusement, ad. avec onc. 
Onctueux, se, a. huileux. 
Onctuosité, af. flot 
Onde, af. flot ; la mer. 
Onde, a. façonné en onde. 
Ondée, af. averse passagère. 
Ondover, v. baptiser, flotter. 
Ondulation, af. mouv. p. ondes. 
Onduler, v. fhçonner en onde. 
Onéreux, se, a. à charge. 
Ongle, am. corne des doigts. 
Ongle, a. qui a des ongles. 
Onglée, af. engourd. aux doigts. 
Onguent, am. médicament 
Onze, a. nwn. et am. dix et un. 
Onzième, a. ord. et mi. 
Onzièmement ad. en lie lieu. 
Opacité, af. qualité opaque. 
Opaque, a. non transparent. 
Opéra, am. drame lyrique. 
Opération, af. action d^>érer. 
Opérer, V. produire calcnler. 
Opiner, r. aire son avia. 
Opiniâtre, a. et a. obstiné. 
Opiniâtrement ad. d' 
Opiniâtrer, v. soutenir avec. 
Opiniâtreté, tf. entêtement 
Opinion, af. croyance. 
Opportun, a. à propos. 
Opportunité, af. qualité de l'a 

propos. 
Opposer, V. fidre obstado. 
Opposite, em. l'opposé. 
Opposition, jf. obotade. 
Oppresser, v. presser fortement 
Oppresseur, «m. tyran. 
Oppressif^ a. qui opprime. 
Oppression, tf. acuon d' 
Opprimer, «. tyranniser. 



ORI 



61 



Opprobre, am. ignominie. 

Opter, V. choisir. 

OpticieDt a. qui enseig. l'optiq. 

Option, af. action d'opter. 

Optique, a. science de la lu- 
mière. 

Opulence, af. richesse. 

Opulent a. très riche. 

Opuscule, am. petits ouvrages. 

Or, am. métal Jaune, eonjonc. 

Oracle, am. réponse, décision. 

Orage, sm. tempête. 

Orageux, se, a. d'orage. 

Oraison, af. discours, prière. ' 

Oral, a. et am, transmission pa. 
la parole. 

Orange, af. fruit; sa couleur. 

Orangé, a. et am. en orange. 

Orangeat sm. dragées d'éoor-l 

Oranger, jm, arbre. [ced'ora.J 

Orangerie, af, lieu planté d'o- 
ranges, 

Orang outang, sm. singe. 

Orateur, sm. qui harangue. 

Oratoire, a. et a. d'orateur. 

Orbiculaire, a. rond. 

Orbite, af. cercle. 

Orchestre, sm. chœur de mua. 

Ordinaire, a. de coutume. 

Ordinairement ad. 

Ordinal, a. marque d'ordre. 

Ordination, af. consécratitHi des 
prêtres, P'^-l 

Ordo, sm. man. de r Jcrit'l'ofl^J 

Ordonnance, af. disposition. 

Ordonnancer, v. ordonner. 

Ordonner, v. disposer. 

Ordre, «m. dispôdtion. 

Ordure, af. excréments. 

Oreille, af. organe de l'ouïe. 

Oreiller, am, coussin de Ut. 

Orémus, am, («) prière. 

Orfèvre,«m. md. d'ouvrage d'or. 

Orfèvrorie, sf, art de l'orfèvre. 

Organe, am, sens. 

Oi^anique, <t. d'organe. 

Organisation, af. ocmsUtution. 

Oiianiser,4). arranger. 

Organiste, a, qui Joue do l'or- 
gue. 

Orge, af, sorte de grain. 

Orgie, af, débauche de taUe. 

Orgue, am, inst de musique. 

Orgueil, am, opinion de sol. 

Oigueilleusement ai. areo 
orgueil. 

Orgueilleux, se, a, hautain. 

Orient am, levant. 

Oriental, a, d'Orient 

Orienter, V. disposer. 

Orifice, am, ouverture. 

Oriflamme, af. étendard. 

Originaire, a. d'origine. 

Ctolg^nairement ai. 

Original, a. l'origine, unique. 

Originalement ai. 

Originalité, sf, caractère. - 

Origine, ^f. prinelpt. 



62 FAI 

Originel} le, a. péché. 

Originellement, ad. 

Orme, am. arbre forestier. 

Ormeau, am. petit orme. 

Ornement, am. décoration. 

Orner, «. parer, embellir. 

<>niére, «/. trou do la roue. 
, C^helin, a. et a. sans père ni 
^' mère. 

Orteil, am, gros doigt du pied. 

Orthodoxe, a. et am. catholique. 

Orthodoxie, af. catholicité. 

Orthographe, «/.action d' 

Orthographier, v. écrire selon 
les règles. 

Orthographique, a. selon Tor- 
thographe. 

Orthographiste, am. qui sait 
l'orthographe. 

Orthopédie, af. art de guérir les 
di£rormités du corps. 

Orthopnée, af. sorte d'asthme. 

Ortie, af. plante ; insecte marin 

Ortolan, am. petit oiseau. 

Os, am. partie dure du corps. 

Oscillation, af. mouvement. 

Oscillatoire, a. d'oscillation. 

Osciller, v. se balancer. 

Osé. 0. hardi. eflkx)nté. 

Oseille, af. plante. 

Oser, V. avoir la hardiesse. 

O^r, am. arbrisseau. 



Ty êm. douzième consonne. 
->Pacha, «m. magistrat turc 
Pacificateur, am. qui pacifie. 
Pacification, af. action de 
\ Podfier, V. établir la paix. 
' Pacifique, a. qui aime la paix. 
Paciflqjiement, ad. en pux. 
Pacotille, af. marchandises. 
Pacte, «m. convention. 
Padou. am. aorte da ruban. 
Paganisme, «m. idol&trie. 
Page, am. serviteur,/, feuillet. 
Pagination, af, numéroter les 

pages. 
Pagnote, am. poltron. 
Pagnoterie, af. lâcheté. 
Pagode, af. temple, ou idole. 
Paiement, am. action de payer. 
Piuen, enne, a. et a. idolitre. 
Paillasse, tf. toile cous. p. c. la"] 
PaiIlaaaon,«m.natte. [paille. J 
faille, af. tuyau de blé. 
Paillet, am. (vhi) rouge pâle. 
Paillette, af. parcelle de métal. 
Pailleux, se, a. métal. 
Pain, am. anmont de flirine. 
Pair, 0. et «ai. (fir) égal. 
Paire, af. couple. 
' Pairie, i|f. dignité. 
Paisible, a. pacifique. 
PaMblcnoient, ad. sans troubla 
Paître, «. braotar Pberbe. 



PAM 

Osselet, am. petit os. 
Gisements, am. d'os. 
Osseux, se, a. qui a des os. 
Ostensible, a. visible. 
Ostensiblement, a(£>vlsiblem. 
Ostensoir ou oire, am. vase 

exposer l'hostie. 
Ostentation, af. présomption. 
Ostrogot, a. grossier. 
Otage, am. garant. 
Oter, V. ['.et de la place. 
Ottoman, a. Turc 
Ou, eonj. alternative. 
Où, ad. en quel lieu. 
Ouaille, af. brebis, fidèle. 
Oubli, <t». manque de souvcn, 
Oublier, v. perdr» le souvenir. 
Oublieur, euse, a. qui oublie. 
Oublieux, se, a. sqjet d'oubli. 
Ouest, sm. couchant. 
Ouf, int. de douleur. , 
Oui, ad. d'oflarmaÛon. 
Ouï-dire, am. nouvelles. 
Ouïe, af. organe. 
Ouïr, V. recevoir les sms. 
Ouraiopan, am. orage. 
Ourdir, v. disposer. 
Ourdissoir, am. outiL 
Ourler, v. fhire un ourlet 
Ourlet, am. repli. 
Ours, «. quadrupède. 
Outil, am. instrument. 



PAP 

Outiller, V. garnir d'outils. 

Outrage, am. injure grave. 

Outrager, v. fWre outrage. 

Outrageusement, ad. 

Outrageux, se, a. outrageant. 
pourfOutranoe, af. & l'excès. 

Outre, af. soc, nonobstant * 

Outrecuidance, af. présomp- 
tion. 

Outrecuidant, a. présomptu- 
eux. 

Outrément od. d'une manière 
outrée. 

Outre-mer, ad, au delà des 
mers. 

Outre-mesure, ad. à l'excès. 

Ouverture, af. fente. 

Ouvrable, a. Jour de travail. 

Ouvrage, am. façon. 

Ouvrer, v. travailler. 

Ouvrier, a. qui travaille. 

Ouvrir, v. rendre ouvert, ou o^ 
posé à fermer. 

Ouvroir, am. atelier. 

Ovale, a. rond et oblong. 

Qve, am. ornement en forme 
d'œu£ 

Ovipare, a. produit par l'ceuC 

Oxyde, sm. rouille. 

Oxyder, v. rouiller. 

Oxygène (gaz)i a. air vital. 

Oxymel, am, miel et vinaigre. 



Poix, af. tranquillité. 
Palais, am. maison de roi. 
Palanquin, am, litière indienne. 
Paie, tlf. le plat de la rame. 
Pftle, 0. blême ; peu coloré. 
Palefï«nier, am. valet d'écurio. 
Palet am. pierre plate. 
Palette, af. raquette. 
Pâleur, af. couleur pâle. 
PaUer, am. repos d'escalier. 
Palinodie, af. rétractation. A 
Pâlir, I». devenir pftie. ^ 

Palisflade, ^. clôture de pieux. 
Palissader, v. clore. 
Palliati^ve, a. et «m. qui soulage. 
Palliation, af. action de 
Pallier, v. déguiser; excuser. 
Pallium, «m. (pm) distinction 

pontificale. 
Palme, ^. branche de palmier. 
Pttlmette, if. petite palme. 
Pobnier, am. arbre exotique. 
Palpable, a. qu'on touche. 
Polpablement ad. chiirement 
Palper, v. toucher, sentir. 
Palpitation, tf. mouvement 
Palpiter, v. tremblôr. 
P&mer, v. défailler. 
Pâmoison, «f. déftillanoe. 
Pampc, af. feuille de blé. 
Pomphiei, «m. brodrare. 
Pampre, am. bianobo dd Tlgne. 



Pan, am. partie d'un mur, d'un 
vêtement 

Panache, am. plumet 

Panacher, v. mettre des plu- 
mets. 

Panade,«/. pain mitonné, soupe. 

Panais, «m. plante ; sa racine. 

Panaris, am. mal au doigt 

Pancarte, af. affiche ; écrit 

Pané, a, où l'on a trempé du 
pain. 

Panégyrique, a. et am. éloge. 

Panégyriste, a. qui loue. 

Paner, v. couvrir de pain. 

Puiier, am. ustensUe d'osier. 

Panique, a. (terreur). 

Panneau, «m. pièce de menuis. 

Pannet(m, am. part, d'une defl 

Panorama, «m. coll. de tableaux. 

Pansement, am. action de 

Panser, v. soigner une plaie. 

Pantalon, «m. culotte longue. 

Panthéon, am. temple. 

Pantin, am. mannequin. 

Pantomime, a. et a. Jou muet 

Pantonfie, tif. chaussure. 

Pacm, an. {pan) oiseau.. 

Papa, «m. père. 

Papal, a. du wp9. 

Papauté, tf. dignité du pape. 

Pape, am, aouveroin pontiR. 

papmuse, tf, taa de papier. 



PAR 

Paperoesor, v. feuilleter. 
Papeterie, sf. manuftcture. 
Papetier, sm. qui fbit du pap. 
Papier, sm. feuille pour écrire. 
Papillonner, v. voltiger. 
Papillote, af. enveloppe de 

cheveux. Des yeux.*1 

Papilloter, v. IViecr, clignerj 
Paquebot, «m. navire. 
Papyrus, am. plante d'Egypte. 
Pilque, af. fête. 
Paquet, af. ofisemblage. 
Paqueter, v. mettre on paquet 
Par,pr^. 

Parabole, af. discours hyper- 
bolique. 
Parachever, v. achever. 
Parachute, am. machine. 
Poroclet, sm. le Saint-Esprit 
Parade, af. étalage. 
Paradis, am. jardin délicieux. 
Paradoxe, am. et a. opposé. 
Parafe, ou Paraphe,«m. marque. 
Parafer, ou Parapher, v. 
Paragraphe, am. section d'un 

discours. 
Paraître, v. se montrer. 
Parallaxe, af. arc céleste. 
Parallèle, a. et af. (ligne). 
Parallèlement, ad. 
PoraUëlipipède, M^polide. 
Parallélisme, am. qui est par 

rallèle. [géom.n 

Parallélogramme, am. t dej 
Paralyser, v. rendre immobile. 
Paralysie, af. maladU». 
Paralytique, a. et a. malade. 
Parapet, am. mur d'appui. 
Paraphrase, af. glose. 
Paraphraser, v. gloser. 
Parapluie, «m. petit pavillon. 
Parasite, am. gourmand. 
Parasol, am. petit pavillon. 
Paratonnerre, «m. oaguette. 
Paravent, «m. abri. 
Parc, am. endos. 
Parcelle, af. petite partie. 
Parce que, amj. à cause que. 
Parchemin, «m. peau préparée. 
Porcheminier, a. ^bricant ou 

marchand de pandiemin. 
Parcimonie, af. avarice. 
Parcimonieux, ae, a. avare. 
Par conséquent, ad, par suite. 
Fareonrir, v. aller et venir. 
Pardon, am. rémission. 
Pardonnable, a. qu'on peut 

pardonner. 
Pardonner, v. remettre. ' 
Pareil, le, a. et am. semblable. 
Pareillementr ad. de même. 
Parement, am. qu) pare. 
Parent «. uni par le sang. 
Parenté, af. qmiUté de parent 
Parenlbése, 4r^eroohet| phnae 

inddente. 
Parer, «. décorer; onier. 
Fareewi af, fldnéamtiae. 



PAR 

Paresser, v. fUre le paresseux. 

Paresseux, se, a. et a. 

Parfaire, v. achpver. 

Parfiiit, a. complet 

ParMtement, ad. avec perfec- 
tion. 

Parfois, ad. quelquefois,/!. 

ParAun, am. (un) senteur. 

Parfumer, v. embaumer. 

ParAimeur, euse, a. 

Pari, am. gageure. 

Parler, v. faire un pari. 

Parieur, euse, a. qui parie. 

Parisien, ne, a. de Paris. 

Parité, af. égaUté. 

Paijure, sm. faux serment 

Paniu-er, (se), v. se maudire. 

Parlement, am. conseil d'état 

Parlementaire, a. et am. 

Parlementer, v. négocier. 

Parler, v. articuler des mois. 

Parleur, euse, a. qui parlet 

Parloir, sm. Heu pour parler. 

Parmi, prép. 

Parodie, af. imitation burleaq. 

Parodier, v. faire xine parodie. 

Paroi, af. mur, côté. 

Paroisse, af. teiritoire d'une 
cure. 

Paroissial, a. de la paroisse. 

Paroissien, enne, a. fidèle, g 

Parole, af. mot prononcé, rf 

Parpaing, am. qui soutient 

Parquer, v. mettre un parc. 

Parquet, am. compartiment 

Parquetage, am. ouvr. de parq. 

Parqueter, v. mettre un par- 
quet 

Parrain, am. qui tient sur les 
fonts baptismaux. 

Parricide, a. et a. tuer son 
père. 

Parsemer, v. répandre ; Jeter. 

Part, af. piMlion ; intérËt 

Partage, am. division. 

Partager, v. foire le partage. 

Parterre, m. Jardin a fleurs. 

Parti, am. union. 

Partial, 0. qui fttvorise un parti. 

Partialement, ad. avec u^us- 
tice. 

Partialiser, (se), v. se mettre 
d'im parti. 

Partialité, af. prévention, 

Partibus, (in) ad. titre d'évêc 

Participation, af. qui a part 

Participe, sm. terme de gram. 

Participer, v. prendre part 

Particulariser, «. détailler. 

Particularité, af. circonstance. 

Particule, af. petite partie. 

Particulier, a. individu. 

Particulièrement, ad. 

Partie, «f. portion d'an tout 

Partiel, le, a. (et). 

Partiellement, ad. par parties. 

Partir, «. m mettre en (Àem.' 

Fartinn, sm, complice. 



PAT 63 

Partitif, ve, a. (mot) qui partage. 
Partout, ad. en tous lieux. 
Parure, af. ce qui pare. 
Parvenir, v. arriver a ses Du. 
Parvis, am. place. 
Pas, am. mouvement 
Pascal, a. de paques. 
Pusquihade, af. raillerie. 
Passable, a. admissible. 
Passablement ad. 
Passage, am. chemin, citation. 
Passager, ère, a. et s. qui 



Passagèrement ad. 
Passavant am. permis de passer. 
Passe-droit am. injustice. 
Passementer, v. chamarrer. 
Passementier, lère, a. ouvrier. 
Passe-partout, am, clef. 
Passe-port, am. permiraion. 
Pas8er,v.aller d'un lieu à l'antre. 
Passereau, am. moineau. 
Passe-temps, am. amusement 
Passeur, *. batelier. 
Passible, a. qui peut souflOrir. 
Passif, ve, a. et am. opposé 

d'actif. 
Passion, af. soulBrance, ilKlh 

nation. 

Passionnément, ad. avec pass. 
Passionner, v. intéresser. 
Passivement <k^ Bans agir. 
Passoire, af. ustens. de euisiiie. 
Pasteiur, am. berger. 
Pastille, af. composit de pâte. 1 
Pastoral, a. des pasteurs. 
Pastoralement ad. 
Patache, af. petit navire ; voit 
Patarafife, af. écriture informe. 
Patard, «ni. petite monnaie. 
Patate, ff/. pomme de terre. 
Pâte, af. fiurine pétrie. 
Pâté, am. pâtisserie. 
Patelin, a. et a. flatteuR 
Patcliner, v. agir en patelin. 
Patène, sf. vase sacré. 
Paten6tre,>/. prière. 
Patent a. et af. visible. 
Patenté, a. pourvu de patente. 
Pater, cm. (ère) prière. 
Paternel, le, a. de père. 
Patemelleraent, ad. en përei. 
Paternité, af. état de père. 
Pâteux, se, a. en pâte. 
Pathétique, a. et sm, yéb» 

ment 
Pathétiquement, ad. 
Patibulaire, a. de supplice. 
Patiemment, ad. (eia) de 
Patiefice, af. résignation. 
Patient a. doué de patience. 
Patienter, «. prendre patience. 
Patin, am. soulier ponr glisser. 
Patiner, v. gliasor. 
Patineur, sm. qui patine. 
Pâtir, e. soullrar. 
Pâtisserie, af. pâte «ssalsonaé» 
I Pâtissier, ère, a. et «. 



64 



s> 



FED PEir 

Pédagosrae, «m. qui enseigne. 

Pédant, sm. fkux-savant. 

Pédanterie, if. manière. 

Pédantesque, a. de pédant. 

Pédantesquement, ad. 

Peigne, am. inst. & denta. 

Peigné, a. i^usté, soigné. 

Peigner, v. démêler. 

Peignoir, «m. linge pour se 
peigner. 

Peindre, v. représenter. 

Peine, af. douleur, punition. 

Peiner, v. chagriner. 

Peintre, am. qui sait peindre. 

Peinture, af. art, act. de peind. 

Pple-mèle, ad. confusément. 

Peler, v. perdre le poil. 

Pèlerin, a. voyageur. 

Pèlerinage, am. voyage de dé- 
votion. 

Pélican, am. oiseau. 

Pelisse, af, fourrure. 

Pelle, af. instrum. plat & long 
manche. 

Pellàe, Pellerée, Pelletée, af. 

Pelleterie, af. comm. de peaux 

Pellicule, af. peau très-mince. 

Ptflotte, af. boiile, coussinet 

Peloter, v. jouer ; battre de pa- 
roles. 

Peloton, am. pelote, réunion. 

Pelotonner, v. réunir. 

Pulouse, af. gazon. 

Pelure, af. écorco. 

Pénal, a. des peines légales. 

Pénates, a. dieux domestiques. 

Penchant, a. qui penche; in- 
clinaison. 

Ponchement, am. action de 

Pencher, v. incliner. 

PendnblCr a. digne du dernier 
supplice. 

Pendant, a. qui pend. 

Pendre, v. suspendre. 

Pendule, af. norlogo ; am. ba- 
lancier. 

Pêne, am. lame de serrure. 

Pénétratiij ve, a. qui pénètre. 

Pénétration, af. sagacité. 

Pénétrer, v. passer n travers. 

Pénible, a. difficile. 

Péniblement, ad. avec peine. 

Péninsule, af. presquHle. 

Pénitence, af. repentir. 

Pénitent, a. et a. qui foit péni' 
tence. 

Pénitentinux, a. m, pi. de péni- 
tence. 

Pénitentiel, am. de pénitence. 

Pensée, af. projet, idée, fleur. 

Penser, v. imaginer, croire. 

Penseur, eusc, a. qui pense. ^ 

Pensif, vo, a. même sens. 

Pension, af. réunion, rente. 

Pensionnaire, a. qui est en 
pension. 

Pensionnat, am, établissement 
d'éducati<». 



Patois, am. langage rustique. 

Patraque, af. macbhie usé. 

Pâtre, am. gardien de bëtalL 

Patriarcal, a. de patriarche. 

Patriarcat, am. dignité do 

Patriarche, am, prélat. 

Patricien, ne, a. et am. noble. 

Patrie, af. lieu où Ton est né. 

patrimoine, cm. biens du père. 

Patrimonial, a. de père. [trie.~1 

patriote, n. et am, ami de la pa-J 

Patriotique, a. même sens. 

Patriotisme, am. de patrie. 

Patron, ne, a. protecteur. 

Patronage, am, protection. 

Patrobal, a. du pafron. 

Patrouille, af. escouade. 

Patrouiller, v. foire patrouille. 

Patte, af, pieds des animaux. 

Pâturage, sm. lieu pour paître. 

Pâture, sf, nourriture. 

Pâturer, v. brouler l'herbe. 

Paume, af. dedans de la main. 

Panse, af. cessation. 

Pauser, v. appuyer sur. 

Pauvre, a. et a. bidigent 

Pauvrement, ad. av pauvreté. 

Pauvreté, af. indi^rjonco. 

Pavage, am. action de paver. 

Pavaner (se), v. marcher flèro- 
ment. 

Pavé, am. pierre, me. 

l'aver, v. couvrir de pierres. 

Paveur, sm. qui puve. 

Pavie, am. sorte de pèche. 

Pavillon, am. logement. 

Pavot, am. plante soporifique. 

Payable, a. qui doit être payé. 

Paye, sf, solde, salaire. 

Payer, v. acquitter. 

Pays, sm.(pei) région. 

Paysage, s'm. étendue, aspect. 

Paysan, anne, a. habit, de vil- 
lage. 

Péage, am. droit. 

Peau, a/, enveloppe d'animal. 

Peaussier, am. mu. de peaux. 

Peccable, a. (U) qui peut pé- 
cher. 

Peccadille, «/.faute légère. ' 

Peccavi, a m. bon ir^entir. 

Péché, am. transgression. 

Poche, af. fruit, art de 

Pécher, V. trangresser la loi. 

F6cher, sm. arbre. 

Pécher, v. prendre du poisson. 

Pêcherie, af. action de pêcher. 

Pécheur, Pécher, esse, *. 

JPécore, af. personne stiipide. 

Pectoral, a, du la poitrine. 

Péculjiîj4ni. concussion. 

Pécule, SIR. profit d'industrie. 
. Pécuïie, af. argent, v. 

Pécuniaire, a. d'argent. 

Pécunieux, se, a. qui a de Par- 
gent. 

Pédagogie, af. éducation. 

Pédagogique, a. de l'éducat. 



Pensionner, v, payer pension. 
Pensum, am. surcroît d'ouvra. 
Pentagone, a. et am. figure à S 

côtés. 
Pentateuque, am. les 5 livras de 

Moïse. 
Pente, af. penchant, inclinaison. 
Pentecôte, tf. fête chrétienne. 
Penture, af. bande de fer. 
Pénultième, a. et a. avant-der- 
nier. 
Pénurie, af. extrême disette. 
Pépie, af. malad. des oiseaux. 
Pépin, am. semence de fhiit. 
Péphiière, af. plantation de 

Jeunes arbres, [pépinière.] 
Pépiniériste, am. qui a unej 
Percée, af. ouverture. 
Percement,' sm. act. de percer. 
Percepteur, am. receveur. 
Perceptibilité, af. état de ce qui 

est. 
Perceptible, a. qu'on peut pe^ 

cevoir. 
Perception, af. net. de percer. 
Percer, v. pénétrer, s'avancer. 
Percevoir, v. recevoir. 
Perche, af. mesure, gaule. 
Percher, v. élever. 
Perclus, 0. impotent. 
Perçoir, an. pour percer. 
Percussion, af. renvoi du son. 
Perdition, af. dégât, réproba-l 
Perdre, v. être privé. [Uon.J 
Perdrbc, af. {din) oiseau. 
Père, am. qui a engendré. 
Péremptoh«, a. décisif. 
Péremptoirement, ad. 
Perfection, af. qualité parfaite. 
Perl^tionnement, sm. action do 
Perfectionner, v. rendre parSiit. 
Perfide, a. et a. traître. 
Perfidement, ad. avec 
Perfidie, af. déloyauté. 
Perforation, af. action de 
Perforer, v. percer, tenu, d'art. 
Péricliter, v. dépérir. 
Péril, am. risque, danger. 
Périlleusement, ad. avec périL 
Périlleux, se, a. de périL 
Périmètre, am. contour. 
Période, af. révolution. 
Périodique, a. par époque. 
Périodiquement, ad. 
Périphrase, af. circonlocution. 
Périr, V. prendre fin. 
Périssable, a. sujet à périr. 
Péristyle, am. galerie. 
Perle, af. coquill. précieux. 
Permanence, af. stabilité. 
Permanent, a. stable. 
Perméable, a. .qu'on peut tr»- 

verser. 
Permettre, v. accorder. 
Permis, a. Juste, non déf^nda 
Permission, «/. accord. 
Permutation, af, action de 
Permuter, v. changer. 



Pesant) 

Peser, I 
Peson,! 
Peste,] 
Pester,! 

Pefltiféf 

PestileJ 

Plet,«n 

PétardJ 

Pétaud 

Peter,' 

PMUleJ 



(l'ouvra. 
Igure à S 

SUvrosde 

(icUnaison. 
iréttenuo. 
a fer. 
avant-der* 

disette. 
s oiseaux, 
defiruit. 
atation de 
)epinièrc.l 
il a unej 
e. 

de percer, 
iveur. 
ii de ce qui 

a peut per* 

de percev. 
s'avancer. 
)ir. 
< gaule. 

t. 

[>ercer. 
vol du son. 
t, réprobar"! 
rù. [tion.J 
liseau. 
gendre, 
icisif. 
ad. 

litë parfaite, 
sm. action do 
endre parAilt. 
litre, 
vec 
mtë. 
tionde 
•, term. d'art, 
rir. 

danger. 
i. avec penL 
e péril, 
intour, 
ution. 
r époque. 

ad. 
rconlocutlon. 

fin. 

et & périr, 
srie. 

précieux. 
stabiUté. 
ible. 
l'on peut trar 

order. 

àon défendu 

ccord. 

action de 

ager. 



PBT 

Femicieuaement. ad. 

4*ernicieux, se, a. nuisible. 

P«;rorai80u, af. conclusion. 

Pérorer, v. discourir. 

Perpendiculaire, a. d'aplomb. 

Perpendiculairement, ad. 

Perpendiculnrité, af. état. 

Perpétuel, le, a, continuel. 
' Petpétuolleraeot, ad. 

Perpétuer, v. continuer. 

Perpétuité, sf. continuité. 

Peiplexité, «/. irrésolution. 

Perquisition, af. enquête. 

Perron, am. escalier extérieur. 

Perroquet, am. oiseau. 

Perruque, af. faux cheveux. 

Perruquier, a. coiffeur. 

Persécuter, v. vexer, inquiéter, 

Persécuteur, tricc, a. tyraa. 

Persécution, «/. vexation. 

Persévérumment, ad. avec 

Persévérance, af. durée. 

Persévérer, «. persister. 

Persienne, af. abat-Jour. 

Persiflage, am. raillerie fine. 

Persiller, v. railler finement. 

Persifleur, am. qui pureifle. 

Persil, «m, (si) plauU) potagère. 

Persistance, af. action de 

Persister, v. insister. 

Personnage, am. homme, rôle. 

PersonuiUisor, v. nommer. 

Personnalité, af, qualité. 

Personne, af. homme ou femme. 

Personnel, le, a. de la pers. 

Personnellement, ad. 

Personnifier, v. donner la qua- 
lité de personne. 

Perspectiti, ve, af. aspect. 

Perspicacité, af. pénétration. 

Persuader, v. convaincre. 

Persuasif, ve, a. qui persuade. 

Persuasion, af. act de persuad. 

Perte, af. privation, dommage, 

Pertinemment, ad. (na). 

Pertinent, a. conven^ie. 

Pertuis, em. ouverture. 

Poiiarbateur, trice, «. boute- 
feu. 

Perturbation, af. trouble. 

Perversj a. et am. méchant 

perversion, sf. dépravation. 

Perversité, af. méchanceté. 

Pervertir, v. changer en maL 

Pesamment^ ad. aveb 

Pesanteur, af. qualité pesante. 

Pesée, sf. éval. au poids. 

Peser, v. comparer. 

Peson, tm. inst. pour peser. 

Ïeste, sf. maladie épidémique 
ester, v. exaler son humeur. 
Pestiféré, a. infecté. 
Pestilenœ, af. mauvais air. 
Pet, am. vent, bruit 
Pétard, «m. mach. de guer.«. 
Pétaudière, af. désordre. 
Peter, v. fttire un pet 
PatUlement, «ir. action de 



Plia 

Potiilor, V. éclater avec bruit 

Petit, a. do peu d'étendue. 

Putit-iils, Petite-tille, s. 

Petit-lait, »m. s. rosité du lait. 

Putit-maitre, sm. fut, pédant. 

Petitement, ad. avec petituasc. 

Petitesse, «/.peu d'étendue. 

Pétition, af. demande. 

Pétitionnaire, s. qui demande. 

Pëtrifl?,ation, sf. action de 

Pétrlfler, v, changer en pierre. 

Pétrir, v. fhire du la pftte. 

Pétrissage, sm. action da pétrir, 

Pétrisseur, euse, s. qui pétrit 

Pétulance, sf. impétuosité. 

Pétulant, a. brusque. 

Peuplade, af. tribu, habitants. 

Peuple, «m. nation, populaoo. 

Peupler, v. remplir d'habit. 

Peur, sf crainte, fl-ayour. 

Peureux, se, a. ombr.igeuz. 

Phalange, af. corps d'infkntorle. 

Phoro, sm. gr. fanal de mer. 

Pharisaïque, a. qui tient du 

Pharisiiïsme, am. hypocrisie. 

Pharlaieh, a. sectaire. 

Pharmacie, af. dépôt de nlédi- 
caments. 

Pharmacien, a. et a. qui pré- 
pare les médicaments. 

Phase, sf. aspect des planètes. 

Phénix, sm, oiseau fabuleux. 

Phënomène,,«m. chose extraor. 

Philantrope, «.ami des hommes. 

Philantropique, a. même sens. 

Philosophe, am. savant, sage. 

Philosopher, v, raisonner. 

Philosophie, sf. science des 
causes. 

Phosphore, am, substance qui 
's'enflamme. 

Phosphoreux, se, a. qui a du 
phosphore. 

Phosphorique, a. de phosphore. 

Phrase, sf. partie d'un dise 

Phraser, v. fahre des phrases. 

Phthlsie, af. consomption. 

Phtliisique, a. étique. 

Phylactère, am. bandelette. 

Physicien, a. qui soit la physiq. 

Physionomie, sf, air. 

Physique, af, science. 

Physiquement ad. 

Pitûller, V. criailler, /a. 

Piaillerle, «A criaillerie. 

Piano, am, Inst de musique. 

Piastre, sf, monnaie. 

Piauler, v. cri des poulets. 

Pic, am. instrument acéré. 

Picorée, sf. maraude. 

Picorer, v, aller en maraude. 

Picotement am, action de 

Picoter, «. chatoidller. 

Picotin, fm. mesure. 

Pie, af. oiseau. 

Pièce, sf, portion, chambre. 

Pied, am, (pié) membre du 
corps pour marcher. 
5 



FIT 



65 



Piod-à-terro, sm. logera, pnaa. . 
Pied du roi, s m. musuru. 
Pi'jdestai, sm. support. 
Pied-douche, sim. urn. d'arch. 
Piège, sm. machine, ombjkche. 
Pie-griéche, */. oiseau. 
Pierre, sf. caillou. 
Plorrories, sf.pl. diamants. 
Pierreux, se, a. plein de pierr. 
Pierrler, am. petit canon. 
Piété, sf, dévotion. 
Piétircr, v. remuer les pieds. 
Piéton, a. qui va à pied. 
Piètre, a. chétif, fa. 
Piètrement, ad, chélivoment 
Pieu, am, bois pointn. 
Pieusement, ad, avec piété. 
Pieux, se, a, plein de piété. 
Pigeon, sm, oiseau domestique. 
Pigeonneau, am. Jeune pigeon. 
Pigeonnier, sm, colombier. 
Pignon, am. mur en pointe. 
Pilastre, sm. colonne carrée. 
Pile, sf. amas. 
Piler, V. écraser. 
Pillage, am. action de piller. 
Pillard, a. qui aime à piller. 
i»lller, r. voler. 
Pilleur, am. pillard ; voleur. 
Pilon, svt. inst pour piler. 
Pilori, am. gibet 
Pilotage, sm. art de la navig. 
Pilote, sm. conducteur de vai» 

seau. 
Piloter, V. enfoncer des 
IMIotls, sm. gros pieu fferré. 
Pilule, sf. l)ol médicinal. 
Pin, sm. arbre résineux. 
Pinacle, sm. faite. 
Pinceau, sm. faisceau de poil. 
Pincée, sf. ce qu'on tient entre 

les doigts. * 
Pincer, v. serrer. 
Pincettes, sf. pi, it)st. de foyer. 
PlnscHi, sm, oiseau. 
I>inte, af, mesure de liquides. 
Pioche, sf, inst aratoire. 
Piocher, v, fouir la tei."e. 
Pique, sf, brouillerio, arme. 
Piquer, v, percer. 
I*iquet sm. petit pieu ; Jeu. ' . 
Piquette, sf, petit vin. 
Piqûre, sf, légère blessure. 
Pirate, sm. voleur de mers. 
Pirater, v. voler en mer. 
Piraterie, sf, métier de piratoi 
Pire, o. plus mauvaÏH. , 
Pirouetter, v, tourner. 
Pis, am, plus mauv. ; mameUèk 
Piscine, sf, fontaine. 
IHssat, sm, urine des animaux; 
Pisser, v, uriner. 
Pistache, sf. fr. du pistachier. 
Piste, sf, vestige*^ de pas. 
Pistole, sf, monnaie. 
Pistolet, sm, arme à feu. 
Piston, am, cylindre. 
Piteux, ee, a. digne de pitié. 



66 



PLA 



Pitié, i/. oompaaalon. 
Piton, «m. fiche à tète. 
Pitoyable, a. Iiumain; piteux. 
PUoyablemei^, sd. 
Plttoreeque|. a. eflbt natunl. 
Pituite, ^f. humeur Tiaqueuae. 
Pituiteux, ae, a. qui a la pit. 
Pivot, «m. support. 
Pivoter, V. tourner. 
Placard, «m. écrit, armoire. 
Placarder, v. coller dea plar 

carda. 
Place, «/. lieu ; endroit 
Placement, sm. mise en place. 
Placer, «. situer, fixer. 
Placek«m. demande. 
Plafonq, «m. ciel de chambre. 
Plafonner, v. mettre le plafond. 
Plafbnnevr, «m. qui plaAnme. 
Plage, </. Hvage, contrée. 
Plagiaire, "qui pille. 
Plagiat, «>... action dit plagiaire. 
Plaider, «. contester. 
Plaideur, euso, «. qui plaide. 
Plaidoyer, sm. écrit de procès. 
Plaie, tf. blessure, cicatrice. 
Plain, a. mil, plat, 
nain-chant, «m. chant uni. 
Plaindre, «. avoir pitié, 
'raune, «/. plate campagne, 
nain-pied ([d^ , ad. uni. 
Plainte, «/. lamentation, grief. 
Plaintif, ve, a. dolent, 
Plaintivement, ad. avec plainte. 
Pfaiire, V, agréer à. 
Plaisamment, ad. pour rire. 
Plaisance, tf. lieu, maison. 
Plaisant, a. agréable. 
Plaisanter, v. ralHer, badiner. 
Plaisairterie, rf. raillerie. 
Plaisir, «m. srâsatton agréable. 
Plan, «m. et a, plat, projet. 
Planche, tf. more, de bois plat. 
Planchéier, «. metbe des plan. 
Plancher, «m. sol en bois. 
Planchette, tf. petite planche. 
Plane, tm. platane, arbre. 
Planer, «. polir, se sout. en Pair. 
Planétaire, a. et «m. de 
Planète, tj. tatre. 
Planimétrie, tf. meaure dea 

plans. 
Plantain, m. plante. 
Plantation, tf. terrain planté 

d'arbies. 
Plante, ^.végétal. 
Planter, v. mettre des végétaux 

enferre. 
Plantoir, tm. inst aratoire. 
Plaque, tf. table de métal. 
Plaquer, v. appliquer. 
Plararon, «m. qui pare les ooitpa, 

eonelet. 
Plaaiioaner, v. ganiir d*ua plaa- 

trou. 
Plat, Plaie, m. moi, ludpideé 
Plateau, tm. temin pUtt. 
Ph te 4 >aiide> tf. boroore. 



POB 

Flate-lbmie, tf. toit plat 

Platement, ad. bassemeAt 

Platitude, tf. bassesse. 

Plfttras, tm. débria de plâtre. 

Plâtre, tm. sorte de pierre. 

Plâtrer, v. enduire, déguiser. 

Plâtrier, t. qui fUt le plâtre. 

Plausible, a. spécieux. 

Plébéien, ne, a. et t. du peuple. 

Plein, tm. l'opposé du vide. 

Pleinement, aa. entièrement 

Plénière,.a. entière. 

Plénipotentiaire, tm. ministre. 

Plénitude, tf. de plein. 

Pléonasme, tm. répétition de 
mots. 

Pleurer, v. regretter. 

Pleurésie, tf. inflammation. 

Pleureur, euse, t. qui pleure. 

Pleurs, «m. ]ri. larmes. 

Pleutre, tm. homme de rien. 

Pleuvoir, «.Jaillir, couler. 

PU, tm. double, habitude. 

Pliable, a. pliant^ flexible. 

Plier, V. courber. 

Plier, V. mettre en plis. 

Plieur, euse, t. qui plie. 

Plinthe, tf. ou m. socle. 

Plioir, tm. couteau de bois. 

PlissemenlL «m. action de 

Plisser, v. nlre des plis. 

Plissure, tf. man. de plisser. 

Plomb, tm. métal. 

Plomber, v. appesantir. 

Plomberie, tf. de plombeur. 

Plombier, tm. ouv. en plomb. 

Plongeon, tm. action de 

Plonger, v. se Jeter dans l^uJ 

Plongeur, tm. qui plonge. 

Ployor, V. courber. 

Pluie, tf. eau qui tombe. 

Plnmasseau, «m. houssoir. 

Plumage, tm. de plume. 

Plume, tf. ce qui couvre 
oiseaux. 

numeau, tm. houssoir. 

Plumer, v. ôter les plumes. 

Plumet, tm. panache. 

Plupart Oa). tf. beaucoup. 

nuFBlité, «/. phnieurs. 

Huriel, a. et tm. plusieurs. 

Plus. ad. et tm. davantage. 

Plusieurs, a. et t, un certain 
nombre. 

Phisqueiparfliit, tm. t de gram. 

nutôt, ad. iwéftrableaient 

nuvieux, se, a. abondant en 
pluie. Cpompor l'aire 

Pneinnatiqae,a. machine pour 

Podie, tf. petit sae. 

Poêle, «ai. chauflUr ; drop mor- 
tuaire. 

PDèU«r, t. qui fut des poêles. 

Poêlon, tm. petite poêle. 

Poème, «IN. ouvrage en vers. 

Poésie, tf. art du poète. 

Poète, «..qtil fliit des vers. 

Poétique» «. de vent 



les 



] 



POI« 

Poids, «m. pesanteur. 
Poignant, a. piquant- 
Poignard, tm. arme.. 
Poignarder, «. assassiner. 
Poignée, tf. plein la nuin. 
Poignet, «m. Joint du braa. 
Poi^ tm. fils déUés. 
Poinçon, Ml. pointe, tonneau. 
Poindre, v. paraître. 
Poingt, tm. main fermée. 
Poin^ tm. tissu, signe ((P gram. 
Pointe, tf. côté aigu. 
Pointer. «. a. diriger. 
PoinUner, «. disputer. 
Pointilleux, se, a. diffloile. 
Poiré, rai. cidre de poire. 
Pois, tm. légume. [neuse.! 
Poison, «fli. substance véné-'J 
Poisser, V. enduire de poix. 
Poisson, tm. animal aquatique. 
Poissonnerie, tf. marché au 

poisson. 
Poissonneux, se, a. qui a du 

poisson. 
P<dssonnievère, t. même sens. 
Poitrail, tm. poitrine du cheval. 
Poitrinaire, a. et t. malade. 
Poitrine, tf. cavité qui ren- 
ferme les poumons. 
Poivre, tm. sorte d'épicerie. 
Poivrer, v. mettre du poivrer 
Poix, tf. sue résineux. 
Polaire, a. des pôles, [globe.! 
Pôle, tm. extrém.de l'axe duj 
Pcdémique, a. de diroute. 
Poli, a. uni et luisant. 
P^oe, «/. (ndre d'une ville. 
Ptdicer, v. établir la police. 
PoUchinel, tm. maHonnette. 
Poliment, ad. avec pcditaase. 
PoUr, V. rondre poli. 
Pidiaseur, euse, t. qui polit 
PidisBoir, tm. inst pour poUr. 
Polissoire, tf. décrottoire. 
PoUssoD, ne, a. petit vagab. 
PoliasoBoa:, v. mal agir. 
Polissoimerie, tf. de polisson. 
Polissuie, tf. action de pour. 
Politesse, «/.civUité. *^ 
Politique, tf. art de gouvnrner. 
Pcdltlquer, v. parler politique. 
Polluer, «. souiller. 
Poltron, a. et *. sans eounge. 
PoUronaerie, tf. lâcheté. 
Polyèdr9,*Mi. figure géomét 
Polygame, ». marié à plusieurs. 
Polygamie, tf. état du poly* 

game. 
Polygarchie, tf. gonvwnement 

de plusieurs; 
Polygone, a. et «m. figure à 

iMudeurs côtés. 
Polytechnique, (tM)*^a. (éoolB) 

de plusieurs arts. 
Polytiper, v. multiplier les nr 

racteres. 
Polythéisme, mr. tdonXkn do 

pluaieani dieux» 



aiiner. 
a niain. 
lubnii 

e,toniieaa. 

e. 

ermée. 

{116 49 gram. 

er. 

ter. 

diffleOe. 

poire. 

[neuse.1 
anoe véné-J 

de poix, 
al aquatique. 

marcha att 

a, qui a du 

. même aens. 
ne du cheval, 
.malade, 
itè qui ren- 
ons. 
l'épicerie. 

du poivrai 

eux. 

les. [globe.! 

de Paze du J 

diroute. 

ant. 

l'une Tille. 

' la police. 

larionnette. 

icpditMM. 

olT. 

. qui polit 

;. pour poUr. 

irottobw. 

ititvagab. 

al agir. 

depoliflflon. 

on de pour. 

lité. *^ 

de gouTomer. 

ter politique. 

ar. 

Ems courage. 

lâcheté. 

oregéomét. 

ié à pluaieura. 

itai du poljr* 

gouTemement 

«m. figure à 

M)'a.(éoolB) 

ta. 

ItipUer les oft- 

adoratioa do 

u 



POIX 

Pommadoi «/. graiiee. i 

Pomme, êf, tmit 
Pommeau, «m. pomme d'épée. 
Pommer, v. grossir en iMuIe. 
Pompe, •/. iiistrum. : vanité. 
Pomper, v, tirer do l'eau. 
Pompeusement, ad. av. pompe. 
Pompeux, se, a. m^estueux. 
Pompier, tm. ouv. en pompe. 
Pompon, tm, touffe eu laine. 
Pomponner, v. mett. en touflbs. 
Ponce, «/. (pierre) t. légère. 
Poncer, v. marquer. 
Poncis, Ml. deasin poncé. 
Ponction, «/. tirer reau. 
Ponctualité, «/. exactitude. 
Ponctuation, »/. art de ponc- 
tuer. • 
Ponctuel, le, a. exact. 
Ponctuellement, ad. 
Ponctuer, v. mettre les points. 
Pondre, v. faire ses ceuts. 
Pont, «m. passage mur. l'eau, sur 

un fosaé. 
Pontif, am. dignité ecclésiastiq. 
P<mtifIoal, a. et am. de pontife. 
Pontiflcalement, ad.. 
Pontificat, sm. dignité. 
Populace, af. le bas peuple. 
Populaire, a. du peuple. 
Populairement, ad. 
Populariser (se), v. se concilier, 
Popularité, af. de populaire. 
Population, af. nombre des 

habitants. 
Populeux, se, a. très peuplé. 
Pore, Poro-épic, am. cochon. 
Porcelaine, af. pâte vitrifiée. 
Poreux, se, a. qui a des pores. 
Pore, am. trou uqperoepuble. 
Porosité, «/. qualité poreuse. 
Port, «m. rel&che des navires. 
Portable, a. qu'on peut porter. 
Portail, am. laçade de l'église. 
Portatif ve, a. aisé i porter. 
Porte, af. ouverture pour passer. 
Porte-chape, «m. chapier. 
Porte-den, am. anneau; geô' 

lier. [porte.*] 

Porte-cochère, af. grandej 
Porte-collet, am. pour porter le 

collet. 
Porte^miyon, m. pour tx&e le 

crayon. 
Tarta-cnAx, am. qui porte la 

croix. 
Porte-crosse, am. qui pwte la 

crosse. 
Portée, «/. distance. 
Porte-&ix, mi. porteur de tar- 

deaux. 
Porte-feuille, mi. carton è 

cases. 
Portement, am. acti<m de porter. 
Porte-manteau, am. valise. 
Pwte-mouchettes, am. plateau. 
Porter, i^ soutenir. 
ForteHreepect, am. arme. 




POU 

Porteur, se, a. qui porte. 
Porto-voix, «m. Instrument. 
Portier, ére,«. concierge. 
Portion, •/. partie d'un tout. 
Portique, «m. sorte de galerie. 
Portrait] am. image. 
Pose,, af. action de poser. 
Posément, ad. doucement. 
Poser, V. mettre, placer. 
Positif, ve, a, certain. 
Position, af. situation. 
Positivement, ad. précisément. 
Poei|^der, v. avoir à w* '^«u- 

v . 

UT, am. qui possède, 
if, ve, a. qui marque la 
lasion. 

Ion, af. action de possé- 
duri 

Possibilité, af. état possible. 

Possible, a. et am. qui se peut. 

Postcommunion, «/T prière. 

Poste, am. emploi ; relais. 

Poster, V. placer dans un lieu. 

Postérieur, a. opposé à anté- 
rieur. 

Postérieurement, ad. après. 

Postérité, af. les descendants. 

Posthume, a. et «m. né après la 
mort de son père. 

Postiche, a. et am. lyouté ; ihuz. 

Postillon, am. valet de poste. 

Po8t4Ci^ptum,«})i. après l'écrit. 

Postulant, a. et a. qui postule. 

Postulation, af. demande^ 

Postuler, V. d'ennnder, aspirer. 

Posture, af. situation. 

Pot, am. vase pour div. usages. 

Potable, a. qu'on peut boire. 

Potage, am. soupe. 

Potasse, (/. oxide. 

Poteau, am. pièce de bois. 

Potence, «/. instr. de supplice. 

Potentat, am. souverahi. 

Poterie, af. Taisselle. 

Potier, am. quLfidt la vaisselle. 

Potion, af. breuvage, méd. 

Potiron, am. citrouille. 

Pou, am. insecte. 

Pouce, am. le plus gros ddgt. 

Poudre, af. poussière, compos. 

Poudrer, v. couvrir de pouore. 

Poudreux, se, a. couvert de 
poussière. [poudre, 

Poudrière, af. magasin de. 

Pouf, ad. bruit, sourd. 

Pouflbr, V. édàter (de rire). 

Poulain, am. Jeune chevaL 

Poule, af. femelle du coq. 

Poulet, am. petit de la poule. 

Poulie, af. petitéH^ue. 

Pouls, Ml. battement dos ar- 
tères, [respiration.! 

Poumon, Ml. organe de la J 

Poupe, af. l'arrière d'un navire. 

Poupée, af. petite figura. 

Poupin, Ml. afliecté. 

Poupon, am. enfant potelé, 



PRB 



67 



3 



Pour,pr4>. eteoi^. 
Pour-boire, mi. don au garçon. 
Pourceau, mi. cochon. 
Pourporler, mi. conférence. 
Pourpofiit, «m. auc. vêtement 
Pourpre, am. rouge ibnoé. 
Pourrir, v. se gâter; se oop> 

rompre. 
Pourriture, tf. état pourri. 
PouAuite, tf. perquisition. 
PoursuiviiD, V. courir après. 
Pourtant, eoi^. néanmoins. 
Pourtour, mi. cireuit, arek. 
Pourvofar, «. avoir soin, garnir. 
Pourvoyeur, mi. qui pourvoit 
Pourvu qu^cMi;'. a condition. 
Pousse, af. bourgeons. 
Poussée, af. de pousser. 
Pousser, v. presser, inciter. 
Poussier, mi. débris. 
Poussière, af. terre pulvérisée. 
Poussif, ve, 0. i courte halehie. 
Poussin, Ml. petit poulet 
Poussoir, am. instrument 
Poutre, af. pièce de bois. 
Poutrelle, af. petite poutre. 
Pouvoir, V. avofar autorité. 
Progmatiaue (sanction), a. et af. 
Prairie, af. grand pré. 
Praticable, a. qu'on peut pi»> 

tiquer. 
Praticien, am. ekpèrimentA. 
Prqliqu&.«f. 4@asé à théorie. 
Pratiqua', v. exercer. 
Pré, Ml. petite prahie. 
Préalable, a. et am. avant 
Préalablement, ad. avant tout 
Préambhle, am. avant propos. 
Préau, am. espace découvort 
Prébende, af. canonici^ 
Précaire, a. momentané. 
Précairement, ad. manière pié* 

Caire. 
PrécautioEL ir/l prèvoyanoer. 
Précautionner, v. prémunL 
PrécédemoMnt ad. («la). 
Précédent a. qui précède. 
Précéder, v. aller devant 
Précepte, mi. règl& oonseJL 
Précepteur, mi. qui instruit 
Prêche, af. sermon, temple. 
Prêcher, «. annoncer l(i parale 

de Dieu. 
Précieusement, ad. avec soin. 
Précieux, se, a. grand prix. 
Précipice, mi. gouffle. 
Précipitamment nt à la hfttsw 
Précipitation, af. vitesse. 
Précipité, Ml. dissoldUon. 
Précipiter, «. Jeter, hftter. 
Préciput Ml. avantage. 
Précis, a. fixe ; Ibrmâ, Jostsi. 
Précisément ad. exactemeint 
Préciser, v. déterminer. 
Précision, af. exaetitude. 
Précoce, a. prématuré. 
Précocité, af. qusUté piéOOM. 
Fréooniaer, v. louer entraodbk 



4.» 



Jmiï 



€8 PRB 

Pr^eoniBenr, a. qtii préooniao. 

Prëcunetur, <m. qui prccède. 

Prédâceawur, f m. venu nvunt. 

PrâdestinoUon, «/. di.'cret. 

Prôdestiner, v. dofltiiKo au anlut. 

PfL'dioateur, «m. qui pn^ch*. 

PMdioatlon, «/. net. do prSchor. 

Prédiction, «/• ^^- ^» pr<^dlro. 

Priidileotion, «/. proférenee. 

Prédire, «. annoncer l'avenir. 

Prôdominor, v. prévaloir. 

Pri^iimtnence, «/. préro^tivo. 

Prééminent, n. qui oxculle. 

Préftee. «/. diao. préliminaire. 

Préfbcture, «/. dignlt.) de préf. 

PrJféroblff,' a, plus estimable. 

Prérorablement, ad, par préfO- 
reuco. 

•Préférence, sf. action de 

Pr<if<rror, v. donner l'avantage. 

Préfet, «m. magistrat. 

Préjudice, «m. tort, dommage. 

Préjudiciable, a, nuisible. 

Pré, udiciol, le, a. ù Juger avant 

l^iijudloier, r. nuire. 

Prélugé, am. opinion hasardée. 

Prolat, sm. évftque. 

Prélever, v. lever une somme. 

~Véliminaire, a. et «m. prjc^d. 

.'rèUminairement, ad. ph^alabL 

Prélude, am, ce qui précède. 

Préluder, v. annoncer. 

Prèmatur.>, a, avant le temps. 

Prématurément, ad, avant le 
temps. 

Préméditer, v. pr>ivoir d'avant. 

Prémices, »f, pi. prem. (hiits. 

Premier, éro, a. avant les autr. 

Prémlérement,(u(. en prem. lieu. 

Prémunir, v. se précautiouner. 

Prendre, v. saisli', avaler. 

Prénom, am. nom de baptême. 

Préoccupation, af, prévention. 

Préoccuper, v. inquiéter. 

Préopinant, am, qui a opiné. 

Pr<iopiner, v. dire sbn avis av. 

Préparatif, am, apprêt 

Préparation, af. action de 

Préparer, v. disposer. 

Prépondérance, af. influence. 

Prépondérant, a. influent 

Préposer, v. commettre pour. 

Prépoeiticm, af, partie du dise. 

Prérogative, af. privilège. 

prés, prép. non loin. 

Présage, am. augure, signe. 

Présager, v. indiquer. 

presbytère, am. mtuson curi«le. 

Presbytérien, ne, a. et am, pro- 
testant d'Angleterre. 

Prescriptible, a. de 

Preaoription, af. droit de long 
usage, ordonnance. 

Prescrire, v. ordonner. 

Préséance, af. (<*) prérogative. 

nésence, af. (z) existence l<icale. 

Présent, a. et mi. être 1^ 

présentable, a. de 



PRI 

PnSsentation, if. action de pré- 
senter. 

Présentement ad, maintenant 

Présenter, v, offlir. 

l'r servatir, ve, am. et a. do 

Préserver, v. garantir; dispen- 
ser. 

Présidence, af. qualité de 

Président, a, qui préside. 

Présider, «. dominer; diriger. 

Présomptif, ve, a. (héritier.) 

Présomption, af. conjecture. 

Présumptueiix, a. et a. M. 

Presque, ad. pou s'en faut 

Presqu'île, aj. V, péninsule. 

Pruaaamment, ad. de 

Pressant a. qui presse. 

Presse, af. foule, machine. 

Priiaaeutiment, tm. sentiment 

Pressentir, v. prévoir. 

Presser, v. serrer avec fbrce. 

l'ressier, ain. ouvrier d la presse. 

Pression, af. action de presser. 

Pressoir, am. inatr. p. presser. 

Pressurer, v. presser des iVuits. 

Prestance, af, bonne mine. 

Prestation, af. redevance. 

Prestige, am. iUiuion. 

Presto, ad, vite, mua. 

Présumer, v. Juger. 

Présure, af, ce qui ftiit cailler le 
lait 

Prêt, c, a. disposé. 

Prétendre, v. Uspirer. 

Prétention, sf. droit; espoir. 

Prête-nom, am. qui représente. 

Prêter, v. donner à charge. 

Prétérit, am. (t) temps passé. 

Prétexte, am. motif supposé. 

Prétexter, v. alléguer. 

IVëtoire, «m. tribunal. 

Prêtre, am. ministre du culte. 

Prêtrise, af. sacerdoce chrétien. 

Preuve, af. témoignage. 

Prévaloir, v. tirer avantage. 

Prévaricateur, am. de •• 

Prévarication, af. action de 

Prévariquer, r. manquer à son 
devoir. 

Prévenance, af. obligeance. 

Prévenir, v. devancer. 

l'révention, af. préjuge. 

Prévenu, a. et am. accusé. . 

Prévision, af. vue de l'aveidr. 

Prévoir, «.voir l'avenir. 

Prévôt, «IN. Juge surveiliant 

Prévoyance, af. act de prévc^. 

I^ieKileu, am. i. sorte de pupitre 

' avec marche-pied. 

Prier, v. demander. 

Prière, af. action de prier. 

Primaire, a.(éoolë)du 1er degré. 

Primauté, af. premier rang. ' 

Prime abord, (do), ad. 

Primer, v. dominer. 

Primitif, ve, a. le premier. 

Primitivement, ad. originaire. 

Prim(Mrdial, a. et a. primitif. 



PRO 

Prince, Prinoetae, a. dignité. 
Principal, a. maître, titre. 
Principalement, ad. surtout 
Principauté, ^. ofllce de prin- 

Principauté, •/. dignité. 
Principe, am. règle. 
Printonier, ère, a. du 
Printemps, am. le saison. ■> 
Prisée, af. estimation. 
Priser, v. mettre le prix. 
Prlseur, am. qui prise. 
Prisme, am. solide terminé par 3 

bases. 
Prison, af. lieu de punition. 
Prisonnier, ère, a. et a. mis m 

prison. 
Privation, af. perte. 
Privé, o. particulier. 
Priver, v. ôtor. 
Privilège, am. fhveur. 
Privilégié, a. et am. qui Jouit 

d'un privilège. 
PrivUé^er, v. distinguer. 
Prix, am. valeur. 
Probabilité, «/. vraisemblance. 
Probablement, ad. 
Probation, af. épreuve. 
Probe, a. qm a de la probité. 
Probité, af. droiture de cœur. 
Problématique, a. douteux. 
Problématiquement, ad. 
Problème, am. question. 
Procédé, am. manière d'agir. 
Procéder, v. provenir. 
Procédure, af. discussion. 
Procès, am. instance Judiciaire. 
Procession, af. cérémonie re- 
ligieuse. 
Prooeaslonnellement, ad. 
Prochain, r. proche. 
Prochainement, ad. bientôt 
Proche, a. voisin, et ampl. 
Proclamation, af. publication. 
Proclamer, v. publier. 
Procurateur, trico, a, charge de 

procuration. 
Procuration, af. ponvoir. 
Procure, af. off. de procureur. 
Procureur, am. procurateur. 
Prodigalité, af profusion. 
Prodige, am. eflbt surprenant 
Prodigieusement, ad. à l'excès. 
Prodigieux, se, a. extraordin. 
Prodigue, a. et a. disSpateur. 
Prodiguer, v. donner avec prof. 
Production, af. ouvrage. 
Produire, v. causer. 
Produit, am. n^. d'une terre. 
Profanateur, am. qui profime. 
Frofimation, af. action de pro- 

fimer. 
Proftme, a. contre au respect 
Proflmer, v. souiller. 
Proférer, v. prononcer. 
Profès, Prolesse, a. et a. reU- 

gioux qui a tait de» vœux. 
Professer, v. avouer. 



PRO 



: dignité. 

«, titre. 
l. surtout 
BBce de prin- 

ernit«. 

}, 

du 

iaiflon. •« 

[on. 

s prix. 

rise. 

terminé par 2 

punition, 
et t. mis «n 

i. 

ir. 

lur. 

nn. qui Jouit 

nguer. 

lieemblanoe. 

mve. 

la probité. 

re de cœur. 

douteux. 

it,ad. 

jstion. 

ère d'agir. 

nir. 

luaaion. 

» Judiciaire. 

irémonie re- 

ai, ad. 

e. 

I. bientôt. 

itimpl. 

lublication. 

1er. 

s. chargé de 

(uvolr. 

procureur. 

«urateur. 

ifluion. 

lurprenant 

id. à l'excès. 

3xtraordln. 

lisâipateur. 

er arec prof. 

ntige. 

d'une terre, 
olproftme. 
^on de pro- 

lu respect 

r. 

icer. 

>. et s. rdi> 

leftvœux. 

r. 



Professeur, «m. qui enseigne. 

Proliession, sf, doclaratioo. 

Pfoflli «m. contour. 

Proflier, v. représenter au 
profll. 

Profit, sm. gain: utilité. 

Profitable, a. utile. 

Profiter, v. gagner ; croître. 

Profond, a. très creux ; savant. 

Profondément, ad. 

Profondeur, «/. étendue ; esprit 

Profusément, ad. avec 

Profusion, «/. exc^s de dépense. 

Progéniture, nf. les enfhnts. 

Programme, am. description. 

Progrés, am, mouvement 

Progressif, ve, a. qui avance. 

l'rogression, «/. progrès. 

Progressivement, ad. par de- 
grés. 

Prohiber, v. défendre. 

Prohibitit; vc, a. défendu. 

Prohibition, af. défense. 

Proie, af. butin. 

Projection, af. dessin. 

Projet, sm. dessein. 

Projeter, v, former le dessein. 

Prolétaire, am. citoyen. 

Prolixe, a. trop long. 

Prolixité, af. diffusion. 

Prolongation, af. action de pro- 
longer. 

Prolongement, am. extension. 

Prolonger,.», étendre la durée. 

Promenade, af. action de se 

Promener, v, aller çà et là. 

Promenoir, am. pour se pro: 
mener. 

Promesse, af. assurance. 

Promettre, v. s'engager 6 ùAie. 

Promission, af. (terre de)- 

Promontoix^B, am. poinu de 
terre. 

Promotion, af. élection. 

Prompt, a. diligent colère. 

Promptement, ad. vite. 

Promptitude, af. diligence. 
' Promulgation, af. action de 

Promulguer, v. publier ime loi'. 

Prône, am. instruction de curé« 

Prôner, v. vanter; lUre le 
prône. 

Proneur, euse, a. qui prône. 

Pronom, am. pai tie du dise. 

I^nominal, a. de pronom. 

Prononcer, v. articuler. 

Prononciation, af. manière de 
parler. 

Pronostic am, coqjecture. 

Pronostiquer, v. prévoh*. 

I^pagaieur, am. qui propage. 

Propagation, «/.accroissement 

I^pager, v. étendre. 

Propension, af. pente naturelle. 

Prophète, Fropnétesae, a. qui 
prédit 

Prophétie, «/. (cm) prédiction. 

n^hétlque, a. de prophète. 



PRU 

Prophétiser, v. prédire. 
Propice, a. ravorablo. 



PYT 



69 



pro- 



Propitlation, af. sacrifice. 
Propitiatoire, a. qid rend 

pice. 
Proportion, af. rapport. 
Proportionnel, a. 

Proportionnellement ad. 

Proportionnément ad. 

Proportionner, v. garder la pro- 
portion. 

Propos, am. discours. 

Proposer, v. soumettre. 

Proposition, af. chose propose. 

Propre, a. convenable ; net i| 

Proprement ad. convenable 

Propreté, af. netteté. 

Propriétaire, am. qui possède. 

Propriété, af. qui appartient. 

Prorata, (an) ad. à proportion. 

Prorogation, af. délai. 

Proroger, ». prolonger. 

Proscription, af. action de 

Proscrire, v. condamner. 

Prosélyte, a. et a. nouv. partisan. 

Prospectus, am. programme. 

Prospère, a. propice; heureux, 

Prospérité, af. état heureux. 

Prosternation, af. action de 

Prosternement am, action de 

Prosterner (se), ». à genoux. 

Prote, tm. chef d'imprimerie. 

Protecteur, trice, a. et a. qui 
protège. 

Protection, sf. action de 

Protéger, v. prendre la défense. 

Protestant a, et a. sectaire. 

Protestation, af. déclaration. 

Protester, v. assurer. 

Protêt »m. recours en Justice. 

Protocole, am. formulaire. 

Prototype, am, original. 

Pro^ i)érance, af. éminence. 

Prouesse, af. actioo de valeur. 

Prouver, v. constater la vérité. 

Provenir, v, émaner. 

Proverbe, am. comparaison. 

Proverbial, a. de proverbe. 

nv>verbialement ad. 

Providence, af. sagesse de 
Dieu. 

Provigner, v. coucher les ceps. 

Provin, am, rejeton provlgné. 

Provhice, af. portion d'état 

Provincial, a. et a. de province. 

Proviseur, am. chef de collège. 

ProTislon, af. amas. 

Provisoire, a. préalable. 

Provisoirement ad. 

Provocation» af. action de 

Provoquerj ». Inciter, défier. 

Proximité, af. voisinage. 

Prudemment ad. (da). 

Prudence, af. circonspection. 

Prune^ if. fhiit du prunier. 

Pruneau, am. prune sèche. 

Prunelle, af. pupille de l'œil. 

Prunier, am. arbre Truitier. 



Pi^tanée, am. palais ; collège. 
Psalmodier, ». chanter. 
Psalmodie, a. pi, chant 
Psaume, am, cantique. 
Psautier, am, livre de psaumei. 
Puanteur, af. mauvaise odeur. 
Public, que, a. notoire. 
Publlcain, «m. .fermier, etc. 
Publication, af. manifestation. 
Publiclste, am. qui publie. 
Publicité, af. notoriété. 
Publier, V. rendre pubUc. 
Publiquement ad, en public. 
Puce, af, insecte aptère. 
Pudeur, af. chasteté. 
Puer, ». sentir mauvais. 
Puérile, a. de l'enfhnco. 
Puérilement ad. enfantillage. 
Puérilité, af. chose puérile. 
Puîné, a. et a. né après. 
Puis, ad. ensuite. 
Puisard, am. puits de citerne. 
Puiser, V. prendre de l'eau. 
Puisque, eo7\j. parce que. 
Puissamment od' 
Puissance, af. pouvoir. 
Puissant, a. qui a du pouvoir. 
PuitS) am. trou profond. ^ 

Pulluler, ». multiplier. ^ 

Pulmonaire, a. du poumon. 
Pulmonie, af. maladie. 
Pulmonique, a. et a. qui a les 

poumoià attaqués. 
Pulsation, af. battement de 

pouls. 
Pulvérisation, af. action de 
Pulvériser, v. réduire en poud. 
Punaise, af. Insecte puant 
Punir, V. châtier. 
Punissable, a. qui mérite. 
Punition, af, châtiment 
Pupitre, am, meuble pr. écrire. 
Pur, a. sans mélange. 
Purée, af. pftte tiré des légum. 
Purement ad. d'une man. pure. 
Pureté, af. qualité pure. 
Purgatif, ve, a. qui purge. 
Puj^tion, af. évacuation. 
Pui^toire, sm, lieu de B0tt^ 

fronce. 
Purger, ». purifier. 
Purmcatoire, am. linge d'ég. 
Purifier, v. rendre pur. 
Pus, am. humeur corromptie. 
Pusillanime, n. (Il) cndntK 
Pusillanimité, af. déf. de cou-~l. 
Pustule, s/, tumeur. Crage.J 
Putatif, ve, o. réputé. _ 
Putréfaction, af. corruption. 
Putréfhit a. corrompu. 
Putréfier, v. corrompre. 
Putride, a. avec pourriture. 
Putridité, af. état putride. 
Pygmée, am. nain. 
Pyramide, tf. colonne. 
Pyrrhonien, a. et a. incrédule. 
Pyrrhonisme, am. incrédulité. 
Pythooisse, 9/. devineresse. * 



-— <iSi«wfcC:?>-i 



70 



RAC 



RAF 



RAI 



Q. 



Q, «m. I7e lettro do Talphabet 

Quadragénairo, a. qui a 40 ana. 

Quadragéaimal, a. du carême. 

QuadraôAaime, if. premier dl- 
matiche du oarfimo. 

Quadrangulatre, a. i 4 onglea. 

<îuadrature, «/. réduct. géom. 

Quadrilatère, a. et tm. 

Quadrupède, «m. et a. à 4 
pieds. 

Quadruple, a. et am. 4 fols. 

Quadrupler, V. multiplier par 4. 

Quai, «m. levée. 

Quollflcation, tf- action de 

Qualifier, v. attribuer une 

Qualité, «/. caractère. 

Quand, ad:. 

Quanqnan, «m. discours fri- 
voles. 

Quant à, ad. locution. 

Quantième, «m. et a, rang. 

Quantité, af. qu'on peut evoL 

Quarantaine, iif. 40 jours. 

Quarante, a. iiiim. 4 fois dix. 

Quarantième, a. et », 

Quarré, V. Carré, etc. 

Quart, am. le 4e d'un tout. 

Quarte ou Quartaine, af. 

Quarteron, am. 4 onces. 

Quartier, am. quart. 

Quartie^maltrê, am. officier. 

Quarto (in), am. format. 

Quasl| ad. presque. 



Quasimodo, af. diman. d'après 

Pftques. 
Quatorze, a. nombre dix et 4. 
Quotonleme, a. et am. 
Quatrin, am. stances de 4 vers. 
Quatre, a. n*m. S fols 8. 
Qiutre-temps, am.pl. jeikne. 
Quatrième, a. 4e eusse. 
Quatrièmement, «uf. en 4e Heu. 
Que, |>r<m, eot^j. ou abaolu. 
Quel, lo, a. pour demander. 
Quelconque, a. quel qu'il soit 
Quellement, ad. 
Quelque, a. et ad. 
Quelquefois, ad. parfois. 
Quelqu'un, a. et am. 
Qu'en dira4K>n, am. t. 
Quenouille, af. baguette pour 

fller. 
Querelle, af. vive contestation. 
Quereller, v. foire querelle. 
Querelleur, euse, a. et », 
Quérir, r. chercher. 
Questoiur, am. 
Question, af. (fi) demande. 
Questionnaire, am. 
Questionner,. V. interroger. 
Quête, ^f. collecte. 
Quêter, V. fUre une collecte. 
Quêteur, euse, a. qui quête. 
Queue, »J. extrémité. 
Qui, prou. rel. et inUrrog. 
Quiconque, jinm. vndifinL 



Quidam, «m. (Jkidan)^ certain 
homme. 

Quiétude, af. repo» 

Quille, af. cAne de bols. 

QuInoalUe, af. ust. de fer. 

Quincaillerie, af. marchandise. 

Quinconce, am. plant on échi- 
quier. 

Qmnquet, am. lampe. 

Quinquina, «m. écoioe iébrif. 

Quintal, «fN. 100 livre pesant. 

Quintessence, af. l'essentiel. 

Quintuple, a. et am. 5 fois. 

Quintupler, v. multipl. par 8. 

Quinzaine, af. quinze fois. 

Quinzième, s. ord. et «m. 

Quiproquo, «m. t. méprise. 

Quittance, tf. acte d'acquit. 

Quittancer, v. donner quitt 

Quitte, a. libéré de sa dette. 

Quittement, ad. franc de dette. 

Quitter, V. se séparer. 

Qui va-là ? Qui vive ? mi. 

Quoi, pron. rel. int. et intatj. 

Quoique, eoi^. bien que. 

Quolibet, »m. basse plaisanter. 

Quote (part), a. f. la part de 
chacun. 

Quotidien, ne, a. de chaque 
Jour. 

Quotient, «m. (ei) résultat de la 
division. 

QuoUtè, «/. part indiTiduelle. 



B, «m. 18e lettre de l'olpbabei 
Rabftchage, «m. action de 
RabAcher, v. répéter trop. 
Rabftdieur, euse, ». qui rèp. 
Babais, am. diminution. 
Babaissement, am. rabais. 
Rabaisser, v. déprécier, avilir. 
Rabot, am. collet rabattu. 
Rabatjole, am. ce qui trouble. 
Rabattre, v. rabaisser. 
Rabbin, am. docteur Juif. 
Raboter, v. polir avec le rabot 
Raboteux, se, a. inégal. 
Rabougri, a. mal conformé. 
Raboi^r, v. rester petit 
Ralwutir, «. met bout à bout 
Racaille, af. populace, rebut 
Raccommodage) »m. action de 
Raccommoder, v. réparer. 
Raccordement »m. 
Raccorder, v. foire le raccord. 
Raoeoureir, e. accourdr. 
RacoourclBeement am. 
Raccrocher, r. axrocher de 
nouveau. 



R 

Race, af. ésjfioa, nature. 
Rachat «m. action de 
Racheter, v. délivrer. 
Racine, af. principe, origine. 
Racler, v. ratisser. 
Raclear, »m. qui racle. 
Raclure, sf. ce qu'on a raclé. 
Racouter, v. foire un récit 
Raconteur, euse, f . qui raconte. 
Raccmilr, v, rendre dur. 
Rade, »f. abri des vaisseaux. 
Radeau, «m. sorte de barque. 
Radial, a. formé de rayons. 
Radiation, »f. action de 
Radier, v. rayer, efhcer. 
Radieux, se, a. joyeux. 
Radis. »m. sorte de raifort 
Radotage, »}n. action de 
Radoter, v. parler sans suite. 
Radoteur, euse, ». qui radote. 
Radoterie, »f. extravagance. 
Radoucir, v. rendre plus doux. 
Radoucissement «m. 
Raffermir, v. devenfar ferme.' 
Raffermissement, «m. 



Raffinage, am. act de raffiner. 
Raffinement "■*. 
Raffiner, «. subtiliser. 
Raffinerie, if. où l'on raffine. 
Raffineur, «n. qui raffine. 
Raflbier, v. passionner. 
Rafle, »f. grappe sans grains, 

action de 
Raflbr, v. enlever tout 
Rafraîchir, v. réparer. 
Rafraîchissement »m. 
Rage, af. hydrophobie, (breur. 
Ragoftt «m. mets appétiasant 
Ragoûtant a. qui ragoûte. 
Ragoûter, r. donner du goût 
Ragrandir, v. rendre gnmd. 
Raide, a. fort tendu, oUffidle. 
Raideur, af. qualité raide. 
Raidir, v. rendre raide. 
Raie, af. trait Upi^ 
Raifort am. plante. 
Railior. v. plaisanter. 
Raillerie, af. moquerlj. 
Railleur, euse, a. et «. 
Rainette Reinette, af 



.-_^" 



. ,M» ■'"^'' ^ fl f^ ' 



"*)> certain 

I bola. 
I de fer. 
larcbondlM. 
Ht on échi- 

«co ftbrif. 
^fiwpeiwit. 
'*eMentiel. 

5 fois. 
Itlpl. par & 

tota. 
et «m. 

i^priw. 
d'acquit, 
ner quiu. 
9 u dette, 
no de dette. 

OT. 

ve? 0m. 
?• et intetj. 
a que. 
aplaloanter. 

u part de 

de chaque 
'ésultat de la 
dlridoelle. 



derafliner. 

DnrafBne. 

affine. 

ler. 

nos grains, 

ut. 
»r. 

M. 

>ie. Aveur. 

ipétiamt. 

goûte. 

du goût 

grand. 

difflcUe. 

raide. 

le. 



ti. 



RAP 

Rainure, •/. entaille. 

Raiponce, tf. plant». 

Râla, tm, rayon de roue. 

Ralain, «m. tlruit de In vlano. 

Raisiné, tm. confit de rawin. 

Raison, «/. flwuité. 

RaiMMinablo, a. doué do raison. 

Ralaonnablemont, ad. 

Raisonnement, «m. nrgument 

Raisonner, v. discuter. 

Raisonneur, euso, a. et «. 

RiUeunlr, v. rendra Jeune. 

Rmustor, v. ajuster de nouv. 

Rajustement, im. raccommode- 
ment. 

Râle, tm. bruit 1M en r&lont. 

Râlement, tm. rAle, act de râler. 

Ralentir, v. devenir plus lunt. 

Ralontlssoment, sm. rclitchem. 

Râler, r. respirer avec bruit. 

Ralliement, tm. action de 

Rallier, r. rassembler. 

Rallongement, tm. 

Rallonger, v. rendre plus lonq;. 

Rallumer,' v. allumer de nouv. 

Ramadan, tm. Jeûne turc. 

RamogOi, tm. rameau, chant. 

Ramas, tm. amns. 

Ramasser, v. relever, réunir. 

Ramassis, tm. amas sans choix. 

Rame, tf. support, papier. 

Rameau, tm. brancno. 

Ramoner, v. amener do nouv. 

Hamer, v. tirer à la rumo. 

Rameur, tm. qui ramo. 

Romeux, so, a. A bnuichea. 

Ramiflcation, tf. «mbranchom. 

Romifler (so), t>. ee partager. 

Ramollir, v. rendre mou. 

Ramonage, tm. action do 

Ramoner, r. nettoyer la che- 
minée. 

Ramoneur, tm. qui ramone. 

Rampe, tf. d^un escalier. 

Ramper, v. se tralnor. 

Ranoe, a. et tm. gùté, odeur. 

Rancir, v. devenir rance. 

Rançon, tf. prix pour la ûé\i 
vrance. 

Rançonnement, tm, action de 

Rançonner, r. exiger trop. 

Rançonneur, euse, t. qui ran- 
çonne. 

Rûicune, tf. ressentiment. 

Rancunier, ère, a. ot s. 

Rang, tm. ordre, dignité, nloce. 

Rangée, tm. rang sur une ligne. 

Ranger, v. mettre en rang. 

RanTmer, r. rendre la vie, en-~] 

Rapaoe, a. avide, [couragcr. j 

Rapacité, tf. avidité. 

Rapatrier, v. réconcilier. 

Râpe, tf. ustensile dentelé. 

Râper, v. pulvériser. 

Rapetasser, v. rapiécer. 

Rapetiaeer, v. devener petit. 

Rapide, a. avec vitesse. 

Rapidement, ad. avec vitesae. 



RAV 

Rapiditi), ^r. Rrande célérité. 

Itupine, rf. pillage. 

Rnpiner, «. piller. 

Kappareilier, v, asaorthr. 

Rajipel, tm. action d« 

Rappeler, r. ftilre revenir; ap- 
peler de nouveau. 

Rap|M>rti tm. revenu ; n^çit. 

Rapporter, t. remutlro au Heu. 

Rapporteur, iMimt, t. qui ra|>- 
porto; instrum. du goomùtr. 

Rapprendre, v. 

llapproohemont, tm. action de 

Rapprocher, v. approcher.* 

Rapsode, tm. chantre de, etc. 

Hapeodor, v. mai mccomraod. 

Rapsodie, «/. umos d'écrits. 

Rapsodisto, t. qui rapsode. 

Kâj)uro, tf. ce que la râpe 
enlève. 

Raquette, tf. inst. pour Jouer. 

Rare, a. prticleux. 

Kurélior, «. dilater étendre. 

Rarement, ad, peu souvent 

Rareté, tf. disette ; qui est rare. 

Rarissime, a. trés-nu«. 

Rus, a. A poil court. 

Raaudo, tf. verre tout plein. 

Raser, v. tondre, couper. 

Rasibus, ad. {us) tout prés. 

Rasoir, sm. ust. pour raser. 

Rnssasioment, tm. satiété. 

Rassasier, v. satisfaire. 

Rassemblement tm. 

Rassembler, v. réunU*. 

Rnsacoh-, v. osseoh' de nouv. 

Rassis, a. calme. 

Rassurer, v. ralbrmir. 

Rat tm. petit quadrupède. 

Rataflat tm. liqueur. 

Ratatiner (se), v. rapetisser. 

Râteau, tm. outil de Jardinier. 

Râtelée, tf. coup de râteau. 

Râteler, v. ramasser. 

R(ltoleur, tm. qui râtelle. 

Râtelier, tm. 

Riiter, V. manquer à tb«r. 

Raticr, a. et s. capricieux. 

Ratiflcation, tf. action de 

Ratlflor, V. approuver. 

Ration, tf. portion de vivres. 

Rationnel, le, a. fondé sur le 
raisonnement. 

Ratisser, v. racler les ordures. 

Ratissure, tf. ce qu'on Ato. 

Rattacher, v. attacher de nou- 
veau. 

Rattraper, v. reprendre. 

Rature, tf. effaçure en rayant 

Raturer, v. efliicer. 

Rauquo, a. (son de voix) rude. 

Ravage, tm. dommage, dégftt 

Ravager, r. faire du ravage. 

Ravalement ""• crépi. 

Ravaler, v. avaler, crépir. 

Ravaudage, tm. raccommodage. 

Ravauder, v. raccommoder. 

Ravauderio, tf. niaiseries. 



RBC 



71 



Ravaudeur. eua», tf. 
Rave, tf. plante, sa radn*. 
Ravigoter, «. remett. «n tawk 
Ravin, tm. chemin pierreux. 
Ravina, tf. torrent subit 
Ravir. V. enlever, charme. 
Ravtoer (se), r. changer d'avia. 
Itavisaemont '*». odmiratk». 
Ravisseur, tm. qui ravit 
Ravitaillement tm. action da 
Ravitailler, v. donner des wir 

vroa. 
Raviver, r. rendre plua vif. 
Ravoir, r. avoir do nouveau. 
Raver, v. fUire dos nies. 
Rayon, tm. Irait de lumién. 
Rayonnement "". action de 
Rayonner, r. briller. 
Rayure, •/. marque en long. 
Ré, tm. note de musique. 
Réactii; ve, a. ot tm. qui réagit 
Réaction, tf. action de réagli; 
Réalisation, tf. action de 
Réaliser, v. rendre réeL 
Réalite, tf. existence réelle. 
Rebaptiser, r. baptiser de non- 

veau. 
Rebâtir, v. bâtir de nonvean. 
Robattro, «. battre de noareau. 
Rebelle, a. et «m. inaoumlSi 
Reooller (se), v. se révolter. 
Rébellion, tf. révolte. 
Reblanchir, r. blanchir de Doa> 

veau. 
Rebondir, v. fUre un bond. 
Rebord, tm. bordure. 
Reborder, v. border de nouT. 
Reboucher, v. boucher de nou- 
veau. 
Rebouillir, «. bouiOhr de nooT. 
Rebours (au), ad. A contre-sens. 
Reboutonner, v. boutonner de 

nouveatu 
Rebrousser, v. retourner as 

arrière. 
RebufRide, tf. maoTsis aoeneO. 
Rebut tm. action de 
Rebuter, v. rejeter, déplaire. 
Récalcitrant a. rétif. 
Récapitulation, tf. résumé. 
Récapitider, r. résumer. 
Recèlement, tm, action de 
Receler, v. cacher. . 
Receleur, euse, a. qui recèle; 
Récemment ad. (ça) nouvelle. 
Recensement tm. dénombra 

ment 
Recenser, v. relever les noms. 
Récent v. nouveau. 
Récépiss*^, am. reçu de papier. 
Réceptacle, tm. lieu de rafl- 

semblement 
Réception, tf. act de reeev»lr. 
Recette, tf. ce qui est reço. 
Recevable, a. admissible. 
Receveur, euse, t. qui reçoit 
Recevoir, v. prendre, admettre. 
Rechampir, v. terme de pelât 



72 



RBC 



Beohange, «m. droit d*un noQr 

veau change. 
Badianger, v. changer de noor 

Teau. 
Rédiapper, v. être déUvvé. 
Becharger, v. diarger de nouv, 
Béchaud, am. ustensile pour 

diauflbr. 
Réchauffer, r. chauflbr de 

nouveau. 
Béchauflbir, sm. fourneau. 
Rechausser, v. remonter. 
Recherche, sf. perquisition. 
Rechercher, v. archer de 

nouveau. 
Rechigner, v. gronder. 
Rechute, «/. nouvelle diute. 
Récidive, </. rechute. 
Récidiver, v. faire récidive. 
Récif, Rescif, am. écueils. 
Récipiendaire, s. 'ispirant. 
Récipient, sm. vase à distiller. 
Réciprocité, «/. mutueUement. 
Réciproque, a. mutuel. 
Réciproquement, ad. 
Récit, sm. narration. 
Recitateur, sm. qui récite. 
Récitation, sf. action de 
Réciter, r. dire par cœur. 
Réclamation, sf. action de 
Réclamer, v. implorer. 
Redouer, v. clouer de nouveau. 
Reclus, a. et s. solitaire. 
Rédusion, sf. détention. 
Recoin, am. coin caché. 
Récolter, v. recueillir. 
Récolte, sf. action de 
Récolter, v. faire une récolte. 
Recommandation, sf. action de 
Recommander, v. demander. 
Recommencer, v. commencer 

de nouveau. 
• Récompense, sf. prix ; louange 
Récompenser, v. donner \m 

prix. 
Recomposer, v. composer de 

ûouveau. 
Recompter, v. compter de 

nouveau. 
Réconciliateur, trice, a. de 
Réconciliation, sf. action do 
Réconcilier, v. raccommoder. 
Reconduire, v. ramener. 
Réconfort, am. consolation. 
Réconforter, -«. fortifier, 
Reconnaissance, ^. gratiMde. 
Reconnaître, v. rappeler, con- 
venir. 
Reconquérir, v. conquérir de 

nouveau. 
Réconstitution, af. réoiganisa- 
' tion. 

jÉteonstruction, sf. adion de 
Beoonstruire, v. rebâtir. 
Recontraderv v. contracter de 

nouveau. 
Recopier, v. copier de nouveau. 
BeooquiUement, am. action de 



RBD 

Recoquiller, v. mettre en co- 
quille. 

Recorriger, v. ooirigerde nonv. 

Recoucher, v. coucher de nouv. 

Recoudre, v. coudre de nouv. 

Recourber, v. courber. 

Recoiuir, v. implorer. 

Recours, am. reAige. 

Recouvrer, v. retrouver; per- 
cevoir. 

Recouvrir, v. couvrir de nouv. 

Récréatif, ve, a. amusant. 

Récréation, af. action de se 

Récréer, v. réjouir; divertir. 

Recréer, v. créer de nouveau. 

Recrépir, v. crépir de nouveau. 

Recreuser, v. creuser de nouv. 

Récrier (se), v. se plaindre. 

Récrimination, af. action de 

Récriminer, V. se venger. 

Recroqueviller (se), v. reco- 
quilter. 

Recru, am. harassé. 

Recrue, sf. augmentation. 

Recrutement, sm. action de 

Recruter, v. foire une recrue. 

Recruteur, 5nt.x;[\d recrute. 

Recta, ad. ponctuellement 

Rectangle, a. et «m. flg. géom. 

Rectai^aire, a. en rectangle. 

Recteur, am. chef. 

Rectifier, v. redre «er. 

Rectiligne, a. en lignes drcrftes. 

Rectitude, sf. équité. 

Recto, S7a. L première page du 
feuillet. 

Recueil, sm. collection. 

Recueillement, sm. action de se 

Recueillir, v. ramasser. 

Recuire, v. cuire de nouveau. 

Recuit, a. trop cuit. 

Reculer, v. tirer; pousser. 

Récupérer (se), v. se dédom- 
mager. 

Reculons (à), ad. en arriére. 

Récuser, v. rejeter. 

Rédacteur, am. qui rédige. 

Rédaction, sf. action de rédiger. 

Reddition, af. action de rendre. 

Redemander, v. demander de 
nouveau. 

Rédempteur, sm. qui rachète. 

Rédemption, sf. rachat. 

Redevance, sf. dette. 

Redevenir, ». devenir de nouv. 

Redevoir, v. être en reste. 

Rédiger, v. mettre par écrit. 

Rédimer (se), v. se dédomm. 

Redingote, sf. vêtement. 

Redire, v. dire de nouveau. 

Redite, sf. répétition. 

Redondance, sf. superfluité. 

Rédonder, v, surabonder. 

Rédondoner, v. de nouveau. 

Redoubler, v. réitérer. 

Redouter, v. craindre fort. 

Redresser, v. rendre droit. 

Réductif, ve, a, qui réduit. 



REQ 

Réduction, af. action de 

Réduire, v. restreindre. 

Réel, le, a. et «m. qui est ea 



Réellement, ad. véritablement. 
Refaçonner, v. façonner de 

nouveau. 
Refoite, v. Mre de nouveau. 
Réfection, sf. réparation. 
Réfectoire, sm. salle à manger. 
Refend^ sm. cloison. 
Refendre, v. fendre de nouveau. 
Référendaire, sm. rapporteur. 
Référer, v. rapporter. 
Reformer, r. termer de nouv. 
Réfléchir, v. nepousaer. 
Reflet, sm. action de 
Refléter, v. envoyer la lumière. 
Réflexion, af.. réverbération. 
Refluer, v. retourner vers. 
Reflux, ark. mouvement réglé. 
Refondre, v. fondre de nouv. 
Refonte, af. action de refondre. 
Réforme, sf. rétablisseitaent. 
Refouler, v. fouler ; bourrer. 
Réfractaire,,a. et sm. rebeUe. 
Refrain, sm. répétition. 
Refrogner (se), v. rider. 
Reiïoidir, v. rendre froid.' 
Reiï-oidisaement, sm. diminua 

tion de choeur. 
Refuge, sm. asile ; retraite. 
Réfugier (se), if. sûreté. 
Refuser, v. 2. rejeter. 
Réfutation, sf. discours. 
Réfuter, v. combattre. 
R^^agner, v. gagner de nour. 
Régal, sm. festin. 
Régaler, v. donner nb régal. 
Regard, sm. action de la vue. . 
R^ardcr, v. jeter la vue. 
Régence, sf, dignité. 
Régénérer, v. réformer. 
Régent^ sm. qui enseigne. 
Régenter, v. enseigner. 
Régidde, am. assassin. 
Régie, af. administration. 
Regimber, v. ruer; résister. 
Régime, am. conseil; manière 

de vivre. 
Régiment, am. compagnie. 
Région , sf. étendue ; paya. 
Régir, V. gouverner. 
Registre ou Regître, sm. livre. 
Règle, sf. instrument ; prindpe. 
Règlement, sm. statut. 
Règlement, ad. avec règle. 
Régler, v. tirer des lignes. 
Réglisse, sf. plante. 
Règne, sm. gouvernement. 
Régner, v. gouverner. 
Régnicolc, a. naturd. 
Regorger, v. déborder. 
Regret, sm. chagrin. 
Regretter, v. s'affliger. 
Régulariser, v. rendre régulier. 
Régularité, sf. état régulier. 
Régulier, a. selon les régies. ^ 



•'■•/ 



ftw».^.a*^^ ^-' ■v-.'-s^!i'^ -^?'r. ^^j ; iiMi.. ^ i ^ ,>.- 



--<...y 






i 



REBÎ 

BéhabQlter, «. remettre dana le 

mAme état 
Behamaer, v. exaucer. 
Réimprteer, r. imprimer de 

novTeaii. 
Bein, «m. Tiacère. 
BeioBr tf. fenune du roL 
Réinstaller, v. inatalter de 

nouveau. 
Réintégrer, v. rétablir. 
Réitérer, v. dire de nonreaUr 
B^aillir,v. Jaillir. 
Bcni'ilUaaement, <m. action de 

rejaillir. 
Rcdet, «m. action de r^eter. 
Bcneter, v. repousser. 
Rcgeton, «m. Jet, descendant 
Rijjotaidre, v. réunir. 
Rqonir, V. divertir. 
Réjouissance, «/. amusement 
Relftche, «m. repos. 
Relâcher, o. se ratent, (s'ar- 

rôterO 
Relais, «m. chaogement 
Relancer, «. riposter ; lancer de 

nouveau. 
Relq». a. et $. («) apostat 
Rélargir, o. élargir <& nouveau. 
Relater, t. raconta. 
Relatif, ve, a. qui a rapport 
Relation, »f. rapport 
Relativement, ad. 
Relaver, v. laver de nouveau. 
Relaxation, af. relâchement 
Relaxer, v. remettre. 
Reléguer, v. exiler. 
Relever, v. remettre. 
Relier, v. cercler ; coudre. 
Relieur, euae, «. qui relie. 
Religieuaemrât, ad. avec 
ReUgi(», sf. culte ;- foi. 
Reliqu^iei am. boite à reliques. 
Reliquat, «m. reste. 
Relique, af, reste de saint 
Reluire, v. briller. 
Remanier, v* manier de.nonv. 
Remarque; af. observation. 
Remarquer, v. observer. 
Rembourrer, v. grossir de 

bourre. 
Rembourser, v. rendre. 
Rembrunir, v. rendre brun. 
Remède, «m. qui sert & guérir. 
Remédier, v. app. remède. 
Remèler, v. mêler de nouveau. 
Remémoratif, ve, a. qui ùit 

ressouvenir. 
Remémorer, v. rappeler. 
Remercier, v. rendre grftcea. 
Remerciment, «m. actl<«de grà- 
- ces. 

Remettre, v. rétablir. 
Remeubler, v. meubler de nou- 
veau. 
Remise, ^f. abri; retraite. 
Rémission, ^f. pardon. 
Bemmener, v. emmener de 

nouveau^" 



RBP 

Remonte, af. chevaux. 
Remonter, v. monter de nouy. 
Remontrance, af. action de 
Remontrer, v. représenter. 
Remords, am. dûgrin. 
Rémouleur, «m. qui remoule. 
Renqwiller, «. empailler. 
Rempailleur^ euae, a. qui rem* 

Rempui, am. levée. 

Remplacer, v. tenir lieor 

Remplir, v. achever. 

Remplissage, am. remplage. 

Remporter, v. reprendre. 

Remuer, v. elpr. déplacer. 

Rémunérateur, trice, a. et a. 

Renaître, v. naître de nouveau 

Renard, am. quadrupède. 

Renchérir, v. endiérir, 

Renoontire, ^f. aventure. • 

Renomtrer, v. trouver. 

Rendez-vous, am. invitation. 

Rendre, v. remettre. 

Rêne, «/. coumrie. 

Renégiô, am. apostat 

Renfermer, v. enfermer. 

Renflement "». action de 

Renfler, v. groeair. 

Renfoncement am. cavité. 

Renfonoer, v. enfoncer. 

Renftocer, v. fbrtifier. 

Renfort, am. accours. 

Rengorger (se), v. fidra l'impor- 
tant - 

Renier, v, désavouer. 

Renieur, euse, a. qui renie. 

Renifler, v. renâcler. 

Renom, am. réputation. • 

Renommée, af, renom. 

Renommer, «.'nommer avec 
éloge, nommer de nouveau. 

Renoncer, v. renier. 

Renonciation, af. alMuidon.. 

Renouement am. action de 

Renouer, v. renouveler. 

Renouveler, v. fiiire de nouveau. 

Renouvellement am. de 

Rénovation, tf. action de renou- 
veler. 

Renseignement, am. indice. 

Rente, tf. revenu annuel. 

Renier, v. créer dee rentes. 

Rentier, a. qui a dea rentes. 

Rentrée, af. action de 

Rentrer, v. revenir. 

Renverse (à la), ad. de 

Renversement am. de 

Renverser, v. bouleverser. 

Renvoi, «m.^ action de 

Renvi^er, v. congédier. 

Réorganiser, v. organiser de 
nouveau. 

Repaire, am. retraite de vo- 
leurs; debètes. 

Répandre; e. verser. 

Reparaître, «. paraître de nouv. 

Réparateur, tnoe, a. et t, qui 
répare. 



REP 



7a 



Réparer, v. rétablir. 

Repartie, af. réplique. 

Repartir, v. répliquer. 

Répartir, «. panager, «n^ 
quer. 

Répartition, tf. dietributkm. 

Repaa, am. nourriture réglée. 

Repassage, am. action de 

Repasser, «. aiguiser. 

Repaver, v. paver de nouveau. 

Repeindre, v. peindre de nowr. 

Repentadce, af. repentir. 

Repentir, am. ngnt. 

Rëpercuaaion, af. action de 

Répercuter, v. réfléchir le aon. 

Répertoire, am. liste ; légende. 

Repeser, v. peser de nouveau. 

Répétailler,«. répéter trop. 

Répéter, v. réciter. 

Répëtii^ur, am. qui fidt réciter. 

Répétition, af. redite. 

Repeupler, «.peupler. 

Répit 'm. rel&che; délai. . 

Replacer, «. placer de nouveau. 

Replanter, v. planter de nouv. 

Replâtrer, v. recrépir. 

Replet ète,. a. <pii a de Tem- 
lionpoint. 

Réplétion, af. plénitude.. 

Repli, am. ourlet aecret 

Replier, v. plier de nouveau. 

Réplique, af. réponse. 

Répliquer, v. répondre. 

Replonger, v. plonger de bout. 

Repolir, v. pour de nouveau. < 

Répondre, v. répartir. 

Répons, am. sorte de réponoe. 

Réponse, af. réplique. 

Report '">• action d^ 

Reporter, v. porter de nouveau. 

Repos, am. cessation de travaiL 

Reposer, v. poser ; cesser. 

Reposoir, «m. autel postiche. 

Repousser, v. rejeter. 

Repoussoir «m. pour npougaeiC 

Répréhensible, a. digne de 

Répréhension, af. blâme. 

Reprendre, v. gronder. 

Représentation, af. olnerver. 

Représenter, o. {wésenter. 

Répressif, ve, a. qui réprime. 

Répression,.*/, action de 

Réprimande, tf. reproche. 

Réprimander, «. gronder. 

Réprimer, v. corriger. < 

Reprise, af. action de repriser . 

Réprobation, af. action de 

Reproche, am. reprimande. 

Reprocher, v. objecter. 

Reproduire, «. produire. 

Réprouver, v. condamner. 

Reptile, a. et am. animal ramp. 

Républicain, a. et a. de 

République, af. sorte de gou- 
vernement 

Répudier, v. divorcer. 

Répugner, v. être oppoaé. 

RépuUli ve, a. qui repooMe. 



parer 



74 RE8 

BépoMoD, «/. aettoB de re> 

pooaf». 
BJputatiom, «/. renommée. 
BftINrter, v. prësomer. 
Baqnârir, v. prier, deraandw. 
Requête, tf. demande. 
Requiem, am. {rikmémé)^ prière 

pour les m(»S. 
R^uin, «m. poiaaon. 
Requinquer (ae), o. se 

trop. 

Requs, a. convenable. 
Réquisition, «/. requête. 
Rewription, sf. mandat. 
Rescri^ am. téponse. 
Réserve, sf. exception, discret, 
fiàserver, v. garder, excepter. 
Réservoir, sm. pour réserver. 
Résidence, «/. habitation. 
Résider, v. habiter. 
Résidu, am. le restant. 
Résigfher, v. se soumettre. 
RésiUation, sf. action de 
Résilier, v. casser un contrat. 
Résine, sf. substance 
Résineux, se, a, de résine. 
Résipiscence, sf. repentir. 
Réristanoe, sf. action de 
Résister, v. ne pas céder. 
Résolu, a. et s. décidé. 
Résolument, ad. 
Résolution, sf. décision. 
Résolvant, a. et sm. qui •résout 
Résdinement, sm. de 
Résonner, v. renvoyer le son. 
Résoudre, v. détruire^ détenu. 
Beopect, am. (èk) vénération. 
Re^ecter, «. révérer. 
Respectable, a. de respecter. 
Respectil^ tive, a. réciproque. 
Respectueux, se, a. plem de 



Req>{ratioii, if. acHoia de 

Respirer, v. vivre. 

Resplendir, «. briller. 

Responsabilité, af. garantie. 

Reaponsable, a. qui est garant 

Resrasir, v. saisir de nouveau. 

Ressasser, v. entasser. 

Ressaut, am. saillie de corniche. 

Repsemblance, af. de 

Sessembler, v. être semblable. 

Ressemer, v, semer de nouveau. 

Ressentiment, «m; souvenir. 

Ressentir, v. sentir. 

Resserrement, am. action de 

Resserrer, v. rétrécir. 

Ressort, am. élasticité. 

Ressortir, v. dépendre, ajuster. 

Ressouder, v. souder de nouv. 

Ressource, if. moyens. 

Ressouvenir (se), v. se souvenir. 

Ressuer. v. suer de nouveau. 

Ressusciter, v. ramener à la vie. 

Reatauraa^ a. et «m. qui res- 
taure. 

Restaurateur, trioe, t. qui ré' 
tàbUt. 



RBV 

Restauration, tf. rétabllMO- 
ment. 

Restaurer, «. rétablir. 

Raste, am. ce qui demeoM. 

Rester, v. être de •reste. 

Restituer, e. vendre. 

Restitution, af. action de rendre. 

Restreindre, v. resserrer. 

Restriction, sf. modification. 

Résultat, sm. qui résulte. 

Résulter, e. s'ensuivre. 

Résumer, v. réduire. 

Résurrection, sf. action de re- 
venir à la vie. 

Rétablir, e. remettre. 

Rétablissement, sm. action de 
rétablir. 

Retailler, v. tôlier de nouveau. 

Retaper, v. retrousser. 

Retard, «m. retardement. 

Retardataire, s. qui est en re- 
taxd. 

Retarder, r. diflS&rer. 

Retaxer, v. taxer de nouveau. 

Retenir, v. tenir encore. 

Rétention, «/.réserve. 

Retenue, sf, réserve, modérât 

Réticence, sf. tenir caché. 

Rétif, ve, s. et a. qui résiste. 

Rétine, sf. filets du nerf optiq. 

Retiration, s/, imprimer, aet de 

Retirer, v. iaer de nouveau. 

Retomber, v. tomber encore. 

Retordre, v. tordre de nouveau. 

Rétorquer, v. tourner contre. 

Retors, a. retordu, rusé. 

Retorsion, sf. act de rét(»quer. 

Retoudier, v. corriger. 

Retour, sm. action de 

Retourner, «. revenir sur ses 
pas. 

Retracer, v. tracer de nouveau. 

Rétractation, sf. action de se 

Rétracter, V. renoncer; changer 
d'avis. 

Retrait, sm. action de reirskre. 

Retraite, sf. action de se retirer. 

Retrancher, v. supprimer. 

Rétrécir, v. rendre étroit 

Rêtre, a. intrigant 

Rétrécissement, «m. état rétréci. 

Retremper, v. trmiper do nouv. 

Rétribution, sf. mare. 

Rétroactif, ve, a. qui agit snr~1 

Rétroaction, sf. [le pa8se.J 

Rétrogradation, «Aietour. 

Rétrograde, a. cftmnièrÈ.- 

Rétn^rader, v. recaler. 

Retrousser, «.trousser. 

Retrouver, v. reconnaître. 

Rets, «m. filet 

Réunion, sf. action de 

Réunir, v. reJoindre,J^. 

Réussir, v. avoir du suooés. 

Réussite, sf. bon succès. 

Revanche, sf. compensation. 

Revnncher, v. rendre la pareille. 

Rêvasser, v, rêver. 



RIC 

Rêve, «M. songe. 

Revècbe, a. rude, dUBcile. 

Réveil, sm. cessaMca de soilh 
meil; bruit 

Réveiller, ». évciUer. 

Réveillon, am. repas. 

Révélation, sf. in^iration. 

Révéler, v. découvrir, déclarer. 

Revendeur, cuse, s. qui revend. 

Revendication, sf. action de 

Revendiquer, v. réclamer. 

Revendre, v. vendre de nouv. 

Revenir, r. venir de. 

Revenu, sm. rente. 

Rêver, v. penser, songer. 

Réverbération, sf. éclat réflé» 
chl. 

Réverbère, sm. lanterne 

Réverbérer, v. rëflécliir. 

Reverdir, a. fedevenir vert 

Révérerament, ad. (ra) avec 

Révérence, sf. respect 

Révérer, v. honorer. 

Rêverie, sf. pensée vogue. 

Revers, sm. coup; opposé au 
beau c^té. 

Reverser, v. verser de nouveau 

Revêtement, sm. action de 

Revêtir, V. habiUer. 

Rêveur, euse, s. qui r&ve. 

RevireE, v. to wner. 

Reviser, v. revoir. 

Révision, sf. nouvel examen. 

Revivre, v. ressusciter. 

Révocable, a. de 

Révocation, sf. action de révo- 
quer. 

Revoir, e. voir, examiner. 

Révolte, sf. insurrection. 

Révolter, v. soulever. 

Révolu, a. (temps) achevé. 

Révolution, sf. mouvement 

Révolutionnaire, a. 

Révolutionnairement, ad. 

Révolutionner, v. troubler. 

Révoquer, v. rappeler. 

Revue, sf. inspection. 

Révulsif, ve, a. qui détourne. 

Révulsion, sf. retour des bu* 
meurs. 

Rez, prip, tout contre. 

Rhéteur, «m. professeur. 

Rhëtoricien, sm. qui sait la 

Rhétorique, sf. art de bien 
dire. 

Rhombe, sm. losange. 

Rhomboïde, sm. flg. de géomé. 

Rhubarbe, sf. plante. 

Rhum, sm. v, Rum. 

Rhumatismal, a. do 

Rhumatisme, tm. douleur. 

Rhume, sm. fluxion. 

Rhythme, sm. cadence. 

Riant a. qui marque la gaieté. 

Ribambelle, sf. longue suite. 

Ricaner, v. se moquer. 

Ricanerie, sf. rire moqueur. 

Ricaneur, euse, a. qui rifiaoe. 



Rit 
Ritoù 
Ritue 
Rivai 
Riva 
Rivq 
Riva 
Rive, 
Rivei 
Rivei 
Rivet 
Rivié 
Rixe, 
Rizo 
Robe 
Robh 
Robo 
Robu 
Robu 
Roc, 
Rocal 
Roea 
cail 



C>"' 



ffloile. 
a de taap 



ration, 
r, déclarer. 
]ui revend, 
stion de 
[amer. 
I de nouv. 



Dger. 
éclat réflé» 

emo. 
chtr. 
lir vert. 
[ra) avec 

BCU 

vogue, 
opposé an 

le nouveau, 
ition de 



Irâve. 



il examen, 
iter. 

ion de révo- 

iminer. 
iotion. 
er. 

achevé, 
uvement. 
• ' f 
mt, ad. 
troubler, 
eler. 
Lon. 

li détourne, 
our dee hu- 
ître. 
Bsseur. 
lui sait la 
art de bien 

nge. 

Ig. de géomé. 

nte. 

m. 

io 

douleur. 

on. 

l^ice. 

une la gaieté. 

}ngue suite. 

quer. 

I moqueur. 

.quiricaoo. 



ROC 

Uo4-rie, «A i la ilgaenr. 
Richard^ «m. homme riche. 
Riehe, a. et «m. qui a du bien. 
Blchement, ad. de 
Bichewe, «/. abondance. 
RichiflBime, a. très riche. 
Ride, tf. pli sur la peau. 
Bideau, am. pour cacher. 
Ridelle, a/, ratellier de charrette. 
Rider, v. fliire des rides. 
Ridictde, a. digne de risée. 
Ridiculement, ad. 
Ridiculiser, v. rendre ridicule. 
Rien, sm. nulle chose. 
Rieur, euse, a. qui aime i rire. 
Rigide, a. sévère, exact 
Rigidement, ad. avec 
Rigidité, af. sévérité. 
Rigole, af. tranchée. 
Rigorisme, am. sévérité. 
Rigiwiste, a. et a. sévère. 
Rigoureusement, ad. 
Rigoureux, se, a. sévère. 
Rigueur, af. sévérité. 
Rime, af. retour régulier. 
Rimer, «. foire consonner. 
Rincé, a. mouillé. 
Rinceau, am. feuiluge. 
Rincer, v. nettoyer en lavant 
Rinçuré, tf. relavure. 
Rioter, v. rire à demi, pop. 
Rioteur, euse, a. et a. 
Ripaille, af. grande chère. 
Ripèpé, am. discours triviaL 
Riposter, v. repartir vivement 
Rire, V. divert ir, Wler. 
Ris, am. actici' de ^ 
Risée, af. grand ■" ■ a .fTre. 
RisibiUté, </. ftci é >. re. 
Risible, a. capab. /■> . :j rire. 
Risquable, a. périlleux. 
Risque, am. danger, pétû. 
Rftquer, v. hasarder. 
Rit, (t) Rire, am. cérémoniaL 
Ritournelle, af. répétition. 
Rituel, «m. livre de rites. 
Rivage, «m. bord de la mer. 
RiviUj am. concurrent 
Rivfdiser, v. disputer de mér. v 
Rivalité, af. concuirence. 
Rive, af. bord de l'eau. 
River, v. abattre, aplatir. 
Riverain, a. et a. des confins. 
Rivet,» «m. Clou rivé, mare. 
Riviéi^ af. cours d'eau. 
Rixe, M querelle, débat 
Riz ou Kis, am. plante. 
Robe^ sf. vêtement long. 
Robinet, am. tuyau de font^e. 
Roboratif, ve, a. qui fortifie. 
Robu^e, 0. vigoureux. 
Robumement, ad. 
Roc, <ffi. masse de pierre dure. 
Rocaile, af. cailloux. 
Roeaiueur, am. ouvrier en ro- 
caille. [caUloux.~] 
Rocailleux, se, a. plehi dej 
Bodié, af. Rocher, am. roc 



;] 



ROU 

Sochet, am. aorte de sorplia. 
Rôder, v. errer ci et 16. 
Rôdeur, am. qui rôde. . 
Rodomont, am, ftmfturon. 
Rodomontade, af. fanfaronnade. 
Rogations, af. pi. prières. 
Rogne, tf. g^e, mousse. 
Rogner, v. retrancher, ôter. 
Ri^neur, euse, a. qui rogne. 
Rogneux, se, a. et «. qui a la 

TOgne. 
Rognure, af. ce qu?on a rogné. 
Rot am. monarque. 
Roitelet i»' petif oiseaii. 
Rôle, am. feiullet écrit 
Rôler, V. foire des rôles, pra. 
Romain, a. et a. de Rome. 
Roman, am. récit d'aventures. 
Romance, af. chanson. 
Romancier, a. qui foit des rom. 
Romanesque, a. de romans. 
Romanesquement ad. 
Romantique, a. de roman; 
Rompre, v. casser; se séparer. 
Rond, a. circulaire, sincère. 
Rondelet ette, a. qui est rond, 
Rondelle, af. virole. [foçon.~ 
Rondement, ad. uniment stms. 
Rondeur, af. forme ronde. 
Rondin, am. bûche ronde. 
Ronfler, r. râler en dwmant 
Boafleur, euse^ a. qui ronfle. 
Ronger, V. coup. av. les dents. 
Rongeur, a. (ver) remords. 
Rosace, af. om. d'arch. 
Rosaire, am. sorte de chapelet 
Rose, af. fleur, nœud. 
Rosé, a. d'un rouge fidble. 
Roseau, «m. plante. 
Rosée, «/.pluie fine. 
Rosette, af. ornement 
Rorior, am. arbrisseau. 
Rosse, af. cheval sans vigueur. 
Rosser, v. battre violemment 
Rossignol, am. oiseau. 
Rot am. vent de l'estomac 
Rôt, am. viande rôtie. 
Rotation, af. mouvement 
Roter, V. faire un rot boa. 
Rôtie, af. tranche de pidn 

griUé. 
Rotin, am. bftton. 
Rôtir, V. cuire devant le feu. 
Rôtisseur, euse,'«. 
Rotonde, af. bâtiment rond. 
Rotondité, af. rondeur. 
Rotule, af. os du genou. 
Roture, af. état roturier. 
Roturier, ère, s. et a. 
Rouage, am. assemblage de 

roues.. 
Roucoulement am. action de 
Roucouler, v. cri du pigebn. 
Roue, tf. machine ronde. 
Roué, a. et a. supplicié. 
Rouelle, af, tranche ronde. 
Rouennenes, af. p/. étoflës. 
Rouer, V. supplicier, {dier. 



mua 



75 



Rouet, aik. mach. pour filer. 

Rouge, a. de eoulenr de sang. 

Rougeâtre, a. presque rouge. 

Rougeaud, a. et a, qui a le vi- 
sage rouge. 

Rougeole, af. maladie. 

Rougeur, </. couleur rouge. 

Rougir, V. devenir rouge. 

Rouille, ^. oxyde de fsr. . 

RouiUor, V. couvrir de rouille. 

Roulade, af. action de rouler. 

Roulage, am, maison de 
port 

Rouleau, am. paquet roulé. 

Roulement «m. mouvement 

Rouler, v. plier, voyager. 

Roulette, af. petite roue. 

Roulier, am. charretier. 

Roulis, am. agitât du navire. 

Roupie, af. goutte au nez. 

Roupiller, v. sommeiller. 

Rouisfltre, a. presque roux. 

Rousseur, af. état roux.- 

Roussir, V. devenir roux. 

Route, af. voie, chemin. 

Routier, am. expérimenté. 

Routine, af. habitude. 

Routiner, v. par habitude. 

Routinier, a. par routine. 

Rouvrir, V. ouv. de nouvean. 

Roux, rousse, a. et am. 

Royal, a. de roi, Jlf . libéraL 

Royalement «ut 

Royalisme, am. de lafoysoté. 

Royaliste, a. et «. 

Roy^mie, am. état 

Royauté, af. dignité de nA, ^ 

Riûde, tf. action de ruer. 

Ruban, am. tissu de soie. 

Rubanerie, af. commerce de 
rubans. 

Rnbanier, a. qui foit éee rub. 

Rubis, am. ptene mécieusc 

Rubricaire, a. qm sait la ni* 
brique. 

Rubrique, af. craie ; msc 

Ruche, af. panier nr. les abeilkai 

Rude, a. âpre, dimcUe. 

Rudement ad. avec 

àudesse, af. qualité rude. ' 

Rudiment am. premiers prin> 
cipes. 

RudoyOT, «. traiter rudement 

Rue, af. chemin de ville. 

Ruelle, af. petite rue. 

Ruer, V. Jeter avec force. 

Rugir, V. se dit du cri du Uott. 

Rugissement am. cri aigu. 

Ruine, af. destruction, débria. 

Ruineux, se, a. qui se ruine. 

Ruisseau, am. courant d'eau. 

Ruissder, v. couler en rulBNM. 

Rumeur, af. bruit querelle. 

Ruminer, v. nunaoher. 

Rupture, af. action de rompra. 

Ruse, af. moyen adroit 

Rusé, a. fin, adroit 

Rustaud, a. et «m. mitre. 






76 



SAI 



SAN 



SAU 



BnaUeité, »f, groaaiér«té. 
Baattqne, a. groHier. 



iRufltiq'iement, ad. IRjrthme, V. Bbythme. 

iRuatre^ 0. et «M. fort rustique. J 



S, «m. (M 19e lettro de Pat 
phabet. 

Sa, MVM. potaetiif. 

Sabbat, am. Krand bruit. 

Sabine, af. piaaie. 

Sable, am. terre légère. 

Sablé, a. garni de sable. 

Sabler, v. couvrir de sable. 

Sableux, se, a. mêlé de sable. 

Sablier, am. vase à sable. 

Sablière, af. pièce de bois. 

Sablon, am. sable fin. 

Sablonner, v. récurer avec du 
sablon. 

Sablonneux, euse, a. [canon.l 

Sabord, am. ouverture pour le J 

Sabot, MR. chaussure de bois. 

Saboter, «.Jouer au sabot 

Sabotier, a. qui fUt des sabots. 

Sabouler, v. houspiller, pop. 

Sabre, am. anne en coutelas. 

Sabrer, v. flnpper d'un sabre. 
. Sac, am. sorte de poche. 

Saccage, am. bouleversement. 

Saceagement, am. pillage. 

Saccager, v. piller avec dégât. 

Sacerdoce, am. état ecdésiast. 

SaoerdotaL a. du sacerdoce. 

Sachée, a/, plein un sac. 

Sach«t, am. petit sac 

' Sacre, am. action de sacrer. 

Sacré, a. inviolable. 

Sacrement, am. signe viable 
d'une grâce invisible. 

Sacrer, v. oindre. 

Saorificateur, «m. qui sacrifie. 

Sacrifice, àm. oflhmde. 

Sacrifier, «. t^xe un sacrifice. 

Sacrilège, am. action impie. 

Sacrilègement^ ad. 

Sacristain, am. garde de sa- 
cristie. ^ [d'église."! 

Sacristie, af. lieu p. les omem. J 

Safran ou Crocus,' mi. plante. 

Safraner, «.Jaunir. 

Sagacité, af. pénétration. 

Sage, a. modéré, discrétion. 

Sagement, ad. avec sagesse. 

Sagesse, af. prudence. 

Sagouin, am. singe, sale. 

Snviée, af. action de saigner. 

Saignement, am. action de 

Saigner, v. tirer du sang. 

Baigneur, am. partisan de la 
mignèe. 

Saillie, af. sortie in4>ètueu8e. 

SaiUir, «. avancer. 

Sain, a. non maladif. 

Saindoux, am. graisse de porc 
* Sainement, ad. d'une maniëren 

Sainfoin, am, plante. [8aine.J 

Biint, 0. oonsacrè à Dieu. 



S. 

Saintement, ad. avec 

Sainteté, af. qualité sainte. 

Saisie, af. arrêt sur les biens. 

Saisir, «. arrêter, prendre. 

Saisissable, a. qu%n peut sais. 

Saisissement, am. surôrise. 

Saison, af. 4e partie de l'année. 

Salade, af. herbes potagères. 

Saladier, am. pour la suade. 

Salaire, am. paiement 

Salaison, af. salage. 

Salant, a. (marais, puits). 

Salarier, v, donner le salaire. 

Sale, a. qui n'est pas net 

Salement, ad. malproprement 

Saler, v. assaisonner de seL 

Saleté, af. qualité sale. 

Salière, sf. vase pour le seL 

Saligaud, a. et a. sale, pop. 

Salin, a. et am. 

Saline, af. salaison. 

Salique, a. QtA). 

Salir, V. rendre sale. 

Salive, af. humeur aqueuse. 

Saliver, v, cracher. 

Salle, »/. salon. . 

Saloir, am, vaisseau pour le seL 

Salon, am. chambre. 

Salpêtre, am. nitrate. 

Salp^' ler, am. qui travaille le 
sakpêtre. 

Salpêtrière, af, de salpêtre. 

Salsifis, am. plante potagère. 

Saltimbanque, am. bateleur, 
charlatan, boi^fon. 

Saluade, af, actiQn.de saluer. 

Salubre, a, pour la santé. 

Salubrité, af, qualité salubre. 

Saluer, v. témoig. le respect 

Salure, af, salée. 

Salut, am. respect, félicité. 

Salutaire, a. utile. 

Salutairement, ad, ma. 

Salutation, af. action dé saluer.' 

Salve, af, décharge d'artillerie. 

Salve, am. l, prière à la Vierge, 

Samedi, am. 7e Jqur de la se- 
maine. 

Sanctification, af, action de 

Sanctifier, v, rendre saint, 

Sanction, af, confirmation. 

Sanctionner, v, approuver. 

Sanctuaire, am, heu . saint 
retiré. 

Sandale, af, chaussure. ■ 

Sandaraqne, af. gomme. 

Sang,*Mi. race, liqueur. 

Sang-firoid, am. flegmatique. 

Sanglant, a. ensanglanté. 

Sangle, af, bande plate. 

Sangler, V. serrer. 

Sanglier, am. porc sauvage. 



Sanglot, am. soupir redoublé. 
Sangloter, v. pleurer. , 

Sang-sue, af. ver aquatique. 
Sanguin, a, abondant en sang. 
Sanguinaire, a, de sang. 
Sanguine, af. mine de fer. 
Sanhédrin, am. conseil Juif. 
Sanitaire, a, pour la santé. 
Sans, prip, exclusive. 
Sans4ouci, a. i. négligent 
Sansonnet, am, oiseau. 
Santé, tf. état sain. 
Saoul, Saouler, V, Soûl, etc 
Sape, af, acQon de 
Saper, v. détruire, attaquer. 
Snpeur, am. soldat qui sape. 
Sapience, af, sagesse. 
Sapin, am. arbre. 
Sarcasme, am. raillerie amère. 
Sarcelle, af. oiseau aquatique. 
Sarcler, v, désherber. 
Sarcleur, euse, a, qui sarcle. 
Sarcloir, am. inst. pour sarcler. 
Sarocèle, am, tumeur. 
Sardine, af, poisson de mer. 
Sarment, am, rameau de vigne. 
Sarrasin, a, et am. blé noir. 
Sas, am, tissu pour passer la 

flirine. 
Sasser, v, passer au sas. 
Satan, am. le chef des démons. 
Satanique,a. diabolique, /a. 
Satellite, am. homme aimé. 
Satiété, af, (ctj réplétien. 
Satin, am, étofib de soie, etc. 
Satinade, af. action de 
Satiner, v, donner de l'éclat 
Satire, af. censure. 
Satirique, a. de la satire. 
Satisfiwstion, af. réparation. 
Satislfactoire, a. prop. â expier. 
Satisftiire, v, acquitter, 
'^atisiiiit, a, qui a satisfaction. 

iaturer, v, combiner, mêler. 
Sauce, af. assaisonnement 
Saucer, v, mettre de la sauce. 
Saucière, af, vase à sauce. 
Saucisse, af. boyau plein de 

viande. 
Saucisson, am, même sens. 
Sauf, Sauve, a, excepté. 
Sauf-conduit, am, passe-port 
Sauge, af, plante aromatique. 
Saule, TOI. arbre. 
Saumon, am, poisson. 
Saumure, af, liquide salé. , 
Sauneri«*, af, fabrique de sel. 
Saunière, af. coi&« à sel. 
Saupoudrer, v, poudrer de sel. 
Saut, am. action de sauter. 
Sautelle, tf. sarment avec a» 

racine. 






e. 



edonblé. 

latiqne.' 
t en sang. 
iag. 
le fer. 
}iljuif. 
Bantë. 
). 
igent 

iU. 

OUI, etc. 

ttaquier. 
[uisape. 



rie amëre. 
Aquatique. 

T. 

li sarcle, 
our Barder. 

3t. 

de mer. 
lu de vigne, 
lé noir. 
I passer la 

sas. 

es démons. 

ilique,/a. 

leannë. 

létien. 

soie, etc. . 

de 

le l'éclat. 

atire. 
aration. 
p. à expier, 
ter. 

itisfaction. 
ir, mêler, 
lement. 
9 la sauce, 
i sauce, 
a plein de 

aeeens. 
Bpté. 
asae-port. 
omatique. 

>n. 

le sfdé. . 

ue de sel. 

& sel. 

drer de seL 

sauter. 

mt avec sa 



îi 



SCR 

Sauter, «. s'ÉleVer avec eflbrL 

Sauterelle, tf. Insecte. 

Sauteur, euse, a. qui saute. 

Sautillement, ai», action de 

Sautiller, v. faire de pet sauts. 

Sauvage, a. fltfouche. 

Sauvageon^ a. et am, 

Sauv^arde, sf. protection. 

Sauver, v. garantir, éviter. 

Sauveur, «m. libérateur. 

Savamment, ad. avec savoir. 

Savant, a. et «. trés-instruit. 

Savate, af. vieux soulier. 

Saveter, v. mol faire un ouvrag. 

Savetier, a. mauvais ouvrier. 

Savein*, af. goût. 

Savoir, v. connaître. 

Savon, am. pâte pour nettoyer. 

Savonnage, am. action de 

Savonner, v. nettoyer, grotader. 

Savonnerie, ^. fab. de savon. 

Savonnette, «/. boule de savon. 

Savonneux, euse, a. de savon. 

Savourer, v. goûter. 

Savoureux, se, a. qui a de la 
Eaveur. 

Scabreux, se, a. rude. 

Scalène, a. terme de geom. 

Scanlale, am. occasion. 

Scandaleusement, ad. 

Scandaleux, se, /i. de 

Scandaliser, v. exposer. 

Soapulaire, am. étoflb bénite. 

Scarifier, r. inciser la chair. 

Sceau, am. cachet, empreinte. 

Scélérat, a. et a. méchant 

Scélératesse, af. méchanceté. 

Scellé, am. sceau apposé. 

Scellement, am. action de 

Sodler, «. mettre le sceau. ' 

Seéne, af. théâtre, querelle. 

Schall, am. grand ficnu. 

Schelling, am. monnaie. 

Sohismatique, a. et am. 

Sciage, am. action de scier. 

Sdafique, a. et af. névralgie. 

Scie, «/; lame dentelée. 

Sciemment, ad. de 

Science, af. connaissance. 

Sdentiflque, a. des sciences. 

Seientiflquement, ad. 

Scier,' «. couper avec la sde. 

Scieur, am. ouvrier qui scie. 

SdntUlation, af. étincellement. 

Sdntiller, v. étinceler. 

Soissicm, af. division. 

Sdsstonnalre, «m. 

^ure, af. ce que la sde en- 
lève. 

Soidaire, A, des écoles. ^ 

Scoiaatique, a. et af. 

Soolie, af. note, monture. 

Scorbut, «m. maladie. 

Scorbutique, a. ot «. 

BccNiflcatlon, af. de 

Soorifler, V. extraire la scorie. 
Scribe, Mk. docteur Juif. 

SorofloieB, af.pl, écrouelleB. 



Scrofuloux, se, a. de scroful. 
Scrupule, am. inquiétude. 
Scrupuleusement, ad. 
Scrupuleux, se, a. et a. 
Scrutateur, a. et am. 
Scruter, v. pénétrer. 
Scrutin, am. sufifrages l. vreta. 
Sculpter, V. tailler une figure. 
Sculpteur, am. qui sculpte. 
Stiulptw-e, af. art du sculpteur. 
Se, pron. de la 3e personne. 
Séance, af. droit de siéger. 
Séant, a. qui tient séance. 
Seau, am. vidssean pour puiser 

de l'eau. 
Sébile, sf. écnelle de bois. 
Sec, Scche, a. et anu maigre. 
Sécante, af. ligne qui coupe. 
Sèchement, ad. de 
Séc&er, v. devenir sec. 
Sécheresse, ff. ce qui est sec. 
Second, a. et am. nombre ord. 
Secondaire, a. accessoire. 
Seconde, af. classe de collège. 
Secbndementr'orf. 
Seconder, v. aider, favoriser. 
Secouer, v. remuer. 
Secoûment,«in. act. de remuer. 
Secourable, a. qui protège. 

Secourir, v. aider. 

Secours, am. aide, assistance. 

Secousse, af. ébranlement 

Seovt, été, a. caché. 

Secrétaire, am. écrivain. 

Secrète, af. oraison dite tout 
bas. 

Secrètement,' ad. de secret 

Sectaire, a. qui est d'une secte. 

Sectateur, trfce, a. partisan. 

Secte, af, corps de doctrine. 

Secteur, am. portion de oerde. 

Section, af. division, ligne. 

Séculaire, a. de sièclfc on siède, 

Sécularisation, af. action de 

Séculariser, v. rendre laïc. 

Séculier, a. laïque. 

SécuUèrement, ad. 

Sécurité, af. tranquillité. 

Sédentaire, a, qui sort peu. 

Sédiment, am. dépôt 

Séditieusement, ad. de sédit 

Séditieux, se, a. et am. de 

Sédition, af. émeute populaire. 

Sé.ducteur, trice, a. et a. 

Séduction, af. action de 

Séduit^ V. trompa, plaire. 

Séduisant, a. qui séduit 

Segment, am, port du cercle. 

Ségrégation, af. mettre à part 

Seigle, am, sorte de blé. 

Seigneur, am. titre. 

Sein, am. le haut un cmps. 

Seing, raiNdgnature. 

Seize, a. iMcm. dix et six. 

Seize (in), am. Ibnuat 

Seizième, a. ord. et m. 

Séjour, «m. demeure. 

Séjourner, v. demeurer. 



SEP 



77 



Sd, Ml. adde pour assaisonner, 

finesse. 
Selle, af. siège de bois. 
Sellier, a. qui ftiit des sdlos. 
Selorîs prép, d'après. 
Semaine, af, grains semés. 
Semaine, af, espace do 7 Jouis. 
SemaiiUer, «. de semaine. 
Semblabler,'a. et am. pareiL 
SemblabJlement, ad. 
Semblant, am. apparence. 
Sembler, v. paraître. 
Semé ou Parsemé, a. plein. 
Semelle, af. dessous de soulier. 
Semence, sf, ce qu'on sème. 
Semer, v, répandre. 
Semestre, a, et am. de 6 mois. 
Semeur, am. qui sème. 
Sémillant, a. vif, éveillé. 
Séminaire, am. collège ecdès. 
Séminariste, sm. élève ecclvs. 
Semonce, sf. réprimande. 
Semoncer, v. réprimander,/!. 
Semoule, af. pâte en grains. 
Sénat, am, corps de magistrata. 
Sénateur, am. de sénat 
Sénatorial, a. de sénateur. 
Séné, am. plante médidnale. 
Sénevé, am. plante, à moutarde. 

Sens, am. &cuTté, opii^on. 
Sensation, 4^. impresi^on. 

Sensé, a. raisonnable. 

Sensément, ad, avec sagesse. 

Sensibilité, af. qualité par Ift* 
quelle on est 

Sensible, a. tendre, délicat 

Sendblement,.a<t 

Sehsiiif, ve, a. qui peut senOr, 
af. plante. 

Sensualité, af. plaisirs des sens. 

Sensuel, le, a. et «. voluptueux. 

Sensuellement, ad. 

Sentence, «/.Jugement 

Sentencieusement, ad, v. 

Sentendeux, se, a. 

Senteur, af. odeur. 

Sentier, am. diemin étroit 

Sentiment, am, perception. 

Sentimental, a. d'esprit 

Sentine, af. qui reçoit les 01^ 
dures. 

Sentinelle, af, sddats^ul bit le 
guet 

Sentir, v. éprouve .', flairer. 

Séparable, a. qu'<Mi peut sé- 
parer. 

Séparation, af. act de séparer. 

Séparément, ad. de 

Séparer, v. désunir. 

Sept, ad. num. et am. 

Septante, a. num. 

Septembre, am, neuv. mois. 

Septénaire, a, de sept ans. 

Septennal, a. {inné). 

Septentrion, «m. le nord. 

Septentrional, a. 

Septième, a. nombre ord. 

Septièmement, ad. 



78 



SBV 



Septuagénaire, a. et «. 

Septuple, a. ot »m. sept fois 
autant. 

Septupler, r. répété sept fois. 

Sépulcral, a. de sépulcre. 

Sépulcre, am. tombeau. 

Sépulttue, $f. où l'on enterre. 

Séquelle, sf. partisans. 

Séquestration, «/.«ction de 

Séquestrer, v. raifermer. 

Sérail, êm. palails ture. 

Sérapbin, «m. esprit élevé. 

Sérapliique, a. de séraphin. 

Berem, am. clair,'calme. 

Sérénade, af, concert. 

Sérénité, «f. état serein. 

Serf (/), Serye, a. et a. 

Serge, «/. étoffe légère. 

Sergent, am. sous oAScier. 

Sergenter, v. presser, pra. 

Série, tf. suite, diTision. 

Sérieusement, ad. 

Sérieux, a. grave, dangereux. 

Serin, i. oiseau, et a. i. Jaune. 

Serinette, tf. inst de musique. 

Seringue, «/• petite pompe. ^ 

Serment, am, afflrmatio£ ^ 

Sermon, am. prédication. 
•Sermonner, v. prêcher. 

Sérosité, af. partie aqueuse du 
sang, du lait, etc. 

Serpe, af. instrument. 

Serpent am. reptile. 

Serpenter, v. en toumoyanL 

Serpette, af. petite serpe. 

Serpplet, am. plante ahimat 

Serre, af. pied d'oiseaOI, Heu 
pour les plantes. 

Scôrement, «m. action de serrer, 

Serrement, ad. de 

Serrer, v. étrefaidie. 

Swré-tète, «m. ooiflb denuit. 

SwTure, af. maâiine pour fer- 
mer les portes. 

Semifbrie, af. art du 

Serrurier, am. qui fliit des ser- 
rures. 

Sestir, V. enchâsser, lapid. 

Sertissure, af. inan. de sertir. 

Servante, sf. domestique. 

Sérviable, a. offldeux. 

Serviœ, am. assistance. 

Serviette, af. linge de table. 

Swvile, a. d'esdave. 

Servilement, ad. de 

Serrilitéy af. esprit de servitude. 

Servir, v. fidre le service. 

Swvitemr, a. domestique^ 

Servitude, af. esclavagei 

Session, af. dorée d'une assem- 
blée. 

Setter, am, mesure de grains. 

Séton, am. cxxrôaa ds. la tbait. 

SeuH, avt, traversai 

Seul, «m. sans ooliq^agl|te> 

Seulement, ad. rien de nin. 

Sève, af. humeur dos plantes. 

Sévère, a. rigoureux austère. 



91N 

Sévèrement, ad. avec sévérité. 

B«^vérit(>, af. rigueur, austérité. 

Sévir, V. agir avec rigueur. 

Sevrage, am. action de 

Sevrer, v. ôterla nourrice. 

Sexagénaire, a. et a. 

Sexe, am. diff. mâle ot femelle. 

Sextupler, v. répéter six fois. 

Si, eom. eond. 

Siamoise, af. étotte de coton. 

Sibylle, tf. prophëtesse, ant. 

Sicaire, am. assas^. 

Sidéral, 0. (année) des astres. 

Siècle, am. cent ans.. 

Sii^ge, am. meuble. 

Sit^ger, V. occuper u» tié^e. 

Sien, Sienne, a. poaa. [atew.~\ 

Sieur, am. diminut. de MofirJ 

Sifflement, am. bruit en sijfflant. 

Siffler, V. former un son aigu. 

Sifflet, am. inst. jpour siffler. 

Sigiial, am. de signe. 

SigiudtS a, remarquable. 

Signalement, am. description. 

Signaler, v. donner un signaL 

Signataire, am. qui rigne. 

Signature, tif. smng. 

"fpie, af. indice, marque. 
igiMer, V. mettre son seing. 

Sigiiet, tm. petit ruban. 

Signifiant,' a. qui signifie. 

Significatif, a. de 

Signification, af. notification. 

Signifier, v. dénoter, notifier. 

Silence, tm. action de se taire. 

Silencieux, se, a. taciturne. 

Silice, af. terre à verre. 

Sillon, aifi. trace de la charrue. 

SillQimer, V. fidre des sillons. 

fflouîgrée, minauderie. 

Suniulre, a. de même nature. 

Similitude, af. ressemblance. 

Simonie, af. trafic de choses 
sidntes. 

Simple, 0. non composé. 

Simplement^ ad, avec 

Simplicité, af. eandeur, bon- 
homie. 

Simplification, af. acUoi» de 

Simplifier, v. rendre simple. 

Simulacre, am, image. 

Simulation, af. dégâsemeftt 

Simuler, v. supposer, feindie. 

Simultané, a. en même temps. 

Simultanéité, af, même sens. 

Simultanément, ad. idem. 

Sincère, a. flrauc, naïf. 

Sincèrement, ad. de 

Sincérité, af. vérité, candeur. 

Singe, am. quadrumane. 

Singer, v. imiter, contrefhtre. 

Singerie, af. grimace, malice. 

Singulariser (se), v. distinguer. 

Singularité, af. manière. 

Singulier, 4, (nique, rare. 

SiugulièretfiiHit, ad. 

Sinistre, a. malheureux. 

Siniatrement, t^ 



SOL ^ 

Sinon, ad. autrement. ■ 
Siphon, tm, tuyau «ourbé. 
Sire, am. seigneur. 
Sirène, tf. monstre fVibuleux. 
Siropr«m. liqueur sucrée. 
Siroter, v. boire à petits coups. 
Siropeux, se, a. de la nature da 

sirop. 
Sis, a, situé, pra. 
Sito, tm. situation de paysage. 
Sitôt que, con;'. dès que. 
Situation, tf. position. 
Situer, v. placor. 
Six, a. numéro. 
Sixième, a. nombre. 
Sixièmement, ad. 
Sobre, a. modéré. 
Sobrement, ad. avec sobriété. 
Sobriété, tf. tempérance. 
Sobriquet, tm. surnom ridicule. 
Soc, tm. fer de charrue. 
SociabiUté,.*/. ce qui eat 
Sociable, a. de bon accord. 
Sociablement, ad. 
Social, a. de la eociété. 
Société, af. révaàon. 
Socle, am. base, piédestal. 
Socque, am. sorte de chaussure. 
Sodomie, tf. péché ccmtre nap 

ture. 
Sœur, af, fille née d'un même 

père ou d'une même mère. 
Sofa, Sopha, am. lit de rapos. 
Soffitè, af. plafond.. 
Soi, prim. aing. 
Soi-disant, a. se disant être. 
Soie, af. fil délié. 
Soierie, af. de soie. 
Soif, af. besoin de boire. 
Soigner, e. garder. 
Soigneusement, ad. avec soin. 
Soigneux, se, a. 
Soin, am. attention. 
Soir, am. opp. au matin. 
Soirée, af. durée du soir 
Soit, eoiy. alternative. 
Soixantaine, af. envlr. 60. 
Soixante, a. numéro. 
Sol, am, terrain. * 

Solaire, a. du soleil. 
Soldat, am. militaire. 
Soldatesque, tf. les soldats. 
Solde, af. paie des militaJres. 
Solder, «. payer. [taxe.! 

Solécisme, am. faute de syn-J 
Soleil, am. l'astre du Jour. 
Solennel, le, a. public, (an). 
Solennellement, ad. (an). 
Solenniser, v. célébrer, (an). 
Solennité, af. cérémonie, {an). 
Solfège, am. livre, étude des 

notes. 
Solfier, V. chanter les notes. 
Solidaire, a, Tun potir l'antre. 
Solidairement, ad. avec 
Solidarité, af. caution. 
Solide, 0. ferme. 
Solidement, ad. ateo aolidtté. 



urbé. 

buleux. 

râe. 

itscoapt. 
nature du 



payante. 

ue. 

l4 



Bobrléti. 

anoe. 

m ridicule. 

ue. 

leat 

woonL 

M. 

leatal. 
chouanue. 
contre nar 

f un même 
me mère. . 
derapoa. ; 



mtètre. 

toire. 
areosoin. 



aoir 

9. 

ir.eo. 



Boklata. 
nilitairee. 

[taxe.! 
e de nyn-J 

Jour. 
Uc, (an). 

(on), 
rer, (an). 
lonie, {an). 

étude dea 

inotea. 
ur l'autre, 
ivec 



iwUdité. 



. 



90R 

SoUdifleft «..rendre aolide. 

BolMité, af. qui est solide. 

Solitaire, a. qui est seul. 

Solitairement, ad. de 

Solitude, «/. retraite. 

Solive, »/. pièce de charpente. 

Soliveau, tm, petite solive. 

Sollicitation, »f. importunité. 

Solliciter, v. inciter, postuler. 

Solliclleur, euae, t. 

SoUidtuder'/. souci; soin. 

Solo, »m. i. par un seul. 

Solstice, am. repos apparent 
du soleil. 

Soluble, a. qu'on peut résoud. 

Solution, af. explication. 

Solvabilité, «/« de 

Solvable, a. qui peut payer. 

Sombre, a. peu éclaire, 
^mmaire, a. et am. abrégé. 

Sommairement, ad.. 

Sommation, ^. signiflcaUon. 

Somme, af, charge, qiumtité. 

Sommeil, am. repos. 

Sommeiller, v. dormir léger. 

Sommer, v. signifier. 

Sommet, am. le haut. 

Sommier, am. matelas. 

Sommité, af. sommet. 

Somnambule, «. qui agit en 
dormant. 

Somno, «m. /. table de nuit. 

Somptueusement, ad. ' 

Somptueux, se, a. splendids. 

Somptuosité, af. Ane. 

Son, Sa, Ses, a. poaaeaaif. 

Son, am. bruit. 

Sonde, af. instrument pour 

Sonder, v. fouUler. 

Songe, am. rêve. 

Songer, v. rCver ; penser à. 

Songeur, euae^«. 

Sonnailler, v. sonner souvent. 

Sonner, v. rendre un son. 

Sonnerie, af. accord dé plur 
sieurs clochen. 

Sonnet, am. pièce en 14 vers. 

Sonnette, af. petite doofae. 

Sonneur, am. qui sMme. 

Sonore^Or-qui a du son. 

Sophismei am. argum. capt. 

Sophiste, am. fiiiseur de soph. 

Sophistiquer, v. subtiliser. 

Soporatif, ve, S<q;K>reux,.se, a. 

Sorbonne, «/. fhculté de théo- 
logie.. 

Sorodieriist ^. opération de 

Sorcier^ ère, a. magidoi. 

Smdide, a. sale; avare. 

Sordidement, ad. de 

Bordidité) af. avarioeu 

Sornette, «/..discoun frivole. 

Sort, ««..destinée. 

Sortable, a. convenable/. 

Sotte, af. espèce. 

Sortie, af. action de sortin ' 

Sortilège, «SI., maléfice. 

Swti') v.paaiec audehonk 



soir 

Sot, Sotte, a. et «. peu nirit 

Sottement, ad. uvec bètlse. 

Sottise, af. action d'un sot. 

Sottiier, a. et a. diseur de 
sottises. 

Sou, am. monnaie de cuivre. 

Soubassement, am. stylobate. 

Souche, af. tronc où soiU les 
racine» 

Souci, am. plante, inquiétude. 

Soucier (se), v. s'inquiéter. 

Soucieux, se, a. 

Soucoupe, af. dessous do tasse. 

Soudain, a. subit, ad. aussitôt. 

Soudainement, ai. 

Soude, af. plante. 

Sobder, v. mettre ensemble. 

Soudoyer^ v. payer.. 

Soudure, ^..enture. 

Soufflage, am. de soi^flle. 

Soufiie, am. agitation. 

Souffla, V. Mh -*-i vent. 

SoulHet- 1K. iurlajoue. 

Souffl '^aj.. «ide 

Soufflehu, V. du . des souf- 
flets. 

Souifleur, euse^M-et a. 

Soufflure, af. bouffissure. 

Soufltrance, af. pehie. 

SouflieHlouleur, am. 

SouflHr, V. sentir la douleur. 

Soufre, am. minéraL 

Soufrer, V. endhire de soufre. 

Souhaitable, a. désirable. 

Souhait, am. désir; vœu. 

Souhaiter, v. désirer. 

Souilieiv V. salir. 

SoniUure, af. tache. 

Soûl, a. et am. (aou) rassasié. 

Soulagement, am. 

Soulager, v. aider, décharger. 

So(kler, o. rassasier. 

Sottleur, af. flmyeur subite. 

Soulèvement, am. émotion. 

Soulever, v. élever. 

Soulier, am. chaussure. 

Souligner, v. tfrer une ligne. 

Soumettre, v. réduire. 

Soumission, af. déférence. 

SoumlBsionnure, a. qui sou. 

Soumissionner, v. s'engager. 

Soupape, af. luiguette mobile. 

Soupçon, am, doute 
tageux. 

Soupçonner, «. avoir un soupç 

Soupçonneux, se, a. endhi. 

Soupe, af. potage. 

Soupente, af. BBtranchement. 

Souper, a. repas du soir. /■„ 

Soupeser, a. soulever. ^' 

Soupière, af. vase de GUuBiiSii 

Soupir, am. respiration. ^ 

Soupirail, am. ouvertuipAour 



70 



aérer. 
Souptaer, v. dé8l4r' - 
Souple, a. qui se p%f. 
Souplement, ad. avee < 
Sonplease, «/.fléxlMIité. 



Source, af. principe, < 
Sourcil} «m. poil des yeux. .. 
Sourciller, «. remuer les sour» 

ciis. 
Sourd, a. et a. qui n'entepd pas. 
Sourdaud, a. presque sourd. 
Sourdement, ad. d'une man. 
Sourdine, if. qui aflUblit le 

son.— Â la sourdine, ad. Moe 

bruit. 
Souricière, af. piège poux les 

souris. 
Sourire, v. rire sans éclater. 
Souris, af. petit quadrupède. 
Sournois, a. et a. qui se caolie. 
Sous, prèf. 

Sous-baii, am. cesBion. 
Souscripteur, a. qui souscrit. 
Souscription, ^f. souscrire. 
Souscrire, v. approuver. 
Soutkliaoonat, am. ordre nuk> 

jeur. 
Soua-entendi - -^viineér. 
Sowhentente, ' ^ .«position. 
Sou»-multiple, «m. dlvis. exaoL 
Sous-ordie, am. sous tm iotre. 
Sou8sisneiv.v. mettre scm nom. 
Soustraction, af. action de 
Soustraire, v. ôter. Etique.! 
Soutane, af. habit eooléaue-J 
Soutanelle, af. petite soutane. 
Soutenable, a. qu'on soutient. 
Soutenir, v. appuyer. 
Soutenu, a. (myle) noAgaé. 
SouteArain, a. et am. 
Soutien, «m. ce qui soutient 
Soutfrage, am. action de 
Soutfrer, V. transvaser. 
Souvent, ad. plusieurs tciM. 
Souverain» a. et «. emp., n^ 
Souverainement, ad. 
Souveraineté, af. autorité. 
Spadeusement, ad. graad et* 

poce. 
Spadeux, se, a. vaste. 
Spasme, am. convulsion. 
Spatule, af. ust. de ouisiiieh 
Spatule, a. en for. de spatule. 
Spédal, a. particulier. 
Spécialement, ad. particidière* 

ment. 
Spécialité, af. déterminatioo. 
désavanr}Spécieusement, ad. de 

Spécieux», se, a. trompeur. 
Spécifier, v. particuunser. 
Spécifique, a.«t mr. spéct«|. 
Spectacle, am. scène. 
Spectateur, trice, ». téoM^n. 
Spectre, «m. figive fuitastique. 
Spéculateur» mi. qui spècu». 
Spéculatif, ve, 0. et «m. 
Spéculation, af. aoti(m de 
Spéculer, v. observer. 
Sphénoïde, «m. oa du crftnB. 
Sphère, afi globe. 
Sphéricité, «/. Ibrme des 
Sphérique, a. en sphère. 
Syhériquement, oo. 



"•fl" 



80 



STU 



Sphéroïde, M», t. de géom. 

Spiral, a. et «m. roulé en 

Spirale, if. courbe partant da"] 

SpirituoUaer, v. de [centrej 

BpIritiuUté, ^. 

Spirituel, le, a. incorporel. 

Spirituellement, ad. 

Spiritueux, se, a. volatil. 

Splendeur, »f. éclat. 

Splendide, a. magnifique. 

Splendidement, tA. 

Spoliateur, triée, a. et a. 

Spoliation, sf. action de 

SlKtliur, «/. prendre de force. 

^KMigieux, se, a. d'épongé. 

Spontané, a. volontairement. 

Spontanéité,-*/, de spontané. 

Sfiontanémcnt, ad. 

Squelette, »m. osaement. 

Stabilité, af. état stable. 

Stable, a. ferme, d'uuble. 

Btadfi, »m. mesure. 

Stagnant, -a. {flg) eu repos. 

Sti^ation, sf. état stagnant 

Stalle,, «m. et /. siégo doiâ Té- 
gliso. 

Stanep, tf. yfarophe de poésie. 

Stnticn,.«/.aemeiure, repos. , 

Stationnuire, a. fixe. 

Stationnai, a. do station. 

Statistique, sf. sittuitiou. 

Statuaire, s. sculpteur. 

Statue, sf. ll(rure. 

Statuer, V. ordonner; régler. 

Stature, sf. la taille. 

Statut, am. règlement. 

Sténographie, af. action de 

Sténographier, v. écrire vite. 

Stère, am. mètre cube. 

Stëréutypage, am. action de 

Stéréotyper, v. clicher. 

Stérile, a. qulTie produit rien. 

Stérilité, af. ne produit rien. 

Stigmate, am. marque. 

Stigmatisé, a. qui est marqué, 

Stimuler, v. exciter, prousser. 

Stipulation, af. action de 

Stipuler, v. spécifier. 

Btomacali a. de l'estomac 

Strangulation, af. action d'é- 
trangler. 

Strapaner, v. barbouiller. 

Stratagème, am. ruse. 

Stribcml, «m. côté droit du 
vaisseau. 

Strict, a. (fc€) rigoureux. 

Strictement, ad. 

Strophe, aj. couplet d'ode. 

Structuré, af. construction. 

Studieusement, ad. de 

Studiefix, Bo, a. qui aime l'é- 
tude. 

Stnpébction, af. surprise. 

Etupéfliit, 0. interdit. 

Stupéfier, v. engourdir. 

Stupeur, af. stupéfiiction. 

Stupide, a. et a. sot. 

Stupidement, ad. 



SUC 

Stimidité, af, bStlae. 
Stylei, Ml. poinçon, manière*] 
Styler, «. former. [d'écrirù.J 
Stylet, am. petit poignard. 
Stylobate, «m. ornement d'ar- 

chiteoture. 
Su, •m.connaiaBance. 
Suaire, am. linoeuL 
Suave, 0. doux, agréabl«. 
Suavité, af. fualité suave. 
Subalterne, a. et a. aubordonné. 
Subdélé£fuer, v. envoyer. 
Subdiviser, v. de 
Subdivision, af. diminuer. 
Subir, r. acquitter. 
Subit, a. prompt 
Subitement, ad. soudainement 
Subjonctif, am. t de gramm. 
Subjuguer, v. réduire. 
Sublime, a. et «m. élevé 
Sublimé, am. mercure. 
Sublimement, ad, •• 

Sublimer, v. volatiliser. 
Sublimité, af. élévation. 
Submerger, v. inonder. 
Submeraion, af. inondation. 
Subordination, af. dép«idance. 
Subordonnément, ad. 
Subordonner, v. soumettre. 
Subornation, rf. action de 
Suborner, v. tromper, séduire. 
Subomeiv, ouse, a. 
Subreptice, v. ftirUf et iUicite. 
Subrepticement, ad. ma. 
Subreption, af. trompoile. 
Subrogation, af. de 
Subroger, v. 8ub<^!tuer. 
Subséquemment, ad. do 
iiJubséquent, v. qui vient apréb 
Subside, sm. impAt 
Subsistance, tf. nourriture. 
Subsister, y. continuer d'être. 
Substance, af. l'essentiel. 
Substanciel, lé, a. de «ubs- 

tance. 
Substanciellement, ai. 
Substantif, am, nom. 
Substantivement, ad. 
Substituer, v. mettre à la place. 
Substitut, am. supplément 
Substitution, af. remplacement 
Subterfuge, am. fuite, ruse. 
Subtil, a. délié, rusé. 
Subtilement, ad. avec^àdresse. 
Subtilisation, ad. de 
Subtiliser, v. rendre subtiL 
Subtilité, af. finesse. 
Subvenir, v. secourir. 
Subvention, af. sorte de secours. 
Subversif, ve, a. qui renverse. 
Subversion, ^. renversement 
Subvertir, v. tenverser. 
Sue, am. liqueur des corps. 
Succéder, «^ venir après. 
Succès, M|u rèosaite. 
Successeîur, am. qui succède. 
Successif^ a. qui se succède. 
Succession, ^f. biens laissés. 



8UP 

BaooeoalTemeat ad, de «nlta. 

Succint, a. court 

Succinctement, ad: 

Succomber, o. être accablé. 

Succulent, a. {/léin de sue. 

Succursale, a. et af. qui dé- 
pend. 

Sucer, V. attir. avec les lèvres. 

Suceur, euse, a. qui suce. 

Sucre, am. suc tres doux; 

Sucrer, v. mettre du sucre. 

Sucrerie, af. choses Sucrées. 

Sucrier, am. vase pour le sucre. 

Sud, am. l'opposé du Nord. 

Suée, af, inquiétude. 

Suer, V. rendre de la sueur. 

Sueur, 3f. humeur. 

Suffire, «. être suffisant 

Suffisamment, ad. assez. 

Suffisance, af. ce qui suffit 

Sufltoant, a. qui suffit 

Suflbcation, af. action de 

Suflbquer, v. ôter la respirât. 

Suflhûant, a. et am. qui dé- 
pend. 

Suffirage, am. approbation. 

Suggérer, v. inspirer. 

Suggestion, tf. inspiration. 

Suicide, am. attentat à sa vie. 

Suicider (se), «. se tuer. 

Suie, af. matière nofte. 

Suif, am. graisse de moutm. 

Suinter, v. couler peu à peu. 

Suisse, am. concierge d'hôtd. 

Suite, af. cortège. 

Suiver, v. enduire de suif. 

Suivi, a. avec ordre. 

Suivre, v. être après. 

Si^et, te, a. et «. soumis à. 

Sujétion, af, dépendance. 

Sulfkte, am. sel. 

Sulftu«iix, a. de soufré. 

Superbe, af. orgueil. 

Superbement, ad. 

Supercherie, af. tromperie. 

Superficie, af. suribce. 

Superficiel, a. léger. 

Superficiellement, ad. 

Superflu, a. et am. très-fin. 

Superflu, a. et am. inutile. 

Superfiuité, af. abondance. 

Supérieur, a. chef. 

Supérieurement, si, mieox. 

Supériorité, af. excellence. 

Superlatif, a. et am. très-hautl 

Superlativement,- ad. [dégré.J 

Superstitieusement, ad. 

Superstitieux, a. et a. 

Superstition, af. vain présage. 

Supplantation, af. action de 

Supplanter, «. prendre la place 
d'un autre. 

Suppléant am. qui supplée. 

Suppléer, v. ^Jouter. 

Supplément, am. ce -quVni 
ajoute. 

Supplémentaire, a. 

Supplication, af. prière. 



8np 
8up 
Supj 
Supj 

g"PJ 
Supj 

SHJ 

Supp 
Supp 
Supp 
fluppi 
Supp, 
ouppr 
Suppr 
BUpptJ 

Suppi) 

Suppu 

Suppu 

Biippui 

Supréii 

Suprèn 

Sur,pn 

Sur, a. I 

Sûr, a. i 

Surabor 

Suraboi 

Snrabon 

Suranné 

Surannei 

Sur baisa 

Surbaim 

Surcharg 

Surcharg 

Surcroît 

Surcroîtn 

Surdité, j 

Sureau, «i 

Sûrement 

Surérogat 

Suret,* 

Sûreté, 

Sur&ce, 

Surfliire. 

Surgir, ». , 

Surhauaseu 

Surhumaii 

pouvoir 

Suriatend 

Suriatent 



T, am. 30e 
l»ia. pos. 
Tabac, am. 
Tabagie, sj 
Tabatién.,^! 
Tabernacle 
Tablature. 

Tableau, » 

Tabler, », 

Tdbletier, 
^ qtiiers. 
Tablette, */ 
Tablier, m 
Taboiu-et 
T«çlie,*/. 



I a. (1 



». I 



ir, a 

\. 

,af 



■% 



9«llit0« 



eablé. 

BUC 

. qui a6- 

Bfllèvree. 
luce. 

OUXli 

sucre» 
lucréeB. 
ur le sucre. 
iNord. 

). 

i sueur. 

lant. 
isaez. 
ai sufDt. 

nu 

Ion de 
a resplrat. 
•m. V^ dé- 

obation. 

rer. 

ipiratlon. 

tat à sa vie. 

etuer. 

nofre. 

le mouton. 

• peu à peu. 

erge d'bôteL 

1^ de sait. 

dre. 

près. 

BoumiBB* 

«odanoe. 

Bouflrè. 
aeU. 

trompene. 

iger. 
nt, ad. 
U. trèfrfln. 
Ui. inutile, 
labondance. 

\ief. 

It, «d. mieux, 
excellence. 

it,-od. Ldégi*-J 

jnt, <uJ. 
fo. et >. 

r. yaln préwge. 
Lsf. action de 

prendre ta ptaoe 

[. qui supplée. 
Bouter. ,^ 

%«. ce quHm 

Ire, o. 
!»/. prie*®* 



1?AC 

BoppUe»! «m. towniMt. 
Supplieier, •. tourmenter. 
Supplier, V. eoi\|nrer. 
Supplique, i/. requête. 
Support, «m. co qui soutient 
Supportable, a. qu'on peut 

supporter. 
Supportablement, ad» 
8u)>portor, v. soutenir. 
Sup|H)ser, V. alléguer. 
Supposition, «/. action de snpp. 
Suppôt, «m. monibru envoyé. 
Suppression, «/. notion de 
Supprimer, v. rutruncher. 
Suppuratil^ ve, a, et ». 
Suppuration, «/. action de 
Suppurer, v. Jeter du pus. 
Supputation, «/. calcul. 
Supputer, «. compter. 
Suprématie, »f. de 
Suprême, a. au deesu^ de tout. 
Sur, p7>ép. 

Sur, a. aigre ; acide. 
Sûr, a. certain ; ferme. 
Surabondamment, ad. 
Surabondance, af. 
Surabonder, v. (tre abondant. 
Suranné, a. vieux. 
Suranner, v. proscrire. 
Surbaissé, a. qui baisse. 
Surbaiflsement, «m. 
Surcharge, «/. sivcrolt. 
Surcharger, v. charger trop. 
Surcroît, tm. augmentation. 
Surcroitre, v. trqp accroître. 
Sivdlté, »f. perte de l'ouïe. 
Sureau, «m. arbre. 
Sûrement, ad. avec sûreté. 
Surérogation, êf, excédant. 
Suret, a. diminutif de sur. 
Sûreté, «/; abri du danger. 
Surihce, «/. extérieur. 
Surfhire. v. demander trop. 
Surgir, v. s'élever peu à peu. 
Surhausser, v. élev. trop haut. 
Surhuniain, a. au dessus du 

pouvoir de l'homme. 
Surintendance, «/. inspection. 
8uriBten4ant, «m. inspecteur. 






T, «m. 30e lettre. 
Ta, a. pos. fera, de Ton. 
Tabac, sm. (fam. toAa) plante. 
Tabagie, j/. lieu pour nimer. 
Tabatière, •/. Ijoite à tabac. 
Tabernacle, «m. coffre. 
Tablature, »f. marques. 
Table, </. meuble à pieds. 
Tableau, «m. peinture ; liste. 
Tabler, «. compter sur. 
Tobleticr, s. marchand d'échi- 
quiers. 
Tablette, sf. agenda; planche. 
Tablier, »m. pièce d'étoffe. 
Taboiu-at, im. siège sans dos. 
Tache,''/, aalete. 



tAI 

Suijet( «m. eapèce do coature» 

Surjeter, «. coudre en suiiet. 

Surlendemain, «si. après le 
lundomuin. 

Siirmontable, a. qu'on peut 

Hiirmonter, e. vaincre. 

Surnager, r.sesoutenirsur l'eau. 

Surnaturel, elle, a. au-deaaua de 
la natur». 

Siuiiiiturellcment, ad. 

S imom, «.t. nom ajouté. 

Surnommer, v. donner un nom. 

S iirau»éraire, a. et «. aurdeasus 
du nombre. 

PurpncHer, v, excéder. 

Surplis, «m. vêtement eooUa. 

t'urplus, «m. te natfi. 

Suri)ren(lre, v. tromper. 

Hitfpris, a. étonné. 

Hurprisu, «/. étonnement 

Hiursaut, «m. (réveiller en) 

Hurséauce, «/. délai d'aOUrei. 

Surseoir, r. remettre. • 

Sursis, a. délai. 

Surtaxer, v. taxer trop haut 

Surtout, ad. sur toute chose. 

Surveillance, «/. inspection. 

SurveUluut, a. et ». inspecteur. 

Surveille, «/. Jour d'avant la 
veille. ' 

Surveiller, v. observer. 

Surveuance, tff, arrivée Im- 
prévue. 

.Survenant, a. et «. qui survient 

Survendre, v. vendre trop cher. 

Survenir, v. arriver. 

Survente, sf, act de survendre. 

Siu-venu, a. venu inopinément 

Survlv&nce, »f. succession de 
charge. 

Survivant (>• qui survit 

Survivre, r. vivre après. 

Sus, («) intfri. pour oxhcwter. 

Susceptibilité, */. qui est 

Susceptible, a. sensible. 

Siuœitation, «/. instigation. 

Susciter, v, foire naître. 

Suscription, af. adresse de let.*« 

SuBdi^ 0. et a. déjà nommé. 



TAIi 



81 



T. 



t&cho, ff, ouvrage i iklre. 
Titcher, ». souiller. 
Tâcher, r. s'efforcer. 
Tauhsté, », marqueté. 
jTachetcr, v. marqueté', 
i Tachygraphe, g, qui sait la 
iTachygraphiè, af. sténdgraphie. 
I Tacite, a. sousHintendu. 
I Tacitement ad, 
'Taciturne, a, qui parle peu. 
Taciturnité, af. qui est sombre. 
iTact, tm. e^ia du toucher. 
Tactique, sf. art militaire. 
Taiiëtjui, »m, étoflb d9 soie. 
Taie, sf, pellicule sur l'ceil. 
Taillade, sf, coupure. 
6 



Buapoct, a. do douteux. 

Suspecter, v. soupçonner. 

Suspendre, v. Interdirei. 

Suspens, «m. Interdit 

Suspense, ^f, censure. 

Suspenair, ». qui suspend. 

Suspension, af. surséaoce. 

Suspensoir, am. bandage. 

Sustenter, r. nourrir. 

Bvulte, a. délié, peinture. 

SycMnoro, «m. arbre. [ftineo.l 

Syllabaire, sni. livre de l'en-J 

Syllabe, af. émission de voix. 

Syllabique, a, des syllabes. 

SyUopse, s(f. flg. de syntaxe. . 

Sylk^sne, «m. argument 

Symbole, «m. Ir-Jure. 

Symbolique, «ui sert da 
symbole. 

Symboliser, v. Indiquer. 

Symétrie, ^f. proportion. 

Symétrique, a. en symétrie. 

Symétriquement ad. 

Symétriser, v. faire symétrie. 

Sympathie, af. convenance. 

Sympathique, a. do la sympa. 

Sympathiser, v. convenir. 

Symphonie, af. concert 

Symptôme, »m. signe.. 

Synagogue, •/. assemblée Juive. 

Synallagmatique, a. réciproque. 

Sj-ncbrouism», tm. simulta- 
néité. 

Syncope, »f. défliUIanco. 

Syncopor, v. dé&illir; abréger. 

Syndic, »m. agent 

Synodale, a. du synode. 

Synode, »m. assemblée codés. 

Synonyme, a. et »m. de mémo 
sens. 

Synonymie, »f. qualité des mots 
synonymes. 

Synoptique, a. qui se voit d'un 
coup u'œil. 

Syntaxe, af. construction. 

Systémsitiquo, a. et a. système. 

Système, sm. opinion. 

Syzigie, «/. nouveUe ou pleine 
lune. 



Ttdllader, v, faire des toUladea. 
Taillanderie, tf. art du 
Taillandier, «m. qui fhbriqùe dea 

instruments tranchants. 
Taillaut an, tranchant 
TaiUe, af, façon des vêtements, 

bftton pour marquer. 
Taille-douce, £/. gravure. 
TaHler, v. couper. 
Tailleur, am. qui liait les habits. 
Taillifl, sm. bols en coupe. 
Tailloir, sm, tranchoir. 
Taire, v. garder le silence. 
Talent sm. monnaie. 
Talmud, am, livre des Jnlftk 
Taloche, «/. coup sur la têt*. 



83 



TAR 



TuVm, tm. diwTlère du plad. 

lUonmr, v. Mtrre de prAi^ 

Thlus, «m. pente. 

Tunarint mi. «rbre. 

Tambour, «m. oalate t ayUndra. 

TÉunbottrinert v. battre le~| 

Tunia, «m. aaa. [tafinboar.J 

Tamlaer, v. passer. 

Twnpon, «M. gros bonehon. 

Tamponner, v. boucher. 

Tan, «m. éooroe pour tanner. 

Tanaisier ^. plante. 

Tancer, v, réprimer. 

Tknohe, «/. poisson. 

Tandis quo, eoi^. pendant que. 

Tunuente, «/. terme de génm. 

Taméra, •/. repaire do bètes. 

Tangage, «m. balancement. 

Tonne, «/. bube dans lus porcs. 

Tknner* «. préparer le cuir. 

Tannerie, «/. où Ton tanne. 

Tannour, «m. qui tanne. 

Tannin, «m. principe du taa. 

Tut, ad. (tant pis). 

Ttmtole, «m. symbole du désir. 

Tknte, «/. scsur du père ou de 
la mère. 

Tantôt, ad. de temps. 

Taon, m. mouche diptère. 

Ti^Nige, sm. désordre. 

Tapager, v. faire du bnrit 

Tape, «/. coup de la main. 

Tapé, a. fhdt séché au four. 

Tnpecu, sm. bascule. 

Taper, v, flrapper. 

Tapir, V. poiv se blottir. 

Ttinis, «I*. tissu. 

Tapisser, v. couvrir de tapis. 

Tapisserie, «/. ^toflb do ten- 
ture. [teplH. 

Tapissier, ère, $. qui fait dos 

Tapoter, v. donqer do petits 
coupa. 

IVKiuin, a. et i. querelleur. 

Taquinemont, ai. de 

Taquiner, «. contrarier. 

Tnjuinerie, •/. tracasserie. 

Âimud, «m. outil pour 

Tarauder, v. percor un trou. 

Tard, ad. et «m. après le temps. 

Tludor, V. diflbrer. 

Tàrdifr va, a. qui tarde. 

Tardivement, ad. d'une man.! 

Tare, »f. déchet [tardive J 

Tftré, 0. vicié. 

Tarâr, v. causer dn déchet 

Thrgette, «/. verrou plat 

Thnnier (se), «..prévaloir; se 
moquer. 

Tarière, </*. outil pour percer. 

TariA «m. rôle de soa droits. 

TMfbr, V. réduire à \m tarif. 

Tmrtti V. mettre à sec. 

Tariasoble, a. qu'on peut vorlr. 

Tarissement, «m. deMèchemont 

TMrtare, «m. groNier; enfer 
ancien. 

Tkrte, tf. sorte de pâtisserie. 



Tartinai tf. traoehe de pela 

beurré. [par-la vin.1 

Tkrtre, tm. dApôt aalin oaua* J 
Tartufi», «m. hypccrita. 
Tns, «M. amas. 
Tasse, «/. vase à boire. 
I^aasé, a. (figure) trop ooiirta. 
Tasseau, tm. support 
IVissor, V. mettre en tas. 
Tâter, v. manier doucement 
TatiUenner, o. s'occuper i des 

rienes. 
T&tonnement, «m. action de 
Tâtonner, v. chercher. 
Tâtons (à), ad. en t&f 
Tatouer, v. barioler. 
Tiiudis, Taunion, tm. petite 

maison. 
Taupe, «m. petit quadrupède. 
Taupiére, «/. piège. 
Tbupinée, Ta«iptnièie, tf, trou 

de taupe. 
Taurotf J, tm. r Al.) de la vache. 
Taux, tm. prix établi. 
Taveler, v. mouchetw. 
Taverne, •/. cabaret 
Taxeur, tm. qui taxe. 
Taxation, «/. action de taxer. 
Taxe, tf. règlement 
Taxer, r. régler ; fixer. 
T0^nron.pert. toi à toi. 
Tecnnique, a. propre à un art. 
Td Deum, «m. cantique. 
Teigne, tf, maladie. 
Teigneux, se, a. et ». qui a lai 
Teindre, ». colorer. [telgne.J 
Teint, sm. teinture. 
Teinte, sf. degré de couleur. 
Teinture, tf. superficie. 
Teinturerie, sf. métier de 
Tciuturier, ère, t. qui teint 
T(!l, le, a, pareil. 
Télégraphe, tm. machine pour 

correspondre. 
Télégraphique, a. de tèlégroph. 
Télescope, tm. sorte de hmelte. 
Tellement, ad. de telle sorte. 
Téméraire, a. et «m. hardi, 
rémérniremont ad. avec 
Témérité, sf. budiesse. 
T^tmoignage, «m. marque. 
Témoigner, v. assurer. 
Témoin, sm. qui a vu. 
Tumpe, sf. place entre l'oreille 

et le front. 
Tempérament, tm. caractère. 
Torapëronoe, tf, sobriété. 
Tempérant, a. sobre. 
Température, sf. étnt de l'air. 
Tempérer, r. modérer. 
Tempête, af, vent impétueux. 
Tempêter, ». fniro grand bruit 
Temple, sm. édifice. 
Temporaire, a. do temps. 
Temporairement, ad. 
Tem|K>rel| le, a. et .1. du 

temps. 
Temporellement, ad. 



TBfll 

TemponMtton, tf. aeOoB 4a 
Temporiser, «. attendre. 
Temporiseur, tm. qui attend. 
Temps, «m. espace. 
Tonoble, a. qu'on peut leuir. 
Tenace, a. qui s'attache. 
Ténacité, tf. qualité tenaosb 
Tenaille, tf. Int de fer. 
Tenailler, r. pincer. 
Tendance, tf, pencbaat 
Tondant, a, qui tend. 
Tendon, tm. extrémité du 

muscle. 
Tendre, a. sensible. 
Tendre, r. présenter. • ' 
Tendrement, ad. avee 
Ten«h«8se, tf. sensibUIM, 
Tendu, a. bondé. 
Ténèbres, tf, pt. obscurité. 
Ténébreux, se, a. sombra. 
Teneur,' sf, contenu. 
Tenir, v. avoir à la mala. 
Tenon, sm. bout de bols. 
Tension, sf. état tendu. 
Tentant, a. qui tente. 
Tentateur, triée, a. el •. 
Tentation, tf. désir. 
Tentative tf. essai. 
Tente, tf, toile tondua 
Tenter, v. essayer. 
Tenture, sf, taplsseriei . 
Tenue, sf, durée. 
Ténuité, sf, qualité ténna. 
Térébenthine, sf. résine. 
Térebinthe, tm. arbre i-ésin. 
Tergiversation, tf. action de 
TeiTjiver«icr, ». agir par détoursi 
Terme, sm, fin ; borne. 
Terroinnison, tf. désinenoe. 
Terminal, a. qui termine. 
Terminer, ». borner. 
Ternaire, a. du nombre trois. 
Terne, a, sons éclat 
Ternir, ». ôter l'éclnt ' 
Terrain, tm. espace de terre. 
Terrasse, tf, levée de terre. 
Terrassé, a, garni de terre. 
Terrasser, r. jeter par terre. 
TerrasHlur, sm. ouv. en terre. 
Terre, sf. globe terrestre. 
Terreau, sm. terre et fùmler da 

terre. 
Torrein, tm. V. Terrain. 
Terre-plein, tm. amas de terre. 
Terrer, ». enduire de terre. 
Terrestre, a. de la terre. 
Terretu", sf. grande crainte, 
terrible, a. efiO-.iyant 
Terriblement ad. 
Terrine, sf. vase de terre. 
Torriné(>, tf. plein une terrine. 
Territoire, tm. étendue. 
Terroir, tm. qualité d'une terre. 
Terroriste, tm. sévère. 
Tes, ë, poff. pf. de Ton. 
Testacé, a. et tm. animal à 

coquilles. pontés."] 

Testament, tm. dernières vo-J 



TIN 



TOW 



TOU 



8$ 



Nidr». 
quii 

MutlMilr. 

lelto. 

)r. 

tctaant 

ztrémlU du 

te. 

lier. • 
»ve« 
DBlbUtM. 

obacoiité. 
I, ■ombro. 
enu. 

ideboU. 

i tendu. 

tente. 

, a. «t •• 

ësir. 

aai. 

londMb 

er. 

ilanri» 

!C. 

alit6 ténue. 

,/. réiine. 

I. arbro vé»n. 

, »/. action de 

agir par détoui» 

; borne. 

f. désinence. 

iil termine. 

orner. 

i nombre iïoIi. 

éclat 

l'éclat. ' 

)pac(i do terre 

îvèo de terre. 

uml de terre. 

3ter par terre. 

. ouv. en terre. 

le torreBtre. 

erre et rUmlercU 

^ Terrain. 

R. amos de terre. 

ulre do terre. 

le la terre. 

mnde craint* 

Drayont. 

I ad, 

ue de terre. 

plein une toirlne. 

l étendue. 

luallté d'une t«W. 

.. Bftvèro. 

»/.deTon. 

(Tontéa. I 
dernière* to-J 



tMiaMMDtiTImbrar, 



1MuMBt«if«i «. de 

Testateur, tricé, a. qui teato. 

Teeter, v. faire wm teatament 

T«wllmonlal, a. qui rend té- 
moignage. 

TAt, «m. corps Je eoqulUe. 

Tété, »/. chef; partie du corps. 

Tèto-à-iète, sm. entretien. 

Tétraèdre, «m. flgure de géom. 

Têtu, a. et ê, obstiné. 

Texte, im. paroles d*un auteur. 

Textile, a. propre à tisser. 

Textuair», «m. livre de texte. 

Textuel, le, a. du texte. 

Textuellement, £A à la lettre. 

Thaumaturge, a. et «. grand 
(kiseur de miraclea. 

Thé, $m. arbrisseau. 

Théâtral, a. du théâtre. 

Théâtre, «m. lieu de spectacle. 

Théière, ^f. vase pour le thé. 

Théisme, «m. de théiste. 

Théiste, «m. qui croit en Dieu. 

Thème, «m. traduction. 

Théocratie, «/. gouv. divin. 

Théocratique. a, de théocratie. 

Théogonie, «/. religion païenne. 

' Théologal, a. qui a Dieu pour 

•bjet. 

Tliirologte, tf. sdenoe divine. 

Théologien, «. q«l sait la théo- 
logie. 

Théologique, a. de théologie. 

ThAologlquament, éd. 

Théorème, «m. proposition. 

Théorioieii, i. qui connaît la 

Séorie, ^f. spéculation, 
éorique, a. de la théorie. 
Théoriquement, ad. de théorie. 
Thérlaque, ^f. oplat. rdes.n 
Thermal, a. eaux nlnèr. caau- J 
Thermomètre, «m. Inst. pour 

Indiquer le fh^d et le chaud. 
Tliésauriaer, v. aVnrichir. 
Thésauriseur, euaa, «. qui thé- 

sauriae. 
Thèse, «/. proposition. 
Thon, «m. poisson de mer. 
Thuriftralre, «. qui porte Ten- 

oenaoir. 
Thym, «m. (tm), plante aromat, 
Tiare, ■«/. bonnet du pape. 
Tic, im. mouvement. 
Tiède, a. ni chaud ni flroid. 
Tièdement, ad. avec 
Tiédeur, '/. qualité tiède. 
Tiédir, v. devenir tiède. 
Tien, ne, a. et «m. qui est â toi. 
Tieroer, v. hausser d'un tiers. 
Tiers, Tierce, a. 3e partie. 
Tige, •/. oorfM d'une plante, 
figre, esse, a. bête féroce. 
Tmef-êf. éeorce de chanvre. 
Tiller, V. Ater l'écorce. 
TilléuL «m. arbre. 
Timbue, «/. inst. do musique. 
Timbre, tm. cloche ; voix ; droit. 
Timbré, a. marqué ; imbécile. 



', «. même seni. 
Timide, a. peureux. 
Timidité, (/. peur. 
Timon. «M. Kuuvomall. 
Timonier, «m. matelot. 
Timoré, a. orainllf. 
Tinette, «/. petite cuve. 
Tintnmare, «m. graiid bruit. 
Tlntamarer, a. faire tapage. 
Tintement, «m. action de tinter. 
Tinter, v. Étnner lentement. 
Tir, tm. pr. tire une arme A ibu. 
Tirade, #/. suite de phrayea. 
Tirage, sm. action de tirer. 
Tiraillement, tm. action do 
Tirailler, «. tirer mal. 
Tirailleur, «m. qui tiraille. 
Tire-d'alle, «m. t. FWer. à^ad. 
Tire-balle, tm, instrument 
Tire-larigot, ad. excessivement. 
Tirp-ligne, tm, L inst de des. 
Tire-lira, ^f. tronc, bourse. 
Tire-pied, «m. lamière. 
Tirer, v. amener A soL 
Tiret, tm. trait 
Tireur, euse, t. qui tire. 
Tiroir, tm, caisse emboîtée. 
Tisane, tf. innision. ' 
Tison, tm. bûche à demi brdlée. 
Tisonné, a. tacheté de noir. 
Tisonner, v. nnnuer les Usons. 
Tisonneur, euse, t. 
Tisser, v. fUre un tissu. 
Tisserand,«ai. oui fUt de la toile. 
Tisseranderie, •/. commerce de 

tisserand. 
Tissu, a. ot Mt ouvrage au mi 

tier. 
Titiller, v.diatoaiUer. 
Titre, tm. inscription. 
Titrer, «. donner nn titre. 
Tituhdre, a. et t. en titre. 
Toast, tm. V. Toste. 
Tocsin, tm. cloche d'alarme. 
Toi, fron. de la Se personne. 
Toile, tf. tissu du ffl. 
Toilerie, tf. marchandise. 
Toilette, tf. parure ; meuble. 
Toise, tf. mesure de pieds. 
Toiser, v. mesurer. 
Toison, tf. loino du mouton. 
Toit, am, couverture. 
Tôle, af. fer en fbuillo. 
Tolèrable, a. qui peut tolérer. 
Tolérance, af. inoulgence. 
Tolérantisme, tm, système. 
Tolérer, r. avoir la tolérance. 
Tombe, af, .^pulere. 
Tombeau, am. sépulcre. 
Tomber, v. être renversé. 
Tombereau, am, charrette. 
Tome, am. volum'î. 
Ton, ta, tes, a. possessiC 
Ton, SOT, degré d'un son. 
Tondaison, sf. tonte. 
Tondre, v. couper la laine. 
Tuniqtio, a, et sm. remède. 
Tonne, af, muid. 



T(«BMu, *M. petlla torina. 
Tonnelier, t. ouvrier en ton. 
Toimolie, tf. treille, fliet 
Tunnnr, v. bruit, éelat. 
Tonsure, tf. cheveux rasés. 
Tonsuror, i;. raser les ohevwix 

on rond. 
Tonte, tf, action de tondre. 
Tuper, V. consentir. 
Topinambour, tm. plante. 
Topiaue, a. et am. remède { «« 

pi. lieux couinimiR. 
Toque, af. sorte de chapeau. 
Toquer, v. toucher, flttpper. 
Torche, af. flambeau. 
Torcher, v. essuyer. 
Torchis, tm. mortier. 
Torchon, am. serviette. 
Tordre, v. tourner en long. 
Tore, «M. astragale. 
Torrent, tm. courant d'eau. 
Torridu, a. br&laot 
Tors, a. tordu. 
Tort. tm. début 
Torticolis, tm, mal de cou. 
Tortillage, «m. embarras. 
Tortillement, tm. de 
Tortiller, v. tordre, biaiser. 
Tortu, a. de travers. 
Tortue, tf. amphibie. . 
Tortuor, v. rendre tortu. 
Tortueusement, ad. 
Tortueux, se, a. tortu. 
Torture, if. gène ; -(ouniMat. 
Torturer, «.tourmenter. 
Toscan, a. ordre d'arch. 
Toste, «m. boire A la santé d'un* 

personne. 
Tester, «.. porter des santés. 
Tôt, ad. vite. 

Total,, a, entier ; tm. le tout 
Totalement, ad. entiènmeat. 
Totalité, tf^ le total. 
Touche, af. ce qui met â l'é> 

preuve. 
Toucher, «. action de contact 
Touffe, tf. anus d'herbes. 
Touflb, a. épais; on toiA. 
Toujours, ad. sans fin. 
Toupet, tm. petite touflb. 
Toupifl, af. Jouet 
Toupiller, o. tournoyer, /a. 
Tour, af. construction élevée. 
Tour A tour, ad. 
Tour du bâton, am. profit 
Tourbe, tf. mottes a'brûler. 
Tourbièi-e, af. fosao à tourbe. 
Tourbilloni «m. eau, feu. 
Tourelle, af, petite tour. 
Touret, am. petite roue. 
Tourillon, tm. gros pivot 
Tourment, am. douleur. 
Touimente, af. tempête. 
Tourmenior, r. faire souflMr. 
Tournailler, ». rôder. 
Tourne 'ji-oche, am, machine.] 
Tournée, ef, voyage. • 

Tourner, v. aller eu tournée. 



■Mm 



84 



TRA 






ToumatuI, <M. (««) planta. 
Tourmiur, «m. ortiitiui. 
l'uunwviM, im. (<) liiatrumeiu. 
Tourniquut, $m, croix luubilti. 
ToturiKM, «m. (tk) niilitulro. 
Tournoluinuuti «m. d« 
Tounioyi'r) r. tourner itan.t 

CflHWi. 

Totimuro, »f, inanlèro, 
l'ourte, âf. éurtv tlu pAtisscrio. 
Tuurleniliu, «/, oinvuu. [suinta.'] 



rullt», #/. 
iut,f^n 
r,v.iurt 



l\»uaaaiut, i^ reie do toua lonj 
Tuuaaer, v. lalro vObrt do la poit 
Tuut, a. Tous, pt. rintùg. de 

vhoae. 
Toutolbi», ad. néanmuliuk 
Tou-tou, «m. petit chien, «t' 
Toux, sf, TOOuvoni. convuliut 
TVacas, tm, mouvoniont. 
TracaaBor, v. luqulôtor. 
Trocaawrio, «/, chlcono. 
Tracuaaier, éro, a. vt «. 
Troco, «/. vestige. 
Tracé, tm. trait d'un plan. 
Trocemeut, im. action do tracer. 
Tracer, o. marquer. 
Tradition, */. action do livrer. 
Traditionnel, le, a, 
TVaduetttur, $. qui traduit 
Traduction, «/. action do 
Tïnduire, -v. citer en Juatioe, 

tranaftrer. 
Tniflc, «m. commerce. 
Traflquor, r. ftilro trafic 
Tragédie, «/. drame; événo- 

mont Amoato. 
Tragique, a, de la tragédie. 
Tragiquement, ad. 
Trahir, v. manquer do fol. 
Traliiaon, «/. manque de fol. 
Traillo, af. aorte do bac. 
Train, ai», allure. 
Traînant, a. qui traîne. 
Tïa!ttenu,5m.voltiu'e aons rouée. 
Traînée, </. traces. 
IValner, v. tirer après aol. 
Trainour, sm, qui traîne. 
Italre, r. tirer lu lait. 
Trait, a. tiré A la fllloru. 
l^raltoble, a, doux ; docile. 
Traite, tj. lettre-do-ehango. 
Traitd, am. dissertation. 
Traitenpent. tm. act. de traiter. 
IVaiter, v. discuter, servir. 
Ttaiteur, tm. qui donne à 

manger, 
paître^ tresse, ». qui trahit 
Tri^et, tm. e«pacc à truvcrser. 
lYame, tf. fils ourdis, 
lïamer, v. passer lu trame. 
Trandie, •/; morconu coupé. 
IMncher, v. séparur, creu«er. 
TVanchet tm- outil de cord. 
Tranquille, a. (/) calme. 
Tranquillement, uJ. 
Troqqidlliser, «. calmer. 
Tranquillité, tf. Hat calme. 
Jtmifrif. au-dol&. 



TBR 

Transaction, ^f. act de tnuwl;^. | 
Trunsoiinduncts t/. supériorllv 

do moyens. 
Tninsc^'iHlimt, a. suhllnto. . 
Transcriro, v. copior. 
Trititws «/. npprcliciirtluii. 
Trnnsféi'ouiuiiU tm. lriuti<purt 
Trunaléror, v. troiixporu-r. 
Trtumtlit, «M. trall^|H)rt. 
TruuBtliy;iiriitii>u, »/. clmiigeui. 
Tnujaflguror, v. ciiuiiKiir. 
TraiiHioniuitiuii, tf. ch. <tu form. 
Tnuistonuer* v. ni(>Uimi>rnlio«. 
IVaiisftiijo, tm. qui passe a tVif 

noiut. • , 

Transgresser, v. enfreindi-o. 
TruiugrosMiur, tm. violateur. 
Tranagn^ssion, tf. niaiiqnum. 
Tranat, a. gelé. 
Transiger, r. (»') orcommod. 
Transir, «. pénéiror, iwlsir. 
Transit, «m. (x<() ut(m«> i*en8. 
Transitif, a. marque wio aoliun 

qui puase au sujet 
Transilion, tf. powage. 
Transitoire, a. passager, ilid. 
Translation, if. act. do inuu»-'! 
IVonsmettro, v. léder. [ i ror. J 
Transmigration, tf. ni<!U'iiip- 

aycoso. rtransmoUri!. | 

Tnûismisslon, t/. action dej 
Transparence, «/. k voir au truv. 
Transparent, a. mémo sons. 
TransiKircer, v. percer. 
Transpiration, tf. sueur 
Transplantation,'*/, action de 
TruuHplunter, v. plant, iitlleuni 
Transport, jm. ctaungement 

passion. 
Transi)urt«r, v. changer, etc. 
Transposer, v, chang. de place. 
Traiiapusition, tf, mémo sens. 
Transsubstantiation, tf. chango- 

mout 
Transvaser, v. verser ailleura. 
Transversal, a. oblique. 
Transvoraoieraeut, ad. 
Trapè/A >m. quadrilatère. 
Trapùzoïde, tm. flg. do géom. 
Trappe, tf. porte horizontale. 
Trapu, a. gros et court. 
Traquer, v. battre un bola. 
Travail, tm. travaux, pi. 
Trovailler, v. flilre un travail. 
Travailleur, euse, a, qui trav. 
Travée, tf. entre deux poutres. 
Travers, tm. largeur. 
Traverse, af. pièce en travers. 
Traversée, */. trajet par mer. 
Traverser, v. passer au trav. 
Traversin, tm. oreiller eu long. 
Truveslir, v. masquer. 
TraveeAisscment «m. m. sens. 
Ti-éliuchement, tm. de 
Trébucher, v. fqiro im faux poa. 
Tri'*buchet. am. piâge, balance. 
TréflCi sm. plante. 
Treillage, tm. tieillis en lattes. 



TRI 

TraHIairei, v. (kirs un trelltag*. 
TruillMKUiu-, «IN. qui fait k» Inh 

illu(r««. 
Trvllle, ^J'. berceau. 
Tniilliscr, v. Kunilr de treillis. 
Trelius a. num. dix et tMis. 
TreiKlènie, a. nombre d'urdiv. 
Trulïlt-nit'meiil, aU. 
Tri-ino, tm, accent. 
Yrcuible, am. iirbre. 
'rremblement, tm. agitation. 
Trembler, v. être agllé. 
Trt-iiililoter, v. demi trembl. 
Tr<''inie, tf. ange. 
Trt^inotissemeut, tm. action de 
Trt'Miionsser, v. s'agiter. 
Treinpo, tf. caructèro. 
Treni|H-r. v. moulllor. 
Truntnine, */. de 30. 
't'r«!Utt), a. num, trois fois dix. 
Trente-deux (In), tm. format 
Trentième, a. et t. 
TrépHUi'r, v. ouvrir le crâne. 
Tn>|ii«s, tm. décès. 
TripoMè, im. décédé. 
Trép4;8«ement «m. trèpaa. v. 
Tréi>iisser, v. mourir. 
Tr<;piMl, tm. inst A 3 pieds. 
Tri'plKneuent, am. action de 
Trépigner, v. ftrapper du pied. 
Tr<> pointe, af. sorte de semelle. 
l'n.-H, jiarttcult ad. 
Tr^-sor, sm, amas. 
TréMirier, am. gnrdtytrésor. 
'rresmiilloment, am. action de 
TressitlUir, v. être < mu. 
l'rttiMo, af. tissu plat 
Tresser, r. entreliic4!r. 
Tres6t>ur, «us«>, a. qui tresse. 
Tréteau, am. aupijort 
Tniuil, «m. inst oo mécanique.' 
Trêve, sf. suspnision. 
Triangle, am. ilg(,ure do géom. 
Triangulaire, a. à trois angle*. 
Trlaugululrement ad. 
Tribord, am. côté droit dn na-*1 
Tribu, af. division. [vira. | 

TribultUion, af. affliction. 
Tribun, am. magistrat. 
Tribunal, am. lieu pour Juger. 
Tribune, af. lieu élevé. 
Tribut am. impfit. 
Tributaire, a. qui pale tribut. 
Tricher, v. tromper au Jeu. 
Tricherie, af. troinp4>riH. 
Tricheur, euse, a. qui troaape. 
Tricolore, a. de trois couleurs. 
Tricot, am. tissu, bâton. 
Tricotage, Jm. action de 
Tricoter, v. Caira du tricot 
Tricoiour, euae, a. 
Trictrac, am. lou. 
Trident, m», fourche â 3 denta. 
TViennal, a. (ènnc) de 3 ans. 
Triennalité, af. de 3. . 
Trienuat, *m. de 3. 
Trier, «. choisir. 
Triem-, euse, a. qnl trie, 



\ 



intivUtai*. 



du trallUi. 
ot tnil». 
jr« d'untr». 



Sjtation. 
lé. 
ni Urembl. 

m. action de 
Kltcr. 

OIV. 

k;r. 

0. 

)iB foli dix. 

tm. furmaU 

T le crftM. 

6dé. 

. tr6pns. *. 

irir. 

à 3 plcdfl. 

I. ftctlon d« 

pur du pied. 

M9 de BcmeUs. 



dtytréior. 
n. ncliun ds 
1 1 mu. 
lat 

IWÎf. 

qui traww. 

Hitt. 

mécanique. 
Hiun. 

re do géom. 
trois anglee. 

md. 

droit du nar"l 
[vire. I 

nictioD. 

Btrot. 
pour Juger, 
élevé. 

paie tribut. 
ler au Jeu. 
npcriH. 
qui troupe, 
ois oouleun. 
bâton, 
tion de 
du tricot 



•he à 3 dente. 
;) de 3 ans. 
le 3. . 



luitrie, 



uiri 

Mgavder. •. flmieer.e' 

Trigaudene, «/. inauv. Il 

Triglypho, tm. omom. d'urcb. 

TrtKunométrio, ^f. sdenca 

Trlgonomélrlquot a. 

TriRonométriJuuiuont, ad, 

Trlllon, <M. mllie biUloua. 

Triloculaire, a. à 3 to^ee. 

Trlmer« i>. lUre beaucoup. 

Trimeatra, êm, du 3 mole. 

Tringle, v'. baguutie. 

Trinité, «/. divinité. 

Trlnâme, «m. de trois termes. 

Trinquer, v. boiru un choquant 
les vorrev. 

Triomphal, a. du triomphe. 

Triompholumeut, tut. 

Triomphateur, «m. qui triomp. 

Triomphe, tm. honneur. 

Triompher, «. iVmportur sur. 

Tripe, «/. boyaux crim animal. 

Triperie, tf. mauv. boucherie. 

Triple, 0. 3 fois autant. 

Triplement, tm. action de 

Ti-ipler, v. 3 (bis plus. 

Triplicité, •/. nombre triplé. 

Tripoli, tm. sorlu de terre. 

Tripotage, tm. mauv. mélange. 

Tripoter, v. foire un tripotage. 

Trique, if.wroê bâton. 

Triste, e. affligé. [blsaleuLn 

Trisaïeul, t. père ou mère de J 

Tristement, ad. 

Tristesse, tf. affliction, chagrin. 

Triturer, «. réduire un doud. 

Triumvirat, tm. do trois. 

Trivial, a. commun, bas, po-~l 

Trivialement, ad. [pulaire. j 

Tt-ivialité, tf. chose triviale. 

Troc, «m. échange. 

ÎVogne, tf. visage plein. 

Trognon, tm. milieu d'un fruit 

Troff a. nombre deux et un. 

Troisième, a, ord. de 3. 

Trombe, tf. tourbillon d'eau. 

Trombone, tm. sorte de trom- 
pette. 

Trompe, •/. Instrum. de mu. /. 

Tromper, v. Induire «n erreur. 



U, tm. Sle lettre de Palphobet 
Uleératlon, ^f. d*ulcère. 
Ulcère, tm. plaie. 
Uloëré, a. formé en ulcère. 
Ulcérer, v, causer im ulcère. 
Ultérieur, a. après. 
Ultérieuremeûu ad. par de-là. 
Un, tm. le premier nombre, 
Unanime, a. de concert. 
Unanimement, ad. 
Unanimité, tf. conformité, 
Uni, a. simple ; égal. 
Unième, a. de un. 
Uniforme, a. toi\|our8 ègaL 
Uniformément, ad. avec 
Uniformité, ^f. resaemlflanoe. 



URO 

Trom perte, ^f. action de tromp. 

Trom|Mitur, v. pul)liur. 
IViiiiiiHitUi, tf. iitst. du musiquo. 
Truro|Hiur, euse, a. ut t. qui 

trniiipo. 

Trunc, tm, (t) tige d'arbre. 

Tronçon, tm. morceau. 

Tronçonner, «. coup, va tron(. 

TrAnt), «m. siégo ru>al. 

Tronquor, v. retrancher. 

Trop, aâ, plus qu'il no Aiut 

Trophée, tm, signe de viot 

Tropiq^ié. Mk, cercle. 

Tro<|Mi^V.cl^p«er. 

Trpquenr, ense, ». 

Thit, «m. allure do cheval. 

TMttu, tf. espace de chemin. 

Troite-mcnu, a. h petits pas. 

Trotter, v. allur le ti-ot. 

Trotteur, tm. qui trotte. 

Trottin, tm. petit laquais. 

Trottoir, «m. chemin élevé. 

Trou, tm. ouverture. 

Trouble,*, non clatr. 

Troubio-fôto, tm. importun. 

IVoubler, V. rendre trouble, In- 
quiéter. 

Trouée, tf. ouverture. 

Trouer, «.percer. 

Troupe, tf, multitude. 

Troupeau, tm, d'animaux. 

Trousseau, tm, linge néceaa. 

Trousser, v. replier. 

Troussis, «m. pli. 

Trouvaille, if, chose trouvée. 

T^tuver, v, rencontrer. 

Trucheman, tm, interprète. 

Trucher, v. mendier. 

Truelle, tf, outil dé maç(m. 

Truellée, tf, plein une truelle. 

Truffe, tf, légume. 

Truflbr, V. tromper. 

Truie, tf, femelle du pore. 

Truite, tf, poisson. 

Tijimeau, tm, glaoe; espace 
■entre deux fenêtres. 

Tu, nroH, de la 9e personne. 

Tuable, a. qu'on peut tuer, 

Tuanti a, trea-ftitigant 



VMV 



86 



U. 

Uniment, ad. tout unt 
Union, «/.Jonction. 
Unique, a, seul. 
Uniquement ad. seulement 
Unir, V. Joindre. 
Unisson, «m. accord de ton. 
Unité, »f, non pluralité. 
Unitit; ve, a. (vie) di^voto. 
Univers, tm, le monde. 
Universalité, •/, généralité. 
Universel, le, a. partout 
Universellement ad. 
Université, tf, corps ouseign. 
Urbanité, tf. politesse. 
Urgence, ^. nécessité. 
Urgent, a. pressant 



iTii-aatom, tm. la dtfflculté. 
Tubu, tm, tujrsik 
ITuUtrcule, tm, excroISMUWO. 
TulHirculciix, M, a, 
TiiiT, V. Atur la vie. 
Tuorif, if. comaRu. 
Tuo-tèto (A), ad. crier fort. 
Tuf, tm, piurru biuncho. 
Tiiilu, tf, U'rro cuite. 
Tulluau, tm. morceau de tulle, 
riiiloriv, tf. mimuf. de tuiles. 
Tuilier, «m. md, de tuilvs. 
Tullpo, tf, neur liilacée. 
Tumeur, «/.enfluru, mid. 
Tumulte, tm. désordre. 
Tumultuidro, a. avec tumulte. 
Tumultueusement »d. 
Tiiulqiu), tf. vêtement. 
Turbmi, tm. coiffure turque. 
Turbe, •/. troupe. 
Turbot, tm, poisson de mer. 
Turbulence, tf. caractère. 
Turbulent a, sémillant. 
Turc, Turque, a. et t. 
TUroliuv, tf, (la même). 
Turlupiu, tm. flu-oeur. 
Turlupiner, r. rail! r. 
Tivpitudo, tf, lioM'i. 
Tutululro, a, qui protège. 
Tutelle, tf, survclllanèe. 
Tuteur, trice, t. 
Tutoiement l'utoiment, tm. 
Tutoyer, v. dbv |u, tut. 
Tuyau, tm, tige creuse. 
Tympan, tm, partie de rprelUe, 

ornement d'architecture, 
lympaniser, «. décrier. 
Tymponon, tm, inst de muslç 
Type, tm, figure originale. 
Typhon, tm, V. trombe, 
l^phus, «Ml. flèvro maligne. 
Typographe, tm. qui soit la 
Ty|)ogrnphie, tf. imprimerie. 
Typographique, a. u'imprim. 
Tyran, tm. mauvais maître, 
T^i'iutnie, tf. vexation. 
Tyrannique, a. do tyran. 
Tyrannlquement oa. 
Tyranniser, v. vexer. 



Urinai, tm. vase pour uriner. 
Urine, tf. humeur séreuse. 
Urne, tf. vase ontlqui). 
Usage, tm. coutume. 
Uaanoe, */. tpmio de 30 Jour*. ' 
User, V. coBSiv >:.'>.'. 
Usine, */. fo,-;- .julin. 
Usité, a, en uki;^.!. 
Ustensile, tm petit meuble. 
Usuel, le, a, d'un \iBage ord. 
Usuellerfivnt, ad. mi>ine sens. 
UsufVuiï, tf, Joulswnee du r*» 

vonu, 
L suihiitier, ». qui Jouit. 
Usivaire, a. où U y a uaurs. 
Usuroirement, ad. 



80 



VAW 



Uaum, ^. InMrlt UlégldiM. 
Urarter, iére, «. d^l■ura. 
Uiuipaienr, trice, #. et a* 
UMirpatioBt 4^ actk» d' 



V. Mk (pi on v«) S9e let dd Psp. 

Va, loc. ad. aaii «m. t de Jeu. 

Vacanoe, «/. «lupeuBion. 

Vacant, a. pas occupé. 

Vacarme, m. grand bruit. 

Vacation, •/. racances Judi- 
ciaires. 

Vaccin, «m. virus de Taclie. 

Vaccinateur, a. et «m. de 

Vaccination, tf. de 

Vaccine, s/, action de 

Vacciner, v. inoculer le racein. 

Vaclte, 3f, quadrupède, coflbe. 

Vacillation, «/. action de 

Vaciller, «. chanceler. 

Vade, «/. mise au Jeu. 

Vadé-mécum, «ir. livre. 

Vagabond, a, et t. de 

Vagabondage, «m. action de 

Vagabonder, «. errer ci et U. 

Vague, êf. flot, a. indeflnL 

Vaguement, ad. de 

Vaguer, v. errer çà et li. 

Vaillamment, ad. avec cour. 

Vaillance, «/. bravoure. 

Vaillaatiae, «/. idem. 

Vaille que vaille, loe. aiv. 

Vain, 0.' orgueilleux^— En vain, 
ad. inutilement. 

Vaincre, «. surmonter. 

Vainement, ad. en vain. 

Vainqueur, «m. et a. qui a 
vaincu. 

Vaisseau, vm. vase* navire. 

VaisMlIo, tf. plotm etc. 

Val, tm. (fl. vaux), vallée. 

Valable, a. admissible. 

ValaUsment, ad. même sens. 

Valet, am. serviteur. 

Valétudiaaiie, a. maladiH 

Valeur, «/. bravoure ; coivage, 

Valciueusemeat, ad. 

Videureux, se, a. vaillant. 

Valide, a. qui a les qualités. 

Valideinen^ ad. valablement. 

Valider, v. rendre valide. 

Validité, tf. quolité: 

Valise, «/, sac de cuir, 
dallée, sf, (l) eiitro les monts. 

Vidlon, sm. petite vallée. . 

Valoir, v. avoir un prix. 

Valser, v. danser. 

Valve, «/. écaille. 

Val\ Jle, «/. membrane. 

Vampir, im. revenant,j^. 

Van, *rn. inst poiur vanner. 

Vandalisme, «m. pillage. 

VaniUe, «/. fruit du 

Vanillier, tm. arbre exotique. 

Vanité, «/. inutUité. 

Vaniteux, se, a. qui est vain. 



Umnpar, «. s'emparer. 
Utérin, «. né a'una mfime'l 
Utile, a. profltable. [mère. J 
Utileraent, ad. aveo utilité. 

V. 

Vanne, «/. écluse. 
Vanneau, «m. oiseau. 
Vaiinur, r. nettoyer le grain. 
Vannerie, sf, de vanneur. 
Vanneur, am. qui vanne. 
Vannier, «. ouvrir eu osier. 
Vantail, tm. volet. 
Vanter, v. louer. 
Vapeur, tif. exhalaison. 
Vaporeux, se, a. et «. qui a 
des vapeurs. [vapeurs.! 
Vaporiser (se), v. réduuv enj 
Vaquer, v. être vacant. 
Variabilité, «/. de 
Variable, a. sqjet i varier. 
Variation, tf. chongemenL 
Varice, *f. veine dilatée. 
Varier, v. changer. 
Variété, sf. diversité. 
Variole, tf. petite vérole. 
Variolique, a. de la variole. 
Varlope, tf. rabot. 
Vase, tm. ustensile ; boue. 
Vaseux, se, a. boueux. 
Vasistas («), tm. fonètre mobile. 
Vassal, t. dépendant. 
Vaste, a. grande étendue. 
Vatican, «m. palais du pape. 
Vaurien, tm. utinéant 
Vautour, am. gros oiseau. 
Vautrer, v. scr rouler. 
Veau, tm. petit do la vache. 
Vedette, tf. sentinelle à cheval. 
Végctable, a. qui peut végéter. 
Végétal, a. et tm. ^ui pousse. 
Vt^tatif, vo, a. qui fUt végéter. 
Végétation, sf. action do 
Végéter, V. iwusaer ; languir. 
Véhémence, tf. impétuosité. 
Véhément, a. impéttieux. 
Véliiculo. tm. qui aide à l'act. 
Veille, tf. avant le Jour. 
Veillée, tf. action de 
Veiller, v. soigner ; ne pas dor-l 
Veilleur, rat. qui veille. Tmir.J 
Veilleuse, tf. petite lumière. 
Veine, sf. canal ; sillon. 
Veiné, a. qui a des veines. 
Veineux, se, a. même sens. 
Vélin, «m. peau préparée. 
Velléité, tf. biDKntollo. 
Véloce, a. lrè»-nipide. 
Vélncifère, sm. vuiturp légère. 
Véiocité, tf. gronde vitesse. 
Velours, sm. sorte d'étoflfe. 
Velouté, <r. et «m. ce qui iiuitel 
Velto, sf. mesure, [le velours. J 
Velter, v. nïesurer. 
Velu, a. couvert de poil. 
Venaison, sf. chair de bêtesn 
Vénal, a. qui se vend. [fliuvos.J 



VER 

Vtultser, V. a. rendra utUa 
Utilité, tf avantage. 
Utopie, tf. phu ImagiDalrt i» 
gouvernement. 



Vénalement, ad. de 

Vénalité, «/.par intérêt. [dro."1 

Vendable, «. qu'un peut ven-J 

Vendange, tf. récolte de raisin. 

Vendanger, v. cueillir lo raisin. 

Vendangeur, euso, t. qui. ven- 
dange. 

Vendeur, euse, t. qui voimL 

Vendre, v. céder. 

Vendredi, tm, Oe Jour. 

Venelle, tf. petite rue. 

Vénérable, a. respectable. 

Vénération, tf. respect. 

Vénérer, v. vénérer. 

Vénerie, sf. réserve de bètes 
Tauvcs. 

Venez-y-vob, tm. attrape, /a. 

Vengeance, sf. action du 

Venger, v. tirer raison, 

Vengeiu-, Vengeresse, a. et a. 
qui venge. 

Véniel, le, a. qui ne prive paa 
do la grftce. 

Véniellement, ad. 

Venimeux, se, a, de 

Venin, sm. suc délétére,J^. 

Venir, v, arriver; croître. 

Vent, «M. air agité. 

Vente, rf. action de vendra. 

Venter, v. fhire du vont. 

Venteux, se, a. sujet aux vents. 

Ventilateur, am. qui donne du 
vent. 

Ventilation, af. action de 

Ventiler, v. évaluer. 

Ventouse, sf. ouvertura. 

Ventre, am. capacité du corpa. 

Ventricule, sm. cavité. 

Ventrière, sf. sangle. 

Ventriloque, a.et«. cri sombra. 

Ventru, a. gros ventre. 

Venue, sf. arrivée. 

Vêpres, sf. pt. offloe du soir. 

Ver, am. {ér) insecte. 

Véracité, af. de vérité. 

Verbal, a. de vive voix. 

Verbalement, ad- idem. 

Verbaliser, v. foire un procès. 

Verbe, sm. partie d'ornison. 

Verbération, af. choc de l'air. 

Vorbi.-içu. »»i. mauvais langage. 

Verbinger, v, parler mal. 

VerbingeiU*, se, a. qui verbiage. 

Vcrdfttre,'a. presque vert. 

Vei-dolet, ette, a, presque vert 

Verdir, v. rendre vert. 

Verdoyant) a, de 

Verdoyer, r. devenir vert 

Verdure, sf. herbes. 

Véreiix, se, a, mauvais. 

Verge, ef, baguette. 



■HlrautUa 
âge. 
Imagioaira d* 



de 

intérAt. [dro."] 
'on peut Ten-J 
fccolte de raitiu. 
ueillir lo raisin, 
lao, t. qui-ren- 

i. qui rend. 

r. 

iejour. 

ite rue. 

«pcctable. 

respect. 

érer. 

Bcrvo de bête* 

«.attrape, /a. 
action ut» 
raison, 
lereaao, a. et ». 

ui ne prive pas 

a. de 

délétère,^. 
9r; croître. 

m de vendre. 
> du Tont. 
, snjot aux vents, 
n. qui donne du 

'. actioia de 
aluor. 
)uverture. 
pacittf du corps. 
t. cavité, 
sangle. 

:.et«. cri sombre, 
s ventj-o. 
ivée'. 

, office dtt soir, 
insecte. 
le vérité, 
vive voix. 
ad. idem, 
faire un procès. 
irtie dVrniRon. 
»/. choc de l'air, 
mauvais langage, 
parler mal. 
3, a. qui verbiage. 
>resque vert. 
, a. presque vert, 
dre vert, 
do 

devenir vert. 
iert>es. 
. mauvais, 
guette. 



▼BR 

Ter^ar, «m. «oek* 

Vergeter, «. nettoyer. 

Vergetto, «/. bioese de pote 

Vergourei «m. Qa) raie aun 

Veigla8,Mi.gulée. Eperquet.J 

Vergne, am. K Aaae^ . 

Vergogne, «/. honte« 

Vérfdidté, «/. ce qui est 

Véridique, a. vnd. 

Vérifleateur, am. de 

VèrilksaticHi, «/. acUon de 

Vérifier, v. s'assurer. 

Véritable, a, vrai. 

Véritablement, tid. selcm le 

Vérité, «/. certitude. 

Veijus, am. ndsin vert. 

Vermeil, le, a. d'tui rouge*! 

Vermicelle, Ml. pâte, [forcé. J 

Vermiculé, a. traces de vers. 

VermiAige, e. et «m. contre les 
vers. 

Vermiller, v. fouiller U terre. 

Vermillon, am, rouge. 

Vermillonner, v. marquer de 
rouge. 

Vermine, af. Insectes sales. 

Vermisseau, am, petit ver. 

Vermouler (se), v, piquer des 

Vermoulure, af, piqûre do vers. 

Vernir, «. mettre un vernis. 

Vemi% am, lustre, édat 

Vernisser, e. vernir de la po- 
terie. 

Vemisseur; «m. qui vernit. 

Vemisure, af. application de 
vernis. 

Vérole (petite), af. maladie^ 

Véronique, •/. plante. 

Verre, af. crarps transparent. 

Verrerie, •/. manufacture de 
verres. 

Verroterie, af. menus verres. 

Verrou, am. fermeture de porte. 

Verrouiller, v. foumer le vorruu. 

Verrue, af. durillon. 

Vers, a m. rimes. 

Versant, a. si^et à verser. 

Versatile, a, m, variable. 

Versatilité, af changement 

Veraoau, «m. signe du zodiaque. 

Verser, v, épanc^r. ^ 

Vjgrset, am. partie du discours. 

versiflcation, af. action de 

Veraifler, «. fldre des vers. 

VerAon, af. interprétaflon. 

Versoi, am. i. revers. 

Vert, a. couleur. 

VertKle-gria, «m. 

Vertèbre, af. chacun des 24 os 
de l'épine du doe. 

Vertement, ad. aveti fbroe. 

Vertical, a. d'aplomb. 

Verticalement, ad. perpendi- 
culairement. . 

Vertige, am. étourdissement. 

Vertigo, «m. caprice. 

Vertu, af. propriété. 

VertoetaeiiMiit» «A 



VertuiBaz, ee» «. qui • d« le 

vertu. 
Verve, af. Ibroe dhmagtnatlon. 
Vesce, af. plante. 
Vésicatoiff a, et am. médie»' 

ment extérieur. 
Vésiculenx, Vésicnlaire, a. 
Vésicule, af. petite vesrie. 
Vesse, af. vent. 
Vessie, af. sac membraneux. 
Vtjste, af. habillement. 
Vestiaire, «si. dépense pour 

habillement. 
Vestibule, am. pièce d'entrée 
Vestige, am. reëes. 
Vêtement, am. habita. 
Vétéran, am. en retraite. 
Vétérance, af. de retraite. 
Vétille, af bagatelle. 
Vétiiler,v. chicaner. 
Vétillerie, af. chicanerie. 
Vétileux, se, a.' minutieux. 
Vêtir, V. couvrir. 
Veto, am. (é) opposition. 
Vêtu, a. habiUé. 
Vèture, af. prise d'habit. 
Vétusté, af. antienneté. 
Veuf; Veuve, a. et a. qui a perdn 

son époux ou mm épouse. 
Veuvage, am. état de veuf. 
Vexation, af. de 
Vexatoire, a. qui vexe. 
Vexer, v. tourmenter. 
Viager, ère, a. et am. de la vie. 
Viande, af. chair; nourriture. 
Viatique, am. provisicm. 
Vibnuité, af. tremblement 
Vibration, af. mouvement 
Vibrer, v. trembler. 
Vicaire, am. suppléait, adjoint 

d'un curé. 
Vicariat, am. emploi de vicaire, 
Vice versa {et) loe, ad. récipro- 
quement 
Vicié, a. gftté ; corrompu. 
Vicier, ». altérer. 
Vicieusement, ad. do 
Vicieux, a. contre l'ordre. 
Vicissitude, af. instabUitè. 
Victime, af. sacrifice. 
Victimer, v. rendre victime. 
Victohie, af. avantage. 
Victorieusement, ad. 
Victorieux, se, a. qui rempcHrte 

la victoire. 
Vidange, af. vider. 
Vidangeur, am. qui vidange. 
Vide, am. non plein 
Vider, V. r^oidre vide. 
Viduité, af. état de veuvage. 
Vie, af. opposé à moft 
Vieil ou vieux, Vieille, a. 
Vieillard, am. ancien. 
Vieillerie, af. chose usée. 
Vieillesse, af. être vieux. 
Vieillir, a. devenir vieux. 
Vieillot, otte, a. et a. petit vieux, 
Vletge, 0. pureté. 



VIS 



87 j00\ 



TWnz, «. et #. F. VML 

Vif, Vive, s. vivant 
Vifargent, am. mercure. 
Vigilamment, ad. 
Vigilance, af. attention, 
Vigilant, a. attentif. 
Vigile, «/.veille de fête. 
Vigne, af. plante à raisin. 
Vigneron, am. qui cultive ta 

vigne. 
Vignette, af. petite estampe;, 
Vignoble, «m. tenrain à vignot 
Vigoureusement, ad, de 
Vigoureux^ se, a. et «. de 
Vigueur, af. force; ardeur. 
Vif, a. abject; méprisable. 
Vihdn, a. qui déplaît 
Vilainement, ad. 
Vilebrequin, am. outiL 
Vilement, ad. 

Vilenie, af. ordure; iqfura. 
Vilipender, v. déprimer. 
Village, am, hameau. 
Villageois, a. et «. de vOiage. 
Ville, af. cité. 
Vin, «m. Jus de raisin. 
Vinaigre, am. vin aigre. 
Vinaigrer, r. mettre du vhiaigre. 
Vinaigiipr, am. flibricant de 



Vindicatif, ve, a. qui se venge. 
Vindicatif», af, vengeance. 
Vineux, se, a. de vin. 
Vingt, a. nwm. (em) 2 (bis la 
Vingt-qtmtre (in), «m. (viiU)i 
Vingtaine, af. nombre de 20. 
Vii^ème, a. et «si. ont. 
Violateur, am. qui viole la loi. 
Vi(dation,«/. action de 
Violoment, am. infiraction« 
Violemmott, ad. (la) de 
Violence, «/. force injuste. 
Vi(4ent, a. furieux. 
Violenter, v. contraindre. 
Violer, a. enfireindre. 
Violet, a. et «m. couleur. 
Violette, af. jtoite : sa Setur. 
Violir, V. devenir vi<riet 
Violon, «M. inst de musique. 
Vipère, af. sorte de serpent 
Virer, V. toiuner. 
Virginal, a. de vierge. 
Virginité, «f. état de vierge. 
Vf - ' ■ ■ 

Vi 

Virilement, ad. 
Virole, af. rondeDe; 
Virtuel, le, a. qui agit 
Virtuellement» ad. 
Virus, «m. («) venin, mid. 
Vis, af. (<) univalve. 
Vis-à-vis, ad. et/r^, en Awew 
Visa, «SI. TU. 

Visagpi «m. figure. ' 

Viscéral, a. des viseéree. 
Viscère, am. organe. 
Visée, af. direction de la vue 
VlaeTi V. mirer 



le, af. signe de pooctn»-1 
a. dlKHnme. (Mon; J 



S8 



TOI 



VMb1Ut*,«A(t» 
VMble, a. éTklant 
ViatblenMiit,a4. 
Visière, «/. du eaïqiMh 
Vision, j/. ^>pariU{Mi. 
Visionnaire, a. et «. qui.» dei 

visions. ' 
Visitation, êf. Ate. 
Visite, êf. action d*aDMr iroir. 
Visiter, «. fiiire visite» 
Viaitenr, «m. qui visite. 
Visqueux, œ, a>, gluant. 
Visser, V. attacher àvoo des vis. 
Visuel, le, a. de la vue. 
Vitnl, 0. de la vie. 
Vite, «. promptement. 
Vitement, «d. vite. 
Vitesse, «/. aveo célérité» 
Vitrage, mi. de vitres. 
Vitrail, «m. (p/. Vitraux.) 
Vitre, •/. carreau de verre. 
Vitré, 0. garni de vitres. 
Vitrer, «. gariiir de vitres. 
Vitrerie, «/. art du vitrier. 
Vitreux, ense, a. de %'erre. 
Vitrier, a. ouvrier en vitres. 
VitrilicatioD, •/. action de 
Vitriflor, r. ocmvertir en vore. 
Vitriol, «SI. sulfiite. ^ 
Vitriolé, a. où il y a dt^triol. 
Vitupérer, v. bbuner. 
Vivaoe, a. de phu dHui an. 
Vivacité, «/.promptitude. 
Vivandier, ère, ». marchand de 

vivres. 
Vivant, a. et «m. bon vivant. 
Vivat, «M. souhait. 
Vivement, «d, avoc vivadté. 
Vivier, «mi. basaiil, bateau pè 

chonr. 
Viviflcation, i^. action de 
Vivifier, v. donner la vie. 
VivtOqiic, a. qui vivitie. 
Vivipnre, «. qui fiiit ses petits 

tout vivants. 
Vivoter, «. vivre pamTemenL 
Vlvoe, e. être en vie. 
Vocabulaire, «m. liste alphabé- 

tique des mots.d'une langue, 

. dluie. seienee. 
Vocabuliste, «'m. de vMob. 
Vocal, ff. de la voix. 
VocAttun. ^f. profession. 
Voeiftration, «/. inulédietibo. 
Vœifbrcr, v. maudire. 
Vœu, «s*, promesse à Dieu. 
Vogues «/. mouvement. 
Voguer, V. ramer. 
Voguour, «m.'famelir. 
Votd, pr. 
Voie, «/. chemin. 
VoiM, pr. propos, elliptique. 
Voile, m. prétexte; linge pour 

«e couvrir; i(f. toile pour le 

■ VMt. 



ToHA, a. couvert d^m toHs» 
Voiler, «. couvrir d'un voile. 
Vdnâiè, tf, nuuMifiu9tai« de 

Voiles. 
Voilier, «ta. qui (Ut Isa voiles. 
Voir, «. examiner. 
Voirie, $f. graiM chemin. 
Voisin, a. qui est proche. 
Voisinage, «m. pruximiti''. 
Voisiner, v. fréquenter. 
VoitiU«« tf. pour transporter. 
Voiturer. v. transporter. 
Voiturier. «tn. runlier. 
Voitnrin, «m-, r^ulier. 
Voix, «/. son ; yiifrage. 
Vol, sm. action de (iérober. 
Volaco, 0. et «. inconstant. 
Volaille,.*/, oiseau de basse- 
cour. 
Volatil, A. qui s^évnpoce. . 
Volatile, «. et «ai. qui vole. 
Volatilisation, «/. action de 
Volatiliser, v. rendre volatil. 
Volatilité, ^. état de ce qui est 

volatil. 
Volcan, «m. cmbrftsement. 
Volée, if. bande d'oiseaux, 
Voleis V. dérober. 
Volerie, *f. larcin. 
VJ^lot, «m. contrevent. 
VcHeur, euse, «. qui dérobe. 
Volière, «/. grande cage. 
Voloiuair», a. sans contrainte. 
Volomnitement, €uL de txmne 
Volonté, «/. fheulté de vouloir. 
Volontiers, ad. de bon cœur. 
Vuite, «/. mouvement-en rond. 
Vo\tigeiv r. voler ç& et là. 
Voltioeur, «m. qui voltige. 
VoIiiJDilité, iif. sbimdanoe de 

psroles. 
VoMime, «m. grosseur. 
Vobmiueux, euse, a. fort 

étendu-' 
Volupté, «/. plaisir, [voti^tté.*! 
Vntiintueusenient, ai. avecj 
Voltmtueux, euse, a. qui aime, 

qnt4nspire la volupté. 
Volute, if. tua coquille. 
Vomiiy*. rciieter. 
Vomincment, «Si. action de 

mii^ ' ' [mir. 

Vomitif, o. et m. qui fltft vo-. 
Voraoe, a. irai a de' la 
Voracité, i/. avidité à manger. 
Votant, th. qui vote. 
Votation, «f. action de voter. 
Vote, tm. vœ«- émisi sufflvge. 
Voter, r. dontaer son «iHhige. 
VoU^ a. qu'ai vote. 
VAtre, a.' poms.de voua. 
Vouer, V. consAcrer. 
Vouloir, V. avoir la volooté. 
^'ous, pr. du Mum. tu, toi. 
J V ouseure, «/ coorbore. 



XMf 

|VoAtei.«/. enara. 

Veûter, v. faire nu» ToAt*^ 

Voyagoi «ai. ehemin ; tn^ 

Voyager, v. faire un voyage. 

Voyageur, euse, «. qui voyage. 

Voyant, a. et «. qui vott. 

Voyelle, «/.qui a un son. 

Voyer, «si. officier do poUce. 

Vrai, a. coufoqneàlavérité. 

Vraiment, ad. véritablement. 

Vraisemblable, a, et «. qui pa- 
rait être vrai. 

Vraisemblablement, ai. avee 

Vraisemblance, ^f. apparence 
du vrai. 

Vrille, «/. outil pour percer. 

Vrillette,*/. petite vrille. 

Vu, Bartte^ de voir, et «m. v4- 
rincation. 

Vue, *f. ftcuUé. 

Vulgure, a. commun. 

Vulgairement, ad. communé- 
ment. [Bible.! 

Vulgate, ^f. traduction de laj 

Vulnérable, a. qu'on peut bles- 
ser, [plalea.*] 

Vulnéraire, a, et ». pour leaj 

Wt «M. double V. 

X. 

X, «m. 18o consonne. 
Xénélasie, «/. défimae de aé- 

Joumer. 
X^rophago, «m. vit de fhilta. 
Xérophagie, «/. même sena 



Y, «M. 6e voyelle. 

z. 

Z, «m. 10e consonne, 
""élateur, triée, ». qui agit ave<i. 

;èle, «m. affection ardente. 
Zélé, a. qu^ du sàle. 
Zénith, rai. Impqsé au nadir. 
Ziâ^hyr, >Kw^n?<loux. 
Zéphhe, «in. oteu qp la Fable. 
Zéro, «SI. rien. 

Zest, (0 intfxj. pour se moquer. 
Zeste, «m. cloison de noix. 
Zigzag, «m. en tournoyant 
Zinc «m. métal blanc 
Zizanie, «/. discorde. 
Zodiaque mi. grand eerde de 

la sphère. 
Zone, «/. chacune des cinq dl vl- 

tioB» de ta terre entre les 

pAles. [des anhnaux.1 

Zoolagic rf> histoire na t urell e J 



***• 



k Yograge. 

[uiToyag*< 

volt 



dopt^ice. 
IaT«ritè. 
ikbieineiit. 
)t «. qui par 

l, ai. avec 
, apparenos 

ir percer. 

vriîte. 

ir« et «M. Ter 



un. 
oominun6- 

[Bib1e.n 
Btion de laj 
an peut blea- 

[plaiee."] 
t. pcMir leaj 



/ 



^ 



-f.% 



•,^ 



A 



'*'* 



% 



ne. 

feow de aè- 

it de Ihilta. 
kèmei 



me. 

qui agit avec, 
n ardente, 
sèle. 
au nadir. 



. ^oux. 

a qp la Fable. 

ouraeinoquer> 

n de noix. 

()unioyant. 

blanc 

Mde. 

nuid cercle de 

edcacinqdiTi- 
terre entire lea 
des anAnaux.1 
iotrenato r e l laj 



^' 



^ 



<f 



\\